Navigation – Plan du site
Articles

Un modéré en politique : le catholique Joseph Delachenal (1881-1970), député de la Savoie

Christian Sorrel
p. 137-163

Résumés

Joseph Delachenal, député de Savoie de 1910 à 1914, puis de 1919 à 1924 et de 1945 à 1958, n’est pas l’une des figures majeures de la vie politique nationale du premier XXe siècle et son influence, solide en dépit de ses échecs électoraux, ne dépasse guère l’horizon régional. Mais sa longévité confère un réel intérêt à son itinéraire de « chrétien modéré » dans un département de tradition catholique où la majorité du corps électoral récuse les directives du clergé, où la gauche occupe de fortes positions et où la droite est souvent divisée et réduite à l’impuissance. Entré en politique par l’action sociale, le républicain Delachenal, attaqué par l’Action française, s’oriente, dès son premier mandat législatif, vers le Groupe progressiste et la Fédération républicaine. Il rallie, au lendemain de la Seconde guerre mondiale, les Indépendants, ce qui lui permet de poursuivre une action tournée d’abord vers le monde rural et de garder une autonomie face aux appareils partisans, tout en s’efforçant d’être l’arbitre de la famille conservatrice qu’il voudrait rassembler sous sa houlette, non sans heurts avec les démocrates-chrétiens.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte a été présenté lors de la journée d’étude « Les chrétiens modérés » organisée le 17 mars 2006 à l’Université de Lille 3 par Jacques Prévotat et Jean Vavasseur-Desperriers.

Texte intégral

  • 1 Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français, t. 4, Paris, PUF, 1966, p. 1289-1291 ; (...)

1Joseph Delachenal, député de la Savoie de 1910 à 1914, puis de 1919 à 1924 et de 1945 à 1958, n’est pas l’une des figures majeures de la vie politique nationale du premier XXe siècle et son influence, solide en dépit de ses échecs électoraux, ne dépasse guère l’horizon régional. Mais sa longévité confère un réel intérêt à son itinéraire de « chrétien modéré » dans un département de tradition catholique où la majorité du corps électoral récuse les directives du clergé, où la gauche occupe de fortes positions et où la droite est souvent divisée et réduite à l’impuissance1. Entré en politique par l’action sociale, le républicain Delachenal, attaqué par l’Action française, s’oriente dès son premier mandat législatif vers le Groupe progressiste et la Fédération républicaine. Il rallie, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les Indépendants, ce qui lui permet de poursuivre une action tournée d’abord vers le monde rural et de garder une autonomie face aux appareils partisans, tout en s’efforçant d’être l’arbitre de la famille conservatrice et centriste qu’il voudrait rassembler sous sa houlette, non sans heurts avec les démocrates-chrétiens.

De l’engagement social à l’action politique

  • 2 L’un des descendants de Guiter, Jean, cousin du député, fut secrétaire général de la Fédération rép (...)
  • 3 Archives centrales de l’Université catholique de Lille [ACUCL], K3 Ag (recherche du premier personn (...)
  • 4 Bulletin des Facultés catholiques de Lille [BFCL], 1905-1906, p. 113-115.

2Lorsque le jeune Joseph Delachenal apparaît sur la scène savoyarde en 1906-1907, son nom n’est pas inconnu. Il appartient en effet à une vieille famille bourgeoise qui a glissé du Val d’Arly (Ugine) vers la Combe de Savoie (Saint-Pierre-d’Albigny) entre la fin du xviiie siècle et le milieu du xixe siècle. Son arrière-grand-père, Joseph-Marie, fut maire d’Ugine sous la Révolution et l’Empire. Son grand-père, Ambroise, avocat favorable aux thèses libérales de Cavour, représenta la Savoie au Parlement de Turin en 1849, fut syndic de Chambéry et tenta de s’opposer à l’annexion de sa province natale à la France catholique et impériale avant de se résoudre à l’inévitable. L’une de ses filles épousa Eugène Guiter, catholique et républicain, préfet de l’Ardèche en 1848 et proscrit du Deux-Décembre, qui devint préfet de la Savoie après le 4 septembre 1870, avec à ses côtés, comme secrétaire général, son beau-frère Joseph, que ses convictions portaient vers la gauche2. Il n’en allait pas de même pour son autre beau-frère, Eugène, père du député, qui se destinait à l’enseignement après des études juridiques à Grenoble et à Paris. Un échec à l’agrégation l’avait conduit à opter pour la carrière d’avocat. Il accepte ensuite, lors de la création de l’Université catholique de Lille, le poste de professeur de droit civil proposé par le jésuite Sambin, animateur du Cercle Expilly (Grenoble) et de l’Association des jurisconsultes catholiques (Lyon3) : « Il aimait la science non pas seulement pour elle-même, il l’aimait surtout comme une élévation de l’âme vers Dieu », écrit son biographe4.

  • 5 Il est toutefois inscrit à la Faculté de Grenoble.
  • 6 ACUCL, O1 Be (personnel enseignant) : lettre d’E. Delachenal au recteur Baunard, 16 août 1900.
  • 7 Des pouvoirs de la femme sur les biens communs pendant la durée de la communauté légale, Paris, Lib (...)
  • 8 ACUCL, O1 Be : lettre du recteur Baunard, 12 septembre 1903.
  • 9 ACUCL, O1 Be : lettre du doyen Vareilles-Sommières au pro-recteur Rambure, 6 juin 1905.
  • 10 Le ministère lui propose d’abord une affectation à Rennes, puis lui demande de renoncer à tout proj (...)

3Joseph Delachenal, dont la mère est issue d’une famille d’industriels lilloise, apparaît ainsi comme l’héritier de traditions contradictoires, qui le gardent de l’intransigeance catholique. Mais l’empreinte religieuse n’en est pas moins évidente sur sa jeunesse, du collège de Saint-Pierre-d’Albigny, où il effectue ses études secondaires sous la direction de prêtres diocésains, à l’Université catholique de Lille, où son père se charge de sa formation5, sans que l’on puisse évaluer les influences qui l’ont marqué, celle de l’ACJF notamment. Étudiant brillant, il remporte en 1900 le premier prix du concours général de licence des Facultés de droit6 et soutient peu après ses thèses de doctorat en droit civil et droit public qui révèlent son intérêt pour la famille et la paysannerie, une constante dans son parcours7. Il assure aussitôt un enseignement bénévole à Lille, mais projette dès 1903 de s’installer en Savoie « où il aspire à la vie politique, à la défense religieuse, en préparant son agrégation pour entrer à la Faculté de Grenoble8 », ce qui risque de priver l’Université catholique des services d’Eugène, « brillant professeur » dont « l’amour paternel touche à la frénésie » et qui est décidé à le suivre9. Les deux hommes poursuivent toutefois leur enseignement jusqu’à la mort d’Eugène (juin 1906), bientôt suivie par l’échec de Joseph à l’oral de l’agrégation de droit et le refus d’accepter les conditions du ministère de l’Instruction publique pour obtenir le poste de chargé de cours à la Faculté de Grenoble auquel il pouvait prétendre10.

  • 11 Il épouse en 1911 Geneviève de Montgolfier qui lui donne six enfants dont Eugène (1912-1958), membr (...)
  • 12 C. Sorrel, Les Catholiques savoyards. Histoire du diocèse de Chambéry 1890-1940, Montmélian, La Fon (...)
  • 13 Archives diocésaines de Chambéry [ADC] : journal de l’abbé Théophile Paravy, 12 décembre 1908.
  • 14 La Savoie libérale, septembre 1907 et avril 1908 ; La Semaine religieuse de la Savoie [SRS], 7 avri (...)

4Le juriste, célibataire jusqu’en 191111, ouvre alors un cabinet d’avocat à Chambéry et se consacre à la promotion des œuvres sociales. Il agit en lien avec un prêtre sillonniste, l’abbé Paravy, et de jeunes notables soucieux de faire évoluer le regard des élites sur la question sociale dans la ligne du Sillon, de la Chronique du Sud-Est et des Semaines sociales de France, malgré les réserves des archevêques de Chambéry, Mgr Hautin (1893-1907) et Mgr Dubillard (1908-1914), pourfendeur du Sillon finistérien12. En 1907, Delachenal contribue à organiser des « conférences sociales », auxquelles les sillonnistes locaux et les catholiques sociaux lyonnais prennent une large part dans une optique « très démocrate13 ». Il participe la même année à la création à Chambéry d’une « coopérative d’habitations hygiéniques à bon marché » avec ses promoteurs radicaux que l’abbé Paravy convainc de renoncer à tout monopole politicien. En 1908, il fonde l’Association des jardins ouvriers savoyards et, en 1909, il rejoint le comité de l’Union des travailleurs savoyards, créée par l’Alliance catholique savoisienne de Paris qui assiste depuis 1903 les migrants, longtemps encadrés par des associations neutres ou influencées par la franc-maçonnerie14.

  • 15 La Vie du peuple, 31 octobre 1908.

5Delachenal privilégie cependant dès 1907 les projets ruraux en partant du canton de Saint-Pierre-d’Albigny, où il crée un syndicat de défense des intérêts agricoles, une caisse locale de crédit agricole et une mutuelle contre l’incendie15. Il étend ensuite son action à l’arrondissement de Chambéry, en retard en ce domaine, et fonde la caisse régionale de crédit agricole de la Savoie avec la collaboration de personnalités de tendances opposées. Il plaide en effet pour l’exclusion de « tout esprit de parti » des œuvres mutualistes, condition nécessaire pour leur succès dans un pays divisé entre « rouges » et « blancs », ce qui n’exclut pas une prise de position vigoureuse en faveur de la République :

  • 16 Ibid., 28 août et 27 mars 1909.

Nous n’avons pas eu à nous rallier à la République. Nous sommes des jeunes et, pour être républicains, nous n’avions pas à briser un passé ; il nous a suffi de consulter notre cœur et les aspirations de la société contemporaine ;
Nous persistons à espérer une république large, ouverte à toutes les bonnes volontés, animée d’un esprit de fraternité, venant en aide à toutes les initiatives généreuses, favorisant l’établissement des œuvres agricoles et sociales sans s’inquiéter des opinions religieuses de ceux qui les dirigent. Le gouvernement d’une nation comme la nôtre ne peut pas être livré à la discrétion d’un seul homme, au hasard d’une naissance16.

