Navigation – Plan du site
Articles

L’Action populaire au temps de la reconstruction 1946-1958

Étienne Fouilloux
p. 49-60

Résumés

L’Action populaire se relève de la guerre sous la direction timorée du P. Villain (1946-1952) puis sous celle, plus énergique, du P. Bigo (1952-1958). Pendant cette période, elle délivre des enseignements de plus en plus spécialisés au détriment de l’effort collectif, elle s’ouvre au tiers monde, mais échoue à atteindre les milieux populaires et elle se montre totalement fidèle à la doctrine de l’Église, s’éloignant ainsi des débats les plus vifs de l’époque.

Haut de page

Notes de l’auteur

Conférence prononcée lors du colloque pour le centenaire de l’Action populaire en octobre 2003.

Texte intégral

  • 1 Politique sociale et christianisme. Le Père Desbuquois et l’« Action Populaire », I. Débuts, syndic (...)
  • 2 G. Robinot-Marcy, « L’Action populaire », 1969, 42 p. dactyl., version longue, AFSJ, F 1695.
  • 3 Conservées à Vanves sous la houlette du père Bonfils, qu’on ne saurait trop remercier de son accuei (...)

1L’histoire des premières décennies de l’Action populaire est bien connue grâce aux deux volumes du père Droulers sur le père Desbuquois1, qui en fut tout à la fois le co-fondateur en 1903 et le directeur à partir de 1905, au point de s’identifier avec elle. Mais après son retrait le 31 juillet 1946, il n’existe rien de solide sur le parcours d’une maison qui continue pourtant de compter dans le panorama du catholicisme social en France, en dehors de documents issus d’elle2. C’est donc un premier défrichement qui est proposé ici, fondé pour l’essentiel sur les archives françaises de la Compagnie de Jésus3. Au prix d’une impasse sur les années 1944-1946, période de redémarrage qui mériterait à elle seule une étude approfondie, on s’attachera surtout aux deux supériorats passablement différents du père Villain (1946-1952) et du père Bigo (1952-1958), quitte à suggérer en bout de course quelques hypothèses sur les années 1960.

Les difficultés du père Villain

  • 4 Paul Droulers, II, p. 342.
  • 5 Ibid., p. 395n.

2Né à Brest en 1892, polytechnicien et officier du Génie durant la Grande Guerre, Jean Villain est entré en 1919 dans la Compagnie, qui l’a assigné à l’Action populaire en 1930. Il y est rapidement devenu le « bras droit » du père Desbuquois4. Aussi en est-il promu vice-directeur avec résidence à Vanves dès son retour de captivité en octobre 1941, alors que Desbuquois est réfugié à Lyon depuis 1940. En dépit de quelques frictions avec ce dernier du fait de l’éloignement, puis de la réunification à Vanves fin septembre 1943, c’est lui qui en recueille logiquement la succession trois ans plus tard : « malgré des déficits » que n’explicitent pas les provinciaux5, sa nomination à la tête de l’Action populaire apparaît alors l’unique solution viable ; comme son prédécesseur, il devient tout à la fois supérieur de la communauté religieuse et directeur de l’œuvre.

3Quels sont donc ces « déficits » ? Les documents disponibles en signalent au moins deux. Le père Villain a vécu depuis 1930 dans l’ombre de Desbuquois au sein d’une équipe restreinte soudée autour de son chef. Il n’a été qu’un second, écouté et compétent, mais un second tout de même. Il ne se fait d’ailleurs pas d’illusion sur ses talents d’animateur, au point de demander à être remplacé dès son premier rapport :

  • 6 Rapport (au préposé général Janssens), 1er juillet 1947, p. 1 (F 1709/2).

4« Ce qu’il faudrait à une maison si complexe, ce serait un grand supérieur, tant au point de vue spirituel qu’au point de vue intellectuel : en somme un grand chef. Il est évident que ce n’est pas le cas actuel ; j’ai bien l’impression d’assurer un intérim »6.

5Cet « intérim » va durer en fait deux mandats triennaux qui font rentrer l’Action populaire dans la norme jésuite, après la longue exception Desbuquois. Mais là est bien le problème : Villain nourrit un complexe d’infériorité vis-à-vis de son ancien patron, pourtant bien discret dans sa retraite forcée. Et le thème de son insuffisance revient comme une litanie dans ses rapports jusqu’en 1952.

  • 7 II, p. 369.
  • 8 C’est lui qui représente l’Action populaire à la Semaine sociale de Toulouse, en juillet 1945, avec (...)

6D’un point de vue plus « politique » et moins personnel, le père Villain pâtit en outre de ses prises de position favorables à certaines des réformes sociales du Gouvernement de Vichy ; en particulier son approbation du syndicalisme corporatif dans une brochure largement diffusée de décembre 1941 : La Charte du travail et l’organisation économique et sociale de la production. « Cette brochure fera un tort durable à la réputation de l’A. P. et à son influence sur le monde ouvrier chrétien », écrit le père Droulers7. Fort de l’appui du cardinal Suhard qui en a fait son conseiller social et le secrétaire de la Commission sociale de l’Action catholique, Villain fut partiellement suivi par l’Assemblée des cardinaux et archevêques en 1941 et 1942, mais se brouilla avec les principaux responsables du syndicalisme chrétien, fermes partisans d’un retour au pluralisme. Aussi apparaît-il mal placé pour faire l’unité d’une équipe alliant des tenants du maréchal Pétain à des partisans de la Résistance comme le père Adrien Desqueyrat, opportunément mis en avant après la Libération8. L’affectation à Vanves en 1946 du père Henri Chambre, de la province de Lyon, qui a joué un rôle militaire important dans la Résistance rhône-alpine, ne manque pas de susciter des divergences que le souvenir du père Victor Dillard, mort à Dachau en janvier 1945 après avoir tenté en vain d’infléchir le cours de la Révolution nationale, ne suffit pas à gommer.

  • 9 « L’Action populaire en 1948-1949 », p. 2 (F 1697).
  • 10 Document du 30 décembre, pp. 1-2 (F 1698).

7Peut-on d’ailleurs parler à bon droit d’équipe ? « Il ne s’agit plus d’une petite équipe serrée autour d’un chef dont elle est l’émanation et le prolongement », constate le père Villain dans son rapport sur l’exercice 1948-1949, mais « d’un groupe de spécialistes dont il s’agit d’orienter, de contrôler et d’harmoniser les efforts »9. « Il est certain que la maison est devenue très lourde : nous sommes loin de la petite équipe dynamique des origines », confirme le compte rendu de la visite des 5-9 décembre 1949, qui qualifie pourtant d’erreur la tentation « d’établir des comparaisons avec le passé au détriment du présent »10.

8L’Action populaire connaît en effet un important renouvellement de personnel autour de la guerre. Aux anciens que sont, avec Villain, les pères Desqueyrat, Guichard, Le Roy, de Lestapis, Robinot-Marcy ou Sauvage, viennent se joindre des confrères plus jeunes : Berteloot, Bigo, Bosc, Chambre, Drogat, Serve, de Soras ou Virton.

  • 11 Le nonce Roncalli participe à la retraite qu’il prêche à la Villa Manrèse de Clamart en décembre 19 (...)
  • 12 G. Robinot-Marcy, L’Action populaire, op. cit., p. 33.

