Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Jacqueline Lalouette et Christian Sorrel (dir.), Les lieux de culte en France 1905-2008, (Mémoire chrétienne au présent, 5), Paris, Letouzey, 2008, 383 p.

Daniel Moulinet

Texte intégral

1Cet ouvrage présente les actes d’un important colloque interdisciplinaire organisé conjointement par l’Université de Savoie et l’Université Paris 13, l’histoire et le droit civil ecclésiastique étant les matières les plus sollicitées. Dès l’ouverture, les directeurs de la publication expliquent qu’ils ont préféré parler de « lieux de culte » plutôt que d’« édifices du culte », dans la mesure, notamment, où certains édifices servent à de multiples usages. Encadrées par l’introduction et la conclusion, ainsi que par deux textes de Didier Leschi, chef du Bureau central des Cultes au Ministère de l’Intérieur et d’Émile Poulat, les 21 communications sont rangées en quatre parties d’inégale longueur : églises et vie municipale, constructions et restaurations, cultes minoritaires et interculturalité, nouveaux problèmes.

2L’insertion locale de l’église, principalement abordée dans la première partie (mais pas seulement) apparaît dans une évocation de la célèbre campagne de Barrès, qui, si elle a échoué sur le moment à faire aboutir les dispositions réclamées par son promoteur, du fait du contexte politique, a aidé à la prise de conscience de l’aspect patrimonial des églises. Après que N. Robert ait rappelé le cadre légal complexe, notant particulièrement que le fait que se tienne un culte confère un caractère public au lieu où il se tient (même s’il est, de soi, privé), J. Lalouette étudie, dans la durée, le cas d’une commune bourguignonne. On retiendra la phrase que n’auraient pas désavouée les paroissiens du XIXe siècle naguère étudiés par Ph. Boutry : « un clocher représente un village et symbolise l’amour que l’on éprouve pour celui-ci » (p. 83) et qui arrive comme justification des interventions communales de type patrimonial, au profit de l’église. D’une telle étude, pourtant fort intéressante, il semblerait difficile de tirer des généralisations, tellement la qualité des relations entre le clergé et les pouvoirs publics, au niveau municipal, dépendent souvent des personnalités en présence.

3Les constructions d’édifices religieux, au cours du XXe siècle, ont eu lieu presque uniquement en milieu urbain. C’est ce qui ressort, sans surprise, des communications portant sur Versailles, Limoges, Lisieux, Bordeaux, Brest et Lyon. En Savoie, on note une adaptation aux nouveaux modes de vie avec l’implantation de chapelles dans les stations de sports d’hiver. Si, entre 1905 et 1924, ce sont des SCI qui deviennent propriétaires des terrains et des nouveaux édifices, les associations diocésaines en prennent ensuite, progressivement, le contrôle. C’est dans les années cinquante qu’une coordination diocésaine se met en place, sur le modèle, certes, des « Chantiers du cardinal » créés à Paris vingt ans auparavant, mais aussi sous l’influence des enquêtes de sociologie religieuse du chanoine Boulard, réalisées un peu partout et qui visent à la mise en place d’une pastorale coordonnée. Ces organismes visent à apporter l’aide du diocèse tout entier à ce qui n’était, jusque-là, que l’initiative d’un curé. Si ce système permet très souvent aux projets d’aboutir, il montre ses limites à Limoges où les ruraux ne se mobilisent pas pour l’église du Sacré-Cœur dont ils pensent ne pas tirer profit : toute une ecclésiologie est sous-jacente à cette attitude. On mesure aussi la diversité des réalisations : « chapelles de secours » (parfois réutilisation de « baraques Adrian » après la guerre), constructions réalisées par des « castors » qui se sont unis pour bâtir mutuellement leurs maisons, ou églises monumentales au financement plus difficile. Dans les communications apparaît nettement la périodisation des années 70, annéesmarquées par une recherche de discrétion et de simplicité, contestée dès ce moment-là par Paul Delouvrier, planificateur de l’aménagement de la région parisienne et soucieux de ménager une place aux églises dans les plans urbains. Là encore, quoique de manière différente, le clocher apparaît comme symbole unifiant dans la ville. On notera la remarque de Th. Tellier, témoignant que l’Église, dans l’aménagement des lieux de culte, a été saisie par la logique fonctionnaliste de l’époque et celles d’Ol. Chatelan montrant qu’à Lyon, c’est la volonté d’adapter l’équipement religieux à l’évolution de l’espace social qui prend même le pas sur les préoccupations pastorales.

