Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Paolo Sarpi. Politique et religion en Europe, Études réunies par Marie Viallon, Paris, Éditions Classiques Garnier, coll. Rencontres, 7, 2010, 478 p.

Benoît Schmitz
p. 269-273

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit du premier colloque (Lyon, 21-22 novembre 2008) entièrement dédié en France au théologien vénitien Paolo Sarpi (1552-1623). À partir de la crise de l’Interdit (1606-1607), ce religieux de l’Ordre des Serviteurs de Marie consacra l’essentiel de son énergie à lutter contre la confusion monstrueuse entre politique et religion qu’opérait, à ses yeux, la papauté, sans pour autant jamais rompre explicitement avec l’Église catholique. Figure exemplaire du catholicisme antiromain, Sarpi fut un théoricien majeur de la souveraineté de l’État et, à travers son œuvre historique, qui culmina dans son Histoire du concile de Trente, l’un des plus sévères contempteurs de la Contre-Réforme. Ce livre se compose de douze contributions en français et en italien, qu’encadrent une introduction et une conclusion de Marie Viallon. Les articles se concentrent pour la plupart sur l’activité du servite après l’Interdit, période durant laquelle il poursuivit la lutte contre le Saint-Siège en reportant en grande partie les espoirs qu’il avait placés dans la République sur les États européens qui paraissaient prêts à contester la primauté romaine.

2La communication d’Eleonora Belligni sur le problème de l’autorité après le concile de Trente fournit un précieux cadre d’ensemble. Si les années 1600 à 1620 marquèrent une étape décisive, ce ne fut pas parce qu’elles auraient correspondu, comme le pensait Delio Cantimori, à la fin de l’évangélisme et de la réforme italienne – l’Église romaine les avait en réalité vaincus dans les dernières décennies du XVIe siècle –, mais parce qu’elles posèrent la question de l’autorité « entendue sous toutes ses formes. Comme pouvoir légitime sur les consciences et sur les vies matérielles des personnes ; comme pouvoir ecclésiastique et comme imperium des gouvernants laïcs […] : tous plans qui se croisaient et se confondaient dans les revendications mutuelles des États et des Églises » (p. 266). L’Église catholique, les confessions qui avaient rompu avec elle et les États s’opposèrent dans une controverse portant sur la légitimité de leur pouvoir. E. Belligni étudie plus particulièrement le rôle joué par ces théoriciens d’exception que furent Robert Bellarmin, Marcantonio De Dominis et Paolo Sarpi : tous trois participèrent activement à la « fabrique de théologies politiques compétitives » (p. 287). Le parallèle dressé entre ces trois figures bien différentes a le mérite de replacer Sarpi dans son contexte, que l’on risque toujours de perdre de vue lorsque l’on s’intéresse à un penseur d’une telle envergure. Certaines analyses d’E. Belligni me paraissent toutefois appeler quelques réserves. Elle ne convainc pas entièrement lorsqu’elle reprend à son compte (p. 288 et sq.) les analyses de Sarpi sur le mythe du concile de Trente, car elle durcit à l’excès la thèse soutenue par une bonne partie de l’historiographie récente contre l’interprétation d’Hubert Jedin et de ses disciples. De même, opposer l’image forgée de toutes pièces d’une réforme politico-ecclésiologique, doctrinale et morale à la réalité effective d’une réforme purement administrative et bureaucratique (p. 297) conduit à une antithèse trop réductrice et trop simplificatrice. Quant à voir dans les résistances rencontrées par la doctrine du pouvoir indirect au sein de la curie une raison pour penser que Bellarmin finit par partager le même sort de réprouvé que De Dominis et Sarpi (p. 306-307), c’est, me semble-t-il, pousser le paradoxe un peu loin. Mais tout cela n’ôte rien aux qualités de cette riche synthèse, qui introduit très bien aux problèmes théologico-politiques sur lesquels Sarpi dut prendre position.