9Cette évolution quantitative, qui gonfle les effectifs, recouvre une évolution qualitative autrement importante. Dans l’optique des derniers rapports du père Desbuquois, les provinciaux choisissent d’affecter à l’Action populaire des religieux en voie d’acquisition d’une solide compétence technique dans un domaine précis. Si Alfred de Soras se fait surtout une réputation de prédicateur et de conférencier11, Stanislas de Lestapis devient un spécialiste reconnu des questions familiales et démographiques ; Jean Serve un expert en agriculture de niveau international ; et Henri Chambre l’un des meilleurs connaisseurs français de l’Union soviétique. Ainsi l’Action populaire s’éloigne-t-elle de la formule « secrétariat social et pastoral »12 tous azimuts qui a fait sa réputation et devient-elle plutôt un foyer d’enseignement supérieur et de recherche en matière sociale.

  • 13 Rapport du 26 janvier 1949, p. 2 (F 1709/2).
  • 14 Rapport du 7 août 1949, p. 1 (même dossier).

10Dès 1947, le rapport du père Villain pointe l’inconvénient majeur d’une telle évolution qui revient de façon lancinante dans divers documents de son supériorat : l’Action populaire réunit une collection de spécialistes incapables de sortir de leur discipline pour assurer à la maison une vie communautaire et une action concertée. « Accrue par le tempérament individualiste si fréquent dans la Compagnie en France »13, cette difficulté pousse le supérieur à des jugements sévères sur sa maison (« caravansérail », « pension de famille ») et sur quelques-uns de ses subordonnés. Il souligne les carences du régime religieux de Vanves, dues pour partie aux « conséquences de la guerre, malheureusement difficiles à résorber »14, qui susciteraient l’étonnement des pères de passage. De l’avis de tous les rapporteurs et visiteurs, l’Action populaire de l’après-guerre a perdu en cohésion ce qu’elle a gagné en compétence ; elle est désormais plus connue par ses techniciens, qui ne l’engagent pas comme telle, que par sa visibilité collective.

  • 15 Entre 53 participants (1951) et 81 (1949), Revue de l’Action populaire, juin 1953, p. 502.

11Ces problèmes n’empêchent pas la vie de reprendre son cours. Rapport après rapport, le supérieur de l’Action populaire se félicite du succès de deux des activités traditionnelles de la maison. L’Institut d’études sociales fondé sous sa responsabilité à l’Institut catholique de Paris en 1923 procure une formation supérieure à un nombre croissant de prêtres et de laïcs, français ou étrangers. D’ambition plus modeste, les sessions sacerdotales de 12 jours inaugurées par le père Villain pendant la guerre, qui se déroulent chaque année en début de Carême dans la Villa Manrèse de Clamart, offrent au clergé français, dans ses élites surtout, la possibilité d’une initiation accélérée15, que démultiplient les sessions diocésaines.

  • 16 J. Goussault (provincial de France), 3 mars (F 1698).

12Les mêmes rapports soulignent la difficile et inégale reprise des publications. Pourtant suspendues dès 1940, elles n’obtiennent l’autorisation de reparaître qu’en décembre 1945 pour les Travaux de l’Action populaire (transformés en Revue de l’Action populaire à partir de 1950) ; en octobre 1946 pour les Cahiers d’action religieuse et sociale. Sans pour autant retrouver leur audience d’avant-guerre, ceux-ci sont les seuls à tirer correctement leur épingle du jeu, sous la houlette du père Sauvage qui les a fondés en 1933. Leurs mises au point non signées sur les grandes questions de l’heure continuent d’alimenter la réflexion de nombreux militants. Ils seraient toutefois tombés à moins de 8000 abonnés en 1952, alors qu’ils en auraient compté 9500 en 1946, selon des chiffres dont la fiabilité est incertaine. « On pourrait souhaiter que […] leur information s’élargisse et prenne parfois un ton plus personnel », suggère le mémorial de la visite de 195116. Fonds commun pour les bulletins paroissiaux, le mensuel Peuple de France, souffre pour sa part d’une concurrence accrue : sa diffusion aurait diminué de moitié entre 1947 (160 000) et 1952 (80 000).

  • 17 Ibid.

13Quant aux Travaux, puis à la Revue d’Action populaire, ils connaissent un déclin inquiétant : forts de plus de 5000 abonnés en 1946, ils seraient tombés à moins de 2000 en 1952, alors que les Études retrouvent leurs 13 000 abonnés dès 1946. Et leurs déboires illustrent bien l’une des carences majeures de l’Action populaire après guerre, si l’on en croit le mémorial de la visite 1951, seul document consulté qui soit quelque peu explicite en la matière : « il est désirable que la Revue de l’Action populaire intéresse davantage les membres de l’équipe et qu’elle publie des articles de valeur, dans les lignes que nous marque l’Église », précise-t-il17. Il faudrait une analyse approfondie de la gestion et du contenu du périodique pour aller au-delà d’une critique isolée qui confirme néanmoins le manque de cohésion de la maison de Vanves. Aussi actifs soient-ils, les responsables successifs de la Revue, Adrien Desqueyrat et Stanislas de Lestapis, ne sauraient en assumer seuls la charge sans l’aide de leurs confrères. Un tel manque de dynamisme collectif est sans doute l’un des principaux handicaps de l’Action populaire sous la direction du père Villain.

  • 18 Lettre du 20 mai, citée par Droulers, II, p. 394n.

14Dans un paysage économique, social et religieux passablement modifié, elle campe sur des positions qui peuvent paraître timides. Dès 1946, le père de Gorostarzu, alors provincial de Toulouse, transmettait à Desbuquois l’opinion du cardinal Saliège selon lequel « L’A. P. piétine un peu »18. Ce que concède volontiers le père Villain un an plus tard :

  • 19 Rapport cité du 1er juillet 1947, pp. 3-4.

« son souci de fidélité la fait parfois accuser de manquer de hardiesse, de n’être pas assez dynamique, de n’avoir pas le souffle prophétique. Ces accusations sont partiellement fondées et il est vrai qu’il y a actuellement dans l’Église de France des organismes plus en flèche que l’A.P. et par conséquent plus attirants mais qui doivent parfois leur popularité à leur témérité »19.

15Le supérieur de Vanves est toutefois incité à la prudence par les différentes autorités de la Compagnie. « L’important n’est pas d’être “en flèche” si c’est au détriment de la sûreté doctrinale ou sous l’effet d’un snobisme mal placé », lui répond le père Janssens le 29 juillet.

« Refusez énergiquement de gagner en popularité par la témérité, visez à donner un enseignement sûr et précis ; ce qui ne veut pas dire statique ; apportez aux prêtres et aux militants d’Action catholique une doctrine solide, condition d’ailleurs d’initiatives audacieuses, mais non téméraires, sur le terrain des réalisations »,

  • 20 F 1709/1.

16ajoute-t-il20. « L’Action populaire est maintenant une institution », confirme le compte rendu de visite de décembre 1949, peu après une lettre du général encourageant pourtant l’apostolat social au sein de la Compagnie.

  • 21 Document cité, p. 1.

« On ne lui demande pas de rester en arrière ; mais la confiance que la Hiérarchie en France veut bien lui faire doit l’empêcher de se permettre des verdeurs de langage pardonnables dans certaines circonstances à des organismes plus jeunes »21.

  • 22 Document cité, p. 3.
  • 23 « Les Nord-Africains et nous », numéro 59 de mai, pp. 321-396.
  • 24 Lettres du 3 juin 1949 et du 15 juin 1950 (sur les rapports entre capital et travail au sein de l’e (...)
  • 25 Rapport cité du 26 janvier 1949, p. 2.

