Navigation – Plan du site
Publications

Une nouvelle collection consacrée à l’histoire religieuse

Christian Sorrel
p. 189-190

Depuis deux ans, les éditions Desclée de Brouwer développent, sous la direction de Jean-Dominique Durand, professeur à l’Université Lyon 3, membre de l’équipe RESEA, une nouvelle collection consacrée à l’histoire religieuse, « Pages d’histoire ». Dans un format commode, sous des couvertures sobres, avec une mise en page aérée, elle se décline en trois ensembles, essais, biographies et documents. Huit titres sont déjà disponibles, tous consacrés au christianisme à l’époque contemporaine.

Quatre sont des « essais ». Claude Langlois, qui a inventé voici plus de trente ans, le continent historiographique des « bonnes sœurs », réunit dix articles publiés dans des revues ou des actes de colloques de 1981 à 2008 et permet ainsi d’évaluer les lignes de force et les déplacements d’un chantier fécond autour de figures comme Anne-Marie Javouhey et Jeanne Jugan, de lieux et de moments, tels la crise de 1901, et d’activités, de l’enseignement à la garde des malades (Catholicisme, religieuses et société. Le temps des bonnes sœurs, 2010, 219 p.). Les trois autres essais sont des recherches inédites. Louis-Pierre Sardella, dans le prolongement de sa biographie de Mgr Mignot, archevêque d’Albi, poursuit sa réflexion sur la crise moderniste en s’intéressant à la revue lyonnaise Demain, dirigée par Pierre Jay, témoin éphémère des préoccupations intellectuelles et politiques de ceux qui ne se satisfaisaient pas des positions romaines sur la Séparation ou la question biblique (Demain, une revue catholique d’avant-garde 1905-1907, 2011, 388 p.). C’est également le champ intellectuel qu’explore avec finesse Florian Michel en analysant les contacts entre l’Europe et l’Amérique : il démontre ainsi la place de la dimension religieuse dans un domaine que l’histoire des intellectuels ou, plus généralement, l’histoire culturelle ont souvent construit en ignorant totalement l’existence de penseurs chrétiens (La Pensée catholique en Amérique du Nord : réseaux intellectuels et échanges culturels entre l’Europe, le Canada et les Etats-Unis années 1920-1960, 2010, 629 p.). De son côté, Régis Ladous s’intéresse aux relations entre le Vatican et le Japon en présentant la mission du délégué apostolique Paolo Marella de 1933 à 1949 : confrontation avec un État totalitaire, engagement dans la guerre, présence dans un pays occupé par les Etats-Unis, autant de questions abordées à travers des fonds d’archives variés (Le Vatican et le Japon dans la guerre de la Grande Asie orientale. La mission Marella, 2010, 434 p.).

La collection a accueilli dans le même temps deux biographies. La première, publiée d’abord en Italie sous la plume de Cesare G. Zucconi, est consacrée à une figure de la résistance spirituelle au nazisme, l’Autrichien Franz Jägerstätter (1907-1943), un père de famille qui refusa de porter les armes et fut exécuté pour cette raison à Berlin en août 1943 (Christ ou Hitler ? Vie du bienheureux Franz Jägerstätter, 2010, 263 p.). La seconde s’intéresse au destin exceptionnel du Français Eugène Tisserant, cardinal de curie, mêlé pendant près d’un demi-siècle à la vie de l’Église catholique. Homme de science, bibliothécaire , préfet de l’Orientale, évêque italien, Père conciliaire, intermédiaire entre la France et Rome, Tisserant offre des visages multiples qu’Étienne Fouilloux s’attache à décrypter et à mettre en cohérence à partir de fonds d’archives très riches : le résultat est impressionnant (Eugène, cardinal Tisserant (1884-1972). Une biographie, 2011, 717 p.).

Deux volumes enfin relèvent de la série « Documents ». Il s’agit d’abord de l’édition critique, assurée par François Rouleau, du journal du Père Gagarine, célèbre converti du xixe siècle : il couvre les années 1833-1842, où ce fils de l’aristocratie russe est diplomate à Munich et à Paris, et se clôt par son passage de l’orthodoxie au catholicisme, bientôt suivi par l’entrée dans la Compagnie de Jésus (Ivan Sergueevitch Gagarine, Journal 1833-1842, 2010, 334 p.). Pour sa part, l’abbé Philippe Béguerie, qui fut témoin et acteur des événements, revient sur les relations complexes entre Mgr Marcel Lefebvre, ancien archevêque de Dakar, et les Spiritains dont il fut le supérieur général de 1962 à 1968 : les 54 documents publiés (lettres pastorales, articles de presse, correspondances), matériaux précieux pour l’historien, éclairent l’histoire de la congrégation du Saint-Esprit, mais aussi l’itinéraire personnel de celui qui s’imposa comme l’un des principaux opposants aux options définies par le Concile Vatican II dès la période conciliaire et plus encore dans la décennie 1970, marquée par le schisme d’Écône (Vers Écône. Mgr Lefebvre et les Pères du Saint-Esprit. Chronique des événements 1960-1968, 2010, 479 p.).

  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org