Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Émile Jacquot, Les Spiritains en Haïti (1843-2003) ; d’Eugène Tisserant (1814-1845) à Antoine Adrien (1922-2003), Paris, Karthala, collection Mémoire d’Eglises, 2010, 342 p.

Jean-Michel Vasquez

Texte intégral

1Écrit à l’occasion du troisième centenaire de la congrégation du St-Esprit (1703-2003) et du 160e anniversaire de sa présence en Haïti (1843-2003), cet ouvrage est le témoignage du Spiritain Émile Jacquot, missionnaire auprès des Haïtiens durant près d’un demi siècle. Les premiers chapitres sont nécessaires pour comprendre la situation particulière d’Haïti : la problématique esclavagiste explique les tiraillements de la société et sa recherche permanente de liberté ; la crainte de voir revenir les anciens colons, après l’indépendance en 1804 éclaire sur la méfiance qu’éprouve le jeune État haïtien à l’égard des Français au XIXe s. et qui détermine encore sa diplomatie au XXe s ; enfin, pour les Spiritains, Haïti correspond parfaitement aux objectifs de leur supérieur, le vénérable Libermann, qui veut porter vers 1845 la mission chrétienne auprès des Noirs. Conformément à ses souhaits, un séminaire destiné à former un personnel religieux local sera fondé à Port-au-Prince en 1871 : St-Martial. Véritable havre de paix et refuge, le bâtiment bénéficiera d’un statut d’exterritorialité jusqu’en 1969.

2À partir du 7e chapitre, l’auteur nous transporte au cœur de la population haïtienne et relate des événements qu’il a connus personnellement mais sans jamais dépasser son statut d’observateur. Il décrit les nombreuses persécutions que la dictature de François Duvalier a fait vivre aux Haïtiens ainsi qu’aux Spiritains, les intimidations visant à faire fuir les missionnaires pour les remplacer par un clergé servile et soumis au pouvoir. Contre la manœuvre, les Spiritains redéploient dans l’île les missionnaires haïtiens formés à St-Martial. Toutefois, l’expulsion se produit en août 1969 : accusés de sympathies communistes, les prêtres doivent quitter Haïti. La manœuvre est facilitée par l’absence de réaction – presque complice – de l’épiscopat haïtien et par la duplicité de l’archevêque, que le supérieur, le Père Berthaud, a pu habilement confondre, juste avant de quitter Port-au-Prince : prétextant d’avoir oublié son passeport, le Spiritain est revenu sur ses pas pour constater que l’archevêque fêtait avec les autorités le départ des missionnaires. Cet épisode clarifie les positions de chacun face au nouveau pouvoir : les premiers sont chassés pour être trop proches du peuple, le second conforté pour son allégeance.

3Mais l’œuvre des Spiritains se poursuit : ils accompagnent la diaspora des Haïtiens dans les quartiers populaires et déshérités de Brooklyn. Délaissant le confort que procure le standard états-unien, ces « Haïtian Fathers » mettent en pratique l’esprit qui anime dorénavant le clergé latino-américain, défini par la conférence de Medellin en septembre 1968 : comme l’évangile s’adresse prioritairement aux pauvres, il s’agit de s’installer parmi eux et partager leur condition. Ils créent des Communautés Ecclésiales de Base (CEB), pour faciliter l’alphabétisation et l’évangélisation, avec des textes liturgiques traduits en créole. Cette attitude en faveur des opprimés aurait selon l’auteur déconcerté l’épiscopat new-yorkais. En décembre 1986, la chute de Duvalier permet aux Spiritains de regagner Haïti. Leur retour produit un renouvellement de la pastorale car ils importent les CEB (devenues les ti fratènité Légliz) et considèrent dorénavant le vaudouisme comme une religion et non plus une superstition. Le programme Misyon Alfa vise à alphabétiser trois millions d’Haïtiens en cinq ans, comme le souhaitait de tous ses vœux la Papauté, pour améliorer la conscientisation de la société. L’auteur ne cache pas son admiration pour le Père Antoine Adrien qui croit « aux valeurs vécues par le peuple des pauvres » qu’il a accompagné à Brooklyn. Porte-parole de la société civile avant le premier scrutin démocratique, le prêtre incarne la défense des opprimés et la lutte contre la dictature, ce qui lui vaut d’être la cible d’attentats. En décembre 1990, il soutient naturellement le camp de la démocratie et la candidature de Jean-Bertrand Aristide, qui devient le premier président élu d’Haïti.

