Navigation – Plan du site
Articles

Marx et Marie : communisme et Église à Częstochowa (Pologne) à l’apogée du stalinisme, 1950-1956

Damien Thiriet
p. 81-109

Résumés

« Capitale spirituelle » des catholiques, Częstochowa symbolisait depuis 1656 la résistance de l’esprit polonais. Pour y vaincre l’attraction de l’« obscurantisme », les communistes cherchèrent à lui substituer une cité moderne, symbolisée par les fonderies Bierut. Au quotidien, l’étude du système d’interactions créé en 1950 montre que l’Église ne pouvait y appliquer qu’une stratégie coopérative, là où les communistes détournaient les règles du jeu en un sens agressif. Toutefois, comme les fidèles étaient prêts à défendre leur foi, le Parti pouvait frapper l’institution, mais non les croyants ; ses coups furent donc moins efficaces. D’autant que le monastère de Jasna Góra, symbole trop fort pour être attaqué de front, faisait entendre une voie hostile au régime. Dès lors, si les communistes parvinrent à chasser progressivement les catholiques de l’espace public (1950-1953), ils ne purent ensuite soumettre l’Église. Bien au contraire, Częstochowa fut un des lieux où se noua l’échec du stalinisme religieux.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Jasna Góra, Stalinisme, Ville

Keywords :

City, Jasna Góra, Stalinism

Géographie :

Pologne, Częstochowa

Chronologie :

Après-guerre
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Patrick MICHEL, La société retrouvée. Politique et religion dans l’Europe soviétisée, Paris, Fayar (...)
  • 2  Polska Zjednoczona Partia Robotnicza (Parti Ouvrier Unifié Polonais).

1L’Église polonaise s’est rendue célèbre pour sa résistance au communisme. Toutefois, si les Français ont une vague idée du rôle joué par les catholiques au sein de « Solidarité » (Solidarność), ils connaissent mal leur attitude face au stalinisme, tel qu’il s’est mis en place dans les pays de l’Est, à partir de 1945 ou de 1948 selon les historiens. Ainsi, l’excellent ouvrage de Patrick Michel1 est beaucoup plus précis sur l’après-1956 que sur la période précédente. Pourtant, ces relations État/Église  sont un cas limite de fonctionnement d’un système politique à vocation totalitaire. Certes, le Parti (PZPR2) était structurellement incapable d’imposer sa volonté à tous, pour les raisons exposées par Norbert Élias dans la Société de cour :

  • 3  Norbert ELIAS, La Société de cour, Paris, Flammarion, Champs, 1985.

« Un roi puissant  dispose grâce à ses chances de puissance d’une marge de décision plus grande que ses sujets. Notre étude a mis en évidence que le souverain est plus « libre » que ses sujets, mais il n’est certainement pas libre si l’on entend par là qu’il serait « indépendant » des autres. Rien n’éclaire mieux le problème de l’interdépendance humaine que le fait que chaque action d’un souverain […] établit en même temps sa dépendance par rapport à ses sujets, parce que ses derniers peuvent s’opposer à son acte, ou du moins y réagir d’une manière imprévisible. C’est exactement ce qu’exprime la notion d’interdépendance. Comme au jeu des échecs, toute action accomplie dans une relative indépendance représente un coup sur l’échiquier social, qui déclenche infailliblement un contrecoup d’un autre individu […] limitant la liberté d’action du premier joueur […]. En général, l’action relativement indépendante d’un individu compromet l’indépendance relative de l’autre ; elle modifie l’équilibre des tensions toujours mouvant, toujours instable3. »

  • 4  Ce qui explique la richesse de la production historiographique polonaise. Pour la période stalinie (...)
  • 5  J’en profite ici pour remercier une nouvelle fois Marcin Kula, qui a osé me confier ce sujet…

2Les différents partis communistes parvinrent néanmoins à briser les oppositions organisées. Á des degrés divers : les communistes polonais furent de ce point de vue les moins performants, et ils le durent en grande partie – mais pas seulement – à la puissance du catholicisme local4, habitué depuis les partages à tenir (et s’attribuer) le rôle de dernier bastion de l’âme polonaise face à l’occupant. Comprendre les mécanismes des relations entre Parti-État et Église catholique, c’est donc étudier une figuration sociale dans laquelle un acteur à vocation totalitaire rencontre une opposition maximale, sans pouvoir appliquer les mêmes armes que contre des adversaires politiques, et perdant de ce fait certains de ses atouts les plus précieux. Dans le cas de Częstochowa5, véritable bastion du catholicisme qualifié volontiers de « capitale spirituelle de la Pologne » en raison de la présence du monastère de Jasna Góra, les communistes se trouvaient dans une situation paradoxale : ils disposaient d’importants moyens de coercitions, mais pas du soutien populaire, sur lequel pouvait compter son adversaire. Le PZPR parvint-il à surmonter ces difficultés ? Quelles politiques spécifiques mirent-ils en œuvre pour contrecarrer le prestige de Jasna Góra ? Quelles furent les règles du jeu opposant les deux adversaires ? Quels facteurs favorisèrent la construction, puis l’effondrement, de l’équilibre des tensions instauré par les staliniens ? Quelles furent les stratégies de résistance développées par l’Église ?

  • 6  Urzad do Spraw Wyznan (Département des affaires confessionnelles).
  • 7  Malheureusement, en raison de lacunes ou de problèmes de classement (les archives de Jasna Gora on (...)
  • 8  D’un point de vue technique, il s’agissait d’un motus VIvendi, mais c’est sous le terme « accord » (...)

3 Pour répondre à ses questions, nous avons essentiellement consulté des documents d’archives, de provenance étatique (rapport de conférences et bulletins d’information du Parti, et surtout documents de l’UdSW6, particulièrement riches en ce qui concerne les pèlerinages) ou ecclésiastique (archives du monastère de Jasna Góra, archives diocésaines de Częstochowa)7. Les dates retenues correspondent à des césures assez nettes de la politique religieuse du PZPR : en amont, 1950 voit la signature, le 14 avril, de l’« accord »8 (Porozumienie) entre l’épiscopat et le gouvernement, redoublée à Czestochowa par un transfert administratif : en juillet 1950, Czestochowa passe sous la dépendance de la voïevodie (województwo) de Katowice, réputée pour son efficacité dans la lutte antireligieuse ; en aval, 1956 marque l’effondrement du système stalinien, symbolisé à Częstochowa par la venue de centaines de milliers de fidèles le 26 août. Nous envisagerons ainsi les aspects symboliques de la lutte entre communistes et catholiques à Częstochowa, puis la relation d’interdépendance entre les deux protagonistes et enfin les évolutions de ce conflit pour le contrôle des esprits.

Częstochowa : une ville encombrante

Que faire de Częstochowa ?

Les acteurs

  • 9  Dans le cas de Częstochowa, parce que le powiat s’y confondait avec la municipalité. Au sens stric (...)
  • 10  Komitet Miejski PZPR. On a simplifié la nomenclature : dans les faits, les powiaty étaient dits ru (...)
  • 11  Komitet Wojewódzki PZPR.
  • 12  Komitet Centralny PZPR.
  • 13  Podstawowa Oragnizacja Partyjna (cellule de base du Parti).
  • 14  Marcin KULA (dir.), Komitet wojewódzki ogniwem Władzy Ludowej, Varsovie, ISP PAN, 1997, p. 167.

4Au plus fort du stalinisme, deux acteurs se disputaient la domination de Częstochowa : le PZPR et l’Église catholique. Le premier, organisé en Parti-État, était géré selon le principe du centralisme démocratique : à chaque échelon, le comité ad hoc du Parti contrôlait l’administration et recevait ses ordres du comité du parti de rang supérieur. À la base9, le comité de powiat du PZPR (KM PZPR10) contrôlait l’administration du powiat et recevait ses instructions du comité de voïevodie du PZPR (KW PZPR11), qui lui-même contrôlait l’administration régionale et appliquait les directives du comité central (KC PZPR)12. Le maillage le plus fin était assuré par les organisations de bases (POP)13, selon une base territoriale ou professionnelle. La centralisation rigide du Parti et ce système de décision en cascade limitaient la marge d’initiative des membres au strict minimum : faire preuve d’inventivité pour exécuter les ordres reçus14.

  • 15  Qui plus est, la période communiste accentua cette hiérarchisation, car faire bloc autour de l’aut (...)
  • 16  Ce qui ne veut pas dire que les fidèles le refusaient : dans l’entre-deux-guerres, l’action cathol (...)

5En face, l’Église catholique était tout aussi hiérarchisée15 : le système tridentin  permettait un strict contrôle des fidèles16. Toutefois, la marge de manœuvre du clergé était  supérieure à celle des membre de l’appareil stalinien : un prêtre pouvait choisir de ne pas lire en chaire une lettre épiscopale, et l’évêque avait son rôle à jouer face au pouvoir. Or, le nouvel évêque de Częstochowa, Mgr Goliński, abordait la politique en ecclésiologue convaincu que le prêtre devait se fixer deux buts, la sainteté de la vie personnelle et un travail exclusivement consacré à la pastorale. Si une tierce activité (politique, science, art, théologie) prenait le dessus, sa vocation même se trouvait menacée. Ce refus du politique allait donc plus loin que celui du communisme. Si Mgr Goliński, pour cette raison, ne se prononçait pas publiquement sur la politique religieuse du PZPR, son coadjuteur, Mgr Czajka, n’hésitait pas à le faire, tout comme l’autre autorité religieuse de la ville, les Paulins de Jasna Góra,  ouvertement hostiles au nouveau régime.

  • 17  Épreuves d’un article aimablement transmis par Jan Żaryn, p. 2 .
  • 18  Ibid., p. 15.
  • 19  APCz, KM PZPR/3, p. 21.

6Catholiques et communistes se disputaient le contrôle d’une population en pleine mutation. Sur fond d’industrialisation forcée, anarchique et fondée sur un usage extensif des ressources matérielles et humaines, Częstochowa vit sa population passer, selon D. Jarosz17, de 112.198 à 149.982  habitants entre 1950 et 1956. Parmi eux, une foule de néo-urbains mal intégrés à la ville, comme en témoignait l’important turn-over ouvrier : en 1955, l’absentéisme quotidien à la fonderie Bierut atteignait 1300 personnes18 ! Dès lors, on aurait tort de considérer les Częstochoviens à travers le prisme de la « masse » marxiste : loin d’être un enjeu passif qu’il suffirait d’ « éclairer» pour gagner au Parti ou à l’Église, ils disposaient d’une faculté de résistance passive qu’ils ne se privaient pas d’utiliser. Ainsi, des pans entiers de la population échappaient pour tout ou partie à ces deux institutions, qui étaient loin d’exercer le contrôle voulu : faute de quoi Częstochowa n’aurait pas été capitale de la consommation d’alcool en 195019

7Pour s’imposer, il fallait offrir des symboles assimilables par la population. Or, dans ce domaine, l’Église bénéficiait d’un net avantage initial.

Au centre de la Pologne catholique : Jasna Góra

  • 20  Dont témoigne un guide de 1922, intitulé « ce que tout polonais devrait savoir sur Jasna Góra » (C (...)
  • 21  Antoni JACZKOWSKI, Ludwik ZASZOWSKI ZP, Izabela SOŁJAN, « Jasna Góra a przestrzenna struktura kult (...)
  • 22 Les pèlerins passaient rarement plus d’une journée à Częstochowa ; on peut considérer qu’ils commun (...)
  • 23  AJG, 4326, p. 257-8.
  • 24  En 1655, les armées suédoises prirent le contrôle de la Pologne. Alors que le roi Jean-Casimir ava (...)
  • 25  Tel était le but affiché par les pèlerinages de paysans, depuis la fin du XIXe siècle. Antoni JACZ (...)

