Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables-Rondes et Journées d’études 2003-2005

Colloque Le diaconat permanent – 40 ans d’expérience française

Lyon, 14-15-16 octobre 2004
Bruno Dumons et Daniel Moulinet

Notes de la rédaction

Les actes de ce colloque ont été publiés en 2005 sous la direction de Bruno Dumons et Daniel Moulinet aux éditions Cerf, collection Théologies, sous le titre Le diaconat permanent - Relectures et perspectives, 368 p.

Texte intégral

1C’est à l’occasion du 40e anniversaire de la Constitution conciliaire sur l’Église, Lumen gentium, qui avait décidé la restauration du diaconat comme degré propre du sacrement de l’Ordre, que la Faculté de théologie de Lyon a organisé ce colloque, portant avant tout sur l’expérience française, et croisant pour cela théologie et sciences sociales.

2Dès sa conférence introductive, le jésuite Bernard Sesboüé lançait véritablement la réflexion en posant la question, quelque peu provocante : Le diaconat permanent a-t-il vraiment trouvé ses marques dans l’Église ? Tout en relevant l’expansion démographique de ce nouveau ministère et l’acceptation de l’image du diacre marié, il a énuméré les problèmes théologiques qui se posent, notamment la faible assise scripturaire et le peu de netteté des textes conciliaires. Ceci conduit à ce que se dessinent aujourd’hui deux options entre lesquelles le choix n’est pas fait : un ministère de service et de charité dans l’Église et dans le monde, qui peut être un ministère du seuil, proche de celui des « prêtres-ouvriers » ; un ministère de type pastoral, avec une responsabilité de communautés et une activité liturgique importante. Une autre question est celle de l’articulation du diaconat avec les autres ministères, de l’évêque et du prêtre, mais aussi avec celui des laïcs ayant reçu des lettres de mission.

3La première séance de travail était consacrée à l’approche historique. Bruno Dumons rappelait comment le questionnement sur la restauration du diaconat permanent a vu le jour dans les camps de concentration. Dès l’origine, plusieurs pistes se dessinent : la liturgie en l’absence de prêtre, le service de secteurs déchristianisés (villes, régions ou milieux de vie), le travail dans un service de diaconie de l’Église catholique (Caritas). Si l’Allemagne est le premier creuset de la réflexion, la France et la Belgique ne sont pas en reste. Se mettent en place des « communautés du diaconat » où d’éventuels candidats se retrouvent avec des prêtres et des théologiens qui accompagnent leur réflexion. Au sein des congrès de pastorale liturgique, on pose aussi la question du service des Églises de mission, où les prêtres desservent un large territoire. Dans ce cadre, le discours de Pie XII, en 1957, bien qu’affirmant que le temps de la réalisation n’est pas venu, est compris comme une invitation à la poursuite de la recherche.

4Cette réflexion des théologiens, le concile Vatican II la fait émerger au grand jour, ainsi que l’expose Daniel Moulinet. Dès la phase anté-préparatoire, plusieurs évêques émettent le vœu que soit opérée une restauration. Au terme, le numéro 29 de la constitution sur l’Église ouvrira cette possibilité. Toutefois, les hésitations n’ont pas manqué de s’exprimer, tant sur l’opportunité d’ordonner des hommes mariés que sur celle de conjoindre la restauration du diaconat à celle des ordres mineurs pour laïcs. Très vite, deux pistes se dégagent pour les futurs diacres : soit devenir des « aides aux prêtres » (même si l’aide est distinguée de la suppléance, l’ambiguïté demeure), soit servir dans les tâches d’administration de la charité, sur le modèle allemand.

5Abordant la période suivante, Denis Pelletier montre comment la « communauté du diaconat » rassemblée à Lyon autour de René Schaller et du P. Henri Denis constitue le creuset qui verra éclore les premiers diacres, ordonnés en 1970, bien qu’il semble qu’un autre groupe ait existé autour du P. Jean Rodhain, dans le sillage du Secours catholique. En juin 1966, une enquête lancée auprès des évêques français sur l’opportunité de la restauration conduit à des réponses prudentes, ouvrant seulement sur une expérimentation. Neuf ans plus tard, les diacres en France ne sont qu’une trentaine, dix fois moins qu’en Allemagne. Le problème de la concurrence éventuelle avec le ministère des prêtres et l’activité des laïcs est déjà posé, ainsi que celui de la place des femmes (diaconat féminin, incidence de l’ordination sur la vie du couple). Un rapport de Mgr Boucheix, archevêque d’Avignon, lu devant les évêques en 1976, va marquer le véritable démarrage du diaconat en France : les ordinations seront nombreuses après 1980.

