Navigation – Plan du site
Articles

Karl Heinrich zu Löwenstein (1834-1921) : un prince ultramontain au service de l’Église

Marie-Emmanuelle Reytier
p. 49-60

Résumés

Karl Heinrich zu Löwenstein, prince issu de la très haute aristocratie allemande, prend la tête des Congrès catholiques allemands en 1868. Il tente d’en faire l’instrument d’un catholicisme social éloigné à la fois du socialisme et du capitalisme, et de peser ainsi sur le Zentrum, jugé trop conciliant avec le gouvernement. Mais son soutien inconditionnel au pape le mène à la rupture avec le Zentrum comme avec les évêques, et il quitte la tête des Congrès catholiques en 1898. Il se retire peu à peu de la vie politique et finit par entrer dans les ordres.

Haut de page

Texte intégral

Karl Heinrich zu Löwenstein-Wertheim-Rosenberg, « Commissaire des Assemblées générales des catholiques allemands », 1898.

Source : Lokal-Komitee zu Krefeld (dir.), Verhandlungen der 45. General-Versammlung der Katholiken Deutschlands zu Krefeld vom 21. bis 25. August 1898, Krefeld, Klein’schen Buchdruckerei, 1898, p. 17.

1De nos jours, rares sont les catholiques allemands à se rappeler le rôle joué par la famille princière Löwenstein. Ses descendants ne font pas les titres de la presse à sensation. Lorsqu’ils participent à des cérémonies officielles, leur présence aux côtés des plus hautes personnalités de l’aristocratie européenne ne retient pas les feux des projecteurs. Néanmoins, entre 1868 et 1968, les Löwenstein ont modelé, pendant trois générations, le visage du catholicisme allemand en prenant la tête des Katholikentage – littéralement « Congrès des catholiques » ou « Journées des catholiques ».

  • 1 Marie-Emmanuelle Reytier, « Die Fürsten Löwenstein an der Spitze der deutschen Katholikentage : Auf (...)

2Fondés à Mayence en 1848 par Mgr Adam Franz Lennig (1803-1866), la « General-Versammlung des katholischen Vereines Deutschlands » (Assemblée générale de l’Association catholique d’Allemagne) – appellation officielle des Katholikentage à l’époque – rassemblait annuellement les principaux responsables associatifs et des ecclésiastiques. Le prince Karl Heinrich zu Löwenstein, à la tête des Congrès depuis 1868, diffusa leur rayonnement sur l’ensemble du Reich et les transforma en assemblées de masse à la fin des années 1880. Contraint de se retirer en 1898, le prince céda sa place à un autre aristocrate, le comte Klemens Droste zu Vischering (1832-1923), qui fit office de régent avant qu’Alois zu Löwenstein (1871-1952), fils aîné de Karl Heinrich, ne dirigeât à son tour les Katholikentage entre 1920 et 1948, date à laquelle il fut lui-même remplacé par son fils Karl (1904-1990), resté en fonction jusqu’en 19681.

  • 2 Les Kulturkämpfe (combats pour la civilisation) renvoient aux tensions ayant assombri les relations (...)
  • 3 Pour davantage de précisions sur les Katholikentage pendant la République de Weimar, voir Marie-Emm (...)

3Si l’élection d’Alois zu Löwenstein à la présidence du « Comité central », chargé depuis 1898 de coordonner l’organisation des Congrès, s’expliquait en grande partie par sa personnalité et son action politique, celle de Karl était due essentiellement à l’aura de son père et surtout à celle de son grand-père. En effet, ce dernier représentait l’âge d’or des Katholikentage. Sous le Deuxième Reich (1871-1918), les Congrès orchestrèrent aux côtés du Zentrum, parti fondé en 1870, l’émancipation progressive de la minorité catholique. Celle-ci, sortie victorieuse du Kulturkampf2, combattit avec panache pour la foi, les libertés individuelles et la justice sociale. En revanche, pendant la République de Weimar, des divisions profondes au sein du catholicisme politique entravèrent l’action d’Alois zu Löwenstein. Le 30 janvier 1933, l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler fut un drame pour la première République allemande. L’attitude du Zentrum n’arrangea rien : le 23 mars 1933, il vota avec les autres partis, à l’exception notable des socialistes, la loi des pleins pouvoirs au Führer3.

