Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Jean-Pierre Gutton, Établir l’identité. L’identification des Français du Moyen Âge à nos jours, PUL, 2010, 288 p.

Paul Chopelin

Texte intégral

1Du fichier EDVIGE au projet de loi LOPPSI 2, la question du fichage des individus représentant une menace « potentielle » pour la sécurité intérieure a fait couler beaucoup d’encre et continue encore de susciter des débats passionnés. Pour mieux saisir les enjeux de cette controverse et la resituer dans un temps plus long que celui du seul XXe siècle, Jean-Pierre Gutton nous invite, dans une synthèse inédite, à suivre l’histoire de l’identification des personnes en France, de la fin de l’Antiquité à nos jours.

2Le premier chapitre revient sur les modifications survenues dans les titulatures nominales gallo-romaines à l’occasion de l’arrivée des peuples germains et étudie les différents moyens d’identification de l’époque médiévale, en développant le cas des blasons. À cette occasion, l’auteur se livre à une utile mise au point sur l’évolution des liens entre la cérémonie religieuse du baptême et la dénomination, qui permet de mieux comprendre l’origine de la tenue des registres paroissiaux. C’est également au Moyen Âge qu’apparaissent les premières signatures manuscrites – le seing manuel – dont l’auteur retrace la lente évolution, à travers notamment l’exemple des signatures royales.

3Les moyens employés par l’État monarchique aux XVIe-XVIIe siècles pour mieux contrôler les contribuables et justiciables sont évoqués dans le deuxième chapitre. En fin connaisseur de la société française d’Ancien Régime, J.-P. Gutton insiste avec raison sur le rôle déterminant des justices seigneuriales dans l’établissement des patronymes en France. Les assises permettent ainsi au seigneur de dénombrer ses justiciables, dont les noms sont soigneusement recensés par son procureur fiscal. Du célèbre édit de Villers-Cotterêts (1539) à celui de Saint-Germain-en-Laye (1667), la monarchie attribue aux curés la tâche d’enregistrer les noms de toutes les personnes baptisées, mariées et décédées sur le territoire de leur paroisse. Mais l’identification des personnes est encore très mal maîtrisée, comme en témoigne bon nombre d’affaires célèbres d’usurpation ou de contestation d’identité, à l’instar du procès du faux Martin Guerre en 1560. Au XVIIe siècle, les compagnies du Saint-Sacrement et autres sociétés de charité cherchent à contrôler pauvres, « hérétiques » et travailleurs nomades, comme les domestiques, en établissant des fichiers nominaux, pour mieux les surveiller et les secourir. Le XVIIe siècle est enfin la période où commencent à se normaliser les usages du nom, comme les historiens ont pu le relever en consultant les archives judiciaires.

4Le XVIIIe siècle – objet du troisième chapitre – voit se développer les enquêtes administratives, qui témoignent de la volonté de l’État d’établir précisément l’identité des régnicoles, notamment celle des notables, pour mesurer les richesses et capacités de chaque province. Alors que la justice prête une attention de plus en plus grande à l’identification des cadavres anonymes, la monarchie continue de légiférer pour mieux surveiller les circulations individuelles, en particulier celle des sujets potentiellement « dangereux ». Mais le contrôle des populations peut aussi accompagner les progrès de la tolérance religieuse : en 1787, les protestants voient enfin leur existence officiellement reconnue par la monarchie, en obtenant la création d’un état civil particulier.

5En confiant aux municipalités l’enregistrement des naissances, mariages et sépultures (20 septembre 1792), l’Assemblée législative jette les bases de la laïcité républicaine. Le quatrième chapitre aborde ainsi les métamorphoses de l’identité au XIXe siècle, au cours duquel les recensements de population deviennent de plus en plus précis. Dans un contexte de guerres et de peur de la subversion étrangère, les gouvernements de la Révolution et de l’Empire cherchent à contrôler davantage la population en instituant de multiples cartes et passeports – le célèbre livret ouvrier date de 1803 –, tandis qu’en attendant l’invention de la photographie, les méthodes d’identification physiques des personnes s’affinent. Au cours du XIXe siècle, alors que l’administration devient de plus en plus exigeante en la matière, la police invente de nouvelles méthodes de contrôle des criminels et des « déviants » en tout genre, en recourant à l’anthropométrie (travaux de Lombroso, Bertillon et Lacassagne).

6Consacré au XXe siècle et à la première décennie du XXIe siècle, le cinquième et dernier chapitre aborde l’évolution de la législation française dans le domaine de la transmission du nom, les conditions d’apparition de la carte nationale d’identité des années 1930 aux années 1950, avant d’évoquer les controverses actuelles sur le contrôle de l’identité des personnes, notamment autour de la question des fichiers informatiques – publics et privés – et des nouveaux documents d’identité biométriques.

7Très complète, écrite dans une langue claire et accessible, cette synthèse originale intéressera autant le lectorat universitaire – qui y trouvera les références les plus récentes sur la question – que le grand public soucieux d’approfondir ses connaissances sur un sujet souvent traité sans autre arrière-plan historique que celui des fichiers de police du XXe siècle. Elle sera particulièrement utile aux enseignants qui doivent aborder la question de l’identité dans le cadre des programmes d’éducation civique du primaire et du secondaire. Les documents – très variés – présentés en annexe et les exemples évoqués au long des chapitres compléteront utilement les informations habituellement fournies dans les manuels scolaires, en leur conférant une épaisseur historique qui ne se limite pas à l’édit de Villers-Cotterêts ou à l’instauration de l’état-civil en 1792. L’un des principaux mérites de J.-P. Gutton est en effet de nous rappeler, en des temps où « l’utilité sociale » de l’histoire est régulièrement remise en cause, que la connaissance du passé est absolument nécessaire pour comprendre les enjeux des débats politiques actuels, surtout en matière de sécurité collective où les passions l’emportent malheureusement trop souvent sur la raison.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Chopelin, « Jean-Pierre Gutton, Établir l’identité. L’identification des Français du Moyen Âge à nos jours, PUL, 2010, 288 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 12 juillet 2011, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2865

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org