3Dans une page célèbre de son Traité de l’interdit, le théologien a résumé sa doctrine sur l’Église et l’État : « … Dieu a créé deux gouvernements dans le monde, l’un spirituel et l’autre temporel. Chacun est suprême et indépendant de l’autre. Le premier est le ministère ecclésiastique, l’autre est le gouvernement politique. Il a donné le gouvernement spirituel aux Apôtres et à leurs successeurs et le temporel aux Princes de sorte que les uns ne peuvent s’ingérer dans ce qui appartient aux autres » (cité par M. Viallon, p. 17). Corrado Vivanti explore ce thème des deux gouvernements du monde en montrant comment Sarpi l’approfondit après la réconciliation de Venise avec Rome. Ses divers écrits, depuis ses lettres à son vaste réseau de lettrés européens jusqu’à ses monographies en passant par les très nombreux Consulti qu’il rédigea pour les autorités de la Sérénissime, témoignent d’une double préoccupation : défendre l’autonomie absolue de l’État ; purifier l’Église en la séparant des intérêts séculiers (p. 47). Le servite ne cessa de combattre sur ces deux fronts. D’une part, comme le montre Sylvio De Franceschi dans son article sur le débat catholique quant aux caractères de la véritable Église, il s’employa à dénoncer l’ecclésiologie post-tridentine : romanité ne valait pas universalité. D’autre part, il tendit à faire reposer de plus en plus son argumentation sur la notion civile de souveraineté, ce qui lui permit de faire l’économie d’arguments religieux beaucoup plus délicats à manier : Corrado Pin en fait ici la démonstration en présentant un « Sarpi sans masque », qui mettait en avant, notamment dans son activité de consulteur, sa franchise et son refus de la dissimulation pour mieux convaincre le patriciat vénitien de défendre la République contre les entreprises romaines.

  • 1  Della podestà dei principi, a cura di Nina Cannizzaro, con un saggio di Corrado Pin, Venise, Marsi (...)

4Le religieux semble avoir hésité à plusieurs reprises sur la forme à donner à ses écrits. Bernard Dompnier et M. Viallon le mettent bien en lumière pour le cas de son livre sur la matière bénéficiale, qui oscille entre le genre de l’histoire et celui du traité (p. 223-225). C. Vivanti pense de son côté que la préférence finalement donnée par Sarpi à ses travaux historiques pourrait expliquer l’inachèvement de son traité sur le pouvoir des princes (p. 52-54). L’étude de cette ébauche, récemment publiée à partir d’un manuscrit de la Beinecke Library de l’Université de Yale1 bénéficiera d’ailleurs des remarques que Paul van Heck formule en présentant dans ce colloque un document inédit, conservé à la Bibliothèque Nationale des Pays-Bas : il s’agit d’une copie partielle de cette esquisse, faite par Hugo Grotius, qui pourrait contribuer à mieux établir le texte original.

5Par-delà ces hésitations, la pensée de Sarpi fut avant tout une pensée de combat, dirigée principalement contre la « toutauté » pontificale. Stefano Andretta s’intéresse à la relation du servite à Rome en distinguant son expérience directe de la curie comme Procureur de son Ordre durant le pontificat de Sixte Quint, la nécessaire prise en compte – pour mieux s’y opposer – de la nouvelle centralité politique, religieuse et culturelle du Saint-Siège au sein de la catholicité, et, enfin, la lutte contre l’image de Rome comme « cité sainte unique en son genre » (p. 162). Romain Descendre s’interroge quant à lui sur « l’omniprésence du lexique de la guerre chez Sarpi » (p. 309) : lorsque celui-ci évoque une « guerre des écritures » ou une « guerre sans armes », il ne s’agit pas seulement d’une métaphore, mais d’un « complément » et d’un « palliatif » lorsque la véritable guerre contre la papauté et l’Espagne ne peut être déclenchée (p. 315). Géraud Poumarède rejoint cette idée en indiquant que, pour Sarpi, la paix était une menace, tandis que la guerre était le moyen de libérer politiquement et religieusement la Péninsule. R. Descendre et G. Poumarède s’accordent aussi lorsqu’ils montrent que l’horizon de Sarpi s’étendait bien au-delà de Venise et de l’Italie, pour embrasser l’ensemble de la situation européenne et même, selon le premier de ces deux auteurs, pour développer une pensée stratégique à l’échelle mondiale.

