Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables-Rondes et Journées d’études 2003-2005

Colloque Le Vatican, l’opinion catholique et l’ordre international au temps de Léon XIII (1878-1903)

Organisé en collaboration avec le Kadoc (Leuven), l’Université LUMSA (Rome) et l’Academia Belgica (Rome) Rome, 11-12-13 décembre 2003
Vincent Viaene

Notes de la rédaction

Les actes de ce colloque ont été publiés en 2005 sous le titre The Papacy and the New World Order. La papauté et le nouvel ordre mondial (1878-1903) Vatican Diplomacy, Catholic Opinion and International Politics at the Time of Leo XIII. Diplomatie vaticane, opinion catholique et politique internationale au temps de Léon XIII, sous la direction de Vincent Viaene, Leuven, aux éditions de Leuven University Press, KADOC-Studies on Religion, Culture and Society 04, 520 p.

Texte intégral

1Léon XIII n'est pas seulement entré dans l'histoire comme « le pape des ouvriers », mais aussi comme un pape « diplomatique » par excellence. Comment s'efforça-t-il de mobiliser les masses catholiques en faveur de la papauté et de traduire cet attachement dans des avantages concrets sur l'échiquier diplomatique? Voilà la question centrale qui occupa un groupe international de chercheurs lors d'un colloque trilingue à Rome du 11 au 13 décembre 2003. Le Congrès était organisé à l’initiative du Kadoc (Centre de Documentation et de Recherche Catholique) de Leuven, en collaboration avec la Lumsa (Libera Università Maria Assunta) de Rome, les universités Lyon 2 (Centre André Lareille) et Lyon 3 (Institut d’Histoire du Christianisme), et l'Academia Belgica à Rome.

2À l'avènement de Léon XIII en 1878, la position internationale du Saint-Siège n'était guère enviable. Les condamnations de Pie IX et les hésitations du cardinal Antonelli avaient abouti à une impasse. En même temps que la question sociale, la transformation profonde du système international au cours du dernier quart du XIXe siècle créait cependant de nouvelles possibilités pour rompre l'isolement. La mise en place d'un nouvel équilibre précaire entre les grandes puissances était étroitement liée à l'expansion coloniale, dans laquelle les missionnaires jouaient souvent un rôle important. L'élargissement de l'ordre européen à l'échelle mondiale posait de nouveaux défis tels la course aux armes, l'émigration de masses et la lutte contre l'esclavage - autant d'opportunités pour rehausser le profil moral d'une instance transnationale comme le Saint-Siège.

3Une première partie du colloque était consacrée à la perception du nouveau paysage international, et aux stratégies conçues par le Vatican pour en tirer profit. Jean-Dominique Durand (Lyon 3) ouvrit les travaux avec un panorama de la vision de Léon XIII sur le monde. Il mit en relief les racines proprement religieuses et philosophiques (néothomisme) de cette vision. Elle permit au pape de renouveler le souffle prophétique de son office, en tant qu'avocat de la paix et « spécialiste en humanité ». Le Saint-Siège ne se renferma plus dans sa biotope romaine, mais s'ouvrit au monde moderne. Avec l'intervention de Laurent Koelliker (Genève), on passa de la vision à la stratégie. Léon XIII alla « à la guerre comme à la guerre » dans la grande politique de cette fin de siècle. Koelliker insista sur la fixation de la diplomatie pontificale sur la question romaine et l’exigence d'une souveraineté territoriale. À cette fin, Léon XIII pencha d'abord vers le Zweibund austro-allemand, puis pour son rival franco-russe. Selon Koelliker, les deux alliances profitaient de la politique vaticane pour influencer l'Italie ou pour l'affaiblir, sans offrir au pape des avantages concrets. Involontairement, la question romaine accrut cependant décisivement le rôle des laïcs dans l'église, ce qui était un développement capital.

4L'intervention de Claude Prudhomme (Lyon 2) à propos de la stratégie missionnaire de Léon XIII fut le pendant de celle de Koelliker. Prudhomme maintint que la modernisation effective de la mission sur le terrain faillit se traduire dans une réflexion globale. L'attitude envers les autorités coloniales resta ancrée dans des idées juridiques séculaires sur les relations idéales, c’est à dire concordataires entre l'Église et l'État, encore renforcées par le néothomisme. Les accents différents mis par Durand d'une part, Prudhomme et Koelliker d'autre part, provoquèrent un débat animé sur (les limites de) la « modernité » de Léon XIII. Certains participants émirent des doutes sur la thèse de Koelliker selon laquelle l'intransigeance de Léon XIII envers l'Italie était fixée depuis le début du pontificat, et sur sa tendance à réduire l'attitude généralement modérée du pape vis à vis de l'État moderne à un effet collatéral de son intransigeance dans la Question romaine. D'autres participants nuancèrent l'insistance de Prudhomme sur le poids de la tradition.