17La leçon est entendue. Les buts de l’Action populaire restent « les mêmes que par le passé : présenter la lumière chrétienne sur les doctrines et les activités d’ordre social, ce mot étant pris dans son sens le plus large », écrit le père Villain dans son rapport pour l’année 1948-194922. Si la revue ne manque pas d’audace sur certains problèmes concrets, comme le prouve, par exemple, l’ensemble consacré en 1952 à l’immigration des travailleurs maghrébins en France23, elle reste sur le fond la fidèle interprète de la doctrine sociale de l’Église dans ses derniers développements romains. Par deux fois cependant, le père Villain manifeste sa perplexité envers des interventions de Pie XII qui semblent écarter des réformes de structure utiles à ses yeux ; mais il manifeste son désaccord en privé, auprès du père Janssens24. Vis-à-vis de l’extérieur les mots d’ordre demeurent prudence et fermeté doctrinale, auxquels il est rare qu’un rapport ne fasse pas allusion. Ce sont eux qui justifient une confiance hiérarchique dont le père Villain est le principal bénéficiaire, notamment de la part du cardinal Suhard, qui a confié trois ans de suite à Vanves la retraite des jeunes prêtres du diocèse de Paris25.

« Cette année il avait recours à nous pour des affaires délicates, comme celles des chrétiens progressistes et de l’abbé Boulier ; surtout, il m’avait demandé très instamment de former une commission de laïques pour mettre sur pied un programme de réformes économico-sociales susceptibles de satisfaire les aspirations populaires, tout en étant conformes aux enseignements de l’Église. Enfin il avait tenu à ce que je prenne part aux petits conciliabules qui cherchent à préciser les données du problème actuel de l’École en France »,

  • 26 P. 3 (F 1709/2).

18apprend-on de façon allusive dans le rapport du 7 août 1949. « J’ai eu bien souvent l’impression qu’il faisait confiance à notre sûreté de doctrine », conclut le supérieur de l’Action populaire26. Et cette confiance survit à la disparition du fondateur de la Mission de Paris :

  • 27 Evêque auxiliaire de Paris et secrétaire général de l’Action catholique.

« quand il s’est agi de susciter une Action catholique ouvrière pour les adultes, Mgr Courbe27 a demandé au R. P. Provincial de m’autoriser à faire partie de la commission restreinte chargée d’en élaborer les grandes lignes »,

  • 28 P. 2 (1709/2).

19signale Villain dans son rapport du 29 janvier 195028.

  • 29 Dans le chapitre inédit sur les Jésuites de sa thèse de doctorat : Catholiques et Action française. (...)
  • 30 Les Carnets du cardinal Alfred Baudrillart. 13 février 1932-19 novembre 1935, Paris, Cerf, 2003, p. (...)

20Les avantages d’une telle confiance ne sont pas niables ; mais ils ont aussi leur coût. La fidélité de l’Action populaire aux options pontificales a pu naguère lui conférer un rôle pionnier. Ce fut le cas dans l’affaire de l’Action française, comme l’a bien montré Jacques Prévotat29 ; ce fut parfois le cas aussi en matière économique, jusqu’à lui valoir dans la bouche de Mgr Baudrillart, recteur de l’Institut catholique de Paris, le qualificatif infamant de socialiste30. Le temps de ces combats en pointe paraît révolu : après avoir fait figure de soutien de la Révolution nationale, l’Action populaire épouse clairement la ligne défensive adoptée par Pie XII dans les affrontements de la « guerre froide ».

21Certains des religieux affectés à Vanves souffrent d’un tel conformisme. « Un esprit critique, dont l’origine est dans un petit groupe de Pères d’une Province (Lyon) » (« avec laquelle l’Action populaire a presque toujours été en délicatesse »), penche pour l’adoption d’une ligne plus inventive :

« ils trouvent que nous ne sommes pas assez progressistes, pas assez prophètes, et ils voudraient nous voir emboîter le pas sur Économie et Humanisme, Jeunesse de l’Église et même Esprit »,

  • 31 P. 3 (F 1709/2).
  • 32 Ce qui n’est pas faux.

22reconnaît Villain dans son rapport du 29 juillet 194831. Jean Serve, Alfred de Soras et Henri Chambre sont alors les trois représentants de la province de Lyon à l’Action populaire. Mais « le plus marquant d’entre eux, le Père Chambre, a son cœur à Esprit plutôt qu’à l’Action populaire »32, regrette le supérieur de celle-ci, au point de songer à demander son départ : un « sérieux avertissement » suffit en 1948, mais il sera suivi de plusieurs autres.

  • 33 Affirmation inexacte, comme le prouve la lettre reçue du père de Gorostarzu, assistant de France, l (...)

23Quant aux remous dus à la « nouvelle théologie », ou supposée telle, dans lesquels se trouvent pris d’éminents jésuites français à partir de 1946, ils ne semblent affecter l’Action populaire que par la bande. Celle-ci ne possède en effet aucun philosophe ou théologien de métier et ne s’enhardit guère hors des problèmes économiques et sociaux. Pourtant, il a été décidé de lui assigner à partir de 1947, pendant la durée de leurs études à la Faculté de droit ou à l’Institut d’études politiques de Paris, des scolastiques en fin de formation destinés à assurer sa relève : Jean-Yves Calvez, Jean-Louis Fyot, Roger Heckel, Joseph Joblin, Émile Pin, Jean Weydert notamment. Le père Villain se félicite de leurs succès universitaires, mais aussi du sang neuf qu’ils apportent temporairement à la maison de Vanves. Ce sont pourtant eux qui provoquent l’unique allusion à la crise théologique dans la documentation consultée. « Ces scolastiques ont évidemment tous été très troublés par l’affaire de Fourvière et ils sont venus m’en parler », écrit le supérieur dans son rapport du 24 juillet 1950, quelques semaines après la purge du théologat lyonnais. Sa réponse laisse quelque peu rêveur : « ignorant tout du fond de l’affaire33, je n’ai pu que leur dire ce qui m’avait été dit à moi-même : de faire confiance aux supérieurs ». Et le père de Gorostarzu de confirmer, au nom du père Janssens, dans sa lettre du 17 février 1951 :

  • 34 F 1709/1.

« Savoir ce que veut l’Église et poursuivre avec ténacité ses objectifs, c’est la garantie du bon et fructueux combat. On reçoit des coups même des arrières, ce qui ne facilite pas la besogne. Mais ces épreuves doivent être prises avec foi et confiance»34.

24Sans commentaire.

  • 35 P. 3 (F 1697).
  • 36 J. Goussault, mémorial de 3 mars (F 1698).

25En 1951 toujours, la réunion des provinciaux maintient le cap en invitant l’Action populaire à se garder symétriquement des extrémistes de gauche comme de ceux de droite : Quinzaine, Jeunesse de l’Église, Bulletin d’information et de recherche (du père dominicain Desroches) d’un côté ; Pierre Lemaire, Verbe, Solesmes de l’autre35. D’ailleurs, le but de l’équipe n’est pas de s’engager dans des combats douteux, mais de « se donner d’abord et complètement à l’étude et à des travaux de fond »36.

  • 37 Rapport du 31 janvier 1951, p. 2 (F 1709/2).
  • 38 P. 2 (F 1709/2).
  • 39 P. 3 (F 1709/2).

26Au fur et à mesure que les années passent, les rapports du père Villain sont de moins en moins optimistes. Il plaide en vain pour le transfert de l’œuvre à Paris, comme il en a « le désir depuis quinze ans »37. Et son vœu de remplacement se fait plus pressant. Il faut à l’Action populaire « un Supérieur jeune capable de s’imposer tant par sa valeur religieuse que par sa supériorité intellectuelle et par la sécurité de son jugement ; un homme aussi qui, en matière sociale ait pleinement l’esprit de l’Église », écrit-il le 15 août 195138. Face aux divergences internes qu’il ne parvient pas à réduire, il réaffirme le 8 février 1952 sa fidélité à la ligne du père Desbuquois : « nous devons avant tout étudier et livrer la pensée de l’Église sur les grands problèmes de la vie sociale contemporaine »39.

