Navigation – Plan du site
Articles

La présence scripturaire des morts

La diffusion de l’épitaphe à Lyon entre XIIIe et XVIIe siècle
Anne Béroujon

Résumés

Parmi les écritures exposées, l’épitaphe est une des rares formes permettant une étude diachronique, en raison des entreprises de recension systématique qu’elle suscite au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles à Lyon. Le présent article s’attache à décrire les principaux changements qu’elle connaît entre XIIIe et XVIIe s., en les reliant à un élargissement social des demandeurs de stèle funéraire.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Lyon
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Armando Petrucci, Le scritture ultime, Ideologia della morte e strategie dello scrivere nella trad (...)
  • 2  Roger Chartier, « La ville acculturante », in Georges Duby (ed.), Histoire de la France urbaine, t (...)
  • 3  Anne Béroujon, L’écrit dans la ville. Espaces, échanges et identités à Lyon au XVIIe siècle, thèse (...)

1Au XVIIe siècle, la cité lyonnaise donne à voir quantité d’écrits. À ceux des siècles passés, antiques inscriptions latines que les érudits s’appliquent à découvrir sur les murs et dans les décombres de la ville, aux inscriptions médiévales et renaissantes, s’ajoutent les écrits contemporains : placards du pouvoir affichés bien en vue sur les places publiques, ornés d’impressionnantes armoiries, livres et imprimés à portée de bourse chez les marchands de la rue Mercière, les revendeurs du Pont de Saône, dans les balles des colporteurs, écriteaux de maisons à vendre ou à louer, tableaux placés dans les boutiques, annonçant le prix du pain, le taux des chandelles, du change, les nouveaux règlements…, monitoires à la porte des églises, exploits d’assignation à celle des particuliers, écrits volatiles comme les libelles que l’on découvre au petit matin devant son domicile, les billets mis en évidence sur les enfants déposés devant l’Hôpital de la Charité, écrits promis à une plus longue durée telles les enseignes qui se balancent en haut d’une échoppe, possiblement éternels comme les inscriptions monumentales figées dans la pierre... D’un support à l’autre, les signes écrits imprègnent l’espace urbain et le champ de vision du citadin. C’est donc au sein d’un vaste ensemble qu’il faut restituer la forme écrite particulière qu’est l’épitaphe, et la pratique consistant à faire graver son nom ou celui d’un proche dans la pierre. Cette pratique peut être interrogée de diverses manières : dans sa dimension religieuse, mais aussi économique puisqu’il y a la plupart du temps souscription d’un contrat pour y prétendre, ou encore sociale et politique, comme le rappelle A. Petrucci : « l’apposition d’écrits sur les dépôts funéraires est une pratique des vivants adressée aux vivants, une pratique substantiellement et profondément politique pour célébrer et rappeler la puissance et la présence sociale d’un groupe, d’un corps, d’une famille auquel le défunt appartenait »1. C’est ce dernier aspect qui a retenu notre attention : qui demande une épitaphe, pour qui (lui et/ou ses proches), comment (c’est-à-dire où : dans quel espace ecclésial, sur quel monument, à l’intérieur de quel ensemble graphique, et de quelle façon – longueur de la notice, taille et forme des lettres, langue…). Dans un contexte urbain de massification de l’écrit2, de familiarisation des couches populaires avec ce media (tant dans le for privé que dans le jeu des échanges marchands, dans la sphère judiciaire ou dans les espaces ouverts)3, l’épitaphe a-t-elle tendance à se banaliser ? Est-elle, au XVIIe siècle davantage qu’auparavant, l’objet d’une appropriation par un plus grand nombre ? Sous quelle forme ?

  • 4  Arch. Dép. Rhône, 3H5, inventaire des Jacobins, f° 123 à f° 143 v°, sépultures et processions (sac (...)
  • 5  Michel Cormier, L’ancien couvent des Dominicains de Lyon, t. 2, Sépultures et processions, Lyon, I (...)
  • 6  Si Ramette ne dessine pas l’intégralité de la pierre tumulaire, il représente les armoiries et don (...)

2Il est possible de mener l’étude à l’échelle d’un édifice lyonnais, le couvent des Jacobins, qui présente l’intérêt de se situer au cœur de la presqu’île populeuse, place Confort, lieu d’une certaine mixité sociale, permettant ainsi d’observer les mélanges et les cloisonnements sociaux. On connaît non seulement toutes les épitaphes qui y figurent entre le XIIIe siècle et le début du XVIIIe siècle (105 sont mentionnées pour la période), donc les strates successives de pierres gravées, mais aussi les sépultures et la topographie exacte du lieu, grâce à la description d’un frère du couvent, Siméon-André Ramette, qui joint à la recension des archives (essentiellement mortuologes et livres de comptes) qu’il opère durant le temps de ses fonctions de sous-prieur puis de procureur aux Jacobins, entre 1715 et 1772, ses propres observations4, d’autant plus précieuses qu’un siècle plus tard, l’édifice est détruit. À partir de son manuscrit, retranscrit au XIXe siècle par un autre Dominicain, le R.P. Cormier5, les changements les plus notables affectant les épitaphes peuvent être retracés. Quelles modifications formelles peut-on déceler entre les premières épitaphes médiévales et les épitaphes du XVIIe siècle6 ? À quelles transformations sociales correspondent-elles ? Comment l’épitaphe continue-t-elle pourtant à être une pratique réservée ?

Changements de forme

3La première interrogation porte sur la manière de laisser la trace de son existence, ou de celle d’un proche. Est-ce par l’image ou par l’écrit, ou plutôt, puisque les deux éléments se combinent souvent, par la mise en avant de son nom, inscrit en lettres capitales gravées dans le marbre, ou par la préférence pour le portrait, stylisé en effigie ? L’armoirie est-elle un élément obligé de l’épitaphe, sa présence renvoie-t-elle à un désir de lisibilité immédiate que l’on adresse à une société inégalement alphabétisée mais peut-être plus familière du langage héraldique ?

  • 7  Tombe du chanoine Raymond Liatard, à Saint-Jean, 1313, et de Hubert de Mieuciaco, à Saint-Irénée, (...)

4L’épitaphe du XVIIe siècle hérite dans ses rapports image-texte de changements qui se sont principalement joués un siècle auparavant. Le passage de la didascalie à la centralité de l’écrit sur les pierres tumulaires correspond au XVIe siècle, où l’on redécouvre et imite les pierres gravées classiques, qui font florès à Lyon. Il serait pourtant inexact d’opposer trop nettement l’avant et l’après XVIe siècle. Dès le XIIIe siècle, on observe des bigarrures dans le modèle dominant. La plus grande partie de la pierre tombale est alors occupée par une effigie. En son centre et sur toute sa longueur, une figure stylisée représente un clerc ou un laïc, distinct par l’habillement, vêtement sacerdotal et capuchon pour le religieux, armure et casque pour le noble guerrier. Sur la bordure de la pierre, l’inscription est gravée en lettres gothiques, en langue latine, et débute le plus souvent par « Hic jacet ». Courte, elle ne fournit que le nom, le titre ecclésiastique (« frater », « magister », « praedicator », « juris doctor », « theologiae doctor », « prior », « episcopus cardinalis », « archiepiscopus ») ou la liste des seigneuries, la date du décès (« qui obiit anno D(omi)ni… …kal… in festo… ») et se termine par une formule de dévotion (« Requiescat in pace. Amen », parfois abrégé en « R.I.P.A. »). Les dessins d’A. Allmer pour d’autres églises que celle des Jacobins (Saint-Jean et Saint-Irénée), rendent compte de cette mise en forme7.

  • 8  Il faut préciser qu’on ne connaît pas le laps de temps qui s’écoule entre la mort des personnages (...)
  • 9  Michel Cormier, op. cit., p. 2 (« Ici repose Frère Raymond, jadis sacristain de la primatiale de L (...)
  • 10  Ainsi, le chevalier Etienne de la Poype est représenté avec deux femmes à ses côtés, beaucoup plus (...)
  • 11  Même si le pied de roi est de 0,32 m., on a préféré calculer le rapport à partir des quelques pier (...)
  • 12  Michel Cormier, op. cit., p. 20.

5La première des inscriptions des Jacobins, celle du Frère Raymond, mort en 12628, porte ainsi : « Hic jacet Frater Raymundus, quondam sacristia primae Lugdunensis Ecclesiae, qui obiit anno Dni millesimo ducent. xxii, ix kal. octobris »9. Notice nécrologique réduite, gravée sur les pourtours de la pierre, d’une faible lisibilité puisqu’écrite en quatre sens différents, l’inscription est un élément secondaire dans la pierre tumulaire médiévale, un complément qui permet l’identification de la personne représentée. Ce qui s’offre au regard, c’est d’abord l’image, et les signes qui permettent de saisir l’importance du personnage, mitre, crosse, moindres dimensions des figures environnantes10. Représentée en pied, généralement en orant ou dans le geste de la communion, sous un arc doubleau ou le portail d’une église, la figure du religieux occupe quasiment toute la pierre, dont les dimensions sont importantes. Couchée en terre, elle mesure en moyenne entre 6 et 8 pieds de long (environ 2 mètres11 et 2,6 mètres) et 2,5 et 4 de large (80 cm et 1,3 mètre) et est placée transversalement ou dans le sens de l’église. À la représentation figurée peuvent s’adjoindre les armoiries, blasonnées sur un écu. En 1264, le seigneur Guichard d’Anthon est enterré dans le chapitre du couvent des Jacobins : sa pierre tombale comprend des armoiries placées entre deux personnages figurant Guichard à droite et sa mère à gauche12. On trouve également les armoiries (jusqu’à trois par tombe), parfois soutenues par des anges, en haut ou en bas de la figure, voire sur un objet du décor, tel le livre que tient de la main gauche le chanoine Jacques de Corent : après l’effigie, le second élément le plus visible est encore imagé.

  • 13  Ibid., p. 29.
  • 14  « L’année du Seigneur 1287, au mois d’octobre, le 13 avant les calendes de novembre, jour de la lu (...)
  • 15  On ne sait de quand date la réalisation de la pierre. Ramette indique qu’elle est doublée par une (...)

