Navigation – Plan du site
Articles

État calviniste et société multiconfessionnelle à l’aune de récits français dans le contexte de la Révolte (1568-1648)

L’exemple des Pays de la Généralité après la prise de Bois-le-Duc (1629)
Andreas Nijenhuis
p. 45-102

Résumés

La République des Provinces-Unies se détache des Pays-Bas espagnols au cours de la Révolte (1568-1648), longue lutte aux dimensions politiques et religieuses entremêlées. Il s’agit d’un État confessionnel, réservant le culte public à l’Église calviniste. Toutefois, la société de ce pays carrefour demeure multiconfessionnelle. Aux Pays de la Généralité, la population est, par exemple, très majoritairement catholique. Le siège et la conquête de la ville épiscopale de Bois-le-Duc en 1629 montrent avec acuité l’aspect religieux de la guerre aux Pays-Bas. S’appuyant sur des sources françaises, dont des lettres de Turenne, alors jeune soldat dans l’armée des États, ce texte analyse la politique religieuse des Provinces-Unies dans un contexte de conflit.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  

Si on doute de la duree de cette Republique, ell’est eternelle, puisqu’ell’a Dieu pour fondateur, & la Religion pour fondement. Si on mesure sa grandeur par celle de la mer, où elle commande ; elle est des plus grandes : si on compte ses annees par ses victoires ell’est des plus anciennes. Son peuple est celui qui a esté nommé autresfois le frere des Romains, & aujourdhui heritier de leur vertu, produit des courages, qui ne font rien qui ne merite destre escrit, & des esprits qui n’escrivent rien qui ne merite d’estre lu. Les Romains comme leurs freres ne les ont jamais fait servir, les Espagnols ne l’ont pas pu faire comme leurs maistres. Concluons hardiment, que ceste liberté qui se rencontre si souvent en ce discours ne finira point qu’a la fin de la Republique ; & que ce peuple ne sera plus, ou sera tousjours libre1.
Jean Louis Guez de Balzac (1595-1654)

1Dans les décors peints de la grande galerie de Versailles, les Provinces-Unies apparaissent comme le double spéculaire de la France. L’allégorie de la République est ornée d’une parure hautaine, brodée d’or, qui doit dissimuler sa nature plébéienne, tandis que la France est associée à la figure gracieuse du jeune Louis XIV dotée des attributs royaux.

2Au temps du Roi Soleil, les relations entre la France et les Provinces-Unies sont dominées par l’opposition opiniâtre des deux pays. Les guerres, qu’il s’agisse de la Guerre de Hollande (1672-1678), de la Guerre de la Ligue d’Augsbourg (1688-1697), ou de la Guerre de Succession d’Espagne (1701-1714), ont accrédité l’idée d’une opposition diamétrale des deux puissances. Les propagandes respectives, de la grande galerie à Versailles aux libelles et autres « pasquilles » néerlandais, ont figé les perceptions réciproques négatives de la fin du XVIIe siècle. La Guerre de Succession d’Autriche (1740-1748) ravive une nouvelle fois l’animosité au xviiie siècle.

  • 2  « […] la rétrospection crée une illusion de fatalité qui contredit l’impression contemporaine de c (...)
  • 3  Le XVIIe siècle (courant jusqu’à la mort de Louis XIV) compte 27 ans de guerre ouverte entre la Fr (...)
  • 4  Le Lorrain Jean-Nicolas de Parival (1605-après 1667), installé à Leyde depuis 1624, constate en 16 (...)

3Toutefois, cette illusion rétrospective de fatalité, pour emprunter la formule de Raymond Aron, est trompeuse2. La réalité est plus contrastée, ne serait-ce que dans le domaine diplomatique. Les périodes d’alliance et de collaboration militaire, pendant la Révolte ou Guerre de Quatre-Vingts Ans (1568-1648), et la Guerre de Trente Ans (1618-1648) notamment, excèdent largement l’ère antagonique3. Dès 1592, la France est la première puissance à nouer des contacts diplomatiques officiels avec la République naissante, et la Triple Alliance conclue en 1596 à La Haye entre la France, l’Angleterre et les Provinces-Unies inaugure plus d’un demi-siècle de relations étroites entre les deux pays, dans le contexte d’une lutte tenace contre l’ennemi commun, la Maison de Habsbourg4.

  • 5  Jean Louis Guez de Balzac, op. cit., p VI.

4L’entente cordiale franco-néerlandaise coïncide avec une période fondamentale pour la République, celle de sa création au cours de la Révolte (1568-1648). Cette longue période de guerre civile donne naissance à un État confessionnel, avec « Dieu pour fondateur, & la Religion pour fondement »5 comme l’affirme éloquemment Jean-Louis Guez de Balzac, catholique insoupçonnable de sympathies calvinistes.

  • 6  Henri de Rohan, Voyage du Duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, Allemaigne, Pays-Bas Uni, A (...)

5Si « la Hollande, qui est la meilleure Province des Estats unis »6, offre dès l’aurore du siècle le visage d’une société prospère, la République n’en demeure pas moins un État en guerre. À l’Est (sièges de Bredevoort de 1607, d’Oldenzaal et de Groenlo (ou Grolle) en 1626 et 1627, irruption hispano-impériale en 1629, occupation rhénane de 1635) et dans le Sud (conquête de parties de la Flandre, du Brabant, de la Haute Gueldre, et du Limbourg), la guerre fait rage. Exception faite de la Trêve de Douze Ans, sièges et campagnes opposant la République calviniste aux Pays-Bas catholiques se succèdent jusqu’à la Paix de Westphalie [Figure 1].

  • 7  S’agissant de territoires non signataires de l’Union d’Utrecht de 1579, les pays suivants sous aut (...)

6La dimension confessionnelle du conflit est particulièrement perceptible dans les provinces qui n’appartiennent pas à l’Union d’Utrecht de janvier 1579, et partiellement conquises sur les Espagnols au cours du conflit. Ces territoires de la Flandre, du Brabant et du Limbourg occupés à l’époque de Maurice d’Orange (1567-1625) et de Frédéric-Henri d’Orange (1584-1647) ne sont pas représentés dans les instances confédérales de la République. Dépendant des États-Généraux, ces régions sont appelées les Pays de la Généralité. À la fin de la Révolte, ils consistent en des parties de la Flandre et du Brabant, ainsi que la région de Maëstricht (en condominium avec la principauté de Liège)7. La conquête de ces territoires, peuplés très majoritairement de catholiques, s’apparente à une « réduction » : là où l’autorité de la République s’établit, le culte public catholique est interdit.

Figure 1 - Les Provinces-Unies en 1648.

Figure 1 - Les Provinces-Unies en 1648.

Tous les voyageurs ayant laissé un récit de voyage ont visité la Hollande, et notamment Amsterdam. Trois voyageurs ont traversé les provinces d’Utrecht et de la Gueldre (Bénard, Joly, Le Laboureur) ; les provinces de Groningue (Rohan, Le Laboureur), d’Overijssel (Joly, Le Laboureur) et de Zélande (Rohan, Boullaye le Gouz), ainsi que les Pays de la Généralité (Joly, Le Laboureur) ont reçu deux voyageurs ; la Frise (Rohan) et la Drenthe (Le Laboureur) ont accueilli un voyageur chacune.
Les itinéraires des volontaires français au siège de Bois-le-Duc n’ont pas été indiqués. Turenne s’y rend au sein de l’armée, depuis sa garnison de La Haye ; Caumont visite Amsterdam avant de se rendre au Brabant.

Cartographie Andreas Nijenhuis.

  • 8  La devise de la République est empruntée à Salluste (86-35 av. J.C.), Bellum Iugurthinum, X : « na (...)

7Le fonctionnement religieux pluraliste de la République, capable d’assurer à la fois les échanges économiques extérieurs et la concorde civile intérieure, conformément à sa devise « Concordia res parvæ crescunt »8, trouve ses limites dans les Pays de la Généralité. La politique coercitive à l’égard des catholiques, en vigueur pendant le conflit, et même jusqu’à la Guerre de Hollande, ne laisse guère que la liberté de conscience à des citoyens privés de droits civiques et politiques.

8Motivations, opérations militaires et faits de guerre, et conséquences d’ordre religieux caractérisent la Révolte. Ce texte propose l’analyse thématique de la perception de ce triptyque propre à la Révolte, telle qu’elle apparaît au détour d’écrits de voyageurs et d’acteurs français du drame. Le siège de Bois-le-Duc, entre mai et septembre 1629, fournit un exemple emblématique du conflit, et de ses conséquences en matière de cohabitation confessionnelle, notamment dans les Pays de la Généralité.

  • 9  « SIRE, la connexité des affaires de Vre Majesté avec les nostres nous a faict évidament appercevo (...)
  • 10  La correspondance du duc de la Force est publiée au XIXe siècle : Marquis de la Grange, Mémoires a (...)
  • 11  Le voyage de Rohan, entamé en mai 1600, a fait l’objet d’une publication posthume chez Elzévir à A (...)
  • 12  Dès le XVIIIe siècle, les écrits de Turenne sont rassemblés : Philippe-Henri de Grimoard, Collecti (...)

9En vertu de leur alliance, les contacts se multiplient entre la France et les Provinces-Unies. En l’absence d’une frontière commune, le contact bilatéral repose essentiellement sur le voyage. Au cours de la première moitié du xviie siècle, la nature des voyages évolue sensiblement. Dans la phase civile du conflit surtout, lorsque la rupture entre la « Belgica fœderata » et la « Belgica regia » est définitivement consommée, mais que la jeune République demeure encore fragile, le militantisme coreligionnaire motive une partie des déplacements. À l’époque d’Henri IV et de Louis XIII, la « connexité des affaires »9 française et néerlandaise entraîne l’afflux de calvinistes français, comme le maréchal Jacques Nompar de Caumont (1558-1652)10, Henri II de Rohan (1579-1638)11, ou encore Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne et futur génie militaire français (1611-1675)12, ainsi qu’une foule de volontaires, parfois anonymes, n’ayant pas laissé de traces écrites.

  • 13  Le récit du voyage de Bénard, présent aux Pays-Bas en 1617, paraît à Paris dès 1621 : Nicolas Béna (...)
  • 14  Le récit de Joly est publié un quart de siècle après le voyage : Claude Joly, Voyage fait a Munste (...)
  • 15  Dans la foulée de son périple, Boullaye le Gouz publie son journal à Paris : François Boullaye-le- (...)
  • 16  Entre le 22 décembre 1645 et le 8 janvier 1646, Le Laboureur parcourt, dans la suite de Renée du B (...)

10Dès la Trêve de Douze Ans (1609-1621), alors que la République est à l’orée de son Siècle d’Or, le voyage d’agrément prend le relais. Grâce à l’extraordinaire épanouissement du nouvel État, les Provinces-Unies deviennent une étape incontournable des voyages éducatifs, y compris pour des catholiques comme le pèlerin Nicolas Bénard (né en 1596)13, le chanoine Claude Joly (1607-1700)14, François de la Boullaye le Gouz (vers 1610-1664)15, ou Jean le Laboureur (1623-1675)16, futur aumônier du roi. La vogue des récits de voyage, notable dès le milieu du siècle, reflète le développement du « tourisme » mondain.

11Les voyages ont été effectués, entre 1600 et 1650, par des Français de confession aussi bien catholique que protestante. Des correspondances privées et des récits de voyage publiés entre 1621 et 1670 rendent compte des impressions glanées dans la République. Pris individuellement, ces textes n’offrent qu’un témoignage parcellaire ; l’intérêt naît de la convergence de leurs sujets.

12La finalité du récit de voyage, censé fournir à la fois des informations utiles au voyageur et des agréments exotiques au lecteur sédentaire, explique la ressemblance formelle des narrations couvrant une variété de voyages dans des contextes différents. Le caractère descriptif, égrenant les villes parcourues, ne laisse de prime abord que peu de place à des réflexions plus personnelles. Les considérations politiques et militaires se devinent au détour des exposés d’ordre historique et géographique qui font invariablement partie de ces écrits. La correspondance privée, généralement de caractère familial, donne davantage un aperçu de la vie quotidienne, voire banale, que des analyses politiques ou religieuses.

  • 17  Joly, op. cit.,p. 116.

13Dans ces deux genres d’écrits, dominés par des nobles et des hommes de lettres, la religion même n’est souvent qu’« une question incidente »17. Toutefois, l’altérité religieuse forme, en ce qu’elle représente de « curieux », un élément prisé des récits de voyage. En outre, sous l’Ancien Régime, la confession est constitutive de l’identité, tant chez le voyageur que dans le pays d’accueil. Si bien que « dans la vérité on ne sçauroit jamais trop éclaircir & trop fermement appuyer ces matieres de Foy si importantes, quand l’occasion s’en presente. »

14L’expérience « immersive » du voyage confronte donc l’identité confessionnelle du voyageur au fonctionnement religieux du pays d’accueil. Est-ce que la religion fonctionne comme grille de lecture, induisant une spécificité de la perception du pays en fonction de l’appartenance religieuse ? Ou bien, est-ce que le jugement politique, voire l’appartenance à une nation, l’emporte sur la dimension confessionnelle ?

L’État confessionnel en guerre. La révolte dans les récits de voyage

  • 18  Rohan, op. cit., p. 165.

15Depuis Amsterdam, qui, dès le début du xviie siècle, « s’en va estre une des belles villes du monde »18, les rigueurs de la guerre ne sont guère perceptibles. Toutefois, la Révolte est intimement liée à la République, et les frontières mêmes de la République sont en constante évolution durant le conflit. L’empreinte du conflit est tangible dans les relations de voyage.

Dimensions politique et religieuse restituées

  • 19  Henri Brederode (1531-1568) a été, au cours des années 1560, l’un des membres les plus actifs, et (...)

16Vers la toute fin de la guerre, Jean le Laboureur (1623-1675), généalogiste et futur ecclésiastique originaire de Montmorency, a traversé les Pays de la Généralité et le cœur de la République. Faisant partie d’une mission diplomatique française en route pour la Pologne, il sillonne, entre décembre 1645 et janvier 1646, les routes de la République du Brabant à la province de Groningue. Le jour de Noël 1645, la compagnie fait un bref séjour dans la propriété des Brederode, l’une des familles initiatrices de la Révolte au xvie siècle19. À cette occasion, le jeune homme donne, dans son Histoire et relation du Voyage, une analyse incisive des origines du conflit :

  • 20  Le Laboureur, op. cit., p. 61-62.

Ce fut en cette maison de campagne [à Vianen, en Hollande] ; que l’on peut dire le berçeau de la Republique Holandoise ; que se firent les assemblées des nobles des Pays-bas, que la tyrannie des Ministres d’Espagne obligea de hazarder leur salut, & celuy de tant de peuples, pour conserver sa vie, & pour vanger sa liberté. Henry Seigneur de Brederode, l’un des plus considerables pour sa naissance, qu’il tiroit des anciens Comtes de Hollande, […] presta son nom & sa maison à cette conjuration ; quand les Espagnols, qui cherchoient un pretexte pour enchaisner les Flamens & Hollandois, voulurent introduire aux Pays-bas la nouvelle cabale des juges de l’Inquisition, dont l’institution en Espagne fut moins une intention Chrestienne qu’un stratageme de Politique, pour se defaire plus facilement des Grands, dont la puissance seroit redoutable, sous pretexte de crime de Religion. Ils avoient desja fort avancé dans les Pays-bas par la creation d’un grand nombre d’Evesques, pour faire ce nouveau party : ne doutans pas qu’ils ne fussent bien aises d’avoir occasion de gourmander les Nobles, & de partager leur authorité ; mais le mesme motif de Religion seul capable pour lors de défendre ceux-cy, eut le sucez que nous voyons20.

17Soulignant la corrélation des dimensions politique et religieuse du conflit, Le Laboureur résume ainsi la suite de la Révolte :

  • 21  Ibid., p. 62.

Apres s’estre en vain opposez à l’establissement de l’Inquisition, ils demanderent la liberté de conscience, & firent semer par tout les opinions de Luther & Calvin, que le peuple animé receut d’abord comme par desespoir & par despit : eux-mesmes les embrasserent : leurs domestiques & leurs subjets firent de mesme pour la pluspart, la nouvelle Religion fut en moins de rien establie, le peuple armé, la Republique des Estats commencée, & depuis affermie21

  • 22  Le Laboureur [Henri de Boulainvilliers (1658-1722)], Histoire du gouvernement de la France ; de l’ (...)

18Est-ce cette lecture des libertés traditionnelles qui a fait de Le Laboureur le prête-nom de certains opposants à l’absolutisme à l’époque de Louis XV ? Une Histoire du gouvernement de la France ; de l’origine et de l’autorité des pairs du royaume et du parlement. Par M. Le Laboureur, prônant une part plus importante pour l’aristocratie dans l’exercice de la souveraineté, paraît pendant la Guerre de Succession d’Autriche22.

  • 23  Bénard, op. cit., p. 631. Cf. Rohan, op. cit., p. 1 : « je voulois aller voir l’Empire des Turcs : (...)

19À l’opposé de cette analyse éminemment politique de Le Laboureur, le voyageur catholique Nicolas Bénard retient essentiellement, dans son Voyage de Hierusalem publié en 1621, la propagation de « la fausse opinion & erreur de Luther & Calvin lesquels avec leurs compagnons & disciples ont presque infecté toute la Hollande & l’Allemagne au grand regret de bons catholiques »23.

  • 24  Le portrait gravé en médaillon par Jasper Isaac à la suite du « Discours au lecteur », représente (...)
  • 25  Bénard, op. cit., p. 596.
  • 26  À Nimègue, le voyageur dénombre « six compagnies françoises », la moitié de la garnison, Bénard, o (...)

20L’ironie dont l’histoire a le secret détourne le pèlerin Bénard de sa route vers la France, l’obligeant à passer de la Terre Sainte à la République calviniste, en passant par l’Empire à la veille de la Guerre de Trente Ans. Le Parisien, né vers 1596, traverse les Provinces-Unies en septembre 1617 « au Printemps de mon aage »24. Faisant route avec « un honneste homme Sergent d’une compagnie qui venoit de la guerre de Piedmont, & avec un bon passeport s’en vouloit retourner à la ville de Nimegue en Hollande 25», il est aux Pays-Bas (« Holande et Flandre ») pendant l’accalmie de la Trêve. La compagnie du militaire français au service de la République sensibilise peut-être le voyageur aux choses militaires, puisqu’il relève systématiquement la présence de garnisons françaises dans les villes de la République qu’il traverse26. À Nimègue, en Gueldre, il souligne :

  • 27  Bénard, op. cit., p. 629. Pendant la Trêve, la République et l’Espagne s’opposent lors de la Guerr (...)

Il ne se faut point esmerveiller s’il y a si grande garnison, car à la distance de demie journee de là est la ville de Weesel dans laquelle y a pres de quatre mille Espagnols en garnison comme dit est : & ainsi ces deux villes voisines ennemies l’une de l’autre à cause de la religion diverse se tiennent nuict & jour sur leur garde comme en temps de guerre ouverte27.

21La visite de l’ancienne ville archiépiscopale d’Utrecht, où le culte catholique est interdit depuis 1580, aux lendemains de l’Union d’Utrecht de janvier 1579, inspire de nouveaux regrets au pèlerin. L’auteur fait abstraction des motivations politiques de la Révolte, réduisant le conflit à une guerre de religion. Il relate :

  • 28  Bénard, op. cit., p. 632-633.

mais comme la zizanie de la fausse doctrine & heresie eut prins fondement tant en Allemagne, Hollande, Zelande qu’en d’autres divers lieux, Utrecht s’est ressentie des premieres de ceste contagieuse maladie de l’ame & ayant secoüé le joug & l’obeyssance du Roy d’Espagne, [les États d’Utrecht] ont toujours esté depuis comme encores ils sont sous la protection des estats de Hollande duquel pays ils sont tous joignans & voisins, & neantmoins ont un estat & seigneurie [indépendants]28.

  • 29  Joly, op. cit., p. X.

22Trente ans plus tard, un autre Parisien, le chanoine Claude Joly, a voyagé aux Provinces-Unies. Présent à Munster lors du congrès diplomatique préparant les Traités de Westphalie, l’ecclésiastique s’est rendu deux fois dans la République, en 1646 et 1647. Malgré l’intention, annoncée dans la préface de son Voyage fait à Munster en Westphalie, « de conserver les marques de la joye publique des peuples, qui leur rendoient ces honneurs avec une allegresse incroyable, dans l’esperance qu’ils avoient d’une prochaine Paix »29, le livre de Claude Joly ne comporte guère de références à la guerre. Dans la narration de son premier voyage dans la République, effectué en août et septembre 1646, il évoque toutefois la « tyrannie Espagnole ». L’homme d’église décrit, dans un style sobrement descriptif,

  • 30  Ibid., p. 142. Joly visite Delft le 4 septembre 1646.

le tombeau de Guillaume d’Orange, que les Hollandois tiennent pour leur liberateur de la tyrannie Espagnole ; lequel y fut assassiné dans la maison des Anglois de trois Balles de mousquet, le 10 juillet de l’année 1584. Il est representé en marbre en deux façons, premierement couché tout de long sa femme à costé & encore en son seant & armé, dessous un toict soustenu de quatre colomnes, où il y a quatre statuës de femmes, qui representent des vertus30.

  • 31  Bénard, op. cit., p. 641. La désignation de Bénard est une synthèse entre la nouvelle destination (...)
  • 32  Le monument funéraire de Guillaume d’Orange est dessiné par Hendrick de Keyser (1565-1621), et con (...)
  • 33  Bénard, op. cit., p. 629.
  • 34  Ibid., p. 639. Frédéric-Henri hérite de la Principauté d’Orange de son demi-frère aîné, Philippe G (...)

23Nicolas Bénard, qui a passé l’après-midi du 9 septembre 1617 à Delft, ne cite à cette occasion ni Guillaume d’Orange, ni son tombeau. Le texte mentionne bel et bien le « temple de sainct Ursule31 », qui en est l’écrin, mais fait l’impasse sur le tombeau qui se construisait alors en lieu et place de l’ancien autel principal32. La lacune est peut-être imputable à la brièveté du séjour à Delft, mais il est vraisemblable qu’il s’agisse d’une omission délibérée sous la plume du pèlerin. Le « Comte33 » ou « Prince34 » Maurice, fils du pater patriæ et chef politique de la République à cette époque, est pourtant mentionné dans l’ouvrage.

