Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d'ouvrages

Claude Royon (dir.), Lyon, l’humaniste. Depuis toujours, ville de foi et de révoltes, Paris, Éditions Autrement, 2004, 230 p.

Paul Chopelin

Texte intégral

1C’est à l’initiative de la Communauté urbaine de Lyon, que plusieurs universitaires ont été réunis, sous l’égide de l’association Économie et Humanisme, pour proposer un essai sur l’identité culturelle de la ville de Lyon à travers les siècles. L’objectif de cet ouvrage destiné au grand public - malgré une présentation un peu aride - est de démontrer la permanence d’un humanisme lyonnais qui serait l’un des traits distinctifs de la vie politique et sociale de la capitale des Gaules.

2Pour la période antique, Jean Comby (et non Combry comme l’indique une malheureuse coquille tout au long de l’ouvrage) étudie l’apparition de l’humanisme à Lyon avec l’implantation des premiers chrétiens et les écrits de saint Irénée, tandis que Louis Holtz dessine le portrait de Sidoine Apollinaire, dont les racines lyonnaises imprègnent son œuvre.

3La Renaissance pourrait correspondre à un âge d’or lyonnais tant sur le plan économique que culturel. L’imprimerie, bien sûr, évoquée par Henri-Jean Martin, mais aussi les écrivains et les poètes de renom dont un rapide tableau nous est dressé par Jean-Pierre Landry. Le XVIIe siècle, moins connu mais tout aussi foisonnant, s’impose comme une période de création artistique (Marie-Félicie Perez) et de mise en place d’institutions charitables à l’initiative des notables de la ville (Jean-Pierre Gutton). L’humanisme protestant dépeint par Yves Krumenacker est partagé entre une réelle communauté culturelle avec l’humanisme des catholiques et un attachement confessionnel qui les condamne à une certaine marginalité, surtout après 1685 où un exil, souvent temporaire, clôt cette période d’échange.

4Les Lumières lyonnaises sont plus scientifiques que littéraires, comme en témoigne le rayonnement de l’Académie de Lyon, à la pointe des innovations de l’époque comme le souligne Robert Favre. Bruno Benoît aborde l’humanisme pendant la période révolutionnaire en évoquant l’implantation de la franc-maçonnerie à Lyon. Tout en s’interrogeant sur l’évocation de Chalier dans ce contexte, on peut regretter l’absence de mention de ce qui peut sembler être la manifestation la plus aboutie d’un humanisme lyonnais pendant la Révolution, à savoir la Société philanthropique et de bienfaisance de Lyon, qui réunit catholiques et protestants franc-maçons de 1789 à 1792. Autre grand absent de la période, le mouvement confraternel catholique, notamment les œuvres de secours pour les prisonniers et les pauvres malades, très actives au XVIIIe siècle, qui se maintiennent clandestinement pendant la Révolution avant de renaître au grand jour sous la Restauration.

5Après avoir dressé un tableau socio-économique de Lyon au XIXe siècle, Yves Lequin aborde plus en détail les révoltes ouvrières de 1831 et 1834 et le saint-simonisme lyonnais, tandis que Bruno Dumons et Régis Pollet évoquent le mouvement mutualiste et les œuvres de philanthropie. Mais, à la même époque, l’humanisme lyonnais s’ouvre aussi au monde, notamment par le biais des missions comme le souligne Claude Prudhomme.

6Le XXe siècle, étudié par Bruno Benoît, Christian Ponson, Bernard Comte, Maurice Garden et Claude Prudhomme, est dominé par la coexistence, puis la confluence dans la résistance lors de la Seconde guerre mondiale, de deux humanismes : un humanisme franc-maçon et républicain, incarné par Justin Godart et Edouard Herriot, et un humanisme catholique et démocratique.

7L’ouvrage se termine par une postface de Patrick Viveret qui présente le programme politique des « Dialogues en humanité ». Une bibliographie à jour permet de connaître les principaux livres concernant l’histoire politique et culturelle de Lyon, malgré un oubli surprenant pour le XVIIIe siècle, la thèse de Louis Trénard (Histoire sociale des idées. Lyon de l’Encyclopédie au Préromantisme, 1958), pourtant incontournable sur le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Chopelin, « Claude Royon (dir.), Lyon, l’humaniste. Depuis toujours, ville de foi et de révoltes, Paris, Éditions Autrement, 2004, 230 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2585

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org