6Il existe toutefois dès les premières tombes connues des exceptions à ce confinement du texte : la pierre de Jean de Forisio (dont on ne connaît pas la fonction exacte), mort en 128713, et des siens, ne porte que de l’écrit. Placée au milieu de l’aile du cloître, elle comporte un texte en caractères gothiques, tracé « tout au long » : « Anno Dni mcclxxxvii, mense octobri, xiii kal. novembris, die lunae, in vigilia Sti Viatoris, confessoris, obiit Johannes de forisio […] »14. Suivent, séparés par « Item », les noms, liens de filiation à Jean et dates de décès de huit personnes appartenant à la lignée, dont la dernière s’éteint soixante et un ans plus tard, en 1348. La pierre, à côté du caveau familial, se singularise non seulement par l’absence de figure, mais encore par le nombre de mots, atteignant un total de 171 alors que la moyenne s’établit pour le XIIIe siècle autour de 33 pour une vingtaine d’inscriptions. Apparemment conçue dès le départ pour contenir toute la descendance, elle préfigure les pierres du XVIIe siècle, où les noms s’enchaînent les uns aux autres, sans qu’aucune représentation figurée ne vienne rompre les lignes du texte. Une autre pierre, conçue pour des personnages décédés à la même date, reprend le modèle, mais le texte reste bref, et s’accompagne de deux armoiries : le noble Guichard de Varennes et sa femme Antoinette de Vaux ont une épitaphe gravée le long de la pierre. Une dernière inscription n’est, elle encore, que texte et armoiries : elle consacre la vie du cardinal et archevêque François Cassard, mort en 123715, en alignant pas moins de 72 mots sous un écusson surmonté du chapeau de cardinal. Mais elle a la particularité d’être murale et de mêler les éléments biographiques (nombreux titres, détachement des biens terrestres : « qui multa bona dimisit »), et le souvenir de la fondation d’une messe perpétuelle dans la chapelle et de deux messes anniversaires. Outre les quelques tombes sans effigie déjà évoquées, les pierres célébrant des fondations de messe, qui ne comportent généralement que du texte, à savoir le contrat notarié légèrement retouché, ainsi que les tombes « mixtes » (stipulant la fondation et servant également de brève notice biographique) introduisent une rupture dans la prévalence de l’effigie.

  • 16  Ibid., p. 53-54.

7Les XIVe et XVe siècles ne voient guère de changements dans les formes dominantes, sinon dans les dimensions de la tombe, plus grandes pour les personnages puissants, tel le doyen de l’église Guillaume de Rochefort, dont la pierre sépulcrale mesure 10 pieds de long (plus de 3 mètres) par 4,5 de large, ou le chevalier Guy d’Albon, seigneur de Saint-Ferréol, dont le tombeau occupe 9 pieds par 4,5. Quelques tombes de femmes se distinguent pourtant : celle de Claudine Mulati, sœur d’un religieux du couvent des Jacobins, fondatrice d’une pension annuelle de 10 bichets de froment et de 5 asnées de vin comporte bien les figures de la fondatrice et de son frère, mais le texte déborde du pourtour de la pierre pour en gagner le centre, faute peut-être de place (le rappel d’une pension annuelle de 10 bichets de froment et 5 asnées de vin, après celui du don d’un calice en argent, augmente considérablement la longueur du texte)16.

 [pourtours]
Hic jacet honōb Claudia Mulati fris Petri Mulati quae dedit……………..
………………………………….…….. unum calicem argenteum ponderis
duar. Marcharum………………………………….anno Dei mcccc lxii,
quae die celebrarentur................................................................... dedit
de suo Domī videlicet decem //
[centre]
bichetos frumenti et quinque asinatas vini perpetuo. Item hic jacet sup. fr.
Petrus Mulati, die... mensis...

8L’épitaphe de Marie de Médicis, mariée à un Florentin, Lyonnet Rossi, facteur, s’inscrit également sur le corps de la pierre, en dessous de l’effigie. Mais contrairement à la précédente, elle ne commence pas sur la bordure pour continuer sous l’image ; elle trouve immédiatement place dans la largeur de la pierre. Le contenu lui-même, probablement conçu par le mari qui a fait poser la pierre, diffère légèrement de ceux que l’on recense alors, par un ton plus personnel :

  • 17  Ibid., p. 61. On peut traduire le texte ainsi : « À Marie de Medicis, épouse la plus douce, remarq (...)

9D.S.
Mariae Mediciae, conjugi suavissimae, forma, genere, pudicitiaque insigni, Lionetus Rossius, florentinus, B. M. pos. Vixit ann. xxii, mens. iii, dies xii. Obiit v id. mart. mcccc lxxix17

  • 18  Ibid., p. 58.

10C’est enfin avec la pierre tumulaire de Claudine Grolée18 que l’on observe le passage au français : le texte, gravé dans l’encadrement de la pierre, porte « Cy gist Claude de Grolée, fille de noble hōe Mř de Grolée et de Lunelle……… jour de mars mcccc lxxiii ».

  • 19  La tombe de Richard Tiebely datée approximativement de la fin du XVe siècle porte du texte en fran (...)
  • 20  Armando Petrucci, Jeux de lettres, formes et usages de l’inscription en Italie (XIe-XXe siècles), (...)
  • 21  Michel Cormier, op. cit., p. 86.
  • 22 Ibid., p. 89.
  • 23  Auguste Allmer, ms cit., p. 92.
  • 24  Michel Cormier, op. cit., p. 91-92.

11À partir du XVIe siècle, les types de pierres tumulaires se diversifient : à l’ancien modèle, qui ne disparaît pas complètement, s’en ajoutent d’autres. Le plus courant est celui qui relaie l’image centrale par l’écrit. De subordonné, le texte gagne le premier plan, évolution que l’on observe dès le XVe siècle dans l’église lyonnaise de Sainte-Croix19 et dans les villes italiennes de Florence et Rome20. Une lacune dans le manuscrit du P. Ramette entre 1479 et 1522 empêche de cerner précisément le tournant pour les Jacobins. Mais lorsque l’on reprend son texte en 1522, l’ancien modèle est encore prégnant : sur la pierre du Florentin Jérôme Guillaume de Nobles21, placée dans le chœur, l’effigie et les armoiries sont gravées dans la longueur, tandis que le texte, en « grands caractères », c’est-à-dire probablement en capitales romaines et non plus en lettres gothiques, est inscrit sur le pourtour. Le tombeau de Thomas de Gadagne22, mort en 1523, imite de plus près la forme médiévale : effigie au milieu d’une pierre d’une taille exceptionnelle, 10 pieds de long par 6 de large, armoiries enchâssées en haut, didascalie de l’écriture gothique qui débute par le « Hic jacet ». Ce type de tombeau se raréfie par la suite (il perdure pour quelques religieux, comme par exemple pour la pierre de Françoise de Clermont, abbesse de Saint-Pierre, morte en 1599, représentée en orante, entourée en bas de deux sœurs aux dimensions réduites, en haut de ses armoiries23, tandis que son identité se décline dans un texte en capitales romaines, placé dans l’encadrement). Même la pierre du Florentin Jacques Junte24, mort en 1546, où apparaissent les figures de deux femmes, représentées de profil et probablement agenouillées, ne peut se rattacher au modèle médiéval : les personnages féminins sont placés sous le texte, qui devait occuper le milieu du tombeau, tandis que le haut devait être dédié aux armoiries.

  • 25  A partir des indications données par Ambroise Comarmond, op. cit. : soit 10 tombes, 6 pour les deu (...)
  • 26  Jacob Spon, Recherche des antiquités et curiosités de la ville de Lyon, Ancienne Colonie des Romai (...)
  • 27  Michel Cormier, op. cit., p. 4.

12Elément majeur de l’épitaphe, le texte n’est pas pour autant plus long qu’aux siècles passés (il comporte en moyenne 34 mots), mais il est plus lisible, en raison de sa position et du changement de type de caractères. Le modèle de l’épigraphie antique est clairement affiché, avec l’apparition du « D.O.M. » (Deo Optimo Maximo, au Dieu très bon et très grand, christianisation du D.M., Diis Manibus, aux dieux mânes, que l’on trouvait sur certaines tombes pré-chrétiennes), le prolongement de la tradition des calendes et ides pour dater la mort, le rappel de l’âge des plus jeunes morts, l’éventuelle mention du « populus », l’abandon de l’écriture gothique. La majuscule de type romain est probablement adoptée, même si Ramette est peu explicite (il cesse simplement de parler de gothique après la tombe de Thomas de Gadagne pour, de temps à autre, mentionner de « grosses lettres », ou, un peu plus tard, de « beaux caractères » – ce qui tend à indiquer qu’il s’agit de majuscules de type romain, qui sont le canon en vigueur à l’époque où il écrit). Le changement épigraphique est par ailleurs conforté par les quelques tombes subsistant pour la fin du XVIe siècle (à Saint-Nizier et Saint-Bonaventure), ainsi que par les indications de hauteur de lettres données par Comarmond : alors que l’écriture gothique était comprise jusqu’au début du XVIe siècle entre 20 et 50 mm., les caractères du XVIe siècle se réduisent à un intervalle compris entre 15 et 35 mm25 : une écriture moins haute, donc probablement de type romain, mais avec une moindre disproportion entre la hauteur et la largeur, ce qui la rend plus lisible (le gothique est difficile à pénétrer et rebutant au XVIIe siècle, ainsi que l’indique Jacob Spon ou encore Antoine Furetière26). La seule résurgence d’écriture gothique correspond à une entreprise concertée des Jacobins : en 1684, ils décident de faire graver en beau marbre blanc l’épitaphe des ducs de Bourbon27. Le graveur, Seyti, emploie alors un caractère gothique (mais éloigné des canons médiévaux), probablement pour marquer l’ancienneté de la tombe (fin XIVe siècle), détruite durant les guerres de religion : le gothique est bien devenu une curiosité.

  • 28  Les modèles de pierre, schématisés d’après les indications de Michel Cormier, ne tiennent pas comp (...)
  • 29  Michel Cormier, op. cit., p. 90.