4Mais qui était le prince Karl Heinrich zu Löwenstein ? Comment prit-il la direction des Katholikentage et comment sut-il s’y maintenir pendant trente ans ? Pourquoi quitta-t-il ses fonctions subitement en 1898 ?

Un aristocrate à la tête des Katholikentage

  • 4 Officiellement, le « Commissaire » devait être réélu annuellement mais il s'agissait en réalité d'u (...)

5En 1868, Karl Heinrich zu Löwenstein participa activement à la création d’un conseil appelé « Zentralkomitee der katholischen Vereine Deutschlands » (Comité central des Associations catholiques d’Allemagne) dont il devint le président. Ce groupe de sept personnalités – quarante à partir du Katholikentag de Düsseldorf en 1869 – devait chapeauter l’organisation des Katholikentage jusque-là exclusivement entre les mains d’un « Comité local » renouvelé chaque année. En 1872, au début du Kulturkampf, Otto von Bismarck (1815-1898), chancelier d’Empire (1871-1890), modifia la législation sur les associations ce qui obligea le « Comité central » à se dissoudre. Karl Heinrich zu Löwenstein prit alors seul la direction des Congrès avec le titre de « Kommissar der Generalversammlungen » (Commissaire des Assemblées générales) jusqu’en 18984.

  • 5 Les Löwenstein-Wertheim-Rosenberg étaient la branche catholique de la famille. La branche protestan (...)
  • 6 En 1859, Karl Heinrich zu Löwenstein avait épousé une amie d'enfance, la princesse Adelheid zu Isen (...)
  • 7 Harald Stockert, Adel im Übergang. Die Fürsten und Grafen von Löwenstein-Wertheim zwischen Landeshe (...)

6À l’époque, l’élection d’un aristocrate à la tête des laïcs allemands n’avait rien de surprenant vu l’influence politique, économique, sociale et culturelle de la noblesse dans les pays germaniques. Les Löwenstein-Wertheim-Rosenberg appartenaient à la haute aristocratie européenne5. Des liens familiaux les liaient aux maisons princières au pouvoir et ils entendaient être traités sur un pied d’égalité avec elles. Karl Heinrich zu Löwenstein avait suivi l’exemple de ses ancêtres : devenu veuf en 1861, il avait épousé en 1863 la princesse Sophie von und zu Liechtenstein (1837-1899), sœur du prince régnant6. En outre, Karl Heinrich zu Löwenstein était l’un des plus riches propriétaires fonciers catholiques à l’ouest de l’Elbe. Il avait hérité d’un vaste territoire de 28 800 hectares avec 60 000 habitants. Environ un tiers de ses terres se trouvait en Basse-Franconie tandis qu’un tiers se répartissait de façon à peu près équivalente entre le pays de Bade et la Hesse, avec une faible proportion dans le Wurtemberg. Le dernier tiers était situé en Bohême où l’administration centrale des domaines des Löwenstein avait été transférée en 18607. La fortune de Karl Heinrich zu Löwenstein lui donnait le loisir de consacrer le plus clair de son temps à la cause catholique. Son rang social et son aisance matérielle ne sauraient cependant expliquer à eux seuls son ascension jusqu’au sommet des Katholikentage. Son éducation, sa profonde piété, ses convictions ultramontaines et surtout sa volonté d’agir en politique ont joué de toute évidence un rôle plus décisif.