8Ce n’est pas un hasard si les premiers vers du Pan Tadeusz de Mickiewicz, qui est aux Polonais ce que Don Quichotte estaux Espagnols, s’ouvrent une évocation de la Vierge de Częstochowa. Cette Vierge Noire était en effet entourée d’une aura inégalée20, qui lui avait permis, au fil des siècles, de supplanter les lieux de pèlerinage concurrents21. De fait, la foule des pèlerins était impressionnante pour l’époque : faute de statistiques plus précises, on ne peut aborder ses effectifs que par le biais22 du nombre de communions distribuées (903.200 en 1938, 1.146.410 en 1947)23. Depuis le siège de 165524, véritable évènements fondateurs d’un modèle de piété reposant sur la symbiose entre religion et patriotisme, la « capitale spirituelle » de la Pologne  remplissait deux fonctions fondamentales, l’une défensive, l’autre assimilatrice. Fort du serment de 1656, qui avait sacré la Vierge Noire Reine de Pologne, le monastère servit de dernier rempart de la polonité lors des différentes le occupations : les pèlerins venaient y trouver un réconfort, oublier les persécutions politiques et afficher leur identité nationale. Le pèlerinage se redoublait dès lors d’un sens politique. Lors des périodes d’indépendance, il s’agissait d’assimiler les pèlerins à la communauté nationale25, d’intégrer la société sur le plan éthique et moral. Du coup, le monastère devint, dans l’esprit des croyants, une sorte de condensé de la Pologne. De plus, ils avaient tendance à assimiler Częstochowa à la seule Jasna Góra, au grand dam des communistes qui insistaient volontiers sur l’autre visage de la ville, celui d’une ville industrielle non négligeable, avec 140 usines et des branches d’activité diversifiées : textile, métallurgie, sidérurgie, verrerie, chimie, confection, papeterie, agro-alimentaire... Tant que le PZPR ne parviendrait pas à faire passer au premier plan les activités industrielles, son pari aurait de fortes chances d’être perdu…

Créer une nouvelle Częstochowa…

Gérer un espace ségrégé.

  • 26  Félix DAMETTE, Jacques SCHEIBLING, La France. Permanence et mutation, Paris, Hachette, Carré-Géogr (...)
  • 27  Le commerce était concentré dans le centre-ville et le long de l’Aleja NMP, et les quartiers ouvri (...)

9Dans un premier temps, l’essor urbain avait suivi un axe est-ouest dicté par la position du monastère. Toutefois, à partir des années 1840, il suivit un axe « contraire » lié à l’industrialisation progressive de la ville, le long des cours d’eau et du chemin de fer. Se mirent ainsi en place deux espaces « contraires », tels que les définissent Damette et Scheibling26, c’est-à-dire d’orientation telle que leur connexion est difficile (voir carte). Surtout, la ville fonctionnait géographiquement sur le mode de la ségrégation : deux espaces de fonctionnalité différente – un espace religio-commercial27 et un espace industriel – vivaient l’un à côté de l’autre, et l’un sans l’autre. Les contacts entre eux comptaient moins que ceux avec l’extérieur (pèlerinages dans un cas, apports de matières premières et main-d’œuvre pendulaire dans le second). Or, la lutte entre État et Église fit de cette ségrégation devint un enjeu de premier rang : aucun des concurrents n’entendait la tolérer plus longtemps. Restent que les solutions proposées étaient contradictoires…

L’Église : un idéal intégrateur

  • 28  Jan ZWIĄZEK ks., Częstochowa – Stolica diecezji, épreuves consultées avec l’aimable autorisation d (...)

10L’Église n’était pas restée passive devant ce problème : le premier évêque du diocèse, Mgr Kubina (1925-1951) y était d’autant plus sensible qu’il avait fait ses premières arme dans les syndicats ouvriers démocrates-chrétiens de Silésie, et ses déclarations s’efforcèrent, dès 1925, de souligner la dignité du travail ouvrier28. Son successeur, devant le défi communiste, développa une conception intégratrice, dont le modèle serait le clocher de Jasna Góra. Visible depuis des kilomètres, ce dernier symbolisait la protection bienveillante de la Vierge sur les alentours, en particulier la nuit, grâce à son fanal. Dès lors, la visibilité des clochers dans les quartiers ouvriers devait les marquer d’une empreinte chrétienne :

  • 29  « wieże kościoła i liczne kominy hut głoszą chwalę i dobrotliwe władztwo Boga. Huty pracują na sur (...)

«  Le clocher de l’église et les nombreuses cheminées des fonderies chantent la gloire et le pouvoir bienveillant de Dieu. Les fonderies travaillent durement, avec les forces et l’intelligence de l’homme ; tout cela est à Dieu29. »

  • 30  ADCz, AśA, tom I, 1936-1956, L. 2611 (lettre de Goliński du 7 juin 1955).

11De plus, pour solenniser leur intégration dans la capitale spirituelle de la Pologne, on projeta, au sommet du clocher de Saint-Antoine, qui dominait les fonderies Bierut, un fanal analogue à celui de Jasna Góra, dont il serait le répondant30. Dans cette vision organiciste où chacun, à sa place, concourt à la gloire de Dieu en effectuant son travail, élevé au rang de vocation, le lien ainsi crée entre les deux clochers symbolisait l’intégration des ouvriers dans le jeu de la protection mariale, dont les bienfaits irradiaient toute la ville. Les catholiques entendaient donc mettre fin à la ségrégation en fondant les deux parties dans un cosmos harmonieux. Les communistes, eux, proposaient une solution bien plus radicale.

La vision du PZPR : une querelle de l’ancien et du moderne

  • 31  Cf ces deux citations caractéristiques : « Częstochowa est une VIlle particulière, où la lutte de (...)

12La tactique adoptée par le PZPR consistait en effet à exacerber les contrastes urbains. Surtout, ceux-ci, liés à des facteurs économiques et au laisser-faire, furent présentés comme le fruit d’une politique systématique des capitalistes qui auraient délibérément cherché à maintenir les ouvriers dans la misère, sous la coupe d’une Église obscurantiste. La rhétorique communiste s’articulait ainsi autour de la problématique de la lutte du progrès contre l’obscurantisme réactionnaire31

  • 32  Witold ZEMBRZUSKI, Przewodnik informator po Częstochowie i okolicach z planem miasta, PTTK, Sport (...)
  • 33  On rappelle que Bierut était le Premier Secrétaire du PZPR.
  • 34  L’extrait suivant condense cette VIsion : « Des ingénieurs soviétiques ont élaboré [l]es plans, en (...)

13De plus, cet anticléricalisme classique permettait, par antithèse, de promouvoir la Częstochowa industrielle. La lecture d’un guide touristique de 195832 éclaire assez bien les valeurs de cette vitrine du progrès : hygiène, clarté, santé, éducation, modernité, etc. Toutefois, pour concurrencer Jasna Góra, il fallait susciter une véritable révolution copernicienne : au lieu de se tourner vers le monastère, symbole de l’obscurantisme, on se règlerait désormais sur une fonderie moderne, rebaptisée symboliquement « Bierut » en 195233. Elle devait incarner la nouvelle modernité, conduisant au vrai bonheur, terrestre34. Comme son rival, elle était investie d’attentes messianiques :

  • 35  Tętnią nowym życiem piece hutnicze, ktore będą decydująco kształtowały nowe życie Częstochowy. Spo (...)

« Ils fleurent bon la vie nouvelle, ces fours qui vont former de manière décisive la nouvelle vie de Częstochowa. La société częstochovienne progressiste, saine, regarde avec fierté la fonderie qui se construit, vit joyeusement les succès […] qui sont un chat dans la gorge des réactionnaires »35

14Qui plus est, elle incarnait les valeurs authentiques de la ville, celles de la lutte prolétarienne. Dans ce système, la partie religieuse de la ville n’avait pas sa place : incarnant la réaction, elle devait être combattue, jusqu’à disparaître.

Imposer la « nouvelle Częstochowa »

  • 36  Witold ZEMBRZUSKI, Przewodnik informator [voir n. 32], p. 50-67.
  • 37  Nom de la dictature instaurée par Piłsudski en 1926, assimilée par les staliniens à un fascisme.
  • 38  Ces analyses ont été obtenues par comparaison de deux plans : l’un de 1946 (BN 25703) du guide de (...)
  • 39  Le seul fait de renoncer à l propagande antireligieuse, courante en URSS, témoignait de l’enracine (...)
  • 40  ADCz, AśA, tom I, L.4619 (7 X 1955), KWP-I/187.
  • 41  Witold ZEMBRZUSKI, Przewodnik informator [voir n. 32], p. 75.

15Jouant la carte de la nouvelle Częstochowa, les communistes firent peu d’efforts pour s’assurer la maîtrise symbolique la « vieille Częstochowa». On se contenta de ne pas reconstruire les statues de personnalités « négatives », sans dresser de monuments à la gloire des héros positifs36.  Même sobriété dans la nomenclature des rues : on se contenta d’éliminer les noms de personnalités les plus liés à la sanacja37et la principale avenue, dédiée à la Vierge, ne fut pas consacrée à Staline, qui dut se contenter de la (petite) place de la mairie38. Débaptiser l’Aleja NMP aurait été un signe trop net de propagande antireligieuse39. Plutôt qu’une reconquête tapageuse, les autorités semblent avoir surtout veillé sur trois choses : en premier lieu, empêcher l’Église d’inscrire sa présence en quartier ouvrier. Ainsi, en 1955, on exigea le démontage du clocher de Saint-Antoine, alors en construction : les arguments esthétiques des deux parties cachaient  mal l’enjeu symbolique de cette affaire, dévoilé par le compromis final, somme toute favorable à l’Église : la curie dut consentir à amputer le clocher de 6 mètres… c’est à dire ce qu’il fallait pour ne pas dominer les cheminées de la fonderie Bierut, mais elle préserva l’essentiel, à savoir le fanal40. Par ailleurs, le PZPR chercha à renverser la topographie urbaine en l’articulant autour de l’axe nord-sud, et non plus est-ouest : tel fut le sens conféré au projet de tramway, qui répondait à un besoin réel41. Enfin, on entreprit de substituer un calendrier et une géographie festive communiste aux traditions catholiques, qui jusqu’alors rythmaient la vie municipale. Le défilé du Premier Mai, remontant l’Aleja NMP jusqu’à la place Staline, et ignorant donc le dernier tronçon de l’avenue, trop marqué par le monastère fut le principal vecteur de cette entreprise.

16Ainsi, pour surmonter la ségrégation de l’espace urbain, catholiques et communistes proposèrent des visions bien différentes : dans la vision organiciste des premiers, cette ségrégation reflétait un isolement condamnable du monde ouvrier, qu’une intégration trop longtemps différée devait clore. Les communistes, au contraire, y voyaient le fruit de la lutte du progrès et de la réaction : la ségrégation ne disparaîtrait qu’avec la lutte, donc quand le progrès triompherait, entraînant ainsi la disparition de la Częstochowa réactionnaire. Toutefois, conscients d’être en présence d’un bastion catholique, ils veillèrent à opposer un contre-modèle attractif au monastère des Paulins, animés de la certitude que celui-ci s’imposerait avec le temps. Mais ils étaient aussi conscients que cette guerre ne se gagnerait pas seulement avec des symboles : à court terme, il fallait harceler les catholiques, grâce à un appareil performant crée à cette fin.

Communistes contre catholiques : les cadres de la lutte.

La machine de guerre communiste

Les instruments de la lutte

  • 42  Andrzej GRAJEWSKI, Kompleks Judasza. Kośćiół zraniony, Poznań, W drodze, 1999, p. 14.
  • 43  Referat do Spraw Wyznań.
  • 44  Ces postes étaient peu recherchés, car ils offraient peu d’avantages matériels et de considération
  • 45  Urząd Bezpieczenstwa.

17Pour appliquer le plan de lutte mis au point dès 1944 sous l’égide du NKVD42, le PZPR disposait d’un appareil administratif complexe, dont on se contentera de donner les grandes lignes. L’ Office des affaires confessionnelles (UdSW), crée le 15 avril 1950, et subdivisé au niveau de la voïevodie et du powiat en Bureaux des affaires confessionnelles (RdSW)43, en était le maillon le plus visible. Officiellement chargé de l’application des « accords », l’UdSW devait en fait surveiller l’Église : tenue de fichiers, écoute des sermons dominicaux, etc. Dans le cas de Częstochowa s’ajoutaient les fonctions de surveillance de la curie et des pèlerinages. Les paroisses devaient avoir l’accord du RdSW pour organiser des pèlerinages ou des processions. Malgré la médiocrité du personnel, pourtant sélectionné sur des critères de combativité antireligieuse44, cet appareil remplit plutôt bien sa mission, permettant au Parti de mener une politique aussi souple que possible. C’est que nombre de responsables de RdSW étaient membres de la police politique (UB)45.

  • 46 Il s’agissait du 5e bureau (Wydział V), rebaptisé Département XI en 1953, puis Département VI en 19 (...)
  • 47 Envers les prêtres, on utilisait la méthode « du bouchon, du pognon et du caleçon » (Korek, worek i (...)
  • 48  Dans le cas de la lettre épiscopale protestant contre la soumission de Caritas aux « prêtres-patri (...)
  • 49  Barbara FIJAŁKOWSKA, Partia wobec religii i Kościoła [voir n. 4], p. 159.