13Plusieurs types de pierres gravées sont discernables28.
Le premier (fig. 1) reprend la forme médiévale, se contentant de remplacer l’effigie par le texte de l’inscription. Ainsi, le religieux Sanctes Pagninus a des lettres gravées sur la bordure de sa pierre tombale, dont on ne connaît pas la teneur puisqu’effacées au temps de Ramette, et à nouveau du texte gravé en « grosses lettres » sur la pierre, qui présente ses vertus d’érudit (« cujus triplex lingua, eruditio »)29. Le second type (fig. 2) est plus nettement dégagé de l’héritage des siècles précédents : il n’y a plus d’inscription sur la bordure, le texte trouve sa seule place dans la largeur de la pierre, encadré ou non d’armoiries. Les tombes des Florentins Nettons, Bonacursi, Gottier, Honorati ou Varaziano suivent ce modèle. De différente taille, six pieds par trois pour les plus petites, neuf pieds et demi par cinq pour les plus grandes, imitant donc toujours la forme du corps mort, elles disent en peu de mots les prénom et nom du défunt, ses vertus, l’origine florentine, la date, parfois l’âge au décès. Dans leur contenu, elles diffèrent légèrement de celles du passé, par l’absence du « hic jacet » et l’éloge, même minime, des mérites du mort : foi, moralité, labeur, rayonnement pour les hommes, éventuellement noble naissance (« fides », « honestissimis moribus ornatus », « viro integro atque industrio », « industria », « solerti ingenio », « multisque animi et corporis ornamentis », « desideratus omnibus decessisset », « cum virtutum tum morum ornatissimus », « ex nobili familia oriundo »), pureté et piété des femmes, avant tout louées pour leurs vertus d’épouse (« uxor castissimae et integerrimae », « summi amoris, moerorisque », « conjugi fide, pietate et amore »). L’individu est au centre.

14Et si la tombe de Maria de Ricassolis laisse une place à l’époux, elle ne juxtapose pas les deux notices biographiques, au contraire de ce que l’on trouvait auparavant. Une croix les sépare nettement. Les changements affectant le texte viennent compléter celui, plus radical encore, qui voit l’effacement de l’effigie.

  • 30  Michel Cormier, op. cit., p. 93-94.

15Le troisième type d’épitaphe (fig. 3) est légèrement différent du précédent en un point, l’orientation de l’inscription. Le texte est en effet gravé dans la longueur et non plus dans la largeur de la pierre, ce qui introduit une rupture avec le corps mort, et par là même avec les représentations figurées du défunt des anciennes tombes. Alors qu’ailleurs encore, la pierre, par ses dimensions et l’orientation du texte et des armoiries, imite la forme du corps enseveli, l’effet de pierre-cercueil est ici atténué. La vaste tombe (10 pieds par 5) des Florentins Capponi30, initiateurs du modèle décrit, comprend l’inscription, effacée au XVIIIe siècle hormis le nom de Capponi, et des deux côtés, au coin, des têtes de mort avec deux ossements en sautoir en bas, les armoiries de la ville de Florence et de Laurent de Capponi en haut. Cette inversion du sens de l’écriture donne sa pleine majesté au texte, que l’on peut lire de manière plus continue.

16Le XVIIe siècle prolonge ces modèles d’épitaphes, en les modifiant quelque peu, mais sans que le rapport écrit-image change beaucoup, le premier dominant le second, même s’il subsiste deux formes d’images, celle, très particulière, des armoiries, généralement enchâssées ou gravées au bas de l’inscription, et celle des motifs baroques, crânes et tibias sculptés entre deux armoiries ou aux coins de la pierre, qui, à la différence de la précédente, est loin d’être généralisée. L’écrit lui-même connaît certaines transformations, à l’intérieur du cadre défini quelques décennies plus tôt : la prédominance du français s’accompagne parfois d’une réduction du texte concernant le défunt. Le partage est légèrement favorable au vulgaire, puisque 19 épitaphes (sur 36 retranscrites) sont en cette langue. Le découpage linguistique est également découpage social. Le français, la brièveté des notices biographiques marquent l’avènement de nouvelles couches sociales aux épitaphes.

Ouverture sociale

  • 31  Ibid., p. 122 et p. 132-133.

17La première tombe masculine à employer la langue vulgaire est celle de l’hôtelier Jean Monglon, posée avant 1602, probablement dans la décennie 1590 : elle reprend pour le franciser le « hic jacet » et le fait suivre d’une courte notice nécrologique. De même que la pierre que fait graver Pierre Sonda, notaire, pour sa famille, qui revient à un exposé sommaire du nom et de la date du décès des membres enterrés dans le caveau familial, ainsi que le rappel du généreux donataire31.

  • 32  Ibid., p. 138.

18Le nouveau modèle d’inscription, avec un texte réduit à une présentation minimale de l’identité du ou plus souvent des défunt(s) (alignement de noms, prénoms, fondation éventuelle, citoyenneté, dates de mort), écrit en français – malgré quelques variantes, comme la pierre du marchand Antoine Gros qui mêle à l’épitaphe française une formule charitable latine, « Requiescant in pace », et ajoute encore quelques mots en forme de devise sur le pourtour de l’armoirie, « Gay en mon art »32- sont de taille moyenne, de six ou sept pieds par trois en général, de quatre par trois pour les plus petites.

  • 33  Remontrances du 8 octobre 1644 (ibid., p. 218). De même, le chapitre de Saint-Jean fait enlever la (...)
  • 34  Contrat du 11 décembre 1602 souscrit par Benoît Buron (Michel Cormier, op. cit., p. 140).

19Il correspond bien à l’intrusion de nouveaux venus sur le sol sacré. Il faut rappeler que la pose d’une épitaphe est subordonnée à certaines conditions, notamment pécuniaires. Pour les Jacobins, essentiellement pécuniaires, semble-t-il. L’apposition d’épitaphe fait l’objet de règles tacites : pour y prétendre, il faut faire une fondation ou un don à l’église ou au couvent, ou, à tout le moins, avoir multiplié les œuvres charitables sa vie durant, en occupant par exemple la fonction de médecin, de chirurgien, de notaire, de secrétaire, de peintre à titre gracieux. Le bourgeois Guillaume Vuidy s’attire les remontrances des Dominicains, alors qu’il a fait mettre une pierre gravée à l’emplacement où sont morts ses prédécesseurs et où il entend être inhumé, sans avoir rien payé ni voulu faire de contrat. Il a beau arguer que le prieur le lui avait permis « volontairement et sans espérance d’argent », il est sommé, dans les trois prochains jours, d’y remédier, sous peine de voir sa pierre décarrelée33. Il donne en aumône une pistole en escomptant que l’affaire n’ira pas plus loin. Est-ce trop peu pour que son espoir soit fondé ? Se réserver une place dans l’église a un coût variable, consenti en un legs, une pension, une fondation, allant de quelques dizaines à des milliers de livres. On a ainsi l’exemple d’un marchand pérolier, dont le contrat, souscrit avec les Jacobins en 1602 porte qu’il fonde une grande messe moyennant 45 livres, « [par] quoi on lui permet de faire mettre et graver un vas de pierre dans une chapelle qui était autrefois entre celle de Sainte-Marthe et de Saint-Roch, laquelle était dédiée à Saint-Mathieu, et où les péroliers faisaient faire le service de leur confrérie, l’emplacement de laquelle sert à présent de vestibule à l’entrée de notre grande église »34. Un cran au-dessus, les 180 livres que consent au couvent des Jacobins le marchand Jean de la Forest lui donnent le droit de mettre une tombe dans le cadre de laquelle quelques mots latins sont inscrits.

  • 35  Ainsi Plaisance, veuve de Guichard, seigneur d’Anthon, prie par son testament de mettre après son (...)
  • 36  Acte notarié du 14 septembre 1475 (ibid., p. 66).

20Cette ouverture à des catégories modestes s’est faite progressivement. Les premières dalles funéraires posées aux Jacobins dans la seconde moitié du XIIIe siècle désignent des religieux appartenant avant tout au haut clergé, cardinaux-archevêques comme François Cassard, cardinaux comme Hugues de Saint-Cher, prieurs du couvent, chanoines comme Jacques de Corent et Jean de la Palu, célèbres universitaires s’ils sont simples moines, tel Joffroy de Bleves, un des premiers docteurs et professeurs en théologie de la faculté de Paris, et des nobles, comtes, chevaliers et seigneurs possédant principalement des terres en Dauphiné, en Dombes, en Bresse, dans la Marche, familles d’Albon, de Bourbon, de la Poype, de Vaux, de Chaponay. Leur visibilité est probablement liée à leur puissance, ainsi qu’à leurs fondations, legs, dons. Les « simples » inhumés, ceux qui n’ont pas d’épitaphes, font partie de ces mêmes milieux. Seule la demande d’un marchand mercier, recensée en 1282, tranche avec le reste et montre que la part ultra-majoritaire des élites cléricales et nobiliaires parmi les inhumés ne correspond pas à une sélection sociale effectuée par les Frères prêcheurs, que le couvent n’est pas un lieu de sépulture a priori réservé, même s’il l’est de facto. La seule inhumation, hors épitaphe, au couvent des Jacobins, dans le chapitre ou le cloître où sont enterrés les moines, voire dans leur caveau même, est un honneur insigne, que recherche la noblesse35. Le premier « bourgeois » à marquer son nom dans l’ancien cloître est Girou Chatard, venu de Nantua, enseveli en 1315 (pour 28 épitaphes aux XIIIe et XIVe siècles). L’ouverture sociale se fait au XVe siècle en direction des grands marchands, issus des villes italiennes, tant pour les épitaphes que pour les simples inhumations : dès 1475, un témoin entendu dans une affaire opposant Saint-Nizier et les Jacobins à propos de la sépulture de Genofle Loliano, marchand originaire de Bologne, précise que les marchands ont l’habitude d’être enterrés dans le couvent (« lorsque lesdits marchands finissent leurs jours dans ladite ville, ils ont coutume d’être ensevelis dans ledit convent des Frères Prescheurs »36). Au XVe siècle, ils emportent la mise. Si les marchands sont seulement 5% des catégories déterminées à demander à être enterrées aux Jacobins, et 3 sur 23 à avoir une épitaphe, ils se révèlent pourtant beaucoup plus nombreux si on leur ajoute les Italiens, Florentins surtout, et Allemands, dont la profession n’est pas nommée mais qui dans leur très grande majorité, doivent se livrer aux activités bancaires et marchandes : ils représentent alors un sur six inhumés et sont plus d’un sur deux (15 sur 23) à posséder une dalle gravée. Cette intrusion des Florentins s’explique par l’importance qu’ils ont prise dans la construction et la rénovation de l’édifice cultuel : la grande église est refaite au XVe siècle grâce à leurs dons ; le grand chœur et la sacristie sont ornés grâce à la libéralité des Orlandini ; de grandes familles comme les Panchati et les Gadagne font construire des chapelles.