6Pour soutenir le mouvement mutualiste, Delachenal multiplie les réunions dans les villages et crée fin 1908 un journal, La Vie du peuple, qui analyse la législation, diffuse les thèses des orateurs des conférences sociales et décrit les réalisations.

  • 17 La Savoie libérale, 28 avril 1907.
  • 18 L’abbé Paravy note dans son journal fin août : « Conférence de Monseigneur sur la Fédération cathol (...)
  • 19 C. Sorrel, « Les congrès diocésains et la mobilisation des catholiques après la Séparation », Vingt (...)
  • 20 Avec Pie X, le diocèse invite les fidèles à « déployer courageusement le drapeau catholique » dans (...)
  • 21 ADC : journal de l’abbé Paravy, 9-14 janvier 1909.
  • 22 SRS, 1908-1909 ; La Croix de Savoie, 1908-1909.

7La démarche du jeune avocat éveille toutefois bien des suspicions au lendemain de la Séparation des Églises et de l’État, même si la crise des Inventaires n’a pas revêtu de caractère dramatique dans un département où l’électorat est fidèle à la gauche depuis 1871, malgré une pratique religieuse élevée. S’il récuse les clivages politiques autour des mutuelles, il ne peut pas éviter toute relation avec les milieux conservateurs qui lui offrent un point d’appui dans le Syndicat des agriculteurs de la Savoie, dont il devient administrateur en 190717, et l’Union du Sud-Est des syndicats agricoles. Dans le même temps, sa profession de foi républicaine heurte la fraction des notables qui s’oriente vers l’Action française, en dépit de l’impact limité de la ligue en Savoie. Elle gêne tout autant la stratégie d’union des catholiques sur le terrain « religieux » dont Mgr Dubillard, séduit par le mouvement maurassien, se fait le promoteur. L’archevêque stigmatise l’Action libérale populaire, fidèle au « terrain constitutionnel » cher au pape Léon XIII18, et élabore un projet de Fédération catholique conforme aux directives données en 1909 par le pape Pie X et le secrétaire d’État Merry del Val au colonel Keller, président de la Société générale d’éducation et d’enseignement19. La suspicion de la hiérarchie face à Delachenal est encore accentuée par le refus que celui-ci oppose à la confessionnalité des œuvres, prônée avec le soutien de Rome par Louis Durand, président de l’Union des caisses rurales et ouvrières20, et l’accueil qu’il réserve dans son organe aux thèses des suspects de « modernisme social ». Il n’hésite pas, d’ailleurs, à intervenir auprès de Mgr Dubillard pour défendre Paravy, dénoncé par les « réactionnaires » et prié de s’abstenir de participer aux conférences sociales, et obtient le maintien de sa collaboration à La Vie du peuple21. Ses positions sociales semblent toutefois plus proches de celles de l’ACJF dont il favorise l’essor dans le diocèse avec l’appui de l’archevêque, soucieux de combattre le Sillon. Il préside le cercle d’études de Saint-Pierre-d’Albigny, porte « l’emblème de la Jeunesse catholique » à Lourdes en 1908 et dirige une séance d’études lors du congrès diocésain de 1909 à la veille de sa candidature à la Chambre des députés, ce qui ne manque pas de nourrir l’accusation de cléricalisme à gauche22.

  • 23 Mathias Bernard, « La diffusion incomplète d’un modèle partisan : les progressistes et la Fédératio (...)
  • 24 Le rédacteur en chef de La Savoie libérale, Édouard Blanc, affirme que « les catholiques ont le dev (...)
  • 25 Bulletin savoyard d’études politiques et sociales [BSEPS], 15 décembre 1909 et 15 mai 1910 ; SRS, 1 (...)

8Delachenal a amorcé son entrée en politique en conquérant en 1907, avec près de 60% des suffrages exprimés, le siège de conseiller général du canton de Saint-Pierre-d’Albigny puis en entrant l’année suivante au conseil municipal du chef-lieu. Ces victoires sont encourageantes. Mais la bataille législative est loin d’être gagnée dans l’arrondissement de Chambéry-sud, tenu par la gauche depuis 1871. La droite, fragilisée par ses défaites et ses divisions, semble impuissante, malgré les efforts de réorganisation tentés depuis 1900 autour de La Savoie libérale, qui soutient les ralliés de l’Action libérale, organisés par Eugène d’Oncieu de La Bâtie, et les progressistes de la Fédération républicaine, peu structurés23. Delachenal s’oriente vers les seconds, par conviction sans doute, mais aussi tactique, pour affirmer son ancrage républicain et préserver son autonomie face aux notables de l’Action libérale, trop « cléricaux » pour lui-même et l’électorat. Il rejoint ainsi les figures catholiques du mouvement, Eugène Motte, Édouard Aynard, Louis Marin et, plus encore, Alexandre Lefas, député de l’Ille-et-Vilaine, dont il partage les préoccupations réformistes, plus marquées que chez les élus venus de l’opportunisme, au carrefour de l’agrarisme de Méline et des aspirations catholiques sociales. Il faut toutefois relativiser le rôle de l’étiquette, qui n’est pas affichée face aux électeurs et qui s’efface devant les stratégies d’alliance avec l’Action libérale, sur fond de surenchère royaliste et de réserve de l’archevêché. Le débat est vif autour de l’articulation entre la défense religieuse et l’action politique dans la Fédération catholique, soutenue par les monarchistes et présidée par d’Oncieu, qui s’éloigne de l’Action libérale, même si la diversité est réelle parmi les membres de la commission exécutive24. Les royalistes invitent toutefois leurs partisans à voter pour les libéraux, bien qu’ils n’aient « aucune illusion sur l’efficacité de la méthode électorale » et se méfient d’un homme « nuancé d’une certaine teinte socialiste ». De son côté, Mgr Dubillard suggère de soutenir le candidat qui offre « le plus de garanties au point de vue des libertés politiques et religieuses qu’il professe, et non pas au point de vue des idées professées par le parti auquel il appartient », tout en soulignant qu’aucun « ne porte haut et ferme le drapeau de la défense catholique25 ».

  • 26 Archives départementales de la Savoie [ADS], M 350 : élections législatives de 1910.

9Ces clivages internes ne modifient pas fondamentalement la tonalité de la campagne qui oppose Delachenal au candidat sortant, le radical Chambon, desservi par sa vie privée et gêné par la présence d’un socialiste indépendant, Vermale. Il invoque le patronage de son grand-père, défend le « maintien de la République » et demande, sans se référer aux enjeux religieux, « l’application des principes de liberté pour tous, d’égalité et de fraternité » avant de développer un programme d’aide aux agriculteurs et aux ouvriers. La gauche fonde sa défense sur l’assimilation de son adversaire au parti clérical et n’hésite pas à perturber ses réunions26. Mais elle ne peut pas empêcher le catholique Delachenal de recueillir les fruits de son engagement social et de sa capacité à se démarquer, en partie au moins, du cléricalisme dont l’électorat se méfie. La fragilité du score obtenu (50,91%) révèle pourtant l’ambiguïté de sa position, même si la victoire suscite aussi des fidélités durables, spécialement dans le monde rural : elle préfigure l’alternance de succès et d’échecs qui caractérise les années 1910-1928 avant une traversée du désert de 1928 à 1945.

Succès, échecs et reclassements

  • 27 La Vie du peuple, 21 et 28 mai 1910 ; 24 juin 1911.

10Delachenal ne siège en effet que huit ans à la Chambre des députés de part et d’autre de la Grande Guerre, malgré ses efforts pour réunir les forces hostiles au radicalisme. Il fonde au lendemain de son élection un organisme chargé de renseigner les militants sur les œuvres et la législation (Secrétariat agricole et social) et crée une structure politique et électorale qui compte rapidement 65 comités communaux et 2435 adhérents (Union républicaine agricole et sociale). L’organisation reste toutefois strictement locale, sans lien avec les partis nationaux, et ses manifestations, qui visent à faire nombre (conférences publiques, banquets républicains, défilés dans les rues de Chambéry), associent toujours les élus de la Fédération républicaine (Lefas, Bonnefous, Denais) et les représentants de l’Action libérale (Lerolle). Le député reste au cœur du dispositif qu’il consolide en poursuivant la création de mutuelles et en distribuant aux communes la fraction de son indemnité parlementaire (6 000 francs sur 15 000) qu’il refuse de percevoir, selon ses engagements, pour protester contre l’augmentation votée par la Chambre précédente27.

  • 28 Ibid., 11 et 18 mai 1912.
  • 29 BSEPS, 15 décembre 1911 ; La Savoie libérale, 1er mai 1912. En 1913, d’Oncieu est élu conseiller gé (...)
  • 30 Elle se produit autour de Thierry, attaché au corpus des lois laïques,
  • 31 La Vie du peuple, 8 et 22 février 1913.

11Les résultats ne sont pas négligeables, notamment lors des municipales de mai 1912 qui voient la victoire des libéraux dans la moitié des communes de l’arrondissement28. Mais Delachenal est gêné par ses différends avec la Fédération catholique qui lui reproche par exemple d’organiser une manifestation antimaçonnique en présentant les loges comme une menace pour le régime républicain au lieu de mettre en avant la défense de l’Église catholique et qui n’hésite pas à soutenir à Chambéry une liste municipale sur laquelle figurent des royalistes, alors que le Comité républicain libéral et progressiste s’abstient29. L’Action française multiplie de son côté les critiques, en particulier lorsque Delachenal, fidèle au Groupe progressiste lors de la dissidence de l’Union républicaine30, vote l’investiture du troisième cabinet Briand, partisan de l’apaisement, avec une majorité d’élus de l’Action libérale (janvier 1913). Le Réveil savoyard dénonce les « capitulards », tandis que La Vie du peuple stigmatise « la politique du pire, politique d’un patriotisme douteux », inspirée par « un incroyant, un positiviste, un athée31 ».

