Navigation – Plan du site

Avant-propos

Paul Chopelin et Christian Sorrel
p. 3-6

Texte intégral

1Ce numéro de Chrétiens et Sociétés inaugure une nouvelle formule. Les comptes-rendus de thèses, de séminaires, de colloques et de journées d’études, ainsi que la liste des mémoires de master, apparaîtront désormais dans les Carnets du LARHRA, revue d’information et de synthèse des activités scientifiques du laboratoire. Le prochain numéro de Chrétiens et Sociétés (2012) verra la disparition des recensions d’ouvrages publiés par les membres de l’équipe RESEA, qui passeront eux aussi dans les Carnets, destinés à accueillir des comptes-rendus de l’ensemble des publications des membres du LARHRA. La rubrique comptes-rendus en histoire religieuse moderne et contemporaine est maintenue, mais ne concernera que des livres publiés par des auteurs extérieurs au laboratoire. Les ouvrages des membres de l’équipe RESEA ne feront désormais plus l’objet que d’une simple présentation en fin de volume.

2Ces importants changements éditoriaux sont aussi l’occasion de modifier quelque peu le fonctionnement de la revue. Désormais, numéros de varia et numéros thématiques se succéderont chaque année. Ainsi, le prochain numéro (2012) sera composé d’un ensemble d’articles sur le thème « Médecines et religions ». La revue se dote également d’un comité scientifique international et d’un comité de lecture renforcé, afin de répondre aux critères des meilleures revues scientifiques présentes sur la plateforme revues.org, qui propose une libre consultation des anciens numéros de la revue. L’année 2011 a vu la mise en place d’une nouvelle maquette, réalisée dans un système de gestion de contenu plus performant (CMS), donnant accès à de nouvelles fonctionnalités. Outre l’index des auteurs et des mots clés (français-anglais), l’index géographique, l’index chronologique et l’index thématique déjà présents dans la version antérieure, les lecteurs disposeront désormais d’une table des illustrations pour chaque article, un index des noms propres cités dans la revue et un lien vers Calenda-Histoire des religions via un flux RSS. La sécurité des consultations est renforcée. Chaque article est protégé par un DOI (Digital Object Identifier) qui permet de préserver les droits d’auteur, en favorisant la détection d’éventuels usages frauduleux de nos articles. Cette protection a été financée par le CLEO (Centre pour l’édition électronique ouverte), auquel nous cotisons grâce à une aide de l’université Jean Moulin Lyon 3. Parallèlement à l’accès libre et gratuit sur revues.org, Chrétiens et Sociétés fait partie du bouquet « OpenEdition freemium » qui propose, sur abonnement, des services complémentaires (notamment l’accès aux PDF). Rappelons enfin que les volumes restent en vente en format papier auprès des bureaux de l’équipe RESEA et en format électronique (eBook) sur le site de la « Librairie Immatériel » (librairie.immateriel.fr).

3Le présent numéro de varia s’ouvre sur un article de Daniele Santarelli sur la papauté de Paul IV au regard de sources diplomatiques inédites. Après avoir publié trois volumes de correspondance de diplomates vénitiens et romains, l’auteur éclaire sous un jour nouveau les relations entre Rome, Venise et l’Espagne au cours des années 1550. Il montre notamment comment Paul IV perçoit Charles-Quint comme un complice objectif des « hérétiques » protestants, lui reprochant son attitude trop conciliante, aussi bien dans les royaumes ibériques que dans le Saint-Empire.

4Caroline Chopelin-Blanc revient quant à elle sur l’un des derniers grands traités d’éducation princière de l’époque moderne, L’Institution d’un Prince de Jacques-Joseph Duguet. Elle distingue bien les éléments classiques d’un genre très codifié depuis le xvie siècle, des nouveautés propres au xviiie siècle, notamment le thème du bonheur terrestre dont le prince doit faire bénéficier ses sujets. Très marqué par la lecture de Fénelon et de Bossuet, Duguet défend le principe du pouvoir absolu des princes, tout en préconisant une certaine modération dans l’exercice des fonctions royales. Mais ce traité contient aussi le programme d’une véritable cité chrétienne idéale, dans laquelle le prince protège l’Église, selon une perspective gallicane très traditionnelle.