  • 37  Alphonse Sachet, Les rôtisseurs de Lyon, Lyon, Ed. Cumin et Masson, 1920, p. 9 et sq.

21Le XVIe siècle connaît un élargissement du spectre social des inhumés : on peut relever l’importance des demandes de sépulture venant des milieux de l’artisanat (plus d’un sur cinq, presque 40% si l’on enlève les indéterminés), les familles de teinturiers, peintres, menuisiers et tireurs d’or se démarquant particulièrement. Le couvent abrite alors un grand nombre de confréries, ce qui peut contribuer à expliquer ces chiffres : les tireurs d’or sont établis dans la chapelle Saint-Eloi, les forgeurs dans celle de Sainte-Marguerite, les marchands fabricants à l’Assomption, les libraires et relieurs à Saint-Jean-Porte-Latine, les cannoniers et paumiers à Sainte-Barbe – les teinturiers en soie vont s’installer en 1640 à l’Assomption (dans une autre chapelle que celle des marchands et maîtres ouvriers en soie), les chaudronniers en 1665 à Sainte-Anne, les affaneurs en 1674 à Sainte-Geneviève37. Pourtant, aucune épitaphe n’émane encore de leurs rangs.

  • 38  43 épitaphes concernent le XVIIe siècle : 5 ressortissent au clergé, 4 à la noblesse, 3 à la robe, (...)

22Les artisans enterrés aux Jacobins ne franchissent le pas des pierres gravées qu’au XVIIe siècle, alors qu’ils sont particulièrement nombreux à y être ensevelis (460 soit 28%, mais plus de 60% si l’on exclut les indéterminés). C’est alors que l’on trouve les premières épitaphes, venant de deux tireurs d’or, d’un peintre, d’un teinturier, d’un ouvrier en soie, d’un tailleur d’habits et d’un tonnelier, sans compter ceux qui sont décrits comme marchands, mais dont les métiers relèvent plutôt traditionnellement de l’artisanat, des tanneurs, marroquiniers, tonneliers et un pérolier : en additionnant ces marchands aux maîtres, on obtient ainsi 14 individus pour une quarantaine d’épitaphes relevées ou spécifiées par contrat sur l’ensemble du XVIIe siècle38. Le premier artisan à entrer dans le décor de l’église est Humbert Hugonin, maître tireur d’or, un des métiers dont les membres sont parmi les plus nombreux à être inhumés dans le couvent (la confrérie des maîtres tireurs d’or n’a pas d’équivalent ni aux Cordeliers ni à Saint-Nizier, contrairement aux autres métiers de l’artisanat). Il meurt en 1622 et repose sous l’inscription « Cy gist le corps de honorable homme Humbert Hugonin, maître tireur d’or et citoyen de Lyon, lequel décéda le 17e janvier 1622 », qui se poursuit par la désignation d’autres membres de la famille, sans date – ce qui signifie probablement que l’épitaphe est apposée à la mort de Humbert –, et par deux armoiries.

23Le XVIIe siècle voit ainsi la diffusion sociale de l’épitaphe. Pourtant, certains critères, notamment linguistiques et topographiques, permettent d’éviter toute confusion entre l’inscription nobiliaire et la notice populaire, rendent visibles le degré de dignité de l’individu désigné par une épitaphe.

Modes de distinction

Le choix de la langue

  • 39  Michel Cormier, op. cit., p. 290-291 (contrat pour une pierre tombale du 4 juin 1677).
  • 40  Ibid., p. 192.

24Français et latin sont les langues utilisées pour graver les épitaphes du couvent des Jacobins au XVIIe siècle, selon, on l’a vu, un découpage légèrement favorable au vulgaire, qui est spécifique à l’église de la place Confort. Le français est utilisé aux Jacobins pour les pierres des artisans et pour celles de la plupart des marchands, outre celles d’un notaire, d’un chirurgien et d’une femme et de sa fille (les femmes ont été les premières pour lesquelles on a introduit l’usage du français dans l’église). Le latin concerne les religieux, les nobles (Strozzi, de la Poype, Gadagne, Pecoil), quelques marchands ou bourgeois, un chirurgien, une comédienne, Isabelle Andréini, seule femme à pouvoir y prétendre (non accompagnée), par son statut particulier (savante, Florentine). La frontière linguistique est ainsi un peu plus complexe qu’une opposition schématique entre clergé, noblesse, professions libérales et marchands et artisans. Elle s’adapte au caractère de la hiérarchie sociale lyonnaise, d’une cité fortement marquée par ses activités marchandes : les « mercatores » sont pour certains issus de plus ou moins longue date des villes italiennes de Lucques et Gênes, représentants du grand commerce (teinturiers comme Philibert Jugnot), en voie d’ascension sociale par l’acquisition de terres (Jean de la Forest est désigné comme « Dominus de la Forest »). Les « marchands » sont moins bien connus, appartenant moins au commerce prisé de la teinturerie (seul Benoît Jeoffroy), qu’à celui des peaux, du blé, du bois, de l’hôtellerie. Quelques précisions biographiques permettent parfois de cerner les raisons du partage linguistique qui traverse les mêmes métiers : le chirurgien Philibert Girardet peut inscrire son nom dans la langue sacrée, celle de l’Église, mais il se situe au sommet de la profession (à sa mort en 1716, il est doyen des chirurgiens et lieutenant de pennonage ; il est aussi en 1677, au moment où il fait apposer sa pierre gravée, le chirurgien attitré du couvent, reconnu pour son dévouement « vu les soins qu’il s’est donné » porte le contrat39). Sa position l’éloigne donc d’autres chirurgiens, comme Jean Martin, natif de Langres, sans distinction particulière, enterré quant à lui avec une épitaphe en français, en 162840. Par ailleurs, certaines tombes montrent le statut hybride de leurs occupants : ainsi l’épitaphe du maître peintre Jacques Mory (accompagné de sa femme, son fils, maître orfèvre, et sa belle-fille) est écrite en langue vulgaire. Mais la pierre gravée à côté de la précédente, qui joue avec son nom, est en latin, ce qui dit l’ambiguïté de son statut, entre art et artisanat.

  • 41  Cela participe d’une même attitude, qui réagit à la domination du latin (positionnement alors que (...)
  • 42  On ne dispose pas d’étude sociale sur les écoliers de la Trinité, faute de source. Mais le Journal (...)
  • 43  « è chiaro che l’alfabetismo in senso proprio, la literacy ha un ruolo importante nel determinare (...)

25Si le monde de la marchandise et certaines professions introduisent quelques nuances dans le partage linguistique, deux mondes semblent monolithiques : celui des artisans, déjà évoqué, qui s’interdit ou revendique, dans une affirmation identitaire qui est aussi intériorisation des codes linguistiques41, l’usage du français ; celui des puissants, qui répugnent à utiliser le vulgaire. Le problème de la maîtrise linguistique (qui impliquerait de rechercher où passe la frontière des compétences, la capacité de comprendre et manier la langue latine) ne doit donc pas occulter l’appropriation symbolique du latin, la compréhension de la hiérarchie linguistique et l’intériorisation des normes. Est-ce parce qu’on ne comprend pas le sens des mots que l’on ne reconnaît pas le pouvoir du signe ? L’opposition n’est pas seulement entre ceux qui emploient le latin parce qu’ils en sont familiers (le négoce envoie aussi ses enfants au Collège de la Trinité42) et ceux qui sont incapables d’en entendre un seul mot ; la langue latine est efficace, même incomprise, surtout incomprise, parce que se rapportant à un personnage d’autorité, autorisé à être énoncé en latin. À ce titre le « Cy gist », s’il est la traduction du « Hic jacet » , n’en est pas l’équivalent. Les inscriptions en latin sont aussi les plus longues, et sont exécutées dans les matériaux les plus prestigieux, marbre ou pierre noire de Saint-Fortunat, dorure des lettres, mise en hauteur de la pierre, etc. : « il est clair que l’alphabétisation au sens propre, la literacy, a un rôle important pour déterminer et distinguer des typologies, des destinations et des usages parmi les signes urbains. Mais il est également évident que le caractère socialement sélectif de la culture écrite laisse place à d’autres codes de communication que l’écriture, qui cohabitent et interagissent avec elle, parfois se substituent à elle : comme quand l’analphabète est parfaitement en mesure de comprendre la valeur représentative et idéologique de l’épigraphie monumentale comme expression d’un pouvoir – par exemple sur un objet qui est seulement écrit, et habituellement, en langue latine »43.

26C’est dans cet entre-deux, entre compréhension et reconnaissance, entre lisible et visible, que doit se lire le choix de la langue et la coexistence, au sein du même espace religieux, des épitaphes françaises et latines. Encore sont-elles placées au sein du même édifice, mais pas au même endroit. La topographie des épitaphes renseigne elle aussi sur l’importance des personnes énoncées, que l’on se situe, dans une ouverture progressive du regard, au niveau de l’espace graphique, au niveau du monument, ou au niveau de l’église tout entière.

Précision illégitime, légitime imprécision

27La sélection sociale par les dispositifs graphiques ne tient pas tant dans la présence d’armoiries (sur les 19 stèles en français, 15 comportent une armoirie) que dans la longueur du texte gravé sur la pierre.

  • 44  Contrat du 7 mai 1612 (Michel Cormier, op. cit., p. 162).
  • 45  Ibid., p. 167 : « Cy gist la sépulture de honorable Jean Mangu, marchand tonnelier, citoyen de Lyo (...)