  • 8 Erwin Gatz, « Schwarzenberg, Friedrich Fürst zu (1809-1885) », id. (dir.), Die Bischöfe der deutsch (...)
  • 9 Karl Heinrich zu Löwenstein avait une sœur, Adelheid. En 1850, elle épousa le roi du Portugal, Migu (...)
  • 10 Paul Siebertz, Karl Fürst zu Löwenstein. Ein Bild seines Lebens und Wirkens nach Briefen, Akten und (...)

7Fils du prince héritier Konstantin Josef zu Löwenstein (1802-1838) et de Marie Agnes Henriette, née princesse von Hohenlohe-Langenburg (1804-1835), le jeune Karl Heinrich, orphelin en 1838, à l’âge de quatre ans, avait été élevé par ses grands-parents paternels. Un ami puissant de la famille, le cardinal Friedrich zu Schwarzenberg8, prince-archevêque de Salzburg (1836-1850) puis de Prague (1850-1885), avait veillé à son éducation. Dès sa plus tendre enfance, on lui avait inculqué le respect de Dieu et de ses commandements. Il avait appris qu’il appartenait à une élite choisie par Dieu pour guider le peuple catholique et que cette élection divine impliquait pour lui plus de devoirs que de droits. En d’autres termes, il devrait exercer son pouvoir pour le bien de l’Église et non pour sa satisfaction personnelle. Sa piété aurait pu l’orienter vers la prêtrise ou la vie religieuse. Peut-être l’avait-il d’ailleurs envisagé mais il ne pouvait suivre cette voie dans l’immédiat car il était l’unique héritier mâle de la dynastie9. Très jeune, il dut d’ailleurs faire face à ses responsabilités : en 1849, son grand-père, Carl zu Löwenstein décéda et Karl Heinrich devint, à quinze ans, le sixième prince Löwenstein, sous la tutelle du cardinal Schwarzenberg jusqu’à sa majorité10.

  • 11 « Vous serez un petit apôtre pour l'Allemagne ». Ibid., pp. 125-126.

8Son biographe, Paul Siebertz, évoque un événement qui aurait particulièrement marqué le jeune homme. En 1854, à l’âge de vingt ans, le pape Pie IX (1846-1878) l’avait reçu au Vatican en lui disant : « Sarete un piccolo apostolo per la Germania »11. D’après Paul Siebertz, Karl Heinrich zu Löwenstein aimait à raconter que, depuis cette audience pontificale, il s’était senti investi d’une mission : celle de participer à la réévangélisation des pays germaniques. Certes, rappeler cette anecdote n’était probablement pas dénué d’arrière-pensées car elle renforçait la légitimité du prince au faîte des Katholikentage. Paul Siebertz, dont la biographie hagiographique publiée en 1924 était une commande d’Alois zu Löwenstein, a très bien pu exagérer délibérément l’importance de cette rencontre afin de faire apparaître le prince comme un homme appelé par la Providence à diriger les Katholikentage. Quoiqu’il en soit, cette anecdote est intéressante car elle reflète l’attachement sincère et profond de Karl Heinrich zu Löwenstein pour la papauté. Un tel dévouement, presque filial, au Saint-Père s’accordait parfaitement avec les idées défendues aux Katholikentage. Depuis leur création en 1848, ils étaient officiellement organisés par des élites laïques ultramontaines, pour la plupart d’origine bourgeoise, flattées d’accueillir un riche aristocrate au nom prestigieux. C’est donc tout naturellement que Karl Heinrich zu Löwenstein, désireux de servir l’Église dans des fonctions qui correspondaient à son rang social sans pour autant embrasser la carrière ecclésiastique, avait décidé de participer régulièrement aux Congrès à partir de 1860 en entraînant dans son sillage d’autres aristocrates.

  • 12 Au milieu du XIXe siècle, dans les pays germaniques, le libéralisme représentait les idées politiqu (...)
  • 13 Rudolf Morsey, « Streiflichter zur Geschichte der deutschen Katholikentage 1848-1932 », Jahrbuch fü (...)
  • 14 Heinz Hürten, « Karl Heinrich Fürst zu Löwenstein (1834-1921) », Jürgen Aretz, Rudolf Morsey et Ant (...)