4Mais face à eux se dressent des adversaires redoutables : l’archevêque appelle les Duvaliéristes à renverser la démocratie dans son homélie dès le mois suivant ; après une première tentative déjouée par un sursaut populaire, l’armée parvient à destituer Aristide et s’empare du pouvoir le 30 septembre ; les États-Unis soutiennent la nouvelle dictature, par anticommunisme et par crainte de ne plus contrôler une population haïtienne en voie de conscientisation. Après sept mois de paix seulement, Haïti retrouve le chaos. L’auteur décrit les difficultés vécues par les Haïtiens, les exécutions et les disparitions. Il dénonce le manque de clairvoyance de l’évêché qui réclame la fin de l’embargo imposé par l’ONU plutôt que la dictature. Il justifie aussi l’engagement des missionnaires auprès des populations, attitude qu’un nonce apostolique a critiquée en janvier 1992 en rappelant les Spiritains à leur vocation première. Émile Jacquot s’en explique, la situation n’offrait aucune alternative : « les missionnaires sont parfois amenés à remplir des tâches de suppléance pour éviter des dérives dont les premières victimes seraient les pauvres eux-mêmes ». Avant de conclure : « c’est au nom même de leur foi que des prêtres et des religieux se sont engagés au service des plus pauvres », jusqu’à en mourir, persécutés.

5L’auteur passe rapidement sur le retour au pouvoir d’Aristide en 1994, soutenu cette fois par un débarquement des forces américaines, qu’a motivé la crainte de voir grossir l’émigration haïtienne. Il ne décrit pas la dérive de sa présidence, sans doute pour protéger pudiquement la figure du père Adrien qui lui avait autrefois fait confiance. Celui-ci meurt en mai 2003. Sa disparition marque la fin de l’ouvrage et clôt cet historique de l’action spiritaine en Haïti, débutée avec Eugène Tisserant 160 ans plus tôt. Un dernier chapitre rappelle l’œuvre menée par les Sœurs spiritaines, arrivées dans l’île en 1977. Leur « présence agissante » auprès des populations s’est notamment illustrée par l’alphabétisation au sein des CEB. Puis, en guise de postface, deux extraits des Nouvelles Spiritaines rapportent sobrement le bilan tragique de la catastrophe survenue en janvier 2010 : le séisme a fait 230 000 morts, 300 000 blessés et 1,2 million de sans-abri.

  • 1 « Christianismes et politique. Dés-Engagements des acteurs de la mission » colloque organisé par le (...)

6Cet ouvrage est un témoignage inédit sur le rôle qu’a joué la mission spiritaine en Haïti. Les persécutions et privations de liberté supportées par les Haïtiens depuis cinquante ans ont forcé les missionnaires à s’engager pleinement auprès d’eux et endurer les mêmes souffrances. Ces épisodes particulièrement poignants révèlent les figures de quelques individus courageux, profondément attachés à la dignité humaine, qui tranchent avec les dirigeants d’un clergé servile et détourné de sa vocation. Le lecteur imagine aisément la situation de dénuement et d’isolement qu’ont malgré tout choisi les missionnaires en continuant leur œuvre, sans que le propos n’exagère la situation. En effet, la force du texte réside dans sa sobriété ainsi que sa capacité à faire réagir ; en découvrant les événements haïtiens, le lecteur ne peut s’empêcher de réfléchir sur le sens que prend la mission chrétienne sous un régime autoritaire aujourd’hui. Et il pourra le comparer avec d’autres situations périlleuses que lui fournit un récent colloque du CREDIC sur un thème plus général1.

7La lecture est agrémentée d’une centaine de documents iconographiques, dont plusieurs en couleurs réunis sur 24 planches centrales. Ils mettent en scène les habitants d’Haïti, les principales figures politiques et religieuses et les édifices catholiques de l’île. Cinq cartes et une chronologie aident à situer les événements dans l’espace et dans le temps. Un index assez fourni des lieux et des acteurs facilite d’autres modes de consultation.

Haut de page

Notes

1 « Christianismes et politique. Dés-Engagements des acteurs de la mission » colloque organisé par le Centre de Recherche sur la Diffusion et l’Inculturation du Christianisme (CREDIC) à Bruxelles en août 2009, actes à paraître. Quelques études de cas sont proposées dans le dossier « Mission et politique après 1945 » de la revue Histoire et Missions Chrétiennes, n°14, juin 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Vasquez, « Émile Jacquot, Les Spiritains en Haïti (1843-2003) ; d’Eugène Tisserant (1814-1845) à Antoine Adrien (1922-2003), Paris, Karthala, collection Mémoire d’Eglises, 2010, 342 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 12 juillet 2011, consulté le 15 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2871

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org