27Entre temps, le compte rendu de la visite 1951 décèle « un malaise assez vite perçu quand on observe la maison ». Mais « sur quel point exactement porte-t-il ? Sur le Père Supérieur ou sur telle ou telle question organique » à l’Action populaire au début des années 1950 ? Les deux semble-t-il, d’après le bilan établi. S’il y a unanimité sur la proposition suivante : « L’Action populaire est chargée de l’initiation des catholiques au domaine social, par l’exposé de la doctrine dans les différents milieux », les divergences apparaissent vite au-delà de cet accord minimal : sur la place à accorder à l’économie, au « fait marxiste » ou encore à « l’engagement ». Une majorité se dégage pour le transfert à Paris, rue de Sèvres. Personne ne conteste le déclin de la Revue et de Peuple de France, dont on prédit « la fin à brève échéance » ; et tout le monde incrimine la responsabilité des Éditions Spes, qui les fabrique, dans un tel déclin. Les compliments sont rares sur le supérieur, qui « voit davantage le côté négatif des choses » et dont le « premier réflexe est plutôt défensif ». Il s’intéresse trop peu aux questions matérielles ou financières ; son temps est trop accaparé par la responsabilité de la mission ouvrière jésuite et par ses multiples charges de consultant qu’il ne partage pas plus avec ses subordonnés que ne le faisait le père Desbuquois. Bref,

« la maison accuse un certain flottement, c’est incontestable. Mais depuis toujours les Provinciaux ont laissé l’A. P. se gouverner elle-même […] N’auraient-ils pas à être actuellement plus explicites dans leurs directives ? »

  • 40 « Compte rendu après la Visite de l’Action populaire », 2 décembre 1951, 4 p. (F 1698).

28Faute de consensus immédiat sur un supérieur qui fasse mieux que le père Villain, ils demandent un rapport exploratoire au père Bigo40.

La relance du père Bigo

  • 41 Rapport du 15 août 1951, p. 2 (F 1709/2).
  • 42 P. 3 (F 1697).

29Cette démarche n’est pas due au hasard. Déjà en 1945-1946, le nom de Pierre Bigo a été prononcé pour la succession de Desbuquois : né en 1906 à Marcq-en Barœul, cet ancien élève de l’École libre des sciences politiques, doté d’une double licence en lettres et en droit, a toutefois paru trop jeune pour assumer la responsabilité d’une maison où il n’a été assigné qu’en 1941. Son influence y augmente ensuite sensiblement : dès le 26 janvier 1949, Villain ne voit que lui comme solution de remplacement interne, malgré un caractère jugé entier, voire autoritaire, et une « puissance de travail limitée ». Mais il salue ensuite l’expérience du monde ouvrier que lui confère son stage en usine, et surtout la soutenance brillante de sa thèse de doctorat sur « Humanisme et économie politique chez Marx »41. Le père Bigo correspond donc assez bien au portrait robot qu’il esquisse pour la réunion des provinciaux de 1951 : « un supérieur assez jeune, s’imposant par ses connaissances et son tempérament de chef »42.

30De plus, ses lettres de consulteur pour la Curie généralice n’ont cessé de proposer des solutions modérées pour quelques-unes des carences détectées à Vanves. Tournée principalement vers des « hommes chargés de responsabilités qui cherchent des solutions assez audacieuses pour répondre aux nécessités de l’heure, mais assez sages pour pouvoir s’y engager avec sécurité », l’Action populaire dispose d’un « prestige moindre auprès des intellectuels et des jeunes ». Et elle ne retrouvera leur audience,

« sans rien abandonner de la prudence qui fait sa force, qu’à condition de relier plus nettement son action à des doctrines et à des idées, et à condition de collaborer activement aux recherches et aux réalisations qu’appellent les mouvements sociaux d’aujourd’hui ».

  • 43 « Litterae consultoris in domo <AP>» (F 1709/6).

31Bref, « on souhaiterait la voir plus inventive dans le domaine de la pensée et de la recherche », écrit-il le 29 décembre 194743. « Économie et Humanisme », qui sert visiblement d’étalon, a supplanté l’Action populaire dans ces deux catégories. Pour les regagner,

« notre action pourrait […] être mieux coordonnée. Par ailleurs, il n’est pas sans inconvénient que notre rôle doctrinal de conseil et d’enseignement prenne le pas à ce point sur notre rôle de pensée et d’action. Nous sommes des consulteurs et des professeurs, pas assez peut-être des chercheurs soucieux d’initiatives et de contacts »,

  • 44 F 1709/6.

32précise-t-il le 22 janvier 194944.

33Quant à sa lettre du 31 janvier 1951, elle propose un véritable programme alternatif après un bilan sans complaisance qui n’épargne pas le père Villain :

« Un scepticisme naturel lui fait voir, à toute entreprise, les objections plus que les solutions. Spontanément, il n’encourage pas, il ne fait pas confiance. Il se réserve les responsabilités au dedans et au dehors : jamais la maison n’a été aussi monocéphale. Ses directives sont restrictives ».

  • 45 F 1709/6.

34Mais le malaise est plus profond : « il y a un manque d’idées et de volonté directrices ; les activités ne sont pas coordonnées », ce que rend d’ailleurs difficile la présence de « tendances politiques divergentes » dans la communauté ; l’Action populaire s’adresse presque uniquement aux milieux chrétiens aisés, alors qu’elle devrait s’orienter vers « les milieux populaires et leurs têtes » ; enfin, la situation financière est inquiétante. Il faut  des réunions d’équipe plus fréquentes, un recentrage des revues sur leur objectif premier et une prise de conscience missionnaire qui incite à des ministères de rencontre avec l’incroyance dans le monde ouvrier comme dans le monde rural45.

35Bigo profite d’un premier rapport, sur le transfert à Paris, pour enfoncer le clou sur l’élargissement social de l’audience d’une Action populaire qui ne mériterait plus son nom : tout se passe comme si elle n’avait pour but que de « faire connaître la pensée sociale de l’Église dans les milieux cultivés ». Or, selon Bigo, sa « mission propre » devrait être

« d’aider une pensée et une action populaires à se construire chrétiennement, d’aider les dirigeants ouvriers et ruraux à réaliser la promotion de leurs milieux dans un sens chrétien ».

  • 46 Rapport pour la réunion des provinciaux sur le transfert, 6 janvier 1952, F 1709/6.

36Son absence sur ce terrain explique à ses yeux « bien des errements actuels ». Or son installation rue de Sèvres, rejetée par les provinciaux, éloignerait un peu plus l’Action populaire de tels milieux et lui ferait perdre de surcroît son indépendance46. De quelques jours postérieurs, le rapport d’ensemble qui lui a été demandé est d’une sévérité qui confine à l’injustice. « Ce sera très, très difficile », prévient-il d’emblée. Car la maison passe par « une crise de débandade », revues et sessions ayant été « très abandonné[e]s » pendant 6 ans, tout comme la publicité à usage externe. Lui-même se chargerait volontiers de ces trois secteurs, mais pas sans soutien. Il fait valoir que la dernière affectation plénière à l’Action populaire depuis 1946 fut celle d’Henri Chambre. Aussi réclame-t-il deux jeunes pères pour les deux revues. Sans eux, la relève ne sera qu’un « faux départ ». Avec eux,

  • 47 Rapport du 18 janvier 1952, adressé au père Pillain, provincial de Champagne (F 1709/6).