  • 35  Rohan, op. cit., p. 1. Rohan, né le 25 août 1579, a vingt ans au début de son voyage.
  • 36  Ibid., p. 156. L’adjectif gentil s’entend à cette époque comme dans gentilhomme : noble et vaillan (...)

24À l’opposé des catholiques Bénard, Joly et Le Laboureur se trouve le futur chef du parti huguenot français, Henri II de Rohan. Le vicomte, futur gendre de Sully (1559-1641), a voyagé au cours de sa jeunesse dans les provinces maritimes des Provinces-Unies, « me voyant inutile en France la paix estant faicte, & mon peu d’aage plus propre à apprendre qu’à servir pour l’heure la patrie35. » Son Voyage se réfère sans cesse aux événements survenus lors de la Révolte, encore toute récente. Lorsque le Breton entame son périple en mai 1600, les campagnes dans les provinces orientales (1590-1597) sont encore dans toutes les mémoires. La bataille de Nieuport, l’une des rares batailles rangées d’une guerre essentiellement faite de sièges, a même lieu pendant le voyage de Rohan. Le « si gentil Capitaine36 » Maurice d’Orange, célébré par l’auteur, bat en juillet 1600 l’armée du gouverneur des Pays-Bas, Albert d’Autriche (1559-1621) au cours d’une incursion dans les Pays-Bas espagnols.

  • 37  Henri de Rohan, Voyage du Duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, Allemaigne, Pays-Bas Uni, A (...)

25Rohan a, lui aussi, visité la ville de Delft. Dans la relation de son voyage au « Pays-Bas Uni »37, il évoque l’assassinat du prince :

  • 38  Rohan, op. cit., p. 172.

La mort du Prince d’Orenge qui fust en ceste ville [de Delft], me fera en finissant la description d’icelle, remarquer la meschanceté du Roy d’Espaigne, qui n’estant encor rassasié des cruautés qu’avoit exercées le Duc d’Albe en ce pays, le fit tuer en trahison38.

26Intarissable au sujet des Espagnols qu’il avait combattus, dès l’âge de dix-huit ans lors du siège d’Amiens, le jeune homme rappelle sans cesse la « meschanceté du Roy d’Espaigne » et de ses généraux.

  • 39  Ibid., p. 166-167. Le « Duc d’Albe » en question est Fadrique (Frédéric) Álvarez de Toledo (1537-1 (...)

Je veux que Harlem serve encor d’exemple pour monstrer l’infidelité & cruauté des Espaignols, en estant picqué d’une juste douleur. Car apres qu’ils eurent soutenu un tres long siege, avec l’ayde particulierement de cinq ou six cents François qui y avoyent esté mis, apres toute extremité ils se rendirent au Duc d’Albe, la vie sauve ; lequel contre la foy promise & d’une cruauté plus que barbare, les fit tous desarmer & tuer de sang froid dans la grande Eglise (qui est fort belle) sans respecter le lieu ; ne craignant pour une si belle œuvre polluer leur temple : eux dis-je par hypocrisie le rebeniroient s’ils sçavoient qu’un de la religion y fust enterré39.

27Dans un bref rappel de l’histoire politique de la Frise, Rohan emploie également le terme de tyran, de manière moins circonspecte que Claude Joly, pour qualifier Philippe II (1527-1598) :

  • 40  Rohan, op. cit., p. 153. Les Ducs de Bourgogne s’établissent en Flandre dès 1384. L’année 1435 men (...)

Et finalement estant tombée & la Hollande & la Frize entre les mains du Duc de Bourgogne en l’an 1435, elle luy est demeurée jusques à le fin, dont Charles quint devenant heritier, puis apres son fils, non à l’imitation de Charles maigne, qui pour les remettre en la foy Chrestienne les conquist, mais tout au contraire leur voulant oster des cœurs la vraye Religion par bruslements & cruautés extraordinaires, les perdit, estant maintenant libres & unis aux sept autres Provinces, qui se maintiennent contre ce Tyran avec beaucoup d’ordre & de police40.

  • 41  Ibid., p. 161.
  • 42  Ibid., p. 162.

28Cette description de la Frise fait écho à celle de la Hollande, « tombée en la maison de Bourgoigne, & la maison de Bourgoigne en celle d’Espaigne ; qui l’ayant par leur cruauté perdue, elle est des premieres Provinces qui se soient mises en liberté, & la principale de tout le parti des Estats »41. Et le prince de Léon (en Bretagne) de conclure, triomphant : « Voila comme il n’y a rien de faible en ce monde »42.

Religion, tyrannie et résistance. Une mise en lumière des thèses « monarchomaques »

  • 43  Ibid., p. 247.
  • 44  Ibid., p. 247-248.
  • 45  Ibid., p. 156.

29Rohan oppose la « cruauté » du règne espagnol à la « liberté » acquise par la formation de la République, qui est typée comme une « Aristocratie. » L’auteur entreprend de « conferer » « la République de Venize qui est une partie de l’Italie à celle des Pays bas unis qui sont une partie d’Allemaigne »43. S’agissant de l’organisation politique des Provinces-Unies, « il faut noter qu’icelle Repub. n’est comme Venise, qui n’a qu’une seule ville pour chef ; mais que ce sont communautés ressemblantes à celles des Suisses44. » Dans son analyse, l’établissement de la liberté, dans ce cadre républicain, découle de la rébellion contre « le feu Roy d’Espaigne Philippe II »45. L’interaction entre la dimension confessionnelle et l’aspect politique de la Révolte, donne corps au principe d’une résistance légitime à un prince tyrannique.

  • 46  Le Laboureur, op. cit., p. 58. Le Laboureur fait étape à « Gorchum » [Gorcum ou Gorinchem] le 24 d (...)

30Ce discours est relayé par Le Laboureur, dont la Relation ne se réduit pourtant nullement à un panégyrique de la République et de ses habitants. Lors de son passage dans la ville hollandaise de Gorcum, à la lisière du Brabant, il note aussi, sensible aux mœurs : « Les habitants en sont rudes, & traittent assez inhumainement tous les passants »46. Sa toute dernière étape aux Provinces-Unies se fait en Groningue, à

  • 47  La référence aux Arabes, sans doute barbaresques, est à rapprocher de la crainte du Turc, vivace e (...)
  • 48  Le Laboureur, op. cit., p. 82-83. À Amersfoort, « Le premier jour de l’an mil six cens quarante-si (...)

Zuijdtbrouck [Zuidbroek], bourg un peu plus logeable [que « Frolle », qui est probablement Foxhol, à proximité], basti par cantons, dont tous les habitans sont plus barbares que les Arabes47. Ils ne vouloient recevoir personne, loüer d’escuries, ny vendre les provisions necessaires pour les hommes & pour les chevaux. Les civilitez, l’argent, ny les menaces ne pouvans rien, la force nous logea48.

  • 49  Le Laboureur, op. cit., p. 86. Le Laboureur décrit la province de Groningue comme faisant partie d (...)
  • 50  Boullaye le Gouz, op. cit., p. 470.

31Arrivé le lendemain 8 janvier 1646 à Emden en Frise orientale, le jeune voyageur compare ces habitants de l’Empire à ceux de la République qu’il vient de quitter : « Ces bonnes gens, qui boivent d’une eau plus douce que les Holandois & Frisons Occidentaux, sont aussi d’une humeur beaucoup moins austere, & n’ont aucun rapport de Religion, estans tous Protestans »49. Le « Calvinisme puritanisé »50 des Provinces-Unies, décrit à la même époque par le voyageur François de la Boullaye le Gouz (vers 1610-1664), ne sied manifestement guère à Le Laboureur.

  • 51  Le Laboureur, op. cit., p. 62.
  • 52  Ibid., p. 78.

32Mais, dans le volet historique de son récit l’auteur souligne l’imbrication des aspects politiques (« stratageme de Politique ») et religieux (« intention Chrestienne ») dans le gouvernement espagnol, comme dans la Révolte des nobles, avec « le mesme motif de Religion seul capable pour lors de défendre ceux-cy. »51. Chez le calviniste Rohan comme dans le récit du catholique Le Laboureur, un lien étroit est établi entre l’oppression religieuse et la résistance aux autorités qui en résulte. Les États Généraux, avec le « consentement des peuples qui se sont unis avec eux52 » représentent l’échelon local de l’autorité qui résiste au pouvoir du souverain espagnol jugé arbitraire.

33L’identité de vue des deux auteurs ne démontre pas nécessairement une influence directe, même si Le Laboureur a pu prendre connaissance de l’ouvrage de son compatriote pendant la rédaction de sa propre chronique. Il a préparé avec célérité sa Relation, parue à Paris en 1647, puisque le livre est déjà sous presse l’année suivant son retour en France. À cette date, l’ouvrage posthume du huguenot vient d’être publié par Elzévir à Amsterdam, en 1646.

34Sans doute, les deux perceptions de la Révolte s’inscrivent surtout dans un langage politique alors couramment admis parmi les partisans des libertés « traditionnelles » opposées à l’absolutisme. Ainsi, Jean-Louis Guez de Balzac (1595-1654) élève la Révolte en « exemple mémorable » de la défense de la liberté politique au nom du droit naturel :

  • 53  Jean Louis Guez de Balzac, Discours politique sur l’estat des Provinces Unies des Pays-Bas, par J. (...)

Les Provinces du Pays-Bas, qui ont eschappé des mains du Roy d’Espagne, pour les avoir voulu trop serrer, doivent leur liberté a l’extremité de leur servitude, jouissent de la paix, pour avoir esté contraintes a la guerre, font une belle leçon a tous les souverains, de ce qu’ilz doivent envers leurs peuples, & donnent un exemple memorable a tous les peuples de ce qu’ilz peuvent contre leurs souverains. Elles ont la justice de leur costé, puis qu’elles ont eu la necessité. Elles meritent d’avoir Dieu seul pour Roy, puis qu’elles n’ont peu endurer un Roy pour Dieu : & de ne relever que de sa puissance, puis qu’elles ont combatu pour sa seule querelle. Celui qui estoit leur maistre, estant devenu leur ennemi, a perdu les droits qu’il avoit sur elles, ayant violé, ceux que Dieu a sur lui. Voulant traitter ses subjets en bestes, il les a contraints de se souvenir qu’ilz estoient hommes : & ayant rompu le droit des gens par la mort de leurs Ambassadeurs, il les a obligés à recourir au droit de nature, par l’acquisition de leur liberté : Point de merveilles donc s’il a perdu le Pays duquel il a voulu perdre le peuple ; si ceux qu’il a violentés en leur foy, se sont oubliés de leur fidelité53.

  • 54  La controverse naît de la critique de Guez de Balzac sur la pièce de Heinsius Herodes infanticida, (...)

35L’élan monarchomaque du Discours politique sur l’estat des Provinces Unies des Pays-Bas est certainement imputable à l’influence de l’Université de Leyde que son auteur fréquentait alors. Écrit dès 1612 lorsque Guez de Balzac, âgé de dix-sept ans, réside dans la République, le pamphlet paraît seulement en 1638, et à Leyde même. Sa publication se fait sous l’impulsion du professeur de Leyde Daniel Heinsius, engagé dans une polémique littéraire avec Guez de Balzac54. L’auteur du Socrate chrétien se retrouve, bien malgré lui, en compagnie de penseurs résolument calvinistes, comme Théodore de Bèze (1519-1605) ou Duplessis-Mornay (1549-1623).

  • 55  Rohan, op. cit., p. 153.
  • 56  Le Laboureur, op. cit., p. 62.
  • 57  Joly, op. cit., p. 142. (« Voyage de Hollande »). Joly visite Delft le 4 septembre 1646.

36Dans cet écrit de jeunesse, Guez de Balzac se fait l’avocat de la déposition du souverain tyrannique, évoquant le « droit de nature » de résistance, en vertu de la primauté du contrat des peuples avec Dieu sur l’obligation de fidélité au souverain. Ces propos font écho aux vocables de Rohan (« ce Tyran55 »), de Le Laboureur (« la tyrannie des Ministres d’Espagne56 »), mais également de Joly (« la tyrannie Espagnole57 »).

  • 58  Bénard, op. cit., p. 683.
  • 59  Ibid., p. 632.
  • 60  Ibid., p. 629 : « depuis qu’elle est usurpee par les estats de Hollande, elle se maintient contre (...)
  • 61  Bénard, op. cit., p. 625.
  • 62  Cf. Étienne Thuau, Raison d’Etat et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, Albin Michel, (...)

37Seul le Voyage de Bénard ne comporte aucune expression de ce registre. Pour Bénard, l’opposition entre la « religion pretenduë reformee58 » et la « vraye religion59 » catholique prime sur les considérations politiques. Nonobstant la référence au « joug » espagnol, secoué durant la Révolte, Bénard semble se placer du côté de l’ancienne puissance de tutelle, l’Espagne catholique. Le récit très légitimiste, affirme par exemple à propos de la ville de Nimègue en Gueldre, conquise par les États Généraux en 1591, « qu’elle est usurpee par les estats de Hollande60. » Aussi, dans son voyage de Hierusalem paru à Paris en pleine ascension de Richelieu, le Parisien se range parmi les « bons Catholiques »61 du parti dévot, voire « Espagnolite », qui s’opposent depuis la fin du XVIe siècle aux « bons Français » adeptes d’une vision politique des intérêts de la monarchie62.

  • 63  Boullaye-le-Gouz, op. cit. Le portrait de l’auteur est accompagné de la légende : « Portrait du si (...)
  • 64  Boullaye-le-Gouz, op. cit., p. 471.

38Un dernier « Voyageur catholique », selon la légende de son portrait en regard du frontispice de ses Voyages et observations63, François de la Boullaye le Gouz, présente un cas similaire. Il traverse furtivement la République lors de son voyage vers la Scandinavie en août 1650, aux lendemains de la Paix. Ses observations délaissent l’aspect politique, et font la part belle au différend religieux. L’auteur termine le chapitre consacré au « Commerce, Interest & Religion des Estats d’Hollande » par une longue remarque théologique, portant entre autres sur la transsubstantiation, « s’il m’est permis de dire mon sentiment de vostre Religion […] vous n’avez aucune raison pour appuyer vostre croyance »64. Et de conclure sur une note plus amicale :

  • 65  Ibid., p. 472.

[…] je ne pretend pas de vous convertir, mais bien de vous dire la verité, la foy est de l’oüye, l’esprit souffle où il veut, la contrainte ne fait pas le Chrestien mais la volonté, le zele que j’ay de vous voir dans l’Eglise m’a fait vous tenir ce discours estant asseuré que vous ne diminuerez en rien de l’amitié que nous avons contractée, quoy que nous soyons differends de croyance : Laissons donc cette matiere, & revenons à la suitte de mes voyages65.

L’emblématique siège de Bois-le-Duc (1629), bastion catholique et forteresse stratégique du Brabant. Le témoignage de Turenne

39Nées dans le contexte de la Révolte, les

  • 66  Parival, op. cit., p. 169. Les noms propres figurent en italique dans le texte.

Provinces ont continué la guerre avec tant d’avantages, l’espace d’environ 80 ans, contre les trois puissants Philippes, Rois d’Espagne ; sous la prudence & admirable conduite de Monsieur le Prince d’Orenge Guillaume, compte de Nassou, & de ses deux Filz, Maurice & Frederic Henry tous deux Princes d’Orange, que tout le monde est demeuré ravi, & dont nous parlerons cy dessous fort brievement66.

40La guerre aux Pays-Bas, évoquée dans cette chronique contemporaine, s’inscrit dans une lutte globale. Ainsi, les périodes de prospérité et d’adversité des armes alternent au gré des événements diplomatiques et militaires à l’échelle européenne. Après la Paix de Vervins de mai 1598 avec la France, puis le Traité de Londres signé pendant l’été 1604 par Jacques Ier (1566-1625, roi d’Angleterre dès 1603) avec les Ibériques, la République, privée de ses alliances française et anglaise, doit supporter seule le poids des armées espagnoles. Sous la conduite d’Ambrogio Spinola (1569-1630), celles-ci s’emparent, au terme d’un siège homérique de trois ans, d’Ostende en Flandre (1604), d’Oldenzaal en Overijssel (1605), de Groenlo en Gueldre (1606), puis après la Trêve de Breda au Brabant (1625).

41Avec la nomination de Frédéric-Henri à la tête des milices des États, suite au décès de son demi-frère Maurice en avril 1625, la République reprend l’initiative. Après la reprise d’Oldenzaal en juillet 1626, et de Groenlo en août 1627, le territoire au-dessus de la barrière naturelle des grands fleuves est entièrement sous contrôle de la République. Désormais, la lutte se déroule presque exclusivement dans les Pays de la Généralité.

La campagne de 1629. Une illustration de la guerre de siège

  • 67  De la Grange, op. cit., t. III, p. 310. Lettre datée du 18 septembre 1629, « du camp devant Bois-l (...)
  • 68  Frans van Gaal et Peter Verhagen, Dans l’enceinte de Bois-le-Duc, une exploration historique, Bois (...)

42Avec Breda, Bois-le-Duc est l’une des principales villes du Brabant septentrional. Située près de la Meuse, au confluent de deux petites rivières, l’Aa et le Dommel, elle commande un important arrière-pays. Située à équidistance de Maëstricht et d’Anvers, la ville sert également de base aux opérations des armées royales espagnoles pour des incursions dans la République, au-delà de la Meuse voisine. Sous autorité espagnole depuis juillet 1579, la ville reçoit pendant la Trêve de nouveaux remparts, complétés par deux fortifications détachées (Isabelle, en l’honneur de l’archiduchesse, avec son annexe Saint-Antoine, nommé d’après le gouverneur, et Pettelaar, devant les murailles à l’ancienne au sud-est) et un système d’inondation des prairies au pied des bastions. Cette « merveilleuse assiette »67, ainsi que la résistance victorieuse à Maurice en 1591, 1601, 1603, et 1622 fondent la renommée de cette « forteresse vierge », réputée inexpugnable68. Toutefois, depuis mars 1600 les États contrôlent grâce au fort Crèvecœur la Meuse, coupant ainsi la communication de la ville avec le Nord, tout en faisant planer une menace permanente.

43Au cours de l’année 1628, les circonstances deviennent très favorables à la République. La reddition de Groenlo, le 19 août 1627, couronne avec succès le premier siège mené par Frédéric-Henri. Cet exercice grandeur nature permet de parfaire la poliorcétique employée par la suite au Brabant. En France, le siège de La Rochelle s’achève à la fin d’octobre 1628 ; le royaume reprend aussitôt la lutte contre les Habsbourg, dans le cadre de la Guerre de Succession de Mantoue (1628-1631). Le redoutable Spinola part en Espagne, puis en Lombardie pour combattre les Français, laissant une présence militaire affaiblie aux Pays-Bas espagnols.

  • 69  Ronald Prud’homme van Reine, Admiraal Zilvervloot. Biografie van Piet Hein, Amsterdam, De Arbeider (...)

44À cette conjoncture internationale propice s’ajoute un événement exceptionnel. Agissant pour le compte de la WIC (West-Indische Compagnie, fondée en 1621) au large de Cuba, le capitaine Piet Hein (1577-1629) réussit à s’emparer en septembre 1628 d’un des deux convois annuels transportant l’argent de l’Amérique vers Séville. Le butin, estimé à près de douze millions de florins, prive l’Espagne de Philippe IV (1605-1665, roi depuis 1621) des revenus nécessaires à la guerre, et intervient peu après la quatrième banqueroute de l’État en 162769. A contrario, la République dispose pour 1629 de tous les fonds utiles à une campagne d’envergure, même sans subsides étrangers, et notamment français. Sur le frontispice de l’Histoire du siège de Bol Duc publiée par l’historiographe des États Généraux, Daniel Heinsius (1580-1655), les réaux tombent du ciel… [Figure 2].

  • 70  Les armées de Maurice (1567-1625), puis Frédéric-Henri d’Orange (1584-1647), font office d’école d (...)
  • 71  Élisabeth de Nassau (1577-1642) est issue de l’union de Guillaume d’Orange (1533-1584) et de l’anc (...)

45Turenne, calviniste de naissance et d’éducation, est un témoin privilégié de la lutte pour Bois-le-Duc au cours de l’année 1629. Petit-fils de Guillaume d’Orange (1533-1584), Henri II de La Tour d’Auvergne a passé quatre ans de son adolescence aux Provinces-Unies, entre 1625 et 1629. Il a fait ses classes, dès l’âge de quatorze ans, dans un régiment français placé sous les ordres de son oncle, le Stathouder Frédéric-Henri d’Orange70. Dans les lettres que le vicomte adresse avec régularité à sa mère, Élisabeth de Nassau71, il évoque la campagne militaire à l’aune de sa propre expérience.

Figure 2 - Frontispice de Daniel Heinsius, Histoire du siège de Bol Duc et de ce qui s’est passé ès Pais Bas Unis l’an MDCXXIX, faicte françoise du latin de Daniel Heinsius, Leyde, Elzévir, 1631, 216 p. Gravure de Cornelis Claesz. Duysend, 18,7 x 29,6 cm.

Figure 2 - Frontispice de Daniel Heinsius, Histoire du siège de Bol Duc et de ce qui s’est passé ès Pais Bas Unis l’an MDCXXIX, faicte françoise du latin de Daniel Heinsius, Leyde, Elzévir, 1631, 216 p. Gravure de Cornelis Claesz. Duysend, 18,7 x 29,6 cm.

Des angelots font pleuvoir des pièces sur une vue de la flotte d’argent. Le cartouche du titre de l’ouvrage du professeur de l’Université de Leyde et historiographe des États Généraux est encadré par les allégories de Bois-le-Duc, baissant ses défenses dix fois laurées, et de la République, portant le symbole de la prévoyance.
Une vue du siège avec une Bois-le-Duc « afflicta » sous l’arbre qui la symbolise, et la ville présentant, une fois « la liberté, certes tardivement, établie », son hommage à la République disposant ses armes à la manière d’un trophée antique, concluent la narration picturale. Les armes de Frédéric-Henri figurent au centre inférieur du frontispice. Le livre est de facture prestigieuse, au grand format (in-folio) à la tranche dorée, et pourvu de dix cartes et figures (dont quatre pliantes). La traduction française, qui emploie le nom espagnol Bol Duc [Bolduque] pour désigner Bois-le-Duc, est du théologien français André Rivet (1572-1651), alors également professeur à Leyde.

