Navigation – Plan du site
Articles
Le partenariat Lyon–Beyrouth–Québec pour l’atlas des espaces religieux du Liban

Le partenariat Lyon–Beyrouth–Québec pour l’Atlas des espaces religieux du Liban

Séminaire, Lyon, 4-5-6 mars 2004 : réflexions et perspectives après le Séminaire de Lyon
p. 115-119

Résumés

Cet article retrace l’historique du partenariat et indique les principales perspectives de recherche.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Liban
Haut de page

Notes de la rédaction

Ce séminaire, tenu à Lyon, en mars 2004, a constitué une étape importante dans le programme soutenu par l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF).

Texte intégral

  • 1  Voir Chrétiens et Sociétés n° 10, 2003, pp. 169-170.
  • 2  Indications tirées d’un descriptif du projet rédigé par Grace Homsy, coordinatrice de la gestion d (...)

1Les 4, 5 et 6 mars 2004, s’est tenu à l’Université Jean Moulin - Lyon 3 le Séminaire « Le rapport des hommes et des femmes aux espaces et territoires religieux » consacré à l’avancement du projet d’Atlas des espaces religieux du Liban, entreprise inscrite dans le partenariat établi entre des Centres de recherche appartenant aux Universités Saint-Joseph (Beyrouth), Lyon 2, Lyon 3 et Laval (Québec)1. Cette réunion de travail figurait dans un programme dont il est utile de rappeler quelques étapes2.

2En décembre 1997, l’Institut d’Études Islamo-Chrétiennes (I.E.I.C.) de l’université Saint-Joseph de Beyrouth et l’Institut d’Histoire du Christianisme (I.H.C.) de l’université Jean Moulin - Lyon 3 ont conçu le projet commun d’un Atlas des espaces religieux du Liban.

3Au cours de l’année 1998, un comité libanais, à l’initiative de l’I.E.I.C., fixa les contours scientifiques du projet, avec le souci de convaincre le plus grand nombre que le domaine du religieux, souvent abordé de façon passionnelle, peut être l’objet d’études rigoureuses et scientifiques. Une dimension pluridisciplinaire est donnée au projet : la démarche historique n’est nullement exclusive d’autres approches où vont se côtoyer géographie, anthropologie, sociologie, psychologie. Est également défini l’espace de référence pour les travaux futurs : le Liban dans ses limites officielles contemporaines.

4Pour assurer la mise en œuvre du projet, trois pôles universitaires se sont associés :

  • 3  En octobre 2000, s’est ouverte la Faculté des Sciences Religieuses (F.S.R.) qui a pris le relais d (...)

5Pôle libanais :deux facultés de l’Université Saint-Joseph (U.S.J.) : la Faculté des Sciences Religieuses3, et la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (F.L.S.H.) avec ses départements d’Anthropologie et de Sociologie, de Géographie (laboratoire de télédétection), d’Histoire et de Psychologie.

  • 4  L’U.M.R. a pour sigle : LA.R.H.R-A : LAboratoire de Recherche Historique de Rhône-Alpes. Il rassem (...)

6Partenaires français : Institut d’Histoire du Christianisme (I.H.C.), Université Lyon 3 ; Centre André Latreille, Université Lyon 2. Les chercheurs issus de ces deux Centres d’histoire religieuse sont rassemblés depuis octobre 2003 dans le laboratoire RESEA (REligions Sociétés Et Acculturations), lui-même composante de l’UMR 5190 (unité mixte de recherche CNRS-université)4.

  • 5  Nous renvoyons ici à la remarquable série de l’Atlas historique du Québec, dirigée par Serge Courv (...)

7Partenaire canadien : Laboratoire de géographie historique, Centre Inter universitaire d’Études québécoises (C.I.E.Q.), situé sur le campus de l’Université Laval à Québec. Il a paru en effet souhaitable, dès l’origine, d’élargir l’entreprise à ce partenaire qui possède en cartographie et en géographie historique un savoir-faire reconnu et une solide expérience5.

8Après une étude de faisabilité financée par l’U.S.J., un comité de suivi pluridisciplinaire s’est créé à Beyrouth pour programmer le travail, définir les financements, renforcer les liens entre les partenaires.

9En février 2001, deux projets ont été distingués :

  1. un Atlas des espaces religieux du Liban, comprenant une forte partie cartographique,

  2. une série de monographies sur les espaces religieux du Liban.

10Au cours de l’année 2002, a été testé le questionnaire d’enquête, à partir d’un canevas fourni par le partenaire lyonnais, profondément modifié par les chercheurs et responsables de l’U.S.J. pour être adapté à la réalité libanaise. Sur cette base, des équipes d’étudiants volontaires ont été formées au travail de terrain. Parallèlement, la série de monographies se met en route avec des projets divers sélectionnés pour leur volonté d’éclairer des espaces religieux spécifiques.

