Navigation – Plan du site
Articles

Maximin Giraud, le berger de La Salette : de l’Apparition de la Vierge aux soldats du Pape

Laurent Gruaz
p. 151-172

Résumés

En 1860, le Pape Pie IX lançait un appel au monde catholique pour défendre son territoire menacé par Victor-Emmanuel II. Le roi de Sardaigne, désireux de réaliser l’Unité italienne, entendait faire de Rome la capitale de son nouveau royaume. De nombreux volontaires, notamment Français, se sont manifestés et ont été affectés dans un corps spécialement créé pour eux : les Zouaves Pontificaux. En l’espace de dix ans, des milliers de jeunes gens de tous milieux sont ainsi venus grossir les rangs des soldats du Pape. Parmi eux, Maximin Giraud, qui s’enrôle le 24 avril 1865. Le berger de La Salette a tout juste 30 ans. Il contracte un engagement de six mois. Cette année-là, les Zouaves Pontificaux ne participent à aucun combat contre les troupes de Victor-Emmanuel ou les Chemises rouges de Garibaldi. Mais Maximin Giraud, après avoir été un temps infirmier du bataillon, occupe une grande partie de son temps militaire à chasser les brigands qui pullulent dans les États Pontificaux. Il se lie également d’amitié avec certains compatriotes à qui il accepte de s’ouvrir sur le secret que la Vierge lui aurait confié 14 ans plus tôt. Au mois d’octobre, il quitte sa compagnie avec le sentiment d’avoir rempli son devoir de « soldat de Dieu », la plupart des Zouaves Pontificaux s’étant engagés pour servir ce qu’ils nomment « la plus auguste des causes » avec l’espoir de mourir en martyr pour le Pape et le Christ.

Haut de page

Texte intégral

1Le 24 avril 1865, lorsque Maximin Giraud, le jeune voyant de La Salette, s’engage dans les Zouaves Pontificaux, il a tout juste 30 ans. Il rejoint les troupes de Pie IX, le Pape à qui il avait envoyé 14 ans plus tôt le secret que lui avait confié la Vierge de La Salette.

  • 1  Attilio Vigevano, La fine del esercito pontifico, Rome, Albertelli,1920.

2En cette année 1865, l’Armée Pontificale a plus que jamais besoin de volontaires. L’État romain reste le dernier bastion de résistance face aux troupes du roi de Sardaigne et de Garibaldi, désireux de réaliser l’unification de l’Italie. Or, depuis quelques mois, les troupes françaises qui garantissaient jusqu’ici la protection du territoire pontifical se sont engagées, à la demande de leur gouvernement, à quitter Rome dans les deux ans, laissant le champ libre aux Piémontais. La petite armée des Zouaves Pontificaux qui ne dépassait guère 500 hommes va alors s’élever progressivement pour atteindre en juin 1867 le nombre de 2 289 hommes, dont 659 Français1.

  • 2  Matricule des Zouaves Pontificaux et Volontaires de l’Ouest, 2 vol. Lille, 1910 et 1920.
    Âgé de 34 (...)
  • 3  Olivier Tisserand, Les derniers croisés. Histoire des Zouaves Pontificaux 1860-1870, (inédit), p. (...)

3C’est dans ce climat particulier que Maximin Giraud arrive dans l’armée du Pape Pie IX, à qui il avait confié en 1851 le secret que lui avait délivré Notre-Dame à La Salette, l’année même de son élection sur le trône de Saint Pierre. Sous le numéro matricule n° 1 692, le jeune homme intègre la 1re compagnie du bataillon des Zouaves Pontificaux, placée sous le commandement du capitaine Ferdinand Le Caron de Troussures2. De brèves notions de médecine, résultant d’une inscription aux cours d’officier de santé, fin 1861, début 1862, à la Faculté de médecine de Paris le font affecter, dans un premier temps, au Service de Santé du corps pontifical en tant qu’infirmier3.

  • 4  Mgr Clément Villecourt (1787-1867), prêtre en 1811, nommé évêque de La Rochelle en 1835. Il avait (...)
  • 5  Henri Le Chauff de Kerguénec, Souvenirs des Zouaves Pontificaux, 1864, 1865 et 1866, Paris, Anc. l (...)
  • 6  Ibid., p. 173.
  • 7  Peut-être s’agit-il d’Henri Galbaud du Fort, engagé aux Zouaves Pontificaux sous le matricule 53. (...)
  • 8  Henri Le Chauff de Kerguénec, Souvenirs des Zouaves Pontificaux …, op. cit, p. 177
  • 9  Ibid.

4Le berger de La Salette reste discret. Il parle peu, ne se mêle pas aux autres recrues. Surtout, il ne tient pas à révéler son identité, et encore moins à évoquer l’épisode de l’apparition : il a, en effet, juré au cardinal Villecourt4 avant son engagement de garder l’anonymat en se mettant « à l’abri de toute curieuse investigation »5. Mais son sergent, Henri Le Chauff de Kerguénec découvre rapidement qui il est au bout d’une dizaine de jours. Il le cite dans ses Souvenirs parmi les personnalités du régiment : « De fort belles et intéressantes recrues nous sont arrivées ces derniers temps, par exemple un Montesquieu descendant en droite ligne de l’auteur de “L’Esprit des lois” […] ; par exemple encore Maximin Giraud, le berger de La Salette, qui se trouve ici sans trop savoir comment »6. Il le prend aussitôt en affection. Une affection partagée par le Zouave Galbaud7, ce qui réjouit Kerguénec et lui fait dire que le fardeau sera ainsi moins lourd !8 Le sergent décrit Maximin comme un homme « fort comme un turc, qui boit, mange bien, et j’imagine qu’il fouillera aussi souvent dans ma bourse que dans la sienne. Enfin, je le ferai pour l’amour de la bonne Vierge, et j’espère qu’elle m’en saura gré9 ».

  • 10  Henri Dion, Maximin Giraud, berger de La Salette ou la fidélité dans l’épreuve, Montsurs, Resiac, (...)

5Sa venue dans le corps pontifical n’a rien de très préparé, semble-t-il. Selon le R.P. Jean Jaouen, cette nouvelle vocation résulterait d’une insuffisante maturation comme toutes les autres entreprises du jeune berger, entreprises qui n’ont guère abouti10 :

  • 11  Jean Jaouen (R.P.), La grâce de La Salette, 1846-1946, Paris, Éditions du Cerf, 1946, p. 216-217.

Maximin, du point de vue des gens raisonnables, a raté sa vie, affirme Le R.P. Jean Jaouen. On en pourrait alléguer plusieurs causes extérieures : l’éducation qu’il a reçue, les sollicitations des milieux qu’il a traversés […] Il ne voit pas, le pauvre garçon, que son caractère, beaucoup plus que la pression sociale commande la forme de sa destinée »11.

  • 12  Henri Dion, Maximin Giraud, berger de La Salette…, op. cit., p. 205.

6Henri Dion, en revanche, demeure persuadé que « ce n’est pas une vague rêverie […] qui a jamais pu peser sur ses décisions, en l’occurrence son enrôlement […] dans l’Armée Pontificale12 ».

  • 13  Plus vraisemblablement Vienne, non loin de Frohsdorf où se trouvait le comte de Chambord.

7Les raisons de cet engagement sont vagues. Selon Kerguénec, Maximin aurait un beau jour quitté Paris et ses parents adoptifs, les Jourdain, un couple de négociants, pour Venise13. Qu’allait-il y faire ?

  • 14  Le comte de Chambord, neveu de Louis XVI, était le prétendant au trône de France sous le nom d’Hen (...)
  • 15  Henri Le Chauff de Kerguénec, Souvenirs des Zouaves Pontificaux, op. cit., p. 184.

Ni plus ni moins, [que s’] entretenir [avec] le comte de Chambord14 de choses très sérieuses, raconte Kerguénec. Mais voici qu’il a été reçu là, m’a-t-il dit, comme un chien dans un jeu de quilles15.

  • 16  Contrairement aux autres armées, l’Armée Pontificale était la seule où il fallait payer pour s’eng (...)
  • 17  « M. Giraud, qui vous présentera cette lettre, est un jeune homme que je connais depuis 18 ans. Il (...)

8Après ce déboire, indique-t-il, il serait parti pour Rome où il aurait été reçu en audience par le Pape. C’est là qu’il découvre les Zouaves Pontificaux et décide de devenir l’un des leurs. Ayant gaspillé tout son argent, il doit de pouvoir réaliser cette nouvelle vocation au cardinal Villecourt, qui lui donne les 50 francs nécessaires à son engagement16. Celui-ci lui envoie également une lettre de recommandation destinée au commandant de Troussures qui produit ses effets puisque le jour même, il est enrôlé17.