Avec l’aimable autorisation du Legermuseum, Delft. [Inv. 00112042/001]

  • 72  Philippe-Henri de Grimoard, Collection des lettres et mémoires trouvés dans les portefeuilles du m (...)
  • 73  De Grimoard, op. cit., t. I, p. 483. Lettre datée du 5 février 1629.
  • 74  Ibid., t. I, p. 483. Lettre datée du 21 janvier 1629.
  • 75  Ibid., t. I, p. 487. Lettre datée du 18 novembre 1629.

46La dimension confessionnelle du quotidien se mêle subrepticement au récit de la vie militaire. Ainsi, lorsque sa compagnie est cantonnée à La Haye, durant l’hiver 1628-1629, Turenne s’attache à apprendre le flamand à l’aide d’un livre d’exercices singulier. « Le peu de choses qui se passent ici »72, avant le début de la nouvelle campagne, lui en laissent le loisir. En janvier 1629, il écrit : « je ne trouve pas le flamand difficile à l’égal de ce que l’on disoit, expliquant assez courant le Nouveau Testament, & la prononciation n’en étant pas fort mal aisée : je tâcherai de m’y rendre savant »73. Début février, il réitère ses propos, entre une référence aux « marques de ma petite-vérole » et une mission d’honneur : « Le flamand me semble à cette heure assez facile, entendant le Nouveau Testament »74. De retour à La Haye en novembre, après une saison de guerre très mouvementée, le jeune Henri, âgé tout juste de dix-huit ans, assure à sa mère une nouvelle fois le sérieux de ses études néerlandaises : « j’apprends tous les jours le flamand que je n’ai point oublié comme je pensois, le parlant presque tout courant ; sachant que vous le desirez, je m’y rendrai fort sujet, & en tout ce qu’il vous plaira me faire l’honneur de me commander »75. L’obéissance témoignée à « Madame » sa mère et l’influence de la cour du Stathouder campent le cadre confessionnel dans lequel Turenne évolue. Rien d’étonnant, en somme, que les Écritures lui servent de cahier de textes. L’étude de la Bible correspond à la piété personnelle calviniste, si familière au cadet.

  • 76  Ibid., t. I, p. 483. Lettre datée du 5 février 1629 : « Les États d’Utrecht en étoient les parrain (...)
  • 77  Ironie du sort, le décès intervient au cours d’un voyage en janvier 1629 à Amsterdam pour venir ad (...)

47Les rares références directes au culte protestant sont les événements religieux évoqués qui rompent la monotonie de la vie militaire avant la campagne. Convié, début 1629, au baptême d’un enfant de Frédéric V du Palatinat, éphémère roi de Bohème et cousin germain de Turenne, il évoque un office « sans nulle cérémonie »76. L’austérité habituelle de la cérémonie a sans doute été renforcée par les circonstances. En effet, le décès accidentel de Frédéric-Henri du Palatinat (1614-1629), fils aîné, a endeuillé le couple royal un mois plus tôt77.

48Fin avril, le cadet quitte son casernement à La Haye pour rejoindre les milices des États. Forte de près de 30 000 hommes, l’armée se regroupe près de Nimègue, à l’Est de la République. Feignant ainsi une entrée imminente dans l’Empire, Frédéric-Henri traverse rapidement la Meuse près de Grave et pénètre en Brabant. Turenne relate, dans une missive datée du 10 mai 1629, écrite « Au camp devant Bois-le-Duc », comment les troupes entretiennent le doute quant à la destination finale :

  • 78  De Grimoard, op. cit., t. I, p 1-2. Lettre du 10 mai 1629. Des lettres interceptées peuvent fourni (...)

L’armée marcha quatre jours devant que de venir à Bois-le-Duc, qui étoit la plus belle [marche] que l’on ait jamais vu dans le pays. Je marchai un jour dans la compagnie de M. de Maisonneuve, & passai devant M. le Prince. On n’ose rien mander à cause des ennemis. Je finirai tout court78.

49Au lieu de Breda, cible attendue, c’est Bois-le-Duc qui fait l’objet du siège.

  • 79  Ibid., t. I, p 2. Lettre du 15 mai 1629.
  • 80  Ibid., t. I, p 2. Lettre du 22 mai 1629. César introduit l’usage d’une vallatio dans l’histoire mi (...)

50Dès le 1er mai, la ville est encerclée. Aussitôt, une double ceinture de fortifications légères est construite autour de la ville. Les retranchements se composent d’une contrevallation, ou « digue, que l’on a faite sur le marais »79, et d’une circonvallation à l’extérieur de celle-ci. Longue d’environ quatorze lieues (soit près de 45 km), le retranchement extérieur protège les troupes de siège des attaques destinées à briser l’encerclement. « Nous avons l’autre semaine, M. de la Force & moi fait le tour de toute la circonvallation, à quoi on emploie huit heures à toujours marcher. »80 Les six quartiers généraux de l’armée des États, disposés en face des principaux bastions de la ville, sont reliés grâce à ce double système d’enceintes.

51Fin mai, les retranchements sont prêts, grâce aux soldats qui sont eux-mêmes chargés des travaux de génie, et de nombreux journaliers réquisitionnés. Turenne rapporte, le 22 mai, l’état d’esprit du commandant en chef :

  • 81  Ibid., t. I, p 3. Lettre du 22 mai 1629.

Je mange toujours avec M. le Prince qui, à ce que tout le monde dit, n’a jamais été plus gai dans armée que dans celle-ci ; & aussi tout lui réussit à souhait & principalement ses ouvrages desquels il se loue fort, & qui sont tous parachevés81.

52Le soldat Turenne a ses quartiers « Au camp de Vucht », au sud-ouest de la ville, et accompagne régulièrement son oncle :

  • 82  Ibid., t. I, p 2. Lettre du 15 mai 1629. Au début de la campagne de 1629, les autorités de Bois-le (...)

M. le Prince s’en va se promener tous les jours autour du retranchement […]. Nous ne sommes revenus [aujourd’hui] qu’à huit heures du soir de la promenade, & avons été fort long-temps à pied sur une digue, que l’on a faite sur le marais, assez près d’un fort, sans que l’on n’en tire pas un coup. Ils laissent tout le monde en un si grand repos, que l’on ne court pas plus de danger qu’à Sedan82.

Figure 3 – Cornelis Claesz. Duysend, « Typus Circumvaliationis Castrorum ad Sylvamducis », Histoire du siège de Bol Les Duc et de ce qui s’est passé ès Pais Bas Unis l’an MDCXXIX, faicte françoise du latin de Daniel Heinsius, Leyde, Elzévir, 1631, en regard de la p. 42. Gravure dépliante, 36,0 x 49,2 cm.

Figure 3 – Cornelis Claesz. Duysend, « Typus Circumvaliationis Castrorum ad Sylvamducis », Histoire du siège de Bol Les Duc et de ce qui s’est passé ès Pais Bas Unis l’an MDCXXIX, faicte françoise du latin de Daniel Heinsius, Leyde, Elzévir, 1631, en regard de la p. 42. Gravure dépliante, 36,0 x 49,2 cm.

Bois-le-Duc et ses forts détachés se situent au centre de la gravure. Le Nord est à gauche, où l’on distingue la Meuse, le fort Crèvecœur, et le port avec un grand nombre de navires amarrés. Les six camps retranchés de l’Armée des États Généraux, et le système de circonvallation et de contrevallation apparaissent clairement. Le camp du prince d’Orange, où Turenne réside, figure à droite en bas de la carte.
Les tranchées d’investissement zigzaguent vers les points stratégiques attaqués, et notamment la porte de Hintham au Nord, les fortifications Isabelle et Saint-Antoine au Sud, le fort Pettelaar au Sud-est, et la porte de Vught. Le plan représente la situation à la fin du siège, puisque la brèche dans la demi-lune devant la porte de Vught est détaillée.

Avec l’aimable autorisation du Legermuseum, Delft. [Inv. 00112042/001]

  • 83  Le patronyme de naissance de Leeghwater est In de Rijp. Le nom de laag water (« eau basse ») est e (...)

53Les fortifications circulaires font également office de digues autour des marais et des prairies inondées qui interdisent le creusement des tranchées d’approche des courtines. L’Aa et le Dommel sont détournés, ainsi que la rivière Dieze qui naît de leur confluence et qui traverse la ville. Ces travaux hydrologiques, auxquels contribue l’ingénieur civil Jan Adriaanszoon Leeghwater (1575-1650) devenu célèbre par la suite, transforment une partie des fossés de Bois-le-Duc en polder83. Dès lors, les travaux d’approche peuvent être entamés. En juin, les forts détachés qui couvrent le bastion de Vught sont investis. Avec le creusement d’approches, de contre-approches, et de galeries de mines, le siège prend des allures de guerre de tranchées [Figure 3].

La guerre religieuse au Brabant. La mise en exergue du double enjeu confessionnel et stratégique

  • 84  Rogier, op. cit., t. I, p. 371 : « Het was het Bossche bisdom beschoren, dit intensieve katholieke (...)

54L’importance stratégique de Bois-le-Duc explique en partie l’intensité de la lutte que les Provinces-Unies et les Pays-Bas espagnols livrent pendant de longs mois pour sa possession. Toutefois, la dimension religieuse de cette capitale régionale polarise encore davantage le conflit. Depuis la réorganisation épiscopale de 1559, Bois-le-Duc est érigé en évêché, suffragant de la nouvelle province ecclésiastique de Malines. L’évêché compte une importante population, quasi intégralement rendue à la catholicité grâce aux efforts de la réforme tridentine dont les évêques de Bois-le-Duc sont la cheville ouvrière au Brabant. Le conflit militaire se double par conséquent d’un affrontement religieux84.

  • 85  De Grimoard, op. cit., t. I, p 2. Lettre du 15 mai 1629.

55Afin de favoriser le succès des armes de la République, une prière générale est décrétée dans tout le pays, le mercredi 9 mai 1629. Turenne mentionne, dans son courrier du 15 mai, ce « jeûne qui se fit partout dans le pays il y aura après-demain huit jours »85. L’aide de Dieu est invoquée dans la guerre contre les « papistes ». Le recours à la piété intervenait régulièrement au cours de la guerre. Ainsi, la nouvelle de la victoire de Maurice à Nieuport donna, par exemple, lieu à des remerciements, adressés à Dieu le 4 juillet 1600.

  • 86  Henri van den Bergh (1573-1638), fils de Willem IV van den Bergh (1537-1586, stathouder de Gueldre (...)

56Aux Pays-Bas catholiques, tous les efforts sont également déployés pour briser le siège de l’évêché de Bois-le-Duc. Malgré les difficultés de trésorerie, le gouvernement de Bruxelles réagit avec la dernière énergie, et pour dégager la ville plusieurs attaques et diversions sont lancées par les Habsbourg d’Espagne et d’Empire. Fin juin, l’armée des Pays-Bas, commandée par Henri van den Bergh86, successeur de Spinola, s’approche des troupes de Frédéric-Henri, son cousin. Le 19 juin, Turenne rapporte à sa mère :

  • 87  De Grimoard, op. cit., t. I, p 3. Lettre du 19 juin 1629. Les troupes ennemies tentent de faire en (...)

les ennemis approchent & sont à deux journées. M. le Prince est allé ce matin vers le quartier où on les attend, voir s’il est en état, & ne reviendra que sur le soir. Il fit partir hier des compagnies de chaque nation, pour aller à une île à deux lieues d’ici87.

  • 88  Un inventaire dressé à la toute fin du siège, le 13 septembre, évoque 1 356 soldats sains, 465 sol (...)

57Jusqu’à la mi-juillet, des escarmouches et tentatives de renforcer la garnison assiégée, sans doute inférieure à quatre mille hommes, interviennent régulièrement88. Mais la circonvallation et les camps retranchés prémunissent les troupes des États de toute surprise :

  • 89  De Grimoard, op. cit., t. I, p 3. Lettre du 9 juillet 1629. La lettre du 15 mai 1629 relate un évé (...)

Il y a cinq ou six jours que le Comte Henri de Bergues donna une grande allarme par tous les quartiers, pour faire entrer quinze cens hommes dans la ville. On leur avoit dit cela tout aisé ; mais voyant qu’ils entroient dans l’eau jusqu’au cou & qu’il y avoit des gens qui les attendoient, ils s’en retournèrent ayant laissé quelques mousquets. Ce matin leur cavalerie s’approcha des retranchemens ; quelques-uns des nôtres en sortirent, [c’est] là où M. de Mauve fut tué89.

  • 90  Il s’agit d’Ernesto Montecuccoli (1582-1633), oncle de Raimondo Montecuccoli (1609-1680). Ce derni (...)
  • 91  De Grimoard, op. cit., t. I, p 3. Lettre du 30 juillet 1629. Le « Velau » est le Veluwe, quartier (...)
  • 92  Turenne écrit le 21 août 1629 : « Une petite ville s’est rendue au Comte Ernest [Montecuccoli] san (...)

58Abandonnant la confrontation directe au Brabant, le comte Van den Bergh se dirige vers la région rhénane. À Wesel, son armée est rejointe par un fort contingent de l’armée impériale, mené par le général Montecuccoli90. Celle-ci a les mains libres depuis la Paix de Lübeck de mai 1629, sanctionnant l’échec de l’intervention du roi du Danemark, Christian IV (1577-1648), dans la Guerre de Trente Ans. Dès la fin de juillet, ces armées des Habsbourg d’Espagne et d’Empire combinées entrent en Gueldre. Dès le 30 juillet, Turenne signale dans sa correspondance les préparatifs de défense, « les ennemis étant entrés dans le Velau »91. La ville d’Amersfoort, dans la province d’Utrecht, tombe le 13 août, après une résistance si courte et symbolique que son gouverneur, Tertullien van Dorp, est par la suite banni des Provinces-Unies92.

59L’approche de cette armée du cœur de la République, à une cinquantaine de kilomètres seulement d’Amsterdam, inquiète les États Généraux au plus haut point. Le souvenir de la guerre en Hollande du temps du duc d’Albe demeure vivace. Dans sa chronique, courant « jusques à l’an de grace 1650 », Jean-Nicolas de Parival remémore :

  • 93  Parival, op. cit., p 165-166. C’est Parival qui souligne. L’argent récolté a permis de lever des t (...)

Lors que le Pais a esté en quelque danger & que lesdits Estats ont eu affaire d’argent, ils en ont trouvé autant qu’il leur a pleu au denier vingt [c’est-à-dire au dernier sou]. Ce que plusieurs Princes de l’Europe n’ont peu recouvrer en leur grande necessité ; en quoy Messieurs d’Amsterdam ont monstré leur zele principalement l’an 1629. Lorsque le Prince d’Orenge tenoit Bois-le-Duc assiegé, & le Compte Henry de Bergue avoit jette la terreur & l’espouvante jusques au coeur de la Hollande93.

  • 94  L’événement est relaté dans une courte Relation et mémoire des munitions qui ont esté trouvées dan (...)

60Frédéric-Henri trouve la parade en envoyant ses troupes prendre la ville de Wesel, afin de couper l’approvisionnement de Van den Bergh et Montecuccoli. La ville rhénane est conquise par surprise dès le 19 août94.

61Forcées d’évacuer les Provinces-Unies, les armées catholiques continuent cependant à manœuvrer en Rhénanie jusqu’à la toute fin de la saison de guerre. Début octobre encore, lorsque Bois-le-Duc est déjà tombée, les Espagnols passent à nouveau la frontière, provoquant un nouveau recours aux prières générales :

  • 95  De Grimoard, op. cit., t. I, p. 6. Lettre datée du 2 octobre 1629.

Le Comte Ernest [Montecuccoli] marcha hier avec les troupes qu’il a, qui peuvent bien être de quinze mille hommes de pied. On dit qu’il s’en va droit aux forts sur l’Issel. M. le Prince est à cette heure à Bois-le Duc, où on fait des prières générales & par-tout ce pays-ci95.

62La missive met en évidence la dimension confessionnelle des Provinces-Unies. Turenne lui-même participe, naturellement, à l’élan religieux en se rendant au service wallon.

63L’intensité de la lutte, qui couvre toute la période entre la fin d’avril et octobre 1629, et sa couverture géostratégique, reflètent l’enjeu de l’affaire pour les deux parties adverses. Le rôle de « chef-lieu » catholique de Bois-le-Duc exacerbe encore l’antagonisme. Le siège du diocèse est effectivement un bastion catholique, autant qu’une forteresse stratégique. L’évêque de Bois-le-Duc, Michael Ophovius (1570-1637) est personnellement présent dans la place assiégée. Ce Dominicain, auparavant actif dans l’ancienne province ecclésiastique d’Utrecht, a connu les prisons de la République. Comme messager de l’autorité archiducale, il a contacté en 1623 le gouverneur de la ville hollandaise de Heusden, limitrophe du Brabant, pour proposer une reddition spontanée de cette ville aux Espagnols. Jeté aussitôt en prison par le gouverneur de la place, il est libéré seulement fin 1624 après presque deux ans d’emprisonnement ; peu après, il a reçu la crosse épiscopale de sa ville natale, Bois-le-Duc.

  • 96  Ibid., t. II, p. 4. Lettre datée du 13 août 1629. Début août, une attaque française des fortificat (...)

64En sa qualité de prélat, Ophovius représente, avec le gouverneur Grobbendonk, l’autorité de la ville. Turenne prête d’ailleurs aux ecclésiastiques un rôle actif dans la défense de la forteresse, relayant en cela une conviction, peut-être fantasmée, qui règne parmi les troupes des États. En août, il écrit à propos d’un volontaire français capturé par les assiégés : « Un Gentilhomme françois fort riche est mort là dedans, d’une blessure qu’il avoit reçue, quant il fut pris prisonnier ; les Prêtres, à ce que l’on dit, l’ont extrêmement tourmenté96. »

  • 97  Ibid., t. II, p. 4. Lettre datée du 30 juillet 1629. Dans la même correspondance, Turenne mentionn (...)
  • 98  Heinsius, op. cit., p. 66.
  • 99  Le recours aux troupes étrangères est conforme à l’usage de l’époque. Bénard, op. cit., p. 629 sig (...)

65Parmi les assiégeants également, la guerre comporte manifestement un aspect religieux. Si le conflit attire, en ces temps troublés, de nombreux mercenaires, comme les « débris de la guerre de Dannemarck »97, l’armée des États comporte également une abondante « noblesse volontaire, qui estoit venuë là pour exercer sa valeur98 », généralement mue par l’idéal calviniste. Les volontaires français présents au siège en forment le parfait exemple. Pour ne pas pêcher dans les mêmes eaux que la France alliée, également en guerre contre l’Espagne, l’armée de Frédéric-Henri est essentiellement recrutée en Écosse et en Allemagne99. Les Français que Turenne évoque sont par conséquent principalement des gentilshommes calvinistes venus en aide à leurs coreligionnaires de leur propre chef, et non des mercenaires.

  • 100  Herbert Lüthy évoque une « internationale huguenote », notamment bancaire, créée suite à la Révoca (...)
  • 101  De Grimoard, op. cit., t. I, p. 484. Lettre signée à La Haye et datée du 12 mars 1629.
  • 102  De Grimoard, op. cit., t. I, p 4. Lettre du 13 août 1629.

66L’alliance des noblesses calvinistes des deux pays, voire d’autres puissances protestantes, mène, dès le XVIe siècle, à la constitution d’un réseau calviniste international100. L’anonyme « Gentilhomme françois fort riche » est sans doute de « ceux de la religion »101 venus aux Provinces-Unies dans ce cadre. Loin d’être statique ou figé, un siège se caractérise à cette époque par un va-et-vient continuel de troupes et de curieux. Au plus chaud de l’été, après plus de trois mois de siège, en bon témoin Turenne rapporte, par exemple : « Il y a quelques volontaires qui commencent à se lasser & s’en retournent en France »102.

  • 103  Ibid., t. I, p 1. Lettre du 10 mai 1629.
  • 104  Ibid., t. I, p 5. Lettre du 28 août 1629. « M. de Straquenbrouc » est le général Thomas van Staken (...)
  • 105  Ibid., t. I, p 2. Lettre du 15 mai 1629.
  • 106  Bénard, op. cit., p. 644. 

67Une foule d’autres nobles entoure le cadet Turenne, et figure dans les courriers adressés à Élisabeth de Nassau. Côtoyant aux Provinces-Unies la famille de sa mère (le Stathouder, Frédéric V), il est entouré de nombreux coreligionnaires français. Au début de la campagne, début mai, il est « assez mal logé ici, étant dans une chambre avec M. le Marquis de la Force & tout son train103. » Il s’agit de Jacques Nompar de Caumont (1558-1652, maréchal dès 1622), accompagné par son fils Armand Nompar de Caumont (1585-1675), comme Turenne un futur maréchal de France. Fin août, Caumont participe à un coup de main de la cavalerie des États contre les troupes d’Henri van Den Bergh : « M. le Marquis de la Force y étoit & quelques-uns des volontaires ; mais point M. de Duras. M. de Straquenbrouc commandoit le parti104. » Un autre maréchal célèbre de la partie est Gaspard III de Coligny (1584-1646), petit-fils de l’Amiral de Coligny (1519-1572). Ce cousin de Frédéric-Henri (également descendant de Gaspard de Coligny via sa mère, Louise de Coligny) se présente à Bois-le-Duc le 13 mai 1629, pour commander les volontaires : « M. le Maréchal de Châtillon arriva ici avant-hier, & quatre ou cinq capitaines français avec lui »105. C’est le même personnage dont Nicolas Bénard signale la présence, mais non la confession, à Rotterdam en 1617 : « Lors que nous y estions y avoit bonne garnison de François pour Monsieur de Chastillon qui estoit Colonnel pour Mesieurs des estats contre l’Espagnol & l’Archiduc »106.

  • 107  De Grimoard, op. cit., t. I, p. 487. Lettre de La Haye, datée du 18 novembre 1629.

68Ainsi, les grands noms du protestantisme français se joignent à leurs homologues néerlandais dans la lutte contre l’ennemi espagnol. En plein marais brabançon, l’entourage du cadet est si français que le jeune homme ne pratique guère le flamand, si bien qu’à la fin de la campagne, il rapporte avec soulagement « que je n’ai point oublié [cette langue] comme je pensois »107.