18Les offensives du PZPR étaient en effet préparées par une section spéciale du Ministère de la Sécurité Publique46 dirigée par Julia Brystygier. Ses membres devaient surveiller le clergé et recruter des agents dans les milieux catholiques. S’il l’on excepte quelques convaincus, ces derniers cédaient en général au chantage47. Le s menaces diverses, elles, permettaient de limiter la diffusion de lettres pastorales encombrantes48. L’UB était un auxiliaire si efficace que les licenciements de 1954, fruits du passage à l’Ouest de Józef Światło, affaiblirent le dynamisme de l’offensive antireligieuse49.

Le pouvoir face aux catholiques

  • 50 Pour imposer cette fiction, le Parti se devait de lutter contre les manifestations excessives d’ant (...)
  • 51  Jan ŻARYN, Kościół a władza [voir n.4], p. 215-220, 231-3.

19Le choix par les communistes de telle ou telle option tactique dépendait de l’anticipation de la réaction adverse. Or, ces calculs se règlent toujours sur la perception que l’on a de l’adversaire, non sur ce qu’il est, ce qui fait perdre de vue certaines éventualités et limite le champ des choix possibles. L’une des principales limites de l’appareil communiste venait ainsi du décalage entre discours et pratique. Les staliniens évoluaient dans une vision manichéenne et obsidionale, hantée par l’obsession du complot intérieur animé par  l’Église, dont les attaches romaines et l’anticommunisme n’avaient rien de clandestin. Elle en venait ainsi à être assimilée à l’Ennemi. Or, cet anticléricalisme côtoyait une politique beaucoup plus prudente. La règle d’or en était de concentrer les attaques sur le clergé, tout en ménageant les fidèles : le PZPR savait qu’il n’était pas encore de taille à les affronter. Il fallait donc les convaincre que le Parti respectait les libertés religieuses50, mais qu’il sévissait contre son grès, pour faire face aux attaques d’un clergé fanatisé51 :

  • 52  My oczywiście nie będziemy zrobić przeszkód przeciwko pielgrzymkom i td, bo to należy do liturgii, (...)

« Bien entendu, nous ne gênerons pas le déroulement des pèlerinages, etc., parce que tout cela relève de la liturgie ; mais nous devons nous opposer aux manœuvres d’une partie du clergé réactionnaire, qui détourne les pèlerinages de Jasna Góra à des fins politiques »52.

  • 53  MBP /17, p. 90.
  • 54  AAN, UdSW, 44/392, p. 1, sq.

20Or, le discours ambiant ne facilitait pas une politique aussi souple : puisque la hiérarchie était violemment attaquée, les membres de l’appareil pouvaient être d’autant plus tentés de faire du zèle, et ainsi de perdre de vue la « ligne » du Parti qu’on les avait choisi pour leur anticléricalisme. Ainsi, un rapport de 1951 du MBP se plaignit de l’incapacité de certains agents à distinguer les curés « loyaux » des « réactionnaires 53. Un dérapage plus grave fut évité de justesse en 1954, quand un sous-directeur de l’UdSW voulut invoquer le caractère non traditionnel d’une procession à Zawiercie - il s’agissait d’un milieu ouvrier, et non de paysans - pour justifier son interdiction. Son supérieur refusa le brouillon, qui risquait de créer un dangereux précédent et de couper le Parti de la base ouvrière catholique54.

  • 55  AAN, UdSW, 8/74, p. 1.

21Un autre travers risquait de conduire au même résultat : la tendance totalitaire à tout interpréter en termes politiques. Ainsi, en 1951, on attribua l’organisation, dans la bourgade d’Oleśnica, de pèlerinages clandestins vers Jasna Góra à une volonté de soustraire les fidèles aux travaux des champs et de les dissuader de couvrir l’emprunt national55. Cela témoignait d’une incapacité à comprendre les besoins religieux de la population, au risque de l’entraîner dans la spirale contestatrice tant redoutée par le Parti : l’acte religieux, une fois clandestin, devenait semi-politique ; les éventuelles représailles, touchant les fidèles au plus fort de leurs besoins, radicalisaient leur opposition et les ancraient dans la conviction que le Parti ne s’en prenait pas à certains prêtres, mais à la religion elle-même, donc qu’il fallait lui résister.

  • 56  APCz, KM PZPR/166, 8 IX 1951, 11 XI 1951.

22Enfin, la nécessité de couler les faits dans le moule de l’idéologie – en l’occurrence la nécessaire régression du fait religieux - pouvait fausser la perception du terrain. Il est difficile de faire la part, dans les erreurs d’appréciation de certains rapports sur les pardons de Jasna Góra, de la peur du supérieur et de la conviction que le nombre de pèlerins devait diminuer mécaniquement d’une année sur l’autre56.

  • 57  Selon Patrick Michel, aucun effort sérieux ne fut fait pour affiner la perception de la religion s (...)

23On le voit, ces instruments de lecture péchaient par excès d’idéologie57. Pourtant, malgré ces limites évidentes, aucun dérapage ne fut constaté, en grande partie grâce à la possibilité laissée aux plaignants d’exercer leur droit d’appel. Celui-ci n’était qu’une apparente concession ; dans les faits, il préservait la façade de l’État de droit, à laquelle les communistes étaient très sensibles, tout en préservant le centre des initiatives intempestives de la base. Bien plus, il permettait d’imposer une décision partout où elle ne suscitait pas de grande résistance, et de reculer en gardant la face dans les autres cas. De la sorte, un nouveau pas était franchi, et les foyers de résistance, localisés, pourraient être réduits à l’avenir par une politique appropriée. Rouage non négligeable du système, le droit d’appel lui donnait ainsi souplesse et efficacité maximale. Toutefois, cet appareil trahissait le point faible du Parti : il était tout entier bâti pour éviter les réactions des fidèles, parce que l’on savait l’assise sociale de l’Eglise infiniment plus forte que celle du Parti. Or, avec Jasna Góra, le catholicisme disposait d’un formidable instrument de mobilisation…

Jasna Góra : un bastion catholique

Un espace protégé

  • 58  Les critiques allaient des privations ressenties par les Polonais au matérialisme du régime en pas (...)
  • 59  Les nazis eux-même durent faire preuve de parcimonie pour cette raison… Janusz ZBUDNIEWEK ZP,« Jas (...)

24Depuis 1939, Jasna Góra avait renoué avec son rôle de dernier refuge de l’identité polonaise, même si les communistes, à la différence des nazis, entendaient promouvoir une certaine vision de la Pologne. Les attentes des pèlerins s’en trouvaient changées : on ne venait pas seulement pour des motifs religieux, mais aussi pour sentir la Pologne vivre encore aux pieds de la Vierge Noire. Les célébrants ne pouvaient ignorer ces attentes : ils devaient les satisfaire. On pouvait dire des lieux : « Vierge Noire oblige ». Un orateur oubliant de mentionner la « Reine de Pologne » ou la mission historique de son Royaume pouvait se sentir coupable à la fois d’escroquerie – vis-à-vis des fidèles – et de goujaterie – vis-à-vis de la maîtresse des lieux. Aussi le monastère était-il sans conteste le lieu où l’on entendait le plus de sermons hostiles au régime58. Or, paradoxalement, il s’agissait aussi de l’un des lieux où l’on en était le plus à l’abri. L’UB faisait en effet preuve d’une étonnante impuissance pour faire taire des Paulins forts de leur long passé de résistance aux occupants successifs. Obtenir leur silence par la menace ou la répression ciblée fut impossible :  l’arrestation du prieur en 1950 fut sans effet. Restait la répression brutale, mais le PZPR ne pouvait pas se la permettre, pour deux raisons. L’opinion internationale veillait tout particulièrement sur le monastère59, et la Pologne Populaire ne tenait pas à être accusée de persécutions. En outre, les fidèles étaient viscéralement attachés au monastère. Une arrestation massive, dans ces lieux qui symbolisaient la foi populaire, aurait eu des conséquences imprévisibles…

Le pèlerinage, temps exceptionnel

  • 60  Stefan CZARNOWSKI, « Kultura religijna wiejskiego ludu polskiego », Dzieła, tom I, Varsovie, PWN, (...)

25Le pèlerinage était bien plus qu’une simple rupture avec le temps profane. Les pèlerins ne venaient pas à Jasna Góra en leur nom propre, mais en tant que membres d’une communauté : ils y apportaient leurs prières, et aussi celles de ceux qui n’avaient pas fait le déplacement. Le cortège, précédé par une croix que l’on laissait ensuite au monastère, était agencé minutieusement pour symboliser l’ensemble de la communauté60. Dans le cas des pèlerinages pédestres pouvant durer des centaines de kilomètres, comme celui de Varsovie, le rythme de la marche, l’hospitalité dans les villages traversés (don de fruits, d’eau, gîte…) introduisaient le pèlerin dans une dimension mystique particulière, dont a rendu compte Rubem César Fernandès au terme d’une observation participante dans les années 1980 :

  • 61  Gdy, krańcowo wyczerpany, po przybyciu trzystu kilometrów, […] znalazłem się przed obrazem, […] mo (...)

« Quand, totalement épuisé, après trois cents kilomètres à pied, […] je fus près de l’icône, […] pouvant enfin me relaxer et lever les yeux dans la semi-obscurité, répétant à peine les mots, gestes et sons de la messe, je sentis la profondeur de l’avis rabâché, que j’avais entendu tant de fois : « c’est le cœur de la Pologne »61.

26Enfin, les Paulin avaient l’habitude d’accueillir chaque pèlerinage aux portes du monastère et de prononcer pour l’occasion un discours patriotique qui renforçait cet aspect patriotico-religieux. Jasna Góra était donc un appui non négligeable en ces temps de crise : les pèlerinages y renforçaient indéniablement la cohésion du camps catholique grâce à une mystique particulière donnant aux fidèles la sensation d’être au contact de la « vraie Pologne ». Par antithèse, le quotidien communiste se trouvait ravalé au rang d’une fiction mensongère, dans laquelle l’Église devait répliquer aux offensives du Parti. Pour ce, il lui fallait s’adapter aux rites d’interaction qui lui étaient imposés par l’État…

L’interaction au quotidien

L’entretien, maillon du système

  • 62  Cf les instructions de l’UdSW d’avril 1951. Barbara FIJAŁKOWSKA, Partia wobec religii i Kościoła [ (...)
  • 63  En incluant cette clause dans les « accords » du 14 avril 1950, les communistes entendaient en fai (...)
  • 64  AAN, UdSW , 18/338, p. 1.
  • 65  Marian MIKOŁAJCZYK, Władza Ludowa i Diecezja Częstochowska, épreuves, p. 24-25.

27Les responsables des affaires confessionnelles convoquaient souvent les prêtres pour des entretiens, qui permettaient de les classer comme « positifs », « indifférents » ou « hostiles » et d’agir en conséquence. On peut distinguer différents types d’entretiens, souvent préparés par une attente prolongée, destinée à éprouver nerveusement le prêtre… ou l’inciter à lire par désœuvrement les publications de propagande de la salle d’attente.  L’entretien « d’information » devait permettre de sonder les opinions sur tel ou tel événement. L’entretien de « séduction » devait conforter un « positif » dans son choix, ou faire basculer un « indifférent » : on y expliquait, le plus aimablement possible62, que l’on ne pouvait être à la fois patriote et soumis au Vatican ; que le PZPR n’attaquait pas la foi, mais les orientations politiques romaines ; que le clergé devait soutenir en chaire l’effort patriotique du Parti et appeler les fidèles à s’y associer. En revanche, lorsqu’un « hostile »  faisait un acte jugé répréhensible (condamnation en chaire des atteintes à la vie religieuse, de la vie chère, etc.), il était convoqué pour un entretien « répressif ». On lui expliquait alors qu’il venait de désobéir aux évêques, qui s’étaient engagés en 1950 à sanctionner les attaques contre le pouvoir63. Il s’agissait ainsi de le convaincre de ne plus recommencer64.  Selon le Père Karlik65, alors membre de la curie de Częstochowa, ces entretiens exigeaient de l’endurance, une concentration de tous les instants, une grande vivacité d’esprit, et surtout de la fermeté : le prêtre qui acceptait une accusation déplacée se trouvait immédiatement dans une situation inconfortable.