6Une autre composante du colloque gravitait autour d’une enquête menée par Colette Muller et Jean-René Bertrand, géographes, auprès des 1750 diacres permanents français d’aujourd’hui, enquête dont les résultats cartographiques (portant sur plus de 900 réponses) ont pu être présentés aux assistants et livrés à une première interprétation. Dans une lecture relevant de la science politique, Philippe Portier, professeur à l’Université Rennes I, présente un double visage du diacre, relevant d’une modernisation pastorale du fait de sa spécialisation et de sa forte insertion sociale, mais dépendant aussi de modèles ecclésiaux résistant à la modernisation culturelle, car porteur de valeurs liées à la hiérarchie ecclésiale (notamment en matières politiques et sociales), voire d’une image tridentine des prêtres. Céline Béraud, professeur de sciences sociales à l’EPHE, note comment le statut de clerc marié confère aux diacres (au moins à ceux qui ne sont pas célibataires) une forme de légitimité bénéficiant, chez certains de leurs contemporains, d’une meilleure reconnaissance que celle découlant de leur autorité hiérarchique. Elle pose la question du statut de la femme au regard de celui du diacre : l’épouse, qui peut se sentir écartée de son mari, voire dévaluée par rapport à lui du fait de l’ordination ; les femmes ayant reçu une mission pastorale, et parfois plus qualifiées théologiquement. Puis une table ronde, animée par Jean-Dominique Durand autour de Mgr Hippolyte Simon et du P. Alphonse Borras, a permis de poser la question du lien entre le développement du diaconat et la sécularisation de la société et celle de la confrontation avec le modèle belge, où le ministère diaconal apparaît majoritairement comme suppléance à la pénurie des prêtres.

7La composante théologique a été traitée au long de quatre communications. Mgr Roland Minnerath, naguère professeur à la Faculté de théologie catholique de Strasbourg, aujourd’hui archevêque de Dijon, a montré comment le diaconat actuel est très différent de celui de l’Antiquité qui, par exemple, ne le conçoit pas comme pouvant avoir un ministère tourné vers l’extérieur de la communauté et ne le perçoit qu’en lien étroit avec la personne de l’évêque. Le P. Didier Gonneaud, pour sa part, a rappelé comment la réflexion sur le diaconat, à Vatican II, s’est inscrite dans la ligne de celle sur le ministère de l’évêque. Le P. Jean-François Chiron, ecclésiologue, estimait, pour sa part, que le ministère diaconal ne pouvait être compris comme ministère de présidence (comme celui de l’évêque ou du prêtre) mais que l’évêque pouvait attribuer au diacre, dans le cadre de sa mission, une certaine autorité, qui ne serait, néanmoins, qu’une autorité déléguée. Enfin, le P. Alphonse Borras, théologien et canoniste de Louvain, soulevait la question de la potestas sacra qui pourrait être inhérente au diaconat. Il estimait que, plutôt que de définir des tâches spécifiques au diacre, il conviendrait mieux de considérer que, du moment que c’est un diacre qui les exerce, ces fonctions sont alors qualifiées comme dépendant de l’autorité apostolique.

8On le comprendra : ce Colloque, qui a permis aussi d’entendre l’expression des témoignages de plusieurs des anciens responsables du diaconat en France (les PP. Henri Denis et Gérard Fonteyreaud et Mgr Francis Deniau), ne se considérait pas comme apportant le dernier mot à la question, mais comme posant des jalons, l’approche plurielle du phénomène étant une garantie de la richesse de la réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Dumons et Daniel Moulinet, « Colloque Le diaconat permanent – 40 ans d’expérience française », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2563

Haut de page

Auteurs

Bruno Dumons

Équipe Villes et sociétés urbaines, LARHRA – UMR 5190, CNRS

Articles du même auteur

Daniel Moulinet

RESEA, LARHRA – UMR 5190, Université Catholique de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org