Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables-Rondes et Journées d’études 2003-2005

Colloque international Commerce, voyage et expérience religieuse XVIe-XVIIIe siècles

Lyon, 25-27 mars 2004
Yves Krumenacker

Notes de la rédaction

Les actes de ce colloque ont été publiés en 2007 sous la direction d'Albrecht Burkardt aux Presses Universitaires de Rennes, collection Histoire, 507 p.

Texte intégral

1C’est un colloque assez exceptionnel qui s’est tenu à Lyon, dans les locaux de l’ENS-LSH, au printemps dernier. Exceptionnel par son ampleur : trois journées entières, vingt-six intervenants prévus. Ensuite par son organisation, réunissant les universités de Lyon 2, de Lyon 3, de Grenoble 2, d’Aix-Marseille 1, de Paris X, l’ENS-LSH, le CIERA (Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherche sur l’Allemagne) ; il n’est guère courant qu’autant d’équipes de recherche collaborent autour d’un projet commun. Ce colloque était exceptionnel aussi par son caractère international, puisqu’on a pu entendre des chercheurs venus de Grande-Bretagne, d’Italie, d’Allemagne, des États-unis et bien sûr de France, pour des communications portant sur la France, l’Allemagne, l’Italie, la Suède, la Pologne, la Suisse, la Hollande, l’Espagne, le Portugal, l’Angleterre, sans oublier quelques incursions hors d’Europe. L’exceptionnel venait enfin du sujet lui-même, car il invitait à discuter des spécialistes du voyage, de l’histoire économique et de l’histoire religieuse (catholique, protestante aussi bien que juive), ce qui est peu fréquent, afin de jeter les bases d’une histoire culturelle de la pratique marchande.

2Peut-on parler de réussite ? Le colloque était organisé autour de plusieurs pôles. Après une brillante ouverture sur l’espace marchand, due à J. Hoock, le premier thème, sur la théorie de la mobilité, a été peu traité, mais a permis de faire le point sur la littérature camérale allemande et sur l’idéologie administrative florentine du XVIIIe siècle. Un second thème a recensé un certain nombre d’itinéraires et de réseaux marchands. Les interactions entre le commerce et la religion ont été vues sous l’angle de la confrontation et de la conversion, et sur la manière dont la politique religieuse des Etats peut influencer la pratique commerciale. Il a ensuite été question de « nations », de « communautés » de marchands, spécialement dans des pays dont la religion n’est pas la leur. Une demi-journée a enfin été consacrée au cas lyonnais.

3Plusieurs indices ont montré une certaine difficulté à entrer véritablement dans le sujet, ce qui est révélateur de sa nouveauté. Tout d’abord, le petit nombre de spécialistes d’histoire religieuse, comme si analyser la pratique religieuse d’un groupe social particulier était une démarche inhabituelle. Ensuite, plusieurs communications se sont surtout intéressées à l’espace marchand, aux réseaux, à la mobilité, ou aux pratiques culturelles des marchands, mais en négligeant soit le voyage soit l’expérience religieuse. Enfin, il a quelquefois plus été question des croyances des marchands, sans qu’on se demande toujours en quoi elles sont spécifiques du groupe, ou des pratiques commerciales de telle communauté religieuse, sans là non plus insister sur une éventuelle spécificité des interactions entre religion et commerce : en quoi la foi modifie-t-elle la pratique commerciale ou détermine-t-elle le voyage des négociants, en quoi, inversement, l’exercice du commerce et le voyage, avec la rencontre de populations étrangères, avec d’autres coutumes, souvent d’autres religions, affectent-ils les croyances religieuses ?

4Il n’en reste pas moins que ce colloque, jusque dans ses limites, a été d’une très grande richesse, ce dont peut se féliciter son principal maître d’œuvre, Albrecht Burkardt. Alors que le grand marchand est associé habituellement à l’idée de mobilité, de mouvement, nous en avons vu les limites, les obstacles, liés aux volontés étatiques, aux idéologies, à l’insécurité et aux difficultés des voyages, aux pratiques religieuses également. Pour faciliter les voyages, des réseaux se sont mis en place, pour lesquels l’appartenance confessionnelle n’était pas secondaire, des structures d’accueil existaient dans les grandes villes marchandes avec, là aussi, un aspect religieux non négligeable, la possibilité par exemple de pratiquer les cérémonies cultuelles habituelles. Cela a permis des phénomènes d’appartenance et d’identification. Si la rencontre d’autres cultures, d’autres religions, peut entraîner un certain relativisme, elle provoque aussi bien souvent un ancrage identitaire confessionnel, sans doute en partie pour se prémunir de l’incertitude de l’inconnu, ou une conversion, un rejet de son ancienne identité religieuse pour mieux s’incorporer aux communautés fréquentées. La pratique religieuse des marchands, leurs affirmations croyantes se révèlent ainsi ambiguës, relevant de catégories en évolution, fluctuantes et franchissables. Même dans le cas du commerce d’objets pieux, le lien entre commerce et religion n’a jamais paru simple. C’est le grand mérite de ce colloque de nous l’avoir rappelé, et d’inciter ainsi à de fructueux prolongements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Colloque international Commerce, voyage et expérience religieuse XVIe-XVIIIe siècles », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 02 mai 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2559

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org