Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables-Rondes et Journées d’études 2003-2005

Colloque international Les Semaines Sociales de France 1904-2004

Lyon, 14-15-16 octobre 2004
Jean-Dominique Durand

Notes de la rédaction

Les actes de ce colloque ont été publiés en 2005 sous la direction de Jean-Dominique Durand aux éditions Parole et Silence, collection Pages d'histoire, sous le titre Les semaines sociales de France - Cent ans d'engagement social des Catholiques français 1904-2004, 507 p.

Texte intégral

1Il n’est pas ordinaire qu’un Colloque universitaire soit inauguré conjointement par les autorités scientifiques (Jean-Luc Pinol, Directeur du LARHRA), par les autorités politiques (Gérard Collomb Maire de Lyon, Michel Mercier Président du Conseil Général du Rhône), et religieuses (Mgr Hervé Giraud, évêque auxiliaire de Lyon), et par Michel Camdessus, actuel Président des Semaines Sociales de France. C’est dire l’intérêt qu’a suscité ce colloque, et l’importance du sujet qu’il entendait traiter : cent ans de Semaines Sociales. Les Semaines Sociales 2004 qui avaient connu à la fin du mois de septembre un succès considérable à Lille, plongent leurs racines loin et profond, dans le terreau du catholicisme social, à Lille et à Lyon, où s’était tenue la première Semaine en 1904, sur l’initiative de deux laïcs, le Lyonnais Marius Gonin et le Lillois Adéodat Boissard. Elle était un fruit de l’encyclique Rerum novarum publiée le 15 mai 1891 par Léon XIII, qui invitait les prêtres à sortir des sacristies et les laïcs à s’engager. Universités itinérantes, selon l’expression de Joseph Folliet, à la fois carrefours, lieux de débats et de rencontres, lieux d’élaboration de la pensée du catholicisme social, elles sont, cent ans, bien vivantes. C’est donc une institution en pleine vie et en mutation qui est devenue un objet d’histoire.

2En effet, après une interruption en 1974, les Semaines Sociales ont repris avec un élan nouveau depuis 1987. Elles sont devenues au fil des temps une véritable institution au sein du catholicisme français, une institution laïque qui a exercé une influence considérable dans l’Eglise en France, et dans le dialogue entre l’Eglise et la République. Le modèle français s’est étendu à l’étranger, en Italie dès 1907, en Espagne, en Belgique, en Suisse, en Amérique du Nord et du Sud.

3Or elles restaient mal connues, souvent évoquées dans l’historiographie, mais jamais traitées dans leur ensemble. C’est dire l’intérêt et l’importance historiographique de ce Colloque, organisé par les Centres de recherche en Histoire religieuse des Universités de Lyon 2 et Lyon 3, le Centre André Latreille et l’Institut d’Histoire du Christianisme, regroupés dans l’Equipe RESEA (Religions, Sociétés et Acculturations) membre du Laboratoire CNRS de Recherches historiques Rhône-Alpes (LARHRA), la Faculté de Théologie de l’Université catholique de Lyon, les Archives Municipales de Lyon.

  • 1  Catherine Dormont (dir.), « La science pour l’action ». 100 ans de catholicisme social. Les Semain (...)

4Ce Colloque ne signifie pas pour autant que les recherches sur la question du catholicisme social en France et plus précisément sur les Semaines Sociales, ne soient épuisées. Bien au contraire. Cette rencontre a été un vrai colloque d’histoire qui a permis de faire le point des connaissances et le bilan des travaux déjà réalisés, d’emprunter des pistes encore inexplorées, et d’ouvrir des champs de recherche nouveaux qui restent à approfondir, d’autant qu’un remarquable travail a été réalisé par les Archives Municipales de Lyon (AML), qui s’est traduit par la publication d’un Guide des sources réalisé notamment par Catherine Dormont1. Construit principalement autour des fonds de la Chronique Sociale déposés aux AML, ce Guide va bien au-delà des importantes ressources lyonnaises. Grâce à une véritable enquête menée au plan national, à travers les Archives départementales et communales, les Archives diocésaines, de nombreux fonds privés, et jusqu’à Rome pour les Archives vaticanes et celles de congrégations religieuses, il offre aux chercheurs bien des suggestions pour s’orienter dans un ensemble aussi riche que dispersé. Déjà ce Guide a suscité bien des réactions, et incite d’anciens militants catholiques sociaux ou leurs descendants, à signaler des fonds privés non encore répertoriés, inconnus jusqu’ici, et même à les déposer auprès des Archives Municipales de Lyon.