  • 32 Ibid., 24 février 1912.
  • 33 SRS, 5 mars 1914.
  • 34 La Vie du peuple, 4 avril 1914 ; La Savoie libérale, 3 mai 1914.
  • 35 ADS, M 351 : élections législatives de 1914 ; La Vie du peuple, 2 mai 1914. « Dans notre région, on (...)

12Dans ces conditions, la campagne législative de 1914 s’annonce difficile. Le député sortant, qui incite les catholiques à se rapprocher de « leurs amis politiques ne partageant pas les mêmes croyances en vue d’exercer une action électorale efficace » et de remporter « le triomphe » qui « leur garantirait le respect de la liberté et de la justice32 », met en avant ses réalisations (création en sept ans de 40 mutuelles contre l’incendie auxquelles 1893 familles adhèrent) et ses interventions à la Chambre en faveur de l’agriculture. Mais il est affaibli une fois encore par la déclaration de Mgr Dubillard qui appelle les fidèles à voter en « catholiques et français avant tout33 ». La gauche, unie autour du radical Girard-Madoux, se montre en revanche très offensive, d’autant qu’elle a réussi en 1912 à acquérir la majorité dans la caisse régionale de crédit agricole, et exploite le mécontentement d’une partie des électeurs face à la loi des trois ans, défendue par Delachenal qui pâtit aussi de la mobilisation des fonctionnaires contre lui34. Sa défaite est sans appel (47,69%) et provoque une explosion anticléricale (cris, parodies sacrilèges) dans un électorat peu préparé à saisir les nuances partisanes35.

13Plus intéressante sans doute est l’âpre polémique qui s’ensuit entre les libéraux et les maurrassiens dont il est malaisé de savoir si les voix ont fait défaut au sortant qui ne pose pas la question explicitement. Les premiers accusent en revanche l’Action française de porter la responsabilité de l’échec de Bazire en Vendée, tandis que les seconds se vantent d’avoir rendu possible, à Chambéry-nord, le succès du libéral Proust sur le républicain démocrate Reinach, disqualifié comme juif. Ils appellent même, peu après, les électeurs sénatoriaux de droite à aider le radical Milan à éliminer définitivement Reinach, alors que Delachenal se refuse à trancher entre deux prétendants « malfaisants » au nom de la « question nationale » invoquée par Louis Dimier :

  • 36 La Vie du peuple, 27 juin 1914 ; Le Réveil savoyard, 18 juillet 1914.

M. Delachenal est de l’école qui, depuis vingt ans, a noyé le sentiment savoyard sous le flot des appels à la liberté, au droit commun. Engagé par sa position et ses sentiments personnels dans la défense religieuse, il s’est bien gardé d’en rattacher le principe à nos traditions, à notre race […]. Il défend ce qu’il appelle la liberté religieuse à Chambéry dans les mêmes termes qu’il l’eût défendue à Dunkerque, à Yssingeaux ou à Quimper. Et cela non pas en considération de la catholicité de l’Église, laquelle n’empêche pas les sentiments locaux, façonnés par l’histoire, de constituer de puissants leviers de sa défense, mais en hommage à la liberté considérée comme principe absolu36.

  • 37 ADS, M 352 : élections législatives de 1919.

14La guerre, que Delachenal effectue dans l’intendance, met un terme provisoire à la lutte avec l’Action française qui renaîtra en 1925 surtout, après l’échec du Bloc national. Celui-ci permet au conseiller général de Saint-Pierre-d’Albigny de revenir au premier plan en tirant parti des acquis de l’avant-guerre, du scrutin de liste, de la crise d’identité du radicalisme et de la peur de l’extrême-gauche. Il fonde dès août 1919 un nouveau journal, La Savoie, confié à un ancien collaborateur de l’abbé Desgranges, Joseph Truffy, qui affirme son identité catholique, républicaine et sociale. Il s’impose dès lors pour le scrutin législatif de novembre comme le leader de la liste républicaine indépendante qui associe des catholiques de sensibilité variée pour représenter les quatre arrondissements, de l’avocat conservateur Humbert Richard au « cultivateur et ouvrier » Marcel Léger, ancien sillonniste et militant de la Jeune République. Mais, une fois encore, les étiquettes ont un faible rôle et le programme, offensif contre les radicaux accusés d’avoir laissé la France « s’affaiblir au point de devenir une proie tentante » pour l’Allemagne, demande la révision de la constitution et l’apaisement religieux et social. La défense du catholicisme, « une école de discipline privée et la condition des familles nombreuses et de la paix sociale », est plus explicite qu’en 1910 ou 1914 : « L’autorité civile doit à toutes les convictions religieuses le respect le plus absolu et la liberté la plus grande. L’équité demande la réparation des injustices commises par des lois que seuls les sectaires déclarent intangibles. La dignité et l’intérêt de la France exigent qu’elle ne soit pas le seul pays qui n’ait aucun représentant diplomatique auprès du Vatican37. » Avec 38,69% des suffrages exprimés en moyenne, le succès des républicains indépendants est relatif face aux radicaux et républicains socialistes (34,69%), gênés par la « liste républicaine des anciens combattants » constituée par des dissidents radicaux (13,57%) et la liste SFIO (11,12%). Ils obtiennent quatre des cinq sièges et les élus adhèrent au Groupe de l’Entente républicaine démocratique, divers dans ses composantes, y compris Léger, même si ce dernier rallie en 1920 la Ligue nationale de la démocratie, fondée par Sangnier pour unir Jeunes républicains et Républicains démocrates, avant de quitter la Jeune République lorsqu’elle reprend son autonomie en 1922 et s’engage dans une action pacifiste en rupture avec le Bloc national.

  • 38 La Savoie, 1er février 1920.
  • 39 J. Delachenal, « Familles nombreuses », La Savoie, 11 juillet 1920 ; « La situation des familles no (...)
  • 40  ADS, M 353 : élections législatives de 1924 ; Le Réveil des gauches, 10 mai 1924. Le préfet estime (...)

15Delachenal, réservé face à plusieurs ministères des années 1920 et 1921, notamment celui de Millerand qui accueille à un poste de sous-secrétaire d’État son seul adversaire élu en 1919, le républicain socialiste Borrel38, avec lequel il ne cesse de polémiquer, apporte un large soutien à Poincaré à partir de 1922. Il se révèle, comme lors de son premier mandat, un député actif qui intervient sur nombre de sujets, tout en privilégiant la défense des agriculteurs et des familles nombreuses (allocations, loi militaire, suffrage familial39). Son dynamisme ne suffit pourtant pas à prévenir le renversement de conjoncture de 1924 qui conduit à un affrontement âpre avec la liste du Cartel des gauches formée par Borrel avec le soutien sans participation de la SFIO. Delachenal, épaulé par Léger et Luguet, inconnu de l’électorat malgré ses fonctions de rédacteur en chef de La Savoie depuis 1922, agite le spectre du combisme, « des fiches et des délégués », « des luttes intestines et des persécutions religieuses », tout en stigmatisant un Bloc des gauches responsable des humiliations nationales et de la guerre. Il accepte de facto l’appel de la Fédération savoyarde d’Action française à voter pour lui, malgré ses réserves devant « l’étalage d’un républicanisme arriéré et néfaste », et ne parvient guère à contrer le discours de la gauche qui voit en lui « l’homme des gros capitalistes et des curés40 ». Le verdict est clair, malgré un gain de voix par rapport à 1919, lié à la hausse de la participation : le Cartel, à peine gêné par une liste communiste et une liste de concentration républicaine à connotation nationaliste, remporte les trois sièges à pourvoir avec 50,24% des suffrages exprimés contre 40,52% aux républicains indépendants.

  • 41 Archives Vérot : notes et discours, 1925.
  • 42 Jean-Claude Delbreil, « Parti démocrate populaire, modérés, centrisme et démocratie chrétienne », i (...)
  • 43 Léger devient rédacteur en chef de La Savoie après l’échec de 1924.
  • 44 Archives Vérot : statuts ; La Savoie, 26 septembre, 3, 10 et 31 octobre 1925 ; 9 janvier 1926 ; 30 (...)

16Delachenal, moins audacieux sur le plan social qu’avant 1914, plus proche des milieux conservateurs, apparaît enfermé dans le clivage entre « blancs » et « rouges » qui reste prégnant, surtout dans les villages, au moment où une nouvelle formation apparaît sur la scène nationale, le Parti démocrate populaire. Introduit en Savoie dès janvier 1925 sous l’impulsion de Léger et Vérot, il attire des jeunes, anciens de l’ACJF, combattants du front, syndicalistes chrétiens, qui aspirent à « rajeunir des formations vieillies par l’insuccès41 » et se méfient de la Fédération républicaine dont le glissement conservateur est sensible au milieu des années 1920, surtout après l’accession de Marin à la présidence en 192542. Ils ne peuvent toutefois pas compter sur leurs seules forces, ni ignorer la place acquise par Delachenal depuis 1910, d’autant que celui-ci n’est pas étranger à leurs préoccupations sociales et que des liens personnels existent43. Ils proposent dès lors une « fédération des différentes tendances de l’opposition républicaine » que l’ancien député, soucieux de garder un rôle prépondérant, de ne pas laisser le terrain à la Fédération nationale catholique mobilisée contre les projets laïques du Cartel, et de préparer la revanche de 1924, accepte. Mais il réoriente le projet en suggérant la création de l’Union républicaine de Savoie, version réaménagée de l’organisation de 1910 et extension du comité central mis en place fin 1924 autour de La Savoie. L’URS, présentée comme une organisation électorale avec des comités à trois niveaux (commune, canton, arrondissement), associe des adhérents à titre individuel sur de grands principes (loyalisme républicain, paix religieuse, progrès social, sécurité collective) et entretient des liens avec les partis nationaux (Fédération républicaine, PDP). La démarche est lancée le 3 janvier 1926 en présence de Marin et aboutit à la formation de 77 comités, forts de 4000 membres44.

  • 45 « Pendant deux ans, plus même, nous avons encaissé ces attaques sans rien dire. Notre silence a eu (...)
  • 46 La Savoie, 24 octobre 1925.
  • 47 ADM, 124 : lettres à Mgr Grumel, 17 novembre 1925, 23 novembre 1925 et 19 avril 1926.