« nous prenons tout de suite l’offensive. Nous passons notre temps, depuis des années, à envisager des positions de repli. La méthode ne vaut rien. Il faut la renverser »47.

  • 48 P. 1 (F 1709/2).

37Une telle détermination apparaît convaincante, puisque les provinciaux accordent au père Bigo la pleine succession de Villain, nommé le 20 juillet 1952 à la direction des Études. Le 27, il prend congé de vingt-deux ans d’Action populaire dans une lettre où il adjure ses anciens subordonnés de s’« aimer différents »48.

  • 49 1952 par erreur.

38Les comptes rendus d’activité initiaux du père Bigo, datés respectivement du 23 janvier 195349 et de mai 1953, expriment un optimisme plus équitable pour le travail antérieur que ses récentes critiques. « C’est une œuvre solide et une bonne Communauté que m’a laissées le Révérend Père Villain », annonce-t-il d’emblée dans le premier, qui met à l’actif de Vanves la confiance de la hiérarchie, le « plein essor » de l’Institut d’études sociales et… la session de Clamart dont il faut cependant adapter la formule aux urgences de l’actualité :

  • 50 P. 5 (F 1709/2).

« Elle abordera les problèmes soulevés par le Père Montuclard, et les problèmes d’organisation économique que des prêtres de cette envergure […] ne peuvent ignorer (Plan Monnet, Aménagement du Territoire, Plan Schuman) »50

  • 51 « Elle baignera dans l’actualité », grâce notamment à la rubrique « L’événement », écrit-il dans so (...)
  • 52 Paris, Presses universitaires de France, 1952 et 1953.
  • 53 Document cité, pp. 6-7.
  • 54 Ibid., p. 5.

39Pas question toutefois de gommer le passif. Bigo compte relancer la Revue de l’Action populaire, devenue trop technique à son goût, par l’introduction de chroniques lui permettant de mieux répondre aux sollicitations de l’événement sans pour autant perdre sa « haute valeur doctrinale »51. Le sauvetage de Peuple de France passe par l’élaboration de numéros spéciaux pour les grandes fêtes, diffusés en lien avec les paroisses missionnaires. L’Action populaire n’avait guère divulgué ses recherches de fond depuis la Libération : c’est chose faite avec la publication des Dimensions de l’homme en science économique, du père Fyot, et de Marxisme et humanisme. Introduction à l’économie politique de Karl Marx, du père Bigo lui-même (Prix de la meilleure thèse française de l’année)52. Les points noirs demeurent un travail « en ordre dispersé », le déficit budgétaire et le manque de sang neuf : faute d’avoir obtenu de ses supérieurs les deux jeunes pères demandés, Bigo estime n’avoir « personne, ici, sur qui je puisse faire fond pleinement pour l’orientation de notre pensée et de notre apostolat » (alors que l’équipe compte douze religieux, sur le papier du moins, en mai 1952)53. Il signale néanmoins comme un grand succès son travail « d’arrache-pied et en secret », avec Desqueyrat, pour le plan 1953 de la CFTC auquel Gaston Tessier leur a demandé de collaborer : le contentieux sur la Charte du travail de Vichy est clos54.

  • 55 « L’Action populaire en mai 1953 », 5 p. dactyl. (F 1697).

40Plus bref, le rapport de mai 1953, enregistre les premiers signes de reprise. Toujours sous la houlette du père de Lestapis, la Revue connaît, grâce à une meilleure coordination des efforts, un certain renouveau. Les numéros de Peuple de France pour Noël 1952 et Pâques 1953 ont été respectivement diffusés à 250 000 et 550 000 exemplaires. Plus régulières et plus suivies, les « réunions mensuelles de l’équipe sont goûtées et on y fait du bon travail » (mais on annoncera leur reprise aux journées d’octobre 1958…). L’ouverture de la maison sur l’extérieur se confirme : la direction de la CFTC a adopté à l’unanimité le plan auquel l’Action populaire a collaboré (en secret il est vrai). Trois groupes de réflexion avec des laïcs ont été mis sur pied : travail féminin, licenciement et chômage, gestion des fortunes privées. Les deux premiers au moins confirment la volonté de rejoindre les préoccupations populaires55.

41La grande affaire du père Bigo, en matière de publicité, n’est autre que la célébration du cinquantenaire de l’Action populaire, retardée de quelques mois parce que l’archevêque de Paris Mgr Feltin, ancien élève du père Desbuquois au collège de Dijon, tient à y participer : en janvier il était à Rome pour le consistoire qui le promouvait cardinal. Soigneusement préparée et précédée de lettres louangeuses du père Janssens (20 mai) et de Mgr Montini de la part de Pie XII (27 mai), la cérémonie se déroule à Vanves le 3 juin, en l’absence du père Desbuquois, malade. Elle commence le matin par une messe, se poursuit par la visite d’une exposition qui retrace les grands moments de l’œuvre, puis par un banquet au cours duquel le père Bigo évoque les fondateurs Henri Leroy et Gustave Desbuquois. La réponse du cardinal Feltin n’a rien d’anodin :

« Merci encore au nom de l’Église, dit-il, parce qu’avec vous on est en sécurité […] En présence des tentatives du libéralisme, l’Action populaire a été une vigie. Les publications ont toujours su se tenir dans la note juste. C’est une de nos joies de pouvoir dire que malgré l’abondance des écrits, jamais une ligne n’est sortie de cette maison qui eût pu être blâmée par l’Église ».

42Plus que jamais, l’œuvre fait ainsi figure de référence pour l’Église de France dans ses rapports avec la société ambiante.

  • 56 Pages 481-502, et dossier F 1708.

43La liste des invités aux agapes éclaire son audience et aussi les limites de celles-ci : outre les membres de l’état-major du clergé français (Feltin, Blanchet, Courbe, Villot) et les supérieurs jésuites, on y trouve Charles Flory (Semaines sociales), Joseph Folliet (Chronique sociale), Alfred Michelin et le père Gabel (Bonne Presse), Gaston Tessier (CFTC), Louis-Joseph Lebret (Économie et Humanisme), ainsi que les aumôniers et les dirigeants des principaux mouvements d’Action catholique. Mais personne à la gauche de Jean Baboulène, qui représente Témoignage chrétien. Enfin une réception plus large, à 17 heures, est ouverte par un exposé du père de Lestapis : « 50 années d’apostolat social à l’Action populaire », reproduit sans signature dans la livraison de juin de la Revue, avec des documents annexes sur l’activité de la maison de Vanves56.

  • 57 F 1709/1.
  • 58 Revue de l’Action populaire, juillet-août 1953, pp. 606-613.

44La fête terminée, une question essentielle demeure : le père Bigo a-t-il gagné le pari qu’il a engagé en 1952 ? Il n’est pas si facile d’y répondre, parce que les documents issus de son supériorat sont beaucoup moins nombreux que ceux du supériorat Villain. Un point au moins apparaît sûr : la ligne générale qu’on pourrait appeler médiane, qui plaît tant à l’épiscopat, est fermement maintenue contre les tentations de gauche comme de droite. L’affaire du « progressisme », c’est-à-dire de la collaboration avec les communistes, qui agite encore les milieux catholiques en France et à l’étranger malgré de multiples condamnations romaines, en fournit la meilleure preuve, conformément aux vœux de la Curie généralice : « Que l’on ait soin en particulier de combattre l’envoûtement qu’exerce auprès de certains, même dans la Compagnie, la philosophie marxiste », écrit le père de Gorostarzu au provincial de Champagne, le 17 mai 195257. Après un voyage sur place, le père Bosc rédige une chronique, « Catholiques de Pologne », qui critique, avec ménagement pourtant, le suivisme du mouvement « Pax » par rapport au régime58. L’état-major de celui-ci, y réplique le 4 décembre 1953 par une longue lettre dont la demande de publication ne sera pas acceptée.

