Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d'ouvrages

Jean-Pierre Chantin, Des « sectes » dans la France contemporaine. 1905-2000 : contestations ou innovations religieuses ?, Toulouse, Privat, 2004, 157 p.

Marie-Emmanuelle Reytier

Texte intégral

1Comme le précise l’auteur, une histoire des groupes dissidents dans la France contemporaine n’avait jamais été entreprise. Profitant du centenaire de la loi de Séparation des Églises et de l’État, il nous est proposé de parcourir la centaine d’années pendant lesquelles plus aucun culte ne bénéficie d’une reconnaissance officielle, cette situation pouvant conduire en principe à davantage de pluralité. Il est d’autant plus important de prendre ce recul historique que le débat sur les « sectes » a focalisé l’attention sur les vingt dernières années.

2La situation est bien entendu d’une toute autre nature sur un temps plus long. Au début du XXe siècle, les groupes dissidents du catholicisme apparus depuis la révolution, d’origine hexagonale, sont toujours présents quoique réduits à quelques communautés peu prolixes (anticoncordataires, vieux-catholiques, Églises Ésotéro-occultistes). Paradoxalement, la Séparation ne provoque pas d’éclosion particulière de ce type d’expression religieuse, même si on note que les associations cultuelles « schismatiques » sont sans doute la dernière forme de dissidence paroissiale, et que s’engage alors une recherche d’orthodoxie, du côté de l’héritage gallican ou de l’orthodoxie. Le changement intervient en fait davantage après la Deuxième Guerre mondiale, lorsque disparaît peu à peu la « civilisation paroissiale » et que l’individualisme du choix religieux prend le pas. C’est aussi le temps d’une diversification des expériences : autour de visionnaires qui décryptent la fin des temps en marche (Kérizinen, Espis), voire de nouveaux messies (le Christ de Montfavet), de centres de spiritualité à tonalité humaniste (Amis de l’Homme) ou mêlant héritages occidentaux et orientaux (Mandarom, Arès) et parfois même soucoupistes (Raël). Si l’on semble alors s’éloigner du catholicisme, les réactions à Vatican II, dont certaines vont jusqu’à conduire les fidèles hors de l’obédience romaine, ne sont pas oubliées. Enfin, les ressorts du débat sur les « sectes », et la prudence qui devrait être de mise sur l’emploi de ce mot, font l’objet du dernier chapitre.

3On appréciera les encadrés qui, au fil des chapitres, donnent des éclaircissements sur des groupes parents mais étrangers (ou moins répandus), des notions utiles à la compréhension des pages environnantes, le souci d’une mise en contexte constante, et enfin la bibliographie par chapitres (dont des ressources de l’Internet) et un index des personnes et des groupes cités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Emmanuelle Reytier, « Jean-Pierre Chantin, Des « sectes » dans la France contemporaine. 1905-2000 : contestations ou innovations religieuses ?, Toulouse, Privat, 2004, 157 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2572

Haut de page

Auteur

Marie-Emmanuelle Reytier

RESEA – LARHRA, UMR 5190

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org