9Son ambition politique semble avoir également contribué à sa décision. Le prince siégeait au Conseil impérial de la Couronne de Bavière depuis 1856 et dans trois autres chambres hautes : celle du grand-duché de Bade à partir de 1860, celle du royaume du Wurtemberg à partir de 1861 et celle du grand-duché de Hesse à partir de 1863. Au cours des années 1860, il avait perçu les limites de son influence face aux libéraux12. Il en avait déduit qu’il fallait mobiliser le peuple catholique pour défendre plus efficacement les intérêts de l’Église. À la fin des années 1860, il espérait transformer le « Comité central » en un parti catholique conservateur qu’il conduirait. Toutefois, ses collègues avaient d’autres projets : ils souhaitaient fonder un parti indépendant des ecclésiastiques, très influents aux Katholikentage13. En décembre 1870, la création du Zentrum ne répondit pas aux attentes de Karl Heinrich zu Löwenstein car ce parti était nonconfessionnel même s’il défendait explicitement les intérêts de l’Église de Rome. Élu sans étiquette au Reichstag, en mars 1871, le prince adhéra pourtant au Zentrum et participa à la rédaction de son programme avant de renoncer à son mandat dès avril 1872 pour concentrer ses efforts sur les Katholikentage14. En fait, les Congrès avaient été un tremplin à sa carrière politique et il espérait peser grâce à eux sur le Zentrum.

Une attitude critique sous le Kaiserreich

  • 15 Paul Colonge et Rudolf Lill (dir.), Histoire religieuse de l'Allemagne, Paris, Cerf, 2000, p. 417.
  • 16 David Blackbourn, « The problem of democratisation : German Catholics and the role of the Centre Pa (...)
  • 17 Klemens von Oer, Der Verein katholischer Edelleute Deutschlands, Münster, Westfälische Vereinsdruck (...)
  • 18 Wilfried Loth, Katholiken im Kaiserreich : der politische Katholizismus in der Krise des wilhelmini (...)

10Malgré des interruptions pendant le Kulturkampf, en 1873 et en 1874 puis de nouveau en 1878, Karl Heinrich zu Löwenstein réussit à perpétuer les Katholikentage – appelés depuis 1872 « General-Versammlungen der Katholiken Deutschlands » (Assemblées générales des catholiques d’Allemagne). Organisateur né, il les dirigea à la manière d’un despote éclairé, aidé par un « Comité local » subdivisé en commissions qui se répartissaient les tâches. Ses relations avec les dirigeants du Zentrum, en particulier avec Ludwig Windthorst (1812-1891)15, orateur régulier aux Congrès, étaient étroites mais difficiles. En effet, après le Kulturkampf, Ludwig Windthorst pensait travailler à la restauration de l’honneur national des fidèles de l’Église de Rome en orientant la ligne de conduite du Zentrum vers un soutien de plus en plus affiché au gouvernement16. Profondément marqués par les persécutions anti-catholiques, le « Commissaire » et la plupart des évêques désapprouvaient cette stratégie, la trouvant bien trop conciliante envers les ennemis d’hier. En 1878, le prince prit la direction de la noblesse bavaroise en fondant la « Genossenschaft katholischer Edelleute in Bayern » (Ligue des aristocrates catholiques en Bavière)17. Ainsi, il devint l’une des personnalités les plus influentes de l’aile droite du Zentrum, composée essentiellement d’aristocrates ultramontains soucieux de renforcer le caractère confessionnel du parti18.

  • 19 Les « Thèses de Haid » inspirèrent en partie l’« Union de Fribourg » dont certaines propositions se (...)

