Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables Rondes et Journées d’études 2010-2011

Dieu à l’école ? Du cours de religions à l’enseignement du fait religieux : diversité des approches en Europe Vienne, 28-29 octobre 2010

Claude Prudhomme

Texte intégral

1Organisé par l’Université de Strasbourg (Oissila Saaidia), l’Institut für Wissenschaft und Kunst (Thomas Hübel) et l’Institut français de Vienne,  avec le soutien du Fonds d’Alembert, le colloque avait opté pour une approche résolument pluridisciplinaire et comparatiste, tant entre les différents pays d’Europe qu’entre les principales confessions religieuses. Dans son exposé introductif, Oissila Saaidia a rappelé la genèse et les objectifs du symposium. « La question de l’enseignement des religions dans les écoles publiques en Europe sous forme de cours de religion ou d’enseignement du fait religieux, ou encore d’éthique qui renvoie à des problématiques connexes est manifestement devenue un enjeu majeur dans les sociétés européennes. Or le rôle social de l’historien, de l’anthropologue, du sociologue, du politologue ou des autres spécialistes des sciences humaines et sociales n’est plus à démontrer. Cette rencontre se trouve donc à la jonction de préoccupations scientifiques et sociétales sur lesquelles les universitaires doivent apporter leur contribution ».

2Les interventions et les débats se sont ensuite déroulés autour de quatre axes :

  • Le statut de la religion dans l’enseignement : la diversité comme dénominateur commun

  • Le professeur de religion et son enseignement

  • Enseigner la religion, sans la religion ? Fait religieux et éthique

  • Un modèle européen exportable ?

3À chaque étape se sont succédées les études de cas et les réflexions plus théoriques, les approches historiques, socio-politiques, philosophiques autour des conceptions de l’enseignement des religions, des mutations récentes, des évolutions des programmes et des modes d’enseignement.

4Les travaux ont mis en évidence la diversité des pratiques et des réponses apportées à un double mouvement, le premier caractérisé par une sécularisation croissante des sociétés, le second par une réaffirmation des appartenances religieuses. Mais dans ce cadre général, plusieurs modèles émergent. D’un côté la laïcité française n’empêche pas de multiples accommodements et insiste aujourd’hui sur l’importance de l’étude du fait religieux. De l’autre, le monde germanique maintient l’offre d’un enseignement religieux dans l’enseignement public, mais selon des modalités qui varient selon les pays (Autriche ou Allemagne), selon les régions (Länder), selon les religions (christianisme, islam, judaïsme). De la catéchèse dans le cadre scolaire à un simple cours d’éthique, en passant par des cours de culture religieuse ou d’histoire des religions, l’éventail des solutions proposées illustre la diversité des réponses possibles, et parfois les hésitations des pouvoirs publics soumis à des pressions contradictoires.

5La comparaison entre la France et le monde germanique s’est révélée particulièrement stimulante quant à la manière de concevoir la place du « fait religieux » mais aussi de construire  le rapport entre éthique et religion. Elle a contribué à des appréciations plus nuancées des politiques développées par l’autre. Au total la part accordée à des études de cas a prouvé son efficacité pour  confronter les idées à partir d’expériences et dépasser les idées reçues.  Il en ressort la confirmation des deux évolutions repérées par l’organisatrice du colloque. La première, plutôt germanique, tend à la multiplication des offres pour prendre en compte la diversification des adhésions religieuses et philosophiques. Parfois cette diversité est cependant corrigée dans le christianisme par une catéchèse œcuménique. Une seconde tendance, caractéristique de la France, préfère intégrer la prise en compte du fait religieux à l’intérieur des champs disciplinaires enseignés à l’école.

6Si la majorité des interventions ont concerné le christianisme, y compris dans sa composante orthodoxe (Russie), l’enseignement du judaïsme et de l’islam ont également retenu l’attention des chercheurs, en particulier à travers le cas de l’Allemagne (judaïsme) et de  l’Autriche (islam). Le lycée juif de Berlin s’efforce de concilier transmission de la culture et de la foi et intégration dans la société globale. L’Autriche s’est orientée vers un enseignement de l’islam organisé et programmé par les pouvoirs publics après concertation avec les représentants des musulmans du pays. Les choix restent plus flous et incertains ailleurs. La conférence publique prononcée par Mohamed-Seghir Janjar, directeur-adjoint de la fondation du roi Abd el Aziz pour les études islamiques et les sciences humaines de Casablanca, a apporté un point de vue extra-européen indispensable à la réflexion Elle a montré, à travers les cas du Maroc et de la Tunisie, que les questions débattues et les réponses apportées sur les deux rives de la Méditerranée en matière d’enseignement de l’islam  sont moins éloignées qu’on ne l’imagine souvent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Dieu à l’école ? Du cours de religions à l’enseignement du fait religieux : diversité des approches en Europe Vienne, 28-29 octobre 2010 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 12 juillet 2011, consulté le 16 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2849

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA – LARHRA, UMR 5190
Université Lumière - Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org