6C’est d’ailleurs au niveau de l’Europe qu’il convient de poser le problème de la diffusion des thèses du théologien vénitien. La crise de l’Interdit qui fit connaître Sarpi a eu immédiatement une dimension européenne sur laquelle reviennent deux contributions. Didier Foucault étudie l’attitude de l’ambassadeur français auprès de la Sérénissime, Philippe Canaye de Fresne : malgré les sympathies de cet ancien protestant pour les idées du servite, il s’efforça de modérer la controverse imprimée afin de préserver les chances d’une médiation française. De son côté, Filippo de Vivo compare minutieusement l’impact de ce conflit en France et en Angleterre : dans les deux cas, il suscita l’intérêt dans la mesure où il fut transformé en une polémique locale, la controverse servant dès lors en premier lieu des objectifs internes. Deux autres communications portent sur la fortune européenne des écrits de Sarpi. B. Dompnier et M. Viallon livrent le fruit d’une enquête érudite sur les circulations manuscrite et imprimée du Traité de la matière bénéficiale. Ses éditions ne sont pas régulièrement réparties tout au long de l’époque moderne : les tensions entre Rome et la France durant les dernières décennies du XVIIe siècle, puis une pensée des Lumières hostile au pouvoir de l’Église dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, semblent expliquer les périodes où les thèses de Sarpi paraissent connaître un regain de faveur auprès du public européen, et, tout spécialement, français. P. van Heck se concentre sur le cas hollandais : le rayonnement de la pensée du religieux vénitien y fut assez limité, ce qui n’empêcha pas les presses des Provinces-Unies de contribuer à sa diffusion en produisant pour le marché international.

7Un dernier article analyse la stratégie adoptée par Rome face à la fortune éditoriale de Sarpi aux XVIIe et XVIIIe siècles. Mario Infelise démontre que l’Inquisition ne s’est pas contentée de proscrire ses écrits, mais a cherché à le faire tomber dans l’oubli. Le choix de cette sorte de damnatio memoriæ fut si résolu qu’il conduisit les autorités romaines à refuser à un continuateur de Baronius, le dominicain polonais Abraham Bzowski, la publication du vingtième volume des Annales ecclésiastiques, dans lequel il avait pris soin d’insérer une réfutation irréprochable de l’Histoire du concile de Trente. Le livre ne fut publié qu’en 1641, quatre ans après la mort de l’auteur. Cette méthode fut pendant un temps couronnée de succès, mais elle ne permit pas à plus long terme d’empêcher la diffusion des textes du servite.

8Cet ouvrage, doté d’un index des noms, offre ainsi une contribution importante aux études sur Sarpi, riche en réflexions neuves et en sources inédites, tout en dressant un état des lieux de la recherche actuelle. La bibliographie finale, qui présente de manière thématique les éditions des livres de Sarpi et la littérature secondaire, constitue un outil de travail très utile, qui rendra en particulier bien des services à tous ceux qui cherchent un guide commode pour une première approche de l’œuvre du théologien vénitien et des travaux qui lui ont été consacrés.

Haut de page

Notes

1  Della podestà dei principi, a cura di Nina Cannizzaro, con un saggio di Corrado Pin, Venise, Marsilio, 2006, 125 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Schmitz, « Paolo Sarpi. Politique et religion en Europe, Études réunies par Marie Viallon, Paris, Éditions Classiques Garnier, coll. Rencontres, 7, 2010, 478 p. », Chrétiens et sociétés, 17 | 2011, 269-273.

Référence électronique

Benoît Schmitz, « Paolo Sarpi. Politique et religion en Europe, Études réunies par Marie Viallon, Paris, Éditions Classiques Garnier, coll. Rencontres, 7, 2010, 478 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 12 juillet 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2873

Haut de page

Auteur

Benoît Schmitz

Paris-Sorbonne Paris IV

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org