  • 18  Alfred Parent (R.P.), Biographie de Maximin Giraud, berger de La Salette (1835-1875) et La grande (...)
  • 19  Médecin parisien qui l’avait soigné en 1861 pendant huit jours et qui lui aurait donné le goût de (...)
  • 20  Alfred Parent (R.P.), Biographie…, op. cit., p. 5.

9Le R.P. Parent avance, pour sa part, une autre raison à l’engagement de Maximin dans les troupes du Pape. Il le met sur le compte de la déception de ne pouvoir poursuivre ses études de médecine, et la découverte de l’existence de l’Armée du Pape alors qu’il se remet de cette désillusion par un séjour à Rome. Après avoir « subi des persécutions de la part d’étudiants libertins et impies » il avait, en effet, été « découvert par un ancien élève du séminaire de Grenoble, qui le reconnut et l’avait apostrophé en ces termes : "Tiens, voilà ma Salette !" »18 Le docteur Portalès19, qui le connaissait bien, le détourna alors de la médecine en lui expliquant que « la presse impie et boulevardière ruinera votre crédit en vous demandant de guérir indistinctement tous vos malades et en rejetant, qui pis est, vos insuccès sur la Sainte Vierge20 ».

10C’est sur ces entrefaites, poursuit le R.P. Parent que

  • 21  L’une des bienfaitrices de Maximin Giraud.
  • 22  Alfred Parent (R.P.), Biographie..., op.cit., p. 6

la marquise de Pignerolles21 lui procura une diversion à ses peines par un voyage à Rome, en 1865. Le 25 avril 1865, il signa avec foi et ardeur un engagement de six mois, avec l’intention bien arrêtée de le renouveler à l’heure du danger pour le Pontife-Roi. Cet enrôlement bien volontaire fit la joie de ses amis et lui valut de nobles amitiés22.

  • 23  Labora sicut bonus miles Christi Jesu, « Supporte les épreuves comme un bon soldat du Christ Jésus (...)

11Cette explication est un peu rapide puisqu’il s’est écoulé trois ans entre la fin de ses études de médecine (début 1862) et son engagement chez les Zouaves (avril 1865). Mais on peut, en effet, penser que cet engagement résulte bien d’une déception, qu’elle qu’en ait été la raison ; et les déceptions ont été nombreuses dans sa vie jusque-là ! On peut également facilement imaginer qu’à la suite de cette découverte du corps pontifical, Maximin Giraud eut l’envie de devenir l’un de ces « moines soldats » ou « miles Christi »23 ; autrement dit un savant mélange d’ordre militaire et de dévotion religieuse qu’il semble admirer depuis l’enfance. N’a-t-il pas répondu à son institutrice, Marie des Brûlais, qui lui demandait en 1849, alors qu’il était âgé de 14 ans et avait entrepris l’étude du latin, ce qu’il comptait faire lorsqu’il connaîtrait cette langue :

  • 24  Henri Dion, Maximin Giraud, berger de La Salette…, op. cit., p. 205 : « c’était d’ailleurs plus au (...)

Eh bien ! Je serai missionnaire. Si je ne puis être prêtre, je serai soldat ; j’aime mieux être missionnaire tout de même.
Et pourquoi voulez-vous être soldat si vous ne pouvez être missionnaire ?
Parce que… servir Dieu ou la Patrie : voilà !24

  • 25  Le 15 septembre 1864, un accord secret connu dans l’histoire sous le nom de Convention de septembr (...)

12Surtout, à la question de savoir pourquoi Maximin s’était engagé alors que la Papauté nonobstant la Convention de septembre25 ne paraissait pas en danger imminent, Adrien Peladan répond qu’en cette année 1865,

  • 26  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 368-369.

la vue des Zouaves Pontificaux qu’il rencontrait à chaque pas sur les places et dans les rues de la ville éternelle, ravivait son amour, son dévouement pour l’auguste personne du Pape-Roi, et l’enflammait du désir de se consacrer enfin à son service. Il lui était aisé de satisfaire désormais la grande ambition de sa vie, de manifester son attachement au Chef de l’Eglise qui le méritait bien, par l’oblation de lui-même26.

13Un sentiment de pleine communion avec le Christ et son Vicaire partagé par la plupart des engagés, à l’image de ce que ressentit le chef de section de Maximin, le lieutenant Arthur Guillemin, qui

  • 27  Louis Veuillot, La guerre et l’homme de guerre, Paris/Bruxelles, Société générale de Librairie cat (...)

lorsqu’il revêtit pour la première fois son uniforme avait éprouvé un sentiment analogue à celui que doit éprouver un prêtre habillé pour l’autel. Il était armé pour Jésus-Christ, armé pour être une victime honorable et sainte ! À des degrés différents, c’était là l’esprit dominant du bataillon […] Ces jeunes gens aimaient l’éclat de leurs armes dans la splendeur du ciel romain ; ils aimaient l’honneur qu’elles feraient à leur patrie ; ils aimaient le son de leurs clairons se mêlant au son des cloches de la ville éternelle, et donnant à l’appel au combat l’accent de l’appel à la prière27.

Soldats de Dieu et du Pape

14Le corps des Zouaves Pontificaux forme une armée très pieuse. Peu organisés, mal équipés à leurs débuts, ces catholiques de tous âges, de toutes nationalités et de tous milieux sont devenus en quelques mois de véritables soldats du Pape. Les aumôniers s’efforcent de maintenir chez leurs zouaves un esprit religieux qui prolonge celui des collèges catholiques où la plupart d’entre eux – tout au moins les Français – ont été élevés. Les officiers eux-mêmes veillent autant à la vie religieuse qu’à la formation militaire :

  • 28  Jean Guénel, La dernière guerre du Pape. Les Zouaves Pontificaux au secours du Saint-Siège, 1860-1 (...)
  • 29  Henri Le Chauff de Kerguénec, Souvenirs des Zouaves Pontificaux, op.cit., p. 75.

Les exercices religieux rythmaient la journée. Le clairon sonnait les prières du matin et du soir qui étaient récitées en commun dans chaque chambrée. Le factionnaire montait la garde, le fusil au bras et le chapelet à la main. Tous les jours où le service le permettait les Zouaves assistaient à la messe dite par un des aumôniers et le dimanche ils allaient souvent chanter les vêpres dans une des églises de la ville28.
Personne n’est obligé d’y assister, bien entendu, mais tout le monde s’y trouve, écrit l’un d’eux à ses parents. Je n’ai jamais rien vu de plus beau : tout un bataillon debout ou à genoux chantant les psaumes et priant Dieu de bénir ses armes et le Chef de l’Église29.

  • 30  Henri Dion, Maximin Giraud, berger de La Salette…, op. cit., p. 267. L’auteur précise que « Guidec (...)

15Maximin Giraud n’est pas exempt de cette fervente piété. « Son ami Guidecoq, zouave de sa compagnie, disait de lui : Je ne pouvais pas l’empêcher de prier une partie de la nuit »30.

  • 31  Marius Faugeras, Les fidélités en France au XIXe siècle. Les Zouaves Pontificaux (1860-1870), Enqu (...)
  • 32  Jules Delmas, La neuvième croisade, Paris, Blériot, 1861.
  • 33  1 écu d’argent valait 5 francs, une somme importante au regard du salaire de 2 francs par jour d’u (...)
  • 34  Marius Faugeras, La neuvième croisade, op. cit., p. 280.

16Sans être des moines soldats, précise, pour sa part, Faugeras, « les zouaves n’en étaient pas moins de vrais croisés, (…) ils vivaient dans une ambiance religieuse sans laquelle ils n’auraient pas été eux-mêmes »31. Le terme avait d’ailleurs été prononcé dès les débuts de l’Armée Pontificale par leur premier historien Jules Delmas32, qui reprenait lui-même avec fierté l’expression ironique des anticléricaux de France et d’Italie : ils participaient à des messes et à des retraites fréquentes, au culte du Sacré-Cœur et en mai de chaque année à des « mois de Marie ». Usant fréquemment des sacrements, ils avaient fondé des groupements de piété : congrégation de la Sainte Vierge, Adoration perpétuelle du T.S. Sacrement ou Conférence de Saint-Vincent de Paul. Grâce à cette dernière, rien que pour l’année où Maximin Giraud fut engagé dans les Zouaves, plus de 900 écus33 furent distribués aux pauvres de Frascati, une localité proche de Rome34.

  • 35  Après la prise de Rome par les troupes Sardes, le 20 septembre 1870, le bataillon des Zouaves Pont (...)

17À la différence des croisades, leur combat n’a jamais cessé au retour à la vie civile. La paix signée, les Volontaires de l’Ouest35 furent licenciés. Ils durent se séparer.

  • 36  L’Avant-Garde, n° 402, 1er septembre 1907.

Cruel moment après onze années passées ensemble dans la plus étroite des fraternités militaires, peut-on lire dans L’Avant-Garde, le bulletin des anciens défenseurs du Pape. Rentrés dans leurs foyers, ils y vécurent comme des soldats en disponibilité, prêts à reprendre au premier signal le chemin de Rome36.

