Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Étienne Fouilloux (dir.), Histoire et littérature chez Henri Bremond, Grenoble, Jérôme Millon, 2009, 218 p.

Yves Krumenacker

Texte intégral

1L’abbé Bremond est un auteur d’actualité ! Près d’un siècle après la parution du premier volume de l’Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de religion jusqu’à nos jours, on continue à étudier son grand œuvre, récemment republié (en 2006) en cinq volumes chez Jérôme Millon. Une journée d’études lui a été consacrée le 4 juin 2008 à la Bibliothèque Municipale de Lyon, qui possède en dépôt le fonds jésuite des Fontaines – une manière de rendre hommage à cet ancien jésuite, qui a tant écrit sur ses confrères du XVIIe siècle. La difficulté était de trouver du neuf à dire sur cet auteur, après les nombreux travaux menés par Émile Goichot, après les grands colloques d’Aix et de Cerisy de 1966 et 1967, après les études approfondies qui accompagnent la réédition de 2006 de l’Histoire littéraire. Ce sont donc deux aspects moins connus qui ont été retenus pour cette journée d’études, d’une part l’écriture de Bremond, d’autre part la réception de son œuvre.

2La première partie porte sur l’écriture, et d’abord sur une écriture qui n’a jamais abouti : celle d’un livre sur les expériences mystique, religieuse et poétique, Emmaüs, projeté en 1924 et jamais écrit. Mais, remarque François Marxer, cela révèle le projet ultime de Bremond : étudier le réel, grâce à l’histoire, des activités de l’esprit humain, voir comment les mystiques, les poètes, les religieux, adhèrent concrètement à leur vérité ; il peut ainsi, en déroulant une impressionnante galerie de portraits, décrire l’expérience spirituelle de l’élite comme des simples chrétiens (dans les tomes IX et X), ce qui renvoie, évidemment, à l’expérience subjective de Bremond qui ne doute pas de Dieu, mais ne le rencontre pas (« L’abbé Bremond ou la subjectivité entre histoire et métaphysique »). Cette rencontre d’une multitude d’âmes du XVIIe siècle l’oblige à une rédaction rapide de ses livres. L’étude de bibliographie matérielle présentée par Dominique Varry montre qu’il réutilise sans cesse d’anciens matériaux, mais qu’il est très attentif à la correction de ses manuscrits, même lorsqu’on en est aux épreuves finales (« L’abbé Henri Bremond au travail »). Un de ses modèles, bien connu, est Sainte-Beuve, dont il conteste sans arrêt la vision de Port-Royal. En reprenant le dossier, Laurent Thirouin peut conclure que ces appréciations demandent à être nuancées : plus qu’un rival ou un adversaire, Sainte-Beuve est pour Bremond un écrivain, presque un guide, compétent, admiré, même s’il ne peut, croit l’ancien jésuite, saisir le sentiment religieux, et Port-Royal n’est pas aussi décrié qu’on ne le pense habituellement (« Deux visons de Port-Royal : Sainte-Beuve et Bremond »). En ayant Sainte-Beuve parmi ses modèles, Bremond se pose en écrivain, d’une histoire du sentiment religieux, certes, mais d’une histoire littéraire, étudiant des livres. Or le statut d’écrivain est-il compatible avec celui de prêtre, se demande François Trémolières ? Bremond croit à la capacité de l’écriture d’explorer les âmes. Mais, passionné par les spirituels, les saints, il veut faire de l’hagiographie une discipline historique, soumettant le récit d’édification à une analyse critique et à un style léger, détaché de son objet, ce qui ne peut qu’attiser les soupçons au moment de la crise du modernisme (« L’amour des Lettres et le désir de Dieu : Henri Bremond, historien littéraire »).

3La seconde partie du volume s’intéresse à quelques-unes des réceptions de l’Histoire littéraire. Les maurassiens lui sont globalement hostiles, rappelle Jacques Prévotat. Les canons littéraires de l’Action française ne peuvent s’accommoder des positions de Bremond sur le romantisme ou la poésie pure. Les maurassiens, cependant, sont divers, et parmi ceux qui, malgré leur admiration pour Maurras, gardent un esprit ouvert ou ont pu se détacher de l’Action française, certains, comme Rambaud, peuvent exprimer leur admiration pour Bremond (« Réactions et sensibilités maurassiennes face à l’œuvre de Bremond »). Il est vrai que l’abbé, depuis son élection en 1923 à l’Académie française, est un personnage incontournable de la vie littéraire française. Bremond académicien est, rappelle Christian Sorrel, la proie des attaques de l’Action française, d’autant que son éloge de Mgr Duchesne, bien que très prudent, apparaît comme un éloge de la critique historique. Il assume bien son statut et s’intéresse de près aux élections et aux prix, réussissant à faire entrer Valéry sous la coupole, mais échouant pour Claudel. Mais, à sa mort, les maurassiens, qui progressent à l’Institut, sont très critiques envers cet homme d’Église qui cherche à être reconnu par un public extérieur à la sphère ecclésiale (« Henri Bremond académicien français »). Bremond, abbé mondain, serait-il Cénabre, ce prêtre qui découvre qu’il n’a jamais eu la foi, peint par Bernanos dans l’Imposture ? En reprenant le roman, mais aussi sa suite, La Joie, Dominique Salin peut montrer que, si Bernanos a pu s’inspirer de Bremond pour décrire l’abbé Cénabre, il a donné à son héros une dimension étrangère à celle de l’ancien jésuite (« De Bremond à Bernanos : l’énigme de l’Imposture »). Décrié par les maurassiens, par les milieux ecclésiaux, Bremond aurait-il attiré les historiens ? L’enquête de Bernard Hours apparaît d’abord très pauvre : plus préoccupés d’érudition que d’anthropologie religieuse, les historiens de son temps ne se sont guère intéressés à son entreprise, à la notable exception de Lavisse et de Febvre, ainsi que de Préclin et des auteurs de la Revue d’histoire de l’Église de France. Il faut attendre les années 1960 pour que les historiens l’intègrent vraiment dans leurs réflexions, malgré des réticences liées à son usage des biographies spirituelles et à l’opposition apparente de sa démarche avec la sociologie religieuse (« Les historiens et l’Histoire littéraire du sentiment religieux »).

4Au total, les actes de cette journée nous donnent de multiples aperçus significatifs sur cette œuvre dont la longévité est le meilleur garant de sa fécondité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Étienne Fouilloux (dir.), Histoire et littérature chez Henri Bremond, Grenoble, Jérôme Millon, 2009, 218 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 12 juillet 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2868

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org