5Le renforcement du pôle lyonnais en matière d’archives, l’établissement d’un pont solide entre les Centres de recherche universitaires et les Archives, l’élaboration d’un instrument de travail efficace pour y voir plus clair en matière de sources, est certainement un premier résultat notable du colloque qui démontre déjà par là que la commémoration du centenaire des Semaines Sociales n’a pas été une simple célébration du passé, mais bien un acte scientifique de haute valeur. Pour cette collaboration exemplaire, que Mesdames Anne-Catherine Marin, Conservatrice en chef, Catherine Dormont, Conservatrice adjointe chargée des fonds, Noëlle Chiron-Dorey chargée des fonds privés, et tout le personnel des Archives Municipales de Lyon soient remerciés. Un grand progrès a été réalisé sur le champ du repérage des sources, et cela est fondamental pour l’historien.

6Ce Colloque été aussi l’occasion de souligner l’apport des Semaines à la société, et en ce sens il a une grande portée, comme en témoignent les deux discours prononcés par le Maire de Lyon et par le Président du Conseil Général du Rhône, appartenant pourtant à deux familles politiques différentes, qui ont reconnu leur dette de responsables politiques au catholicisme social, et plus particulièrement aux Semaines, en soulignant le lien qui unit la réflexion aux réalisations concrètes.

7En introduction, Denis Pelletier a observé combien l’objet historique que sont les Semaines Sociales est « un objet étrange » : une institution militante qui a su survivre à ses fondateurs, mais qui a connu bien des avatars au point même de mourir ou plutôt d’entrer en léthargie, pour renaître quelques années plus tard, et s’imposer sur le devant de la scène religieuse et sociale ; une institution profondément originale, partie prenante de l’institution ecclésiale, membre à part entière de l’Église catholique, mais laïque et donc obligée de composer avec les autorités ecclésiales, contrainte qui ne l’a pas empêchée d’aborder des sujets très neufs et même risqués, et de les aborder parfois avec audace, dans une ambivalence constante entre nouveauté et tradition, et qui a exercé hors de France une incontestable influence ; une institution très provinciale, qui a pérégriné de ville en ville, pour ne se rendre à Paris que tardivement, en 1928 ce qui ne laisse pas de surprendre dans cette France si centralisée, mais qui traduit sans doute l’attachement des catholiques sociaux aux réalités locales et aux corps intermédiaires. Ce n’est qu’à partir de la reprise de 1987 que son caractère parisien s’affirme essentiellement pour des raisons de commodité.

8Entre 1904 et 2004, 74 Semaines ont été organisées, rassemblant des milliers de personnes, intellectuels et militants – plusieurs générations de catholiques -, professeurs et auditeurs qui ont participé à cette université itinérante si originale, s’y sont retrouvés, ressourcés, formés, afin de prendre au sérieux le message évangélique dans ses implications sociales, en rappelant que la foi ne peut ignorer la justice, et en plaçant toujours la personne humaine au cœur des réflexions, quel que soit le thème de la Semaine.