  • 108  Les armées de Maurice (1567-1625), puis Frédéric-Henri d’Orange (1584-1647) font office d’école de (...)

69La famille même De la Tour d’Auvergne est très présente. Frédéric Maurice de la Tour d’Auvergne (1605-1652), frère aîné de Turenne a servi simultanément avec lui aux Provinces-Unies108.

  • 109  Ibid., t. I, p 2. Lettre du 15 mai 1629.

Mon frère est logé dans le retranchement [de Vught], & [j’]ai grande commodité d’aller chez lui, n’étant qu’à cent pas d’ici. Je vas souvent avec lui quand il va visiter ses gardes ; il a traité aujourd’hui les Colonels de sa brigade, parmi lesquels il est parfaitement bien109.

  • 110  Ibid., t. I, p 3. Lettre datée du 9 juillet 1629 : « Le bruit a couru ici que j’aurois sa compagni (...)
  • 111  De Grimoard, op. cit., t. I, p 17. Lettre datée du 8 janvier 1633 : « J’ai reçu à ce soir une lett (...)
  • 112  Marquis de la Grange, op. cit., t. III, p. 309. La lettre datée du 11 septembre 1629, « du camp de (...)

70Le duc de Bouillon, âgé de 24 ans, a son propre régiment de cavalerie, tandis que Turenne, de six ans son cadet, aspire à la succession de la compagnie d’infanterie de M. de Mauve, volontaire français dont la mort au combat en juillet 1629 est évoquée plus haut110. Après un détour guerrier par la Lombardie, les deux frères servent de nouveau dans l’armée de leur oncle Frédéric-Henri jusqu’à la fin de 1633. Turenne commande désormais « mon régiment111 » de fantassins. Ils participent notamment à la campagne de la Meuse de 1632, aboutissant aux prises de Ruremonde en Haute Gueldre, et de Maëstricht. Dans la famille proche de Turenne, active au siège de Bois-le-Duc, figure également « M. de Duras », c’est-à-dire Guy-Aldonce de Durfort (1605-1665), marquis de Duras, beau-frère de Turenne par son mariage célébré en 1624 avec Élisabeth-Charlotte de la Tour d’Auvergne (1607-1685)112. Il fait également partie du contingent français déjà en casernement à La Haye au début de l’année 1629. Il se rend avec Turenne au baptême de l’enfant royal de Bohème, mentionné dans la correspondance. Armand Nompar de Caumont, cité précédemment, devient par la suite le beau-père de Turenne, qui épouse en 1653 Charlotte de Caumont de la Force (1623-1666).

71En raison de son jeune âge et pour parfaire sa formation, Turenne est accompagné aux Provinces-Unies de son précepteur, Henri de Vassignac, gouverneur de la vicomté de Turenne. À la toute fin du siège, ce dernier décède, apparemment d’une rupture d’anévrisme. Le 19 septembre, Turenne écrit :

  • 113  De Grimoard, op. cit., t. I, p 5-6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

Madame. La dernière fois que je me donnai l’honneur de vous écrire [le 28 août], on ne s’attendoit pas à un si grand accident que celui de la mort de M. de Vassignac qui, une heure devant se portoit mieux qu’il n’avoit fait. On en attribue la cause à la veine-cave qui s’est pourrie. J’ai un si extraordinaire ressentiment de ce malheur, qu’il m’est impossible de m’ôter cette pensée, & toutes les choses qu’il m’a jamais dites, me reviennent incessamment à la mémoire. Je tâcherai de les effectuer, & m’assurerai par ce moyen de ne vous être pas désagréable. Il étoit extrêmement aimé chez M. le Prince, qui m’en a demandé lui-même une ou deux fois des nouvelles113.

72La disparition brutale de son précepteur coïncide pour Turenne avec la reddition de la ville épiscopale de Bois-le-Duc, et ternit l’éclat de l’événement tant attendu.

  • 114  Ibid., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629. Le traité conclu avec la garnison prévoit « Q (...)

On a trouvé à propos de le faire enterrer ici, où Madame la Princesse & la Reine de Bohême sont depuis deux jours : elles vinrent pour voir sortir ceux de Bois-le-Duc, qui fut lundi [17 septembre] fort tard. Il y avoit de grandes réjouissances pour tout le monde, hors pour moi qui à cette heure n’en peux avoir beaucoup114.

Autorités calvinistes et société multi confessionnelle. La politique religieuse des États dans les Pays de la généralité

  • 115  De Grimoard, op. cit., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

73La reddition du siège de l’évêché après 137 jours d’une âpre lutte donne lieu à de « grandes réjouissances pour tout le monde »115 parmi les vainqueurs. L’événement attire de nombreux « mondains » curieux. Ainsi, Turenne évoque la visite de « Madame la Princesse & la Reine de Bohême », c’est-à-dire respectivement Amélie de Solms (1602-1675), l’épouse du Stathouder, et Élisabeth Stuart (1596-1662), la femme de Frédéric V :

  • 116  Ibid., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629. La sœur d’Amélie de Solms est la comtesse Urs (...)

Ces Dames ont couché les deux nuits ici à l’armée, durant lesquelles j’ai prêté mon lit à la sœur de Madame la Princesse, & l’ai fait tendre là où elle a voulu. Elles iront aujourd’hui coucher à Bois-le-Duc […] On dit que M. le Prince demeurera encore ici quelques quinze jours, durant lesquelles toutes les Dames qui y sont y demeureront116.

74L’Histoire du siège de Bol Duc de Heinsius rapporte l’afflux des nobles invités, parmi lesquels Turenne se trouve sans doute, mais également du peuple. L’historiographe des États Généraux souligne la nouveauté de cet engouement populaire :

  • 117  Heinsius, op. cit., p 188.

Le dixseptiême les gens de guerre sortirent de la ville, une multitude incroyable de peuple y ayant de toutes parts accouru, sur le bruit de la reddition. Ce peuple ainsi espandu des Provinces & des villes, venu pour veoir, estoit encore plus regardé luy mesme comme un spectacle nouveau. Le victorieux avoit faict dresser une tente non loin de la ville, de laquelle le Roy & la Reyne de Boheme, le Prince de Dannemark, les Ducs de Wirtemberg & de Holstein, avec plusieurs autres, qui tous avoient esté presens & tesmoins, pouvoient faire jugement de la beauté de ce jour là, & de la joye & liesse commune. Quant au General [Frédéric-Henri], qui estoit cause de la feste, il estoit là, vestu simplement a la Soldate, asséz relevé d’ailleurs & esclatant, aux yeux de ceux qui regardoient a sa vertu & au bon succés : Et avec la Princesse son espouse là presente, en un si grand concours de peuple, il voyoit es autres l’honneur qu’on luy rendoit, & l’estat qu’on faisoit de sa victoire117.

  • 118  Ibid., p 190. Heinsius emploie les petites capitales pour la citation.

75Du gouverneur Grobbendonk, confronté aux curieux venus voir sa reddition, l’Histoire rapporte le sarcasme « que la Hollande estoit a cette heure bien sage, deschargee de tant de sots »118.

Sensibilité aux bouleversements religieux institutionnels par la Révolte

76Les réjouissances sont à la hauteur de l’ampleur de la lutte qui s’achève, d’autant que la portée symbolique de la conquête d’un nouveau diocèse est importante. Plus tôt dans la guerre, la province ecclésiastique d’Utrecht, créée sous Philippe II, a déjà disparu. À la fin du xvie siècle, sont restés vacants après le décès ou le départ de leur titulaire l’archevêché d’Utrecht (1580, décès) et ses évêchés suffragants de Deventer (1591, expulsion après prise de la ville), de Groningue (1594, expulsion après prise), de Haarlem (1578, départ après révolte) de Leeuwarden (1576, départ après révolte) et de Middelburg (1574, expulsion après prise).

  • 119  Joly, op. cit., p. 123. (« Voyage de Hollande »).
  • 120  Ibid., p. 277 (« Retour de Munster à Paris »). Il s’agit d’un ancien collège de chanoines, situé à (...)
  • 121  Ibid., p. 147. (« Voyage de Hollande »). Joly a fait étape à Utrecht le 5 septembre 1646.
  • 122  Bénard, op. cit., p. 630. Bénard est à Utrecht le 7 septembre 1617.
  • 123  Ibid., p. 632.

77Dans leurs écrits, les voyageurs catholiques se réfèrent au passé ecclésiastique des villes explorées. Claude Joly signale que Haarlem, visitée le 30 août 1646 « estoit […] autrefois un Evesché »119. En Gueldre, le chanoine décrit l’ancien chapitre de Nimègue, qu’il confond avec une résidence épiscopale : « Auprés de la grande Eglise il y a un College, qu’on me dit avoir esté autrefois la maison de l’Evesque, laquelle n’est pas considerable »120. À propos d’Utrecht, le chanoine rapporte qu’« elle est des plus anciennes, & estoit autrefois un grand Archevesché »121. Exactement dix-neuf ans auparavant, le pèlerin Bénard a également souligné que « jadis y avoit un Evecsché & l’Eglise cathedrale avoit pour patron sainct Martin »122. Il regrette que « les plus puissans de la ville chasserent les catholiques Romains du moins leur empescherent l’exercice libre et publique de la vraye religions, admettans & imitans ces nouveaux protestans les erreurs de ces meschans Luther et Calvin »123. Enfin, Le Laboureur a pu visiter personnellement l’ancien palais épiscopal d’Utrecht, à l’occasion du somptueux accueil réservé à la suite de la future Reine de Pologne, Marie-Louise de Gonzague (1611-1667), fin décembre 1645. Le Parisien en donne une description pittoresque et animée, tel un paysage d’hiver d’Avercamp :

  • 124  Le Laboureur, op. cit., p. 64-65. (« Entrée de la Royne de Pologne à Utrecht », datée du 26 décemb (...)

Un grand nombre de Bourgeois couroit presque tout le canal glacé sur des patins à glisser, pour aller voir la Royne de Pologne; que leur impatience ne leur permettoit pas d’atendre en la Ville : & l’ayant ateinte à my-chemin; les uns la suivirent à pied sur la levée; les autres la costoyérent sur le canal jusques à son entrée, qui fut tres-solennelle; car toute la Noblesse du pays, qui fait sa residence en cette Ville, la plus noble des Estats, la vint recevoir à la porte, avec les Bourgue-mestres, & autres Officiers, & toute la milice. Apres une salve de cinquante canons, elle fut conduite au Palais Episcopal, à present dechue de son tiltre, & converti en celui, d’Hotel du Gouverneur ; où toute la Musique estoit assemblée, avec ses habits & ses instrumens de ceremonie, pour chanter à son arrivée124.

  • 125  De Grimoard, op. cit., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

78Avec la campagne de 1629, la République conquiert, pour la première fois depuis plus de trois décennies, un nouvel évêché. Après une première reconnaissance à Bois-le-Duc, Turenne « mande » le 19 septembre des nouvelles à Sedan : « La ville est fort belle & presqu’aussi grande que Rhims [Reims] »125. La République reprend l’offensive, après la fin difficile du stathoudérat de Maurice d’Orange. Avec la prise de la cité épiscopale, une nouvelle étape est franchie, puisque la province ecclésiastique de Malines est entamée.

79Soulignant par ce geste l’importance à leurs yeux de la conquête, et ses conséquences institutionnelles et politiques, les États Généraux de la République se déplacent de La Haye pour siéger à Bois-le-Duc le 23 septembre. Mais malgré le soutien originel de Breda, fief des Orange, à l’Union d’Utrecht, le Brabant des États n’est pas associé au gouvernement des Provinces-Unies. En dépit de la déclaration que la ville et ses habitants

  • 126  Articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, et les Deputez de Messieurs les Estats Generaux (...)

sera & seront recues & traittez en toute douceur & benignité, pour d’oresnavant vivre en toute amitié & concorde avec les autres provinces Unies & villes, & traitter & marchander ensemble sur leur ancienne liberté126

  • 127  Cf. M.P. Christ, De Brabantsche saecke. Het vergeefse streven naar een gewestelijke status voor St (...)

80le bailliage de Bois-le-Duc rejoint les Pays de la Généralité, et demeure jusqu’en 1648 sous un régime dit de rétorsion127.

Libération ou réduction ? Une résolution éloignée du régime de l’Édit de Nantes

  • 128  De Grimoard, op. cit., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.
  • 129  Ibid., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.
  • 130  Ibid., p. 140.

81Suite aux négociations sur la reddition, Turenne rapporte de façon laconique que « les habitans ont eu telle capitulation qu’ils ont voulu, hors la liberté de la religion »128. La population de la ville peut donc rester, mais le culte public catholique est interdit. Les conséquences institutionnelles sont immédiates : le diocèse de Bois-le-Duc est aussitôt supprimé. Et le soldat de poursuivre son témoignage : « On a laissé quelques Couvens de Religieuses, mais chassé tous les gens de l’église »129. En effet, selon les termes de la capitulation, l’évêque et les réguliers doivent quitter la ville dans un délai de deux mois130.

82Sur le tableau célébrant l’événement, peint par le paysagiste spécialiste des affaires militaires Pauwels van Hillegaert (1596-1640), le long cortège qui quitte Bois-le-Duc dans l’après-midi du lundi 17 septembre est précédé par des ecclésiastiques [Figure 4]. Sous l’œil des stathouders Frédéric-Henri et Ernst Casimir, reconnaissables à leurs panaches et ceintures orange, une longue colonne de chariots et de gens à pied quitte la ville de Bois-le-Duc, visible en arrière-plan. Le carrosse dans lequel on devine l’évêque Ophovius, entouré de religieux de différents ordres (un Dominicain, des Jésuites, des Franciscains), précède la file. Sous les apparences scrupuleusement réalistes, la scène a essentiellement une portée symbolique : Ophovius n’a quitté la ville que le 20 novembre, et la présence de quelques réguliers de chaque ordre autour de lui a surtout valeur d’échantillon des ordres expulsés de la ville.

83Un cas similaire s’est présenté en 1627, à l’issu du siège de Groenlo. La petite ville n’est certes pas un évêché, mais le vicaire apostolique de la Mission Hollandaise (Missio Hollandica ou Batavica, créée en 1622) est présent dans ses murs lors du siège. Philippus Rovenius (1574-1651, vicaire apostolique depuis octobre 1614), ainsi que les réguliers installés depuis vingt ans, obtiennent un sauf-conduit pour quitter la ville dans les deux mois.

Figure 4 - Le départ de Bois-le- Duc

Figure 4 - Le départ de Bois-le- Duc

Pauwels van Hillegaert (1596-1640), huile sur toile, 109 x 173 cm, peinte vers 1630-1635. Le peintre a consacré plusieurs tableaux au siège de Bois-le-Duc.

Avec l’aimable autorisation du Rijksmuseum, Amsterdam. [Inv. SK-A-435]

84De même, pendant l’occupation par les États de la Haute Gueldre, un second évêché suffragant de Malines est supprimé par les États. En juin 1632, la ville épiscopale de Ruremonde est conquise, lors de la campagne de la Meuse. Toutefois, dès septembre 1637 l’armée du Cardinal-Infant Ferdinand d’Autriche (1609-1641) s’empare de nouveau de la cité. Suite au retour dans le giron des Pays-Bas espagnols, la dignité ecclésiastique est aussitôt rétablie. Le vieil évêque, Jacobus de Castro (1560-1639), peut retourner à Ruremonde et se réapproprier la cathédrale du Saint-Esprit, affectée au service calviniste depuis l’été 1632.

  • 131  Articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, p. 4 (Article « IIII »). L’alimentation en ques (...)

85Seule concession faite aux institutions catholiques de Bois-le-Duc, « les Nonnains & autres femmes Ecclesiastiques pourront demeurer dans la Ville, & seront alimentez leur vie durant »131. Toute nouvelle admission dans les ordres étant proscrite, l’extinction de cette présence est inhérente à la disparition des religieuses, qui intervient vers 1675. Cette mesure de clémence à l’égard de la gent féminine n’est pas inhabituelle. Les séculières étant propriétaires de leurs logements au béguinage, elles peuvent continuer à jouir de leur propriété personnelle ; ailleurs dans la République, des couvents sont également tolérés jusqu’au décès de leurs occupantes, qui perçoivent en outre une pension de subsistance.

86Dans la partie du Brabant proche de l’indépendante seigneurie de Ravenstein, enclavée dans le Brabant, le chanoine Joly décrit une situation similaire. Pendant son voyage de retour de Munster à Paris entamé à la fin du mois de mars 1647, il passe à Grave, ville conquise par les États en septembre 1602. Claude Joly note :

  • 132  Joly, op. cit., p. 279-280 (« Retour de Munster à Paris »). « Coucher par terre » signifie que tou (...)

Le deuxiesme Avril [1647] nous quittasmes le bras du Rhin nommé Vahal, & nous vinsmes coucher par terre à Grave, qui est une petite ville du Brabant, size sur la Meuse à main gauche [en venant de l’Est], où nous entrasmes aprés avoir passé la riviere sur un pont de bateaux. La ville appartient en propre au Prince d’Orange, qui l’a bien fortifiée, & principalement de bons dehors. Il n’y a point dans la ville aucune Eglise pour les Catholiques, sinon un petit convent de Beguines vestuës comme des seculieres, hormis que leurs robes sont de couleur de minime, & qu’elles sont sur leurs testes de petits voiles blancs132.

87À « Harderwich » [Harderwijk, en Gueldre], pourtant sous la République depuis la fin du xvie siècle, Le Laboureur signale, en 1645 encore, la présence de « pauvres Religieuses » :

  • 133  Le Laboureur, op. cit., p. 78. Ralliée à la République dès 1580, la ville devient par conséquent f (...)

Elle a la mer d’Occident [la Zuyderzee], qui bat ses murs ; & son port est à present deserté, à cause d’Amsterdam, où l’on porte toutes les marchandises. Il estoit gelé quand nous y arrivasmes ; & la Royne le fut voir le lendemain, qu’elle sejourna pour reposer ses équipages. Tous les habitans sont Protestans : toutefois ils souffrent des pauvres Religieuses, qui sont cinq ou six, la pluspart Angloises, en une meschante maison133.

  • 134  De Grimoard, op. cit., t. I, p. 6. Lettre datée du 2 octobre 1629. Ce temple wallon reste en servi (...)

88Toutefois, comme ailleurs, les religieuses de Bois-le-Duc sont privées de leurs églises, la pratique religieuse officielle étant réservée à l’Église Publique, calviniste. Début octobre, Turenne évoque dans ses courriers l’organisation du service calviniste à l’intérieur de la ville conquise : « Je m’en vas toute à cette heure au prêche, à l’église qu’on a destiné pour le prêche françois »134. Situé au centre de la ville, le temple est aménagé dans l’ancienne chapelle Sainte-Anne, confisquée à cet effet. L’Église calviniste wallonne, dotée de sa propre organisation synodale, a le statut de culte « protégé » aux Provinces-Unies et s’apparente à l’Église Publique. Vers 1650, une quarantaine d’églises wallonnes desservent les communautés calvinistes venues des Pays-Bas méridionaux au cours de la Révolte, mais également les troupes françaises incorporées dans les Milices des États. L’existence même de ce réseau d’Églises francophones témoigne de l’interconnexion franco-néerlandaise du premier xviie siècle.

89La monumentale cathédrale Saint-Jean de Bois-le-Duc, à proximité du modeste Temple wallon fréquenté par Turenne, est également soustraite au culte catholique. Dès le 19 septembre, le Prince d’Orange et tous ses hôtes de marque y assistent au premier service calviniste. Tous les hauts lieux du catholicisme subissent le même sort. Le collège des Jésuites, où les cours ont continué jusqu’au début de septembre, est converti en résidence du gouverneur ; les monastères des ordres masculins de la ville sont fermés. À la différence de la pratique courante au xvie siècle, les lieux de culte ne subissent toutefois pas d’iconoclasme. La reddition prévoit

  • 135  Articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, p. 4 (Article II).

que tous les Ecclesiastiques & Religieux personnes masles, sortiront de la ville dans le terme de deux mois, en se comportant cependant selon les Placarts du pays, & pourront prendre & transporter avec eux leurs meubles, Images, peintures, & ornements d’Eglise135.

  • 136  Sous Louis Napoléon (1778-1846, monarque du Royaume de Hollande 1806-1810), un premier recensement (...)
  • 137  Rogier, op. cit., t. I, p. 605.

90Néanmoins, tous les lieux de culte ne sont pas affectés au rite calviniste. En effet, nonobstant l’installation d’une population (re-)venue d’autres régions de la République, les habitants de la ville brabançonne demeurent très majoritairement catholiques. Le recensement de l’époque napoléonienne dénombre 11 183 catholiques pour 13 900 âmes, soit plus de 80 % des citadins136. Au 23 décembre 1629, la nouvelle circonscription ou classe (classis) ecclésiastique calviniste compte seulement 266 membres, dont les deux tiers proviennent d’autres parties de la République137.

Liberté de conscience

  • 138  Articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, p. 8 (Article « XIIII »).
  • 139  W.T.M. Frijhoff « Problèmes spécifiques d’une approche de la ‘religion populaire’ dans un pays de (...)

91Désormais, donc, Bois-le-Duc et son bailliage brabançon ou « plat Païs sous contribution»138 sont réputés calvinistes, puisqu’ils appartiennent à la République confessionnelle des Provinces-Unies. Tout signe extérieur, voire populaire, du culte catholique (messe, procession, carnaval, etc.), est désormais prohibé139. Faute de pratiquants calvinistes, une partie des anciennes églises catholiques reste simplement vacante ; d’autres servent d’entrepôt, voire d’écurie. Dans le bailliage de Bois-le-Duc, désormais sous l’autorité nominale de la République selon les termes de la reddition de Bois-le-Duc, les mêmes règles s’appliquent.

  • 140  Ibid., p. 4 (Article II).