17La création de l’URS, la présence de Léger au secrétariat général, la réaffirmation de l’ancrage républicain et le soutien apporté à la SDN, avec ferveur chez Léger, avec nuances par Delachenal, sensible aux carences de l’organisation genevoise et au besoin de sécurité des peuples, relancent la polémique avec l’Action française, qui bénéficie de la sympathie de deux des trois évêques de la Savoie, Castellan et Grumel. Les attaques contre Delachenal, accusé de « s’obstiner dans l’ornière démocratique », s’aggravent en juillet 1925, lorsque les dirigeants invitent les électeurs à ne pas voter pour lui lors du renouvellement du conseil général. La Savoie, longtemps silencieuse jusqu’à l’équivoque45, riposte en octobre en stigmatisant « les disciples de l’athée Maurras ou de Léon Daudet dont on ne compte plus les multiples romans licencieux46 ». Grumel tente alors d’obtenir un armistice auquel les adversaires se résignent avec méfiance. « Les libéraux ne cessent de déblatérer contre nous et contre nos doctrines ; ils préfèrent s’allier aux radicaux ou, comme ils disent, à des “hommes venant d’horizons politiques différents”. Avec les catholiques comme nous, jamais ! […] Je reste quelque peu sceptique sur la réalisation de leur promesse », affirme le président des comités royalistes Challamel. « Je veux bien cesser toute polémique, mais il faut que l’Action française cesse sa campagne contre nous ; jusqu’ici, elle n’a fait des conférences que dans les communes ultra catholiques, dans le but de nous y enlever des voix. Qu’elle aille donc dans les communes cartellistes ou communistes, où elle aurait du bon travail à accomplir », répond Delachenal. La tentative de l’évêque de Maurienne achoppe en fait sur les dérives des ligueurs auxquels il donne finalement tort : « Je constate qu’il est plus grave pour l’Action française d’appeler M. Delachenal “goret” que pour le journal de M. Delachenal de mettre en doute la foi des catholiques royalistes et de les traiter de “pharisiens” », déplore Pierre Bévillard47. Mais il faut attendre la crise déclenchée fin 1926 par la condamnation romaine pour que l’hypothèque de l’Action française, qui s’effondre dans un département où elle était marginale, soit levée.

  • 48 ADS, M 362 : élections sénatoriales de 1927. Il obtient, au second tour, 279 voix contre 358 au sor (...)
  • 49 ADS, M 354 : élections législatives de 1928 ; La Savoie, 28 avril 1928 ; Sabine Jansen, Pierre Cot, (...)

18Delachenal prépare en fait dès ce moment la campagne législative de 1928 qui s’avère aussi délicate que celle de 1924 après une réélection difficile au conseil général en juillet 1925 et un échec au Sénat en janvier 192748, à peine compensés par son accession aux fonctions de maire de Saint-Pierre-d’Albigny. Le rétablissement du scrutin d’arrondissement annonce un duel inédit avec Pierre Cot, l’ancien de l’ACJF qui a fait ses premiers pas en politique dans le sillage de Delachenal, le collaborateur de Poincaré passé au Parti républicain socialiste puis au Parti radical pour augmenter ses chances d’être élu en Savoie, où la direction parisienne l’impose avec le relais de Girard-Madoux, vainqueur de son mentor en 1914. Le combat, qui associe une charge affective et un conflit de générations – l’homme du front contre l’homme de l’arrière –, est ardent. Cot, fort d’un passé poincariste qu’il revendique et de l’appui de toute la gauche, PCF excepté, s’impose par son éloquence sur un terrain préparé et la défaite de Delachenal (46,99% contre 50,71%) ressemble à une mise à mort que les vainqueurs symbolisent en un convoi funèbre parodique à travers les rues de Chambéry49.

  • 50 ADS, Fonds Secret, 44 F 92 : lettre d’André Tercinet à Édouard Tercinet, 28 avril 1928.
  • 51 C. Sorrel, Les Catholiques…, op. cit., p. 344-352.
  • 52 ADS, 15 T 6 : lettre du commissaire de police de Chambéry, 9 octobre 1928 ; SRS, 5 octobre 1928.
  • 53 ADS, Fonds Secret, 44 F 92 : lettre de J. Delachenal à B. Secret, 22 août 1931.

19L’échec de Delachenal, qu’un témoin attribue à l’usure de l’homme, à la passivité des comités de l’URS et à un programme « plat », « peu éloigné » au fond de celui de son rival50, accélère la recomposition esquissée en 1925 et provoque des fractures et des reclassements durables par-delà la guerre. La suspension de La Savoie ouvre la voie à la création d’un titre nouveau, Le Pays de Savoie, conçu comme un centre d’initiatives par les jeunes du PDP, déçus par la campagne personnelle de Delachenal, hostiles au conservatisme nationaliste de la Fédération républicaine et soucieux de promouvoir la démocratie, le progrès et la paix, avec l’appui de l’abbé Paravy et de l’abbé Secret, l’un des dirigeants du mouvement combattant51. Les « jeunes » refusent ainsi la tutelle de Delachenal, rejeté du côté des notables de l’Union catholique des hommes de Savoie, naguère proches de l’Action française : il franchit le pas en acceptant d’entrer fin 1928 dans son comité sur la proposition de l’archevêque de Chambéry Castellan, peu empressé à exécuter les directives de Pie XI contre les maurrassiens et mobilisé face au Pays de Savoie52. La guérilla entre les deux groupes se poursuit de 1929 à 1931, en particulier sur les questions internationales, et les démocrates-chrétiens soutiennent la création d’un nouveau cartel électoral, le Groupement républicain savoyard, qui s’ouvre à des formations laïques (Parti radical national, Alliance démocratique) malgré les préventions catholiques. Ils remportent des succès auprès du clergé et des fidèles au point de contraindre Delachenal à abandonner son mandat de conseiller général en 1931 à la suite d’une démarche auprès du secrétaire de la Fédération républicaine, son cousin Guiter : « Je l’avais pourtant annoncé bien nettement, mais on doutait de ma sincérité ; il me fallait abandonner le conseil général pour établir d’une façon définitive mon absence d’ambitions électorales53. »

  • 54 Archives de l’Institut catholique de Paris [AICP], dossiers des professeurs : correspondance Baudri (...)
  • 55 Paul Droulers, Politique sociale et christianisme. Le Père Desbuquois et l’Action populaire, t. 2, (...)
  • 56 AICP : lettre à Mgr Baudrillart, 2 septembre 1929.

20Delachenal, père de six enfants, est alors professeur adjoint à l’Institut catholique de Paris, où le recteur Baudrillart l’a accueilli en novembre 1930, malgré les réticences initiales de ses collègues hésitants sur ses aptitudes après la longue suspension de son enseignement et troublés par un tour de faveur fondé sur des recommandations ; l’année suivante, il ajoute une suppléance à Lille54. Ces fonctions le contraignent à renoncer au secrétariat de la revue Les Assurances sociales, fondée en 1929 par les catholiques sociaux pour aider la mise en œuvre de la loi du 5 avril 192855, et à limiter ses activités en Savoie, où il reste maire de Saint-Pierre-d’Albigny et gère des institutions mutualistes, tout en donnant « des conseils aux Savoyards, ce qui [lui] amène beaucoup de visites […] et une correspondance assez volumineuse56 ».

  • 57 Le Pays de Savoie, 18 juin et 7 juillet 1932.
  • 58 ADS, M 363 : élections sénatoriales de 1937.
  • 59 Le Groupe de l’Entente républicaine démocratique à la Chambre des députés a pris en 1924 le nom de (...)

21L’ancien député entretient en fait ses réseaux de clientèle et n’exclut donc pas un retour qu’il amorce à partir de 1935 à la faveur de la mise à l’écart du PDP dans Le Pays de Savoie et le GRS, commencée à la veille des élections de 1932 et achevée après la défaite, au terme d’une campagne d’où la dimension religieuse est absente. La réorganisation du GRS, conçu comme un front conservateur par le nouveau responsable du journal, Georges Riond57, se fait sous les auspices de Jorcin, président de l’UCHS, et de Delachenal. Celui-ci tente, en 1935, d’entrer au Sénat en soulignant son aversion pour le « fascisme de droite ou de gauche », en approuvant la politique extérieure de Laval et en invitant les électeurs à faire une place à la minorité en sa personne58. Il échoue avec 276 voix sur 660 et se tient à l’écart du combat de 1936, favorable au Front populaire. Mais il revient en 1937 au conseil général (55,62% des suffrages exprimés) et reste fidèle, sous l’étiquette URD59, à la Fédération républicaine dont il partage la réserve envers le PDP. La méfiance réciproque de Delachenal et des démocrates populaires, faite de nuances politiques et de compétitions personnelles ou générationnelles héritées de la « trahison » de 1928, demeure une dimension majeure de la vie politique savoyarde de la IVe République qui voit l’éphémère député de la IIIe siéger sans discontinuité au Palais-Bourbon et devenir l’un des arbitres de la vie politique départementale.

L’arbitre de la vie politique savoyarde

  • 60 Il n’a pas été arrêté et déporté comme l’affirme le Dictionnaire … 1958, op. cit., p. 295.
  • 61 ADS, M 3408 et 3209 : élections cantonales de 1945 ; élections à l’Assemblée constituante de 1945.