9Le Colloque s’est déroulé en cinq temps. On est d’abord revenu sur les grandes étapes du parcours des Semaines Sociales, la période de naissance autour de 1904 (Pascale Boyer-Bastier, Université de Toulouse), les reprises au lendemain des interruptions dues aux guerres en 1919 et en 1945 (Brigitte Waché, Le Mans), la crise des années 1970 (Claire Guyot-Toupin, I.E.P. de Rennes), et le nouveau départ de 1987 (Corinne Valasik, EHESS, Paris). Dans un deuxième temps, le colloque s’est arrêté sur les hommes et les réseaux avec des communications sur les dirigeants, présidents et secrétaires (Christian Ponson, Lyon), sur les professeurs (Etienne Fouilloux, Université de Lyon 2), sur la Commission générale (Laurent Ducerf, Université de Lyon 3), sur la place des femmes dans les Semaines Sociales (Bruno Dumons, C.N.R.S., Lyon). Est venu alors le moment de s’interroger sur le fonctionnement des Semaines, dans ses rapports avec le Saint-Siège (Jean-Dominique Durand, Université de Lyon 3), avec les évêques de France (Christian Sorrel, Université de Savoie), dans leur géographie (Bruno Bethouard (Université du Littoral), et sur la réception de leurs travaux dans la presse (Jean-Pierre Chantin, Université de Lyon 3) et Daniel Moulinet (Université catholique de Lyon). Dans un quatrième temps ont été abordées quelques-unes des thématiques des Semaines, la question coloniale (Claude Prudhomme, Université de Lyon 2), les théories économiques (Bernard Laurent, École de Management de Lyon), l’État et la société politique (Régis Ladous, Université de Lyon 3), la médecine sociale (Isabelle von Bueltzingsloewen, Université de Lyon 2), Guerre, paix et conflits (Corinne Bonafoux, Université de Savoie). Enfin, le Colloque s’est achevé sur la dimension internationale des Semaines Sociales, avec la Belgique (Emiel Lamberts, Université de Leuven), l’Allemagne et les Katholikentage (Marie-Emmanuelle Reytier, Université de Lyon 3), la Suisse (Francis Python, Université de Fribourg), l’Italie (Maurilio Guasco, Université du Piémont), l’Amérique latine (Olivier Compagnon, Université de Paris III), le Québec (Bernard Delpal, Institut d’Histoire du Christianisme), l’Espagne (Pablo Pérez López, Université de Valladolid). Cette ouverture sur le monde a permis de souligner la fécondité des Semaines.

10De l’ensemble des interventions, on peut retenir le rôle des Semaines Sociales comme modèle pour les catholiques dans cinq domaines notamment.

  • Elles ont eu d’abord incontestablement une valeur pionnière, d’ouverture de voies nouvelles, de débroussaillage, mais aussi d’avertissement face à des problèmes nouveaux, qui émergeaient à l’horizon, un rôle de vigie en quelque sorte, repérant tôt les grandes questions qui deviendraient par la suite des problèmes aigus pour la société, qu’il s’agisse des « conflits de civilisation », des médias, de la question coloniale, des défis de la santé à travers les découvertes biologiques.

  • Elles ont mis en valeur la démarche interdisciplinaire grâce à la diversité des thématiques abordées, mais aussi à la diversité des modes d’approches avec la présence parmi les intervenants aux Semaines, d’historiens, de philosophes, de théologiens, de sociologues, de médecins, de politologues, de juristes, d’économistes, de représentants de pratiquement toutes les disciplines universitaires.

  • Elles ont acquis une forte valeur pédagogique, avec la reprise tout au long du siècle, de thèmes semblables, constamment réexaminés à la lumière des évolutions de la société et des exigences de l’histoire, contribuant ainsi à former sur le long terme un laïcat conscient de l’apport concret de l’enseignement social des papes.

  • En plaçant toujours la personne humaine au centre de leurs débats, les Semaines Sociales ont souligné l’importance du politique. Qu’il s’agisse de l’économie, de la démocratie et de l’État, des relations internationales, de la question du rapport des catholiques au politique a été constamment posée, depuis le conflit avec la République anticléricale jusqu’à l’émergence du M.R.P. et la crise catholique des années 1970. Les Semaines Sociales semblent bien avoir constitué une autre manière de faire de la politique, au point de donner parfois, les exemples pris hors de France l’ont bien montré, des résultats fort surprenants.

  • Enfin, les Semaines Sociales  ont offert aux catholiques un modèle d’engagement, et pas seulement en France. C’est pourquoi il a pu s’exporter dans bien d’autres pays.

11Émile Poulat a parlé d’une triple aventure : militante, intellectuelle et spirituelle. Ce fut une grande aventure pour le catholicisme français qui a su mettre en valeur une nouvelle articulation entre foi, politique et éthique.

Haut de page

Notes

1  Catherine Dormont (dir.), « La science pour l’action ». 100 ans de catholicisme social. Les Semaines Sociales de France, Lyon, Archives Municipales de Lyon, 2004, 212 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Dominique Durand, « Colloque international Les Semaines Sociales de France 1904-2004 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2562

Haut de page

Auteur

Jean-Dominique Durand

RESEA, LARHRA – UMR 5190, Université Jean Moulin-Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org