Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d'ouvrages

Catherine Vincent et Jacques Pycke [dir.], Cathédrale et pèlerinage aux époques médiévale et moderne, Louvain, Bibliothèque de la RHE, 2010, 330 p.

Pierre-Jean Souriac
p. 196-198

Texte intégral

1Issu d’un colloque porté par le groupe de recherche SALVE (Sources, Acteurs et Lieux de Vie religieuse à l’Époque moderne), ce livre est un recueil d’une vingtaine d’articles mettant en regard cathédrale et pèlerinage. L’objet même de ce livre est surprenant, car associer l’église-mère au phénomène du pèlerinage n’a pas jusqu’alors fait l’objet d’études historiques spécifiques. Et d’ailleurs, le premier enjeu des communications offertes ici à notre lecture est de définir le pèlerinage à la cathédrale. La procession autour des corps saints est-elle pèlerinage ? Les rituels déambulatoires qui peuvent affecter certaines églises sont-ils des pèlerinages ? La visite à la cathédrale revêt des visages multiples qui mettent en jeu des formes très diverses de dévotion, et le mot pèlerinage n’est pas toujours le plus approprié, ni même utilisé par les contemporains. De même, la singularité de la cathédrale pose question. Les dévotions et divers pèlerinages que l’on observe dans certaines de ces églises sont-ils liés au statut de l’église-mère, ou à la présence de reliques spécifiques ayant engendré un engouement populaire ? Dans ce deuxième cas, le pèlerin ne vient pas à la cathédrale, mais dans un lieu de pèlerinage parmi tant d’autres. Ce livre ouvre donc de belles pistes d’interrogation et de définition sur les pratiques religieuses et le sens qu’y cherchaient les fidèles. Et ces interrogations générales sont synthétisées par un évêque d’Angers de la fin du Moyen Âge : « les corps saints de la cathédrale ne sont-ils pas tout autant susceptibles que les autres de stimuler la dévotion et de prodiguer des mérites bénéfiques au salut ? »

2Dans son introduction, Catherine Vincent plaide d’entrée pour l’association de ces deux identités : certaines « cathédrales ont été, voire sont encore, des centres de pèlerinages vivants ». Pour tenter d’identifier si ce constat est exceptionnel ou relève de la nature même de l’église cathédrale, Catherine Vincent propose d’abord d’envisager l’action du clergé par rapport à ses reliques. Les trésors des cathédrales sont valorisés, à plus forte raison quand l’un d’eux possède une relique particulière dont la réputation et le rayonnement lui assurent de nombreux pèlerins et fidèles. Les cultes à la Vierge, les cultes des saints évêques, ou encore des cultes autour de personnages évangéliques se sont multipliés à la fin du Moyen Age et dans de nombreux cas ont contribué à placer les cathédrales dans une position dominante à l’échelle du diocèse. Vient ensuite le problème des démarches engagées par les fidèles vers les cathédrales. Les fidèles des diocèses devaient des visites régulières à l’épicentre de leur circonscription. Les motifs de ces visites pouvaient être divers selon les coutumes locales, port d’offrandes, culte propre à une relique, rite pénitentiel. Dans la plupart des cas, il engageait une fréquentation de la cathédrale par les fidèles du diocèse, dans une démarche qu’il n’est pas toujours aisé d’assimiler à un pèlerinage. Catherine Vincent revient fortement sur l’importance de la démarche pénitentielle dans les déplacements des fidèles vers leur cathédrale. Il y aurait eu un effort de l’épiscopat français pour expérimenter, vers les cathédrales, des pèlerinages pénitentiels, où l’église-mère aurait joué le rôle de lieu de confession et de lieu de dévotion de fait très original par rapport à d’autres sanctuaires. Mais en dehors de cela, Catherine Vincent conclue que parallèlement à ces pèlerinage vers l’église-mère, se développent d’autres sanctuaires de pèlerinage qui se placent, sinon en concurrence, du moins en complémentarité avec l’église de l’évêque. C’est alors un cumul d’études singulières qui devrait permettre de déceler des tendances communes dans l’identité des cathédrales.

