Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Jérôme Grondeux, Georges Goyau. Un intellectuel catholique sous la IIIe République (1869-1939), Collection de l’École française de Rome, 381, 2007, IX, 443 p.

Marie-Emmanuelle Reytier

Texte intégral

1Théoricien du catholicisme social, partisan du ralliement des catholiques français à la République et grand connaisseur de l’Allemagne religieuse, G. Goyau est un intellectuel catholique de la IIIe République tombé dans l’oubli. Historien des idées, J. Grondeux, visiblement séduit par son objet d’étude, fait revivre ce « léonien » (p. 89) – l’expression pour qualifier les disciples du pape Léon XIII est de Régis Ladous dans l’excellent Monsieur Portal et les siens, Paris, Cerf, 1985 – à travers un ouvrage dont la qualité rend hommage à cette figure du catholicisme politique français à sa juste valeur.

2J. Grondeux s’appuie sur quelques sources publiées ou manuscrites – en particulier les fonds Goyau de la Bibliothèque nationale et des Archives de l’Institut catholique de Paris – et sur les publications très nombreuses de G. Goyau : 86 monographies (1893-1939), 15 articles imprimés dans la Quinzaine (1896-1897), quelque 110 articles dans la Revue des Deux Mondes (1895-1939), près de 550 articles dans le Figaro (1920-1939).

3Le livre se compose de neuf chapitres. Dans le premier, « Une enfance orléanaise » (p. 5-31), l’auteur montre que G. Goyau est le produit de l’éducation religieuse, donnée par sa mère et sa grande-tante dévotes, et de l’instruction publique. Foi et raison se complètent dans cette formation somme toute inhabituelle pour l’époque, qui explique en partie ses prises de position ultérieures.

4Après avoir mentionné le contexte intellectuel à l’École normale supérieure, en soulignant l’influence du philosophe Léon Ollé-Laprune sur G. Goyau, le deuxième chapitre, « De l’École normale supérieure à l’École française de Rome » (p. 33-87), présente le pensionnaire à l’École française de Rome (1892-1894). Précédé de la réputation de « nouveau Mommsen » (p. 145) acquise à Normale, G. Goyau y commença une thèse, jamais terminée, sur Dioclétien et la tétrarchie. Peu après son arrivée en 1892, Henri Lorin, proche du cardinal Rampolla et du pape Léon XIII, initia la « conversion » (p. 59) du jeune catholique républicain au catholicisme social. Ce séjour fut pour G. Goyau l’occasion de s’introduire dans les milieux pontificaux et de commencer une activité journalistique intense : à cette époque, il écrivit de nombreuses Lettres romaines anonymes dans le Journal des Débats – non inventoriées dans la bibliographie de J. Grondeux.

5Le troisième chapitre, « Un jeune et talentueux publiciste » (p. 89-145), analyse Le pape, les catholiques et la question sociale, publié en 1893 sous le pseudonyme « Léon Grégoire » (p. 87) en hommage aux papes Léon le Grand et Grégoire VII. D’après J. Grondeux, cet ouvrage est le fruit de deux influences : celle du souverain pontife désireux de diffuser le plus largement possible l’encyclique Rerum novarum et celle des catholiques sociaux cherchant à montrer que leurs idées étaient devenues la doctrine sociale officielle de l’Église catholique. G. Goyau proposait une double réaction contre l’individualisme et contre l’État absolutiste car, d’après lui, ils empêchaient l’influence du catholicisme sur la société. Cette double réaction devait s’appuyer sur la tradition médiévale, plus exactement sur le néothomisme puisé chez Ketteler, et sur l’autorité pontificale prévalant sur le pouvoir politique. La seconde partie du chapitre, plus factuelle, est consacrée à l’entrée de G. Goyau à la prestigieuse Revue des Deux Mondes comme « publiciste » (p. 142) en 1894, une promotion sociale qui le mettait à l’abri des contingences matérielles.

6Dans le quatrième chapitre, « Un théoricien du ralliement sur l’échiquier politique et religieux français » (p. 147-192), J. Grondeux relate le rôle de G. Goyau, « guide doctrinal » (p. 162), pour unir les catholiques acceptant le ralliement à la République et Rerum novarum afin de mettre sur pied une véritable force politique capable de réédifier la société sur des principes chrétiens. Son engagement dans l’Association catholique de la Jeunesse française fondée en 1886 par Albert de Mun et son ralliement à l’Action libérale populaire de Jacques Piou sont présentés laconiquement. Jugeant qu’un parti catholique n’était pas viable dans la France sécularisée de la fin du XIXe siècle, G. Goyau travailla vainement à la formation d’un grand parti conservateur non-confessionnel et social selon les vœux du pape Léon XIII.