18Sans doute aux Zouaves Pontificaux, Maximin Giraud a-t-il trouvé « une grande famille » qui ne le jugeait, pas, le respectait au même titre qu’un autre, respectait sa piété puisque partagée par chacun, respectait ses origines sociales, ne mettait pas en doute ses capacités intellectuelles, et dont les convictions, pour la majeure partie des engagés, n’ont jamais cédé un pouce de terrain au fil des ans. Pourtant, au cours de cette période, Maximin Giraud aurait été victime de calomnies, rapporte Henri Dion. À Carpineto, il aurait même été accusé d’avoir, en état d’ébriété, frappé l’un de ses chefs. Aucune mention ou punition ne vient étayer ces faits dans son dossier. Selon Henri Dion, c’est son chef qui, en réalité, l’aurait agressé.

  • 37  Ma profession de foi sur l’Apparition de N.-D. de La Salette ou réponse aux attaques dirigées cont (...)

19Cette période de la vie du voyant de La Salette, aussi courte fût-elle, a sans doute été l’une des plus importantes pour lui. Après de nombreux échecs professionnels, elle reste, en effet, l’une des rares entreprises, sinon la seule, à avoir été menée jusqu’au bout, et à s’être plutôt bien déroulée. Tout cela en combinant l’aspect religieux qu’il n’a pas pu mener à terme à travers le sacerdoce, l’aspect militaire qui après l’avoir un temps intéressé ne s’est jamais concrétisé, et le côté « médical » pour lequel il a, là encore, échoué dans le civil mais qui s’est matérialisé un tant soit peu avec sa fonction d’infirmier de la compagnie. Elle est, en ce sens, un motif de fierté évident pour lui. Cela transparaît à travers deux publications - l’une de sa main et l’autre de l’un de ses biographes - en couverture desquelles il est surprenant de trouver l’association de son nom avec sa qualité de Zouave Pontifical37 si ce n’est, justement, pour un motif de fierté personnelle.

Combats contre les « brigands » garibaldiens

  • 38  Ce genre d’action pouvait valoir aux officiers la croix de l’Ordre équestre pontifical de Saint-Sy (...)
  • 39  René d’Argence, Six mois aux Zouaves Pontificaux ou les derniers jours des États pontificaux 1870, (...)

20Le quotidien de Maximin oscille entre les exercices militaires éprouvants, que sa constitution robuste aide certainement à endurer mieux que d’autres, et les parades, pour lesquelles il présente nettement moins d’aisance. Lors du jubilé du pape en mai 1865, par exemple, il ne réalise pas toutes les visites prescrites pour gagner les indulgences du mois de Marie ; c’est Kerguénec qui est obligé de lui faire achever sa tournée sous peine de manquer le jubilé. Durant les quelques mois qu’il a passés chez les Pontificaux, Maximin Giraud n’a pas participé à une vraie bataille. On sait, toutefois, qu’il a occupé une partie de son temps à faire « la guerre aux brigands ». Cette activité, récurrente tout au long des dix années d’existence de l’armée pontificale, consistait à repousser les bandes de soldats garibaldiens, soutenus par les troupes régulières sardes qui tentaient d’innombrables incursions aux frontières des États du Pape. Ces accrochages n’étaient pas de simples escarmouches entre deux bandes rivales au cœur des forêts et villages de montagnes qui dominent le Latium ; il s’agissait de rudes combats menés dans un environnement difficile et escarpé qui offrait de multiples refuges inaccessibles à un ennemi le plus souvent invisible. Ces expéditions prenaient le nom de « perlustrations », et pour cette corvée, chaque homme touchait un supplément de cinq sous par jour. La patrouille qui s’emparait d’un brigand ou de son corps recevait une somme de cinq cents francs. Il y avait également une décoration pour l’homme qui faisait la capture ou arrêtait le bandit d’une balle. L’officier recevait une croix38, le soldat ou caporal une médaille39.

21Le 26 juillet 1865, Maximin Giraud et un détachement de zouaves quittent Rome vers deux heures du matin. Ils rejoignent à pied la gare d’Albano puis font le trajet en train jusqu’à Segni. De là, ils commencent à gravir les pentes abruptes qui mènent à Carpineto « au milieu des hautes montagnes qui ressemblent beaucoup à celles de mon Dauphiné», écrit l’ancien berger de Corps.

  • 40  Lettre de Maximin Giraud à Henri Le Chauff de Kerguénec, 8 septembre 1865 in Souvenirs…, op. cit., (...)

Pour la première fois je mettais mon sac à dos tout au complet, il m’a paru un peu lourd les trois ou quatre premiers milles, mais après je m’y suis fait. […] Sans avoir rien mangé, il a fallu avaler une côte raide de huit à neuf milles par une chaleur affreuse […] nous sommes arrivés que vers les deux heures de l’après-midi. […] Nous [venons] chasser les brigands qui font ici un ravage épouvantable, car vers le 5 septembre, ils sont entrés dans une petite ville appelée Maenza, à cinq heures de Carpineto, et là, après s’être gobergés, ils se sont livrés à toutes sortes d’orgies, ils ont tué trois personnes, ce qui a mis une terreur dans le pays et aucun homme n’a osé s’opposer à cela. […] Quant à nous, nous faisons toujours des patrouilles, mais elles sont très fatigantes. Il n’y a pas un seul chemin plat, toujours monter sur des rochers et cailloux coupants40.

  • 41  Jean Guénel, La dernière guerre du Pape…, op. cit., p. 44.
  • 42  « Triomphe de Notre-Dame de La Salette… », op. cit., p. 369.

22Son engagement dans l’Armée Pontificale a duré six mois. On pourrait penser que Maximin Giraud n’a pas trouvé ce qu’il était venu chercher aux Zouaves. Ces engagements étaient pourtant fréquents. Ils étaient généralement contractés pour six mois ou pour deux ans, et les réengagements étaient non seulement possibles mais aussi chose courante : 843 zouaves se sont réengagés une fois et 76 deux fois41. Certains, comme les officiers Olivier Le Gonidec de Traissan et Maurice du Bourg ou le sous-officier Zénon de Résimont ont même servi ainsi pendant dix ans dans les troupes du Pape. Ces réengagements étaient d’autant plus fréquents que la menace sur l’État pontifical était forte. Ce fut le cas, notamment, après le départ des troupes françaises de Rome en 1866. L’année où Maximin fut engagé, l’Armée Pontificale n’a pas livré de grandes batailles. Aussi difficile soit-elle, la chasse aux « brigands » garibaldiens était davantage considérée par les soldats comme une occupation sans gloire face à des combats inexistants depuis 1861. En défendant physiquement les territoires du Pape, les jeunes recrues étaient convaincues de défendre la Religion et la vie même du Souverain Pontife ; peut-être cette inactivité lui a-t-elle pesé. Et Maximin, comme d’autres, a choisi de ne pas contracter un nouvel engagement, même s’il reconnaît, dès le début, avoir eu l’intention « de le renouveler indéfiniment au besoin »42. Après avoir fait son temps, il retourna chez les Jourdain, sa famille d’adoption, où il s’occupa de leur propriété près de Versailles. Moins de quatre mois après son retour à la vie civile, il fait cependant part à son ami Kerguénec, resté au régiment, de sa disponibilité au cas où l’on est besoin de lui :

  • 43  Ibid., lettre de Maximin à Henri Le Chauff de Kerguenec, 2 février 1866, p. 380.

Je ne m’ennuie pas en France. Loin de là. Mais sois assez bon pour dire au commandant que je me considère en permission et non en congé définitif, que s’il arrive – ce qui est certain – un coup de feu, j’en veux ma part. Ma foi seule me guide. Mais, si en défendant le Saint-Père, se présente l’occasion d’être utile à ma patrie, je n’y faillirai pas. Car Dieu et ma patrie, telle est ma devise. Si je ne puis entrer aux Zouaves, je pense m’enrôler à l’artillerie ou aux Dragons. Le commandant peut donc me réclamer quand il voudra !43

  • 44  Citée par Adrien Péladan sans plus de détails, in Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., (...)
  • 45  Louis Rouleau (1820-1901). Sergent aux Zouaves Pontificaux, engagé dans l’armée du Pape le 1er aoû (...)

23Plusieurs fois, il avait espéré rejoindre son bataillon, comme il l’écrit dans une lettre adressée au colonel de Charette44 ou à son ami Louis Rouleau45 :

  • 46  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 379.

Je pense toujours aller faire le coup de feu avec vous tous au moment du danger, croyant bien être martyr, si je donne ma vie pour le Saint-Père. Ne m’oubliez pas, je vous prie, auprès de Viot, de Bourget, de Tarabini, de Verdier, de tous ceux qui m’aiment encore un peu aux Zouaves. Mille choses respectueusement affectueuses à mon capitaine d’Albiousse et au très excellent commandant Le Caron de Troussures. Votre Maximin, qui soupire après le jour de vous rejoindre46.