5La deuxième partie du colloque illustra comment la diplomatie vaticane se modernisa concrètement dans ses rapports avec l'opinion catholique. Annibale Zambarbieri (Pavia) esquissa le contexte du développement exponentiel de la dévotion au pape. Jan De Maeyer (Kadoc/K.U.Leuven) se pencha sur l'iconographie de cette dévotion comme un exemple de modernisation religieuse, tant dans l'emploi de nouvelles techniques industrielles que dans l'introduction de thèmes nouveaux dans la représentation de Léon XIII. Rupert Klieber (Vienne) étudia l'évolution du Denier de Saint-Pierre au cours du pontificat. En dépit de la nature décentralisée de cette instance moderne de fundraising, le Vatican réussit à stabiliser les revenus, et même à les augmenter à l'occasion des moments forts de la dévotion au pape, tels les Jubilés ou encore l'Année Sainte 1900.

6Emiel Lamberts (Kadoc/K.U.Leuven) démontra la multiplication rapide des Congrès catholiques au cours des années 1880 et 1890, en particulier autour de la question sociale et de la dévotion eucharistique. L'organisation des Congrès était parfois assurée par des anciens de l'Internationale Noire, et put jouir d’une attention croissante de la part du Vatican. Vincent Viaene (K.U.Leuven) esquissa l'évolution de la politique de presse du Vatican comme un élément central de la modernisation de la diplomatie pontificale, et mit en relief l'influence réciproque entre Curie romaine et journalisme catholique.

7Dans la troisième partie du colloque, l'étude de plusieurs cas spécifiques permit d'illustrer l'interaction entre la diplomatie vaticane, l'opinion catholique et la transformation du système international. Gianni La Bella (Lumsa) et Philippe Delisle (Lyon 3) parlèrent de la campagne anti-esclavagiste. En dépit des sentiments mélangés de l'Œuvre pour la Propagation de la Foi et de bien des missionnaires (ceux du Saint-Esprit, par exemple), l'initiative fut un grand succès pour l'image d'une papauté aspirant à redevenir la conscience de l'humanité. À propos de l'émigration aux États-Unis, Gerald Fogarty (University of Virginia) montra également comment le Vatican sut concilier pragmatisme diplomatique et autorité morale. Par contre, le côté douteux de l'intérêt romain pour la mobilisation de masse ressortit fortement de l'intervention de Giovanni Miccoli (Trieste) sur l'attitude par trop « prudente » de Léon XIII et de son secrétaire d'État Mariano Rampolla envers les mouvements populaires antisémites des années 1890 en Autriche et en France. Jean-Marc Ticchi (Paris) présenta un portrait animé de la modernisation de la dévotion au pape lors du jubilé de 1888 et de son instrumentalisation dans le cadre de la question romaine. Dans son intervention à propos de la participation manquée du Vatican à la Conférence de la Paix de 1899, Hans De Valk (La Haye) mit en relief comment la Question romaine put également étouffer le second souffle prophétique de la diplomatie vaticane. L'épisode illustra d'ailleurs bien les limites de la malléabilité de l'opinion catholique par le Saint-Siège.

8On aborda ainsi la dernière partie du colloque, consacrée à l'attitude des grandes puissances envers Léon XIII, « baromètre » du succès de la nouvelle diplomatie vaticane. Les sept intervenants avaient généralement tendance à relativiser les mérites de Léon XIII comme « pape diplomatique ». Giuseppe Ignesti (Lumsa) et Stefano Trinchese (Chieti) soulignèrent la distance séparant le monde romain des cultures politiques nationales dans leurs interventions sur (respectivement) la France et l'Allemagne. Les contributions d'Andrea Ciampani (Lumsa) et de Luciano Trincia (Freiburg-im-Breisgau) à propos de l'Italie et de l'Autriche mirent de nouveau en relief le rôle de la Question romaine comme obstacle à la réintégration complète du Vatican dans le système international. Cette constatation provoqua d'ailleurs un échange de vues intéressant sur la figure un peu énigmatique de Rampolla. Karina Urbach (Londres), Rita Tolomeo (Rome) et John Pollard (Cambridge) firent le bilan des relations vaticanes avec, respectivement, la Grande Bretagne, la Russie et les États-Unis. Si Léon XIII réussit à normaliser les rapports diplomatiques avec la Russie, ce résultat lui échappa en ce qui concerne les deux puissances anglo-saxonnes. De façon générale, d'ailleurs, l'éloignement religieux d'avec ces nations non-catholiques, ainsi que des questions concrètes comme l'Irlande ou le panslavisme, continuèrent à hypothéquer les ouvertures vaticanes.

9Le débat final agita surtout le rôle des laïcs sous Léon XIII et, encore une fois, la nature ambiguë du rapport de ce pape avec le monde moderne (ou, autrement dit, les limites de son intransigeance et de sa transigeance). Le colloque s’acheva ainsi sur la formule heureuse de Claude Prudhomme selon laquelle Léon XIII « mit le progrès moderne au service de l'église mais refusa la modernité ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Viaene, « Colloque Le Vatican, l’opinion catholique et l’ordre international au temps de Léon XIII (1878-1903) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2556

Haut de page

Auteur

Vincent Viaene

Kadoc Université de Leuven

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org