Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses

Michel Mbala Lussunzi Vita, La société Kongo face à la colonisation portugaise, 1885-1961. Un peuple en mouvement et une société en mutation. Thèse pour le doctorat d’histoire soutenue devant l’Université Lumière – Lyon 2 le 15 décembre 2009

Jury : Guy Brunet et Claude Prudhomme (Lyon 2, co-directeurs), Jean-Pierre Chrétien (CNRS), Francis Simoni (Lyon 2), Michel Poulain (Louvain-la-Neuve)
Claude Prudhomme

Texte intégral

1Fruit de la coopération universitaire entre l’Angola et la France, cette thèse écrite en français par un enseignant angolais de l’Université de Luanda, soutenue au terme d’un séjour de trois ans à Lyon, aborde l’étude d’une région peu étudiée par l’historiographie française. Elle témoigne de l’importance accordée à une écriture scientifique de son histoire par un pays qui a vécu trois décennies de conflits, guerre de décolonisation d’abord, guerre civile ensuite. Le candidat a rappelé dans son exposé introductif ce contexte difficile en évoquant les chocs coloniaux successifs qu’a vécus la population Kongo, d’abord lors de l’arrivée des premiers administrateurs portugais et de la mise en place de la traite esclavagiste, puis avec la colonisation systématique de l’intérieur du pays à la fin du XIXe siècle... Il décrit une société déstructurée, partiellement privée de ses élites, et dont la culture est méprisée, voire niée par les colonisateurs et se demande comment cette société et cette culture ont pu survivre, au prix de quelles adaptations et de quels renoncements.

2La délimitation du sujet est clairement annoncée dans le titre. Mais les approches adoptées ont dû composer avec les contraintes rencontrées dans la collecte des sources. Inutile de s’étendre sur les lacunes des archives et la difficulté d’accéder à une documentation géographiquement dispersée en Afrique et en Europe. Ces lacunes archivistiques ont conduit à multiplier les enquêtes orales, sans pour autant négliger les travaux existants. Les compétences linguistiques du chercheur lui ont ainsi permis de recourir abondamment à une historiographie en langue portugaise peu fréquentée par les travaux francophones.

3Le titre et le sous-titre mettent bien en avant l’idée directrice qui a guidé le travail et le plan final. La société Kongo est constamment au centre du propos, abordée dans ses réactions face à la colonisation portugaise et ses réponses multiples à la domination. L’introduction générale fournit un état des lieux d’une longueur un peu inhabituelle guidée par le souci d’opérer un bilan équilibré. Elle n’est pas seulement destinée au lecteur non lusophone, mais surtout aux jeunes chercheurs angolais confrontés à une historiographie polémique. Elle permet d’aborder dans la première partie la présentation de la société Kongo confrontée à la colonisation dans son contexte historique. Elle propose en particulier un chapitre trois qui offre une vue d’ensemble de la société traditionnelle fondée sur une information inédite. La seconde partie, au moins du point de vue de l’étude des rapports entre société et acculturation, est la plus novatrice et la plus stimulante. Elle confirme la fécondité du croisement des sources missionnaires et des sources orales. L’auteur montre de manière convaincante le rôle décisif joué par les missions, ici la mission baptiste pour l’essentiel, dans la négociation qui s’ouvre entre populations autochtones et colonisateurs portugais. Les missionnaires baptistes sont à la fois associés à ces derniers par leur origine et leur statut, mais ils ne sont pas confondus avec eux, parce qu’ils s’en distinguent par leur confession protestante (dans une colonie soumise à des accords entre gouvernement et Saint-Siège), par leur nationalité non portugaise et par leur mode de vie. Les missionnaires se trouvent en quelque sorte au carrefour des deux mondes et tirent parti de leur position. Ainsi que l’écrit M. Mbala, la mission constitue « un lieu sûr pour échapper aux travaux forcés », et pourrait-on ajouter, le seul lieu possible pour échapper aux abus coloniaux sans avoir à se cacher ou à émigrer. La thèse illustre remarquablement le modèle du malentendu productif développé par les anthropologues. Le contact missionnaire commence toujours par des quiproquos mais peut déboucher sur une adhésion durable au christianisme, ici dans sa version protestante. Elle est synonyme d’accès à la modernité (école), à des réseaux internationaux, à des modes de pensée et de vivre caractérisés par une négociation permanente entre tradition et innovation. Par une série d’analyses très concrètes, l’auteur décrit la genèse de nouvelles traditions, sans en tirer tous les fruits, par exemple avec l’invention en milieu protestant d’un mariage qualifié de coutumier parce qu’il concilie la coutume, les lois édictées par l’administration portugaise et les conceptions chrétiennes.

4Sans doute des clarifications restent nécessaires dans le recours à certaines catégories, notamment la notion de tradition autochtone. L’auteur montre lui-même qu’il est illusoire de rechercher dans les sources orales une pureté primordiale, antérieure à la colonisation et à la mission, tradition qui serait immobile, figée et seule légitime. Mais il se laisse parfois entraîner par le discours de certains interlocuteurs soucieux de fonder une identité et une authenticité dont ils se veulent les dépositaires et les promoteurs. Pourtant la recherche de M. Mbala nous montre que la société Kongo n’est pas immobile. Immergée dans une histoire souvent douloureuse, confrontée à la traite et à la colonisation, elle s’efforce en permanence de trouver des réponses pour contourner la domination étrangère. Loin de subir avec passivité les événements, elle ne cesse pas d’agir et de réagir, elle s’approprie les apports extérieurs, adhère au christianisme et trace des voies nouvelles sans rompre avec son héritage. La capacité à l’acculturation et à l’accommodation, déjà soulignée pour l’époque moderne avec le royaume Kongo, s’avère une donnée constante de cette société. Elle laisse augurer un avenir meilleur dans un pays longtemps déchiré par des conflits meurtriers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Michel Mbala Lussunzi Vita, La société Kongo face à la colonisation portugaise, 1885-1961. Un peuple en mouvement et une société en mutation. Thèse pour le doctorat d’histoire soutenue devant l’Université Lumière – Lyon 2 le 15 décembre 2009 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2851

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA – LARHRA, UMR 5190 Université Lumière - Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org