Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables-Rondes et Journées d’études 2003-2005

Colloque La Séparation des Églises et de l’État. Les hommes et les lieux.

Lyon, 23-24 janvier 2004
Jean-Pierre Chantin

Notes de la rédaction

Les actes de ce colloque ont été publiés en 2005 sous la direction de Daniel Moulinet et Jean-Pierre Chantin aux éditions de l'Atelier, collection Patrimoine sous le titre La séparation de 1905 - Les hommes et les lieux, 271 p.

Texte intégral

1La rencontre qui s’est tenue à Lyon entendait aborder des aspects peu étudiés de la loi de décembre 1905, les diverses réactions des Français confrontés à la Séparation des Églises et de l’État, la laïcisation des lieux et la situation ainsi provoquée dans les territoires de l’Empire colonial. Au préalable, Émile Poulat a précisé qu’il faudrait peut-être plutôt parler de la « loi sur la suppression du service public du culte », ce qui rendrait mieux compte de la privatisation non de la religion, mais des moyens mis à la disposition de celle-ci (ou du moins des quatre cultes concernés par les accords « concordataires » de 1801-1808). Jean-Marie Mayeur a rappelé quant à lui qu’une rupture historiographique s’est produite sur ce sujet dans les années 1950 avec l’ouverture des archives publiques et la disparition des témoins, les analyses s’orientant ensuite davantage vers les études locales et les réactions de l’opinion.

2On a paradoxalement peu étudié la destinée des différents lieux d’expression de la foi dans ce contexte de laïcisation ; elle a pourtant eu des effets forts contrastés. Les bibliothèques ecclésiastiques (Dominique Varry) ont ainsi pâti de leur dispersion vers les universités ou les bibliothèques municipales, des fonds étant malencontreusement scindés sans justification – une situation qui dure encore aujourd’hui.  La « laïcisation de la mort » (Régis Bertrand) est pour sa part enclenchée depuis les lois de 1881 à 1904 qui mettent fin aux carrés confessionnels dans les cimetières et « municipalisent » les funérailles. Elle est cependant encore très incomplète en 1905, de nombreux cimetières conservant de fait les structures funéraires antérieures, et une certaine surenchère du signe religieux privé se déployant au même instant. Enfin, de manière plus générale, la loi éteint les controverses sur la propriété des biens religieux, mis à disposition des fidèles par l’État et entretenus par lui ou les municipalités. Il s’agit surtout, par le transfert aux monuments historiques, d’une découverte massive d’un patrimoine à intérêt local (Jean-Michel Léniaud)

3Les positions des Français sont sans doute plus complexes que ce que l’on présente habituellement. Les Comités catholiques, l’Action populaire ou les Ligues féminines catholiques (Daniel Moulinet, Bruno Dumons) ont mené campagne contre la loi dans la perspective des élections législatives de 1906 ; mais leur échec met leur engagement politique en sourdine. Les évêques ont finalement suivi l’avis négatif de Rome alors qu’une majorité cherchait un compromis, au moment où la liberté de nomination est rendue au pape qui en profite pour renouveler l’épiscopat (Christian Sorrel). Enfin les Inventaires sont à revoir selon une double analyse : action des mouvements politiques les plus virulents dans un premier temps, par exemple à Paris ; mouvement plus rural de défense des biens contre l’autorité publique qui s’inscrit davantage dans un temps plus long de résistance paysanne (Patrick Cabanel). Il ne faudrait cependant pas oublier que des catholiques ont fondé des associations dites « cultuelles » selon le souhait du gouvernement, pourtant condamnées à l’avance par Rome (Jean-Pierre Chantin). Les motivations apparaissent dans ce cas diverses, d’une opposition des élites villageoises au curé (qui tourne à l’affrontement politique local), au désir de ne pas perdre les biens paroissiaux à cause de l’intransigeance romaine. Du côté protestant, si l’unanimité en faveur de la loi est quasi générale, le débat tourne au repositionnement interne - la Séparation étant déjà accomplie selon eux dans les faits – et conduit à l’éloignement du rêve d’unité entre les différentes Églises (Patrick Harismendy). Les israélites sont dans une situation semblable : encore confrontés aux dernières péripéties de l’affaire Dreyfus, et très hostiles aux catholiques, ils attendent un réveil des fidèles grâce à la liberté religieuse acquise tout en craignant l’action d’associations ne se situant pas dans la ligne du Consistoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Chantin, « Colloque La Séparation des Églises et de l’État. Les hommes et les lieux. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2558

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org