24Il ne s’est pourtant jamais réengagé. « Chaque fois qu’il avait voulu voler à la défense du pouvoir temporel, il en avait été empêché par la maladie ou par d’autres circonstances de force majeure ou par son secret ».

25Durant les six mois qu’il a passé aux Zouaves, entre avril et octobre 1865, son temps libre lui a tout de même permis de se consacrer au second tome de ses « mémoires ». Un travail autobiographique fait de notes et de souvenirs qu’il avait entrepris en 1863 à la demande de sa mère d’adoption. C’est ainsi qu’il rédigea ce second cahier dans une cellule du couvent des Camaldules à Rome, mise à sa disposition par le R.P. Benoît

  • 47  Henri Dion, Maximin Giraud, berger de La Salette…, op. cit., p. 226.

pour lui permettre vraisemblablement de vivre dans un certain isolement quand il n’était pas retenu par le service à la caserne 47.

  • 48  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 372.

Son grand bonheur était de monter [dans sa cellule] après les heures consacrées aux exercices et corvées militaires [où il achevait] la relation du plus mémorable des événements que désirait tant posséder tout entière la famille Jourdain48

26précise Péladan.

27Henri Le Chauff de Kerguenec précise par ailleurs que c’est en partie grâce à lui que Maximin Giraud a pu écrire ses mémoires en toute tranquillité. Comme il n’y avait pas d’exercice l’après-midi et que Maximin n’aimait pas faire la sieste, il l’a fait dispenser par le capitaine d’Albiousse de rester à la caserne, à la condition qu’il passe toutes ses après-midi (sauf lorsqu’il est de garde) chez les Pères Camaldules. En trois semaines, il avait ainsi griffonné deux cahiers d’environ cent cinquante pages :

  • 49  Lettre d’Henri Le Chauff de Kerguenec à son père, hôpital militaire de Frascati, 29 juin 1865, in (...)

Oh ! il y va à la bonne, sans prétention aucune ; c’est écrit comme il pense. L’orthographe et le français n’y sont pas absolument traités avec tous les égards que leur doivent des licenciés ou docteurs ès lettres ; quoi qu’il en soit, le tour de phrase est original, l’expression juste, c’est infiniment mieux que je prévoyais, et, il n’y a pas à dire, très intéressant. Dieu veuille que le rêve de Maximin se réalise, et qu’un homme intelligent, qui ne sera sans doute pas moi, mette tout cela en bon français et en bon ordre pour la gloire de Notre-Dame de la Salette49.

Le secret convoité du jeune voyant

  • 50  Henri Dion, Maximin Giraud, berger de La Salette…, op. cit., p. 119.

28Le secret de Maximin que lui avait confié la Vierge le 19 septembre 1846, n’a pas, autant que celui de Mélanie Calvat, la petite bergère, été un objet de contradiction et de scandale. Il a cependant, lui aussi, fait couler beaucoup d’encre50. Parmi les nombreuses personnes à s’y être intéressées – amis proches, simples curieux ou « braconniers du secret », comme les nomme Henri Dion lorsqu’il fait allusion à tous ceux qui ont essayé de lui extorquer par la force ou par la ruse – ses camarades du régiment pontifical ne sont pas en reste. Paul Le Gonidec de Traissan évoque sans ambiguïté les stratagèmes auxquels lui et d’autres zouaves se sont livrés pour essayer de faire parler le berger :

  • 51  Issu d’une famille noble originaire du pays de Rennes, Paul Le Gonidec de Traissan (1840-1888), ét (...)
  • 52  Archives départementales de Loire-Atlantique, 200 J – Fonds Le Gonidec de Traissan, 1860-1912.
    Cité (...)

J’ai servi aux Zouaves Pontificaux sous les ordres de mon frère aîné51, dans la même compagnie que le Berger de La Salette. Maintes fois, on voulut le faire boire outre mesure pour le rendre loquace. Souvent, flairant le piège, il s’y refusait d’emblée ; quelquefois néanmoins, par mégarde il se laissait entraîner. Mais alors quand on jugeait le moment propice pour lui extorquer son secret principal, peine perdue : retrouvant aussitôt toute sa présence d’esprit, il refusait net de le livrer aux curieux, malgré le succès momentané de leurs ruses. Jamais d’ailleurs on ne put parvenir à l’ivresse complètement avec la victime passagère de cette indiscrétion 52.

29Des tentatives d’enivrement que raconte aussi le R.P. Parent en citant l’engagé Guidecoq, son camarade de régiment, qui donne, pour sa part, une explication plutôt personnelle de ces épisodes, les mettant sur le compte de la franc-maçonnerie afin de le compromettre :

  • 53  Alfred Parent (R.P.), Biographie de Maximin Giraud, berger de La Salette…, op. cit., p. 32-33.

La franc maçonnerie, dit-il, avait juré la perte du Berger de Marie, dès qu’elle apprit son enrôlement ; elle envoya après lui plusieurs carbonari, ses coupables instruments, dans l’armée du Pape, avec ordre d’entraîner Maximin dans une vie de désordres. Mais protégé par Marie, il resta toujours chaste et invulnérable. Furieux de ne pouvoir le corrompre, les carbonari résolurent de s’attaquer à sa bonne renommée, et de cette manière. Ils lui faisaient raconter l’apparition de la Belle-Dame de La Salette, lui tenaient tête et l’irritaient exprès. Et quand ils le voyaient pantelant et ruisselant de sueur, ils lui disaient : « Allons, camarade, bois un coup ! tu en as grand besoin ». Et lui, sans défiance, vidait son verre, en ne se doutant pas qu’il contenait du vin frelaté à l’avance pour l’enivrer, et alors ils le diffamaient et faisaient arriver leur diffamation jusqu’à Pie IX qui en était désolé53.

30Rien ne permet d’affirmer que le soldat Maximin ait pu livrer son secret durant son temps d’engagement ; au contraire, il a même plutôt bien résisté aux sollicitations et stratagèmes de toutes sortes. Il semble, cependant, qu’il ait particulièrement apprécié d’évoquer l’épisode de l’Apparition avec certains de ses camarades. C’est ce que révèle Péladan sans plus de précisions lorsqu’il relate ses propos sur son lieutenant Arthur Guillemin :

  • 54  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 374.

Je l’aimais parce qu’il aimait tendrement la Très-Sainte Vierge. Nous parlions fréquemment de N.-D. de La Salette et il me souvient le jour où je lui racontai la célèbre Apparition – et cela en présence du jeune Montesquieu, toujours noble, quoique simple soldat – il se sentit ému et quelques larmes roulèrent dans ses yeux. C’est surtout depuis cette époque qu’il s’était entièrement attaché à moi54.

31Il s’est peut-être également confié à son ami Henri Le Chauff de Kerguenec qui révèle avoir recueilli de nouveaux détails qu’il ignorait sur l’Apparition. Après avoir entendu le langage « mystérieux et divin » de la belle dame, lorsque celle-ci

  • 55 Lettre d’Henri Le Chauff de Kerguenec à son père, hôpital militaire de Frascati, 29 juin 1865, in S (...)

commença de s’élever de terre, Maximin, la regardant et ne pouvant se résoudre à la voir disparaître, sauta en l’air si haut qu’il put pour attraper une des roses merveilleuses couleur d’arc-en-ciel (c’est son expression) qui bordaient les souliers lumineux de la Très Sainte Vierge, et le pauvre bonhomme ne prit qu’un billet de parterre. En me contant cela, il s’est mis à sauter en levant la main, se croyant encore sur la sainte montagne, et j’ai vu dans ses yeux l’expression d’un regret qui n’a rien perdu de sa vivacité après dix-neuf ans55.

  • 56 Ibid.

32Avant l’apparition, Maximin savait à peine quelques mots de français, Mélanie ne parlait que le patois, souligne Le Chauff de Kerguenec ; « en descendant de la montagne, tous deux ont répondu en français la partie du discours prononcé en français par la belle dame et ont continué à parler le français comme le patois au grand ébahissement des habitants de Corps »56.

  • 57  Henri Dion, Maximin Giraud, berger de La Salette…, op. cit., p. 226.
  • 58  Henri Le Chauff de Kerguénec, Souvenirs des Zouaves Pontificaux…, op. cit., soixante-neuvième lett (...)

