Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Michel Despland, Le Recul du sacrifice. Quatre siècles de polémiques françaises, Québec, Presses de l’Université Laval, 2009, 281 p.

Yves Krumenacker

Texte intégral

1Offrir un sacrifice aux dieux, se sacrifier pour sa patrie, se sacrifier en laissant aux autres sa part de dessert… Comment rendre compte de la notion de sacrifice, alors qu’elle semble recouvrir des sens bien différents ? C’est ce défi que cherche à relever Michel Despland, professeur à l’Université Concordia de Montréal, à partir de sources et d’une bibliographie extrêmement variées, relevant aussi bien de l’histoire que de la littérature, l’anthropologie ou la philosophie. Il commence par rapprocher le sacrifice de l’offrande, mais ritualisée, et entretenant toujours un rapport à la vie. Il note également que le sacrifice n’est pas une spécificité des religions monothéistes, qu’on le trouve aussi par exemple dans l’Antiquité grecque et romaine.

2Le livre est ensuite organisé classiquement, en quatre chapitres couvrant chacun un des quatre siècles (du XVIe au XIXe) de l’enquête.

3La rupture de la Réforme introduit plusieurs critiques envers le système sacrificiel médiéval : Luther refuse le sacrifice à Dieu que font les religieux de leur vie, au nom de la liberté du croyant et, de là, les humanistes s’opposent aux sacrifices qui immolent une victime humaine. Mais la critique du sacrifice eucharistique est plus radicale : c’est refuser le système du don (du corps du Christ) – contre don (le salut). L’altérité de Dieu est ainsi préservée, le ciel et la terre sont entièrement séparés, les chrétiens ne peuvent plus rien offrir à Dieu, si ce n’est la louange. Tout le système social d’obligations hiérarchisées est de ce fait mis à mal, de même que le complexe de transactions entre le ciel et la terre. La vie chrétienne se réédifie sur de nouvelles bases, sur une ascèse intramondaine ; d’où l’accent sur la civilité, l’essor de la philosophie politique. Despland rejoint ainsi, par une autre démarche, bien des conclusions de Max Weber.

4Au XVIIe siècle, la déconstruction du sacrifice s’opère également du côté catholique. Alors que les dévots, dans la ligne de la Ligue, continuent à exalter le sacrifice, les réflexions sur la morale se mettent à soupçonner les motivations cachées derrière le sens du sacrifice : il ne serait qu’hypocrisie (cf. Tartuffe), car masquant un amour de soi au service d’une stratégie de désir ou de puissance. La réflexion sur l’agir humain, particulièrement poussée dans les pièces de théâtre, montre que les ressorts des actions sont très humains et non soumis à la volonté de Dieu ; les tragédies font apparaître les sacrifices comme des pratiques violentes et condamnables (cf., par exemple, Iphigénie). Les intérêts souverains, absolus, deviennent suspects, quand la pensée morale vise à rendre la vie en société possible par des efforts rationnels.

5Le regard, peu à peu, se porte davantage sur la victime. Les Aventures de Télémaque (1700), puis toutes les pièces portant sur Idoménée ou Jephté enseignent l’horreur pour le zèle qui sacrifie et qui tue ; le théisme rejette un Dieu si cruel, alors que la propagande antireligieuse des Lumières dénonce le fanatisme superstitieux des prêtres sacrificateurs. Dans le même temps, le débat sur l’amour pur envisage un abandon à Dieu qui n’a rien à voir avec le don sacrificiel de soi. De leur côté, les moralistes des Lumières comme les auteurs du XVIIIe s’intéressent à la passion amoureuse pouvant aller jusqu’à la mort de soi : mais ce n’est pas un don qui s’inscrirait dans un processus sacrificiel, c’est la conséquence normale d’un choix sincère, vertueux, fondé sur une nécessité intérieure – même s’il arrive que le terme de « sacrifice » soit encore employé.

6Le sacrifice revient en force après la Révolution. Avec de Maistre, la pensée contre-révolutionnaire fait du sacrifice le principe de l’ordre social, les crimes et les guerres permettant aux hommes de conserver l’union avec Dieu. Mais le courant essentiel du XIXe siècle est plutôt de considérer le sacrifice comme nécessairement volontaire et au service des autres, dans une perspective de progrès : les catholiques sociaux insistent surtout sur le dévouement, le christianisme social protestant s’investit dans le service et les œuvres, le philanthropisme laïc invoque la solidarité. Dans les deux cas, la mythologie sacrificielle est sécularisée.

7Ce riche parcours se termine par sept pistes de conclusions, trois qualifiées d’historiques, quatre de théoriques. Despland peut ainsi s’interroger sur la place de la fonction symbolique dans la vie humaine et à la vie dans une ère post-sacrificielle, quand l’homme est mis en demeure d’exercer sa responsabilité.

8Le livre n’est pas d’une lecture facile, car les références sont très nombreuses, les informations foisonnantes et souvent allusives, étant donné le petit format de l’ouvrage par rapport à l’ambition du projet, une histoire du sacrifice sur quatre siècles. De plus, l’auteur se fait historien, philosophe, anthropologue, tout en utilisant abondamment la littérature. Évidemment, dans un tel ensemble, chacun pourra, au gré de sa spécialité, relever quelques erreurs, comme la confusion entre Charles et Laurent Drelincourt (c’est ce dernier l’auteur des Sonnets chrétiens), ou des points contestables, comme l’identification de la spiritualité de Bérulle au sacrifice eucharistique et à la Passion, alors que la focalisation sur la Passion est plus le fait de ses disciples. Il serait également souhaitable de différencier davantage les multiples courants du protestantisme. L’arminien Grotius peut-il être vraiment considéré comme un héritier de Calvin ? Mais l’essentiel n’est pas dans ces détails, plutôt dans la vision d’ensemble qui est proposée, permettant une réflexion sur la notion de sacrifice qui, n’en doutons pas, suscitera la discussion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Michel Despland, Le Recul du sacrifice. Quatre siècles de polémiques françaises, Québec, Presses de l’Université Laval, 2009, 281 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 12 juillet 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2860

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org