Les conflits : règles du jeu et stratégies

  • 66  Jan ŻARYN, Kościół a władza [voir n.4.], p. 169.
  • 67  Les pertes du clergé furent particulièrement lourdes : la Pologne comptait 51 évêques et 12.940 pr (...)
  • 68 Mgr Stefan WYSZYŃSKI, Zapiski więzienne, Paris, éd. du Dialogue, 1982, p. 18-25.

28Les communistes s’étaient fixés pour but de passer d’une situation d’omniprésence de l’Église (Kośćiół wszędzie) à son évincement total de l’espace public (Kościół nigdzie)66. Les interactions entre État et Église furent donc avant tout conflictuelles. On peut ainsi les assimiler aux étapes d’un jeu séquentiel, asymétrique et dans lequel l’un des acteurs – le PZPR – contraint son adversaire à observer des règles que lui-même n’est pas tenu de respecter. Le Parti portait des coups successifs, que l’Église se contentait de parer le mieux possible. De ce caractère séquentiel découlait une asymétrie de l’information. Le Parti décidait du lieu et de la date de l’attaque suivante, et pouvait donc la préparer au mieux, en anticipant les réactions catholiques. Ces derniers, en revanche, placés devant le fait accompli,  devaient réagir dans l’urgence. C’est que les deux parties suivaient des logiques radicalement différentes. Le PZPR avait une stratégie résolument agressive, puisqu’il entendait éliminer son adversaire du terrain convoité. En face, l’Église entendait éviter à tout prix un conflit ouvert. Le primat, Mgr Wyszyński, était convaincu qu’après le bain de sang de la seconde guerre mondiale67, le clergé n’était pas de taille à affronter de nouvelles persécutions68. D’où le choix d’une stratégie coopérative : les catholiques entendaient s’associer au pouvoir dans la recherche du bien commun. Mais pas à n’importe quel prix : il n’était pas question de renoncer à son indépendance. D’un côté, la conduite du Parti suivait une logique « mini-max» (maximiser les pertes de l’adversaire) ; de l’autre, l’Église avait une logique « maxi-min » (obtenir, par la coopération, le résultat le plus favorable à la société : les catholiques soulignaient volontiers les conséquences néfastes du conflit État-Église). Or, un acteur adoptant une telle stratégie coopérative est en situation d’infériorité face à un acteur agressif. Dans le cas polonais, cette infériorité était accentuée : les catholiques étaient liés par le droit, tandis que les communistes ne se privaient pas de le violer en cas de besoin. Dans la logique révolutionnaire, la fin justifie les moyens…

29Le conflit aurait donc dû déboucher sur la victoire totale du Parti. Ce serait toutefois oublier que le jeu se déroulait sous le regard d’une opinion publique acquise au catholicisme. La marge de manœuvre du PZPR s’en trouvait considérablement réduite… En cas de conflit sur un point particulier, quelles furent dès lors les tactiques utilisées pour l’emporter ?

Les conflits : tactiques

  • 69  AAN, UdSW, 47/572, p. 2.
  • 70  AAN, UdSW, 8/77, p. 1; AJG, 3896, p. 18.
  • 71  AAN, UdSW, 23/16, p. 57, 130-1, 139-142, 149, 154-5.

30Sans perdre de vue sa faculté de répression, l’administration pratiquait couramment la rétention d’information, pour créer une atmosphère de toute-puissance destinée à amoindrir la foi du rival dans l’efficacité de l’opposition. Le culte du secret devint une arme : on ne répondait pas aux plaignants, ou alors on ne motivait pas les décisions prises ; ainsi, en 1955, le directeur de l’UdSW donna l’ordre de ne pas répondre aux pétitions de parents d’élèves de Częstochowa69. Un autre procédé éprouvé consistait à répondre le plus tard possible. Dans le cas d’autorisations de pèlerinage, on espérait de la sorte limiter le nombre de participants et gêner le travail des organisateurs. Le pèlerinage Varsovie-Częstochowa n’était en général autorisé qu’à la dernière minute,  au terme de multiples interventions auprès des autorités70. Or, un pèlerinage ne se tenant pas une année avait toutes les chances de disparaître, car l’UdSW ne le comptait plus parmi les pèlerinages traditionnels, les seuls à être autorisés.  Jouer sur le temps permettait aussi de trouver une solution au problème : fin 1951, le RdSW de Częstochowa bloqua les travaux d’agrandissement de la maison diocésaine de récollection. Pendant un an, les représentants de la curie furent renvoyés de service en service sans pouvoir obtenir les matériaux nécessaires à la suite des travaux. L’UdSW avait en fait autorisé la saisie du bâtiment dès janvier 1952, mais celle-ci ne fut annoncée qu’un an plus tard, une fois trouvée une solution de reconversion justifiant la confiscation71. Ces stratagèmes témoignaient d’un point faible de l’UdSW : son infériorité sur le terrain du débat rationnel. Il était délicat de réfuter des plaintes qui avaient souvent le droit pour elle. Malgré tous ses efforts, l’appareil confessionnel ne pouvait surmonter la contradiction initiale d’une politique de force qui devait prendre une apparence légale. La seule solution était de se réfugier derrière ces ruses, pour essayer de masquer au maximum la nature politique de ces opérations, en évitant à tout prix le débat. Le jeu de l’Église, au contraire, était de l’entraîner sur ce terrain.

  • 72  À partir de 1953, avec la fermeture des derniers journaux catholiques ou leur transmission aux prê (...)
  • 73  Ibidem, p. 78-79, 108, 122-3.
  • 74  AAN, UdSW, 37/1629, p. 37.
  • 75  AAN, UdSW, 23/16, p. 161-2.
  • 76  […] “w sposób nie wywołujący fermentów wśród ogołu wierzących”. AAN, UdSW, 44/405, p. 5.

31En effet, l’Église n’avait qu’une faible marge de réaction : confrontée aux campagnes de presse hostiles, faute de journaux capables de rivaliser en tirage72, la hiérarchie devait se taire ou envenimer le conflit en répliquant par une lettre pastorale. Or, sa stratégie coopérative excluait le recours à cette solution, sauf cas exceptionnels – et encore, l’UB arrivait-elle à limiter sérieusement leur diffusion. Dans la plupart des cas, les catholiques se contentèrent de protester par voie administratives. Pour faire plier le pouvoir, il fallait d’abord le contraindre au débat, donc le harceler de plaintes : dans le cas de la maison diocésaine de récollection de Częstochowa, au terme de l’envoi de plus de 20  lettres et de plusieurs délégations, l’UdSW essaya de justifier la saisie, à contre-cœur… au milieu de 1954, trois ans après le début de l’affaire 73! Une fois ce demi-succès obtenu, les catholiques avançaient en général trois registres d’argumentation : les plaidoiries juridiques étaient une condition nécessaire et non suffisante — sans elles le dossier n’avait pas de chance d’aboutir. Mais seuls des arguments pratiques ou politiques pouvaient faire fléchir l’UdSW. On essayait donc de convaincre les autorités que leur démarche aurait des conséquences négatives — par exemple que la fermeture du lycée technique des sœurs de la Résurrection créerait un vide impossible à compenser à court terme74. Comme le Parti restait pragmatique et tolérait l’activité d’éléments « contre-révolutionnaires » tant qu’elle lui profitait, l’on écoutait volontiers de tels arguments75. En dernier recours, les catholiques mettaient en avant le mécontentement des fidèles, tant redouté par le PZPR. Ainsi, suite aux protestations de Mgr Goliński, les responsables des affaires confessionnelles de Łódź et de Katowice reçurent l’ordre d’agir « de manière à ne pas provoquer d’incidents chez les croyants moyens »76.

  • 77  On peut citer, entre autres, la déclaration de décembre 1952 rappelant au clergé son devoir de ret (...)

32Ainsi, les catholiques surent trouver les moyens de limiter les pertes. Leur tactique administrative avait néanmoins un inconvénient majeur : celui d’être cachée. On risquait ainsi de faire le jeu du pouvoir, qui essayait de présenter l’épiscopat comme soumis au Parti et donnait une large publicité aux déclarations conciliantes de l’épiscopat, accompagnées d’un commentaire tendancieux77. En outre, quels que soient les arguments catholiques, un autre atout du PZPR restait son opacité : deux appels rédigés dans les mêmes termes pouvaient recevoir des réponses opposées. Dans ces conditions, toute anticipation rationnelle, essentielle pour gérer au mieux le conflit, devenait difficile.

33Ainsi, les interactions entre catholiques et communistes avaient leurs règles, plus ou moins bien maîtrisée par les acteurs – c’est pourquoi la curie de Częstochowa exigeait d’être informée de toutes les chicanes posées par les autorités locales. On ne peut perdre ce cadre de vue lorsque l’on étudie l’évolution du rapport de force entre Église et État à Częstochowa.

Offensives et échecs communistes : 1950-1956

1950-1953 : l’étau se resserre

Une implantation communiste limitée en bastion catholique

  • 78  APCz, KM PZPR/167, « Sprawozdanie z pracy […] za czas 21—25 II 1952 ».
  • 79  Związek Młodzieży Polskiej (union de la jeunesse polonaise).
  • 80  AAN, ZG ZMP, 451/VI-55, p. 142. Le ZMP était présenté comme apolitique, et devait donc avoir plus (...)
  • 81  Les VIolences de délégués en état d’ivresse entraînèrent une grande purge en juillet 1950. ibid., (...)
  • 82  Ibid.
  • 83  Le PZPR voulait nationaliser le jardin de 14 ha qui fournissait les fleurs du monastère. Les fidèl (...)
  • 84  APCz, KM PZPR/171, p. 180-1.

34Au début des années 1950, la situation du PZPR à Częstochowa était délicate : le taux d’encadrement du Parti oscillait certes entre 6 et 8% de la population, mais les membres étaient démotivés : en 1952, le comité d’usine des fonderies Bierut78 enregistra une vague de démissions ; comme on avait oublié de sanctionner professionnellement des exclus du Parti, la peur de perdre sa situation ne retenait plus les ouvriers au PZPR… Aux jeunesses communistes (ZMP)79, non seulement les effectifs — 6.927 membres au 1 juillet 195080 — ne répondaient pas aux attentes du Parti, mais en plus l’organisation traversa une grave crise liée à l’incompétence de ses cadres81. La forte implantation du catholicisme n’y était pas pour rien : comment orchestrer une propagande antireligieuse alors que chaque organisation clandestine lycéenne démantelée par l’UB comprenait des membres des ZMP82 ? C’est que les catholiques étaient combatifs : leur mobilisation en avril 1950, à la demande du père Raczyński, prieur des Paulins, fit reculer le pouvoir83. L’acte d’adhésion catholique le plus inquiétant pour le PZPR provint du milieu ouvrier : lors de la Fête-Dieu 1950, les ouvrières de la filature « Częstochowianka » firent une grève de 45 minutes pour protester contre le retrait d’un grand portrait de saint qu’elles avaient suspendu84.

  • 85  ADCz, protocoles de VIsites pastorales et de doyenné : AnSJ 20-21 X 1951, AśA et AOśJ, 29 XI 1951.
  • 86  ADCz, AośJ, Interrogationes du 1 X 1956, p. 1.
  • 87  AAN, UdSW, 5a/17.

35Certes, l’ancrage du catholicisme était inégal selon les quartiers : en 1951, le taux de messalisants de la paroisse semi-rurale du Sacré-Cœur était de 70% contre 30-35% dans le paroisses ouvrières de Raków et Ostatni Grosz85. Mais même à « Raków la rouge », le sacrifice du clergé pendant la guerre avait fait disparaître l’anticléricalisme d’avant 193986, et la mission de 1948, avait entraîné une rechristianisation partielle. Paradoxalement, la base sociale du Parti avait plutôt diminué depuis 1945, et la nette hostilité du clergé jouait dans le sens du renforcement des catholiques. On pouvait même parler de singularité częstochovienne dans l’opposition du clergé au pouvoir : pour un seul prêtre engagé dans la campagne de l’Appel de Stockholm, on compta pas moins de 57 refus de signature en première instance. Ces résultats tranchaient nettement avec ceux des alentours : si le powiat rural de Częstochowa était divisé (14 engagements 16 refus), dans la plupart des autres powiaty de la voïevodie le nombre de partisans et adversaires déclarés était inférieur à 10, et exception faite de Bytom (0-9) et Będzin (0-2), le rapport était favorable aux communistes87.

  • 88  Hanna ŚWIDA-ZIEMBA, Człowiek wewnętrzny zniewolony, Varsovie, INNS UW, 1998, p. 123sq.