22La recomposition des forces politiques après la Libération permet en effet le retour sur le devant de la scène de Delachenal qui était resté discret pendant la guerre, tout en aidant la population de Saint-Pierre-d’Albigny, en 1943 notamment lorsqu’il lui épargne, au péril de sa vie, des représailles après l’assassinat de soldats allemands60. Il avait sans doute accepté de siéger dans la commission administrative départementale en 1940 et d’être vice-président du conseil départemental en 1942. Les conséquences sont cependant limitées dans la mesure où l’ordonnance du 21 avril 1944 prévoyant la déchéance des conseillers départementaux est rarement appliquée aux élus en fonction en 1940. Il ne se porte toutefois pas candidat aux cantonales de septembre 1945 et ne peut empêcher l’élection du prétendant socialiste. Mais il avait gardé son mandat municipal en avril et forme en octobre, en vue de l’Assemblée constituante, une « liste républicaine et sociale » avec le général Cartier et le cultivateur Raucaz afin de « réaliser l’union entre tous ceux qui veulent une République véritablement sociale et libérale, en dehors de toute considération de partis ». Il propose un programme de soutien au général de Gaulle, « le libérateur du territoire, qui ne doit être discuté par personne », de paix et de liberté, spécialement dans le domaine scolaire, de lutte contre la misère et de progrès social et suggère des dispositions constitutionnelles pour éviter les erreurs de la IIIe République, tout en traçant le portrait idéal de l’élu, « un conseiller et un guide ». La liste Delachenal (29,18%) arrive derrière la liste d’Union des gauches (36,31%), formée par Cot et le PCF, mais précède la liste de la SFIO (14,57%) et celle de la Jeune République (19,93%), dont le succès est lié à la conjoncture, à la charge de président du CDL de son leader, Lucien Rose, et à l’absence du MRP. Delachenal retrouve ainsi les bancs du Palais-Bourbon avec l’appui de ses fidèles, des nostalgiques de Vichy, discrets, et d’une partie des catholiques, qui se tournent aussi vers la Jeune République, force neuve identifiée à la Résistance61.

  • 62 ADS, M 3273 : élections à l’Assemblée constituante de juin 1946. Delachenal ne se réclame plus de l (...)

23Le nouveau député, inscrit au Groupe des républicains indépendants, condamne le tripartisme, rendu responsable du départ du général de Gaulle et des tensions économiques et assimilé à une « union pour s’emparer du pouvoir » et entraver la liberté d’action des élus, qui devraient « uniquement dépendre de leur conscience et de leurs électeurs62 ». Il refuse ses projets constitutionnels et rédige une proposition qui affirme les droits de la famille, crée une chambre professionnelle, interdit le cumul des fonctions de ministre et de député, propose l’élection de l’assemblée au scrutin uninominal départemental avec apparentements et donne au président de la République le droit de dissolution. Il invite en conséquence ses mandants à voter non en mai et octobre 1946. Mais le ton se durcit entre les deux scrutins législatifs qui s’ensuivent, en lien avec l’apparition du MRP sur la scène locale. Ses fondateurs, des jeunes souvent, tel Joseph Fontanet, se méfient en effet de Delachenal, comme leurs aînés venus du PDP. Ils vont seuls au combat pour la seconde constituante en juin et effectuent, malgré une pénétration limitée des campagnes, une percée (14,07%) face à la Jeune République, desservie par sa faible audience nationale et les contradictions de Rose.

  • 63 ADS, W  : rapports du préfet, 5 et 21 mai 1946. Les sympathies démocrates-chrétiennes d’une partie (...)
  • 64 Les Savoyards votent oui aux référendums constitutionnels de mai (53%) et novembre (63%). La Vie no (...)
  • 65 Le MRP n’avait pas mentionné le mariage dans un amendement.
  • 66 Celle-ci ne se produit que dans deux départements, la Savoie et la Corse.
  • 67 ADS, M 3277 : élections législatives de novembre 1946 ; W : rapport du préfet, 7 décembre 1946.

24La position de Delachenal, qui se présente sous l’étiquette du Cartel républicain, formé par une soixantaine de sortants, avec à ses côtés Quézel, un indépendant, et Martin, un militant du Parti paysan, formation agrarienne née en 1945, reste toutefois solide (26,43%) face à la gauche – toujours majoritaire – grâce au vote rural et, dans une mesure plus difficile à préciser, à l’appui du clergé, peut-être moins unanime que ne le dit le préfet63. Mais l’inquiétude du député est réelle et en novembre, avec les mêmes colistiers, il se montre plus offensif pour l’élection de l’Assemblée nationale après avoir proposé sans succès une entente électorale au MRP. Il dénonce la constitution qui établit « l’omnipotence » de la Chambre et entraîne la « dictature des partis », définit la République comme laïque, « expression vague qui pourrait servir de prétexte à toutes les persécutions religieuses comme au temps du combisme » et ne garantit ni le droit de propriété, ni la liberté d’enseignement64. Il reproche au MRP les concessions faites au communisme, la nationalisation des assurances, menaçante pour les mutuelles agricoles, et le refus de valider le « respect des droits de la famille basée sur le mariage », car « il ne faut pas mettre sur le même pied le mariage et l’union libre65 ». Il s’emploie aussi à contrer l’argument du « vote utile » en faveur du MRP, qui a droit à un représentant en Savoie et est plus influent que le « groupe insignifiant » des républicains indépendants. Il peut ainsi conserver son siège et même améliorer son résultat (30,26%) en recueillant une partie des voix radicales hostiles à l’alliance de la SFIO et du PCF66 sous l’égide de Cot (46,07%), tandis que le MRP profite de son dynamisme et de l’effacement de la Jeune République pour se rapprocher de son score national (22,27% et 25,9%67).

  • 68 L’Indépendant de Savoie, n° 1, novembre 1947. Delachenal reproche au cabinet Ramadier sa mauvaise g (...)
  • 69 Ibid., n° 1, novembre 1947 ; n° 4, octobre 1948. En juin 1948, à propos des accords de Londres, Del (...)
  • 70 G. Richard, Le Centre national des indépendants et paysans de 1948 à 1962, ou l’échec de l’union de (...)

25L’élu rejoint une fois encore le Groupe des républicains indépendants qui lui permet de « voter librement, tantôt pour, tantôt contre, selon [qu’il] estime bonnes ou mauvaises les solutions ». Il investit en décembre 1946 le cabinet Blum dont l’homogénéité lui fait espérer qu’il « [parviendra] à gouverner effectivement ». Puis il exprime sa réserve à l’égard du cabinet Ramadier et s’abstient le 30 octobre 1947 lors du vote de confiance consécutif au départ des ministres communistes68. Avec une fraction des indépendants, il n’échappe pas totalement alors à l’attraction du gaullisme comme le montrent son éloge, en novembre 1946, du projet de constitution établi par le Général et sa participation, en août 1947, à l’Intergroupe pour une vraie démocratie, suscité par ses partisans69. Mais il reste fidèle à la famille indépendante lorsqu’elle se structure, en juillet 1948, en Centre national des républicains indépendants. Il siège au Groupe des républicains indépendants avant d’adhérer, en mars 1949, au Groupe du Centre républicain d’action paysanne et sociale, lié au Parti paysan d’union sociale, dans le cadre d’un accord entre le CNRI et le PPUS, désireux de fonder un groupe parlementaire. L’accord est prolongé par la création d’un intergroupe qui annonce l’entrée, en février 1951, du PPUS dans le CNRI, rebaptisé Centre national des indépendants et paysans70.

  • 71 ADS, W : rapport des RG, 3 avril 1951.
  • 72 L’Indépendant de Savoie, n° 4, juillet 1948.
  • 73 ADS, W : rapport du préfet, 8 avril 1947.
  • 74 L’Indépendant de Savoie, n° 6, janvier 1949 ; n° 7, mai 1949 ; n° 12, novembre 1950-janvier 1951 ; (...)

26L’électorat local est largement étranger à ces démarches, même si un Centre départemental des indépendants est fondé en 1950, et l’influence de Delachenal repose sur un « jeu personnel et subtil » qui lui assure une « clientèle très large » dans « une fidélité traditionnelle et à toute épreuve71 ». Il rend de multiples services aux électeurs avec son fils Jean, son successeur désigné, qu’il associe à son action en lui cédant la mairie de Saint-Pierre-d’Albigny en 1947 et fait élire au conseil général en 1951. Il relaie les revendications corporatistes en multipliant les interventions, interpellations et propositions de loi, non sans risque de conflits entre les intérêts de ses mandants, comme en 1948, lorsque les commerçants lui reprochent de favoriser les agriculteurs, deux catégories qu’il invite en fait à la solidarité selon la démarche du Groupe parlementaire de défense des classes moyennes dont il est vice-président aux côtés de Bardoux72. Il n’oublie pourtant pas les enjeux majeurs, sur lesquels il n’hésite pas à parler, même si le préfet l’accuse de sacrifier « l’intérêt national » au « bénéfice d’intérêts particuliers » en aidant par exemple la résistance des villageois de Tignes à la construction d’un barrage à l’heure où les besoins énergétiques de la France sont considérables73. Il défend des positions libérales face à la coûteuse tentation étatiste (dirigisme, nationalisations, organisation de la Sécurité sociale au détriment des mutuelles). Il propose en mars 1950 seize modifications à la constitution, et veut réviser, en avril 1951, avec Bardoux et Dixmier, l’article 2 de la loi de Séparation pour assurer l’exercice du culte dans les établissements scolaires publics et subventionner les établissements privés. Il défend aussi la paix en protestant, en décembre 1950, contre l’attitude du général Mac Arthur face à la Chine, ce qui lui vaut le soutien du MRP Grouès (l’abbé Pierre) et du progressiste Cot74.

  • 75 ADS, W : rapport des RG, 3 avril 1951. Le RPF a 2000 adhérents en 1948, 100 en 1950.
  • 76 ADS, W : rapports des RG, 26 décembre 1946 et 26 juin 1947 ; L’Indépendant de Savoie, n° 5, octobre (...)
  • 77 ADS, W : rapport du préfet, 11 décembre 1947 ; rapport des RG, 1er octobre 1951.
  • 78 ADS, W : rapports des RG, 10 mars 1947 et 3 avril 1951. Le MRP a 2000 adhérents en 1947, 300 en 195 (...)
  • 79 Delachenal, membre de la commission du suffrage universel, reprend une idée avancée en 1945 pour so (...)
  • 80 ADS, W : rapport du préfet, 6 juin 1951.
  • 81 ADS, M 3287 : élections législatives de 1956 ; W : rapports du préfet, 28 février-10 juillet 1951.