  • 6  Cette subvention a été attribuée dans le cadre des « programmes d’appui aux projets de coopération (...)
  • 7  Se reporter au programme du séminaire.

11En mars-avril 2003, a été conduite la première grande enquête sur Beyrouth municipe. Elle a permis de rassembler de nombreuses données sur les lieux de culte de la capitale. Cette étape importante a coïncidé avec l’obtention d’une subvention de l’Agence Universitaire de la Francophonie (A.U.F.)6, principalement destinée à des actions de formation, pour le déplacement et le séjour de chercheurs engagés dans l’opération ou pour la tenue de séminaires. C’est en s’appuyant sur cette aide, que se sont tenus le Séminaire de mars 2003, à Beyrouth, et un an plus tard, celui des 4-6 mars à Lyon7.

  • 8  Le Père Thom Sicking s.j. est directeur du CEDIFR, Centre de recherche de la FSR, et responsable d (...)

12On trouvera ci-après deux textes, qui, chacun à sa manière, rendent compte de l’esprit des travaux et de la direction prise par le projet commun. Le premier est dû à Thom Sicking8 et trouve son origine dans une conférence publique à Lyon le 5 mars 2004 sur « Dialogue interreligieux et dialogue œcuménique, différences et similitudes ». Le second reprend une communication présentée par Madame Annie Tohmé-Tabet sur « Les mazar de Beyrouth municipe : localisation, croyances et pratiques », sujet qui permet, à travers des investigations très minutieuses, d’aborder des pratiques religieuses redevables aux laïcs et relativement autonomes par rapport aux autorités religieuses.

Prévisions à court et moyen terme

Échanges et mobilité des chercheurs

13Les échanges et déplacements de chercheurs vont se poursuivre entre les universités partenaires au cours de l’année universitaire 2004-2005. Trois membres du C.I.E.Q., dont Madame Caulier, co-directrice, se rendront à Beyrouth pour renforcer la coopération scientifique et technique entre les Centres, en particulier dans le domaine éditorial. Madame Saliba, responsable de la base informatique de données qui alimentera les publications à venir, se rendra à Lyon.

Sur le plan éditorial

14Le Séminaire de Lyon a confirmé et précisé le plan d’ensemble suivant lequel vont s’ordonner les travaux et les publications, qu’il s’agisse de la série des monographies sur les espaces religieux ou de l’Atlas des lieux de culte, selon les deux projets du programme éditorial.

15Une première publication, à la fois introduction, manifeste et test, est sous presse. Elle permettra d’expérimenter la méthode, l’alliance des enquêtes sur le terrain et des sources géo-historiques, l’articulation entre l’Atlas des espaces religieux, qui privilégie l’inventaire, et les études monographiques, combinant l’étude de sites précis et l’approfondissement de thèmes transversaux, au sens où ils concernent le fait religieux et non pas telle ou telle confession.

  • 9  Ces indications ont été fournies par Madame Liliane Buccianti-Barakat, lors de sa communication in (...)

16En l’état actuel, il est prévu de traiter huit rubriques : objectifs généraux, présentation du fait communautaire libanais, carte et analyse des lieux de culte de Beyrouth-municipe, historique de la région urbaine ; le cas-type des mazar, le partage des espaces entre public et privé, le fait religieux dans sa représentation mentale ; enfin, retour à la carte avec une interrogation sur l’aide que la télédétection peut fournir à la compréhension du fait religieux9.

17La série des monographies s’ordonne selon un plan général à long terme ; cinq d’entre elles sont déjà en préparation dont les sujets sont définis en fonction de problématiques significatives :

  • les lieux de visitation dans la Beqaa Ouest (enquête historique et anthropologique),

  • représentations et pratiques funéraires à Fakhé (Beqaa),

  • caractéristiques régionales des églises et des monastères du Liban (cas du Metn et du Kesrouan),

  • grottes et sanctuaires de Wadi al-Asfour (Koura-Batroun),

  • étude architecturale et typologique des églises arméniennes au Liban).

18Ces publications utiliseront le support du papier et puiseront dans la banque de données dont est prévu l’accès sur site Internet, selon des modalités à préciser. Cette initiative, qui fait appel aux techniques informatiques récentes, a été fortement approuvée par les participants. Ainsi seront mis à la disposition des chercheurs deux outils, le livre et le service en ligne.