36Les communistes étaient donc en situation délicate. Ils n’en ont pas moins gouverné la ville, comme le reste du pays, sans grand problème jusqu’en 1956. Anna Świda-Ziemba attribue cela à l’exploitation par le PZPR de la volonté de retour à la normale des populations après cinq ans de terreur, à la conviction, après l’échec du soulèvement de Varsovie, que toute résistance armée était vouée à l’échec ; enfin, le sentiment que le stalinisme durerait brisait les velléités de résistance88. Mais les communistes voulaient une adhésion consciente de la population, et pour l’obtenir, il fallait briser l’Église.

Faire taire Jasna Góra

  • 89  AJG, tom XXIII, 2440, p. 343.
  • 90  Entre juillet 1950 et décembre 1952, 28 religieux furent interrogés par l’UB.
  • 91  AAN, KC PZPR, 237/V/158, p. 248.
  • 92  Ibid., p. 240. AAN, UdSW, 8/96, p. 5.

37À Częstochowa, pour réduire l’Église au silence, il fallait s’en prendre à Jasna Góra. En juin 1950, le prieur ne revint pas de l’UB, où il avait été convoqué. En octobre, on apprit qu’il était interné à Varsovie. Finalement, il fut relâché en 195289. Cette arrestation semble avoir été destinée à créer une atmosphère de peur propice au recrutement d’agents parmi les frères90. Si les archives consultées restent muette sur le résultat de ces démarches, il est sûr qu’elles n’affèctèrent guère la volonté d’opposition des Paulins. De même, en interdisant l’accès de Jasna Góra aux prêtres-patriotes, les Paulins mirent un terme aux espoirs du Parti de se servir du monastère comme d’une tribune. Pour plus de sûreté, le Cal Wyszyński aurait décidé de contrôler lui-même la teneur des sermons jasnogouriens91. En plus de semer le doute chez les fidèles, une telle opération aurait permis de porter un coup fatal au prestige du cloître. Faute de pouvoir y prendre pied, les communistes tentèrent de lui créer un concurrent, à savoir Kalwaria Zebrzydowska, autre haut-lieu du catholicisme. Les pèlerinages de prêtres-patriotes organisés le 15 août 1951 et 1952 furent l’objet de toutes les attentions. Toutefois, les pèlerins semblent avoir été peu nombreux, et les archives ne disent rien de l’après-1952; Jasna Góra resta en tout cas sans concurrence92.  

  • 93  En juillet 1949, le “miracle de Lublin” avait mis la Pologne en émoi. Sur fond de collectivisation (...)
  • 94  AJG, 4310, p. 64-77 ; tom XXIII/2440, p. 245.
  • 95  AAN, UdSW, 44/405, p. 3.
  • 96  AJG, 3896, p. 18. Antoni JACZKOWSKI, Pielgrzymowanie [voir n.25], p. 123, 161.
  • 97  APCz, KM PZPR/1, p. 36, 60; KM PZPR/166, p. 1. AJG, tom XXIII/2440, p. 245; Janusz ZBUDNIEWEK ZP, (...)

38Contrairement à ce qu’affirmait la propagande, la pression du pouvoir ne se limita pas aux seuls clercs. Dans le cadre d’une politique « anti-miracle93 » d’ampleur nationale, on arrêta en 1951 un ex-paralytique, Piotr Szyjkowski, au moment où celui-ci racontait aux foules sa guérison dans la chapelle de la Vierge Noire. Au terme d’un procès, il fut déclaré « guéri, mais non miraculeusement » et expulsé discrètement de la ville avec ordre de n’y plus revenir94. Surtout, Jasna Góra fut au centre d’une politique de restriction des pèlerinages : en vertu de l’arrêté de 1949, leur organisation étaient soumise à autorisation et à la remise de la liste des organisateurs, de l’adresse des guides, du nombre de participants, du moyen de locomotion et des dates95. À compter de 1950, seuls furent autorisés les pèlerinages dits « traditionnels ». En outre, on fit tout pour convertir les pèlerinages pédestres en voyages ferroviaires, ce qui avait l’avantage, du point de vue communiste, d’augmenter le coût du pèlerinage et de réduire sa durée, donc son impact. Ainsi, des 20 grands pèlerinages pédestres reliant les grandes villes au sanctuaire, seuls ceux de Łódź et de Varsovie furent maintenus, et encore de justesse dans le dernier cas96. Sur place, on fit tout pour détourner les pèlerins de Jasna Góra : organisation de compétitions sportives, d’une exposition agro-industrielle dont les hauts-parleurs perturbaient les cérémonies, contrôle tatillon des papiers par la milice, queues démesurées à la gare sur le chemin du retour, un nombre minimal de guichets étant ouverts, etc97. La politique religieuse du PZPR à Częstochowa ne se résuma cependant pas à ces attaques contre le sanctuaire. Bien au contraire, elle prit la forme d’attaques successives, dans des secteurs différents.

Une offensive tous azimuts

  • 98  Jan ŻARYN, Kościół a władza [voir n.4.], p. 17.
  • 99  APCz, KM PZPR/165, 20 IV 1951, p. 1.
  • 100  Marian MIKOŁAJCZYK, Władza Ludowa [voir n.66], p. 10. ADCz, Ok. 1945-1952, p. 115. AAN, UdSW, 8/24 (...)
  • 101  Ryszard GRYZ, Państwo  a Kościół [voir n.4], p. 83, APCz, KM PZPR/168, 6 X 1952, p. 1. AAN, UdSW, (...)

39C’est dans l’enseignement que les communistes obtinrent leurs succès les plus nets. Obligatoire depuis 1921, les cours de religion étaient devenu facultatifs en 194598 : ils étaient enseignés tant que la moitié des parents n’en n’avait pas réclamé la suppression. Dans les faits, le pouvoir espérer généraliser les écoles sans religions, dites TPD. Mais la première du genre à Częstochowa, ouverte en 1949, eut les plus grandes difficultés à subsister99.  C’est paradoxalement la force du catholicisme qui permit au PZPR de renverser les choses à l’automne 1951 : en excluant 18 catéchistes non signataire de l’Appel de Stockholm en première instance — beaucoup d’entre eux l’avaient signé ensuite — et en refusant de les remplacer, on élimina la religion d’autant de collèges, et de 7 écoles primaires sur une vingtaine. 10.000 élèves étaient concernés. Si l’on excepte la Silésie, ces mesures étaient sans équivalent en Pologne : à elle seule, Częstochowa avait perdu plus de catéchistes que toute la voïevodie voisine de Kielce100. Les paroisses durent donc prendre en charge cet enseignement. Par ailleurs, l’Église perdit ses écoles maternelles « Caritas » en février 1950, lorsque « Caritas » fut confié aux prêtres-patriotes. En outre, des 6 collèges ou lycée catholiques, 2 furent fermés à la rentrée 1949-1950, un en 1951 et un autre avant 1954101.

  • 102  AAN, UdSW, 18/215, p. 56;  APCz KM PZPR/165, 26 V 51 et 168, 12 VI 1952.
  • 103  AAN, UdSW, 12/707.
  • 104  Ryszard GRYZ, Państwo  a Kościół [voir n.4], p. 270.
  • 105  AAN, UdSW, 18/194, p. 3.
  • 106  AAN, 18/175, 133/190.

40Ailleurs, les offensives du Parti se multiplièrent après 1950. Les catholiques avaient l’habitude de décorer maisons et églises aux couleurs papales lors de la Fête-Dieu. L’arrestation du père Raczyński et de la prieure des sœurs de la Charité, de multiples amendes infligées aux particuliers permirent aux communistes d’évincer les fanions jaune-blanc dès 1951102. Les processions devinrent rares, suite aux refus d’autorisation répétés. Les magasins de dévotion extérieurs à Jasna Góra furent saisis et confiés aux prêtres-patriotes et à PAX, une autre association de prêtre proches du pouvoir, mais indépendants de l’UB103. Le clergé n’était pas oublié : l’UB s’efforçait de « convertir » les prêtres par chantage, mais aussi par intérêt matériel : conformément à la circulaire du 22 janvier 1951104, les impôts du clergé étaient fixés de manière politique, sans tenir compte de l’assiette fiscale des intéressés. En outre, les prêtres patriotes avaient plus de chance de mener à bien la construction d’une église, car eux seuls recevaient des matériaux de construction : on peut penser que ce motif décida le curé de Saint-Antoine de Częstochowa à franchir le pas peu avant sa mort105. Certes, Częstochowa jouissait d’une situation privilégiée, puisque deux églises y étaient en construction, mais on restait en-deça des besoins liés à la hausse rapide de la population. Enfin, on chercha à tarir le recrutement du clergé régulier : le 3 juillet 1952, tous les petits séminaires furent investis par l’UB et fermés de force, tandis que l’on en expulsait les élèves. Ce fut le cas de celui des Paulins à Jasna Góra, mais aussi du petit séminaire séculier de Częstochowa, logé dans l’internat des frères des écoles chrétiennes, malgré les protestations de Mgr Goliński106.

41Ainsi, entre 1950 et 1953, le PZPR chercha à compenser l’étroitesse de sa base en portant ses efforts sur les secteurs auxquels l’opinion était moins sensibles, à l’exception de celui de l’enseignement religieux, ce qui lui avait permis de remporter des succès indéniables. S’il avait su tirer parti des difficultés du terrain, les avancées restaient moins nettes qu’ailleurs : il est révélateur que le prieur des Paulins ait été relâché sans procès, alors que l’on multipliait les procès staliniens. Jasna Góra tenait encore au moment où l’on s’en prit à la Curie…

Février 1953 – mai 1955 : la lutte finale ?

Mise au pas de l’Église

  • 107  Après avoir contraint la rédaction à confier la diffusion du journal aux messageries Ruch en 1951, (...)
  • 108  Jan ZWIĄZEK, “Działalność wydawnicza Kurii Diecezjalnej w Częstochowie”, Częstochowa Studia Teolog (...)
  • 109  ADCz, KWP-I, p. 120-123. Peter RAINA, Kościół w PRL. [voir n.107], p. 408-9.
  • 110  AAN, Akta Bidy, 484/13, p. 61-100.
  • 111  Dans le cadre d’une séparation de l’Église et de l’État proclamée en 1952 !
  • 112  AAN, UdSW, 37/226, p. 1. ADCz, KWP-I, p. 107-8, 136, 190.
  • 113  Il s’agissait de la Saint-Stanislas, évêque de Cracovie assassiné au XIe siècle sur ordre du roi. (...)
  • 114  Ryszard GRYZ, Państwo  a Kościół [voir n.4], p.333.

42Au début de 1953, le Parti porta deux coups très durs aux catholiques. Leur presse possédait encore quelques titres, dont Niedziela, hebdomadaire częstochovien tirant à 90.000 exemplaires. Les entraves107, la hausse arbitraire des impôts de janvier 1953108 en gênaient considérablement la diffusion, mais il se maintenait tant bien que mal. Le coup fatal fut porté en mars, dans le cadre d’une campagne nationale d’élimination des derniers titres catholiques indépendants : les numéros des 16 et 23 mars ne revinrent jamais de la censure, si bien que la publication fut interrompue de facto109. Tout au plus le journal évita t-il le sort de Tygodnik Powszechny : il ne fut repris par aucun des courants catholiques favorables au régime, malgré les avances de PAX en 1954110. C’est que ce succès fut repoussé au second plan par le décret du 9 février 1953. Préparé par le procès stalinien de membres de la curie cracovienne qui entendait accréditer la thèse du complot de l’épiscopat, il soumettait la nomination des curés et des évêques à l’approbation du pouvoir111.  Dès sa signature, on tenta de purger les curies. Ainsi, à Częstochowa, Mgr Goliński dut démettre les pères Jatowtt et Godziszewski. La curie étant faiblement politisée, il semble que ces exigences aient plus été fondées sur la volonté de purger chaque curie que sur les torts des deux prélats112. Toutefois, ils ne furent pas remplacés par des prêtres patriotes, soit par manque de candidat, soit parce que Mgr Goliński, qui condamnait toutes les initiatives politiques de son clergé, offrait des garanties suffisantes. Le décret du 9 février n’en menaçait pas moins l’indépendance de l’Église, qui entra en conflit ouvert avec le pouvoir pour défendre ses prérogatives : le 8 mai 1953113, l’épiscopat publia un retentissant non possumus. Le PZPR répliqua en procédant au premier procès stalinien d’un évêque polonais, Mgr Kaczmarek (Kielce) et surtout en arrêtant le Cal Wyszyński le 25 septembre 1953. Il obtint ensuite, par la menace, la nomination de Mgr Klepacz (Łódź) à la tête de la conférence épiscopale, ainsi que la déclaration de soumission du 28 septembre 1953 : les évêques y cautionnaient tacitement le verdict du procès Kaczmarek et s’engageaient à sanctionner les prêtres coupables d’effractions contre l’État. L’Église polonaise semblait ainsi réduite à l’état d’inféodation de l’Églises hongroise114.