« C’est avec un profond regret que nous constatons que votre honorable revue a pris part à la campagne de presse déchaînée au sujet des événements qui ont eu lieu en Pologne, il y a quelques semaines, dans le domaine des rapports entre l’Église et l’État ».

  • 59 F 1735 (le cardinal Wyszynski vient d’être interné).

45Pour les signataires, l’affaire n’a rien de religieux : elle est d’ordre purement politique ; pour ne pas l’avoir compris, l’Action populaire a fait le jeu du camp occidental et de « la propagande démentielle de son anticommunisme militant »59.

  • 60 « Le conflit du christianisme et du marxisme. Questions au R. P. Bigo », avril 1954.
  • 61 « Compte rendu après la Visite de l’Action populaire », 2 décembre 1951, p. 4 (document cité).
  • 62 Rapport cité de mai 1953, p. 4.

46Même réaction de l’ex-abbé Boulier en France, contre l’article de Bigo intitulé « Le conflit du marxisme et du christianisme », publié dans la revue en mars 1954, et confirmé l’année suivante par une brochure de large diffusion, Le progressisme. Aspects doctrinaux. Il y répond aussitôt dans la revue communisante Europe60. L’Action populaire et son directeur ne sont donc pas suspects de sympathies progressistes. La gauche chrétienne les tient même, avec raison, pour de redoutables adversaires. À Vanves, seul le père Chambre ne partage pas pleinement la position de son supérieur, dont il a d’ailleurs déconseillé la promotion61. Estimant à mots couverts que Chambre a des réactions trop « politiques »62, Bigo ne le quitte pas des yeux :

« Le Père Chambre vient de donner à la censure son ouvrage achevé sur “L’idéologie soviétique”. Je veillerai très particulièrement à ce que ce livre soit strictement conforme à la doctrine sociale de l’Église »,

  • 63 P. 2 (F 1706/9).
  • 64 1958 a été rajouté (F 1697).

47écrit-il dans son rapport du 26 juillet 195463. Publié en 1955 dans la collection « Esprit » des Éditions du Seuil, sous le titre Le marxisme en Union soviétique, ce livre deviendra vite un classique, dont l’« Historia Domus » pour les années 1955-195764 signale la réédition après épuisement d’un premier tirage de 5 000.

  • 65 « Je considère que l’orientation de la pensée est radicalement fausse », écrit-il p. 381.
  • 66 « Incertitudes face au communisme », février 1955, p. 20.
  • 67 Lettre à Bigo de Mgr Richaud, archevêque de Bordeaux, du 16 mars 1955 (F 1735).
  • 68 « Dimensions du problème ouvrier » (Revue de l’Action populaire, juin 1954, pp. 1-2), décortiqué da (...)
  • 69 « Le marxisme est-il un humanisme ? », pp. 46-63.
  • 70 Lettre au père de Gorostarzu du 8 juillet 1958 (F 1735).

48Malgré ces gages d’orthodoxie, le père Bigo subit durant des années les assauts du courant intégriste. En avril 1953, le théoricien du corporatisme Louis Salleron étrille son Marxisme et humanisme dans la petite revue Fédération65. Le relais est ensuite pris par Jean Madiran dans Écrits de Paris66, puis dans sa brochure Ils ne savent pas ce qu’ils font, où le directeur de l’Action populaire est agressé « d’une manière vraiment violente », voire « vraiment énorme »67. « J’affirme que la pénétration dans le catholicisme français d’un esprit de non-résistance au communisme » passe par le directeur de l’Action populaire, écrit-il sur un éditorial pourtant très mesuré, en pleine crise des prêtres-ouvriers68. Sans avoir obtenu réparation, Bigo est attaqué en décembre 1956 par l’abbé Georges de Nantes (ancien élève de l’Institut d’études sociales, note-t-il), dans L’Ordre français69 ; puis déféré au Saint-Office par Mgr Marcel Lefebvre, pour une contribution destinée à Tam-tam, organe des étudiants africains et malgaches, qui n’est autre que la reproduction de « Conflit du marxisme et du christianisme », passé au crible de la censure avant publication dans la Revue de l’Action populaire en mars 195470.

49Ces tirs croisés confirment, s’il en était besoin, la position médiane de l’Action populaire dans l’éventail politico-religieux français des années 1950 ; position qui déplaît évidemment aux extrêmes, mais qui satisfait l’épiscopat.

« Croyez bien que pour nous, qui vous connaissons et estimons la grande œuvre que vous accomplissez avec vos confrères de L’Action populaire, non seulement ces attaques n’ébranlent en rien notre confiance, mais elles retombent sur ceux qui se livrent à ce triste jeu et qu’elles contribuent à renforcer notre attachement à ceux qui courageusement mènent le bon combat au service de l’Église et de la vérité »,

  • 71 F 1735.
  • 72 Sur les difficultés des Aggiornamenti sociali du groupe de San Fedele, voir Giacomo Martina, Storia (...)

50écrit au père Bigo, le 16 mars 1955, Mgr Guerry, archevêque de Cambrai et secrétaire de la Commission sociale de l’épiscopat, commission qui lui témoigne unanimement, le 28 février suivant « sa très grande gratitude pour la collaboration qu’il a bien voulu lui donner depuis quelque temps pour l’examen d’affaires délicates »71. Contestée sur sa gauche et sur sa droite, mais dotée de la confiance de la hiérarchie, l’Action populaire jouit aussi d’une bonne réputation à Rome lui évitant de subir les sanctions qui frappent son émule milanaise créée en 195072.

51Ces conflits à répétition ont laissé plus de traces dans les archives que la vie quotidienne de la maison de Vanves. Le renouvellement des générations s’effectue, mais plus lentement que prévu : en 1952, le père Henri de Farcy est venu renforcer le secteur agricole ; puis arrive le père Philippe Laurent, qui va s’occuper de la revue, et enfin les anciens scolastiques Joseph Joblin, Jean Weydert ou Roger Heckel. Grâce à ces renforts, les cours et les sessions se multiplient, tandis que les périodiques retrouvent, avec leur dynamisme, leur niveau de 1946 : plus de 5000 abonnés pour la Revue de l’Action populaire, dont le changement de titre est à l’ordre du jour dès 1958 ; plus de 9000 pour les Cahiers d’action religieuse et sociale, auprès desquels le père Albert Hanrion est venu relayer le père Sauvage. Seul Peuple de France stagne autour de 100 000 exemplaires, en dehors de ses numéros spéciaux.

52Le redressement est donc incontestable, bien que plusieurs des objectifs initialement définis par le père Bigo semblent ne pas avoir été atteints. Milieux populaires ?

  • 73 Compte rendu des Journées des 6-7 octobre 1958, 8 octobre, p. 7 (A Pa 137).

« On a souligné que le contact avec les milieux ouvriers, spécialement à travers l’Action catholique (les contacts syndicaux sont plus faciles et ont lieu au sommet) sont assez rares ». Publicité ? « L’A. P. n’est pas assez connue au dehors. Dans certains milieux on ignore souvent son genre de travail »73.

53Curieusement, ce sont des secteurs dans lesquels il n’avait pas prévu d’investir que l’évolution historique impose à l’attention de l’Action populaire. Le rapport pour l’année 1957-1958 envisage un développement du côté de la sociologie de la pratique religieuse qui tourne court du fait de l’affectation du père Émile Pin à l’Université grégorienne.