92L’article II de l’accord précise « Que les habitans de ceste ville se comporteront en suivant les Placarts du Pays, en iouyssant de la liberté de conscience, comme par tout est faict »140. Les catholiques sont par conséquent tolérés, mais contraints de célébrer leur religion dans le domaine privé. À proximité de la ville, à Rosmalen, un couvent de l’Ordre de Sainte-Brigitte subsiste en vertu de la grâce accordée aux ordres féminins. Les confrères masculins du couvent double de Coudewater partent pour l’exil aux Pays-Bas du Sud, mais la présence des Brigittines se prolonge au-delà de la guerre. Les paroissiens de Bois-le-Duc sont accueillis dans la chapelle conventuelle. Pour éviter l’extinction, le couvent est toutefois déplacé au début du xviiie siècle vers la seigneurie indépendante de Ravenstein, située à proximité. Partant, le culte catholique trouve refuge dans l’enceinte privée ou dans des églises clandestines.

93Partout dans les Pays de la Généralité, la situation est sensiblement identique. Près de vingt ans après la prise de Bois-le-Duc, Joly fait étape à Eindhoven, chef-lieu d’un quartier également conquis en 1629. Située à proximité de la frontière avec les Pays-Bas espagnols, la petite ville est emblématique de la situation religieuse à la veille de la Paix de Westphalie :

  • 141  Joly, op. cit., p. 281-282 (« Retour de Munster à Paris »). Saint Augustin écrit, dans De civitate (...)

Le cinquiesme [avril 1647] nous vinsmes à Eindhove, qui est un des plus gros & meilleurs bourgs du Brabant, & dans ces deux lieux là de Saint Yonne & d’Eindhove, Madame de Longueville fit dire la Messe dans les Eglises parochiales, pource qu’on ne l’avoit point dit depuis plusieurs années, mesme dans celle d’Eindhove depuis onze ans, par faute de Prestres, & qu’on disoit n’avoir point esté profanées. Et elle crût en tout cas que ce saint Sacrifice les purgeroit de toute sorte de malice, suivant l’exemple qu’en rapporte S. Augustin en ses livres de la Cité de Dieu, où il parle d’un Hesperius, dont la maison estans infectée de malins esprits, en fut delivrée par ce moyen. Perrexit unus, dit-il, obtulit ibi sacrificium Christi, orans quantum potuit ut cessaret illa vexatio. Deo protinùs uniferante cessavit141.

  • 142  Lors de son premier voyage aux Provinces-Unies, en septembre 1646, Mme de Longueville a été contra (...)

94L’organisation, certes ponctuelle, du culte public catholique dans les anciennes églises paroissiales, à la faveur du prestige de Mme de Longueville et de la situation de ces contrées à la périphérie de l’autorité de la République, demeure un fait exceptionnel142. D’une manière plus discrète, la mission diplomatique de Guébriant assiste également les catholiques néerlandais au cours de son passage aux Provinces-Unies. Ainsi, Le Laboureur rapporte l’œuvre clandestine des ecclésiastiques français à Amsterdam :

  • 143  Le Laboureur, op. cit., p. 70-71. De 1640 à 1646, l’évêque d’Orange est Jean Vincent de Tulles (†  (...)

Les Catholiques y ont moins de liberté que les Juifs, à qui l’on souffre des Synagoges publiques : il y en a toutefois grand nombre ; & Mr l’Evesque d’Orange, que le Roy [Louis XIII] avoit choisy à cause de sa doctrine, pour accompagner la Royne de Pologne en son Voyage, eut la devotion de les confirmer ; comme il avoit fait en plusieurs autres lieux, où ce Sacrement n’avoit point esté practiqué de long temps143.

95Avant de passer quelques jours à Amsterdam, les voyageurs ont fait étape dans des localités avec une forte présence catholique (Tilbourg au Brabant, Heusden, Gorinchem et Vianen en Hollande, et Utrecht). La solidarité coreligionnaire y a sans doute également été exercée, comme Le Laboureur le laisse entendre. Ailleurs au Brabant, le culte s’organise également à l’abri des regards, dans le domaine privé. Ainsi, le chanoine Joly rapporte l’organisation clandestine du culte par les béguines de Grave, déjà évoquées :

  • 144  Joly, op. cit., p. 280-281 (« Retour de Munster à Paris »).

Elles faisoient dire la Messe dans une Chapelle qu’elles ont dans une chambre, leur Eglise estant occupée par les Calvinistes, & par un Ministre qui y demeuroit. Ces bonnes filles estoient fort zelées ; au moins il y en eut une qui me montrant avec le doigt une petite aurmoire qui étoit sur l’autel, où elle vouloit dire que le Saint Sacrement estoit caché, elle me dit avec une parole & un visage qui témoignoit de l’amour & de la joye, que là dedans estoit tout leur bonheur & toute leur consolation. Aussi est-il vray que les Catholiques sont communement plus devots en ces païs là, où la Religion Romaine est deffenduë, que parmy nous144.

96Le Laboureur partage cette appréciation louangeuse avec son compatriote. Il a traversé le Brabant en décembre 1645, passant par Tilbourg, avant de faire étape à Heusden et à Vianen en Hollande. Sur un grenier, il a assisté à la célébration clandestine de Noël avec des catholiques locaux :

  • 145  Le Laboureur, op. cit., p. 63. Il s’agit de la ville de Vianen, fief autonome des Brederode, mais (...)

Leur devotion me donna autant d’admiration que de pitié & apprehension, car il faut confesser que Dieu reserve des graces & des recompenses à ces pauvres gens oppressez, que nous ne meritons point dans la liberté dont nous jouyssons145.

  • 146  Bénard, op. cit., p. 682. « Recapitulation generale de ce que l’autheur a veu depuis son entree au (...)

97L’« oppression » évoquée n’est pas propre aux périodes de guerre ouverte. Lorsque Nicolas Bénard traverse le pays pendant la Trêve, il fait déjà une lecture religieuse de la géographie, récapitulant pour chaque étape « où lesdites villes sont situees, & […] la posession de religion de chacune »146 :

  • 147  Ibid., p. 683-684. Le duché de Clèves ne fait pas partie de la République, et compte une populatio (...)

Cleves ville & Duché qui est limitrophe du mesme Duché de Gueldres, Cranembourg, Nimegue, Rehenen aussi situee en Gueldres, Utrecht estat & Seigneurie separee & joignante la Holande, Amsterdam & Leyden, la Haye, Delft, Rotterdam, Dorth, Houlamesta [Hellevoetsluis ?], sont des villes Hollandoises & toutes de la religion pretenduë reformee : mais la ville d’Anvers, Malines, Louvain & Bruxelles villes de Duché de Brabant usant de la langue Flamande, la ville de Monts en Haynaut, Valenciennes, & Cambray qui est un pays separé appellé le Cambresi sont aussi catholiques147.

  • 148  Ibid., p. 632.
  • 149  Ibid., p. 684.

98Dans la marge du texte, en regard de la première série de localités, la mention « autres villes heretiques » souligne la dichotomie, inhérente à l’appartenance respective à la République ou aux Pays-Bas espagnols, entre les peuples « catholiques Romains148 » et de « la religion pretenduë reformee »149. Certes commode, cette grille de lecture est pourtant réductrice. Si la « calvinisation » de la République fonctionne en effet au XVIe siècle, il demeure néanmoins au XVIIe siècle une forte minorité catholique dans la plupart des provinces, variant d’un pourcentage négligeable en Drenthe à près de la moitié de la population en Utrecht ou même davantage dans les campagnes de Hollande. Dans les territoires des Pays de la Généralité, conquis au xviie siècle, les effets de la réforme tridentine, ainsi, sans doute, que leur statut politique inférieur, attachent solidement la population presque tout entière au catholicisme.

99La défiance à l’égard des sujets catholiques, suspectés en cas de crise de sympathie, voire de solidarité confessionnelle avec l’ennemi espagnol, préside à la construction d’une citadelle à Bois-le-Duc. Dès 1637, sa construction est entreprise, au confluent de l’Aa et du Dommel. La fortification reçoit le nom officiel « Guillaume et Marie » en l’honneur du mariage célébré en mai 1641 de Guillaume II d’Orange (1626-1650, Stathouder dès 1647) et de Marie Henriette Stuart (1631-1660). Rapidement, le sobriquet « lunette papiste » (papenbril) apparaît, puisque sa fonction militaire se double d’un rôle de surveillance civile. Ainsi, l’artillerie est également braquée sur la ville, et le quartier et l’ancienne église Saint-Pierre jouxtant la redoute sont rasés pour avoir le champ libre à cet effet.

  • 150  Rohan, op. cit., p. 157. Rohan a visité la ville en 1600.

100La ville de Groningue connaît, au début du xviie siècle, un traitement analogue. Un fort est construit sur ordre des États suite à la réduction de la ville en juillet 1594. Le duc de Rohan mentionne l’ouvrage éphémère, construit en 1600 mais d’ores et déjà démantelé avant la Trêve : « la Citadelle qu’ont basti les Estats ne leur plait point : par ce qu’outre la haine ordinaire qu’ont tous peuples de se voir bridés par là, ceux là sont des plus seditieux »150. Restée sous l’autorité catholique jusqu’en 1594, la présence catholique est encore importante à Groningue à cette époque. Ce fait motive sans doute le jugement de Rohan, qui sous-tend la question de la fidélité des catholiques à la République calviniste.

101Aux populations non-calvinistes, seule la liberté de conscience est accordée. Dans ce cadre général, la liberté confessionnelle et civile des catholiques des Pays de la Généralité est par conséquent moins étendue que celle dont jouissent les huguenots en France. L’Édit d’Alès, dit de Grâce, clôt en juin 1629 la période de guerres civiles (1620-1622, 1625-1629) durant laquelle le duc de Rohan se distingue comme chef suprême des calvinistes français. Le parti huguenot conteste l’orientation politique de la royauté française, de peur qu’elle limite ses libertés religieuses et rompe avec la tradition diplomatique française anti-habsbourgeoise, appliquée depuis le xvie siècle. Toutefois, la liberté de culte, certes limitée, et l’égalité civile, prévues par l’Édit de Nantes, restent en vigueur sous le règne de Louis XIII ; seules les libertés politiques sont supprimées.

102La situation des calvinistes en France au début du règne de Louis XIII et dans les années 1620 provoque un vif émoi aux Provinces-Unies. Dans une lettre envoyée depuis à La Haye en date du 12 mars 1629, Turenne fait référence aux événements récents :

  • 151  De Grimoard, op. cit., t. I, p. 484. Détail saillant, illustrant les dimensions politique et relig (...)

J’ai vu [chez M. le Prince d’Orange] les deux Ambassadeurs [de la République] qui sont revenus de France, qui m’ont fort parlé des misères qu’il y a pour ceux de la religion. M. de Vassinhac qui y étoit, vous en mandera à ce que je crois plus de particularités, & de toutes les levées [de troupes] qui s’y font, dont on parle extrêmement151.

103Le principe d’une cohabitation confessionnelle, admis de fait dans la République et étendu à de nombreuses religions, tranche toutefois avec les autres terres d’Empire (dont la République relève formellement jusqu’en 1648). La Paix de religion d’Augsbourg de 1555 prévoit une liberté religieuse pour les princes, et non pour leurs sujets ; la Guerre de Trente Ans en a par ailleurs rendu caducs les termes.

104Dans son Abrégé, mis à jour aux lendemains de la Paix de Münster, Parival, le Lorrain catholique installé à Leyde, résume à merveille la place des catholiques dans la société multiconfessionnelle de la République :

  • 152  Parival, op. cit., p 149-150. Parival illustre ses propos d’un exemple antique, tiré de Tite-Live  (...)

Les Catholiques sont les seuls exclus de la grace universelle, dont tous les autres joüissent, & n’ont aucune exercice libre du tout, quoyque leur nombre ne soit pas petit, & que ceux qui suivent cette Religion, soyent pour la plus part vrais Hollandois & d’ancienne extraction. Leurs ancestres ont aussi bien contribué leur zele & leur argent à l’entiere expulsion des Espaignols que tous les autres, ils ont fait plus de la moitié de la besogne, laquelle sans eux seroit demeuré imparfaite, mais les premiers pretextes estant changez & quelques articles mis en oubly : par une secrette maxime d’estat on ne leur accorde que la liberté de conscience, en laquelle ils se reposent pacifiquement sans remuer aucunement par un zele importun & plain de desobeissance. Plusieurs Politiques de notre siecle, ont creu que c’estoit à cause que le Roy d’Espagne fait profession de ladite croyance & que par consequent il estoit dangereux d’accorder l’exercice public aux Catholiques. Que la force des Espagnols estant affoiblies, & la paix faite, c’est à dire la crainte estant ostée ; on les traiteroit plus doucement : mais ces Politiques là ont fort mal mis leurs lunettes, & n’ont pas bien penetré au fond de l’affaire. […] Je ne dispute pas si ces doutes ont esté fondez ou non, je dis seulement qu’ils ont donné de l’apprehension. Il est vray que dans plusieurs villes où l’on se souvient encore des services rendus a la republique par les ancestres, on tolere que lesdits Catholiques facent leurs assemblées dans leurs maisons secrettement, mais en petit nombre, encore payent ils assez cherement cette petite grace. Les villageois principalement demeurent constants en ladite Religion ; & leurs assemblées ne sont pas si contraintes que dans les villes, on tasche par tous les moyens de l’abbastardir & de la rendre odieuse : aussi n’y en a t’il point qui soit plus exposée aux brocards du peuple que la Catholique152.

Conception politique et appartenance religieuse à l’épreuve de la Révolte

105La conquête de Bois-le-Duc en 1629 a une portée symbolique à plusieurs titres. Après les difficultés politiques et militaires consécutives à la Trêve, les Provinces-Unies entament une période nettement plus favorable. La conquête d’une ville importante en Brabant étend le territoire de la République au-delà des grands fleuves, et confirme la réputation de Frédéric-Henri le Poliorcète. Avec le bailliage de Bois-le-Duc, les terres dites Pays de la Généralité sont agrandies substantiellement. Suite aux campagnes de 1632 et de 1637, la vallée de la Meuse autour de Maëstricht et la région de Breda rejoignent ces Pays.

106Cette expansion territoriale, soulignée par la prise emblématique d’un évêché, pose avec acuité le problème de la coexistence religieuse. Dès sa création au xvie siècle, la République abrite une société multiconfessionnelle. La cohabitation est fondée sur la liberté de conscience, prévue par l’Union d’Utrecht de 1579, et le souci pragmatique de la concorde civile, et de la prospérité des affaires. Néanmoins, les Pays de la Généralité présentent deux singularités. D’une part, leur statut juridique inférieur prive sa population des droits politiques ; d’autre part, les effets de la Réforme tridentine limitent la mobilité confessionnelle. Les habitants de ces territoires demeurent par conséquent très majoritairement fidèles à l’Église catholique, et l’effort de « calvinisation » entrepris dès la conquête, échoue. Jusqu’à la Guerre de Hollande, les conditions de la cohabitation religieuse demeurent plus strictes qu’ailleurs aux Provinces-Unies.

  • 153  Pour une étude des expressions contemporaines de cette organisation sociale et politique verticale (...)

107Pendant toute l’existence de la République, dont la durée n’a pas été éternelle nonobstant l’enthousiasme juvénile de Guez de Balzac, l’État confessionnel doit compter avec des minorités religieuses. Même après l’avènement d’un État séculier, au xixe siècle, lorsque la liberté de conscience est transformée en liberté de culte, leur existence demeure essentielle. La société néerlandaise reste principalement structurée en fonction de l’appartenance religieuse, puis également politique avec l’établissement de la démocratie, des groupes qui la composent. L’organisation sociologique verticale en « colonnes » (le phénomène appelé verzuiling153) a perduré jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre Mondiale.

108En 1629, la dimension confessionnelle de la guerre qui fait rage entre la République calviniste et les Pays-Bas catholiques est exacerbée par l’importance symbolique de Bois-le-Duc, bastion de l’Église catholique. La présence de nombreux volontaires français huguenots dans l’armée des États n’est pas le fruit du hasard. Toutefois, les voyages « de Hollande » ne sont pas entrepris exclusivement par des « militants » calvinistes. Le principe classique des voyages pour acquérir de l’expérience, essentiellement militaire, et la pratique naissante du périple servant à l’édification et à l’agrément se côtoient aux Provinces-Unies. L’ancienne habitude est surtout répandue parmi la noblesse d’épée ; le déplacement nouveau style est en vogue chez les hommes de lettres, les ecclésiastiques, la noblesse de robe, et même les femmes (toutefois à cette époque de haut rang exclusivement). C’est par conséquent un public mêlé, y compris en matière religieuse, qui fréquente la République au xviie siècle. La production littéraire (correspondance, récits imprimés) varie selon le type de voyage entrepris. Les deux usages se rencontrent à l’occasion de la reddition de Bois-le-Duc, lorsque les touristes mondains rejoignent les volontaires calvinistes. Après la Paix de Westphalie, le voyage d’agrément devient la pratique majoritaire.

109Une lecture purement confessionnelle de la Révolte par les auteurs des récits ferait apparaître un clivage entre des calvinistes et leurs homologues catholiques. Dans tous les écrits, le lien entre les dimensions politiques et religieuses de la Révolte est bien souligné. Toutefois, le jugement de la République et de la guerre qu’elle livre participe davantage du politique que du religieux dans la grande majorité des cas. Le futur chef huguenot Rohan et le pèlerin Bénard ont certes un discours profondément marqué par leur appartenance religieuse, mais la majeure partie des voyageurs fait une analyse politique, voire « nationale », de la Révolte. L’alliance diplomatique de la France et des Provinces-Unies l’emporte, dans leurs écrits, sur la différence confessionnelle entre la fille aînée de l’Église et la Genève du Nord. La représentation des idées monarchomaques dans le contexte de la Révolte, y compris par les auteurs catholiques, en fournit une éloquente illustration.

  • 154  Voir à ce sujet Andreas Nijenhuis, « L’instrumentalisation des Provinces-Unies dans l’iconographie (...)

110Le contraste entre la perception de la République dans les récits, comme celui du chanoine Joly paru aussi tardivement qu’en 1670, et sa représentation orchestrée par Louis XIV est saisissant. Dans les grands tableaux du cycle iconographique de la Grande Galerie de Versailles, la République est déclassée en faire-valoir de la monarchie française triomphante. Et l’absolutisme de la monarchie catholique l’emporte sur la République calviniste des Provinces-Unies154.

  • 155  Les titres actuellement visibles sont de la main de Jean Racine (1639-1699), et remplacent les tex (...)

111Turenne, alors passé du statut de simple soldat sous Frédéric-Henri à celui de Maréchal de France en 1643, apparaît dans l’unique composition où figurent des personnages historiques aux côtés du roi, ailleurs exclusivement entouré de divinités et d’allégories. Elle relate les préparatifs de l’invasion des Provinces-Unies en juin 1672, sous le titre « Le Roi donne ses ordres pour attaquer en même temps quatre des plus fortes places de la Hollande, 1672 »155. Charles Le Brun (1619-1690) représente Turenne en général romain, dans l’environnement familier d’un campement militaire. Avec le Grand Condé (1621-1686), Monsieur (1640-1701), et Louis le Grand en personne, il scrute la carte militaire des Provinces-Unies. Parmi les places stratégiques sur le Rhin, dont les plans détaillés gisent au sol, se trouve Wesel. Il s’agit, bien entendu, de la ville conquise au cours de la campagne à laquelle Turenne a participé 43 ans auparavant [Figure 5].

Figure 5 - Charles Le Brun, « Le Roi donne ses ordres pour attaquer en même temps quatre des plus fortes places de la Hollande, 1672 », toile marouflée du cycle iconographique de la Grande Galerie et des Salons de la Guerre et de la Paix (1681-1687).

Figure 5 - Charles Le Brun, « Le Roi donne ses ordres pour attaquer en même temps quatre des plus fortes places de la Hollande, 1672 », toile marouflée du cycle iconographique de la Grande Galerie et des Salons de la Guerre et de la Paix (1681-1687).

Louis XIV en Roi de Guerre préside un conseil de guerre. Son bras droit, reposant sur le bâton du commandant, désigne quatre places fortes tenues par les Provinces-Unies en Rhénanie, à l’endroit où l’invasion de la République a lieu en juin 1672. Des divinités et allégories (Minerve, la Gloire, la Prévoyance, le Secret, etc.) tiennent la carte des Provinces-Unies.
Subtilement disposés selon une hiérarchie bien précise, les personnages de sang royal, Monsieur (sur l’estrade avec son frère aîné le roi), et Louis II de Bourbon (un pied sur l’estrade), se tiennent du côté du regard royal ; Turenne, prince étranger car vicomte de la seigneurie souveraine de Turenne est debout de l’autre côté de la scène (sur le degré inférieur de l’estrade).
Les rouleaux des cartes détaillées de « Wesel », « Burich », « Orsoy », et « Rhimberg », prises dès juin 1672, sont négligemment posés au pied de l’estrade.

Avec l’aimable autorisation de l’Agence photographique de la Réunion des Musées Nationaux, Château de Versailles. [Inv. n° 2920, cliché de Gérard Blot/Hervé Lewandowski]

112La présence de Turenne est un hommage posthume : le général, converti au catholicisme après le décès de son épouse, est mort au cours de la Guerre de Hollande, une décennie avant l’achèvement des décors peints de la Galerie des Glaces. Sa disparition en juillet 1675, en pays de Bade, intervient alors qu’il s’apprêtait à affronter Raimondo Montecuccoli (1609-1680), ce même général impérial qui avait tenté de desserrer l’étau autour de Bois-le-Duc en 1629. Ainsi, suite à un renversement d’alliances radical, les deux protagonistes se trouvent une nouvelle fois dans des camps adverses, mais à fronts renversés. La loyauté politique prime sur les considérations confessionnelles.

113À l’Âge d’Or des rapports franco-néerlandais succède l’âge de fer des guerres intermittentes entre les anciennes alliées. L’antagonisme dure jusqu’à la Quatrième Guerre Anglo-Hollandaise (1780-1784), au crépuscule de la République et de la monarchie française, éclipsant, du moins dans le discours officiel, l’entente originelle.

Haut de page

Notes

1  

 Jean Louis Guez de Balzac, Discours politique sur l’estat des Provinces Unies des Pays-Bas, par J.L.D.B. Gentilhomme François, Leyde, Jean Maire, 1638, p. VI. Le texte cité provient de l’épreuve d’imprimeur corrigée par l’auteur lui-même, conservée dans la collection des Manuscrits Dupuy, n° 517, f° 157-161v, de la Bibliothèque nationale de France.