27Delachenal, en contact avec ses électeurs par L’Indépendant de Savoie, parvient ainsi à attirer vers lui une grande partie des conservateurs et des modérés préoccupés par l’influence du PCF, servi en Savoie par le prestige de son allié Cot, qui divise un Parti radical affaibli, tandis que la SFIO, dont la section départementale est dissoute après les élections de novembre 1946, se reconstruit lentement. À droite, il n’est pas gêné par des formations comme le Parti républicain et social de la réconciliation française ou le Parti républicain de la liberté, inexistantes, et le succès du RPF est éphémère75. À gauche, s’il ne parvient guère à séduire les partisans de la Jeune République, dont l’existence devient théorique, mais dont les animateurs rallient l’UDSR, il entretient de bonnes relations avec un autre membre de l’UDSR, François Dumas, qu’il aide à entrer au Conseil de la République en 194676. Delachenal s’efforce ainsi d’isoler le MRP, dont la base ne lui est pas toujours hostile, comme le montrent d’ailleurs les ententes pour les municipales de 1947, mais dont les dirigeants restent réservés à son égard, Fontanet en particulier, en qui le député voit un rival pour son fils et héritier politique77. Après une montée en puissance rapide, la fédération savoyarde marque pourtant le pas78 et le vieux leader est en situation d’arbitre lorsque l’assemblée adopte la loi sur les apparentements dont il est l’un des inspirateurs et le rapporteur, en dépit des réticences initiales des indépendants qui pèsent de plus en plus sur le jeu politique79. « La forte personnalité de M. Delachenal domine » dès lors la campagne législative de 1951, marquée par le départ de Cot vers le département du Rhône80. S’il n’exclut pas une entente avec le MRP, qui apparaît plutôt en position de demandeur, il n’est prêt à lui accorder que la troisième place sur sa liste. Fontanet, qui aurait voulu un front anticommuniste incluant les modérés, le MRP et la SFIO, hostile à cette hypothèse, forme alors une « liste d’action sociale et paysanne » en lien avec la Confédération générale de l’agriculture dont le secrétaire général Dardel se présente en deuxième position. Delachenal obtient en revanche le ralliement de l’UDSR, qui refuse les manœuvres de Rose et renonce à l’accord souhaité au départ avec le Parti radical et la SFIO : il accorde la seconde position à l’un des siens, Robert Barrier, issu de la Jeune République, et rappelle en troisième position Léger, ancien du PDP resté à l’écart du MRP. Les deux listes sont toutefois apparentées, comme elles le sont avec la liste d’union des gauches républicaines, la direction de la SFIO ayant passé outre le refus de la base. Dans ce contexte, le succès est net (34,52%) et Delachenal obtient deux sièges, le troisième revenant au socialiste Sibué (13,33%), malgré la défection des adversaires de l’apparentement à droite. Le PCF et ses alliés résistent (31,76%) en perdant leurs sièges. Le RPF, conduit par Édouard Tercinet, ancien collaborateur de La Vie du peuple et du Pays de Savoie, fait un score médiocre (8,30%), tandis que le MRP semble le grand perdant (11,23%), même si son repli est en phase avec l’évolution nationale (12,3%) : le préfet met en cause la défection des voix catholiques, acquises à Delachenal, qui a multiplié les réunions et les contacts individuels81.

  • 82 ADS, W : rapport du préfet, 10 octobre 1951.
  • 83 L’Indépendant de Savoie, n° 33, décembre 1955 ; Archives Fontanet : compte-rendu de la rencontre du (...)
  • 84 Archives Fontanet : tract électoral ; lettre aux conseillers généraux MRP, 7 décembre 1955.
  • 85 L’Indépendant de Savoie, n° 33, décembre 1955 ; ADS, M 3292 : élections législatives de 1956.

28La rivalité entre le CNIP et le MRP, exacerbée par les cantonales de l’automne 195182, reste d’actualité tout au long de la législature et domine encore le scrutin de 1956. Delachenal, fort de son bilan et pressé par ses amis, se représente malgré son âge et engage des tractations avec Fontanet. Il propose une liste unique pour mobiliser les « spiritualistes » découragés par la pluralité des listes, alors que le MRP juge la concurrence préférable, sans exclure l’alliance. Dans cette hypothèse, il revendique la seconde place en opposant les progrès de sa formation à la préséance des sortants mise en avant par Delachenal. Mais ce dernier s’obstine, malgré le vœu d’une partie de l’électorat de le voir se retirer ou occuper la dernière place pour faire élire Fontanet83. Il se tourne alors vers un jeune résistant, Pierre Dumas, fils du sénateur, qui reçoit l’investiture du Centre national des républicains sociaux, organisé pour coordonner l’action des gaullistes décidés à rester en lice après la mise en sommeil du RPF. La mort de Barrier relance pourtant le débat avec Fontanet qui accepte la seconde place offerte par Delachenal sous réserve que « le troisième candidat représente les électeurs ruraux ou salariés » comme le veulent « les élites sociales nouvelles ». Le vieux leader, qui espère encore rester le maître du jeu, refuse en invoquant son engagement envers Dumas et remplace Barrier par Lucien Biset, jeune et ambitieux dirigeant agricole, mais Fontanet préfère en réalité cette solution, tout en acceptant l’apparentement : « La seconde place », explique-t-il, « devenait incertaine » dans un paysage électoral éclaté (neuf listes), marqué par l’arrivée du poujadisme et la division de la gauche non communiste, aggravée par le retour discuté de Rose84. Le MRP réussit ainsi la percée relative (15,74%) qui lui permet d’obtenir un siège. Delachenal, qui avance ses griefs contre lui (« politique des partis ») sans nier les « idées communes », recule (25,81%), mais conserve son siège, tandis que le PCF retrouve un élu85.

  • 86 Il reste fidèle au même groupe parlementaire dont le nom varie au gré des dissidences et des fusion (...)
  • 87 G. Richard, « Parlement et parlementaires au cœur de la stratégie politique des “modérés” : le cas (...)
  • 88 Dictionnaire … 1958, op. cit., p. 296-297 ; G. Richard, Le Centre national…, op. cit., t. 2, p. 425 (...)

29Delachenal peut ainsi siéger jusqu’à la fin de la IVe République au Palais-Bourbon, où il se sépare parfois de ses amis indépendants et paysans86, alors que le CNIP tente de devenir un grand parti modéré, structuré et discipliné87. Il se singularise en particulier sur la question indochinoise en votant le 23 octobre 1953, seul avec Liautey, contre l’ordre du jour favorable au cabinet Laniel, puis en proposant le 9 mars 1954 un amendement – voté par la gauche et l’indépendant Bessac – favorable à l’invitation au cessez-le-feu de Nehru. Il est à nouveau seul avec Bessac pour censurer Laniel le 12 juin et appartient à la minorité de son groupe qui investit Mendès France le 17. Avec la majorité, il ratifie les accords de Genève, vote contre la question préalable opposée à la CED et approuve les accords de Londres sur l’Allemagne. Il vote les accords de Paris sur le réarmement (le groupe est divisé) et soutient Mendès France, avec Bessac et Monin, lors de la chute du gouvernement le 4 février 1955. Il approuve ensuite largement le cabinet Faure puis, avec la majorité du CNIP, le cabinet Mollet auquel il refuse toutefois l’investiture le 31 janvier 1956 et dont il provoque la chute en s’abstenant le 21 mai 1957. Il soutient ensuite tous les gouvernements à l’heure de la crise du régime. Il vote la confiance à Bourgès-Maunoury le 30 septembre 1957 en refusant les positions extrêmes sur l’Algérie française, investit Gaillard le 5 novembre 1957 et refuse de provoquer sa chute, voulue par les dirigeants du CNIP après l’affaire de Sakhiet, le 15 avril 1958. Il vote enfin la confiance à Pflimlin le 13 mai 1958, avec la minorité du CNIP conduite par Reynaud, alors que la majorité affiche son accord avec les événements d’Alger. Mais le 27 mai, il rejoint ses collègues en s’abstenant dans le scrutin sur la révision de la constitution et, le 1er juin, il vote la confiance à de Gaulle. La naissance de la Ve République sonne pour Delachenal l’heure de la retraite. Mais son fils est élu en novembre 1958, dès le premier tour, dans la circonscription de Chambéry-sud, où il dispose d’une organisation militante en progrès depuis 195688.

30La longue carrière de Joseph Delachenal, jalonnée de succès et d’échecs sous la IIIe République avant de se prolonger durablement sous la IVe, pose la question de la fidélité et de la rupture dans une dialectique entre évolutions personnelles et mutations du champ politique. L’intéressé, qui se définit d’emblée comme « républicain » et « social », reste attaché à ces qualificatifs un demi-siècle durant, malgré le déplacement des catégories. Mais l’originalité de sa position est plus évidente face à la société catholique des années 1900 qu’après la Seconde Guerre, même s’il ne peut échapper dans les deux cas au clivage électoral dominant entre la droite et la gauche qui s’identifie durablement au combat entre « blancs » et « rouges » avant de revêtir une dimension plus sociale avec l’industrialisation. Un basculement décisif se produit toutefois après 1926, lorsque la condamnation pontificale de l’Action française rend moins urgent le plaidoyer pour le régime et contribue à gommer les enjeux religieux du débat politique, malgré la question de l’école. Il accélère l’émergence de la sensibilité démocrate-chrétienne et justifie, par-delà les facteurs conjoncturels, la traversée du désert de Delachenal, identifié malgré lui aux clivages antérieurs. Son retour dans la conjoncture de la Libération lui permet de rassembler l’électorat de droite et du centre grâce au scrutin de liste, aux alliances habiles au temps des apparentements et aux liens de clientèle entretenus depuis 1906, à la fois moins contraignants et plus prégnants que le système partisan développé tardivement dans le cadre du CNIP. Il maintient en même temps à l’écart le MRP dans un jeu de proximité et de distance, de rivalités personnelles et de nuances idéologiques qui différencie la Savoie de la Haute-Savoie, fief des républicains populaires, même si d’autres facteurs, socio-économiques, interviennent. Joseph Delachenal est ainsi fidèle aux lignes de force de son engagement né à l’heure de la Séparation des Églises et de l’État et à un positionnement de « chrétien modéré » dans la sphère politique.