  • 74 « Je crois que tout l’apostolat de la Compagnie, sur le plan social en particulier, doit s’internat (...)
  • 75 « Historia Domus » 1955-1957 (1958), document cité, p. 3.
  • 76 Rapports cités du 1er juillet 1947 et du 26 janvier 1949.

54En revanche, et conformément à un vœu ancien du père Janssens qui n’avait pu être exaucé74, les problèmes internationaux, « et parmi eux la constitution de l’Europe, et la poussée des peuples de couleur vers l’indépendance »75 s’imposent au sein de l’Action populaire au cours des années 1950. Elle n’était pourtant pas complètement absente sur ce terrain, bien que Villain se soit plaint de ne disposer sur place d’aucun spécialiste76. Le père Albert Le Roy travaille au Bureau International du Travail depuis 1936 ; la capitalisation de son salaire des années de guerre et d’exil à Montréal contribue même à réduire le déficit du budget de Vanves après le conflit. Retraité en 1956, il est remplacé par le père Joseph Joblin et fonde à Strasbourg, sur la demande de Mgr Weber, l’Office Catholique d’Information sur les problèmes européens. Après lui, Robert Bosc de façon intermittente, et Jean Weydert qui le remplace à l’OCIPE en 1960, s’investissent dans le même champ.

55Les religieux de Vanves multiplient les séjours d’étude à l’étranger, mais aussi dans l’ancien Empire colonial français en voie d’émancipation et menacé, pense-t-on, par la « guerre froide ».

  • 77 « Historia Domus », p. 3.

« Les communistes essaient de profiter du mouvement. Les catholiques parviendront-ils à les devancer et à leur disputer l’influence ? Il y va de l’avenir très proche de l’Église en ces régions. Les Missionnaires prennent conscience du problème, mais ils se sentent débordés. Fréquemment, ils se tournent vers nous et nous appellent à l’aide »77.

  • 78 Rapport 1957-1958, p. 1 (F 1697).

56La formulation de l’année suivante est moins polémique : l’Action populaire manifeste un intérêt croissant pour « l’avenir proche des peuples de couleur qui conditionnera, en leurs régions, le maintien et le développement de l’Église »78. Quant aux revues, elles ne craignent plus de suggérer en la matière des solutions qui font froncer le sourcil à bien des responsables. Ainsi l’archevêque d’Alger, Mgr Duval, réagit-il de façon plutôt négative aux « Hypothèses algériennes » que publie le père Jean Delanglade, sous le pseudonyme de Jacques Semoy, dans la Revue en janvier 1955. La lettre du père Bigo qui en accompagnait l’envoi précisait clairement :

  • 79 Copie de la lettre du 29 décembre 1954 et réponse non datée (F 1735). L’hypothèse de remplacement e (...)

« cet article […] exprime l’avis que l’“hypothèse actuelle” (celle de l’intégration à la France des Nord-Africains musulmans) n’est pas viable à long terme, car elle repose sur l’intention inconsciente des Français de maintenir les Nord-Africains en état de minorité politique »79.

  • 80 « Compte rendu » cité, p. 4.

57Publié quelques semaines après le début de ce qui deviendra la guerre d’Algérie, ce diagnostic antérieur à la Toussaint rouge est prémonitoire. Et il pose de façon crue la question du degré d’engagement souhaitable de l’Action populaire dans ses publications, discutée lors des journées d’octobre 1958 : le père Bigo y rappelle qu’elle peut se hasarder au-delà de l’épiscopat à la triple condition que l’analyse proposée soit partagée par l’ensemble de la communauté, qu’elle ne soit pas inspirée par une conception politique partisane et que « les intérêts majeurs du pays et de l’Église soient en jeu »80.

58La visite de janvier 1958 joue pour le père Bigo le même rôle que celle de décembre 1951 pour son prédécesseur. Au moment où son deuxième triennat s’achève, l’heure du bilan et d’un éventuel remplacement a sonné. Le dynamisme reconnu du supérieur a certes permis de redresser la barre ; appartenir à l’Action populaire demeure « certainement une référence de sûreté doctrinale (en dehors de quelques milieux intégristes) et d’apostolat social profond ». L’Institut d’études sociales prospère, tout comme les sessions sous la houlette du père Heckel ; et l’équilibre des revues a été rétabli. Pourtant quelques problèmes récurrents n’ont pas trouvé de solution satisfaisante : celui du régime religieux de la maison et aussi celui de « son unité d’inspiration et d’action ».

« On discute l’autorité doctrinale du P. Supérieur. Peut-être le ferait-on moins si lui-même, plus conscient de ses déficits personnels et de l’autorité de sa charge, était plus discret pour imposer ou défendre ses propres idées ».

59Par opposition au père Villain, qui gouvernait par défaut, le père Bigo est plutôt tenté de gouverner par excès.

  • 81 E. Pillain, « Visite de l’Action populaire », 3-17 janvier, 6 p. dactyl. (F 1698).

« Évidemment un changement notable s’est opéré depuis le temps où les Pères de l’Action populaire, à peu près interchangeables, se contentaient de propager d’une manière générale et un peu vague la doctrine sociale de l’Église et formaient ainsi une équipe très unifiée. Il semble qu’actuellement on en soit arrivé à l’extrême opposé »81.

  • 82 Mémorial de visite du 17 janvier, même auteur et même dossier.

60Comment résoudre ce qui fait figure de quadrature du cercle ? La compétence de plus en plus nécessaire au vu de la complexification des sociétés étudiées ne facilite ni la cohésion recherchée ni le rattachement des divers travaux à « une réflexion théologique » ordonnée à « un débouché apostolique »82.

61Il faudra quelque temps pour trouver une solution qui paraisse satisfaisante. De manière transitoire, le supériorat, confié au père Gaston Dujardin qui vient de l’aumônerie du Mouvement international de la jeunesse agricole et rurale catholique, est dissocié de la direction de l’œuvre maintenue au père Bigo (1958-1960). Dujardin récupère les deux fonctions en 1960, avec l’aide du père Jean-Yves Calvez, déjà adjoint au père Laurent pour la revue l’année précédente, qui prendra la responsabilité de l’Action populaire en 1965. Celle-ci semble alors atteindre une vitesse de croisière, dans une époque bien différente, il est vrai, de la précédente. Malgré le Mur de Berlin et la crise de Cuba, le paroxysme de la « guerre froide » s’éloigne. Pie XII meurt en octobre 1958 et son successeur convoque un concile d’aggiornamento dans lequel les idées et quelques-uns des membres de l’Action populaire vont jouer un rôle appréciable. Puis viendra une crise de société déjà perceptible en 1966 quand la revue devient Projet, crise à laquelle n’échapperont ni l’Église ni la Compagnie de Jésus. Suivre la maison de Vanves dans les méandres des brillantes et critiques années 1960 exigerait une autre investigation. On s’est contenté ici d’éclairer son parcours méconnu pendant les années de reconstruction et de « guerre froide » qui virent se succéder un redémarrage laborieux et un premier essor inégal. Par delà ces deux phases contrastées, trois transformations ambivalentes au moins ont marqué l’Action populaire : le choix de la spécialisation s’y est accompagné d’un déficit du côté de l’effort concerté ; la confirmation du caractère officieux de l’institution l’a éloignée des combats de première ligne ; son ouverture sur le monde, et notamment sur le tiers monde, s’est révélée peu compatible avec sa volonté d’implantation dans les milieux populaires.