28Les métiers manuels se montrent particulièrement attentifs au contenu textuel dont s’enrichira leur pierre : 10 des 14 contrats émanant essentiellement des couches artisanales et marchandes précisent ainsi quels doivent être les éléments irréductibles de leur épitaphe. Outre la demande d’être enseveli à l’endroit où se trouve la pierre gravée, avec les membres de sa famille, passée, présente et à venir, on relève la volonté de voir figurer sur la pierre, au minimum, le nom du contractant, et s’il y a lieu, celui de sa femme. Ce sont les premiers éléments, essentiels : inscrire leur nom sur la pierre de l’église, telle est la demande récurrente de ces marchands et artisans. Neuf contractants le stipulent, quant un dernier ne demande que des armoiries. L’écrit domine encore, lorsque les exigences sont plus détaillées : le souhait du nom peut s’accompagner de celui du surnom (compris comme le nom tandis que, lorsque la distinction est faite, le nom correspond au prénom), de la date de la mort outre celui des armes. « On luy a accordé de faire écrire son nom et surnom et ceux de sadite femme avec des paroles de dévotion », « y faire poser une pierre et y faire graver les noms de son mari et d’elle », « a fait mettre son nom et y fera mettre ses armes », « fait graver et inscrire au dessus tant le nom de sesdits prédecesseurs et le sien, que celui de sa femme », « mettre son nom et surnom et ceux de sa femme et de ses enfants » en sont autant d’expressions. Une fois, on trouve la demande de graver la profession dans la pierre : au marchand Jean Croix, il est « permis de faire construire une cave, au dessus de laquelle il pourroit faire mettre une pierre et y faire graver ses nom, surnom, profession et armes et faire telles autres réparations dans la susdite chapelle »44. Le degré de précision est-il dû au fait que les volontés exprimées soient mal réalisées ? La pierre du tonnelier Jean Mangu, qui devait être formée d’armoiries selon la demande de la veuve, comporte seulement du texte un siècle plus tard, ainsi que s’en étonne Ramette : « voilà la pierre posée, mais on n’y voit point d’armoiries »45. Les contractants tiendraient alors, ultime tentative post mortem, à maîtriser le contenu de leur épitaphe. La plupart d’entre eux font d’ailleurs graver la pierre de leur vivant, demandant seulement aux religieux d’y marquer la date de leur décès.

  • 46  Arch. Charité, G 164, 12 décembre 1619, testament olographe de Claude Dupré.
  • 47  Arch. Charité, B 95-4, testament de Théodore de Chalon.
  • 48  Contrat du 10 mars 1635 souscrit entre le couvent des Jacobins et le notaire royal et secrétaire d (...)
  • 49 Ibid., p. 186.
  • 50 Ibid., p. 138-139.
  • 51  Jacob Spon, op. cit. p. 153.

29La précision des contrats souscrits par les métiers manuels tranche quoi qu’il en soit avec le flou du conseiller du roi et de Monseigneur le prince de Condé, Claude Dupré, particulièrement elliptique dans la forme qu’il entend voir prendre à son épitaphe (« je veux et ordonne estre posée en ladicte chapelle [Ste-Geneviève] de Confort dans la muraille une pierre carrée où seront gravez certains escripts pour la louable memoire tant des predecesseurs de ma race et de moy »46), s’en remettant apparemment à la sagacité et à l’expérience des Jacobins ou de ses successeurs. Une même imprécision caractérise les demandes nobiliaires pour d’autres églises : Théodore de Chalon, baron de Saint-Trivier, souhaite par exemple qu’un monument gravé soit érigé à la Charité sans en préciser le texte (« à l’endroict de l’orloge contre le grand autel du cousté droict, laquelle sepulture il veult qu’elle soit environnee de quatre murailles avec une grand pierre et tumbeau au dessus, le tout qui ne contiendra que sa longueur et largeur, sur laquelle pierre sera soubzscript ce qu’il a esté et ce qu’il est en chargeant ses heritiers de faire [ ?] »47). Alors que leur demande est rendue comme naturelle par le détachement vis-à-vis du contenu de l’épitaphe et souligne l’appropriation de cette forme écrite par les grandes familles, l’insistance sur les éléments textuels qui transparaît dans certains contrats d’artisans et de marchands montre a contrario à quel point leur propre demande est peu naturelle, perçue comme mal fondée et illégitime. D’un côté, le conseiller ne voit pas d’intérêt particulier à détailler l’épitaphe, de l’autre, on s’assure que le nom, voire quelques autres éléments identitaires, seront bien marqués par les religieux. D’où l’impression de libéralité qui se dégage de la lecture de certains contrats octroyant une longue épitaphe à des professions relativement modestes, tel celui conclu entre le notaire Girardon et les Frères prêcheurs : parce qu’il a rendu de grands services au couvent et que les Jacobins espèrent lui en voir rendre de plus grands encore, le notaire a le droit de « faire mettre une pierre avec telle inscription qu’il voudra »48, la formule rendant l’équation longueur et liberté du texte = importance du personnage (ici comprise comme un dévouement sans faille) évidente. Il y a loin de la notice d’une femme sans distinction comme une certaine Sabine Laurent dont la pierre, datant de 1625, porte 26 mots ainsi conçus, « Sabine Laurent femme de noble Xiermet Veuillat et Françoise Forat, sa fille ont icy élu leur sépulture, pour leur repos. Requiescant in pace. P.L.P. »49, à celle placée par Jean Thévenon, secrétaire du roi, pour son père, en 164650, comprenant 90 mots, plus loin encore à celle de Guillaume de Gadagne (237 mots), auquel une chapelle entière est consacrée. Un contemporain comme Jacob Spon peut s’étonner que la sépulture des comtes d’Albon ne comporte « aucune inscription que deux lignes qui témoignent que c’étoit là leur tombe »51.L’élément distinctif est bien l’écrit, alors que la taille des tombes varie peu, d’un état à l’autre. Ce qui les différencie principalement, c’est l’importance du texte gravé, qui peut occuper une seule pierre, mais également se donner à lire sur plusieurs.

Redoubler les pierres

  • 52  Arch. Mun. Lyon, BB 145, f°134 v°-135, 26 octobre 1609, mandement à Jacques Maury.

30Soit deux exemples, ceux de Jacques Mory et d’Abel de la Poype. Le peintre Jacques Mory (ou Maury) est un hôte de choix du couvent puisqu’il a peint la vie de saint Dominique dans le cloître et y a fondé une grande messe, puisqu’il a conçu une pyramide à côté du couvent sur la place Confort52. La signification mortuaire du nom du peintre dans la langue latine est l’occasion de jeux, d’images et de mots.

  • 53  Si l’on apparente vaguement moriare à moror (tarder).

31Les armoiries placées en haut de la pierre tombale, portent côté dextre une moitié de crâne supportée par deux tibias, côté senestre une couronne (qui illustre le nom de sa femme, Benoîte Roy) : parlantes, elles fournissent quelques clés sur le nom du peintre. Sur une autre pierre, également en terre, à côté de la précédente, de courtes phrases qui comportent le nom des Mory sont disposées en plusieurs sens, à l’horizontale, à l’horizontale inversée, en diagonale, de façon à ce que, quel que soit le sens où il se place, le visiteur puisse déchiffrer les caractères et soit incité à tourner autour de la pierre. Les sentences s’enchaînent, qui, pour deux d’entre elles au moins, sont des extraits de l’Évangile. « Statutum est omnibus hominibus semel mori » (« tous les hommes ne meurent qu’une fois [après quoi il y a un jugement] », épître aux Hébreux 9, 27), avec un « semel » dont la proximité phonétique avec « simil » apparente tous les hommes à Mory. « Mihi vivere Christus est et mori lucrum » (« ma vie, c’est le Christ, et c’est un gain pour moi que la mort », épître aux Philippiens 1, 21). « Vivere visne deo iam tibi disce mori » pourrait s’entendre comme « veux-tu vivre en Dieu, apprends déjà à mourir ». La dernière sentence, dans la veine stoïcienne, « Ars pia, crede mihi est ne moriare [ ?] mori », peut être traduite par « Crois-moi, la piété, c’est de ne pas retarder le moment de la mort »53. Le nom du peintre, décliné sous diverses formes, devient un véritable ars moriendi, un « memento mori ».

  • 54  « Cy git noble dame Guigonne de Chaponay qui a été abbesse de céans, trente-cinq ans, est décédée (...)
  • 55  Ainsi de la tombe de Jean Thevenon et de sa femme Claudine Mallet, imaginée par leur fils :

32Le nom sert encore de motif à l’inscription, dans ses lignes directrices, puisqu’un « M » se devine si l’on prolonge la longueur de la pierre par les diagonales écrites, qui dessinent un V de chaque côté. La forme, originale, peut également rappeler la pyramide gravée, en droite ligne du cloître, dont Mory a peint les lettres : elle serait une imitation aplatie de la forme pyramidale. Les deux cœurs qui se font face, au centre de la pierre, ressemblent à un sablier, ce motif privilégié de la vanité. D’autres divertissements textuels et formels sont certainement à l’œuvre sur cette pierre gravée, qui respire l’érudition sacrée et le savoir-faire, telle la correspondance de certains mots qui donne un effet de miroir, ainsi du « Mori », que l’on trouve à la fin de la première sentence horizontale et à nouveau à la fin de celle qui lui fait face, ainsi encore du « omnibus » poursuivi en diagonale par « hominibus », dans une symétrie phonétique et visuelle. Elle illustre le raffinement auquel sont parvenues certaines épitaphes, qui, par un jeu entre image et texte (ici, des sentences en lignes brisées, ailleurs, une forme versifiée, comme celle de l’abbesse de la Déserte, Guigonne de Chaponay54, ou encore dialoguée55), atteignent un degré certain de complexité.

  • 56  Ibid., p. 236-238.
  • 57  Jeu sur les temps, lexique de l’anéantissement corporel (cendre, vapeur, néant).

33De la même manière, la pierre tumulaire d’Abel de la Poype, comte de Serrières, baron de Coursant et de sa femme, gravée en latin, tout à fait conforme aux habituelles déclinaisons d’identité, avec en son centre les jour, mois et année des décès (jamais remplis), est redoublée par une autre, murale et de vaste dimension compte tenu de sa position en hauteur (cinq pieds par trois)56. Cette seconde pierre dit toutefois autant l’origine élevée du mort (« nobilis et potens », « comes », « Baro de Coursant », armoiries timbrées, avec devises et entourées de deux sauvages qui avec leur massue rappellent la figure mythologique d’Hercule) et de sa femme, puisqu’un « coet. » interrompt la litanie des titres, qu’elle n’interpelle le voyageur sur la vanité de l’existence et la certitude de redevenir cendre et néant (« Miraris, viator […], quid simus vide, quid fuerimus nosce, futurus ipse quis cogita ; vale, et ora. Hic jacet cinis, vapor et nihil »57). Elle peut ainsi être lue comme une attestation de maîtrise culturelle adressée à ses pairs.

