Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d'ouvrages

Christian Sorrel dir., L’Anticléricalisme croyant (1860-1914). Jalons pour une histoire, Chambéry, Université de Savoie, 2004, 229 p.

Daniel Moulinet

Texte intégral

1La nouvelle collection de l’Université de Savoie – « Sociétés, Religions, Politiques » – s’ouvre par la publication des Actes d’un colloque tenu à Chambéry en janvier 2003. Il rassemble douze contributions autour d’un thème pratiquement inédit, qui révèle, au détour des pages, une étonnante plasticité. La période considérée est celle où l’anticléricalisme apparaît comme une idéologie et une stratégie politique conquérantes, ainsi que Christian Sorrel le montre bien dans sa présentation.

2La forme d’anticléricalisme abordée ici est celle qui vient de l’intérieur, ou au moins qui est le fait de personnes qui ont été formées dans une culture catholique. Les prêtres, comme on le découvre, ne sont pas les derniers à s’inscrire dans cette mouvance. Les causes en sont diverses : le gallicanisme qui ne reçoit qu’avec suspicion les influences venant d’au-delà des monts, même dans le domaine de la spiritualité (François Jankowiack), l’héritage mennaisien qui invite à protester contre la sujétion des évêques à l’État (ou, en fin de siècle, aux notables catholiques) et contre le statut fait aux desservants par le droit concordataire (Jacques-Olivier Boudon), la prise de distance de certains prêtres par rapport à la formation reçue au séminaire (Paul Airiau). Christian Sorrel met en lumière l’itinéraire de Paul Naudet et Pierre Dabry, deux prêtres démocrates, personnages passionnés, mais se voulant avant tout fidèles à leur intuition apostolique qui les pousse à vouloir réduire le fossé entre l’Église et la société moderne. Condamnés lors de la répression anti-moderniste, ils se retirent, mais sans renoncer toutefois à reprendre la parole dans des ouvrages aux allures de pamphlets.

3Émergeant des courants d’opinion, des figures de clercs sont abordées ici dans leur singularité : Pierre des Pilliers, le moine qui, déçu dans ses ambitions, se retourne contre l’institution à laquelle il a appartenu et se livre à des attaques tous azimuts, s’en prenant à la hiérarchie et à la discipline qu’elle impose, fondant même une nouvelle Église et fréquentant la franc-maçonnerie (Jacqueline Lalouette). Hilaire Multon introduit le lecteur dans ces milieux italiens bouillonnants où des « messies » qui annoncent la proximité de l’eschatologie attirent auprès d’eux des pèlerins, tout en stigmatisant le clergé fermé à leurs visions et donc infidèle aux projets divins. Dans les dissidences étudiées par Jean‑Pierre Chantin, principalement la mouvance vieille-catholique et les cultuelles schismatiques, on trouve aussi de nombreux prêtres qui s’en prennent avant tout à Rome mais en viennent parfois à se demander si, de ce fait, l’Église est encore fidèle à l’héritage du Christ.

4L’anticléricalisme des laïcs catholiques apparaît en pleine lumière dans le portrait croisé que fait Corinne Bonafoux de Barbey d’Aurevilly et de Léon Bloy, situés tous les deux dans une position marginale à l’égard du catholicisme comme du monde littéraire. Néanmoins, ils bénéficient d’un traitement différent : Barbey est rejeté par les milieux catholiques, tandis que Bloy est presque célébré, comme capable de ramener à la foi « les âmes situées hors de l’Église ». En Espagne, ce sont les questions politiques et sociales qui semblent avoir été le lieu d’enracinement de l’anticléricalisme croyant (Pablo Pérez López).

5Le début du XXe siècle colore de manière particulière ce mouvement de pensée. L’anticléricalisme d’Ernesto Buonaiuti tend à libérer la religion de ses scories pour lui rendre son dynamisme (Luca Badini Confalonieri). C’est un état d’esprit assez proche qui se reflète dans les positions de « l’école de Lyon » et de la revue Demain étudiées par Louis‑Pierre Sardella, qui souhaitent voir émerger un clergé détaché de la politique et une religion tolérante.

6Patrick Cabanel, pour sa part, aborde le phénomène analogue existant au sein du protestantisme français, à partir de divers points de vue : l’image du pasteur dans la littérature et dans l’opinion des fidèles, mais aussi les prises de recul envers l’institution, dans le contexte du triomphe de « l’orthodoxie » sur « le libéralisme ».

7En conclusion, Denis Pelletier, tout en notant l’éclatement des itinéraires, se demande si cet « anticléricalisme croyant » ne serait pas, au sein du catholicisme, comme l’envers de l’ultramontanisme triomphant et la manifestation d’une inquiétude existentielle sur la fidélité de l’Église à son fondateur, donnant naissance à une nouvelle manière de se percevoir comme croyant.

8Au terme, on ne peut que féliciter chaleureusement les organisateurs de ce colloque d’avoir ouvert là des pistes neuves, dont la richesse appelle assurément des développements ultérieurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Moulinet, « Christian Sorrel dir., L’Anticléricalisme croyant (1860-1914). Jalons pour une histoire, Chambéry, Université de Savoie, 2004, 229 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2579

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org