Haut de page

Annexe

Joseph Delachenal et le suffrage universel (1910-1956)

1910

Circonscription de Chambéry-sud – Inscrits 19 324 – Votants 15 379 – Suffrages exprimés 15 214

Joseph Delachenal (progressiste) 7746 – élu (1er tour)

Claude Chambon (radical-socialiste) 7073

François Vermale (socialiste indépendant) 395

1914

Circonscription de Chambéry-sud – Inscrits 18 205 – Votants15 545 – Suffrages exprimés 15 392

Jean-Claude Girard-Madoux (radical-socialiste) 8052 – élu (1er tour)

Joseph Delachenal (progressiste) 7340

1919

Département de la Savoie – Inscrits 70 091– Votants 50 716 – Suffrages exprimés 49 910

Liste républicaine indépendante 19 305 – 4 élus Joseph Delachenal, Marcel Léger, Humbert Richard et Jean Sibuet

Union républicaine (radicaux et républicains socialistes) 17 315 – 1 élu Antoine Borrel

Liste républicaine des anciens combattants 6774

SFIO 5550

1924

Département de la Savoie – Inscrits 67 078 – Votants 55 780 – Suffrages exprimés 55 189

Cartel des gauches 27 726 – 3 élus Antoine Borrel, Hyacinthe Carron et Henri Falcoz

Liste républicaine indépendante 22 365

Liste de concentration républicaine 2959

Liste du Bloc ouvrier et paysan (PCF) 1678

1928

Circonscription de Chambéry-sud – Inscrits17 687 – Votants15 464 – Suffrages exprimés15 316

Pierre Cot (Parti radical et radical-socialiste) 7767 – élu (1er tour)

Joseph Delachenal (Union républicaine démocratique) 7198

Joseph François Descostes (PCF) 354

1945

Département de la Savoie – Inscrits 140 771 – Votants 104 364 – Suffrages exprimés 101 975

Union des gauches (PCF et apparentés) 37 032 – 1 élu Pierre Cot

Liste républicaine et sociale 29 760 – 1 élu Joseph Delachenal

Jeune république 20 323 – 1 élu Lucien Rose

SFIO 14 860

1946

(juin)

Département de la Savoie – Inscrits 141 821– Votants 107 841 – Suffrages exprimés 106 523

Union des gauches (PCF et apparentés) 35 157 – 2 élus Pierre Cot et Auguste Mudry

Cartel républicain 28 151 – 1 élu Joseph Delachenal

MRP 14 989

SFIO 13 995

Jeune République 8740

Républicains radicaux et radicaux-socialistes 3998

Parti communiste internationaliste 1493

1946

(novembre)

Département de la Savoie – Inscrits 142 919 – Votants 102 132 – Suffrages exprimés 99 983

Union des gauches 46 067 – 2 élus Pierre Cot et Auguste Mudry

Cartel républicain 30 258 – 1 élu Joseph Delachenal

MRP 22 265

Parti communiste internationaliste 1392

1951

* listes apparentées

Département de la Savoie – Inscrits 140 582 – Votants 104 755 – Suffrages exprimés 102 986

*Liste d’entente républicaine 35 551 – 2 élus Joseph Delachenal et Robert Barrier

Liste d’union républicaine résistante et antifasciste pour l’indépendance nationale, le pain, la liberté et la paix (PCF – Union des républicains progressistes) 32 707

*Liste d’union des gauches républicaines (SFIO – Parti radical-socialiste – Rassemblement des gauches républicaines) – 1 élu Louis Sibué 13 734

*Liste d’action sociale et paysanne (MRP – Républicains démocrates) 11 570

RPF 8552

1956

* ° ª listes apparentées

Département de la Savoie – Inscrits 150 114 – Votants 116 406 – Suffrages exprimés 114 571

Liste du PCF 30 552 – 1 élu Auguste Mudry

*Liste d’union des républicains de Savoie (Centre national des indépendants, des paysans et de l’action sociale et républicaine – Centre national des républicains sociaux) 29 571 – 1 élu Joseph Delachenal

*Liste du Renouveau savoyard (MRP) 18 035 – 1 élu Joseph Fontanet

°Liste d’union et de fraternité française (poujadiste) 14 714

ªListe de la démocratie sociale pour un Front républicain (SFIO) 9886

ªListe du Parti républicain radical et radical-socialiste 5244

ªListe d’union présentée par le Rassemblement des gauches républicaines, l’Union démocratique et socialiste de la Résistance et le Centre républicain d’action paysanne et de défense des classes moyennes 2581

°Liste d’action civique de défense des consommateurs et des intérêts familiaux 1811

Liste du Centre national des indépendants de gauche 1441

Haut de page

Notes

1 Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français, t. 4, Paris, PUF, 1966, p. 1289-1291 ; Dictionnaire des parlementaires français. Notices biographiques sur les parlementaires français de 1940 à 1958, t. 3, Paris, La Documentation française, 1994, p. 295-297 ; Christian Sorrel, La Savoie, Paris, Beauchesne, coll. Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, 1996, p. 148-150 et Servir la République. Députés et sénateurs Savoie et Haute-Savoie 1871-1940, Montmélian, La Fontaine de Siloé, 2009, p. 127-132.

2 L’un des descendants de Guiter, Jean, cousin du député, fut secrétaire général de la Fédération républicaine de 1924 à 1945, avant de rejoindre le MRP puis le RPF.

3 Archives centrales de l’Université catholique de Lille [ACUCL], K3 Ag (recherche du premier personnel) : lettres de J. Sambin et E. Delachenal, septembre-octobre 1875.

4 Bulletin des Facultés catholiques de Lille [BFCL], 1905-1906, p. 113-115.

5 Il est toutefois inscrit à la Faculté de Grenoble.

6 ACUCL, O1 Be (personnel enseignant) : lettre d’E. Delachenal au recteur Baunard, 16 août 1900.

7 Des pouvoirs de la femme sur les biens communs pendant la durée de la communauté légale, Paris, Librairie nouvelle de droit et de jurisprudence, 1901, 190 p. ; Les Caisses régionales de crédit agricole mutuel (commentaire de la loi du 31 mars 1899), Paris, Librairie nouvelle de droit et de jurisprudence, 1902, 464 p.

8 ACUCL, O1 Be : lettre du recteur Baunard, 12 septembre 1903.

9 ACUCL, O1 Be : lettre du doyen Vareilles-Sommières au pro-recteur Rambure, 6 juin 1905.

10 Le ministère lui propose d’abord une affectation à Rennes, puis lui demande de renoncer à tout projet politique pour pouvoir être nommé à Grenoble, sous la pression du député radical de Chambéry, Claude Chambon, désireux d’éloigner un rival potentiel (La Vie du peuple, 4 avril 1910).

11 Il épouse en 1911 Geneviève de Montgolfier qui lui donne six enfants dont Eugène (1912-1958), membre de la commission générale des Semaines sociales, qui épouse en 1942 Geneviève Mitterrand, sœur du futur président de la République, et Jean (1924), député de la Savoie en 1958.

12 C. Sorrel, Les Catholiques savoyards. Histoire du diocèse de Chambéry 1890-1940, Montmélian, La Fontaine de Siloé, 1995, p. 191-274.

13 Archives diocésaines de Chambéry [ADC] : journal de l’abbé Théophile Paravy, 12 décembre 1908.

14 La Savoie libérale, septembre 1907 et avril 1908 ; La Semaine religieuse de la Savoie [SRS], 7 avril 1909.

15 La Vie du peuple, 31 octobre 1908.

16 Ibid., 28 août et 27 mars 1909.

17 La Savoie libérale, 28 avril 1907.

18 L’abbé Paravy note dans son journal fin août : « Conférence de Monseigneur sur la Fédération catholique. Il en profite pour critiquer l’Action libérale qui n’a donné que des résultats médiocres, dit-il, et qui est finie. Il faut donc changer de méthode et ne plus commettre sa faute qui a été de se placer sur le terrain républicain et d’écarter ainsi de l’opposition catholique les meilleurs catholiques, ces monarchistes à qui nous devons d’avoir conservé quelques libertés et le culte dans nos églises […]. Je reste calme cependant. M. Delachenal, lui, est hors de lui. Le soir, il commence sa conférence par une déclaration républicaine très applaudie : ce fut comme un soulagement pour tous. En attendant, nous ne marcherons pas pour la Fédération catholique, un parti catholique sans le nom, et très réactionnaire. »

19 C. Sorrel, « Les congrès diocésains et la mobilisation des catholiques après la Séparation », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 87, 2005, p. 85-100.

20 Avec Pie X, le diocèse invite les fidèles à « déployer courageusement le drapeau catholique » dans les œuvres sociales (SRS, 30 décembre 1909). La thèse de Delachenal sur Les Caisses régionales… s’opposait déjà sur plusieurs points au modèle proposé par Durand, notamment à propos du rôle de l’État (op. cit., p. 27-28).

21 ADC : journal de l’abbé Paravy, 9-14 janvier 1909.

22 SRS, 1908-1909 ; La Croix de Savoie, 1908-1909.

23 Mathias Bernard, « La diffusion incomplète d’un modèle partisan : les progressistes et la Fédération républicaine  (1903-1914) », in François Roth (dir.), Les Modérés dans la vie politique française (1870-1965), Nancy, PUN, 2000, p. 139-154.

24 Le rédacteur en chef de La Savoie libérale, Édouard Blanc, affirme que « les catholiques ont le devoir de s’unir, sous l’autorité de leurs chefs religieux, pour manifester leur foi », mais « ne doivent pas constituer, sous la direction des évêques, une sorte de parti dogmatique, par cela même intransigeant et exclusif, qui, en réveillant des suspicions surannées, ferait le jeu des anticléricaux » (28 novembre 1909).

25 Bulletin savoyard d’études politiques et sociales [BSEPS], 15 décembre 1909 et 15 mai 1910 ; SRS, 14 avril 1910.

26 Archives départementales de la Savoie [ADS], M 350 : élections législatives de 1910.

27 La Vie du peuple, 21 et 28 mai 1910 ; 24 juin 1911.

28 Ibid., 11 et 18 mai 1912.

29 BSEPS, 15 décembre 1911 ; La Savoie libérale, 1er mai 1912. En 1913, d’Oncieu est élu conseiller général sur un programme apolitique.