Topographie et hiérarchie sociale

34L’occupation des lieux se révèle à une autre échelle un critère pertinent de distinction sociale. L’inscription des marchands et des artisans sur le sol de l’église est en effet balisée, et reste dans un certain périmètre. C’est au moment où les pierres gravées désignent les gens de peu que le choix des lieux où elles se trouvent semble revêtir une importance particulière, palliatif à l’irruption des nouveaux venus sociaux.

  • 58  Calculs approximatifs permis par les indications de dimensions fournies par Ramette pour chaque pi (...)

35L’étude de la topographie sociale des épitaphes permet d’ébaucher une première démarcation, entre la haute et la basse église. Alors que les pierres gravées se trouvaient depuis le XIIIe siècle principalement dans le chapitre et le cloître, elles s’étendent au XVe siècle le long de la petite nef méridionale qui longe le cloître, ainsi que dans la basse église, puis, aux XVIe et XVIIe siècles, gagnent toute l’église, non seulement les nefs des grande et basse église mais aussi le chœur, le sanctuaire et les chapelles. Dans la première moitié du XVIIe siècle, la basse église (plus ancienne) est majoritairement employée pour mettre les dalles funéraires que demandent alors les catégories artisanales et marchandes : les 15 inscriptions que l’on y recense appartiennent à des marchands et maîtres, hormis une qui désigne un notaire. Cette localisation privilégiée ne peut s’expliquer par une saturation de la grande église : il n’y a pas plus de 15% de densité tumulaire dans les nefs entre le XIIIe et le XVIIIe siècle58, encore bien moins dans le chœur et le sanctuaire (autour de 7%). Bien au contraire, c’est la basse église, qui, à partir des années 1630, connaît une des plus fortes densités d’épitaphes (plus d’un quart de l’espace au sol, hors chapelle, leur est alors dédié). La ségrégation sociale qui affecte la basse église est ancienne : si les premiers à y apposer leur épitaphe au début du XIVe siècle sont la noble famille d’Albon, les suivants n’ont pas sa renommée. Ils sont peu nombreux à s’y faire poser une pierre au XVe siècle : on recense alors Pierre Chevrier, Marie de Médicis, Claudine de Grolée, issue de la noblesse, et Claudine Mulati, sœur d’un religieux du couvent. Soit un marchand et trois des quatre femmes qui ont une épitaphe durant le siècle (la dernière, Françoise Cannone, veuve du premier président en la cour du parlement de Dauphiné, mère d’un religieux de l’ordre, a accès au cloître). Au XVIe siècle, la basse église n’attire que quatre épitaphes (hors chapelle), celle de l’allemand Meisinger, du florentin Bonacursi, du médecin Dalechamp, assez célèbre, du libraire Benoît Rigaud, tandis que la grande église (toujours hors chapelle) peut s’enorgueillir de huit épitaphes, célébrant surtout des florentins, certains issus de la noblesse, comme les Varaziano. La colonisation de l’ancienne église au XVIIe siècle par les maîtres et marchands qui souhaitent avoir une épitaphe est donc aisément compréhensible. De même que le fait que l’on n’y rencontre pas d’épitaphes en langue latine, alors qu’elles sont majoritaires dans la grande église.

  • 59  Michel Cormier, op. cit., p. 226.
  • 60  Ibid., p. 210, p. 295, p. 254.
  • 61  Contrat du 23 juin 1634, par lequel Jean de La Forest aurait prié les pères du couvent de lui octr (...)
  • 62  Charpin-Feugerolles, op. cit., p. 184-190.
  • 63  Edouard Lejeune, La saga lyonnaise des Gadagne, Lyon, ELAH, 2004, 173 p., planches n°70-71.
  • 64  Lettre du 28 avril 1660, citée par Paul Allut, Recherches sur la vie du P. Ménestrier, Lyon, Louis (...)
  • 65  Sr de Quincarnon, Les antiquitez et la fondation de la metropole des Gaules ou de l’Église de Lyon (...)

36D’autres logiques spatiales apparaissent : à l’intérieur de la haute église, le vestibule reste peu sélectif (un maître tonnelier y trouve place en 165159) ; encore ouverts, le seuil de la chapelle des libraires, la chapelle Saint-Roch (un ouvrier de la soierie, un maître tailleur d’habits, un individu dont la profession n’est pas donnée60) et le seuil de la chapelle des tireurs d’or, la chapelle Saint-Eloi (deux chirurgiens, un notaire). Encore faut-il établir des distinctions plus fines : le devant de la chapelle Saint-Roch, mais en tirant du côté de la grande nef, est une place plus convoitée que celle de la petite nef, aussi le marchand et seigneur de La Forest peut-il y prétendre61. L’entrée du grand chœur est annexée par les puissantes familles italiennes, comme les Strozzi, nobles florentins62, qui y posent une grande épitaphe de huit pieds de long par quatre de large, peut-être vers 1603, ou les Varaziano. L’épitaphe à l’intérieur d’une chapelle est également recherchée, plus encore lorsque la chapelle est familiale : plusieurs chapelles particulières sont fondées au XVIIe siècle, par exemple la chapelle Notre-Dame de Confort que Balthazar Gadagne d’Hostun dédie à ses grands parents maternels en 160963. Cela pose d’ailleurs des problèmes de lisibilité, la pierre étant difficile à déchiffrer dans des chapelles obscures et fermées par des balustres de bois ou de pierre, ou de hautes grilles en fer forgé, ainsi que le rappelle Claude-François Ménestrier. Le Jésuite, s’adressant en avril 1660 à un de ses correspondants, l’érudit Samuel Guichenon qui lui a demandé de relever quelques inscriptions pour son Histoire de la Dombes, écrit à propos de l’épitaphe du président de Lange dans l’église Saint-George : « Mais je n’ay encore pû avoir la clef de la chapelle, qui est obscure & où il faudra avoire de la lumière pour lire »64. D’où, peut-être, la volonté de certains de faire mettre la pierre gravée au-devant de la chapelle, pour s’assurer d’un lectorat : la pierre de Hector de Crémeaux est ciselée en lettres d’or sur une pierre polie « au dehors en entrant » dans la chapelle de Crémeaux, dans la cathédrale Saint-Jean, tandis qu’au revers de la plaque, visible seulement de l’intérieur de la chapelle, des cadres ovale et rectangulaire devaient comporter des armoiries ou des tableaux65.

Conclusion

  • 66  Il ne semble pas, même si l’on manque d’originaux et de reproductions pour le XVIIe siècle, que le (...)
  • 67  Michel Cormier, op. cit., p. 235-236.
  • 68  Ibid., p. 4.

37Ainsi, l’épitaphe se modifie sensiblement entre XIIIe et XVIIe siècle dans le couvent des Jacobins : le texte y occupe progressivement une place centrale, au détriment de l’image, réduite aux armoiries. Un texte plus lisible avec l’introduction, dans les années 1540, des capitales romaines66, puis, la prévalence de la langue française pour désigner les défunts dans des notices généralement courtes. Signe que d’autres classes sociales entendent bénéficier de la force probatoire et mémorielle de la pierre gravée, ainsi que du prestige qu’elle confère. Des marques sélectives permettent néanmoins de faire la différence entre les anciens et les nouveaux détenteurs d’épitaphes, en particulier le choix de la langue, la longueur du texte, l’emplacement de la pierre. Reste que l’intrusion des métiers manuels sur le sol sacré est suffisamment nouvelle et importante pour que les Jacobins de la place Confort commencent, semble-t-il, à tenter de l’enrayer à partir du milieu du XVIIe siècle. Ils concèdent ainsi en 1643 la chapelle Saint-Mathieu (autrefois Sainte-Hyacinthe), dans la haute église, au comte de Serrières Abel de la Poype. Or la chapelle, anciennement dévolue à la confrérie des péroliers, abrite déjà la sépulture et l’épitaphe de Benoît Buron, marchand pérolier, comme l’a enregistré un contrat de 1602. Comme les descendants de ce dernier s’opposent à la concession faite à Abel de la Poype, les religieux remettent à de la Poype en 1652 la chapelle Sainte-Barbe, plus prestigieuse car avoisinant le grand chœur67. Les Dominicains ne peuvent renier le marché peu avantageux qu’ils ont conclu avec le marchand pérolier une quarantaine d’années plus tôt (pour 45 livres on l’a vu, l’épitaphe dans une chapelle – qui néanmoins est déjà utilisée comme vestibule). Mais leur tentative montre qu’ils conçoivent les chapelles, particulièrement dans la haute église, comme lieux réservés aux plus grands. Il s’agit peut-être de redonner de l’importance au couvent, d’être plus attractif auprès des familles puissantes. En 1684, ils paraissent suivre cette même logique lorsqu’ils commandent au sculpteur Seyti plusieurs épitaphes anciennes et prestigieuses, à graver dans le marbre blanc dans l’église : celles de deux cardinaux (François Cassard, Hugues de Saint-Cher), et celles des ducs de Bourbon et comtes de La Marche68.

  • 69  Couvent des Jacobins exclu (Anne Béroujon, op. cit., p. 566-585 : sources).
  • 70  Cette dernière église étant particulièrement touchée : elle comprend les épitaphes d’un capitaine (...)
  • 71  Philippe Ariès, Images de l’homme devant la mort, Paris, Seuil, 1983, 276 p., p. 50 et sq.
  • 72  Armando Petrucci, Le scritture ultime, op. cit., p. 131-132.
  • 73  J. Weever estime qu’à la hiérarchie sociale devrait correspondre une exacte hiérarchie funéraire, (...)
  • 74  Sr de Quincarnon, s. d. (vers 1682), réédité à Lyon, H. Georg, libraire-éditeur, 1882, 158 p.
  • 75  Claude-François Ménestrier décompte 116 relations d’obsèques publiques parues jusqu’en 1684 (Arman (...)
  • 76  André Pelletier, Jacques Rossiaud, Histoire de Lyon de l’antiquité au Moyen Age, Lyon, Horvarth, 1 (...)
  • 77  Sieur de Quincarnon, La fondation…, op. cit., p. 17-18.