33Les amitiés « intéressées » voire les calomnies et les moqueries ont été fréquentes dans la vie de Maximin Giraud57, mais les liens qu’il a noués chez les Zouaves Pontificaux ont été sincères. Pour Kerguénec, l’Apparition ne fait aucun doute et jamais il n’a remis en cause les propos de son ami. Il prie Notre-Dame de La Salette, parfois en compagnie de Maximin. Il lui doit même, dit-il, d’avoir remporté un procès au sein du régiment dans lequel il avait été commis d’office avocat de la défense. Une tache difficile pour lui qui consistait à sauver un zouave à qui l’on reprochait d’avoir voulu porter plusieurs coups de sabre à son sous-officier alors qu’il était ivre. Le prévenu risquait six mois de travaux forcés et l’expulsion du corps pontifical. Face à Kerguénec, le conseil de guerre était présidé par le commandant même de sa compagnie, le capitaine adjudant-major de Troussures. « J’avais tout remis entre les mains de Notre-Dame de La Salette et demandé à Maximin de vouloir bien l’invoquer avec moi à cette attention »58, explique-t-il.

  • 59  Ibid.

34Au terme de trois-quarts d’heure de plaidoirie et d’une délibération suivie par toute la compagnie, accentuant la pression sur le jeune Kerguénec, le conseil a finalement acquitté le prévenu, le condamnant à « dix jours seulement de prison, par mesure disciplinaire, pour le délit d’ivresse »59. Une victoire qu’il attribue aussitôt à la Vierge de La Salette :

  • 60  Ibid., p. 203.

Dame ! Je confesse très humblement que j’ai éprouvé quelques minutes durant, une jouissance intérieure très douce, écrit-il à son père ; mais […] je ne crois pas avoir été assez bête pour en ressentir de la vanité. L’honneur de ce petit miracle, car c’en est un vraiment, revient tout entier à Notre-Dame de La Salette. Qu’elle en soit à jamais bénie !60

35Si dans la conversation ordinaire, l’ancien petit berger reste « assez lourd », aux dires de ses camarades zouaves, et s’échauffe rapidement après un verre de vin, il n’est, cependant,

  • 61  Ibid., p. 178-179.

pas du tout dépourvu de bon sens ni de jugement, souligne Kerguénec, et se laisse volontiers aller à quelque évocation de cette journée du 19 septembre 1846 : quand il parle de l’Apparition, il n’est plus le même. […] On voit que son cœur est demeuré toujours digne de la très sainte Vierge et n’a pas contracté la moindre souillure. Et bien ! le cœur c’est tout, et pour moi toutes les autres imperfections de Maximin sont une confirmation évidente du miracle de La Salette 61.

Maximin, un signe divin

  • 62  L’année précédant sa nomination comme évêque d’Orléans, l’abbé savoyard Félix Dupanloup passa une (...)
  • 63  Marius Faugeras, Les fidélités en France au XIXe siècle…, op. cit., p. 294.
  • 64  Jean Guénel, La dernière guerre du Pape…, op. cit., p. 69.
  • 65  Louis-Alphonse, comte de Becdelièvre (1826-1871). Entré à l’École Militaire de Saint-Cyr en 1848. (...)
  • 66  Louis Alphonse de Becdelièvre (major), Souvenirs de l’armée pontificale, Paris/Lyon, Lecoffre et f (...)

36La vie, jusqu’à son arrivée dans le corps des soldats pontificaux, n’avait, en effet, pas épargné le jeune berger : pensionnats, études laborieuses, interrogatoires multiples pour qu’il livre son « secret », sans compter les curieux de toutes sortes qui se sont pressés sur son chemin, les insultes qu’il a endurées et les articles injurieux qui ont été écrits sur son compte ou encore les réactions hostiles à son égard de certains hauts prélats de l’épiscopat62. Mais ici, au régiment, les différences sociales n’étaient pas la préoccupation première des engagés. Tous étaient membre d’un même corps. Et la vie militaire commune, chez les Zouaves, effaçait toute discrimination sociale63. Ce que tous les témoignages soulignent, précise Jean Guénel64, c’est l’esprit de corps et la camaraderie qui régnaient dans le bataillon. Le major Louis de Becdelièvre65, leur premier chef, avait d’ailleurs donné d’emblée le ton : « Nous devons nous rappeler que dans une armée pontificale les distinctions de nationalités et de castes ne seraient point convenables […] Il n’y a plus ici ni de marquis ni de comtes ; il n’y a plus que des soldats »66. Ce que confirme Kerguénec en indiquant que

  • 67  Henri Le Chauff de Kerguénec, Souvenirs des Zouaves Pontificaux…, op. cit., tome II.

ceux qui ont de l’argent paient une portion et un verre à ceux qui n’en ont pas […] C’est ici que le roi et le berger sont égaux devant Dieu. M. le duc et M. le marquis ne croient pas déroger en s’asseyant à la même table que les fils de leur fermier67.

  • 68  Jean Guénel, La dernière guerre du Pape…, op. cit., p. 70.

37Toutefois, les habitudes de se faire servir réapparaissaient encore parfois lorsque ceux qui avaient de l’argent payaient un brave flamand ou un hollandais, de milieu social inférieur, pour brosser leur uniforme, arranger leur sac ou faire leur lit, précise Jean Guénel68. Maximin Giraud était issu de ce milieu modeste. Cela ne l’a pourtant pas empêché de s’attacher de nobles amitiés ainsi que les services de ses compagnons d’armes. Avec certains d’entre eux, même, il n’hésita pas à se montrer directif, prenant visiblement à cœur l’image de personnage important qu’ils renvoyaient de lui.

  • 69  Félix Niel, engagé en 1862 à 19 ans comme simple volontaire dans les Zouaves Pontificaux, il gravi (...)
  • 70  Louis Villardry, Zouave Pontifical depuis 1861, réengagé en 1864.
  • 71  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit.,p. 378.
  • 72  Ibid., p. 379.

38Ainsi, lors de son retour en France, dans un courrier adressé au cardinal Villecourt, il prend la liberté de venir « importuner » celui-ci en lui demandant rien de moins que de faire porter sa montre et ses effets personnels qu’il a laissés à Rome, par la nonciature. Il charge pour cette tache son sergent Félix Niel69, ainsi que le caporal Louis Villardry70 (tous deux plus gradés que Maximin), chargé quant à lui de « liquider toutes ses petites dettes ». Les deux hommes s’acquittent d’ailleurs avec beaucoup de sérieux de leur besogne ; une lettre d’un « intermédiaire » M. Boscredon, rend compte de la réussite de la mission : « Je viens de donner à Mgr de Cornulier, qui se rendait à Paris, une petite boîte contenant votre montre, que le sergent Niel nous a remise, plus les objets d’or que vous aviez confiés à son Eminence. Le tout sera remis au presbytère du curé de Saint-Merri, M. Mège. Là, vous aurez la bonté de faire votre réclamation et de nous prévenir aussitôt, afin que nous puissions être tranquilles à ce sujet… »71. À ce petit jeu, Maximin va même jusqu’à sermonner Kerguenec qu’il croyait sur le point de retourner à Rome, et à qui il adresse des reproches « comme s’il avait pu partir sans songer à se charger de ses commissions ».72

  • 73  Henri Le Chauff de Kerguénec, Souvenirs des Zouaves Pontificaux…, op. cit., p. 173.
  • 74  Christophe-Louis-Léon Juchault de La Moricière (1806-1865), Général de division, Député de la Sart (...)
  • 75  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 370.

39S’il ne présentait pas le même « profil » social que les nombreuses relations qu’il a nouées aux Zouaves Pontificaux, Maximin Giraud semble avoir d’emblée été élevé au rang des personnalités du Régiment par ses camarades. Kerguénec, l’un de ses premiers amis, l’illustre bien73, lorsqu’il le présente au même titre qu’un Montesquieu. Ses supérieurs, eux, ne cachent pas leur enthousiasme et lui témoignent certains égards dès son arrivée : « Le général de La Moricière74 est enchanté de vous savoir dans son armée et sa femme ne l’est pas moins. M. Le Caron de Troussures, votre capitaine, tient beaucoup à ce que vous persévériez dans votre nouvelle vocation75 ». Quant à tous ceux qui s’intéressent à la

  • 76  Ibid., lettre de l’abbé Félicien Bliard à Maximin, 30 mai 1865.

Sainte cause que vous êtes appelé à défendre, [ils] sont ravis de vous savoir enrôlé, lui écrit l’abbé Félicien Bliard, quelques semaines seulement après son engagement. C’est là un sujet de joie et de confiance pour l’armée du Christ laquelle voit en vous l’envoyé de la Reine du ciel et un gage de victoire76.

  • 77  Ibid., p. 368.

40Maximin Giraud est perçu comme un sauveur de la cause pontificale. Au regard des dix années de défense militaire du pouvoir temporel du pape, les événements ne donnent finalement pas tort à toute cette vague de ferveur en sa faveur puisque la seule grande bataille qu’ont livrée les Zouaves Pontificaux (alors appelés Tirailleurs Franco-Belges) à cette époque reste la défaite de Castelfidardo, et que la seule grande victoire des troupes du Pape est intervenue en 1867 à Mentana, peu après le départ du jeune berger. Seuls ses fidèles peuvent y voir un lien de cause à effet. Mais lui-même explique dès le premier jour que son engagement résulte de la volonté de Marie : « Le berger de La Salette connut en effet durant son séjour à Rome, qu’[il] était la volonté de Marie sur lui présentement »77.