11Au sein de ce groupe de pression, Karl Heinrich zu Löwenstein se distingua par son attitude intransigeante, en particulier sur les sujets qui lui tenaient à cœur comme la question sociale. Estimant que l’un des premiers devoirs de l’aristocratie catholique était de protéger les plus faibles, le prince critiquait vivement la politique économique et sociale du gouvernement wilhelmien, profondément injuste à ses yeux. Ce souci d’améliorer la situation des ouvriers n’était pas nouveau : son premier discours prononcé aux Katholikentage – au Congrès de Francfort-sur-le-Main en 1863 – avait été consacré à la question sociale. En juin 1883, il rassembla dans sa propriété de Haid, en Bohême, des personnalités issues du clergé et de l’aristocratie, pour la plupart membres de l’aile droite du Zentrum opposée à Ludwig Windthorst. La réunion devait permettre de tracer une troisième voie entre le socialisme et le capitalisme en définissant les grandes lignes d’une théorie économique à la fois fondée sur les corporations et adaptée à l’industrialisation des sociétés européennes. Quatorze mois plus tard, à l’occasion du Katholikentag d’Amberg en 1884, les propositions élaborées à Haid furent publiées sous le titre Haider Thesen über die Arbeiter und ihre Rechte et elles reçurent un écho très favorable dans les cercles ultramontains européens. Au cours des années suivantes, Karl Heinrich zu Löwenstein continua à réunir les collaborateurs aux « Thèses de Haid », cette fois-ci dans son château de Kleinheubach en Franconie et il participa activement à l’Union de Fribourg19.

  • 20 Rolf Kiefer, Karl Bachem, 1858-1945 : Politiker und Historiker des Zentrums, Mayence, Grünewald, 19 (...)
  • 21 Uwe Mazura, Zentrumspartei und Judenfrage 1870/71-1933 : Verfassungsstaat und Minderheitenschutz, M (...)

12Karl Heinrich zu Löwenstein ne guerroya pas seulement contre le socialisme et contre le capitalisme, il se lança à la suite du pape dans une véritable croisade contre les loges maçonniques. Sa ferveur était telle qu’elle le conduisit, avec une partie de l’épiscopat, à soutenir Léo Taxil, un journaliste français en réalité nommé Gabriel Jogand-Pagès. En 1885, ce dernier écrivit un opuscule contre la franc-maçonnerie en prétendant qu’il l’avait quittée pour se convertir au catholicisme. Le scandale éclata quand le récit se révéla une pure invention. Les détracteurs du prince ne manquèrent pas alors de dénoncer sa crédulité20. Son combat contre la franc-maçonnerie était teinté d’antijudaïsme. Le rôle joué par le Zentrum pour défendre, au nom des libertés civiles, la minorité catholique et la minorité juive, sœurs d’infortune face à l’État autoritaire wilhelmien, ne faisait pas partie de l’héritage culturel du « Commissaire » qui reprochait aux Juifs d’être responsables de la mort du Christ sur la croix21.

  • 22 Otto Braunsberger SJ, « Karl Fürst zu Löwenstein », Stimmen der Zeit 110/5 (1926), pp. 321-329, ici (...)
  • 23 Johannes B. Kißling, Geschichte der deutschen Katholikentage, tome 2, Münster, Aschendorff, 1923, p (...)

13En dépit de ses prises de position controversées, Karl Heinrich zu Löwenstein était un meneur respecté. Tous s’accordaient à reconnaître son altruisme. Persuadé que son appartenance à l’aristocratie l’obligeait à montrer l’exemple, il vivait sans ostentation. Ses jaquettes, usées aux coudes, étaient célèbres d’autant plus que son valet, lui, endossait toujours des habits flambant neufs22. Le prince consacrait des sommes importantes aux associations catholiques et aux ordres monastiques. Il contribua ainsi de façon significative à leur redressement après la période du Kulturkampf. En particulier, on lui doit la reconstruction en néo-roman de l’abbaye bénédictine de Hildegard von Bingen sur les rives du Rhin, non loin de Mayence avec sa chapelle « modern style », une rareté terminée en 190423. Son mécénat permit de redonner une certaine fierté à la minorité catholique dont les élites déploraient le retard culturel. Le prestige du prince s’en trouva considérablement renforcé.