  • 1  Signalons, chez le même éditeur, l’ouvrage publié sous la direction de Jacqueline Lalouette en 200 (...)

4La 3ème partie de l’ouvrage, qui n’est pas la moins intéressante, traite des incidences du pluralisme religieux dans le domaine étudié. D. Jarrassé brosse une périodisation dans les constructions de synagogues, en fonction de l’évolution de la population juive en France. L’étude de N. Ross sur la cathédrale russe de Paris montre comment elle répond aussi à ce type de préoccupation, même si la situation politique délicate apporte des données supplémentaires au problème. Pour sa part, J. Landel montre comment les constructions réalisées dans le monde protestant ont cherché à répondre, à la fois, à l’urbanisation et à l’éclatement confessionnel. A. Boyer éclaire la question difficile du statut des mosquées dont le nombre, en France, répond, non seulement, à l’augmentation de la population musulmane, mais aussi à la pluralité des courants de l’islam. Le texte d’Is. Saint-Martin et, dans une moindre mesure, celui de J. Lalouette portant sur Évry témoignent, par des enquêtes de terrain, de la cohabitation des différents cultes en un même lieu. De ce point de vue, l’hôpital est un excellent terrain d’observation1. Les réaménagements d’établissements posent la question à frais nouveaux, même si l’on note qu’en cas de lieu unique, des non-chrétiens viennent prier dans la chapelle. Le personnel de l’établissement semble être un acteur important de la décision, aux côtés des pouvoirs publics et de l’évêché (les hiérarchies des autres cultes, si l’on peut s’exprimer ainsi, semblent moins intervenantes). La diversité de solutions (illustrée par un cahier de photos couleurs) est très évocatrice. On note aussi comment l’intervention artistique permet, le plus souvent, de dépasser les conflits entre les diverses interprétations de la laïcité et favorise l’appropriation du lieu.

5Dans la dernière partie, outre la question du difficile dialogue entre l’aspect cultuel et celui culturel, évoquée par A. Perrin, sont évoquées celles de l’aménagement des églises après Vatican II, de la recherche par les traditionalistes de lieux de culte et l’histoire des occupations d’églises, pour laquelle C. Bonafoux met bien en valeur les différents enjeux.

6Outre le problème, fort légitime, qu’Ém. Poulat pose en introduction, de l’établissement d’une statistique exhaustive des lieux de culte, dont il souligne à la fois l’intérêt et les difficultés, une question qui serait à reprendre en soi, d’un point de vue tant historique que juridique, serait celle des acteurs autour du lieu de culte. Dans le cas du catholicisme, l’étude de J. Lalouette sur Couchey (Côte d’Or) en a mis en scène plusieurs : le maire, son conseil municipal, le curé, le conseil paroissial, l’association diocésaine. Des communications en ont évoqué d’autres : les évêques, bien sûr, mais aussi les commissions diocésaines d’art sacré (CDAS), les différents fonctionnaires des services du Patrimoine, les établissements publics d’aménagement urbain. Il conviendrait d’en ajouter d’autres encore : les conseils d’affaires économiques de paroisses et les groupes de nature associative, habitants et paroissiens s’organisant en associations type 1901 pour la protection et la restauration de leur église, chorales et groupes musicaux souhaitant pouvoir s’y produire de temps à autre. Il conviendrait aussi de prendre en compte les réorganisations qui s’opèrent : c’est fréquemment au niveau des communautés d’agglomération que se prennent les décisions de lancement de campagnes de travaux importants dans les églises, de la même façon que la mise en place de « nouvelles paroisses » regroupant parfois une cinquantaine de clochers modifie l’approche des questions de la part de la hiérarchie ecclésiale.

7Un tel ouvrage, par la richesse et la variété du propos, permet au lecteur de prendre la mesure de la complexité du problème que soulèvent les lieux de culte et fait ainsi progresser la réflexion.

Haut de page

Notes

1  Signalons, chez le même éditeur, l’ouvrage publié sous la direction de Jacqueline Lalouette en 2006 : L’hôpital entre religions et laïcité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Moulinet, « Jacqueline Lalouette et Christian Sorrel (dir.), Les lieux de culte en France 1905-2008, (Mémoire chrétienne au présent, 5), Paris, Letouzey, 2008, 383 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 11 juillet 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2869

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org