Navigation – Plan du site

Avant-propos

Yves Krumenacker
p. 5-6

Texte intégral

1Ce numéro 17 de Chrétiens et Sociétés est, contrairement au précédent consacré en grande partie au protestantisme, à l’image des travaux réalisés au sein de l’équipe RESEA, très divers. On y trouvera de l’histoire moderne et contemporaine, des études sur la théologie politique, la coexistence confessionnelle, les bibliothèques de chanoines, les zouaves pontificaux, le millénarisme protestant, les sources de Vatican II ! Des zones géographiques aussi diverses que la France, les Pays-Bas, l’Italie et la Palestine sont couvertes, sans compter les articles qui concernent l’ensemble de la catholicité. Inutile donc de rechercher une illusoire unité autre que l’appartenance de ces recherches au vaste champ de l’histoire religieuse, qu’elle soit centrée sur l’histoire de la théologie ou des institutions ecclésiastiques ou qu’elle soit confrontée à la question de l’imaginaire colonial.

2Un premier article, dû à Sylvio De Franceschi, nous plonge dans les débats théologiques liés au jansénisme. L’étude attentive des textes montre comment les étiquettes rapidement distribuées (« augustinien », « thomiste », « molinistes ») peuvent être trompeuses et réductrices. Les frontières ne sont en effet pas toujours si tranchées, et surtout une évolution apparaît : en l’occurrence, les jansénistes se disent thomistes pour défendre leur orthodoxie, et cette position va faire évoluer un Nicole vers un thomisme assumé, au prix de controverses avec les augustiniens.

3C’est un tout autre sujet qu’explore Andreas Nijenhuis. Il se propose en effet d’examiner comment les voyageurs français ont considéré les Provinces-Unies, actuels Pays-Bas. On les voit sensibles aux dimensions à la fois politique et religieuse des conflits qui permettent la naissance de la République. Ils font également une lecture confessionnelle du territoire, tout en notant les diverses formes de cohabitation qui caractérisent le pays. Ces récits, qu’il importe évidemment de confronter à d’autres sources, montrent bien toute la complexité du rapport religion-politique.

4Le troisième article nous fait entrer dans le domaine à présent bien balisé de l’étude des bibliothèques, mais François Seichepine présente une bibliothèque de chapitre de cathédrale, ce qui est moins fréquent. Celle de Lyon a connu une véritable renaissance à partir de 1743. Importante en qualité comme en quantité, elle s’ouvre très modérément aux Lumières, confirmant que les chanoines-comtes de Lyon restent bien attachés aux traditions.

5C’est ensuite un destin très particulier qu’analyse Laurent Gruaz : celui du berger de La Salette, Maximin Giraud. Instable, ne réussissant pas à trouver une voie, Giraud finit par trouver un certain équilibre parmi les zouaves pontificaux, où il peut trouver une famille qui partage sa piété, où il peut vraiment être soldat de Dieu comme du pape. Signe divin vivant, Giraud apparaît comme une réponse divine aux tentatives de spoliation des Etats pontificaux, voire comme le sauveur de la cause pontificale. Il illustre ainsi parfaitement un courant catholique nostalgique d’un supposé âge d’or médiéval.

6C’est également la recherche d’un âge d’or, mais projeté dans le futur, qui anime les millénaristes protestants d’Europe et d’Amérique du Nord qui veulent fonder une colonie en Palestine ottomane. Leur lecture millénariste de la Bible, explique Falestin Naïli, les persuade qu’ils vont rendre ainsi le pays à son passé biblique, préparer le retour des juifs dans la Terre promise afin qu’ils se convertissent au christianisme, prélude au second avènement du Christ.

7Le dernier article de ce numéro est appelé à rendre de grands services. En effet, il s’agit d’une présentation des sources relatives au Concile Vatican II et à son application conservées au Centre National des Archives de l’Eglise de France, par son archiviste, Kristell Loussouarn. Même si ces fonds demandent encore, dans leur grande majorité, à être classés, ils sont désormais inventoriés et un certain nombre de documents peuvent dores et déjà être communiqués. Leur connaissance sera, en tout cas, indispensable à tout historien de l’église catholique, particulièrement en France, des années 60 et 70.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Avant-propos », Chrétiens et sociétés, 17 | 2011, 5-6.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Avant-propos », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 12 juillet 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2916

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org