3André Vauchez, en fin d’ouvrage, revient sur la notion de pèlerinage en l’incluant dans une réflexion plus large sur la « déambulation sacrée ». Procession, pèlerinage, visites aux tombeaux des saints sont autant de rituels où le mouvement participe de la dévotion. Et dans cet ensemble, les cathédrales jouent simultanément sur plusieurs tableaux : conservation de reliques ou de statues miraculeuses qui attiraient les pèlerins, lieu d’un rituel processionnel quasi-obligatoire où se rendaient annuellement les fidèles de l’évêque, lieu de mémoire de l’église mère et de ses saints évêques. Les différents clergés des cathédrales semblent alors avoir cherché à ajouter à la sacralité de leur église : cultes à la Vierge, acquisition de reliques, souvenir d’un saint évêque. Et la fin du Moyen Âge se présente comme un temps de transformation des cultes régionaux, dans une sorte d’émulation qui profita de manière inégale aux cathédrales.

4L’ouvrage nous propose alors seize études dont la plupart porte sur des cas régionaux originaux situés dans le royaume de France, avec quelques incursions en Lorraine. Le champ chronologique se concentre essentiellement sur la fin du Moyen Age et les deux premiers siècles de l’époque moderne, dans un tableau cohérent des processus à l’œuvre du XIVe au xviie s. Mireille Vincent-Cassy et Dany Sandron étudient Notre Dame de Paris, église en concurrence avec les sanctuaires parisiens, notamment la Sainte Chapelle, et que pourtant le clergé local tente de prendre en main. Jacques Pycke revient sur la notion d’église-mère qui détermine un lien originel des fidèles avec leur cathédrale, dans une histoire sans cesse rappelée, sans cesse actualisée. Philippe Martin développe le cas des processions autour de la cathédrale de Toul, Bruno Maes la situation singulière de celle du Puy dans une frontière catholico-protestante, Laurent Durnecker celle de Langres autour du pèlerinage vers le chef de Saint Mammès. Rouen, Sens, Cambrai, Metz, Verdun, Reims, Vienne, Embrun sont étudiées dans leur fonction pérégrine par Vincent Tabbagh, Monique Maillard-Luypaert, Marie-Hélène Colin, Franck Collard, Pierre Paravay et France Thénard-Duvivier. De manière plus transversale, Jean-Michel Matz analyse le lien entre saints évêque et attraction des cathédrale, Mathieu Lours celui entre reliques et cathédrales, Christian Sapin le rôle de cryptes et Pannayota Volti les pèlerinages diocésains dans la France du Nord.

5Cette collection d’études de cas est très précieuse dans la compréhension de certains rituels catholiques entre la fin du Moyen Age et l’époque moderne. Sa lecture laisse cependant dominer un sentiment de singularités irréductibles d’une cathédrale à l’autre et de dévotions développées et vécues de manière trop originale pour en tirer des tendances générales. La cathédrale s’affirme indéniablement comme un lieu de pèlerinage par son histoire d’église-mère, par la tradition épiscopale et par sa conservation de corps saints en quantité importante ou de grande réputation. Son appropriation par le clergé et les fidèles s’avère changeant selon les lieux et les dates, et un modèle original du pèlerinage à la cathédrale ne semble pas encore pouvoir se dégager.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Jean Souriac, « Catherine Vincent et Jacques Pycke [dir.], Cathédrale et pèlerinage aux époques médiévale et moderne, Louvain, Bibliothèque de la RHE, 2010, 330 p. », Chrétiens et sociétés, 18 | 2012, 196-198.

Référence électronique

Pierre-Jean Souriac, « Catherine Vincent et Jacques Pycke [dir.], Cathédrale et pèlerinage aux époques médiévale et moderne, Louvain, Bibliothèque de la RHE, 2010, 330 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2992

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org