7Le cinquième chapitre, « France laïque ou France catholique ? » (p. 193-235), retrace l’engagement de G. Goyau dans la défense de la « vocation catholique de la France » (p. 193) de l’Affaire Dreyfus à la séparation des Églises et de l’État. En réalité, cette élection divine est une « vocation romaine » (p. 216) car, pour ce théocrate, la vocation religieuse de la patrie de Jeanne d’Arc s’exprimait dans ses relations avec le Vatican. G. Goyau élabora une doctrine de réaction s’articulant sur une « démonologie » (p. 230) qui lui aurait permis de s’adjoindre l’opinion catholique conservatrice et d’empêcher sa rupture définitive avec la République. Ses deux démons ne sont pas mis sur le même plan : antidreyfusard, il n’aurait pas été antisémite car il n’adhérait pas à la composante raciale de l’antisémitisme, seulement à sa composante sociale. Par ailleurs, il pensait que l’antisémitisme était une réaction à l’injustice et ne pouvait être la source d’une action politique. « [P]erméable à certaines formes d’antisémitisme » (p. 219), il fut « comme la papauté bien plus antimaçon qu’antisémite » (p. 222) accusant même la Franc-maçonnerie, « contre-Église internationale » (p. 227), d’être responsable de la création de l’Affaire Dreyfus et de l’échec du ralliement.

8Le sixième chapitre, « Un ‘apôtre laïque’ » (p. 237-277), examine la vocation de l’homme de contact et d’union entre les courants catholiques conservateurs et modernistes jusqu’à la mort du pape Léon XIII en 1903. J. Grondeux en fait l’archétype du laïc dans le rôle majeur qui lui est assigné par le pape Léon XIII comme défenseur de l’Église soumis à l’autorité ecclésiale et « outil prospectif » (p. 245) de la papauté dans le monde contemporain.

9Après avoir brièvement évoqué Lucie Felix-Faure mariée pendant dix ans (1903-1913) avec G. Goyau dont elle partageait la « spiritualité de l’action et de la soumission » (p. 285), l’essentiel du septième chapitre, « L’apostolat laïque et intellectuel en débat » (p. 279-306), est consacré aux quatre tomes de L’Allemagne religieuse dans lesquels il présenta comme un modèle les relations entre l’autorité épiscopale et les laïcs allemands dont l’initiative et la mobilisation étaient cantonnées pourtant à l’action sociale et politique. G. Goyau livra une vision idéalisée – insuffisamment traitée par J. Grondeux – du catholicisme outre-Rhin à un moment où son influence vacillait : partisan de l’acceptation de la loi de séparation des Églises et de l’État en 1904, l’Encyclique Gravissimo l’avait désavoué en refusant la loi en août 1906.

10Le huitième chapitre, « Science historique et apologétique » (p. 307-368) dissèque le « cœur théorique » (p. 307) de l’historiographie de G. Goyau pour qui le catholicisme est à la source de l’intelligibilité de l’histoire. En opposition à l’individualisme, comme de nombreux intellectuels de sa génération, il fut un adepte du « providentialisme historico-critique » (p. 315) qui présuppose que l’histoire a un sens univoque et qu’un fait historique peut être « jugé d’après son effectivité historique, c’est-à-dire selon le rôle qu’il a eu dans le fonctionnement global de la société » (p. 324). Ses écrits reflétaient le « développement dogmatique » (p. 318) du cardinal Newman d’après lequel les dogmes, en germe dans la révélation, sont explicités progressivement sous l’influence de l’Esprit saint. La pensée providentialiste de G. Goyau intégrait la liberté humaine, « don de Dieu, donc instrument de la providence divine » (p. 340) mais en la reléguant au « plan psychologique » (p. 341).

11Comme en témoigne le neuvième chapitre, « De la réintégration au retour des luttes politiques (1914-1939) » (p. 369-400), l’engagement national de G. Goyau se radicalisa pendant la Première Guerre mondiale au cours de laquelle il collabora au Comité catholique de propagande française à l’étranger fondé par Mgr Baudrillart. La Première Guerre mondiale permit aux catholiques français de s’intégrer pleinement à la communauté nationale et à G. Goyau de devenir une personnalité de plus en plus influente : collaborateur régulier du Figaro à partir d’avril 1922, il entra à l’Académie française la même année. En 1924, il s’engagea dans la lutte contre le Cartel des gauches. Ferme partisan de l’Empire français, il travailla ardemment à l’union des Français face au péril communiste pendant les années trente. D’une manière regrettable, les vingt-cinq dernières années de la vie de cet intransigeant en théorie, libéral en pratique, ne sont pas étudiées avec autant de soin que les années 1892-1914.

12En somme, il ressort de ce livre que G. Goyau, intellectuel à la fois ultramontain et libéral, tomba dans l’oubli surtout parce qu’il incarnait deux positions antagoniques et minoritaires dans l’Église de France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Emmanuelle Reytier, « Jérôme Grondeux, Georges Goyau. Un intellectuel catholique sous la IIIe République (1869-1939), Collection de l’École française de Rome, 381, 2007, IX, 443 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 12 juillet 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2866

Haut de page

Auteur

Marie-Emmanuelle Reytier

RESEA – LARHRA, UMR 5190, Université Jean Moulin - Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org