2  « […] la rétrospection crée une illusion de fatalité qui contredit l’impression contemporaine de contingence. » Raymond Aron, Introduction à la philosophie de l’histoire. Essai sur les limites de l’objectivité historique, Paris, Gallimard, 1981, p. 224 (C’est Aron qui souligne ; 1ére édition : 1938).

3  Le XVIIe siècle (courant jusqu’à la mort de Louis XIV) compte 27 ans de guerre ouverte entre la France et la République, contre 54 ans de guerres conjointes : engagement français dans la Révolte dès 1596 (Traité de La Haye), puis 1624 (Traité de Compiègne), alliance au cours de la Guerre de Trente Ans dès 1635 (Traité de Paris), et l’intervention française dans les conflits simultanés de la République avec l’Angleterre, en 1665-1667, et avec l’évêque de Munster, Bernard « le canonnier » von Galen (1606-1678), en 1665-1666.
La césure se situe à la Guerre de Dévolution (1667-1668), avec d’une part le début d’une guerre économique contre les Provinces-Unies (adoption, à l’initiative de Colbert, de tarifs douaniers, désavantageux pour la République, 1667), et d’autre part la constitution de la Triple Alliance de 1668 (Provinces-Unies, Suède, Angleterre) pour contenir l’expansion française aux Pays-Bas espagnols, suivant l’adage diplomatique néerlandais Gallus amicus, sed non vicinus. Cf. l’observation du voyageur François Boullaye le Gouz, aux lendemains de la Paix de Münster : « [La République] n’a autre visée que de maintenir dans l’egalité les forces d’Espagne & de France, & ne redoute rien que d’avoir pour voisins les François. » François Boullaye-le-Gouz, Les voyages et observations du sieur de la Boullaye-le-Gouz, Paris, François Clouzier, 1653, p. 470.

4  Le Lorrain Jean-Nicolas de Parival (1605-après 1667), installé à Leyde depuis 1624, constate en 1650 : « La plus forte alliance que les Provinces unies ayent aujourd’huy, est avec la France ». Jean-Nicolas de Parival, Les Délices de la Hollande, Œuvre Panegirique. Avec un traité du Gouvernement, et un abrégé de ce qui s’est passé de plus mémorable, jusques à l’an de grace 1650, Leyde, Abraham Geervliet, 1655, p. 215.

5  Jean Louis Guez de Balzac, op. cit., p VI.

6  Henri de Rohan, Voyage du Duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, Allemaigne, Pays-Bas Uni, Angleterre, & Escosse, Amsterdam, Louys Elzevier, 1646, p. 160.

7  S’agissant de territoires non signataires de l’Union d’Utrecht de 1579, les pays suivants sous autorité de la République sont gouvernés directement par les États Généraux (et par le Conseil d’État quant à l’administration et les impôts) : les parties septentrionales de la Flandre (près de l’Écluse et Hulst) et du Brabant (principalement les quartiers de Breda, de Bois-le-Duc et d’Eindhoven), et la région de Maëstricht (Overmaze, en co-souveraineté avec le Prince-Évêque de Liège). Formellement, la région à l’est de Groningue (autour de Bourtange) fait partie de ces Pays ; après 1715, une partie de la Haute Gueldre (la région de Venlo) rejoint ces territoires à statut politique particulier.

8  La devise de la République est empruntée à Salluste (86-35 av. J.C.), Bellum Iugurthinum, X : « nam concordia parvæ res crescunt, discordia maximæ dilabuntur » ou « La concorde donne de la force à ce qui en manque ; la discorde détruit la puissance la plus grande », selon la traduction de François Richard (trad.), Conjuration de Catilina - Guerre de Jugurtha - Histoires, Paris, GF Flammarion, 1993, p. 87. Cf. Jean-Nicolas de Parival, Les Délices de la Hollande, Œuvre Panegirique. Avec un traité du Gouvernement, et un abrégé de ce qui s’est passé de plus mémorable, jusques à l’an de grace 1650, Leyde, Abraham Geervliet, 1655, p. 180 : « Je conclus donc que c’est par la marine que la Hollande s’est fait connoistre, s’est embellie, & enrichie jusques au point où nous la voyons aujourd’huy, & que la roüe de sa fortune est attachée avec un clou de diamant, pourveu que ceux qui gouvernent cet invincible vaisseau s’accordent bien, & demeurent en parfaite intelligence. Par ce moyen ils sont parvenus au sommet de cette grande felicité dont ils joüissent, & par son contraire ils sont menacez de beaucoup de malheurs selon leur devise, qui leur doit tousiours estre en la memoire, que les plus grans Estats se dissipent par les divisions. ».
Lors de l’établissement du Royaume des Pays-Bas en mars 1815, la devise de Guillaume d’Orange, « Je maintiendrai », a remplacé la devise « Vrijheid, Gelijkheid en Broederschap » de la République batave, laquelle avait eu raison, en 1795, des Provinces-Unies et de leur maxime antique. En ancien néerlandais (Eendragt maakt magt), la maxime a servi de devise au Transvaal jusqu’en 1994, et à Brooklyn ; en français, la devise apparentée « L’union fait la force » officie à Haïti, mais également en Belgique.

9  « SIRE, la connexité des affaires de Vre Majesté avec les nostres nous a faict évidament appercevoir le fruict du progrès de la prospérité de celles de Vre Majesté, dont avons esté bien aises d’entendre plus amplement les particularités par le Sr d’Incarville à sa venue en ces pays […] Prians le Créateur, Sire, de continuer et maintenir toujours celles de Vre Majesté prospères et vous donner plaine victoire sur nos ennemis communs. De La Haye ce Xe jour de septembre 1590. De Vre Majesté/Très humbles serviteurs/Les Estats Généraux des Provinces Unies des Pays-Bas ». Document cité dans Jacques de Monts de Savasse, Yves Soulingeas, Stéphane Gal, L’Europe d’Henri IV. La correspondance diplomatique du secrétaire d’État Louis de Revol (1588-1593), Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2004, p. 105.

10  La correspondance du duc de la Force est publiée au XIXe siècle : Marquis de la Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, Duc de la Force, Paris, Charpentier, 1843, 4 vol.

11  Le voyage de Rohan, entamé en mai 1600, a fait l’objet d’une publication posthume chez Elzévir à Amsterdam. Henri de Rohan, Voyage du Duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, Allemaigne, Pays-Bas Uni, Angleterre, & Escosse, Amsterdam, Louys Elzevier, 1646. À propos de la République, constituée depuis vingt ans seulement, il écrit, p. 160 : « Ce petit pays de Hollande m’a apporté autant de merveille que chose que j’ay veu en mon voyage : quand je considere qu’il n’a que 60 lieuës de circuit, & qu’en iceluy il se voit 29 belles villes. (Et comprenant celles qui ne sont closes, mais qui laissent d’avoir mesme privilèges, sans conter encore la Haye il y en a 35 : entre lesquelles les six principales, Dordrecht, Harlem, Delft, Leiden, Rotterdam & Amsterdam sont comparables aux plus belles villes qui se voyent, tant en richesses comme en nombre de peuple & beaux edifices) & 400 villages. »

12  Dès le XVIIIe siècle, les écrits de Turenne sont rassemblés : Philippe-Henri de Grimoard, Collection des lettres et mémoires trouvés dans les portefeuilles du maréchal de Turenne, pour servir de preuves et d’éclaircissements à une partie de l’histoire de Louis XIV, et particulièrement à celle des campagnes du général français, Paris, Nyon l’Aîné, 1782, 2 vol.

13  Le récit du voyage de Bénard, présent aux Pays-Bas en 1617, paraît à Paris dès 1621 : Nicolas Bénard, Le voyage de Hierusalem et autres lieux de la terre sainte, faict par le sieur Benard Parisien Chevalier de l’ordre du Saint Sépulchre de Notre Seigneur Jesus Christ Ensemble son retour par l’Italie, Suisse, Allemagne, Holande et Flandre, en la tres fleurissante et peuplee Ville de Paris Avec une ample description des choses plus remarquables et une instruction necessaire pour les pelerins voyageurs es saints lieux cy dessus de Hierusalem, Paris, Denis Moreau, 1621.

14  Le récit de Joly est publié un quart de siècle après le voyage : Claude Joly, Voyage fait a Munster en Westphalie, et autres lieux voisins, en 1646 & 1647, Paris, 1670.

15  Dans la foulée de son périple, Boullaye le Gouz publie son journal à Paris : François Boullaye-le-Gouz, Les voyages et observations du sieur de la Boullaye-le-Gouz gentil-homme Angevin, où sont décrites les Religions, Gouvernemens, & situations des Estats & Royaumes d’Italie, Grece, Natolie, Syrie, Palestine, Karamenie, Kaldée, Assyrie, grand Mogol, Bijapour, Indes Orientales des Portugais, Arabie, Egypte, Hollande, grande Bretagne, Irlande, Dannemark, Pologne, Isles & autres lieux d’Europe, Asie & Affrique, où il a séjourné, le tout enrichy de Figures, Paris, François Clouzier, 1653.

16  Entre le 22 décembre 1645 et le 8 janvier 1646, Le Laboureur parcourt, dans la suite de Renée du Bec (1614-1659), Maréchale de Guébriant, les villes et bourgs de Tilbourg, Heusden, Gorinchem (ou Grocum), Vianen, Utrecht, Amsterdam, Amersfoort, Harderwijk, Hattem, Zwolle, Ruinen, Rolde, et Zuidbroek. Son livre est publié dès son retour à Paris : Jean le Laboureur, Histoire et relation du Voyage de la Royne de Pologne, et du retour de la Mareschalle de Guebriant, ambassadrice Extraordinaire, & Sur-intendante de sa conduite, par la Hongrie, l’Austriche, Styrie, Carinthe, le Frioul & l’Italie, avec un discours historique de toutes les Villes & Estats, par où elle a passé, Paris, 1647.

17  Joly, op. cit.,p. 116.

18  Rohan, op. cit., p. 165.

19  Henri Brederode (1531-1568) a été, au cours des années 1560, l’un des membres les plus actifs, et même radicaux, du Compromis des Nobles. Aux lendemains de l’iconoclasme de 1566, il a tenté de soulever Amsterdam. Il est mort en exil en Allemagne, en février 1568.

20  Le Laboureur, op. cit., p. 61-62.

21  Ibid., p. 62.

22  Le Laboureur [Henri de Boulainvilliers (1658-1722)], Histoire du gouvernement de la France ; de l’origine et de l’autorité des pairs du royaume et du parlement. Par M. Le Laboureur. On y a joint un traité des pairies d’Angleterre et un autre de la grandesse d’Espagne, La Haye / « Francfort sur Meyn » [La Haye], aux dépens de la Compagnie [Jean van Duren selon l’encart p. 379], 1743. Le même texte, « par M. D. B. » est publié à Londres en 1740, 1745, et 1753. De Boulainvilliers, historien et généalogiste comme Le Laboureur, a sans doute consulté les ouvrages de son aîné ; en outre, les premières éditions du texte attribué conjointement à Le Laboureur et à Boulainvilliers proviennent du même atelier. L’édition de La Haye de 1743 prêtée à Le Laboureur, et celle prétendument de Londres datée de 1740, imputée à « Monsieur D. B. », sont rigoureusement identiques : seule la page de titre diffère. L’attribution à Le Laboureur (Antoine-Alexandre Barbier, Examen critique et complément des dictionnaires historiques les plus répendus, depuis le dictionnaire de Moréri, jusqu’à la biographie universelle inclusivement, Paris, Rey et Gravier, 1820, t. I, p. 144-145) est hypothétique ; paru chez le même éditeur, l’ouvrage est à rapprocher des autres publications, toutes posthumes, de Henri de Boulainvilliers, comme l’Histoire de l’ancien gouvernement de la France. avec 14 lettres historiques sur les parlements ou états generaux par M. de Boulainvilliers, La Haye/Amsterdam, aux dépens de la Compagnie, 1727, 3 tomes (remaniée et rééditée à « Londres » en 1753). Dans la Lettre II Des Parlemens, & de la maniere dont Charlemagne les assemblois, de l’édition amstellodamoise de 1727, t. I, p. 224, on trouve un bel exemple de contestation de l’absolutisme : « En effet il en faut revenir à la maxime que tout Souverain qui gouverne sans menagement pour les droits de ses Sujets, sans atention à leur caractère, sans consideration pour le bonheur public, sans prevoyance pour ceux qui lui doivent succeder, & sans desir de fonder sa gloire sur la justice de son gouvernement, ce Prince, dis-je, loin de meriter le titre d’un bon Souverain, ne peut jamais être regardé par la postérité que comme un oppresseur, c’est-à-dire, que comme un prince qui a abusé de son pouvoir, qui se livrant à ses passions, & n’étant bon que pour lui même, s’est séparé du corps de la Société, pour jouir seul des avantages qui ne peuvent cesser d’être communs sans detruire politiquement cette même Société. » Dans les Lettres sur les anciens parlemens de France que l’on nomme États-Généraux. Par M. de Boulainvilliers, Londres, T. Wood & S. Palmer, 1753, 3 tomes, le texte est sensiblement identique (Cf. Lettre II, t. I, p. 47-48 pour le présent passage).

23  Bénard, op. cit., p. 631. Cf. Rohan, op. cit., p. 1 : « je voulois aller voir l’Empire des Turcs : non par superstition, comme la plus part de ceux qui faisant ce voyage, y vont seulement pour voir Hierusalem ».

24  Le portrait gravé en médaillon par Jasper Isaac à la suite du « Discours au lecteur », représente « Nicolas Bénard Parisien aagé de 25 ans », en 1621. La légende inscrite en cartouche résume son voyage : « Le ciel favorisant mon Vœu et mon Voyage/Iay Veu Hierusalem, cité saincte Sion/Visité Bethelehem, Lieux de devotion/Dieu m’en a faict la grace au Printemps de mon aage ». Bénard, op. cit., p. XII.

25  Bénard, op. cit., p. 596.

26  À Nimègue, le voyageur dénombre « six compagnies françoises », la moitié de la garnison, Bénard, op. cit., p. 629 ; à La Haye, il signale « pour la garde duquel chasteau y a toujours deux cens soldats françois qui sont comme en garnison & sont souldoyez par ledict Seigneur Prince Maurice, & aux depens des estats de Hollande », Bénard, op. cit., p. 640. À Rotterdam, « Lors que nous y estions y avoit bonne garnison de François pour Monsieur de Chastillon qui estoit Colonnel pour Mesieurs des estats contre l’Espagnol & l’Archiduc », Bénard, op. cit., p. 644. Dans les récits de l’époque, il est par ailleurs courant de décrire les fortifications, « boulevards » (du néerlandais bolwerk, bastion) et « forts de gazon », toutes généralement qualifiées d’imprenables.

27  Bénard, op. cit., p. 629. Pendant la Trêve, la République et l’Espagne s’opposent lors de la Guerre de Succession de Juliers et de Clève (1610-1614). Le duché, situé en Rhénanie, commande l’accès à la Gueldre et revêt par conséquent une importance stratégique pour les deux belligérants, d’où la présence de fortes garnisons.

28  Bénard, op. cit., p. 632-633.

29  Joly, op. cit., p. X.

30  Ibid., p. 142. Joly visite Delft le 4 septembre 1646.

31  Bénard, op. cit., p. 641. La désignation de Bénard est une synthèse entre la nouvelle destination de temple calviniste, de l’ancienne église Sainte-Ursule. Ne pratiquant pas le culte des saints, les calvinistes appellent le bâtiment du XVe siècle « Nouveau Temple » (Nieuwe kerk), par opposition à l’« Ancien Temple » (Oude kerk) du XIVe siècle, anciennement l’église Saint-Hippolyte.

32  Le monument funéraire de Guillaume d’Orange est dessiné par Hendrick de Keyser (1565-1621), et construit entre 1614 et 1623.

33  Bénard, op. cit., p. 629.

34  Ibid., p. 639. Frédéric-Henri hérite de la Principauté d’Orange de son demi-frère aîné, Philippe Guillaume d’Orange (1554-1618). Au moment du voyage de Bénard, Frédéric-Henri est comte de Nassau.

35  Rohan, op. cit., p. 1. Rohan, né le 25 août 1579, a vingt ans au début de son voyage.

36  Ibid., p. 156. L’adjectif gentil s’entend à cette époque comme dans gentilhomme : noble et vaillant. Rohan l’oppose à la « meschanceté », dans l’acception de mauvais, voire minable, des Espagnols.

37  Henri de Rohan, Voyage du Duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, Allemaigne, Pays-Bas Uni, Angleterre, & Escosse, Amsterdam, Louys Elzevier, 1646, 256 p.

38  Rohan, op. cit., p. 172.

39  Ibid., p. 166-167. Le « Duc d’Albe » en question est Fadrique (Frédéric) Álvarez de Toledo (1537-1583), fils du Gouverneur espagnol des Pays-Bas, le « Duc de Fer » Fernando Álvarez de Tolède (1507-1582, gouverneur de 1567 à 1573). Au moment du siège de Haarlem (décembre 1572-juillet 1573), Don Fadrique est duc de Huéscar ; il ne reçoit le titre de duc d’Albe qu’au décès de son père, survenu exactement un an avant le sien. Les sièges de Malines, Zutphen, Naarden, et Haarlem, tous advenus au cours de la campagne de 1572-1573, sont systématiquement marqués par des massacres après la reddition.
Rohan évoque, ibid., p. 235-236, dans des termes similaires les massacres de la Saint-Barthélémy en France, « journée qui sera aussi malheureuse en l’autre monde aux inventeurs & executeurs d’icelle, qu’elle le fust en cesluy-cy aux gens de bien : journée aussi indigne d’estre advenuë en la Chrestienté, que sont indignes d’estre appellés Chrestiens les executeurs de telles cruautés : journée dis-je advenue en France non naturellement, mais par l’art du Diable, qui eust par permission de Dieu ceste puissance sur ses serviteurs, afin de monstrer la constante resolution de ceux qui resterent, & que ce n’estoit la prudence humaine de ces massacrés qui maintenoit son Eglise, mais la seule divine puissance. »

40  Rohan, op. cit., p. 153. Les Ducs de Bourgogne s’établissent en Flandre dès 1384. L’année 1435 mentionnée par Rohan correspond au Traité d’Arras, conclu entre Philippe le Bon (1396-1467) et Charles VII (1403-1461).

41  Ibid., p. 161.

42  Ibid., p. 162.

43  Ibid., p. 247.

44  Ibid., p. 247-248.

45  Ibid., p. 156.

46  Le Laboureur, op. cit., p. 58. Le Laboureur fait étape à « Gorchum » [Gorcum ou Gorinchem] le 24 décembre 1645.

47  La référence aux Arabes, sans doute barbaresques, est à rapprocher de la crainte du Turc, vivace en Europe au XVIIe siècle. Cf Sophie Linon-Chipon (éd.), Turcs et turqueries (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, PUPS, 2009.

48  Le Laboureur, op. cit., p. 82-83. À Amersfoort, « Le premier jour de l’an mil six cens quarante-six […] Elle [la reine de Pologne] arriva sur le soir, & fut logée en une maison du faux-bourg la plus commode, qui estoit un Convent avant le changement de Religion ; dont madame la Mareschalle de Guébriant eut une portion, pour elle & pour les filles. Nous autres fusmes à l’Hostellerie, où nous trouvasmes une hostesse encor plus barbare que toutes les autres, qui se fit payer six fois plus qu’elle n’avoit demandé auparavant ; & compta dans la despense le débris de la maison, le loüage des tables, des lits & des escuries à part, sans crainte du Bourgue-mestre, qui s’entendit avec elle, ou qui n’eut pas assez d’authorité. », ibid., p. 76-77. À Ruinen, en Drenthe, la peur des pillards motive l’inhospitalité : « Il nous fallut avoir deux heures de combat contre l’hoste de madame la Mareshale de Guébriant, qui ne nous voulut point donner de paille pour nous coucher : En ayant fait apporter, il se mit à crier, & fit venir à son secours ving ou trente coquins avec leurs brins d’estoc ; mais ils n’y trouverent pas bien leur compte. Il y en eut deux ou trois bien battus, & le reste se sauva. Le maistre nous abandonna tout à discretion, & s’excusa sur ce qu’il croyoit que nous voulussions mettre le feu à son logis : il nous donna tant de paille qu’il nous plust, & le lendemain il compta fort raisonnablement. », ibid., p. 81-82.

49  Le Laboureur, op. cit., p. 86. Le Laboureur décrit la province de Groningue comme faisant partie de la Frise : « la belle Ville de Grœninge, qui fait un Estat particulier, qui de tout temps a esté chef d’une province dans la Frise », ibid., p. 82. Depuis 1609 la ville allemande d’Emden, calviniste, est placée sous la protection de la République, contre les Comtes de Frise orientale, luthériens. La garnison de la République demeure dans la ville jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. Il existe par conséquent bien un « rapport de Religion », que Le Laboureur ne relève pas.

