Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de Thèse et Habilitation à diriger des recherches

Daniel Moulinet, Figures et courants du catholicisme français contemporain, dossier présenté pour l'Habilitation à diriger des recherches, Université Jean Moulin - Lyon 3.

Jury : Nadine-Josette Chaline (Amiens, présidente du jury), Philippe Boutry (Paris XII), Bruno Dumons (CNRS), Jean-Dominique Durand (Lyon 3, directeur), Régis Ladous (Lyon 3) et Emiel Lamberts (Leuven)
Marie-Emmanuelle Reytier

Texte intégral

1Le dossier d'habilitation comprenait une synthèse (80 p.) abordant cinq thèmes (1. Eléments d'histoire religieuse du Bourbonnais, 2. Emile Mâle, 3. Mgr Jean-Joseph Gaume, 4. Catholiques intransigeants et libéraux au XIXe siècle, 5. Mises en perspective), un dossier (440 p.) composé de trente-sept articles regroupés autour des cinq thèmes de la synthèse, un mémoire (457 p.) et des annexes (274 p.).

2Daniel Moulinet évoque tout d'abord son itinéraire intellectuel qui l'a conduit des mathématiques à l'histoire. Puis il présente les Comités catholiques. Il énumère les archives qu'il aurait pu consulter pour compléter les soixante-trois comptes rendus des congrès organisés par ces Comités. Il justifie sa chronologie : il s'est arrêté en 1905 parce qu'à cette date, le pape Pie X réorienta la mobilisation des laïcs en la plaçant sous la houlette du clergé. Les trente-trois années étudiées depuis le premier congrès en 1872 lui ont permis de retracer l'évolution de l'attitude des participants vis-à-vis de la Troisième République : deux générations se succédèrent, la seconde se rallia sans état d'âme contrairement à la première. Il conclut sa présentation en expliquant son approche statistique et prosopographique des hommes d'œuvres présents aux congrès, lieu d'apprentissage de l'action des laïcs avant l'Action catholique.

3Son directeur de recherches, Jean-Dominique Durand, prend alors la parole. Il le félicite pour ses nombreuses publications notamment celles sur l'histoire religieuse du Bourbonnais, pour sa participation à maints colloques internationaux et sa collaboration régulière à des revues prestigieuses. En outre, la publication, en 2000, d'un Guide bibliographique des sciences religieuses et, en 2002, d'une synthèse sur Vatican II, intitulée Le concile Vatican II, démontrent les qualités pédagogiques de Daniel Moulinet. Jean-Dominique Durand souligne le caractère inédit de son mémoire. Il salue ensuite le plan en quatre parties : 1. Les Comités catholiques au fil du temps (1870-1878, 1879-1890, 1891-1905), 2. L'organisation des Comités catholiques, 3. Les hommes d'œuvres, 4. La multiplicité des œuvres. Toutefois, il indique que la seconde césure n'aurait pas dû être 1891 mais 1892, année de la parution de l'Encyclique Inter innumeras sollicitudines. Il évoque quelques faiblesses : des lacunes dans la consultation des archives (il regrette en particulier que Daniel Moulinet ne se soit pas rendu à Rome) ainsi que le manque de références en langues étrangères et de comparaisons avec des figures emblématiques comme celle de Gabriel García Moreno en Équateur. Jean-Dominique Durand attire enfin l'attention sur le dictionnaire extrêmement précieux puis sur la conclusion excellente et très nuancée qui rend compte du travail accompli.

4Régis Ladous apprécie la nouveauté et l'originalité du mémoire qui traduit parfaitement la spécificité de l'action des laïcs au sein du catholicisme français pendant la seconde moitié du XIXe siècle. Il lance ensuite de nombreuses pistes de réflexion. En particulier, il met l'accent sur l'opposition entre la nouveauté incarnée par les Congrès à l'origine de nombreux patronages et la modernité qu'ils rejetaient vivement. Les participants avaient le sens du compromis : pourquoi ce sens si fructueux dans le domaine des œuvres n'a-t-il pas abouti en politique? Régis Ladous suggère de s'interroger sur le rôle joué par le nationalisme. Il demande aussi des précisions sur l'influence de Frédéric Le Play. Pour conclure, il rappelle l'intérêt de l'ensemble des publications de Daniel Moulinet. Elles montrent qu'il est un chercheur et un pédagogue d'une très grande clarté. Daniel Moulinet se demande s'il ne faudrait pas parler de patriotisme plutôt que de nationalisme. Le Play est bien une référence, les Congrès s'employant à promouvoir la famille.