30 Elle se produit autour de Thierry, attaché au corpus des lois laïques,

31 La Vie du peuple, 8 et 22 février 1913.

32 Ibid., 24 février 1912.

33 SRS, 5 mars 1914.

34 La Vie du peuple, 4 avril 1914 ; La Savoie libérale, 3 mai 1914.

35 ADS, M 351 : élections législatives de 1914 ; La Vie du peuple, 2 mai 1914. « Dans notre région, on ne fignole pas sur les nuances, on est blanc ou rouge », écrit en janvier 1914 le député de Chambéry-nord Théodore Reinach. Cité par Gérard Baal, « Radicaux et modérés (1901-1914) », in F. Roth (dir.), Les Modérés…, op. cit., p. 181-182.

36 La Vie du peuple, 27 juin 1914 ; Le Réveil savoyard, 18 juillet 1914.

37 ADS, M 352 : élections législatives de 1919.

38 La Savoie, 1er février 1920.

39 J. Delachenal, « Familles nombreuses », La Savoie, 11 juillet 1920 ; « La situation des familles nombreuses devant le Parlement », BFCL, 1921-1923, p. 169-173 ; « Les familles nombreuses et le Bloc national », La Savoie, 9 février 1924.

40  ADS, M 353 : élections législatives de 1924 ; Le Réveil des gauches, 10 mai 1924. Le préfet estime que l’appel de l’Action française a porté, « dans les milieux modérés, le plus grand tort à ceux qu’elle patronnait » (Archives nationales, F7 13 015, rapport au ministre de l’Intérieur, 17 novembre 1925).

41 Archives Vérot : notes et discours, 1925.

42 Jean-Claude Delbreil, « Parti démocrate populaire, modérés, centrisme et démocratie chrétienne », in F. Roth (dir.), Les Modérés…, op. cit., p. 357-358.

43 Léger devient rédacteur en chef de La Savoie après l’échec de 1924.

44 Archives Vérot : statuts ; La Savoie, 26 septembre, 3, 10 et 31 octobre 1925 ; 9 janvier 1926 ; 30 avril 1927.

45 « Pendant deux ans, plus même, nous avons encaissé ces attaques sans rien dire. Notre silence a eu pour résultat d’accréditer à gauche que nous étions de mèche avec eux et à droite que nous étions incapables de répondre. À la faveur de cette équivoque, la propagande d’Action française allait bon train », écrit Léger (Archives diocésaines de Maurienne [ADM], 124 : lettre à Mgr Grumel, début 1926).

46 La Savoie, 24 octobre 1925.

47 ADM, 124 : lettres à Mgr Grumel, 17 novembre 1925, 23 novembre 1925 et 19 avril 1926.

48 ADS, M 362 : élections sénatoriales de 1927. Il obtient, au second tour, 279 voix contre 358 au sortant Mollard.

49 ADS, M 354 : élections législatives de 1928 ; La Savoie, 28 avril 1928 ; Sabine Jansen, Pierre Cot, un antifasciste radical, Paris, Fayard, 2002, p. 27-28 et 77-94.

50 ADS, Fonds Secret, 44 F 92 : lettre d’André Tercinet à Édouard Tercinet, 28 avril 1928.

51 C. Sorrel, Les Catholiques…, op. cit., p. 344-352.

52 ADS, 15 T 6 : lettre du commissaire de police de Chambéry, 9 octobre 1928 ; SRS, 5 octobre 1928.

53 ADS, Fonds Secret, 44 F 92 : lettre de J. Delachenal à B. Secret, 22 août 1931.

54 Archives de l’Institut catholique de Paris [AICP], dossiers des professeurs : correspondance Baudrillart-Delachenal, 1929 ; ACUCL, O1 Be et Bp : lettres de Baudrillart et Duthoit, 1929-1932.

55 Paul Droulers, Politique sociale et christianisme. Le Père Desbuquois et l’Action populaire, t. 2, Paris, Éditions ouvrières, 1981, p. 159-160. Delachenal analyse la loi devant la Semaine sociale de Besançon en 1929.

56 AICP : lettre à Mgr Baudrillart, 2 septembre 1929.

57 Le Pays de Savoie, 18 juin et 7 juillet 1932.

58 ADS, M 363 : élections sénatoriales de 1937.

59 Le Groupe de l’Entente républicaine démocratique à la Chambre des députés a pris en 1924 le nom de Groupe de l’Union républicaine démocratique.

60 Il n’a pas été arrêté et déporté comme l’affirme le Dictionnaire … 1958, op. cit., p. 295.

61 ADS, M 3408 et 3209 : élections cantonales de 1945 ; élections à l’Assemblée constituante de 1945.

62 ADS, M 3273 : élections à l’Assemblée constituante de juin 1946. Delachenal ne se réclame plus de la Fédération républicaine, qui ne parvient pas à reprendre vie. Il a toutefois pu garder un contact avec elle par Guiter, replié en Savoie de 1940 à 1942. Voir Jean Vavasseur-Desperriers, « Mise en sommeil et disparition : la Fédération républicaine de 1940 à 1946 », in Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), La Récomposition des droites en France à la Libération (1944-1948), Rennes, PUR, 2004, p. 153-165.

63 ADS, W  : rapports du préfet, 5 et 21 mai 1946. Les sympathies démocrates-chrétiennes d’une partie du clergé sont évidentes dès 1930 et le journal diocésain se garde de trancher entre les candidats, tout en déplorant « la dispersion des voix catholiques » qui prive le MRP d’un élu (La Vie Nouvelle, 9 juin 1946).

64 Les Savoyards votent oui aux référendums constitutionnels de mai (53%) et novembre (63%). La Vie nouvelle condamne le premier projet qui établit l’« absolutisme anonyme » de l’État, menace « les droits de la personne humaine et les libertés essentielles » et ignore « la loi naturelle et divine ». Mais, comme le MRP, elle approuve le second, dans la mesure où il ne « s’oppose pas aux exigences primordiales de la personne humaine, ni de la foi catholique », malgré les inquiétudes sur la laïcité et la liberté d’enseignement (28 avril et 13 octobre 1946).

65 Le MRP n’avait pas mentionné le mariage dans un amendement.

66 Celle-ci ne se produit que dans deux départements, la Savoie et la Corse.

67 ADS, M 3277 : élections législatives de novembre 1946 ; W : rapport du préfet, 7 décembre 1946.

68 L’Indépendant de Savoie, n° 1, novembre 1947. Delachenal reproche au cabinet Ramadier sa mauvaise gestion du secteur dirigé, sa lutte timorée contre « les dépenses somptuaires » de l’État et son manque d’audace pour appeler « les peuples libres et pacifistes à former un barrage à la guerre au moyen d’une étroite union économique, monétaire et même, dans une certaine mesure, politique ».

69 Ibid., n° 1, novembre 1947 ; n° 4, octobre 1948. En juin 1948, à propos des accords de Londres, Delachenal vote avec le RPF contre l’ordre du jour favorable à la Troisième Force.

70 G. Richard, Le Centre national des indépendants et paysans de 1948 à 1962, ou l’échec de l’union des droites françaises dans le parti des modérés, thèse, IEP de Paris, 1998, t. 1, p. 70-81 et 143-145.

71 ADS, W : rapport des RG, 3 avril 1951.

72 L’Indépendant de Savoie, n° 4, juillet 1948.

73 ADS, W : rapport du préfet, 8 avril 1947.

74 L’Indépendant de Savoie, n° 6, janvier 1949 ; n° 7, mai 1949 ; n° 12, novembre 1950-janvier 1951 ; n° 14, février-avril 1951.

75 ADS, W : rapport des RG, 3 avril 1951. Le RPF a 2000 adhérents en 1948, 100 en 1950.

76 ADS, W : rapports des RG, 26 décembre 1946 et 26 juin 1947 ; L’Indépendant de Savoie, n° 5, octobre 1948.

77 ADS, W : rapport du préfet, 11 décembre 1947 ; rapport des RG, 1er octobre 1951.

78 ADS, W : rapports des RG, 10 mars 1947 et 3 avril 1951. Le MRP a 2000 adhérents en 1947, 300 en 1951.

79 Delachenal, membre de la commission du suffrage universel, reprend une idée avancée en 1945 pour sortir du blocage sur la loi électorale imposé par le PCF dont l’un des élus, Duclos, qualifie l’apparentement de « monstre sorti de l’imagination délirante de M. Delachenal » (L’Indépendant de Savoie, n° 14, février-avril 1951).

80 ADS, W : rapport du préfet, 6 juin 1951.

81 ADS, M 3287 : élections législatives de 1956 ; W : rapports du préfet, 28 février-10 juillet 1951.

82 ADS, W : rapport du préfet, 10 octobre 1951.

83 L’Indépendant de Savoie, n° 33, décembre 1955 ; Archives Fontanet : compte-rendu de la rencontre du 15 septembre 1955 ; lettres de J. Fontanet à J. Delachenal et L. Charvet, 10 et 30 novembre 1955. Le MRP a 275 adhérents en 1954, 500 en 1955 (ADS, W : rapport des RG, 4 avril 1955).

84 Archives Fontanet : tract électoral ; lettre aux conseillers généraux MRP, 7 décembre 1955.

85 L’Indépendant de Savoie, n° 33, décembre 1955 ; ADS, M 3292 : élections législatives de 1956.

86 Il reste fidèle au même groupe parlementaire dont le nom varie au gré des dissidences et des fusions : Centre républicain (indépendant) d’action paysanne et sociale en 1949-1950, Centre républicain d’action paysanne et sociale et des démocrates indépendants en 1950-1952, Groupe indépendant paysan en juillet 1952, Indépendants et paysans d’action sociale en janvier 1956 (après l’unification définitive).

87 G. Richard, « Parlement et parlementaires au cœur de la stratégie politique des “modérés” : le cas du CNIP sous la IVe République », Parlement[s], n° 3, 2005, p. 77-93.

88 Dictionnaire … 1958, op. cit., p. 296-297 ; G. Richard, Le Centre national…, op. cit., t. 2, p. 425-562 et 697-702.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Sorrel, « Un modéré en politique : le catholique Joseph Delachenal (1881-1970), député de la Savoie », Chrétiens et sociétés, 18 | 2012, 137-163.

Référence électronique

Christian Sorrel, « Un modéré en politique : le catholique Joseph Delachenal (1881-1970), député de la Savoie », Chrétiens et sociétés [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 17 juillet 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2982 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.2982

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org