19Les travaux du Séminaire ont été conclus par Louis Boisset (Doyen de la FSR, USJ), au nom de l’équipe pluridisciplinaire libanaise, par Mme Brigitte Caulier (Directrice du CIEQ, université Laval), MM. Jean-Luc Pinol (Directeur de LARHRA) et Bernard Hours (Directeur de RESEA). Tous ont affirmé leur volonté de coopérer pour l’aboutissement d’un projet jugé à la fois difficile et indispensable.

Programme du Séminaire de Lyon

  • Jocelyne Gérard et Thom Sicking (Université Saint-Joseph, Beyrouth), « Qu’est-ce qu’un Atlas des espaces religieux ? Le cas du Liban ».

  • Bernard Delpal (Équipe RESEA, LARHRA-UMR 5190) : « La méthodologie des matériaux Boulard ».

  • Annie Tohmé-Tabet (Université Saint-Joseph, Beyrouth), « Les "mazar" à Beyrouth municipe : implantation, croyances et pratiques ».

  • Liliane Kfoury (Université Saint-Joseph, Beyrouth), « Archives religieuses et territoire ».

  • Régis Bertrand (Université d’Aix-Marseille), « Étudier les cimetières français : problèmes de méthodes et premiers résultats ».

  • Thom Sicking (Université Saint-Joseph, Beyrouth), « Dialogue interreligieux et dialogue œcuménique, différences et similitudes », Conférence publique.

  • Dominique Potavin (Université François Rabelais, Tours), « La recomposition paroissiale dans une banlieue de Beyrouth, Sin el Fil ». Avec la participation de Pierre-Yves Saunier (UMR 5600 Environnement Villes et Sociétés).

  • Liliane Barakat (Université Saint-Joseph, Beyrouth), « La méthodologie de l’enquête ».

  • Janine Somma (Université Saint-Joseph, Beyrouth), « Systèmes d’information géographique et interprétation des faits religieux ».

  • Dominique Barbero (Université Jean Moulin, Lyon 3), « Exemples de systèmes d’informations géographiques sur des cadastres anciens ».

  • Chantal Verdeil, « Un espace jésuite ? ».

  • Raffi Gerjian (Université Saint-Joseph, Beyrouth), « Le quartier arménien de Bourj-Hammoud ».

  • Jean Luc Pinol (Université Lumière Lyon2, LARHRA-UMR 5190), « À propos des Atlas urbains ».

  • Conclusion : Claude Langlois (EPHE, Paris).

Haut de page

Notes

1  Voir Chrétiens et Sociétés n° 10, 2003, pp. 169-170.

2  Indications tirées d’un descriptif du projet rédigé par Grace Homsy, coordinatrice de la gestion du projet Atlas.

3  En octobre 2000, s’est ouverte la Faculté des Sciences Religieuses (F.S.R.) qui a pris le relais de l’I.E.I.C. pour le suivi du projet à partir d’octobre 2003.

4  L’U.M.R. a pour sigle : LA.R.H.R-A : LAboratoire de Recherche Historique de Rhône-Alpes. Il rassemble, aux côtés du CNRS, cinq établissements d’enseignement supérieur rhônalpins : les Universités de Grenoble II, Lyon II et Lyon 3, ainsi que l’École Normale Supérieure (Lettres), située à Lyon.

5  Nous renvoyons ici à la remarquable série de l’Atlas historique du Québec, dirigée par Serge Courville et Normand Séguin, publiée par les Presses de l’Université Laval. Un prochain volume va être consacré à la mission.

6  Cette subvention a été attribuée dans le cadre des « programmes d’appui aux projets de coopération universitaire de soutien à la formation et à la recherche ». L’action retenue par l’Agence a été officiellement formulée ainsi : « Pour un Atlas des espaces religieux du Liban, formation à l’étude pluridisciplinaire des faits religieux dans une société multi-confessionnelle ».

7  Se reporter au programme du séminaire.

8  Le Père Thom Sicking s.j. est directeur du CEDIFR, Centre de recherche de la FSR, et responsable de l’Atlas des lieux de culte.

9  Ces indications ont été fournies par Madame Liliane Buccianti-Barakat, lors de sa communication intitulée : « Le rapport des hommes et des femmes aux espaces et territoires religieux - Enquête et pratiques sur le terrain ». Mme Buccianti-Barakat est responsable de la section Aménagement touristique et culturel, Département de Géographie, F.L.S.H. (U.S.J.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Le partenariat Lyon–Beyrouth–Québec pour l’Atlas des espaces religieux du Liban », Chrétiens et sociétés, 11 | 2004, 115-119.

Référence électronique

« Le partenariat Lyon–Beyrouth–Québec pour l’Atlas des espaces religieux du Liban », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 22 avril 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2541

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org