50  Boullaye le Gouz, op. cit., p. 470.

51  Le Laboureur, op. cit., p. 62.

52  Ibid., p. 78.

53  Jean Louis Guez de Balzac, Discours politique sur l’estat des Provinces Unies des Pays-Bas, par J.L.D.B. Gentilhomme François, Leyde, Jean Maire, 1638, p. I-II. C’est Guez de Balzac qui souligne. Les « Ambassadeurs » sont Lamoral, comte d’Egmont (1522-1568) et Philippe de Montmorency, comte de Horne (1524-1568), exécutés en juin 1568 à Bruxelles. Le dernier paragraphe fait référence à l’Acte de Déposition de juillet 1581, par lequel les États Généraux déclarent Philippe II déchu de ses droits de souverain des Pays-Bas. Pour une description synthétique de l’idéologie de la Révolte : Martin van Gelderen, The political thought of the Dutch Revolt 1555-1590, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

54  La controverse naît de la critique de Guez de Balzac sur la pièce de Heinsius Herodes infanticida, publiée en 1632. Le 2 février 1633, Guez de Balzac écrit à son propos à Constantin Huygens (1551-1624) : « J’ay seulement à vous proposer un petit scrupule, et ne sçay pas bien pourquoy Tisiphone est introduite avec Mariamne, qui parle du Styx, du Cocyte, et de l’Acheron ; ny s’il se peut former un corps naturel de deux pieces si differentes, que sont à mon advis la religion juifve et la payenne. Mon doute vient de mon ignorance, et non pas de ma presomption. Je demande enseignement, et ne cherche pas querelle. Particulierement avec un homme qui regne en ces matieres critiques, et que je reconnois pour le vray et le legitime successeur du grand Scaliger ». Jacob Adolf Worp (éd.), Constantijn Huygens, Briefwisseling, La Haye, Martinus Nijhoff, 1911, tome 1 (1608-1634), p. 386 ; Guez de Balzac, Discours sur une tragédie de Mr Heinsius intitulée Herodes infanticida, Paris, Rocolet, 1636.
Les épreuves d’imprimeur du Discours politique, conservées à la BnF, portent les traces de la querelle qui s’ensuit avec Heinsius. La phrase « […] des esprits qui n’escrivent rien qui ne merite d’estre leu » du texte définitif s’y lit : « […] de ces grans personages, Douza, Grotius, Heinsius, Baudius, Esprits qui n’escrivent rien qui ne merite d’estre leu ». Guez de Balzac a corrigé, en soulignant partiellement : « voici comme il y a dans la copie qui a esté baillee a l’imprimeur (f° 160) : qui ne font rien qui ne merite d’estre escrit, et des esprits qui n’escrivent rien qui ne merite d’estre leu » et « il fault lire comme il y a dans l’original, et des esprits, qui n’escrivent rien &c. ». Dans la version imprimée, la mention « Ces grans personages./Douza, Grotius, Heinsius, Baudius », tous formés ou liés à l’Université de Leyde, est imprimée dans la marge du texte. Jean Louis Guez de Balzac, Discours politique sur l’estat des Provinces Unies des Pays-Bas, par J.L.D.B. Gentilhomme François, Leyde, Jean Maire, 1638 [MS. Dupuy-517, f° 160-160v].

55  Rohan, op. cit., p. 153.

56  Le Laboureur, op. cit., p. 62.

57  Joly, op. cit., p. 142. (« Voyage de Hollande »). Joly visite Delft le 4 septembre 1646.

58  Bénard, op. cit., p. 683.

59  Ibid., p. 632.

60  Ibid., p. 629 : « depuis qu’elle est usurpee par les estats de Hollande, elle se maintient contre ses ennemis, & d’ordinaire six compagnies françoises, & six autres compagnies, tant Allemans, Anglois, Escossois que Wallons pour la garnison & garde de la ville qui sont sous la charge & commandement du Comte Maurice qui les entretient pour & au nom des estats de Hollande. » L’on constate, par ailleurs, que la coexistence religieuse touche également la milice des États.

61  Bénard, op. cit., p. 625.

62  Cf. Étienne Thuau, Raison d’Etat et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, Albin Michel, 2000 ; Seung-Hwi Lim, « Mathieu de Morgues, Bon Français ou Bon catholique ? », in XVIIe siècle, Paris, PUF, 2001/4, n° 213, p. 657.

63  Boullaye-le-Gouz, op. cit. Le portrait de l’auteur est accompagné de la légende : « Portrait du sieur la Boullaye le Gouz, en habit levantin, connu en Asie et en Afrique, sous le nom d’Ibrahim-Bey, et en Europe, sous celui de Voyageur catholique ».

64  Boullaye-le-Gouz, op. cit., p. 471.

65  Ibid., p. 472.

66  Parival, op. cit., p. 169. Les noms propres figurent en italique dans le texte.

67  De la Grange, op. cit., t. III, p. 310. Lettre datée du 18 septembre 1629, « du camp devant Bois-le-Duc ». Jacques Nompar de Caumont (vers 1559-1652) est le père d’Armand Nompar de Caumont. Proche d’Henri IV, il se trouvait dans son carrosse lors de l’assassinat de celui-ci en mai 1610.

68  Frans van Gaal et Peter Verhagen, Dans l’enceinte de Bois-le-Duc, une exploration historique, Bois-le-Duc, Les Éditions Adriaan Heinen, 2001, p. 68.

69  Ronald Prud’homme van Reine, Admiraal Zilvervloot. Biografie van Piet Hein, Amsterdam, De Arbeiderspers, 2003, p. 160, rapporte le chiffre de 11 509 524 florins, et estime, ibid., p. 139, le coût mensuel des armées espagnoles à 750.000 florins aux lendemains de la Trêve. Le butin correspondrait alors à 16 mois de frais de campagne, c’est-à-dire quatre ans de guerre à raison d’une moyenne de quatre mois de campagnes.
Bien entendu, le butin de WIC profite en premier lieu à ses actionnaires, mais les États Généraux empruntent à la Compagnie des fonds nécessaires à la campagne. Le financement des opérations de 1629 relève aux Provinces-Unies des autorités de la République et d’emprunts institutionnels, alors que les Pays-Bas espagnols sont réduits aux prélèvements auprès du public. Cf. John Huxtable Elliott, The Count-Duke of Olivares : the statesman in an age of decline, New Haven/Londres, Yale University Press, 1986.

70  Les armées de Maurice (1567-1625), puis Frédéric-Henri d’Orange (1584-1647), font office d’école de la guerre pour la noblesse, française et protestante. Turenne perpétue la tradition familiale lors qu’il préconise, en mars 1643 : « Quand ma sœur de Duras [Élisabeth de La Tour d’Auvergne (1606-1685)] n’enverroit pas son second fils en Hollande, je serois fort d’avis que l’aîné fût avec moi à l’armée, deux ou trois mois avant l’autre ; car il me semble que quand deux frères sont ensemble, ils ne se quittent jamais, & cela les empêche d’être tant connus, que quand ils sont seuls. », De Grimoard, op. cit., t. I, p. 37. Cela reflète trait pour trait la façon dont Turenne lui-même et son frère aîné, le bouillonnant Frédéric Maurice de La Tour d’Auvergne (1605-1652), ont servi simultanément aux Provinces-Unies, dans deux régiments distincts.

71  Élisabeth de Nassau (1577-1642) est issue de l’union de Guillaume d’Orange (1533-1584) et de l’ancienne abbesse Charlotte de Bourbon (vers 1547-1582), épousée en troisième noces. Installée en France avec sa belle-mère Louise de Coligny (1555-1620), quatrième épouse de Guillaume le Taciturne, elle épouse en secondes noces en 1595 Henri de la Tour d’Auvergne (1555-1623).

72  Philippe-Henri de Grimoard, Collection des lettres et mémoires trouvés dans les portefeuilles du maréchal de Turenne, pour servir de preuves et d’éclaircissements à une partie de l’histoire de Louis XIV, et particulièrement à celle des campagnes du général français, Paris, Nyon l’Aîné, 1782, tome I, p. 483. Lettre du 21 janvier 1629.

73  De Grimoard, op. cit., t. I, p. 483. Lettre datée du 5 février 1629.

74  Ibid., t. I, p. 483. Lettre datée du 21 janvier 1629.

75  Ibid., t. I, p. 487. Lettre datée du 18 novembre 1629.

76  Ibid., t. I, p. 483. Lettre datée du 5 février 1629 : « Les États d’Utrecht en étoient les parrains sans nulle cérémonie ». L’enfant baptisé sous le parrainage des États d’Utrecht est sans doute Charlotte (1628-1631), née du mariage de Frédéric V (1596-1632) et d’Élisabeth Stuart (1596-1662). Contraint à la fuite, après la bataille de la Montagne Blanche en novembre 1620, le roi de Bohème a trouvé refuge dans la principauté de Sedan auprès de son oncle Henri de La Tour d’Auvergne (1555-1623), puis aux Provinces-Unies auprès de Maurice d’Orange (1567-1625).
Au cours de son « Voyage de Hollande », Claude Joly s’est rendu à la résidence de la reine de Bohème, Élisabeth d’Angleterre (1596-1662), installée dans la province d’Utrecht : « Elle [Madame de Longueville] vint donc coucher le 7. Septembre [1646] à Rhenen, qui est un assez beau Chasteau situé sur un bras du Rhin appellé en cét endroit Lech, basti par la Reyne de Bohème à qu’il appartenoit : c’estoit auparavant un convent de Religieuses. La ville est petite, mais bastie assez proprement à la mode des Hollandois, comme en effet elle leur appartient à présent. », Joly, op. cit., p. 167-168. Turenne n’est pas de cet avis, selon la lettre à sa mère, datée du 12 novembre 1629 : « Le Roi & la Reine de Bohême sont à Rénen. On s’étonne fort quel divertissement ils peuvent prendre. Ils y font bâtir une maison qui coûtera beaucoup, & dont la dépense sera assez inutile, la ville étant fort vilaine ». Grimoard, op. cit., t. I p. 7.

77  Ironie du sort, le décès intervient au cours d’un voyage en janvier 1629 à Amsterdam pour venir admirer le butin de la flotte d’argent conquise par Piet Hein. Une collision avec un autre navire coule l’embarcation de la famille royale.

78  De Grimoard, op. cit., t. I, p 1-2. Lettre du 10 mai 1629. Des lettres interceptées peuvent fournir des renseignements à l’ennemi, comme Turenne le signale (infra) durant le siège.

79  Ibid., t. I, p 2. Lettre du 15 mai 1629.

80  Ibid., t. I, p 2. Lettre du 22 mai 1629. César introduit l’usage d’une vallatio dans l’histoire militaire, lors du siège d’Alésia (52 av. J.C.). Pendant la Révolte, cette méthode avait été mise en œuvre par Frédéric-Henri au siège de Groenlo ; dans le camp adverse, Alexandre Farnèse (1545-1592) puis Spinola ont également eu recours à ce système aux grands sièges d’Anvers (juillet 1584-août 1585), d’Ostende (juillet 1601-septembre 1604), et de Breda (août 1624-juin 1625). Pour célébrer le dixième anniversaire de ce succès, Spinola a commandé à Vélasquez (1599-1660) sa célèbre Reddition de Breda (mieux connue comme Les lances, visible au musée du Prado à Madrid). Le tableau est achevé en 1635, mais la ville est (re-)conquise par les Provinces-Unies dès octobre 1637.

81  Ibid., t. I, p 3. Lettre du 22 mai 1629.

82  Ibid., t. I, p 2. Lettre du 15 mai 1629. Au début de la campagne de 1629, les autorités de Bois-le-Duc n’ont pas pu disposer, malgré les demandes auprès de Bruxelles, des fonds nécessaires pour garnir les stocks de munitions. Aussi, les assiégés sont obligés de les économiser pour résister défensivement jusqu’à l’arrivée des secours escomptés. Fin août, les réserves sont quasi épuisées. La principauté de Sedan est le fief des de la Tour d’Auvergne ; Turenne y est né le 11 novembre 1611.

83  Le patronyme de naissance de Leeghwater est In de Rijp. Le nom de laag water (« eau basse ») est en quelque sorte un nom commercial, utilisé pendant sa carrière de spécialiste des polders. Dès 1608, il a supervisé la création de nombreux polders en Hollande, mais également près de Bordeaux (1628), et de Metz (1630). Autour de Bois-le-Duc, Leeghwater installe des pompes, mues par le vent ou par les chevaux de la cavalerie, pour assécher les terres autour de Bois-le-Duc délimitées par la contrevallation.

84  Rogier, op. cit., t. I, p. 371 : « Het was het Bossche bisdom beschoren, dit intensieve katholieke reformatieproces te ondergaan van de ambtsaanvaarding van Gijsbertus Maas in 1594 tot aan de inneming van Den Bosch door Frederik Hendrik in, 1629. Op het krachtige episcopaat van Gijsbertus Maas, dat tot 1614 duurde, volgde dat van Nicolaas van Zoes, een man van hetzelfde slag en een even positieve persoonlijkheid. Hij stierf in 1625 en werd opgevolgd door de Predikbroeder Michael Ophovius. ».

85  De Grimoard, op. cit., t. I, p 2. Lettre du 15 mai 1629.

86  Henri van den Bergh (1573-1638), fils de Willem IV van den Bergh (1537-1586, stathouder de Gueldre entre 1581 et son ralliement à la République en 1583) et Maria van Nassau (1539-1599), sœur de Guillaume d’Orange, a fait carrière aux Pays-Bas des archiducs Albert d’Autriche (1559-1621) et Isabelle de Habsbourg (1566-1633). Insatisfait de l’influence espagnole aux Pays-Bas, accrue après le décès d’Albert et le retour des Pays-Bas sous l’autorité de Madrid, il collabore avec son cousin le Stathouder Frédéric-Henri dès 1632 (reddition de Venlo et de Ruremonde en Haute Gueldre dont il est le gouverneur), avant de passer avec armes et bagages aux Provinces-Unies l’année suivante.

87  De Grimoard, op. cit., t. I, p 3. Lettre du 19 juin 1629. Les troupes ennemies tentent de faire entrer des troupes dans Bois-le-Duc entre le 27 juin et le 9 juillet. À cause des problèmes financiers, qui ont retardé la mise sur pied de l’armée, la première réaction intervient trop tardivement pour briser l’encerclement. Depuis plus d’un mois, les retranchements de la circonvallation sont en état de défense.

88  Un inventaire dressé à la toute fin du siège, le 13 septembre, évoque 1 356 soldats sains, 465 soldats tombés, et 1 570 blessés ou malades, pour un total de 3 391 [le document en comptabilise 3 392…]. Le nombre de déserteurs est inconnu. Relation des soldats effectifs faicte le 13 de 7bre 1629, conservée aux Archives de l’État, Bruxelles (collection d’Ursel L.266, C. N° 6), citée par Peter de Cauwer, Tranen van bloed. Het beleg van ‘s-Hertogenbosch en de oorlog in de Nederlanden, 1629, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2008, p. 178. Turenne mentionne les troupes qui évacuent la ville le 17 septembre : « Ceux de guerre ont emmené six piéces de canon. Ils étoient quelque quinze cens de sains ». De Grimoard, op. cit., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

89  De Grimoard, op. cit., t. I, p 3. Lettre du 9 juillet 1629. La lettre du 15 mai 1629 relate un événement similaire, survenu avant l’achèvement des retranchements : « Je ne pus l’autre semaine achever la mienne [de lettre] que je fermai en grande hâte, parce que mon frère, m’envoya querir à onze heures du soir vingt cornettes de cavalerie, devant monter à cheval, sur un avis que M. le Prince avoit eu de quelque secours qui devoit entrer dans Bois-le-Duc ; nous en revinmes sur les dix heures du matin ». Ibid., p. 2. Début mai, avant la fermeture de la circonvallation, 800 soldats sont effectivement entrés, à la faveur de la nuit, dans Bois-le-Duc.

90  Il s’agit d’Ernesto Montecuccoli (1582-1633), oncle de Raimondo Montecuccoli (1609-1680). Ce dernier est le général opposé à Turenne à la bataille de Sasbach le 27 juillet 1675, au cours de laquelle le maréchal français a trouvé la mort. Les deux Montecuccoli se trouvent ensemble à la tête de l’armée impériale qui fait irruption en Gueldre avec l’armée des Pays-Bas. Pour ne pas s’immiscer officiellement dans le conflit, les soldats impériaux sont « prêtés » à Madrid.

91  De Grimoard, op. cit., t. I, p 3. Lettre du 30 juillet 1629. Le « Velau » est le Veluwe, quartier de la Gueldre. De là, les troupes font des incursions, notamment dans la province d’Utrecht.

92  Turenne écrit le 21 août 1629 : « Une petite ville s’est rendue au Comte Ernest [Montecuccoli] sans résistance, où il a trouvé force vivres. Celui qui commandoit dedans sera puni. Une autre qui valoit bien moins [Hattem, en Gueldre], a souffert deux assauts & n’est pas encore prise. », De Grimoard, op. cit., t. I, p 5. Cf Kees Schulten, L’indépendance des Provinces Unies (1559-1659). Cent ans de sièges et de guerres, Paris, Economica, 2009, p. 257. Le Récit véritable de la prise de Vezel. Ensemble ce qui s’est faict & passé au siège de Bolduc, depuis le 21 Aoust iusques à présent, Paris, Jean Martin, 1629, p. 4-5, évoque la prise de « Mexfort » ou « Damexfort » et l’emprisonnement de « Dorp, Capitaine dans le Regiment de Zelande, & frere de celuy qui estoit Vice-Admiral de l’Admiral Hautin, lors qu’il vint devant la Rochelle [en 1628] ».

93  Parival, op. cit., p 165-166. C’est Parival qui souligne. L’argent récolté a permis de lever des troupes, entre autres avec des soldats débandés de la Guerre de Trente Ans : « Il y est venu par bonheur bien dix mille hommes, (depuis quinze jours que l’on a été en ce quartier là), du débris de la guerre de Dannemarck. » Lettre de Turenne du 30 juillet. De Grimoard, op. cit., p. 3.

94  L’événement est relaté dans une courte Relation et mémoire des munitions qui ont esté trouvées dans la ville de Vezel, tant de bouche que de guerre, pour donner secours à la ville de Bolduc, & le nombre de prisonniers qui ont esté pris : Ensemble la grande quantité d’or & d’argent qui l’ont trouvé dans ledit Vezel, Paris, Jean Brunet, 1629.
Conquise à la faveur d’une attaque sur une fortification inachevée à l’aube du 19 août. En vertu de la soumission armée de la ville, la ville est soumise au pillage. Plusieurs confessions coexistant dans la ville, les officiers permettent un sac selon des critères confessionnels, c’est-à-dire des maisons espagnoles, catholiques ou juives (en épargnant les intérêts calvinistes et les luthériens), mais les hommes de troupe volent sans distinction. Cf. De Cauwer, op. cit., p. 121.

95  De Grimoard, op. cit., t. I, p. 6. Lettre datée du 2 octobre 1629.

96  Ibid., t. II, p. 4. Lettre datée du 13 août 1629. Début août, une attaque française des fortifications devant la porte de Vught échoue, et occasionne de nombreux blessés ; l’anonyme gentilhomme français a pu être fait prisonnier à cette occasion.

97  Ibid., t. II, p. 4. Lettre datée du 30 juillet 1629. Dans la même correspondance, Turenne mentionne : « Lambermont [un officier wallon] a mille hommes qu’il dit avoir amenés, qui pourtant en lui veulent pas trop bien obéir. » Il s’agit sans doute de mercenaires, et non de volontaires, davantage motivés.

98  Heinsius, op. cit., p. 66.

99  Le recours aux troupes étrangères est conforme à l’usage de l’époque. Bénard, op. cit., p. 629 signale la composition de la garnison de Nimègue en 1617, comportant « six compagnies françoises, & six autres compagnies, tant Allemans, Anglois, Escossois que Wallons ». En lecteur éclairé de Machiavel, Rohan, op. cit., p. 180, note à propos du recours aux mercenaires (par la République de Venise) : « Icy la maxime de Machiavel ne se trouve mauvaise, qui tient qu’il n’y a rien de si dangereux que le secours estranger. Car s’ils veulent ils font le contraire de ce pourquoy vous les requerés : comme firent apres les Saxons & Anglais, lesquels apres avoir trouvé & gousté ce pays meilleur que le leur, s’accorderent avec les Pictes & Escossais, & firent venir nouvelles troupes de leur pays, soubs la conduite de Hengiste & Horsé, & qui chasserent l’an 464 les Bretons, mettant tout a feu & à sang. ». Cf. La furie française contre Anvers en janvier 1583, à l’époque de François d’Alençon, duc d’Anjou (1554-1584).

100  Herbert Lüthy évoque une « internationale huguenote », notamment bancaire, créée suite à la Révocation de 1685. Herbert Lüthy, La banque protestante en France de la révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Paris, SEVPEN, 1959, 2 tomes.

101  De Grimoard, op. cit., t. I, p. 484. Lettre signée à La Haye et datée du 12 mars 1629.

102  De Grimoard, op. cit., t. I, p 4. Lettre du 13 août 1629.

103  Ibid., t. I, p 1. Lettre du 10 mai 1629.

104  Ibid., t. I, p 5. Lettre du 28 août 1629. « M. de Straquenbrouc » est le général Thomas van Stakenbroeck (†1644), lui-même brabançon, nommé lieutenant général de la cavalerie en 1626.

105  Ibid., t. I, p 2. Lettre du 15 mai 1629.

106  Bénard, op. cit., p. 644. 

107  De Grimoard, op. cit., t. I, p. 487. Lettre de La Haye, datée du 18 novembre 1629.

108  Les armées de Maurice (1567-1625), puis Frédéric-Henri d’Orange (1584-1647) font office d’école de la guerre pour la noblesse, française et protestante. Turenne perpétue la tradition familiale lorsqu’il préconise, en mars 1643 : « Quand ma sœur de Duras [Élisabeth de La Tour d’Auvergne (1606-1685)] n’enverroit pas son second fils en Hollande, je serois fort d’avis que l’aîné fût avec moi à l’armée, deux ou trois mois avant l’autre ; car il me semble que quand deux frères sont ensemble, ils ne se quittent jamais, & cela les empêche d’être tant connus, que quand ils sont seuls. », De Grimoard, op. cit., p. 37.

109  Ibid., t. I, p 2. Lettre du 15 mai 1629.

110  Ibid., t. I, p 3. Lettre datée du 9 juillet 1629 : « Le bruit a couru ici que j’aurois sa compagnie. Mon frère m’a bien dit qu’il en verroit le sentiment de M. le Prince ». Mais, selon la lettre datée du 6 août 1629, les choses n’ont guère évolué: « Il n’y a rien de plus avancé pour moi à la charge de feu M. de Mauve qu’auparavant, mon frère n’en ayant point parlé depuis la première fois ». Ibid., p. 5. Heinsius, op. cit., p. 67 fait référence à « Mauve puisné de la maison de Qeurgrois, entre les plus anciennes de la noblesse de Bretagne, jeune homme de grande esperance, & desja Capitaine d’une compagnie de cavalerie sous le Duc de Buïllon [Bouillon]. »

111  De Grimoard, op. cit., t. I, p 17. Lettre datée du 8 janvier 1633 : « J’ai reçu à ce soir une lettre du Roi qui me mande de retrancher deux compagnies de mon régiment ».