Une Église encore indépendante (novembre 1953-février 1955)

  • 115  AAN, UdSW, 44/1032. Peter RAINA, Kościół w PRL. [voir n.107], p. 452.

43Si l’historiographie polonaise qualifie couramment la période post-1953 de « petite stabilisation », les divisions internes du Parti furent peu liées à la politique religieuse. Les différences étaient d’ordre tactique. Jusqu’en août 1954 l’UdSW suivit la politique définie par son directeur le 19 décembre 1953 : l’existence du décret du 9 février rendait inutile l’application d’autres moyens de pression, auxquels il fallait renoncer. Ainsi, en janvier 1954, les impôts du clergé du diocèse de Częstochowa furent fixés avec réalisme, contre l’avis du RdSW de Katowice qui exigeait des montants de 20 à 50% supérieurs115. En revanche, à partir de l’été 1954, le décret ne fut plus considéré que comme l’un des moyens de soumettre le clergé et les pressions diverses reprirent.

  • 116  AAN, UdSW, 21/88, p. 1-3.
  • 117  AAN, UdSW, 23/16.
  • 118  AAN, UdSW, 18/602, 37/359, 44/558, 46/557 ; Akta Bidy, p. 269.
  • 119  Les considérations de santé étaient secondaires : les excursions sportives n’étaient pas soumises (...)

44Toutefois, elles épargnèrent Częstochowa. Ainsi, en août 1955, on interdit l’ouverture de nouvelles salles de catéchèses. Or, à Częstochowa, les succès scolaires du PZPR avaient contraint les catholiques à créer de bonne heure un réseau étoffé de salles paroissiales, qui ne fut pas touché par cette mesure116. En règle générale, les offensives communistes montrèrent de sérieux signes d’essoufflement ; la maison diocésaine de récollection fonctionna encore, en partie du fait des erreurs de l’appareil local117 ; surtout, les deux lycées catholiques restèrent ouverts, malgré les décisions de fermeture qui leur furent signifiées en 1953-54118. C’est que les succès du Parti avaient d’abord été acquis là où l’opposition était la moins ferme. À compter de 1953, l’Église ne tint plus que quelques bastions, mais ils étaient défendus par des gens déterminés à faire valoir leurs droits, surtout dans un contexte de relâchement de la dictature. Dans les trois cas mentionnés, le pouvoir dut reculer devant une protestation déterminée, voire des pétitions. Les résultats mitigés de la politique anti-pèlerinage — restée à l’écart de la sorte de trêve décrétée en décembre 1953 — illustrent parfaitement ces résistances. En 1953, on chercha à limiter le nombre de pèlerinages « traditionnels » en leur imposant la présence de docteurs, voire de vétérinaires119. Or, non seulement le nombre de pèlerins venus à Jasna Góra ne diminua pas durablement, mais ils prirent l’habitude d’ignorer les interdictions, ce qui sapait l’autorité du Parti, incapable de réprimer le mouvement.

  • 120  AJG, tom XXIII/2440, p. 325.

Année

Communions distribuées120

1947

1.146.410

1948

   742.130

1949

-

1950

-

1951

1.000.326

1952

   998.342

1953

   884.678

1954

   984.245

45Ainsi, en 1954, ni l’interdiction du pèlerinage Łowicz-Częstochowa, ni l’arrestation du guide ne portèrent de fruits. Quand la milice voulut interner sa remplaçante, on lui fit comprendre que seule l’arrestation de tous les pèlerins aboutirait au résultat recherché...

  • 121  Janusz ZBUDNIEWIEK ZP, Jasna Góra w latach 1945-1956 [voir n. 97], p. 13.
  • 122  Comme Mgr Sonik à Kielce ou Mgr Lorek à Sandomierz. Ryszard GRYZ, Państwo  a Kościół [voir n.4], p (...)
  • 123  APCz, KM PZPR/169, 3 X 1953, p. 1.
  • 124  ADCz, KWP-I, p. 64. AAN, UdSW, 44/405.
  • 125  Antoni DUDEK, Państwo a Kościół w Polsce [voir n.4], p. 44 sq.

46En apparence, le Parti avait soumis le clergé. En fait, si l’attitude de Mgr Goliński n’était pas toujours bien accueillie à Jasna Góra121, elle fut celle de bon nombre d’évêques122 : entre Rome et le PZPR, il penchait indiscutablement pour Rome, et il le rapela le 2 octobre 1953123 ; mais, convaincu que les discussions du bien-fondé des lois religieuses du Parti étaient du ressort du Secrétariat de l’épiscopat, il entendait se cantonner dans une protestation administrative systématique. Celle-ci pouvait porter ses fruits : en 1954, il arracha l’autorisation de plusieurs pèlerinages ; en janvier 1955, le père Jatowtt retrouva son poste à la curie124. Reste que, selon Antoni Dudek, en 1956, les fidèles s’opposèrent au pouvoir avec  plus de détermination que le clergé125. Jasna Góra, qui s’apprêtait à commémorer avec faste le siège de 1655 et le serment de Jean-Casimir, restait l’exception.

Mai 1955-décembre 1956 : jubilé de Jasna Góra et défaite du pouvoir

Les préparatifs

  • 126  AJG, tom XXIII/2440, p. 326. AAN, UdSW, 46/19, p. 1.
  • 127  « Marie, Reine de Pologne (ter), je suis près de toi, je me souviens (bis), je veille ».
  • 128  AJG, tom XXIII/2440, p. 338.  Janusz ZBUDNIEWIEK ZP, Jasna Góra w latach 1945-1956 [voir n. 97],p. (...)

47Jasna Góra ignora la mise au pas de 1953. Les évêques en délicatesse avec le pouvoir y furent régulièrement invités126. Surtout, le sanctuaire fut le seul haut-lieu catholique à oser se solidariser ouvertement avec le cardinal emprisonné, notamment en modifiant l’horaire et les paroles127 de l’apel jasnogórski, au cours duquel les frères et les pèlerins saluaient la Vierge. Le jubilé, inauguré le 3 mai 1955, permit d’afficher cette solidarité devant le plus large public possible. Ainsi, un tableau du cardinal trônait à l’entrée de l’exposition consacrée au siège de 1655. Les communistes tentèrent d’obtenir son retrait, car leur propagande tentait de faire oublier l’existence du détenu. Mais, comme les Paulins fermèrent l’exposition plutôt que d’obtempérer, le PZPR dut céder par peur du mécontentement populaire, malgré l’intervention du premier ministre128.

  • 129  Ibid, p. 34 sq. Témoignage du RP Tomiński (Karta, 555-Z/97).

48Surtout, le sanctuaire se trouvait au centre d’un vaste plan d’évangélisation. De sa prison, le Cal Wyszyński élabora en effet un programme décennal, dont le point de départ serait le renouvellement du serment de Jean-Casimir par les fidèles, fixé au 26 août 1956 par la commission épiscopale mariale pour l’année de la Reine de Pologne. Il fut secondé par les « prisonnières volontaires » de Jasna Góra formant autour de Maria Okońska un groupe de réflexion baptisé « Institut du Serment National » en 1955. Les préparatifs eurent lieu dans le plus grand secret : le texte du serment, rédigé par le primat, parvint clandestinement  à Jasna Góra ; les évêques eux-mêmes n’en eurent connaissance qu’à la dernière minute. Chaque paroisse reçut une invitation au jubilé, postée depuis différents points du pays, à la même heure, par les novices pauliniens129.

  • 130  Le 28 juin 1956, une grève y dégénéra en émeute anticommuniste : le bruit couru que le régime avai (...)
  • 131 Ryszard GRYZ, Państwo  a Kościół [voir n.4], p. 379-380.

49De leur côté, les communistes, aux aguets depuis le « jeudi sanglant » de Poznań130 firent tout pour limiter le nombre de pèlerins, au moment même où des prêtres-patriotes demandaient des autorisations. Ainsi, à Kielce, le 21 août, 18 demandes sur 63 seulement avaient reçu une autorisation, à condition de partir en train131. Mais le pouvoir fut débordé par une société en pleine ébullition : les pèlerins passèrent outre et se rendirent en masse à Jasna Góra.

Du 26 août  à la chute du stalinisme religieux

  • 132  Selon des témoignages, la foule occupait l’Aleja NMP jusqu'à 1,5 kilomètres du sanctuaire. 500.000 (...)
  • 133  AJG, III-58, 2.2 à 2.4.
  • 134  Le vide devint un motif fort des temps de la VIe religieuse sous la PRL : lorsqu’en 1966, les comm (...)
  • 135  Antoni DUDEK , Państwo a Kościół w Polsce [voir n. 4], p.  117.

50Le 26 août 1956 vit le plus grand rassemblement de masse depuis 1946 en Pologne132. Les cérémonies cherchèrent à intégrer les fidèles dans une communauté nationale organique ; de manière révélatrice, on ne parla pas d’hommes ou de femmes, mais de pères et de mère, ce qui permettait de définir les personnes en liaison avec les autres : on est toujours parent de quelqu’un133. Mais les esprits furent avant tout frappés par l’absence du Cal Wyszyński, symbolisée par un trône primatial vide134 au centre de la tribune d’honneur. Malgré ce succès populaire du catholicisme, le stalinisme religieux se maintint encore quelques mois. Gomułka entendait en effet refuser toute concession, en particulier autour du décret du 9 février 1953, et repousser les négociations jusqu’au moment où le Parti aurait surmonté les turbulences. Mais, sous la pression d’énormes manifestations, il dut relâcher le primat le 29 octobre135. Le 8 décembre, un accord aboutit au démantèlement du système patiemment mis en place par les staliniens depuis 1950 : entre autres, il annulait le décret sur les nominations ecclésiastiques et rétablissait de l’enseignement religieux à l’école.

1950-1956 : évolution de la pratique en milieu ouvrier

  • 136  ADCz, KWP-I, p. 194.

51Le premier round s’achevait donc par une victoire de l’Église. Mais que cachait-elle ? À Częstochowa, le gonflement de la population créait de tels problèmes d’encadrement qu’une pétition d’habitants du centre-ville réclama de nouvelles paroisses fin 1956136. Même dans la paroisse modèle du Sacré-Cœur (plus de 75% de pascalisants), le nombre de communions distribuées augmenta de 7% entre 1952 et 1955, alors que la population s’était accrue de 25% et était devenue entièrement ouvrière.  À Saint-Antoine, seuls  50% des femmes mariées et 25% de leurs maris se confessaient. Saint-Joseph était divisée entre les rues de Grosz, qui formaient un isolat catholique, et les blocs pour saisonniers, qui pratiquaient peu. Néanmoins, l’Église pouvait se vanter d’avoir surmonté une période de contraintes politique et de bouleversements démographiques : à Saint-Joseph, la hausse du nombre de communions distribuées (28% en 1952-55) fut supérieure à celle de la population. Compte tenu des obstacles, il était difficile d’espérer intégrer tous les nouveaux venus.

Conclusion

52De 1950 à 1956, l’affrontement entre Église et État se déroula selon des règles qui auraient dû conduire à l’écrasement du catholicisme. À l’échelle nationale, leur succès paradoxal fut lié à deux facteurs : les prêtres-patriotes (10% des prêtres environ), restaient trop faibles pour assurer le succès du PZPR. Restait la possibilité irréalisable de l’extermination du clergé. En effet, alors que le Parti tchèque s’appuyait sur une tradition nationale anticatholique et que son homologue hongrois jouait sur le joséphisme, le PZPR faisait face à une Église incarnant traditionnellement l’esprit national contre les occupants successifs. Cela limitait singulièrement la portée de sa stratégie agressive : bon nombre de coups lui étaient interdits.

53Dans le conflit, Częstochowa occupait une place particulière : dans certains cas, le PZPR sut tirer profit de l’hostilité du clergé, mais en règle générale, la politique répressive y fut assouplie ; en 1956, la ville était peut-être la seule à disposer de deux lycées catholiques.  Le poids de Jasna Góra fut déterminant, surtout après 1953, quand le sanctuaire fut le seul à pratiquer l’opposition ouverte. La hausse des vocations de l’ordre (172 frères début 1954, 184 en 1956) témoigna de la popularité de cette tactique. Les tentatives du Parti pour réduire le rayonnement du cloître se soldèrent ainsi par un échec total : Jasna Góra sortit du stalinisme avec un prestige accru par sa résistance et par le programme d’évangélisation du Cal Wyszyński. Ce n’est pas un hasard si, après une période de dégel, l’irruption de la police dans l’enceinte de Jasna Góra en 1958, symbolisa la reprise du conflit État-Église.  