  • 78  Ibid., p. 371.
  • 79  Ibid.
  • 80  L’abbé de Brandt (1812-1903), prêtre du diocèse d’Amiens, secrétaire particulier de deux évêques, (...)

41Cette ferveur ne cesse de se manifester auprès du jeune berger. Ses proches ne tarissent pas d’éloges sur lui. Les journaux ont publié son enrôlement. Et les conseils et recommandations ne cessent d’arriver par courrier. « Notre berger zouave reçut plus d’une lettre capable de faire de lui un apôtre sous les insignes du guerrier », souligne Adrien Peladan78, « Vos amis ne cessent de prier pour vous afin que la Très-Sainte Vierge vous rende fidèle à la mission qu’elle vous a confiée ! »79, lui écrit Félicien Bliard. Son ami l’abbé de Brandt80 regarde son engagement comme « miraculeux, tant il est providentiel ! ». Il lui adresse ses félicitations tout en lui prodiguant certains conseils ; il connaît sans doute la personnalité fluctuante de Maximin et souhaite à l’évidence qu’il tienne correctement sa place de « témoin de l’Apparition », il l’encourage à persévérer :

Mon bien cher M. Maximin. La divine Marie vous a elle-même enrôlé dans le bataillon composé de ses enfants les plus privilégiés. Nous la prions, heureux de vous savoir parmi les nobles et glorieux défenseurs de la plus grande comme de la plus sainte des causes ; nous prions la Très-Sainte Vierge de vous faire persévérer aussi longtemps qu’il sera nécessaire dans la nouvelle carrière que vous avez eu le bonheur d’embrasser.

C’est une vocation provisoire, à moins que la volonté de Dieu n’en décide autrement. J’ose vous conjurer d’y être fidèle jusqu’à ce que M. Le Caron de Troussures juge qu’il soit opportun de revenir en France. Votre retour ferait, à l’heure présente, très mauvais effet. Soyez bien persuadé que je me ferai toujours un devoir de vous venir en aide, à cause de l’affection que je vous porte en Dieu et à cause de mon éternel dévouement pour tout ce qui se rattache au fait incomparable accompli sur la Sainte montagne de La Salette.

  • 81  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 371-372.

C’est au nom de ce prodige, si formidable à l’Enfer, que je vous prie de ne pas vous inquiéter dorénavant des affaires pécuniaires de vos respectables parents adoptifs et de demeurer ferme au poste que vous a assigné la divine Providence. Vous pouvez m’écrire aussi souvent que vous le désirez sans même affranchir vos lettres. Promptes seront mes réponses. Croyez, mon bien cher M. Maximin, à l’affection très sincère de votre tout dévoué en J. M. J.-A. de Brandt81.

  • 82  Défini dans la bulle pontificale Ineffabilis Deus.

42Avec la promulgation du dogme de l’Immaculée conception par Pie IX en 185482 et la reconnaissance des apparitions mariales de La Salette (1846) puis de Lourdes (1858), Maximin Giraud apparaît, lors de son engagement en 1865, non seulement comme le témoin privilégié d’une manifestation divine mais aussi, et de fait, comme le symbole d’une réponse toute aussi divine aux tentatives de spoliation bien réelles des Etats pontificaux.

Conclusion

  • 83  Oscar de Poli, Les soldats du Pape (1860-1867), Paris, Amyot, 1868, p. 73.
  • 84  Patrick Nouaille-Degorce, Les Volontaires de l’Ouest. Histoire et souvenir, de la guerre de 1870-1 (...)

43L’épisode de Maximin Giraud chez les Zouaves Pontificaux, aussi bref fut-il, a sans doute également été l’illustration la plus aboutie de sa vie de chrétien. Le jeune berger, aux expériences jusque-là plutôt ratées, prend ici une nouvelle dimension qui transcende sa personne : il n’est plus un bonimenteur simplet comme ses détracteurs l’ont souvent fait passer, et comme il le feront encore, une fois son retour à la vie civile, mais un élu de Dieu venu se battre pour « la plus auguste des causes »83 au milieu de fervents jeunes catholiques de tous horizons. Le triomphe de La Salette prend ici un relief nouveau en devenant le triomphe d’une idéologie sacrificielle qui, bien que commençant à être contestée au sein même de l’Église, reste très éloignée du dolorisme dans lequel on l’a souvent enfermée84.

  • 85  Ibid., p. 375.
  • 86  Bien que de tendance survivantiste, Maximin Giraud est un fidèle du comte de Chambord, prétendant (...)

44Certes, aujourd’hui, « la vision d’un Dieu punisseur des iniquités et défenseur des bons dans les batailles a vécu, et tout au moins le clergé ne voit plus dans les conflits la main céleste »85, souligne Patrick Nouaille-Degorce. Il n’empêche que le jeune berger de La Salette, royaliste86 et ultramontain, reste un exemple vivant et vivifiant pour ses contemporains pour défendre la cause du Pape-Roi Pie IX.

  • 87  Raoul Girardet, Mythes et Mythologies Politiques, Le Seuil, Paris, 1986, p. 97-138, article L’âge (...)
  • 88  Abbé Pergeline, Eloge Funèbre de Joseph Houdet, Fernand Le Lièvre de La Touche et Hippolyte de La (...)

45Symbole d’un courant catholique nostalgique d’un passé idéal, authentiquement chrétien, correspondant finalement à l’âge d’or médiéval87, il a continué de porter les espoirs du clergé et des fidèles qui, à travers l’épopée des Zouaves Pontificaux, ont pensé qu’il fallait « apaiser la colère divine en offrant leur sang pour participer ainsi à l’efficacité divine du sang de l’Agneau. Leur démarche a été celle d’une messe en acte, ils ont été appuyés et soutenus par leurs familles, et le père d’un des tués confie à un prêtre : J’avais donné mon fils à Dieu ; il a accepté l’hostie ; que son saint nom soit béni ! Les mères sont à la fois malheureuses et fières devant quelque pauvre relique ensanglantée…88 ».

  • 89  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 375.

46Voilà comment la présence du berger de La Salette est devenue, en l’espace de six mois, une sorte « d’apostolat, une admirable édification mutuelle, une joie profonde et radieuse d’espérance pour tous »89. Celle-ci ne s’est pas arrêtée après son retour en France. Les calomnies de ses détracteurs n’ont pas cessé pour autant, mais les espoirs de ses admirateurs ont continué à se former autour de lui, à l’image du Père Alfred de Villefort dont les propos résument bien ce sentiment :

  • 90  Ibid., p. 425.

Dis moi, cher ami, si tu ne retournes plus aux Zouaves. A Rome tous les yeux sont tournés sur toi. Sois bien saint. Donne toujours l’exemple d’un fervent chrétien. Tout ce que la Très-Sainte Vierge a fait en ta faveur, t’impose l’obligation de travailler à sauver les âmes et à faire aimer la Mère et le Fils90.

47         

Haut de page

Notes

1  Attilio Vigevano, La fine del esercito pontifico, Rome, Albertelli,1920.

2  Matricule des Zouaves Pontificaux et Volontaires de l’Ouest, 2 vol. Lille, 1910 et 1920.
Âgé de 34 ans à l’arrivée de Maximin Giraud, Ferdinand Le Caron de Troussures s’est engagé aux Zouaves Pontificaux en 1861 après avoir démissionné de l’armée française où il était officier. Il avait participé aux campagnes d’Afrique de 1854 à 1857. Commandant des Zouaves en 1866, il fit la campagne de Mentana en 1867 et prit part au siège de Rome en 1870. Il mourut au champ de bataille le 2 décembre 1870 à Loigny.

3  Olivier Tisserand, Les derniers croisés. Histoire des Zouaves Pontificaux 1860-1870, (inédit), p. 86.

4  Mgr Clément Villecourt (1787-1867), prêtre en 1811, nommé évêque de La Rochelle en 1835. Il avait interrogé les deux bergers de La Salette en 1847 (Maximin Giraud et Mélanie Calvat). Il avait soumis le manuscrit de son Nouveau récit de l’Apparition de la Sainte Vierge sur les montagnes des Alpes (Lyon, A. Mothon ; Paris, J. Lecoffre et C°, 1847) à Mgr de Bruillard avec lequel il collabora à la rédaction du mandement du 19 septembre 1851. Il fut nommé cardinal.

5  Henri Le Chauff de Kerguénec, Souvenirs des Zouaves Pontificaux, 1864, 1865 et 1866, Paris, Anc. librairie religieuse H. Oudin, tome II, 1891, p.176.