112  Marquis de la Grange, op. cit., t. III, p. 309. La lettre datée du 11 septembre 1629, « du camp devant Bois-le-Duc », fait référence à Duras : Le Marquis de Duras partira d’ici au premier jour [d’octobre] ; il y a longtemps qu’il s’y ennuie. ». De la Force fait également mention, ibid., p. 309, d’« un cousin de feu M. de Mauves, qui s’appelle M. d’Auvaugour, qui a été presque tout crevé d’un coup de canon par terre qui se trouvait devant ; on ne sait s’il en mourra. » Or, Henri III de Trémoille, seigneur d’Avaugour (1598-1674), est un beau-frère de Turenne, par le mariage célébré en janvier 1619 avec Marie de la Tour d’Auvgerne (1601-1665).

113  De Grimoard, op. cit., t. I, p 5-6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

114  Ibid., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629. Le traité conclu avec la garnison prévoit « Que le Gouverneur de Bois-le-duc, avec tous Officiers de guerre & soldats de quelque qualité & condition qu’ils soient, tant à Cheval qu’à pied, nuls exceptez, encores mesmes qu’ils eussent abandonné le service de Messieurs les Estats, & ce rendus à celuy du Roy d’Espagne, sortiront de la ville sans aucun destourbier ou empeschement avec armes & bagages, la Cavallerie sonnant la trompette, l’estendart volant, armez de toute pieces, les armes en main. L’infanterie tambour battant, drappeau desployé, mesches allumees par les deux bouts, & balle en bouche, en tel rang & forme comme ils ont accoustumé de marcher en bataille, le tout leurs biens & vivres sauves iusques à la ville de Diest [aujourd’hui en Belgique]. », La Reduction de la ville de Bois-Leduc aux Estats d’Holande. Avec les articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, au Gouverneur de la ville de Bois-leduc, & aux Capitaines & gens de guerre estans en icelle, s.l. [Paris], Pierre Des-Hayes, 1629, p. 3-4, Article I. Ibid., p. 13, Article XV, prévoit la sortie pour « Lundy prochain de bon matin, qui sera le dixseptiesme de ce mois de Septembre » et non « fort tard » comme rapporté par Turenne.

115  De Grimoard, op. cit., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

116  Ibid., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629. La sœur d’Amélie de Solms est la comtesse Ursula de Solms (1594-1657). La résidence de la cour de Bohème en exil, à Rhenen, se trouve à onze lieus en vol d’oiseau de Bois-le-Duc (35 kilomètres) ; on pouvait par conséquent y entendre, les jours de vent du Sud-Ouest, le vacarme de l’artillerie.

117  Heinsius, op. cit., p 188.

118  Ibid., p 190. Heinsius emploie les petites capitales pour la citation.

119  Joly, op. cit., p. 123. (« Voyage de Hollande »).

120  Ibid., p. 277 (« Retour de Munster à Paris »). Il s’agit d’un ancien collège de chanoines, situé à proximité de la Grande Église, ancienne église Saint-Étienne.

121  Ibid., p. 147. (« Voyage de Hollande »). Joly a fait étape à Utrecht le 5 septembre 1646.

122  Bénard, op. cit., p. 630. Bénard est à Utrecht le 7 septembre 1617.

123  Ibid., p. 632.

124  Le Laboureur, op. cit., p. 64-65. (« Entrée de la Royne de Pologne à Utrecht », datée du 26 décembre 1645). Hendrick Avercamp (dit le Muet, 1585-1634) est un spécialiste du genre des joyeux paysages d’hiver peuplés de patineurs. Marie-Louise de Gonzague-Nevers, ou de Mantoue, épouse en mars 1646 Ladislas IV de Pologne (1595-1648), au terme du voyage diplomatique, et hivernal, mené par Renée du Bec Crespin, Maréchale de Guébriant (1614-1659).

125  De Grimoard, op. cit., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

126  Articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, et les Deputez de Messieurs les Estats Generaux des Provinces Vnies, aux Ecclesiastiques, Magistrats, & Bourgeois de la ville de Bois-le-Duc, Paris, Jean Martin et Pierre Des-Hayes, 1629, p. 5 (Article VI). Cf. Ibid., p. 8, Article XIIII : « Les Habitans de Bois-le-Duc, & ceux qui au plat Païs sous contribution sont donnez, seront traittez comme autres bons Habitans des Provinces Unies, tant dans les villes qu’au plat Païs demeurans. »

127  Cf. M.P. Christ, De Brabantsche saecke. Het vergeefse streven naar een gewestelijke status voor Staats-Brabant. 1585-1675, Tilbourg, Stichting Zuidelijk Historisch Contact, 1984 ; H.F.J.M. van den Eerenbeemt (dir.), Geschiedenis van Noord-Brabant, 3 tomes, Amsterdam/Meppel, Boom, 1996-1997.

128  De Grimoard, op. cit., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

129  Ibid., t. I, p 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

130  Ibid., p. 140.

131  Articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, p. 4 (Article « IIII »). L’alimentation en question désigne une pension à vie accordée par les autorités.

132  Joly, op. cit., p. 279-280 (« Retour de Munster à Paris »). « Coucher par terre » signifie que toute la compagnie de Mme de Longueville, dont Claude Joly fait partie, passe la nuit dans la ville de Grave, et non sur le navire qui les transporte depuis leur départ de Cologne.

133  Le Laboureur, op. cit., p. 78. Ralliée à la République dès 1580, la ville devient par conséquent formellement calviniste ; la dernière occupante du couvent de chanoinesses de Saint-Augustin ne décède cependant qu’en 1641. Jan Folkerts, Geschiedenis van Harderwijk, Amsterdam, Boom, 1998, p 45. Selon Le Laboureur, des religieuses subsistent en 1645. Nonobstant la remarque péremptoire que « Tous les habitans sont Protestans », Harderwijk est la station d’une présence jésuite dans le cadre de la Missio Hollandica, à partir de 1628. Louis Rogier, Geschiedenis van het katholicisme in Noord-Nederland in de 16e en de 17e eeuw, Amsterdam, Urbi et Orbi, 1967, t. I, p. 125. En cette partie de la Gueldre, la basse noblesse est souvent restée favorable au catholicisme.

134  De Grimoard, op. cit., t. I, p. 6. Lettre datée du 2 octobre 1629. Ce temple wallon reste en service jusqu’en 1819 ; suite à un incendie dû à la foudre, le culte wallon déménage dans l’ancienne église Sainte Gertrude, avant la construction, en 1847, d’un temple dans un style néogothique (l’actuel temple luthérien). Depuis 1956, le temple wallon est situé dans le quartier méridional de la ville.

135  Articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, p. 4 (Article II).

136  Sous Louis Napoléon (1778-1846, monarque du Royaume de Hollande 1806-1810), un premier recensement systématique permet de connaître l’étendue de la population, ainsi que sa composition confessionnelle en 1809. Jan de Kok, Nederland op de breuklijn Rome-Reformatie. Numerieke aspecten van protestantisering en katholieke herleving in de Noordelijke Nederlanden, 1580-1880, Assen, Van Gorcum, s.d. [1964], p. 437. Les chiffres relevés pour Bois-le-Duc sont : 13 900 habitants, dont 11 183 catholiques (80,45 %), 2.346 « Réformés néerlandais » (16,88 %), 274 Luthériens (1,97 %), 97 Juifs (0,70 %). Malgré une présence des États à Grave depuis 1602, les chiffres pour Grave sont : 2 129 habitants, dont 1 890 catholiques (88,8 %). La Réforme catholique semble avoir eu son effet. Pour le Brabant septentrional de 1809, les proportions sont les suivantes : 294 956 habitants, dont 258 346 catholiques (87,59 %), 34 604 calvinistes (11,73 %), 973 luthériens (0,33 %), 1 009 juifs (0,34 %), 3 sans confession (0,01 ‰). Ibid., p. 296-297. Dans les villes, la présence calviniste est plus forte du fait de la présence de l’administration et de garnisons, composées de calvinistes (néerlandais, écossais, français), de luthériens (allemands, scandinaves) et de catholiques (wallons, français).

137  Rogier, op. cit., t. I, p. 605.

138  Articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, p. 8 (Article « XIIII »).

139  W.T.M. Frijhoff « Problèmes spécifiques d’une approche de la ‘religion populaire’ dans un pays de confession mixte : le cas des Provinces-Unies », Guy Duboscq, Bernard Plongeron, Daniel Robert, La Religion populaire, Paris, CNRS, 1979, p. 38.

140  Ibid., p. 4 (Article II).

141  Joly, op. cit., p. 281-282 (« Retour de Munster à Paris »). Saint Augustin écrit, dans De civitate dei, XXII, chapitre vii : «Perrexit unus, obtulit ibi sacrificium corporis Christi, orans quantum potuit, ut cessaret illa vexatio: Deo protinus miserante cessavit» [Un (chapelain) y allait, y offrait le sacrifice du corps du Christ, priant autant que possible que la vexation cesse. Elle a cessé immédiatement, grâce à la miséricorde de Dieu].
Le dénombrement de 1809 mentionne 91 calvinistes sur une population de 2 210 (4,12 %). De Kok, op. cit., p. 434. Eindhoven, modeste ville avant l’ère de Philips au XXe siècle, reçoit son premier pasteur résident en 1631. Le temple compte alors 53 membres. Comme ailleurs au Brabant, le culte catholique est interdit depuis le placard du 20 octobre 1629. Toutefois, lorsque Claude Joly se rend dans la région, il n’y a plus de pasteurs au bailliage de Bois-le-Duc en dehors de la ville elle-même et de Vught, à cause des conditions difficiles. Rogier, op. cit., t. I, p. 605-610. Judith Pollmann, « Burying the dead; reliving the past: ritual, resentment and sacred space in the Dutch Republic », in : B. Kaplan, B. Moore, H. van Nierop et J. Pollmann, Catholic communities in Protestants states. Britain and the Netherlands c. 1570-1720, Manchester, Manchester University Press, 2009, p. 84-86, rapporte un passionnant exemple de lutte quasi physique entre le pasteur Paulus Arleboutius (1608-1672) et le prêtre Augustinus Wichmans (1596-1661) pour le lieu de culte à Tilbourg en 1633. L’effort de « calvinisation » reprend après 1648.

142  Lors de son premier voyage aux Provinces-Unies, en septembre 1646, Mme de Longueville a été contrainte d’organiser une messe en dehors de la ville, près de Rhenen dans la province d’Utrecht : « Le lendemain 8. [septembre 1646] qui estoit le jour de la Nativité de la Vierge, Me de Longueville voulut auparavant partir du logis faire dire la Messe : mais on ne voulut pas luy permettre : de sorte qu’il fallut l’aller dire hors de la ville en pleine campagne, où l’on dressa à cette fin une table sur deux tretteaux qu’on para des ornemens de sa chappelle, & sur laquelle on mit une pierre d’autel que j’avois donnée à Paris à son Ausmonier, ayant prevenu qu’elle nous pourroit servir en quelque rencontre. Plusieurs personnes de la ville y accoururent, & y assisterent par curiosité, considerans attentivement nos ceremonies qu’ils n’avoient jamais veuës, dont aucuns se rioient : mais on ne pouvoit pas les faire retirer. Et il ne faut pas s’en étonner : car c’estoient tous Calvinistes ». Joly, op. cit., p. 168 (« Voyage de Hollande »).

143  Le Laboureur, op. cit., p. 70-71. De 1640 à 1646, l’évêque d’Orange est Jean Vincent de Tulles († 1668). Cf P. Hurtubise, « La famille de Tulle et l’épiscopat d’Orange », in Archivum historiae Pontificiae, Rome, Pontificia Universita Gregoriana, 1987, vol. 25, p. 411-430.

144  Joly, op. cit., p. 280-281 (« Retour de Munster à Paris »).

145  Le Laboureur, op. cit., p. 63. Il s’agit de la ville de Vianen, fief autonome des Brederode, mais située à cette époque dans la province de Hollande.

146  Bénard, op. cit., p. 682. « Recapitulation generale de ce que l’autheur a veu depuis son entree au pays des Suisses, jusques en la ville de Peronne »

147  Ibid., p. 683-684. Le duché de Clèves ne fait pas partie de la République, et compte une population multiconfessionnelle. Le Cambrésis est un évêché formellement indépendant des Pays-Bas espagnols. Il est incorporé à la France avec le Traité de Nimègue de 1678. Le pèlerin conclut sa description par une considération linguistique : « les habitans du pays parlent langage walon qui est langage françois fort corrompu. » Bénard signale les langues parlées dans chaque région ; les frontières linguistiques ne coïncident nullement avec les aires confessionnelles.

148  Ibid., p. 632.

149  Ibid., p. 684.

150  Rohan, op. cit., p. 157. Rohan a visité la ville en 1600.

151  De Grimoard, op. cit., t. I, p. 484. Détail saillant, illustrant les dimensions politique et religieuse du conflit, opposant solidarité religieuse et raison d’État, les États Généraux ont apporté une aide maritime, certes modeste, à Louis XIII lors du siège de La Rochelle de 1627-1628 ; les navires sont retirés suite au tollé provoqué par cette « Realpolitik » heurtant les intérêts des coreligionnaires rochelais. Heinsius, op. cit., p. 3, évoque cette affaire en ces termes : « A tout cela survint que la France fut soudainement divertie par une guerre civile, durant laquelle nous ne pouvions esperer de secours en nos affaires, & a peine en pouvions nous donner, que cela ne fust odieux, & conjoinct avec le dommage des deux partis. Le Roy allié de si long temps, & qui pouvoit donner secours au besoin, en demandoit de droit. Les autres sembloient dignes de commiseration, & la Religion estoit mise en avant, que plusieurs estoient bien aises de veoir opprimer par occasion ; quelques uns travailloient a ce que ce secours ne fust donné, moins prudemment qu’il n’eust esté requis […] ».

152  Parival, op. cit., p 149-150. Parival illustre ses propos d’un exemple antique, tiré de Tite-Live : « Pour moy je croy qu’ils l’ont fait a l’imitation des Romains, lesquels ayant chassé les Tarquins & goustans la liberté à long traits n’espargerent pas mesme Collatin, qui en avoit esté un des Principaux Autheurs, & qui s’estoit rendu suspect pour estre de la race des Rois, & pour avoir traité trop mollement les enfants de Brutus, qui estoient accusez d’avoir voulu favoriser le retour desdits Tarquins. Voir un Consul afin de leur lever l’ombrage que sa maison leur donnoit, pour estre fort eslevée, la fit renverser sur ses fondemens. » La « grace universelle, dont tous les autres joüissent » est à nuancer : la tolérance du culte des religions en dehors de l’Église Publique est limitée au domaine privé, et répond à une hiérarchie confessionnelle bien précise. Cf. Andreas Nijenhuis « La coexistence confessionnelle aux Provinces-Unies du Siècle d’Or. Pratiques religieuses et lieux de culte dissimulés à Amsterdam », in David Do Paço et al. (dir.), Unités urbaines et diversités religieuses. Les stratégies de coexistence dans la diversité religieuse. Le cas des espaces urbains européens, XVIe-XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

153  Pour une étude des expressions contemporaines de cette organisation sociale et politique verticale, garante de la pacification politique, voir Arend Lijphart, Verzuiling, pacificatie en kentering in de Nederlandse politiek, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2008 (1ère édition 1967), traduction anglaise : The Politics of Accommodation. Pluralism and Democracy in the Netherlands, Berkeley, University of California Press, 1968 ; J.C.H. Blom, E. Lamberts (dir.), Geschiedenis van Nederland, Baarn, HB Uitgevers, 2007 (1ère édition 1993), p. 343-357.

154  Voir à ce sujet Andreas Nijenhuis, « L’instrumentalisation des Provinces-Unies dans l’iconographie de Versailles », in Dix-septième siècle 1/2001 (n° 210), p. 75-98.

155  Les titres actuellement visibles sont de la main de Jean Racine (1639-1699), et remplacent les textes intermédiaires de François Charpentier (1620-1702), en l’occurrence « Le roi forme le dessein d’assiéger en même temps Wesel, Burich, Orsoy, Rhimberg, et en règle les préparatifs avec ses Généraux », et originaux en latin de Paul Tallemant (1642-1712) : « Qvattvor vrbes simvl expvgnatæ/Regis. Invictissimi. in. Bataviam. ingressvs. M.DC.LXXII/Orsoy Wesel Bvrich Rhimberg ». Nicolas Milovanovic, Versailles, la Galerie des Glaces. Catalogue iconographique, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 2008 (Catalogues des collections) ; Andreas Nijenhuis, « La Guerre de Hollande (1672-1678) et la glorification de Louis XIV à Versailles », in Jean Garapon (dir.), Armées, guerre et société dans la France du XVIIe siècle, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2006 (Biblio 17), p. 293-321.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Les Provinces-Unies en 1648.
Légende Tous les voyageurs ayant laissé un récit de voyage ont visité la Hollande, et notamment Amsterdam. Trois voyageurs ont traversé les provinces d’Utrecht et de la Gueldre (Bénard, Joly, Le Laboureur) ; les provinces de Groningue (Rohan, Le Laboureur), d’Overijssel (Joly, Le Laboureur) et de Zélande (Rohan, Boullaye le Gouz), ainsi que les Pays de la Généralité (Joly, Le Laboureur) ont reçu deux voyageurs ; la Frise (Rohan) et la Drenthe (Le Laboureur) ont accueilli un voyageur chacune.Les itinéraires des volontaires français au siège de Bois-le-Duc n’ont pas été indiqués. Turenne s’y rend au sein de l’armée, depuis sa garnison de La Haye ; Caumont visite Amsterdam avant de se rendre au Brabant.
Crédits Cartographie Andreas Nijenhuis.
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2644/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Figure 2 - Frontispice de Daniel Heinsius, Histoire du siège de Bol Duc et de ce qui s’est passé ès Pais Bas Unis l’an MDCXXIX, faicte françoise du latin de Daniel Heinsius, Leyde, Elzévir, 1631, 216 p. Gravure de Cornelis Claesz. Duysend, 18,7 x 29,6 cm.
Légende Des angelots font pleuvoir des pièces sur une vue de la flotte d’argent. Le cartouche du titre de l’ouvrage du professeur de l’Université de Leyde et historiographe des États Généraux est encadré par les allégories de Bois-le-Duc, baissant ses défenses dix fois laurées, et de la République, portant le symbole de la prévoyance. Une vue du siège avec une Bois-le-Duc « afflicta » sous l’arbre qui la symbolise, et la ville présentant, une fois « la liberté, certes tardivement, établie », son hommage à la République disposant ses armes à la manière d’un trophée antique, concluent la narration picturale. Les armes de Frédéric-Henri figurent au centre inférieur du frontispice. Le livre est de facture prestigieuse, au grand format (in-folio) à la tranche dorée, et pourvu de dix cartes et figures (dont quatre pliantes). La traduction française, qui emploie le nom espagnol Bol Duc [Bolduque] pour désigner Bois-le-Duc, est du théologien français André Rivet (1572-1651), alors également professeur à Leyde.
Crédits Avec l’aimable autorisation du Legermuseum, Delft. [Inv. 00112042/001]
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2644/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 3 – Cornelis Claesz. Duysend, « Typus Circumvaliationis Castrorum ad Sylvamducis », Histoire du siège de Bol Les Duc et de ce qui s’est passé ès Pais Bas Unis l’an MDCXXIX, faicte françoise du latin de Daniel Heinsius, Leyde, Elzévir, 1631, en regard de la p. 42. Gravure dépliante, 36,0 x 49,2 cm.
Légende Bois-le-Duc et ses forts détachés se situent au centre de la gravure. Le Nord est à gauche, où l’on distingue la Meuse, le fort Crèvecœur, et le port avec un grand nombre de navires amarrés. Les six camps retranchés de l’Armée des États Généraux, et le système de circonvallation et de contrevallation apparaissent clairement. Le camp du prince d’Orange, où Turenne réside, figure à droite en bas de la carte. Les tranchées d’investissement zigzaguent vers les points stratégiques attaqués, et notamment la porte de Hintham au Nord, les fortifications Isabelle et Saint-Antoine au Sud, le fort Pettelaar au Sud-est, et la porte de Vught. Le plan représente la situation à la fin du siège, puisque la brèche dans la demi-lune devant la porte de Vught est détaillée.
Crédits Avec l’aimable autorisation du Legermuseum, Delft. [Inv. 00112042/001]
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2644/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Figure 4 - Le départ de Bois-le- Duc
Légende Pauwels van Hillegaert (1596-1640), huile sur toile, 109 x 173 cm, peinte vers 1630-1635. Le peintre a consacré plusieurs tableaux au siège de Bois-le-Duc.
Crédits Avec l’aimable autorisation du Rijksmuseum, Amsterdam. [Inv. SK-A-435]
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2644/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 5 - Charles Le Brun, « Le Roi donne ses ordres pour attaquer en même temps quatre des plus fortes places de la Hollande, 1672 », toile marouflée du cycle iconographique de la Grande Galerie et des Salons de la Guerre et de la Paix (1681-1687).
Légende Louis XIV en Roi de Guerre préside un conseil de guerre. Son bras droit, reposant sur le bâton du commandant, désigne quatre places fortes tenues par les Provinces-Unies en Rhénanie, à l’endroit où l’invasion de la République a lieu en juin 1672. Des divinités et allégories (Minerve, la Gloire, la Prévoyance, le Secret, etc.) tiennent la carte des Provinces-Unies. Subtilement disposés selon une hiérarchie bien précise, les personnages de sang royal, Monsieur (sur l’estrade avec son frère aîné le roi), et Louis II de Bourbon (un pied sur l’estrade), se tiennent du côté du regard royal ; Turenne, prince étranger car vicomte de la seigneurie souveraine de Turenne est debout de l’autre côté de la scène (sur le degré inférieur de l’estrade). Les rouleaux des cartes détaillées de « Wesel », « Burich », « Orsoy », et « Rhimberg », prises dès juin 1672, sont négligemment posés au pied de l’estrade.
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’Agence photographique de la Réunion des Musées Nationaux, Château de Versailles. [Inv. n° 2920, cliché de Gérard Blot/Hervé Lewandowski]
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2644/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andreas Nijenhuis, « État calviniste et société multiconfessionnelle à l’aune de récits français dans le contexte de la Révolte (1568-1648) », Chrétiens et sociétés, 17 | 2011, 45-102.

Référence électronique

Andreas Nijenhuis, « État calviniste et société multiconfessionnelle à l’aune de récits français dans le contexte de la Révolte (1568-1648) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 12 juillet 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2644 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.2644

Haut de page

Auteur

Andreas Nijenhuis

Vrije Universiteit, Amsterdam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org