Haut de page

Notes

1  Patrick MICHEL, La société retrouvée. Politique et religion dans l’Europe soviétisée, Paris, Fayard, coll. « Est », 1988.

2  Polska Zjednoczona Partia Robotnicza (Parti Ouvrier Unifié Polonais).

3  Norbert ELIAS, La Société de cour, Paris, Flammarion, Champs, 1985.

4  Ce qui explique la richesse de la production historiographique polonaise. Pour la période stalinienne, les relations entre pouvoir et épiscopat sont maintenant bien connues grâce aux travaux d’Antoni DUDEK (Państwo a Kościół w Polsce 1945-1970, Cracovie, PIT, 1996), Jan ŻARYN (Kościół a władza w Polsce (1945-1950), Varsovie, DiG, 1999, 388 p.), Bogdan CYWISKI ou Barbara FIJAŁKOWSKA (Partia wobec religii i Kościoła w PRL, Olsztyn, OW-M w Olsztynie, 1999, tom I, 256 p.). Les aspects régionaux commencent à être explorés (Cf . Ryszard GRYZ (Państwo  a Kościół w Polsce na przykładzie województwa kieleckiego, Cracovie, NOMOS, 1999, 414 p). Enfin, dans les deux années qui ont suivi nos recherches sont parues les premières synthèses sur le sujet pour toute la période 1945-1989.

5  J’en profite ici pour remercier une nouvelle fois Marcin Kula, qui a osé me confier ce sujet…

6  Urzad do Spraw Wyznan (Département des affaires confessionnelles).

7  Malheureusement, en raison de lacunes ou de problèmes de classement (les archives de Jasna Gora ont été déménagées et dérangées à la hâte lors de l’incendie de 1990, celles de la curie étaient entretenues dans un désordre volontaire par crainte des perquisitions), il est rare que ces sources se recoupent. Elles ont néanmoins l’avantage d’être complémentaires, et de donner une bonne VIsion des points de vue en présence.

8  D’un point de vue technique, il s’agissait d’un motus VIvendi, mais c’est sous le terme « accord », proposé par Piasecki, que ce texte fut présenté aux public.

9  Dans le cas de Częstochowa, parce que le powiat s’y confondait avec la municipalité. Au sens strict, le powiat est l’équivalent de nos cantons.

10  Komitet Miejski PZPR. On a simplifié la nomenclature : dans les faits, les powiaty étaient dits ruraux ou urbains, et l’on parlait donc de comité rural ou urbain du Parti. Częstochowa, en tant que powiat urbain, était administré par un KM (comité urbain).

11  Komitet Wojewódzki PZPR.

12  Komitet Centralny PZPR.

13  Podstawowa Oragnizacja Partyjna (cellule de base du Parti).

14  Marcin KULA (dir.), Komitet wojewódzki ogniwem Władzy Ludowej, Varsovie, ISP PAN, 1997, p. 167.

15  Qui plus est, la période communiste accentua cette hiérarchisation, car faire bloc autour de l’autorité du Primat restait le meilleur moyen de contrecarrer les offensives communistes. Cf. Patrick MICHEL, La société retrouvée [voir n. 1], p. 118-119.

16  Ce qui ne veut pas dire que les fidèles le refusaient : dans l’entre-deux-guerres, l’action catholique avait butté sur la conviction que les affaires religieuses étaient du ressort exclusif du clergé. Il faut aussi se garder d’une lecture dictées par les critères bien français de progressisme et conservatisme : comme l’explique Patrick Michel, l’idée de modernité, accaparée par le pouvoir, faisait figure de repoussoir : pour l’Église, l’enjeu n’était pas d’être moderne, mais de faire bloc et de proposer une contre-utopie. D’ailleurs, si elle s’était vraiment figée, elle se serait coupée des fidèles, ce qui était loin d’être le cas. La société retrouvée [voir n. 1],  p. 111.

17  Épreuves d’un article aimablement transmis par Jan Żaryn, p. 2 .

18  Ibid., p. 15.

19  APCz, KM PZPR/3, p. 21.

20  Dont témoigne un guide de 1922, intitulé « ce que tout polonais devrait savoir sur Jasna Góra » (Co każdy Polak o Jasnej Górze wiedzieć powinien) et à prétention scientifique : l’historique de l’icône (p. 83-102) mêle allègrement Saint Luc, la légende de Saint Hélène, du Charlemagne des Neufs Preux et de Lev de Kiev, et par là le mythe de Croisade et le rêve d’unité de la Chrétienté. Il s’agit ainsi, consciemment ou non, de l’assimiler aux plus précieuses reliques (la Sainte-Croix) tout en lui attribuant une mission universelle et fédératrice.

21  Antoni JACZKOWSKI, Ludwik ZASZOWSKI ZP, Izabela SOŁJAN, « Jasna Góra a przestrzenna struktura kultu maryjnego na terrytorium polski przed drugą wojną światową », Studia Claromontana 18, Jasna Góra, 1998, p. 10-15.

22 Les pèlerins passaient rarement plus d’une journée à Częstochowa ; on peut considérer qu’ils communiaient tous une fois. Quant aux communions distribuées aux autochtones dans le cadre de messes quotidiennes, il est difficile d’apprécier leur part relative ; 30% semble être un grand maximum : la communion n’était pas un acte aussi répandu que maintenant.

23  AJG, 4326, p. 257-8.

24  En 1655, les armées suédoises prirent le contrôle de la Pologne. Alors que le roi Jean-Casimir avait fui à l’étranger, la situation fut renversée par l’échec du siège de Jasna Góra, en novembre-décembre. Un sursaut d’orgueil, et la conviction d’être protégé par la Vierge permirent aux Polonais de libérer le pays de l’envahisseur, luthérien de surcroît…

25  Tel était le but affiché par les pèlerinages de paysans, depuis la fin du XIXe siècle. Antoni JACZKOWSKI, Pielgrzymowanie, wyd. Dolnośląskie, Wrocław, 1998, p. 95 sq, 108.

26  Félix DAMETTE, Jacques SCHEIBLING, La France. Permanence et mutation, Paris, Hachette, Carré-Géographie, 1995, p. 20.

27  Le commerce était concentré dans le centre-ville et le long de l’Aleja NMP, et les quartiers ouvriers souffraient d’un déficit chronique de magasins.

28  Jan ZWIĄZEK ks., Częstochowa – Stolica diecezji, épreuves consultées avec l’aimable autorisation de l’auteur.

29  « wieże kościoła i liczne kominy hut głoszą chwalę i dobrotliwe władztwo Boga. Huty pracują na surowo, siłami I inteligencją człowieka, a to jest przecież Boga ». ADCz, AOśJ, tom I, 1920-1960, L. 3642, p. 1.

30  ADCz, AśA, tom I, 1936-1956, L. 2611 (lettre de Goliński du 7 juin 1955).

31  Cf ces deux citations caractéristiques : « Częstochowa est une VIlle particulière, où la lutte de l’ancien et du nouveau se fait voir sous des formes extrêmes » (« Częstochowa, to miasto o specyficznych warunkach, gdzie jaskrawo dają się zauważyć objawy walki starego z nowym ») ; « Częstochowa, c’est le bastion du clerc et de l’esprit rétrograde, de la haine pour la science, la classe ouvrière et le progrès » (« Częstochowa jako bastion kleru i wstecznictwa, nienawiść do nauki, do klasy robotniczej i postępu »)  . APCz, KM PZPR/3, p. 29.

32  Witold ZEMBRZUSKI, Przewodnik informator po Częstochowie i okolicach z planem miasta, PTTK, Sport i turystyka, 1958. De manière révélatrice, les seuls guides publiés entre 1950 et 1956 portaient sur les alentours de la VIlle, comme si l’on voulait décourager les touristes de s’y rendre par peur de Jasna Góra.

33  On rappelle que Bierut était le Premier Secrétaire du PZPR.

34  L’extrait suivant condense cette VIsion : « Des ingénieurs soviétiques ont élaboré [l]es plans, en collaboration avec les Polonais. De puissants bulldozers, des pelleteuses, des grues ont arraché des centaines de tonnes de terre, nivellant ainsi le terrain situé sous les fours Martin et les milliers de bâtiments modernes. Puis des trains venus, avec des machines et les équipements les plus modernes. On a érigé des dizaines de halls d’usines, énormes, modernes, pleins de lumière. Enfin, en juin 1951, on a mis en marche la fonderie, qui est totalement mécanisée. Une forêt de cheminée a vu le jour au-dessus de l’usine ». (Plany wykonali inżenierowie radzieccy, wspólnie z polskimi. Potężne stalince, kopaczki mechaniczne, dźwigi przerzucały setki ton ziemi pod marteny i tysięcy gmachy fabryczne. Za nimi przechodziły całe pociągi z najnowocześnymi maszynami I urządzeniami. W górę wnosiły się dziesiątki olbrzymich, nowoczesnych, pełnych światła hal fabrycznych. Wreszcie w czerwcu 1951 ruszyła całkowicie zmechanizowana stalownia. Las kominów wyrósł nad hutą. Ibid., p. 75.

35  Tętnią nowym życiem piece hutnicze, ktore będą decydująco kształtowały nowe życie Częstochowy. Społeczeństwo Częstochowy, postępowe, zdrowe, z dumą patrzy na budującą się hutę, przeżywa z radośćią osiągnięcia […] salą w oku reakcjonystów. APCz, KM PZPR/2, p. 30. On peut quand même se demander si cela empéchait les dits réactionnaires de dormir…

36  Witold ZEMBRZUSKI, Przewodnik informator [voir n. 32], p. 50-67.

37  Nom de la dictature instaurée par Piłsudski en 1926, assimilée par les staliniens à un fascisme.

38  Ces analyses ont été obtenues par comparaison de deux plans : l’un de 1946 (BN 25703) du guide de 1958. Dans le détail, sur 461 rues, 152 furent (re)baptisées. Nous avons pu trouver la signification de 145 de ces nouveaux noms, qui faisaient référence à la géographie (17%), au mouvement ouvrier (15%), caractérisaient la rue (courte, longue, etc., 13%). La science et l’éducation (10%), le monde industriel (10%), , la nature (9%), les autres traditions révolutionnaires (7%) et la seconde guerre mondiale (6%), venaient ensuite.

39  Le seul fait de renoncer à l propagande antireligieuse, courante en URSS, témoignait de l’enracinement local du catholicisme.

40  ADCz, AśA, tom I, L.4619 (7 X 1955), KWP-I/187.

41  Witold ZEMBRZUSKI, Przewodnik informator [voir n. 32], p. 75.

42  Andrzej GRAJEWSKI, Kompleks Judasza. Kośćiół zraniony, Poznań, W drodze, 1999, p. 14.

43  Referat do Spraw Wyznań.

44  Ces postes étaient peu recherchés, car ils offraient peu d’avantages matériels et de considération.

45  Urząd Bezpieczenstwa.

46 Il s’agissait du 5e bureau (Wydział V), rebaptisé Département XI en 1953, puis Département VI en 1954.

47 Envers les prêtres, on utilisait la méthode « du bouchon, du pognon et du caleçon » (Korek, worek i rozporek).

48  Dans le cas de la lettre épiscopale protestant contre la soumission de Caritas aux « prêtres-patriotes  (1950), on  recensa 190 cas de lectures et 204 de non-lecture dans la voïevodie de Pomorze. ŻARYN Jan, op. cit., p. 288-92.

49  Barbara FIJAŁKOWSKA, Partia wobec religii i Kościoła [voir n. 4], p. 159.

50 Pour imposer cette fiction, le Parti se devait de lutter contre les manifestations excessives d’anticléricalisme : ainsi, le premier secrétaire du KM PZPR de Częstochowa se rendit à Saint-Roch suite au cambriolage avec profanation commis dans la nuit du jeudi au vendredi saint 1952, qualifié de « provocation ». ADCz, KWP-I/55 ; APCz, KM PZPR/166, bul. 534/52, KM PZPR/167 ; AAN, UdSW, 18/171.