Haut de page

Notes

1 Politique sociale et christianisme. Le Père Desbuquois et l’« Action Populaire », I. Débuts, syndicalisme et intégristes (1903-1918), Paris, Editions ouvrières, 1969 ; II. Dans la gestation d’un monde nouveau (1919-1946), Paris-Rome, Editions ouvrières-Presses de l’Université grégorienne, 1981.

2 G. Robinot-Marcy, « L’Action populaire », 1969, 42 p. dactyl., version longue, AFSJ, F 1695.

3 Conservées à Vanves sous la houlette du père Bonfils, qu’on ne saurait trop remercier de son accueil.

4 Paul Droulers, II, p. 342.

5 Ibid., p. 395n.

6 Rapport (au préposé général Janssens), 1er juillet 1947, p. 1 (F 1709/2).

7 II, p. 369.

8 C’est lui qui représente l’Action populaire à la Semaine sociale de Toulouse, en juillet 1945, avec une leçon sur « Propriété juridique et entreprise », dans le contexte des nationalisations programmées.

9 « L’Action populaire en 1948-1949 », p. 2 (F 1697).

10 Document du 30 décembre, pp. 1-2 (F 1698).

11 Le nonce Roncalli participe à la retraite qu’il prêche à la Villa Manrèse de Clamart en décembre 1947.

12 G. Robinot-Marcy, L’Action populaire, op. cit., p. 33.

13 Rapport du 26 janvier 1949, p. 2 (F 1709/2).

14 Rapport du 7 août 1949, p. 1 (même dossier).

15 Entre 53 participants (1951) et 81 (1949), Revue de l’Action populaire, juin 1953, p. 502.

16 J. Goussault (provincial de France), 3 mars (F 1698).

17 Ibid.

18 Lettre du 20 mai, citée par Droulers, II, p. 394n.

19 Rapport cité du 1er juillet 1947, pp. 3-4.

20 F 1709/1.

21 Document cité, p. 1.

22 Document cité, p. 3.

23 « Les Nord-Africains et nous », numéro 59 de mai, pp. 321-396.

24 Lettres du 3 juin 1949 et du 15 juin 1950 (sur les rapports entre capital et travail au sein de l’entreprise).

25 Rapport cité du 26 janvier 1949, p. 2.

26 P. 3 (F 1709/2).

27 Evêque auxiliaire de Paris et secrétaire général de l’Action catholique.

28 P. 2 (1709/2).

29 Dans le chapitre inédit sur les Jésuites de sa thèse de doctorat : Catholiques et Action française. Étude de deux condamnations romaines, Université Paris X – Nanterre, 1994, pp. 1123-1205.

30 Les Carnets du cardinal Alfred Baudrillart. 13 février 1932-19 novembre 1935, Paris, Cerf, 2003, p. 234 (26 juillet 1932, sur la leçon du père Desbuquois à la Semaine sociale de Lille).

31 P. 3 (F 1709/2).

32 Ce qui n’est pas faux.

33 Affirmation inexacte, comme le prouve la lettre reçue du père de Gorostarzu, assistant de France, le 30 juin (avant celles du 13 novembre et du 8 décembre), F 1709/1.

34 F 1709/1.

35 P. 3 (F 1697).

36 J. Goussault, mémorial de 3 mars (F 1698).

37 Rapport du 31 janvier 1951, p. 2 (F 1709/2).

38 P. 2 (F 1709/2).

39 P. 3 (F 1709/2).

40 « Compte rendu après la Visite de l’Action populaire », 2 décembre 1951, 4 p. (F 1698).

41 Rapport du 15 août 1951, p. 2 (F 1709/2).

42 P. 3 (F 1697).

43 « Litterae consultoris in domo <AP>» (F 1709/6).

44 F 1709/6.

45 F 1709/6.

46 Rapport pour la réunion des provinciaux sur le transfert, 6 janvier 1952, F 1709/6.

47 Rapport du 18 janvier 1952, adressé au père Pillain, provincial de Champagne (F 1709/6).

48 P. 1 (F 1709/2).

49 1952 par erreur.

50 P. 5 (F 1709/2).

51 « Elle baignera dans l’actualité », grâce notamment à la rubrique « L’événement », écrit-il dans son éditorial, « Une nouvelle revue », janvier 1953, p. 2.

52 Paris, Presses universitaires de France, 1952 et 1953.

53 Document cité, pp. 6-7.

54 Ibid., p. 5.

55 « L’Action populaire en mai 1953 », 5 p. dactyl. (F 1697).

56 Pages 481-502, et dossier F 1708.

57 F 1709/1.

58 Revue de l’Action populaire, juillet-août 1953, pp. 606-613.

59 F 1735 (le cardinal Wyszynski vient d’être interné).

60 « Le conflit du christianisme et du marxisme. Questions au R. P. Bigo », avril 1954.

61 « Compte rendu après la Visite de l’Action populaire », 2 décembre 1951, p. 4 (document cité).

62 Rapport cité de mai 1953, p. 4.

63 P. 2 (F 1706/9).

64 1958 a été rajouté (F 1697).

65 « Je considère que l’orientation de la pensée est radicalement fausse », écrit-il p. 381.

66 « Incertitudes face au communisme », février 1955, p. 20.

67 Lettre à Bigo de Mgr Richaud, archevêque de Bordeaux, du 16 mars 1955 (F 1735).

68 « Dimensions du problème ouvrier » (Revue de l’Action populaire, juin 1954, pp. 1-2), décortiqué dans le chapitre IX de la brochure, « Un texte du R. P. Bigo », op. cit., Paris, Nouvelles Éditions Latines, mars 1955, p. 144. « Vous crachez à la face des martyrs. Et vous devriez savoir quelle Face reçoit votre affront. Mais vous non plus, malheureux, vous ne savez pas ce que vous faites », p. 152.

69 « Le marxisme est-il un humanisme ? », pp. 46-63.

70 Lettre au père de Gorostarzu du 8 juillet 1958 (F 1735).

71 F 1735.

72 Sur les difficultés des Aggiornamenti sociali du groupe de San Fedele, voir Giacomo Martina, Storia della Compagnia di Gesù in Italia (1814-1983), Brescia, Morcelliana, 2003, pp. 329-334.

73 Compte rendu des Journées des 6-7 octobre 1958, 8 octobre, p. 7 (A Pa 137).

74 « Je crois que tout l’apostolat de la Compagnie, sur le plan social en particulier, doit s’internationaliser », lettre du 23 juin 1948 (1709/1).

75 « Historia Domus » 1955-1957 (1958), document cité, p. 3.

76 Rapports cités du 1er juillet 1947 et du 26 janvier 1949.

77 « Historia Domus », p. 3.

78 Rapport 1957-1958, p. 1 (F 1697).

79 Copie de la lettre du 29 décembre 1954 et réponse non datée (F 1735). L’hypothèse de remplacement est une «Algérie indépendante où cohabiteraient et collaboreraient des communautés dissemblables », postface non signée à « Hypothèses algériennes », pp. 25-45 (citation, p. 45). 

80 « Compte rendu » cité, p. 4.

81 E. Pillain, « Visite de l’Action populaire », 3-17 janvier, 6 p. dactyl. (F 1698).

82 Mémorial de visite du 17 janvier, même auteur et même dossier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Fouilloux, « L’Action populaire au temps de la reconstruction 1946-1958 », Chrétiens et sociétés, 11 | 2004, 49-60.

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « L’Action populaire au temps de la reconstruction 1946-1958 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2524 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.2524

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

RESEA - UMR 5190, LARHRA
Université Lumière-Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org