Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d'ouvrages

Jean-Dominique Durand (dir.), Quelle laïcité en Europe ?, Colloque international tenu à Rome au Centre culturel Saint-Louis de France, 16-17 mai 2002, Équipe Religions, sociétés et acculturation (RESEA), Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA, UMR 5190), coll. Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires n°2, 2003, 159 p.

Jean-Pierre Chantin

Texte intégral

1L’actualité a remis sur le devant de la scène française la question de la laïcité, un an avant le centenaire de la loi de Séparation des Églises et de l’État. À la question des signes religieux dans l’enseignement public, s’est ajouté de manière plus discrète celle de la mention de l’héritage chrétien dans le préambule de la future constitution européenne. Les Actes de ce colloque éclairent d’une certaine manière ce double aspect du débat, en élargissant la question de la laïcité au niveau européen, et plus particulièrement dans un regard croisé entre la situation hexagonale et le cas italien. Notons également la diversité des treize intervenants, soulignée par Jean-Dominique Durand, diversité de leurs disciplines mais aussi par « leurs origines nationales et religieuses ».

2Une question essentielle semble particulièrement oubliée en France : celle de la complexité du mot laïcité. Le recours à l’histoire permet comme souvent de revisiter les situations en d’autres lieux et d’autres temps, et de relativiser ainsi une vision française trop hâtive, pour ne pas dire égocentrique. Le choix de l’Italie se révèle très pertinent car, si l’opposition de l’État à l’Église catholique est dans les deux cas italien et français un élément constitutif de leur histoire contemporaine, le contexte historique propre à chacun distingue au final deux perceptions différentes. La France se réfère en effet à une séparation stricte des sphères religieuses et publiques que ne connaît pas l’Italie, situation qui se reflète bien dans l’organisation des relations entre l’État et l’Église au sein d’un cadre institutionnel d’égalité et de liberté religieuse. Les grands traits de cette histoire transalpine sont esquissés par Pietro Scoppola et Émile Poulat, qu’il faut compléter par les « études de cas » de Francesco Paolo Casavola (« Laïcité de l’État et enseignement de la religion »), Giuseppe Dalla Torre (« Laïcité et statuts personnels. Le modèle italien »), et Gian Enrico Rusconi (« Laïcité et bioéthique. Une perspective italienne »). Il s’agit comme le souligne Jean-Dominique Durand en introduction d’un « exemple original en Europe du vécu du religieux dans l’espace public ». Bernard Ardura rappelle enfin le point de vue du Saint-Siège fondé sur l’autonomie des deux partenaires appelés à collaborer pour le « bien de la communauté humaine », et distinguant laïcité et laïcisme.

3Pour l’aspect proprement français, Roger Fauroux note l’évolution des rapports entre les deux institutions qui tourne actuellement au compromis, sans oublier que de nouvelles questions apparaissent comme autant d’aiguillons dans le débat : présence de l’islam mais aussi perte d’autorité des institutions traditionnelles qui prétendaient « exercer un magistère sur les consciences ». Vianney Sevaistre précise quant à lui ce qu’est le principe de laïcité (en l’absence de définition juridique) et quelle est la nature des rapports de l’administration avec les représentants des différents cultes – on appréciera les nombreux exemples donnés dans ce qui est présenté comme un « mode d’emploi ». Alain Christnach rappelle pour sa part les principes fondamentaux de la loi de 1905 et veut montrer qu’ils sont encore « pleinement acceptables pour les organisations religieuses et pour la république française », sous réserve de franchir les nouveaux obstacles apparus (secret professionnel des ministres du culte, héritage religieux et école, relations avec l’islam ou les sectes, etc.) par le dialogue entre les institutions.

4Au niveau européen, Roland Minnerath souligne que le mot laïcité (dans le sens français ou italien) n’a pas d’équivalent dans les autres langues, mais il entend montrer, après avoir rappelé l’histoire variée de cette conception selon les pays et les situations historiques, qu’un « patrimoine juridique commun des Européens » existe cependant en ce domaine. Guy Haarcher, qui élargit la comparaison avec le cas des États-Unis, entend pour sa part confronter cette situation avec la « revanche de Dieu », ici abordée à travers le cas de la montée des communautarismes, afin d’arriver avant tout autre débat à une référence communément acceptable. Patrick Cabanel évite d’ailleurs d’employer un vocabulaire trop précis, et donc trop marqué, et préfère évoquer les « sorties de la religion » pour en dresser une typologie qui tienne compte des diversités religieuses de départ. À ces diversités s’ajoute aujourd’hui l’islam : cheikh Khaled Bentounès rappelle ce qu’a été la place du politique dans les sociétés musulmanes et les éléments du débat interne sur la laïcité des États, pour conclure sur la nécessité de tenir compte de la « deuxième religion de la communauté européenne », et sur son espoir d’ouverture actuelle de sa communauté au contact du pluralisme rencontré.

5Il faudrait également faire état des nombreuses réflexions qui accompagnent chacune des communications : nature des rapports entre Églises et États mais surtout entre laïcité bien comprise et religion, recherche d’un « sens commun » à cette notion de laïcité et mise à l’épreuve de sa pertinence au niveau européen par exemple. Nous laissons au lecteur le plaisir de découvrir davantage la richesse de ce débat où, selon Jean-Dominique Durand, « la passion n’en a jamais été complètement éloignée ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Chantin, « Jean-Dominique Durand (dir.), Quelle laïcité en Europe ?, Colloque international tenu à Rome au Centre culturel Saint-Louis de France, 16-17 mai 2002, Équipe Religions, sociétés et acculturation (RESEA), Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA, UMR 5190), coll. Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires n°2, 2003, 159 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2576

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org