Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Philippe Delisle, Spirou, Tintin et Cie, une littérature catholique ? Années 1930 / Années 1980, Paris, Karthala, 2010, 184 p.

Yves Krumenacker

Texte intégral

1Depuis quelque temps maintenant, Ph. Delisle, grand amateur de B.D., s’est mis à explorer l’imaginaire d’une de ses branches les plus importantes, l’école « franco-belge ». Après avoir étudié, dans un ouvrage de la même collection, paru en 2008, la manière dont le fait colonial y est présenté (cf Chrétiens et Sociétés 2009, p. 180-182, http://chretienssocietes.revues.org/​index2408.html), il s’intéresse à présent à son environnement catholique.

2Le thème peut paraître évident car la plupart des éditeurs et des auteurs viennent du catholicisme. La « bonne presse », en Belgique, a un quasi monopole, avant-guerre, dans les publications pour enfants : suppléments de journaux comme Le Petit Vingtième (supplément du Vingtième Siècle), organes de mouvements comme La Croisade Eucharistique ; le Journal de Spirou (1938), non confessionnel, n’y échappe pas vraiment puisque son fondateur, Jean Dupuis, a d’abord travaillé dans un quotidien catholique, où il a manifesté de fortes convictions religieuses, et que son fils Charles demande à ses auteurs un discours catholique. Quant au public, même des publications non confessionnelles comme Tintin ou Spirou, il est lui aussi majoritairement catholique. Cette B.D., fruit d’un des « piliers » de la Belgique, se différencie alors nettement de ce qui se fait en France (Les Pieds Nickelés, Zig et Puce, etc.). Les auteurs (Hergé, Charlier, Mitacq, Peyo, Jijé, etc.) ont généralement été formés dans des écoles catholiques, pour leurs études secondaires et souvent professionnelles, ils font partie de mouvements catholiques, ils travaillent pour le scoutisme. Seul Franquin, de ces auteurs éduqués dans le catholicisme, affirme avoir rompu profondément avec la religion. On ne s’étonnera donc pas de l’imprégnation chrétienne de beaucoup de récits : de nombreux auteurs mettent la Bible ou l’ « histoire sainte » en images, racontent la vie des saints (Jijé, Pilamm, Raymond Reding, etc.), le genre culminant avec les « Belles histoires de l’Oncle Paul » des années 50 ; on trouve aussi des récits d’aventure « catholiques » dont les héros sont des gladiateurs convertis, des croisés, des missionnaires du Far West, … Dans d’autres histoires, le scénario est plus « neutre », mais apparaissent des églises, des missionnaires, même des messes (le pilote Michel Vaillant y participe !), révélant qu’on est bien dans un milieu catholique. Rares sont les séries, comme Spirou ou Félix, où manquent les références chrétiennes explicites.

3Tout ceci peut paraître évident, mais il était utile de ne pas en rester à de vagues impressions et de le préciser de manière rigoureuse ; on peut en savoir gré à Ph. D. de l’avoir fait. Il est nécessaire cependant d’aller plus loin. L’objet du long 3e chapitre du livre est précisément de voir comment s’insèrent ces B.D. dans les débats qui traversent le catholicisme contemporain. Le christocentrisme apparaît fort, dans la ligne de l’intransigeantisme et du culte au Sacré-Cœur, mais aussi, chez des auteurs comme Jijé, avec un certain purisme qui veut rester fidèle aux sources et évite le « merveilleux ». Marie est également très présente, de manière assez classique chez Craenhals, de façon beaucoup plus « humaine » chez Jijé. Le Moyen Âge chrétien est très valorisé et idéalisé, avec Roland, Godefroid de Bouillon, le « Chevalier blanc » ou même Johan et Pirlouit ; cela consone avec l’essor de l’architecture néo-gothique, le discours des mouvements de jeunesse et singulièrement du scoutisme, mais aussi avec l’image hiérarchique de l’Église, qui apparaît également dans les innombrables récits mettant en scène des missionnaires. L’obéissance, la charité sont valorisées, dans des figures historiques (saint Vincent de Paul) comme dans les exemples contemporains (le père Pire), ce qui amène à donner une grande place au scoutisme dans de nombreux récits : de manière accessoire dans Félix, Blondin et Cirage ou Lefranc, comme cadre du récit dans Valhardy détective ou la Patrouille des Castors. Les autres religions ne sont guère présentes (protestantisme, orthodoxie) ou sont dévalorisées : les religions africaines sont superstitieuses, l’hindouisme est archaïque et sanguinaire, l’islam est fourbe et sournois, d’où l’importance des missionnaires (et des croisés !) qui répandent le christianisme. Là encore, Jijé se démarque de l’imaginaire majoritairement intransigeant, en présentant des missionnaires ouverts aux autres cultures, notamment dans sa biographie de Charles de Foucauld.

4Les années 1960 marquent une rupture, à mettre en rapport avec le concile Vatican II, le recul de l’emprise ecclésiastique sur les sociétés occidentales, la « crise catholique » et la forte baisse de la pratique religieuse notamment chez les jeunes, mais aussi la volonté des éditeurs belges de conquérir le marché français, plus laïc, marqué aussi par l’émergence d’une B.D. plus « adulte » et moins traditionnelle, symbolisée par Pilote. Tintin et Spirou, bien que plus classiques, évoluent en ce sens, avec de la science fiction (« Luc Orient ») ou des héroïnes émancipées comme Yoko Tsuno ou Natacha. Les références chrétiennes diminuent, même, à partir des années 70, pour les livraisons de Noël, bien que l’on trouve toujours de courts récits chrétiens, que les pieux chevaliers (« Chevalier Ardent ») et les scouts soient toujours présents. La prise de distance avec le discours traditionnel est accomplie dans les années 80 (au moment même où l’imaginaire colonial est traité avec ironie, humour, quand il n’est pas stigmatisé), tout en s’accompagnant d’une certaine nostalgie : la reprise de héros anciens et de vieux stéréotypes, la parodie se multiplient, en particulier chez Yves Chaland, Serge Clerc ou Yann. Mais il s’agit alors plus de références littéraires, attestant de la mort du modèle traditionnel, même si un auteur comme Chaland a aussi travaillé, probablement par conviction personnelle, pour le magazine catholique Grain de Soleil.

5Au-delà du plaisir éprouvé par le lecteur de ce livre qui retrouve ainsi bien des héros de sa jeunesse (avec d’assez nombreuses illustrations sauf, comme toujours, hélas, d’Hergé), cet essai amène à réfléchir sur la manière dont une littérature de jeunesse a pu imprégner des générations ; c’est toute la question de la réception, posée en conclusion, et difficile à résoudre car beaucoup de ces B.D. sont rééditées, sans que leurs lecteurs actuels ne soient sensibles au message chrétien qui est délivré. Peut-être faut-il, pour qu’il soit efficace, qu’il s’insère dans tout un dispositif de chrétienté. Sans cela, il risque de ne plus être qu’un ornement plus ou moins exotique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Philippe Delisle, Spirou, Tintin et Cie, une littérature catholique ? Années 1930 / Années 1980, Paris, Karthala, 2010, 184 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 12 juillet 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2859

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org