5À travers l’exemple lorrain, le troisième article renouvelle l’approche de la question des vocations religieuses dans la France moderne. Jean-Marc Lejuste a découvert une très riche documentation dans les séries ecclésiastiques (H et G) et notariales (E) des archives départementales des Vosges, de Moselle et de Meurthe-et-Moselle, lui permettant de retracer très finement des itinéraires différents d’entrée en religion, dont il expose clairement les enjeux sociaux et économiques.

6À l’appui de sources diplomatiques inédites, françaises et romaines, Albane Pialoux apporte un éclairage très neuf sur le débat théologico-politique français des années 1730. Alors que l’accommodement du cardinal de Noailles avec Rome trouve enfin sa réalisation, le pape Benoît XIII prend le parti d’ériger, à l’occasion de la fête de saint Grégoire VII, une nouvelle légende mettant en exergue la soumission de l’empereur Henri IV devant la puissance pontificale. En France, le décret de la Congrégation des Rites s’attire immédiatement les foudres conjuguées des appelants, du Parlement et du ministère. De fait, ce qu’il faut considérer comme une vraie maladresse politique ravive une fois encore l’hostilité jamais tarie entre « maximes romaines » et « maximes françaises » tout en réussissant le tour de force d’unir les différents types d’opposition à Rome. C’est au cardinal de Polignac, chargé d’affaires du roi auprès de Benoît XIII, qu’échoit finalement la tâche de rassurer le souverain pontife, afin d’éviter un raidissement de la position romaine. Cette négociation révèle surtout les efforts déployés par les diplomates français pour réduire Rome au silence, afin de ne pas envenimer la situation en France.

7Jean-Pierre Chantin revient sur le destin de l’Église catholique de l’abbé Chatel, en centrant son propos sur la place de la question liturgique dans la naissance d’une dissidence. Châtel et ses amis entreprennent en effet, non sans succès dans un premier temps, une francisation du rite, « afin que les fidèles parlent désormais à Dieu une langue qu’ils comprendront ». Mais le virage doctrinal opéré par Chatel en 1832 fait perdre au mouvement son assise paroissiale et l’enferme définitivement dans la marginalité.

8En évoquant la succession de l’abbé Couturier, pionnier du dialogue œcuménique décédé en 1953, Étienne Fouilloux se livre à une étude fine des lignes de fracture existant entre les différents acteurs de l’œcuménisme en ce début des années 1950. A une méfiance réciproque entre « Lyonnais » et « centralisateurs », s’ajoute une profonde divergence d’action entre l’approche spirituelle et l’approche théologique.

9Les deux derniers articles revisitent la présence des chrétiens en politique. Avec le député de la Savoie Joseph Delachenal, dont la carrière politique s’étend de l’avant Première Guerre mondiale à la fin de la Quatrième République, Christian Sorrel réfléchit sur le parcours d’un modéré et son positionnement dans l’univers catholique et l’espace politique français.

10Pour sa part, Ismail Ferhat dresse un portrait de groupe des chrétiens engagés au sein du Parti socialiste dans les années 1970. Après avoir identifié différentes appartenances – les chrétiens culturels, les chrétiens « en rupture » et les militants chrétiens – il analyse les modalités de leur adhésion au parti, les critiques qu’ils ont essuyé et leur relation aux courants de la gauche socialiste de l’époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Chopelin et Christian Sorrel, « Avant-propos », Chrétiens et sociétés, 18 | 2012, 3-6.

Référence électronique

Paul Chopelin et Christian Sorrel, « Avant-propos », Chrétiens et sociétés [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 06 juin 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2965

Haut de page

Auteurs

Paul Chopelin

RESEA – LARHRA, UMR 5190, Lyon 3

Articles du même auteur

Christian Sorrel

RESEA – LARHRA, UMR 5190, Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org