La rupture avec la direction du Zentrum

  • 24 Jonathan Sperber, Popular Catholicism in nineteenth-century Germany, Princeton, Princeton Universit (...)
  • 25 Hans-Michael Körner, Staat und Kirche in Bayern 1886-1918, Mayence, Grünewald, 1977, pp. 36-37.
  • 26 Karl Otmar von Aretin, Franckenstein. Eine politische Karriere zwischen Bismarck und Ludwig II., St (...)

14Grâce à son ultramontanisme, Karl Heinrich zu Löwenstein réussit à séduire nombre de ses contemporains catholiques. En effet, le Kulturkampf avait renforcé l’attachement sentimental des populations à la personne du pape considéré comme un recours face aux persécutions de l’État24. Chaque année, le prince veillait à ce que l’« Assemblée générale » condamnât la confiscation des territoires pontificaux en 1870 au nom de l’unité italienne et exigeât leur restitution. Il vouait un soutien inconditionnel au Pontifex maximus sans prendre systématiquement en compte la politique de Ludwig Windthorst. Parfois, pourtant, les deux hommes se retrouvaient. Par exemple, Karl Heinrich zu Löwenstein décida d’organiser un Katholikentag à Munich en 1889 afin de soutenir le souverain pontife qui avait protesté contre la politique libérale du baron Johann von Lutz (1826-1890), ministre des Cultes (1869-1890) et premier ministre de Bavière (1880-1890)25. Nonobstant l’avis de l’épiscopat, le « Commissaire » prit le risque d’isoler le prince régent et de l’affaiblir politiquement. Ravi d’utiliser ce différend pour exercer des pressions sur les évêques, Ludwig Windthorst défendit alors Karl Heinrich zu Löwenstein. Münich reçut un Katholikentag local en 1889 et un Katholikentag national en 189526.

  • 27 Rudolf Morsey, « Ernst Lieber (1838-1902) », Jürgen Aretz, id. et Anton Rauscher (dir.), Zeitgeschi (...)
  • 28 Wilfried Loth, « Soziale Bewegungen im Katholizismus des Kaiserreichs », Geschichte und Gesellschaf (...)

15Après la mort de Ludwig Windthorst, les tensions entre Karl Heinrich zu Löwenstein et les nouveaux dirigeants du Zentrum, en particulier à partir de 1893 Ernst Lieber27, s’aggravèrent. Le prince refusait de fermer les yeux sur leur soutien de plus en plus affiché au gouvernement wilhelmien dont la politique militariste était ouvertement en contradiction avec les prises de position du pape Léon XIII (1878-1903) en faveur de la paix en Europe. De son côté, le Zentrum ne pouvait renoncer aux Katholikentage devenus depuis le Kulturkampf les « Herbstmanöver » (manœuvres d’automne) du parti qui les utilisait comme ses assises annuelles. D’une part, les Congrès, relayés par la presse et les associations, touchaient un nombre considérable d’électeurs potentiels. D’autre part, participer aux Katholikentage organisés grâce à l’appui du clergé revenait à démontrer que le parti avait la bénédiction de l’épiscopat et du Vatican. Or, cette bénédiction lui était indispensable pour mobiliser ses électeurs dont les convictions religieuses motivaient de moins en moins le vote28.

  • 29 Karl Buchheim, Ultramontanismus und Demokratie : der Weg der deutschen Katholiken im 19. Jahrhunder (...)
  • 30 Archiv des Deutschen Caritasverbandes, 590. 2 .055 Fasz. 1, Zentralkomitee der deutschen Katholiken (...)