5Bruno Dumons enchaîne par un éloge des travaux de Daniel Moulinet sur l'histoire religieuse du diocèse de Moulins au XIXe siècle. Ensuite, il loue son mémoire novateur qui met non seulement en lumière un ensemble de réseaux intransigeants mais étudie aussi en détail l'organisation des Comités catholiques et propose une prosopographie passionnante des hommes d'œuvres impliqués dans les congrès. Bruno Dumons s'interroge sur la hiérarchie de ces réseaux et suggère l'élaboration d'une carte qui rendrait compte de la répartition géographique des Comités catholiques. En guise de conclusion, il demande à Daniel Moulinet des précisions sur les Comités catholiques lyonnais, pratiquement absents de son mémoire, et sur le rôle des jésuites. Ce dernier répond en soulignant l'organisation lacunaire des congrès, qui constitue l'une de leurs spécificités et l'une de leurs faiblesses par rapport aux Congrès allemands et italiens.

6Philippe Boutry retrace en termes élogieux le parcours intellectuel de Daniel Moulinet depuis sa thèse soutenue en 1992 et publiée au Cerf, en 1995, sous le titre Les classiques païens dans les collèges catholiques? Le combat de Monseigneur Gaume, 1802-1879. Cet itinéraire a démontré ses talents de chercheur, d'archiviste et de pédagogue. Philippe Boutry a été sensible au sujet très original de son mémoire, doté d'outils statistiques pertinents. Daniel Moulinet a comblé l'absence de sources critiques, notamment policières, en utilisant des correspondances privées. Ainsi, il a su restituer un ton et une atmosphère intransigeante. Son analyse de la spiritualité est particulièrement stimulante. Philippe Boutry se félicite de l'excellente dynamique du plan de Daniel Moulinet même s'il aurait dû choisir 1892 et non 1891 comme date clé dans sa chronologie. Son volume d'annexes témoigne de son sens de la synthèse. Si sa bibliographie est trop succincte, ses cinq index (participants, lieux, œuvres, congrégations et articles de revues de l'époque) sont précieux. Sa conclusion est remarquable. Philippe Boutry termine en demandant quelques précisions, en particulier sur le rôle des jésuites, non sans avoir auparavant déclaré que le mémoire de Daniel Moulinet fera date. Celui-ci confirme l'ombre des jésuites sur les Congrès.

7Emiel Lamberts parle d'un dossier imposant, cohérent et d'une grande multiplicité. Le sujet choisi est méconnu parce que les Comités catholiques étaient dominés par les intransigeants, un mouvement de perdants au regard de l'histoire mais dont l'influence sur le catholicisme français fut grande toutefois. C'est une étude d'un grand mérite car Daniel Moulinet a reconstruit d'une manière nuancée l'histoire de deux camps opposés (les intransigeants et les libéraux). Il a su dépasser les divisions classiques basées surtout sur des facteurs politiques. Emiel Lamberts formule alors quelques critiques : Daniel Moulinet n'a pas utilisé les publications sur les Katholikentage en Allemagne, sur l'Opera dei congressi en Italie, celles sur les Congrès de Malines en Belgique bien que ces expériences étrangères eussent servi de modèles aux Congrès français ; manquent les Archives vaticanes. Deux points retiennent l'attention d'Emiel Lamberts. Tout d'abord, il s'interroge sur la tendance la plus représentée aux Congrès : s'agit-il de l'École d'Angers ou de l'Union de Fribourg? Ensuite, il se demande si les Congrès nationaux catholiques, mis en place à partir de 1896, étaient vraiment la reprise des Assemblées des catholiques interrompues en 1892. Daniel Moulinet reconnaît les limites de son étude dues à ses multiples engagements. Il indique que les Congrès n'adoptèrent pas une position ex cathedra sur la question sociale même si la tendance de l'École d'Angers semblait l'emporter. Il ajoute que les Congrès nationaux catholiques se présentaient eux-mêmes comme la continuation des Assemblées des catholiques en dépit de certaines différences de sensibilité, la plus importante portant sur la question du ralliement. Les Assemblées des catholiques s'interrompirent en 1892 parce que leur organisateur, Charles Chesnelong (1820-1899), refusa le ralliement. Elles reprirent en 1896 sous la direction de Charles de Nicolay (1828-1906), un royaliste rallié sans état d'âme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Emmanuelle Reytier, « Daniel Moulinet, Figures et courants du catholicisme français contemporain, dossier présenté pour l'Habilitation à diriger des recherches, Université Jean Moulin - Lyon 3. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2564

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org