6  Ibid., p. 173.

7  Peut-être s’agit-il d’Henri Galbaud du Fort, engagé aux Zouaves Pontificaux sous le matricule 53. Il deviendra par la suite jésuite et mourra en Chine en 1874 (Matricule du bataillon des Tirailleurs Franco-Belges, 1860, Lille, Publication L’Avant-Garde, 1910, p. 36).

8  Henri Le Chauff de Kerguénec, Souvenirs des Zouaves Pontificaux …, op. cit, p. 177

9  Ibid.

10  Henri Dion, Maximin Giraud, berger de La Salette ou la fidélité dans l’épreuve, Montsurs, Resiac, 1988, p. 270 : « Certes la liste de ses emplois est bien hétéroclite. Successivement ramasseur de crottin et dénicheur d’oiseaux, berger d’occasion, petit et grand séminariste, comptable, portefaix, gratte-papier, étudiant, gentleman-farmer, soldat du Pape, écrivain, boutiquier et prophète… il a déçu les esprits sérieux qui eussent souhaité pour lui une ascension bien continue vers ce « but raisonnable » qui, selon le R.P. Jaouen, lui a manqué ».

11  Jean Jaouen (R.P.), La grâce de La Salette, 1846-1946, Paris, Éditions du Cerf, 1946, p. 216-217.

12  Henri Dion, Maximin Giraud, berger de La Salette…, op. cit., p. 205.

13  Plus vraisemblablement Vienne, non loin de Frohsdorf où se trouvait le comte de Chambord.

14  Le comte de Chambord, neveu de Louis XVI, était le prétendant au trône de France sous le nom d’Henri V après la mort de Charles X. Il était aussi l’oncle du général de Charette, premier volontaire au service du Saint-Siège, en 1860, qui était commandant des Zouaves Pontificaux l’année de l’engagement de Maximin Giraud. Le Berger de la Salette voulait rencontrer le comte de Chambord car il aurait reçu ordre de la Sainte Vierge de lui révéler la survivance et la descendance de Louis XVII (fils de Louis XVI, mort au Temple, mais qui, selon les survivantistes, s’en serait échappé et aurait eu postérité). Pour les partisans de cette théorie, cela implique que le comte de Chambord n’était pas le prétendant légitime au trône de France. Parmi les plus connus des survivantistes, les naundorffistes reconnaissaient dans l’horloger Naundorff, Louis XVII. La littérature pour et contre Naundorff est abondante. Pour mémoire, rappelons qu’en 1954, un procès a une fois encore opposé les héritiers de Naundorff à ceux des derniers Bourbons et qu’ils ont été une fois de plus déboutés par la Cour d’appel de Paris. Par ailleurs, des analyses ADN réalisées en 1998 ont conclu que les restes de Naundorff n’étaient pas ceux du dauphin Louis XVII (in Philippe Delorme, Louis XVII, la vérité. Sa mort au Temple confirmée par la science, Paris, Pygmalion, 2000, p. 82 et note 117.

15  Henri Le Chauff de Kerguénec, Souvenirs des Zouaves Pontificaux, op. cit., p. 184.

16  Contrairement aux autres armées, l’Armée Pontificale était la seule où il fallait payer pour s’engager.

17  « M. Giraud, qui vous présentera cette lettre, est un jeune homme que je connais depuis 18 ans. Il est très dévoué à la cause pontificale et au besoin, il ne balancerait pas à sacrifier sa vie pour elle. Si ses services pouvaient vous être utiles, tout me porte à croire que vous n’auriez pas à le regretter de les avoir acceptés », in Triomphe de Notre-Dame de La Salette dans l’un des témoins de son apparition. Maximin, peint par lui-même. (Signé : Adrien Peladan. [19 mars 1881.]), Nîmes, Impr. de Clavel-Ballivet, 1881, p. 369.

18  Alfred Parent (R.P.), Biographie de Maximin Giraud, berger de La Salette (1835-1875) et La grande nouvelle du secret de La Salette, in Le Pèlerin de Marie, n° 66 à 72, 1913, p. 5.

19  Médecin parisien qui l’avait soigné en 1861 pendant huit jours et qui lui aurait donné le goût de la médecine.

20  Alfred Parent (R.P.), Biographie…, op. cit., p. 5.

21  L’une des bienfaitrices de Maximin Giraud.

22  Alfred Parent (R.P.), Biographie..., op.cit., p. 6

23  Labora sicut bonus miles Christi Jesu, « Supporte les épreuves comme un bon soldat du Christ Jésus », saint Paul à Timothée (Tim. II, 2,3). C’est comme des soldats du Christ qu’étaient considérés et se considéraient les Zouaves Pontificaux. C’est aussi l’épitaphe gravée sur la tombe du général de Sonis (1825-1887), commandant la division de cavalerie du 17e corps d’armée et la légion des Volontaires de l’Ouest de Charette pendant la guerre de 1870. Il fut inhumé dans l’église de Loigny, à côté des Zouaves Pontificaux tombés sous ses ordres.

24  Henri Dion, Maximin Giraud, berger de La Salette…, op. cit., p. 205 : « c’était d’ailleurs plus au service de Dieu qu’à celui d’une patrie terrestre qu’il s’engage en se faisant Zouave. Et pour lutter contre un ennemi plein de haine diabolique qui avait osé, en 1862, faire graver une médaille avec cette légende blasphématoire : « I.N.R.I. », c’est-à-dire J(oseph Garibaldi de) N(ice) R(édempteur) de l’I(talie) ».

25  Le 15 septembre 1864, un accord secret connu dans l’histoire sous le nom de Convention de septembre avait été signé entre le représentant du roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II et celui de Napoléon III qui prévoyait, entre autres, que l’Italie s’engageait à ne pas attaquer le territoire du Saint-Père mais aussi que l’armée française, stationnée à Rome retirerait ses troupes dans les deux ans. Ce retrait fut effectif fin 1866. Il entraîna de fréquentes incursions des troupes garibaldiennes dans les États pontificaux et aboutit, un an plus tard, à la bataille de Mentana (3 novembre 1867). Devant le danger, de nouveaux volontaires affluèrent en masse à Rome tout au long de l’année 1867 pour défendre le territoire du Pape.

26  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 368-369.

27  Louis Veuillot, La guerre et l’homme de guerre, Paris/Bruxelles, Société générale de Librairie catholique, 1870, p. 351-352.

28  Jean Guénel, La dernière guerre du Pape. Les Zouaves Pontificaux au secours du Saint-Siège, 1860-1870, Rennes,Presses Universitaires de Rennes, 1998, p. 66-67.

29  Henri Le Chauff de Kerguénec, Souvenirs des Zouaves Pontificaux, op.cit., p. 75.

30  Henri Dion, Maximin Giraud, berger de La Salette…, op. cit., p. 267. L’auteur précise que « Guidecoq était originaire du Pont-Main. C’est au-dessus de sa maison que la Vierge était apparue le 17 janvier 1871 ». La Matricule des Zouaves Pontificaux ne donne, en revanche, aucune indication sur un engagé du nom de Guidecoq.

31  Marius Faugeras, Les fidélités en France au XIXe siècle. Les Zouaves Pontificaux (1860-1870), Enquêtes et documents, Université de Nantes, tome XI, p. 275-303.

32  Jules Delmas, La neuvième croisade, Paris, Blériot, 1861.

33  1 écu d’argent valait 5 francs, une somme importante au regard du salaire de 2 francs par jour d’un ouvrier.

34  Marius Faugeras, La neuvième croisade, op. cit., p. 280.

35  Après la prise de Rome par les troupes Sardes, le 20 septembre 1870, le bataillon des Zouaves Pontificaux fut licencié. La plupart des soldats et sous-officiers français et la quasi totalité des officiers s’engagèrent alors dans un corps franc spécialement créé pour eux au sein de l’Armée française pour combattre la Prusse : les Volontaires de l’Ouest, du nom de la zone géographique majoritaire d’où ils étaient issus.

36  L’Avant-Garde, n° 402, 1er septembre 1907.

37  Ma profession de foi sur l’Apparition de N.-D. de La Salette ou réponse aux attaques dirigées contre la croyance des témoins, par Maximin Giraud, l’un des bergers (Zouave Pontifical), Paris, 1866. Alfred Parent (R.P.), Biographie de Maximin Giraud…, op. cit. Parmi les quatre dates de la vie de Maximin retenues sur la couverture, figurent, sa naissance, l’Apparition, sa mort et… sa qualité de Zouave Pontifical en 1865. Ce qui est paradoxal avec le volume de texte consacré dans la biographie à ce sujet puisque sa période au service du Pape ne correspond qu’à environ une demi-page sur 56 !

38  Ce genre d’action pouvait valoir aux officiers la croix de l’Ordre équestre pontifical de Saint-Sylvestre, créé le 31 octobre 1841 par le Pape Grégoire XVI, réformé depuis par le Pape Pie X, le 7 février 1905.

39  René d’Argence, Six mois aux Zouaves Pontificaux ou les derniers jours des États pontificaux 1870, Bâle, Société Suisse des Traditions Populaires, 2000, p. 45-46.