16En 1898, le conflit latent éclata quand Karl Heinrich zu Löwenstein décida d’organiser des festivités en 1900 pour célébrer religieusement le passage d’un siècle à l’autre. Cette initiative déplut profondément aux évêques qui se sentirent court-circuités par le prince, un laïc directement en relation avec le Vatican29. Lâché par les ecclésiastiques allemands qui l’avaient pourtant longtemps soutenu face aux dirigeants du Zentrum, Karl Heinrich zu Löwenstein décida alors de ne pas se représenter à un nouveau mandat. Néanmoins, avant de s’effacer, il exigea la création d’une instance collégiale pour éviter que tous les pouvoirs ne fussent concentrés dans les mains d’un seul homme. Au Katholikentag de Krefeld, en 1898, les participants ne firent aucune difficulté pour élire un « Zentral-Komitee der Generalversammlung der Katholiken Deutschlands » (Comité central de l’Assemblée générale des catholiques d’Allemagne) appelé « Zentral-Komitee für die Generalversammlungen der Katholiken Deutschlands » (Comité central pour les Assemblées générales des catholiques d’Allemagne) quelques mois plus tard. Comme le prince, ils étaient convaincus que cette refondation permettrait d’éviter des dérives et donc d’assurer l’avenir des Katholikentage. Le rôle du « Comité central » demeura cependant limité car l’objectif n’était pas de démocratiser les Congrès. Ses statuts lui permettaient de conseiller son président, d’entériner les propositions de ce dernier et de s’assurer de la mise en application des résolutions qu’il prenait ou qui étaient prises pendant les Katholikentage. Jusqu’en 1952, l’organisation des Congrès ressembla à celle d’une monarchie constitutionnelle30.

  • 31 Ainsi, le nombre de « présidents des Katholikentage » – une personnalité élue chaque année pour dir (...)

17D’une certaine façon, Karl Heinrich zu Löwenstein avait provoqué lui-même sa chute par son ultramontanisme radical et son refus des compromis avec les dirigeants du Zentrum généralement issus de la bourgeoisie. Ceux-ci souhaitaient favoriser l’intégration de la minorité catholique à la société wilhelmienne pour effacer les dernières traces du Kulturkampf prussien. En revanche, Karl Heinrich zu Löwenstein estimait devoir avant tout protéger l’Église en défendant son chef, successeur de Pierre. Membre de la vieille garde aristocratique du Zentrum, il se méfiait des notables comme Ludwig Windthorst et Ernst Lieber qu’il qualifiait d’opportunistes. Il refusa d’adopter les valeurs de la société bourgeoise qu’il abhorrait, préférant laisser les Katholikentage aux mains du comte Klemens Droste zu Vischering qui se contenta de les administrer en suivant les directives des responsables du Zentrum31.

  • 32 Paul Siebertz, Karl Fürst zu Löwenstein, op. cit., pp. 497-512. Ute Frevert, « Mœurs bourgeoises et (...)

18Devenu veuf pour la seconde fois en 1899, Karl Heinrich zu Löwenstein se retira progressivement de la vie politique. Il participa encore à quelques combats, fondamentaux à ses yeux. En particulier, en 1902, il fonda l’« Anti-Duell-Liga für das Deutsche Reich » (Ligue de l’Empire allemand contre le duel) pour obtenir l’interdiction des duels couramment pratiqués dans les corporations estudiantines non catholiques32. En 1907, il entra chez les dominicains et fut ordonné prêtre en 1908. Jusqu’à son décès en 1921, il vécut retiré dans un monastère, loin des honneurs auxquels il aurait pu prétendre.

