Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de Thèse et Habilitation à diriger des recherches

Prosper Mouyoula, Crises et mutations politiques au Congo-Brazzaville. Radioscopie et interprétation d’une histoire complexe (1946-1996), Université Lumière Lyon 2, 2 volumes, 2004.

Jury : Colette Dubois (Université de Provence, Aix 1), Daniel Abwa (Université de Yaoundé 1), Denis Pelletier (Université Lumière Lyon 2), Claude Prudhomme, directeur de thèse, Université Lumière Lyon 2)
Claude Prudhomme

Texte intégral

1Mener à terme une thèse consacrée à l’histoire du temps présent au Congo Brazzaville constitue en soi une performance au regard des conditions matérielles qui expliquent l’absence de fonds d’archives publics et privés. L’itinéraire suivi par quelques documents, pourtant officiels et confidentiels, et retrouvés par le candidat sur un marché public, résume en effet l’état des lieux. Le chercheur doit donc pallier  cette lacune par le recueil de témoignages oraux ici particulièrement nombreux (plus d’une centaine), diversifiés, riches en informations. Le résultat obtenu prouve qu’une histoire très contemporaine est possible, y compris pour des pays africains à l’existence aussi agitée que l’a été celle du Congo depuis l’indépendance. Sans doute, au regard des critères classiques de l’historiographie, la rareté des sources écrites reste problématique ;  et le recours systématique aux enquêtes orales soulève de  délicates questions méthodologiques, surtout quand le témoin demande de conserver l’anonymat, condition que l’historien ne peut guère négocier dans le contexte qui caractérise le Congo et peut faire courir aux narrateurs de réels dangers. L’historien est ainsi condamné à exploiter parfois des informations fournies « off », selon la formule de plusieurs interviewés. Cette configuration particulière mériterait d’ailleurs une réflexion collective pour déterminer des règles communes et rationaliser la collecte et l’exploitation des données orales portant sur la vie politique récente dans un  contexte analogue à celui du Congo.    

2À partir de ce matériau, abondant mais composite et inégal, et en intégrant de manière critique sa propre expérience d’une éducation catholique et marxiste, Prosper Mouyoula a choisi une approche résolument politique. Il a adopté pour les trois premières parties un plan chronologique que justifient l’absence de synthèse et la complexité de cette histoire. Il offre ainsi un panorama très structuré des principaux événements qu’il reconstitue avec précision, au prix parfois d’une rédaction austère, de manière à établir l’enchaînement des faits avant de proposer une analyse. Il fait aussi œuvre d’historien en proposant un découpage qui constitue en lui-même une interprétation de cette évolution. Le rappel de l’organisation précoloniale et de la colonisation, s’il est succinct, met en évidence la nécessité de replacer la naissance de l’État indépendant dans la continuité d’une histoire. Il fait apparaître que la véritable coupure est moins la proclamation de l’indépendance que la chute en 1963 du système mis en place par l’abbé Fulbert Youlou. La deuxième partie expose d’une manière convaincante l’expérience des partis uniques entre 1963 et 1991, englobant là encore des pouvoirs différents et insistant sur la continuité, sous l’apparence d’une discontinuité idéologique, du Président Ngouabi au colonel Sassou Nguesso. La troisième partie est plus attendue car la césure de 1991 s’impose avec ses espoirs rapidement déçus et le retour de la violence. Une quatrième partie esquisse une interprétation qui rappelle la formation pluridisciplinaire du candidat et fait successivement appel aux sciences politiques, à des jugements éthiques, à des considérations sociologiques, selon des combinaisons inégalement convaincantes ; elles devront être affinées et approfondies. Mais tout au long de la thèse, l’articulation des facteurs endogènes et exogènes, avec une préférence marquée pour les premiers, permet de sortir d’une vision manichéenne. Elle se garde d’attribuer les malheurs ou les tragédies vécues par le Congo à l’impéritie de ses gouvernants ou à leur manipulation par des acteurs étrangers pour s’interroger sur les héritages historiques et le poids des structures sociales. La quête,  délicate, de logiques congolaises internes, replacées dans la durée, est sans doute un des grands mérites de  ce travail.

3Au fil des pages Prosper Mouyoula dégage trois questions toujours  brûlantes : le rôle des appartenances ethniques, l’impact des religions, la permanence de la violence. Il montre la précocité de la politisation des appartenances ethniques, les usages multiples, contradictoires, ambigus que les pouvoirs successifs en font. Il souligne la perversité d’un système dans lequel les appels à combattre « l’ethnicisation » deviennent eux-mêmes une manière d’en jouer. Le développement établit ensuite clairement l’importance du facteur religieux, notamment le rôle d’un mouvement religieux de type prophétique né entre les deux guerres autour d’André Matsoua, le matsouanisme, et celui du catholicisme, confession majoritaire.  Confronté à la permanence de la violence, le candidat n’a pas la prétention de l’expliquer, mais il fournit de nombreuses pistes pour éclairer cette donnée. Démagogie du discours politique en décalage complet avec la réalité de la société, détournement du droit dont les avancées dans les textes coexistent avec des pratiques opposées, décalage entre les proclamations de démocratie et l’exercice autoritaire du pouvoir personnel : l’histoire politique congolaise semble prisonnière de comportements qui la condamnent à la violence. Ces derniers expliquent l’échec final de la Conférence nationale sous la présidence de Mgr Ernest Kombo, éphémère « évêque – président ». En outre dans un pays marqué par la jeunesse d’une grande partie de la population, l’absence de renouvellement de la classe dirigeante permet le maintien au pouvoir d’une génération d’hommes politiques tour à tour concurrents et solidaires.

4Sans doute, et Prosper Mouyoula a insisté sur ce point dans son exposé oral, un tel travail est une étape dans la compréhension d’une histoire récente particulièrement complexe. Il n’a pas la prétention de fournir toutes les clés et n’a pas pu aller au bout de certaines pistes, d’autant que la documentation manquait pour confirmer certaines intuitions. Mais cette thèse a clairement posé la question centrale de la permanence  de la violence et jeté les fondations nécessaires à une réflexion historique. Elle constitue une contribution précieuse à l’étude de la construction de l’État nation et de l’instauration de la démocratie dans cette région d’Afrique. Réalisée dans un contexte de guerres endémiques, la recherche n’a pas voulu s’en tenir à un examen distant et froid, mais laisse aussi apparaître les préoccupations civiques de son auteur. Espérons qu’elle contribuera à favoriser au Congo un débat nécessaire sur le système politique et les moyens d ‘arrêter l’enchaînement des violences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Prosper Mouyoula, Crises et mutations politiques au Congo-Brazzaville. Radioscopie et interprétation d’une histoire complexe (1946-1996), Université Lumière Lyon 2, 2 volumes, 2004. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2565

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA – LARHRA, UMR 5190, Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org