40  Lettre de Maximin Giraud à Henri Le Chauff de Kerguénec, 8 septembre 1865 in Souvenirs…, op. cit., p. 252-253. Il signe : « Ton ami dévoué, Maximin Giraud, de La S. »

41  Jean Guénel, La dernière guerre du Pape…, op. cit., p. 44.

42  « Triomphe de Notre-Dame de La Salette… », op. cit., p. 369.

43  Ibid., lettre de Maximin à Henri Le Chauff de Kerguenec, 2 février 1866, p. 380.

44  Citée par Adrien Péladan sans plus de détails, in Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 437.

45  Louis Rouleau (1820-1901). Sergent aux Zouaves Pontificaux, engagé dans l’armée du Pape le 1er août 1860 sous le matricule n° 394. Il participa à toutes les batailles, Castelfidardo (1860), Mentana (1867) et au Siège de Rome (1870).

46  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 379.

47  Henri Dion, Maximin Giraud, berger de La Salette…, op. cit., p. 226.

48  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 372.

49  Lettre d’Henri Le Chauff de Kerguenec à son père, hôpital militaire de Frascati, 29 juin 1865, in Souvenirs…, tome 2, op. cit., p. 227.

50  Henri Dion, Maximin Giraud, berger de La Salette…, op. cit., p. 119.

51  Issu d’une famille noble originaire du pays de Rennes, Paul Le Gonidec de Traissan (1840-1888), était le frère d’Olivier Le Gonidec de Traissan (1839-1912) qui s’engagea le 1er juin 1860 aux Tirailleurs Franco-Belges, unité de volontaires formée pour défendre les États du Pape. Olivier Le Gonidec fut l’un des cadres de l’Armée pontificale : caporal aux Zouaves, il en gravit tous les grades et on le retrouve capitaine au siège de Rome en 1870. Rentré en France au moment de la guerre franco-prussienne, il rejoint les Volontaires de l’Ouest qu’il intègre avec son grade de capitaine et termine la guerre chef de bataillon. Revenu à la vie civile, il continue à entretenir des relations étroites avec les milieux monarchistes et les anciens Zouaves Pontificaux. Il est élu député de l’Ille-et-Vilaine pour l’arrondissement de Vitré de 1876 à 1885 et de 1889 à 1912.

52  Archives départementales de Loire-Atlantique, 200 J – Fonds Le Gonidec de Traissan, 1860-1912.
Cité aussi par Thimothée Philatète (pseudonyme de l’abbé Alexandre Radiguet), Notre-Dame de La Salette et ses deux Élus, Caen, Vve A. Domin, 1906.

53  Alfred Parent (R.P.), Biographie de Maximin Giraud, berger de La Salette…, op. cit., p. 32-33.

54  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 374.

55 Lettre d’Henri Le Chauff de Kerguenec à son père, hôpital militaire de Frascati, 29 juin 1865, in Souvenirs…, tome 2, op. cit., p. 228-229.

56 Ibid.

57  Henri Dion, Maximin Giraud, berger de La Salette…, op. cit., p. 226.

58  Henri Le Chauff de Kerguénec, Souvenirs des Zouaves Pontificaux…, op. cit., soixante-neuvième lettre, Frascati, 30 mai 1865, p. 197-203.

59  Ibid.

60  Ibid., p. 203.

61  Ibid., p. 178-179.

62  L’année précédant sa nomination comme évêque d’Orléans, l’abbé savoyard Félix Dupanloup passa une journée entière avec Maximin Giraud au mois de juin 1848. Dans une lettre datée du 11 juin 1848, publiée dans L’Ami des religions du 7 avril 1849, il a des mots très durs envers Maximin Giraud : « [Il] m’a étrangement déplu… Ses manières, ses gestes, son regard, tout son extérieur est repoussant ».

63  Marius Faugeras, Les fidélités en France au XIXe siècle…, op. cit., p. 294.

64  Jean Guénel, La dernière guerre du Pape…, op. cit., p. 69.

65  Louis-Alphonse, comte de Becdelièvre (1826-1871). Entré à l’École Militaire de Saint-Cyr en 1848. Démissionnaire de l’Armée française comme capitaine en 1858. Entré au service du Saint-Siège comme major commandant le bataillon des Tirailleurs Franco-Belges le 1er juin 1860. Lieutenant-colonel des Zouaves Pontificaux l’année suivante, il démissionnera quelques mois plus tard suite à un différend avec Mgr de Mérode, ministre des Armées du Saint-Siège.

66  Louis Alphonse de Becdelièvre (major), Souvenirs de l’armée pontificale, Paris/Lyon, Lecoffre et fils, 1867, p. 13.

67  Henri Le Chauff de Kerguénec, Souvenirs des Zouaves Pontificaux…, op. cit., tome II.

68  Jean Guénel, La dernière guerre du Pape…, op. cit., p. 70.

69  Félix Niel, engagé en 1862 à 19 ans comme simple volontaire dans les Zouaves Pontificaux, il gravira tous les échelons jusqu’à devenir sous-lieutenant en 1867, lieutenant l’année suivante puis capitaine lors de campagne de France en 1871 à la Légion des Volontaires de l’Ouest.

70  Louis Villardry, Zouave Pontifical depuis 1861, réengagé en 1864.

71  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit.,p. 378.

72  Ibid., p. 379.

73  Henri Le Chauff de Kerguénec, Souvenirs des Zouaves Pontificaux…, op. cit., p. 173.

74  Christophe-Louis-Léon Juchault de La Moricière (1806-1865), Général de division, Député de la Sarthe, Ministre de la Guerre. Sa carrière débute avec la prise d’Alger en 1830. Héros des guerres d’Afrique, il s’illustre pendant 17 ans comme officier dans les bataillons de Zouaves. Lors de la menace des Etats pontificaux par le roi Victor-Emmanuel et par les troupes de Garibaldi en 1860, Pie IX fait appel à lui, sur recommandation de Mgr de Mérode, cousin de La Moricière et Ministre des Armées du Souverain Pontife. Il le charge de réorganiser l’armée du Pape, en piètre état. La défaite de Castelfidardo le poussera à se retirer définitivement de la vie publique pour se consacrer à des œuvres pieuses, jusqu’à sa mort en 1865 en son château de Preuzel près d’Amiens.

75  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 370.

76  Ibid., lettre de l’abbé Félicien Bliard à Maximin, 30 mai 1865.

77  Ibid., p. 368.

78  Ibid., p. 371.

79  Ibid.

80  L’abbé de Brandt (1812-1903), prêtre du diocèse d’Amiens, secrétaire particulier de deux évêques, a un temps caressé les idées de l’abbé Joseph-Antoine Boullan (1824-1893) interdit comme hérétique et condamné pour satanisme. Proche de Mélanie Calvat, la voyante de La Salette, dont il est l’un des principaux correspondants, le chanoine de Brandt est survivantiste ; il réfute l’idée de la mort au Temple de Louis XVII, fils de Louis XVI, et croit en sa descendance.

81  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 371-372.

82  Défini dans la bulle pontificale Ineffabilis Deus.

83  Oscar de Poli, Les soldats du Pape (1860-1867), Paris, Amyot, 1868, p. 73.

84  Patrick Nouaille-Degorce, Les Volontaires de l’Ouest. Histoire et souvenir, de la guerre de 1870-1871 à nos jours, thèse de doctorat d’histoire, Université de Nantes, 2005, p. 376.

85  Ibid., p. 375.

86  Bien que de tendance survivantiste, Maximin Giraud est un fidèle du comte de Chambord, prétendant des légitimistes ; une option politique parmi d’autres répandue notamment au sein des Zouaves Pontificaux, et particulièrement chez leurs officiers.

87  Raoul Girardet, Mythes et Mythologies Politiques, Le Seuil, Paris, 1986, p. 97-138, article L’âge d’or, cité in Patrick Nouaille-Degorce, Les Volontaires de l’Ouest..., op. cit., p. 374.

88  Abbé Pergeline, Eloge Funèbre de Joseph Houdet, Fernand Le Lièvre de La Touche et Hippolyte de La Brosse, Volontaires de l’Ouest, prononcé dans la chapelle des enfants nantais, le 6 mars 1871, Nantes, 1891, p. 20.

89  Triomphe de Notre-Dame de La Salette…, op. cit., p. 375.

90  Ibid., p. 425.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Gruaz, « Maximin Giraud, le berger de La Salette : de l’Apparition de la Vierge aux soldats du Pape », Chrétiens et sociétés, 17 | 2011, 151-172.

Référence électronique

Laurent Gruaz, « Maximin Giraud, le berger de La Salette : de l’Apparition de la Vierge aux soldats du Pape », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2827 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.2827

Haut de page

Auteur

Laurent Gruaz

RESEA - LARHRA, UMR 5190

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org