38Le couvent des Jacobins cherche à redorer son blason ? Il n’est pas le seul à avoir accepté de plus en plus de métiers manuels sur son sol et ses murs, même s’il se singularise par son ouverture. Si l’on se réfère aux 22 églises et chapelles de la ville pour lesquelles on a pu retrouver au moins une épitaphe datant du XVIIe siècle (36 épitaphes latines pour 16 françaises)69, on constate que l’irruption des métiers manuels n’est pas propre aux Jacobins mais gagne d’autres églises, surtout conventuelles. La diffusion sociale des épitaphes s’observe – bien que dans de moindres proportions – aux Cordeliers (de l’Observance et de Saint-Bonaventure), à Notre-Dame de la Platière et aux Grands Augustins70, et, si l’on dépasse le cadre lyonnais, elle concerne plus largement le royaume, même si l’on manque d’études quantifiées et s’il semble que cette diffusion se fasse sous la forme de plaques funéraires murales plutôt que de dalles au sol71 ; au-delà, c’est surtout l’Europe du nord qui est touchée, l’Angleterre d’abord (au XVIIe siècle avec des stèles débutant par « Here lyeth »), le reste des pays protestants ensuite72. C’est aussi en Angleterre où John Weever déplore dès 1631 la fin d’une époque73. On trouve les mêmes accents nostalgiques à Lyon chez Charles Malo, sieur de Quincarnon qui, au moment où le privilège de l’épitaphe n’est plus celui des seules élites, où la vague des inscriptions mortuaires a touché les catégories marchandes et artisanales, produit coup sur coup deux opuscules qui occultent ce phénomène de massification. Le sieur de Quincarnon, publie en effet les Antiquités et la fondation de la métropole des Gaules en 1673, et, une dizaine d’années plus tard, La fondation et les antiquités de la Basilique de Saint-Paul de Lyon74, se révélant, à l’intérieur d’un genre bien balisé75, plus original qu’il n’y paraît, parce qu’il mène une étude diachronique alors que l’époque est aux relations de cérémonies mortuaires singulières, et surtout parce qu’il s’attache à des lieux particuliers, la cathédrale Saint-Jean de Lyon, la collégiale Saint-Paul, parce qu’il s’arrête sur le texte, dressant une longue liste d’épitaphes latines. Est-ce une sorte d’ultime hommage à un monde révolu, la consignation pointilleuse des derniers vestiges du passé ? S’il y a bien repli sur des valeurs perçues comme menacées, la tentative de Quincarnon peut aussi se lire comme la volonté d’inculquer une norme, à la fois esthétique et morale. Face à l’intrusion de nouvelles catégories dans le langage épigraphique, il faut orienter la vue de chacun, la guider, l’éduquer. Face à l’expansion épigraphique qui risque de recouvrir les anciennes inscriptions prestigieuses, il faut affirmer que l’espace sacré est réservé aux puissants, énoncer ceux qui sont légitimes à s’offrir au regard (l’église métropolitaine peut se targuer de n’inscrire aucun « ignoble » à l’intérieur de ses murs, voire aucun laïc à l’exception de quelques élus), dans quel lieu (les deux édifices décrits sont les plus prestigieux de Lyon, Saint-Jean qui exerce une puissance tutélaire sur la ville depuis le Moyen Age76, et à laquelle tous les voyageurs consacrent au moins quelques lignes, Saint-Paul dont la terre sacrée est rappelée dès les premières pages77), dans quelle forme (la langue est latine). Il s’agit bien, d’une certaine manière, d’endiguer le flot des nouveaux venus par une série de sélections, de créer sur le papier des espaces graphiques funéraires « réservés », alors que la réalité de la pierre ne le permet plus.

Haut de page

Notes

1  Armando Petrucci, Le scritture ultime, Ideologia della morte e strategie dello scrivere nella tradizione occidentale, Torino, Giulio Enaudi Editore, 1995, 186 p., p. XIX (« l’apposizione di scritte sui depositi funerari è […] una pratica di viventi rivolta ad altri viventi ; ed è una pratica sostanzialmente e profondamente ‘politica’, rivolta a celebrare e ricordare il potere e la presenza sociale del gruppo, corporativo o familiare, cui il defunto apparteneva [e a confermare la ricchezza, il prestigio, la durata nel tempo, la forza vitale, la capacita di riproduzione e di espansione] »).

2  Roger Chartier, « La ville acculturante », in Georges Duby (ed.), Histoire de la France urbaine, tome 3, La ville classique. De la Renaissance aux Révolutions, Paris, Seuil, 1981, p. 221-292 ; du même, « Les pratiques de l’écrit », in Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, tome 3, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 1999 (1ère éd. 1986), p. 109-157 ; Daniel Roche, « Les pratiques de l’écrit dans les villes françaises du XVIIIe siècle », in Roger Chartier (dir.), Pratiques de la lecture, Paris, Payot et Rivages, 1993 (1ère éd. 1985), p. 201-263.

3  Anne Béroujon, L’écrit dans la ville. Espaces, échanges et identités à Lyon au XVIIe siècle, thèse dactyl., Université Lyon 2, décembre 2006, 622 p.

4  Arch. Dép. Rhône, 3H5, inventaire des Jacobins, f° 123 à f° 143 v°, sépultures et processions (sac Stephanus).

5  Michel Cormier, L’ancien couvent des Dominicains de Lyon, t. 2, Sépultures et processions, Lyon, Imprimerie E. Vitte, 1898, 421 p. La confrontation entre l’inventaire manuscrit des Jacobins de S.-A. Ramette et sa retranscription publiée par Cormier ne montre pas de différence. Seuls les dessins d’armoiries sont plus précis chez Ramette.

6  Si Ramette ne dessine pas l’intégralité de la pierre tumulaire, il représente les armoiries et donne suffisamment d’éléments descriptifs pour que l’on puisse les imaginer, au moins dans les grandes lignes. Par ailleurs, les gravures d’épitaphes de l’épigraphiste Auguste Allmer, conservateur des musées d’épigraphie, de numismatique et de sigillographie de Lyon en 1878, faites pour plusieurs édifices cultuels lyonnais de l’époque médiévale et moderne (Bibliothèque de l’Académie de Lyon, Inscriptions de Lyon, ms 341) permettent de compléter sa description, la conception des tombeaux ne devant pas beaucoup différer d’une église à l’autre. Enfin, les quelques épitaphes posées dans d’autres églises et mentionnées dans les archives lyonnaises autorisent des compléments d’analyse.

7  Tombe du chanoine Raymond Liatard, à Saint-Jean, 1313, et de Hubert de Mieuciaco, à Saint-Irénée, 1347 (in Auguste Allmer, op. cit., p. 54, p. 128).

8  Il faut préciser qu’on ne connaît pas le laps de temps qui s’écoule entre la mort des personnages et la réalisation de leur pierre tumulaire.

9  Michel Cormier, op. cit., p. 2 (« Ici repose Frère Raymond, jadis sacristain de la primatiale de Lyon, qui mourut l’année du Seigneur 1222 [erreur de date]9e jour avant les calendes d’octobre »).

10  Ainsi, le chevalier Etienne de la Poype est représenté avec deux femmes à ses côtés, beaucoup plus petites que lui, qui figurent ses épouses, dont une seule a son nom gravé sur l’inscription (Michel Cormier, op. cit., p. 36).

11  Même si le pied de roi est de 0,32 m., on a préféré calculer le rapport à partir des quelques pierres pour lesquelles on disposait de l’original et de la mesure citée par Ramette : il est environ de 30 cm.

12  Michel Cormier, op. cit., p. 20.

13  Ibid., p. 29.

14  « L’année du Seigneur 1287, au mois d’octobre, le 13 avant les calendes de novembre, jour de la lune, durant la veille du saint Voyageur et Confesseur [ ?], mourut Jean de Forisio […] ».

15  On ne sait de quand date la réalisation de la pierre. Ramette indique qu’elle est doublée par une autre, de marbre, au XVIIe siècle, qui est la seule à subsister au moment où il écrit (Michel Cormier, op. cit., p. 3-4).

16  Ibid., p. 53-54.

17  Ibid., p. 61. On peut traduire le texte ainsi : « À Marie de Medicis, épouse la plus douce, remarquable par sa beauté, sa naissance, sa chasteté, Lionet Rossi, florentin, a édifié cette tombe. Elle vécut 22 ans, trois mois, douze jours. Elle est morte le 5 des ides de mars de l’année 1479 ».

18  Ibid., p. 58.

19  La tombe de Richard Tiebely datée approximativement de la fin du XVe siècle porte du texte en français dans le cadre (« Cy gist honneste homme… ») et au haut de la pierre. En dessous devait être une image, même si on n’en a pas la certitude (la pierre est cassée sous le texte : Ambroise Comarmond, Description du Musée lapidaire de la ville de Lyon, Lyon, Imprimerie F. Dumoulin, 1846-54, p. 104). La pierre tumulaire de Jean de Bames et Beraude Chol, morts en 1462 et 1476, n’est également que texte. Petite (56 cm par 70), encastrée dans le mur de la chapelle Saint-Jean Baptiste qu’ils avaient fondée, elle porte en écriture gothique abrégée un texte qui débute par « Sub tumulo ate… », décline le titre de docteur ès loi de Jean de Bames, la fondation de la chapelle, d’une messe perpétuelle, les dates de décès et se clôt par la formule « quorum animae per dei misericordiam requiescant in pace. Amen » (Alphonse Sachet, Le pardon annuel de la Saint-Jean et de la Saint-Pierre à Saint-Jean de Lyon, 1329-1790, t. 1, Lyon, Imprimerie P. Grange et cie, 1914-18, p. 53).

20  Armando Petrucci, Jeux de lettres, formes et usages de l’inscription en Italie (XIe-XXe siècles), Paris, Ed. de l’EHESS, 1993, p. 44.

21  Michel Cormier, op. cit., p. 86.

22 Ibid., p. 89.

23  Auguste Allmer, ms cit., p. 92.

24  Michel Cormier, op. cit., p. 91-92.

25  A partir des indications données par Ambroise Comarmond, op. cit. : soit 10 tombes, 6 pour les deux premiers siècles, 4 pour le XVIe siècle (la tombe de Françoise de Clermont, hors norme, exclue).