51  Jan ŻARYN, Kościół a władza [voir n.4], p. 215-220, 231-3.

52  My oczywiście nie będziemy zrobić przeszkód przeciwko pielgrzymkom i td, bo to należy do liturgii, ale jesteśmy zobowiązani do tego, ażeby przeciwstawiać się temu, co część reakcyjnego kleru wyprawia z pielgrzymkami przy ich zetknięciu się z Jasna Górą. Propos de 1950, APCz, KM PZPR/1, p. 59-60.

53  MBP /17, p. 90.

54  AAN, UdSW, 44/392, p. 1, sq.

55  AAN, UdSW, 8/74, p. 1.

56  APCz, KM PZPR/166, 8 IX 1951, 11 XI 1951.

57  Selon Patrick Michel, aucun effort sérieux ne fut fait pour affiner la perception de la religion sous le stalinisme. La société retrouvée [voir n. 1], p. 73-75.

58  Les critiques allaient des privations ressenties par les Polonais au matérialisme du régime en passant par les atteintes aux libertés religieuses, avec de temps à autre un accent antirévolutionnaire bien trempé. AAN, KC PZPR 237/V/158, p. 250 ; UdSW, 18/148, p. 1, 44/214, p. 1, 46/216, p. 2, 46/219, p. 3 ; APCz, KM PZPR/166, 15 VIII 1951, /169, 11 V 53.

59  Les nazis eux-même durent faire preuve de parcimonie pour cette raison… Janusz ZBUDNIEWEK ZP,« Jasna Góra w okresie okupacji hitlerowskiej », Studia Claromontana 1, p. 322.

60  Stefan CZARNOWSKI, « Kultura religijna wiejskiego ludu polskiego », Dzieła, tom I, Varsovie, PWN, 1956, p. 92.

61  Gdy, krańcowo wyczerpany, po przybyciu trzystu kilometrów, […] znalazłem się przed obrazem, […] mogac wreszcie  relaksować się i podnieść oczy, w półmroku, powtarzając ledwie słowa, gesty i dźwięki mszy, poczułem głębie oklepanego zdania słyszanego przez mnie wiele razy : « to serce Polski !» (Rubem César FERNANDES Polska na piechotę. Mistycyzm pielgrzymki katolickiej, dans Dokumenty robocze, Varsovie, CESLA, 20 (1996), p. 26).

62  Cf les instructions de l’UdSW d’avril 1951. Barbara FIJAŁKOWSKA, Partia wobec religii i Kościoła [voir n.4], p. 231.

63  En incluant cette clause dans les « accords » du 14 avril 1950, les communistes entendaient en faire un instrument de pression : ils assimilaient les protestations contre les VIolations des libertés religieuses à une attitude antiétatique, interprétation que la Hiérarchie n’entérina jamais. De même, elle refusa de sanctionner les VIctimes de procès staliniens tant que leur culpabilité n’aurait pas été prouvée par une enquête indépendante…

64  AAN, UdSW , 18/338, p. 1.

65  Marian MIKOŁAJCZYK, Władza Ludowa i Diecezja Częstochowska, épreuves, p. 24-25.

66  Jan ŻARYN, Kościół a władza [voir n.4.], p. 169.

67  Les pertes du clergé furent particulièrement lourdes : la Pologne comptait 51 évêques et 12.940 prêtres en 1939. En 1945, il ne restait plus que 33 évêques et 8.264 prêtres. Georges CASTELLAN, « Dieu garde la Pologne ! ». Histoire du catholicisme polonais 1795-1980, Paris, Robert Laffont, p. 210-211.

68 Mgr Stefan WYSZYŃSKI, Zapiski więzienne, Paris, éd. du Dialogue, 1982, p. 18-25.

69  AAN, UdSW, 47/572, p. 2.

70  AAN, UdSW, 8/77, p. 1; AJG, 3896, p. 18.

71  AAN, UdSW, 23/16, p. 57, 130-1, 139-142, 149, 154-5.

72  À partir de 1953, avec la fermeture des derniers journaux catholiques ou leur transmission aux prêtres-patriotes, le monopole du pouvoir sur l’information devint total.

73  Ibidem, p. 78-79, 108, 122-3.

74  AAN, UdSW, 37/1629, p. 37.

75  AAN, UdSW, 23/16, p. 161-2.

76  […] “w sposób nie wywołujący fermentów wśród ogołu wierzących”. AAN, UdSW, 44/405, p. 5.

77  On peut citer, entre autres, la déclaration de décembre 1952 rappelant au clergé son devoir de retrait de toute activité antigouvernementale. Les fidèles en avaient connaissance, mais ignoraient tout du revers de cette déclaration : le refus, par la suite, de condamner les VIctimes de procès staliniens.

78  APCz, KM PZPR/167, « Sprawozdanie z pracy […] za czas 21—25 II 1952 ».

79  Związek Młodzieży Polskiej (union de la jeunesse polonaise).

80  AAN, ZG ZMP, 451/VI-55, p. 142. Le ZMP était présenté comme apolitique, et devait donc avoir plus de membres que le PZPR.

81  Les VIolences de délégués en état d’ivresse entraînèrent une grande purge en juillet 1950. ibid., p. 143.

82  Ibid.

83  Le PZPR voulait nationaliser le jardin de 14 ha qui fournissait les fleurs du monastère. Les fidèles apportèrent leurs propres fleurs en signe de protestation. AJG, tom XXIII/2440, p. 248.

84  APCz, KM PZPR/171, p. 180-1.

85  ADCz, protocoles de VIsites pastorales et de doyenné : AnSJ 20-21 X 1951, AśA et AOśJ, 29 XI 1951.

86  ADCz, AośJ, Interrogationes du 1 X 1956, p. 1.

87  AAN, UdSW, 5a/17.

88  Hanna ŚWIDA-ZIEMBA, Człowiek wewnętrzny zniewolony, Varsovie, INNS UW, 1998, p. 123sq.

89  AJG, tom XXIII, 2440, p. 343.

90  Entre juillet 1950 et décembre 1952, 28 religieux furent interrogés par l’UB.

91  AAN, KC PZPR, 237/V/158, p. 248.

92  Ibid., p. 240. AAN, UdSW, 8/96, p. 5.

93  En juillet 1949, le “miracle de Lublin” avait mis la Pologne en émoi. Sur fond de collectivisation, les fidèles se massèrent à la cathédrale, où l’on aurait vu couler une larme de l’icône de la Vierge. L’évacuation forcée du sanctuaire causa trois morts, et l’UB reçut pour consigne de veiller absolument à ce que de tels incidents ne se reproduisent pas. Jan ŻARYN, Kościół a władza [voir n.4.], p. 228.

94  AJG, 4310, p. 64-77 ; tom XXIII/2440, p. 245.

95  AAN, UdSW, 44/405, p. 3.

96  AJG, 3896, p. 18. Antoni JACZKOWSKI, Pielgrzymowanie [voir n.25], p. 123, 161.

97  APCz, KM PZPR/1, p. 36, 60; KM PZPR/166, p. 1. AJG, tom XXIII/2440, p. 245; Janusz ZBUDNIEWEK ZP, Jasna Góra w latach 1945-1956, épreuves, p. 11. Nous remercions l’auteur pour son aimable autorisation.

98  Jan ŻARYN, Kościół a władza [voir n.4.], p. 17.

99  APCz, KM PZPR/165, 20 IV 1951, p. 1.

100  Marian MIKOŁAJCZYK, Władza Ludowa [voir n.66], p. 10. ADCz, Ok. 1945-1952, p. 115. AAN, UdSW, 8/240, p. 1-5.

101  Ryszard GRYZ, Państwo  a Kościół [voir n.4], p. 83, APCz, KM PZPR/168, 6 X 1952, p. 1. AAN, UdSW, 133/190, p. 94-97.

102  AAN, UdSW, 18/215, p. 56;  APCz KM PZPR/165, 26 V 51 et 168, 12 VI 1952.

103  AAN, UdSW, 12/707.

104  Ryszard GRYZ, Państwo  a Kościół [voir n.4], p. 270.

105  AAN, UdSW, 18/194, p. 3.

106  AAN, 18/175, 133/190.

107  Après avoir contraint la rédaction à confier la diffusion du journal aux messageries Ruch en 1951, le Bureau Politique décida en août 1952 que les abonnements individuels ne seraient plus honorés. RAINA Peter, Kościół w PRL. Dokumenty, tom I : 1945-1959, Poznań, w drodze, 1994, p. 361.

108  Jan ZWIĄZEK, “Działalność wydawnicza Kurii Diecezjalnej w Częstochowie”, Częstochowa Studia Teologiczne, 2 (1974), p. 124.

109  ADCz, KWP-I, p. 120-123. Peter RAINA, Kościół w PRL. [voir n.107], p. 408-9.

110  AAN, Akta Bidy, 484/13, p. 61-100.

111  Dans le cadre d’une séparation de l’Église et de l’État proclamée en 1952 !

112  AAN, UdSW, 37/226, p. 1. ADCz, KWP-I, p. 107-8, 136, 190.

113  Il s’agissait de la Saint-Stanislas, évêque de Cracovie assassiné au XIe siècle sur ordre du roi. Il symbolisait donc l’opposition au pouvoir pour la défense des libertés religieuses.

114  Ryszard GRYZ, Państwo  a Kościół [voir n.4], p.333.

115  AAN, UdSW, 44/1032. Peter RAINA, Kościół w PRL. [voir n.107], p. 452.

116  AAN, UdSW, 21/88, p. 1-3.

117  AAN, UdSW, 23/16.

118  AAN, UdSW, 18/602, 37/359, 44/558, 46/557 ; Akta Bidy, p. 269.

119  Les considérations de santé étaient secondaires : les excursions sportives n’étaient pas soumises à ce régime. En 1979, l’argument sanitaire fut aussi soulevé pour tenter de limiter le nombre de pèlerins venus acclamer le Pape.

120  AJG, tom XXIII/2440, p. 325.

121  Janusz ZBUDNIEWIEK ZP, Jasna Góra w latach 1945-1956 [voir n. 97], p. 13.

122  Comme Mgr Sonik à Kielce ou Mgr Lorek à Sandomierz. Ryszard GRYZ, Państwo  a Kościół [voir n.4], p. 319-325.

123  APCz, KM PZPR/169, 3 X 1953, p. 1.

124  ADCz, KWP-I, p. 64. AAN, UdSW, 44/405.

125  Antoni DUDEK, Państwo a Kościół w Polsce [voir n.4], p. 44 sq.

126  AJG, tom XXIII/2440, p. 326. AAN, UdSW, 46/19, p. 1.

127  « Marie, Reine de Pologne (ter), je suis près de toi, je me souviens (bis), je veille ».

128  AJG, tom XXIII/2440, p. 338.  Janusz ZBUDNIEWIEK ZP, Jasna Góra w latach 1945-1956 [voir n. 97],p. 16-17.

129  Ibid, p. 34 sq. Témoignage du RP Tomiński (Karta, 555-Z/97).

130  Le 28 juin 1956, une grève y dégénéra en émeute anticommuniste : le bruit couru que le régime avait été renversé partout ailleurs. Les affrontements firent environ 80 morts.

131 Ryszard GRYZ, Państwo  a Kościół [voir n.4], p. 379-380.

132  Selon des témoignages, la foule occupait l’Aleja NMP jusqu'à 1,5 kilomètres du sanctuaire. 500.000 communions furent distribuées en deux jours. AJG, III-58, p. 2. Les estimations oscillent entre 300.000 personnes (chiffres donnés par le PZPR) et 1.000.000 (selon les Pauliniens). On est en revanche sûr que près de 15% du clergé se déplaça.

133  AJG, III-58, 2.2 à 2.4.

134  Le vide devint un motif fort des temps de la VIe religieuse sous la PRL : lorsqu’en 1966, les communistes arrêtèrent le tableau qui faisait un pèlerinage de paroisse en paroisse et le renvoyèrent à Jasna Góra, le pèlerinage continua avec un cadre vide, encore plus inconfortable pour le PZPR car il donnait une tonalité politique certaine aux manifestations.

135  Antoni DUDEK , Państwo a Kościół w Polsce [voir n. 4], p.  117.

136  ADCz, KWP-I, p. 194.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 782k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Thiriet, « Marx et Marie : communisme et Église à Częstochowa (Pologne) à l’apogée du stalinisme, 1950-1956 », Chrétiens et sociétés, 11 | 2004, 81-109.

Référence électronique

Damien Thiriet, « Marx et Marie : communisme et Église à Częstochowa (Pologne) à l’apogée du stalinisme, 1950-1956 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 02 mai 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2525 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.2525

Haut de page

Auteur

Damien Thiriet

Université Charles de Gaulle – Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org