26  Jacob Spon, Recherche des antiquités et curiosités de la ville de Lyon, Ancienne Colonie des Romains & Capitale de la Gaule Celtique, avec un Mémoire des Principaux Antiquaires et Curieux de l’Europe, Lyon, A. Cellier fils, 1675 [1ère éd. 1673], 234 p., p. 151 ; Antoine Furetière, Le roman bourgeois, Paris, Flammarion, 2001 (1ère éd. 1666), 322 p. : décrivant la bibliothèque d’un des partis de Javotte, l’avocat Jean Bedout, d’une grande avarice, il écrit : « La seule chose où il s’efforçait de faire dépense était en bibliothèque. Il avait tous livres d’élite ; je veux dire qu’il choisissait ceux qui étaient à meilleur marché. Un même auteur était composé de plusieurs tomes d’inégale grandeur, d’impression, de volume, et de reliure différente ; encore était-il toujours imparfait. Entre les caractères, ceux qu’il estimait le plus c’étaient les gothiques, et entre les reliures celle de bois » (p. 138).

27  Michel Cormier, op. cit., p. 4.

28  Les modèles de pierre, schématisés d’après les indications de Michel Cormier, ne tiennent pas compte des proportions, ni des types de caractères, faute de précision (l’auteur, on l’a dit, se contente d’établir une distinction entre « gothique » et « beaux caractères »).

29  Michel Cormier, op. cit., p. 90.

30  Michel Cormier, op. cit., p. 93-94.

31  Ibid., p. 122 et p. 132-133.

32  Ibid., p. 138.

33  Remontrances du 8 octobre 1644 (ibid., p. 218). De même, le chapitre de Saint-Jean fait enlever la pierre posée par l’ecclésiastique Marc de Crémeaux, que ce dernier a dédiée à son oncle, parce qu’il n’en a pas eu avis. Ce n’est qu’après délibération que le chapitre accepte de voir l’inscription rétablie en sa place originelle, sur la porte de clôture d’une chapelle de la cathédrale (altercation relatée par l’abbé Sachet, Le pardon annuel de la Saint-Jean, op. cit., p. 197).

34  Contrat du 11 décembre 1602 souscrit par Benoît Buron (Michel Cormier, op. cit., p. 140).

35  Ainsi Plaisance, veuve de Guichard, seigneur d’Anthon, prie par son testament de mettre après son décès son corps dans le cercueil où l’on mettait les religieux et de le couvrir du drap mortuaire qui leur servait (ibid, p. 21).

36  Acte notarié du 14 septembre 1475 (ibid., p. 66).

37  Alphonse Sachet, Les rôtisseurs de Lyon, Lyon, Ed. Cumin et Masson, 1920, p. 9 et sq.

38  43 épitaphes concernent le XVIIe siècle : 5 ressortissent au clergé, 4 à la noblesse, 3 à la robe, 2 aux professions libérales, 18 à la marchandise, 7 à l’artisanat, 4 à des professions indéterminées.

39  Michel Cormier, op. cit., p. 290-291 (contrat pour une pierre tombale du 4 juin 1677).

40  Ibid., p. 192.

41  Cela participe d’une même attitude, qui réagit à la domination du latin (positionnement alors que le rapport de forces est déjà établi).

42  On ne dispose pas d’étude sociale sur les écoliers de la Trinité, faute de source. Mais le Journal de recettes et de dépenses de l’année 1789-1790 permet d’avancer que les milieux du négoce et de la robe sont représentés au collège (Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, Les Collèges français, XVIe-XVIIIe siècle, Répertoire 1 : France du midi, Paris, INRP-CNRS, 1984, 759 p., p. 378-397, p. 389).

43  « è chiaro che l’alfabetismo in senso proprio, la literacy ha un ruolo importante nel determinare e differenziare tipologia, destinazione e uso dei segni urbani. Ma è altrettanto chiaro che proprio il carattere socialmente selettivo della cultura alfabetica lascia spazio a codici comunicativi diversi dalla scrittura, che convivono e si intersecano con essa, talvolta la sostituiscono : come quando l’analfabeta è perfettamente in grado di intendere il valore rappresentativo e ideologico dell’epigrafe monumentale come espressione di un potere – tanto per esemplificare su un oggetto che è, apparentemente, soltanto scritto (e, di solito, in lingua latina) » (Attilo Bartoli Langeli, Daniele Marchesini, « I segni della città : Parma nell’antico regime », Storia Urbana, n°34, janvier-mars 1986, p. 5-9, p. 8).

44  Contrat du 7 mai 1612 (Michel Cormier, op. cit., p. 162).

45  Ibid., p. 167 : « Cy gist la sépulture de honorable Jean Mangu, marchand tonnelier, citoyen de Lyon, qui décéda le 5e juillet 1614, et de honeste Etiennette Gallichet, sa femme, laquelle décéda le .... et de Isabeau Mangu, leur fille, laquelle décéda le ... ».

46  Arch. Charité, G 164, 12 décembre 1619, testament olographe de Claude Dupré.

47  Arch. Charité, B 95-4, testament de Théodore de Chalon.

48  Contrat du 10 mars 1635 souscrit entre le couvent des Jacobins et le notaire royal et secrétaire du couvent Guillaume Girardon (Michel Cormier, op. cit., p. 208).

49 Ibid., p. 186.

50 Ibid., p. 138-139.

51  Jacob Spon, op. cit. p. 153.

52  Arch. Mun. Lyon, BB 145, f°134 v°-135, 26 octobre 1609, mandement à Jacques Maury.

53  Si l’on apparente vaguement moriare à moror (tarder).

54  « Cy git noble dame Guigonne de Chaponay qui a été abbesse de céans, trente-cinq ans, est décédée le premier septembre M.vjc. xviij, aagée de quatre-vingts ans. 

En repos dessous cette lame,

Gissent les cendres d’une dame

Dont le renom vivra tousiours.

Elle a, à la fin de ces jours,

À nos coeurs sa vertu remise.

Nous, son corps au chœur de l’église » (Claude Le Laboureur, Les masures de l’Ile-Barbe, rééd. par Charpin-Feugerolles et G. Guigue avec des notes inédites, t. 3, Lyon, E. Vitte, 1895, 634 p., p. 550).

55  Ainsi de la tombe de Jean Thevenon et de sa femme Claudine Mallet, imaginée par leur fils :

« D.O.M./ Viatoris et Manum/ Dialogus./ […] / V. Cuique suum viventes dabant./ M. Cuique suum morientes dederunt […] » : « le dialogue du voyageur et des mânes./ […] / V. Vivants ils donnaient à chacun ce qui lui était dû/ M. Mourants ils donnèrent à chacun ce qui leur était dû (Michel Cormier, op. cit., p. 138-139).

56  Ibid., p. 236-238.

57  Jeu sur les temps, lexique de l’anéantissement corporel (cendre, vapeur, néant).

58  Calculs approximatifs permis par les indications de dimensions fournies par Ramette pour chaque pierre tumulaire et par la précision de son plan d’église.

59  Michel Cormier, op. cit., p. 226.

60  Ibid., p. 210, p. 295, p. 254.

61  Contrat du 23 juin 1634, par lequel Jean de La Forest aurait prié les pères du couvent de lui octroyer une cave construite depuis un mois à cet effet, sous l’offre qu’il a faite de leur payer pour une fois la somme de 180 livres (ibid., p. 206-207).

62  Charpin-Feugerolles, op. cit., p. 184-190.

63  Edouard Lejeune, La saga lyonnaise des Gadagne, Lyon, ELAH, 2004, 173 p., planches n°70-71.

64  Lettre du 28 avril 1660, citée par Paul Allut, Recherches sur la vie du P. Ménestrier, Lyon, Louis Perrin, 1856, 375 p., p. 298.

65  Sr de Quincarnon, Les antiquitez et la fondation de la metropole des Gaules ou de l’Église de Lyon et de ses chapelles, Lyon, M. Liberal, 1673, 115 p., p. 92.

66  Il ne semble pas, même si l’on manque d’originaux et de reproductions pour le XVIIe siècle, que le baroque et ses contours sinueux, ses trompe-l’œil qui dissimulent l’écrit, dispersé en plusieurs endroits, ainsi que l’a montré Armando Petrucci pour Rome et Florence (Armando Petrucci, « I teatri del dolore », in Le scritture ultime, p. 119-130), s’affirme dans les églises lyonnaises pour les inscriptions permanentes, sinon sur de rares pierres, comme celle de Jacques Mory, ou, de manière épisodique, dans les banderoles en forme de devise qui surmontent l’armoirie, la polychromie qui gagne les tombes de quelques personnages illustres, lettres d’or et marbre noir.

67  Michel Cormier, op. cit., p. 235-236.

68  Ibid., p. 4.

69  Couvent des Jacobins exclu (Anne Béroujon, op. cit., p. 566-585 : sources).

70  Cette dernière église étant particulièrement touchée : elle comprend les épitaphes d’un capitaine pennon de la Pêcherie, de marchands (teinturier, grenetier, marchand de blé, bourgeois, citoyen), d’un chirurgien, d’une femme, de deux maîtres architectes, apposées entre 1609 et 1687 (« Inscriptions lyonnaises », Archives historiques et statistiques du département du Rhône, volume 13, 1831, p. 320-330).

71  Philippe Ariès, Images de l’homme devant la mort, Paris, Seuil, 1983, 276 p., p. 50 et sq.

72  Armando Petrucci, Le scritture ultime, op. cit., p. 131-132.

73  J. Weever estime qu’à la hiérarchie sociale devrait correspondre une exacte hiérarchie funéraire, les personnes du peuple ne pouvant qu’être enterrées sans tombe, les propriétaires avec une stèle, les gentlemen avec leur effigie sculptée sur piédestal, les nobles, les princes et les rois avec leur statue et une épitaphe qui exalte leur valeur et leur vertu (ibid., p. 131).

74  Sr de Quincarnon, s. d. (vers 1682), réédité à Lyon, H. Georg, libraire-éditeur, 1882, 158 p.

75  Claude-François Ménestrier décompte 116 relations d’obsèques publiques parues jusqu’en 1684 (Armando Petrucci, Le scritture ultime, op. cit., p. 124).

76  André Pelletier, Jacques Rossiaud, Histoire de Lyon de l’antiquité au Moyen Age, Lyon, Horvarth, 1990, 478 p., p. 358 et sq.

77  Sieur de Quincarnon, La fondation…, op. cit., p. 17-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Béroujon, « La présence scripturaire des morts », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/271 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.271

Haut de page

Auteur

Anne Béroujon

Université Pierre Mendès France Grenoble Équipe Ville, LARHRA UMR 5190

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org