Conclusion

19Karl Heinrich zu Löwenstein incarnait à merveille les valeurs morales que ses contemporains s’attendaient à trouver chez un aristocrate au XIXe siècle : il aidait généreusement les associations ainsi que la presse catholique, tout en étant soucieux de ses devoirs et de ses responsabilités envers autrui. Homme de conviction, il voulait redonner à l’aristocratie catholique le rôle que Dieu lui avait, pensait-il, confié : défendre et promouvoir la foi sous la direction du pape. Lui-même se considérait d’ailleurs un instrument entre les mains de Dieu. « Commissaire » des Katholikentage, il se comporta comme un « Ersatz-Kaiser » catholique, en trouvant dans l’exercice de ses fonctions une compensation à la perte de son influence politique. Au cours des années 1880, cette manière de gouverner relevait de plus en plus de l’anachronisme, l’influence de l’aristocratie diminuant au sein du Zentrum. En 1898, le départ du prince corrigea cet anachronisme car la refondation du « Comité central » permit aux notabilités bourgeoises qui tenaient le gouvernail du Zentrum de prendre aussi la direction des Katholikentage.

20Le rigorisme de Karl Heinrich zu Löwenstein avait fini par l’isoler même des évêques, à la fois jaloux de leur pouvoir et désireux d’enterrer la hache de guerre avec le gouvernement wilhelmien, par conséquent gênés par les agissements de ce prince ultramontain qui traitait directement avec Rome. Pourtant, Karl Heinrich zu Löwenstein n’était pas entièrement coupé des réalités. S’il semblait brouillé avec la modernité, son attitude était pourtant plus ambivalente qu’il n’y paraît au premier abord. Certes, il rejetait catégoriquement le capitalisme, qui vouait les ouvriers à la misère, et le socialisme, une idéologie tout aussi matérialiste et déshumanisante à ses yeux. Néanmoins, aux commandes des Katholikentage, il encouragea la création et le développement de nombreuses associations catholiques, montrant qu’il était capable d’employer les mêmes armes que les libéraux pour mobiliser les laïcs dans la défense des intérêts de l’Église.

  • 33 Marie-Emmanuelle Reytier, « Les Katholikentage dans l'entre-deux-guerres », 14-18. Aujourd'hui – To (...)

21Le fils de Karl Heinrich, Alois zu Löwenstein, élu en 1920 à la présidence du « Comité central », se garda bien de réitérer les mêmes erreurs que son père. Il se montra plus pragmatique, bien qu’il mît officiellement un terme à la coopération étroite entre les Katholikentage et le Zentrum33.

Haut de page

Notes

1 Marie-Emmanuelle Reytier, « Die Fürsten Löwenstein an der Spitze der deutschen Katholikentage : Aufstieg und Untergang einer Dynastie (1868-1968) », Markus A. Denzel et Günther Schulz (dir.), Deutscher Adel im 19. und 20. Jahrhundert, St. Katharinen, Scripta Mercaturae, 2004, pp. 461-502.

2 Les Kulturkämpfe (combats pour la civilisation) renvoient aux tensions ayant assombri les relations entre l'État et l'Église de Rome dans les pays germaniques au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Dans certains cas, les politiques répressives des gouvernements aboutirent à la persécution des catholiques et à l'emprisonnement des clercs, comme au pays de Bade au début des années 1860 et surtout en Prusse sous l'égide du chancelier Bismarck entre 1872 et 1878. Sur le Kulturkampf prussien : Victor Conzemius, « L'Allemagne. L'Église catholique », Jean-Marie Mayeur, Charles et Luce Pietri, André Vauchez et Marc Vénard (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, tome 11 : Libéralisme, industrialisation, expansion européenne (1830-1914), Paris, Desclée, 1995, pp. 659-671, ici pp. 662-664.

3 Pour davantage de précisions sur les Katholikentage pendant la République de Weimar, voir Marie-Emmanuelle Reytier, Les catholiques allemands et la République de Weimar : les Katholikentage, 1919-1932, thèse sous la direction du Professeur Jean-Dominique Durand, Université Jean Moulin - Lyon 3, 2005, 1156 p.

4 Officiellement, le « Commissaire » devait être réélu annuellement mais il s'agissait en réalité d'une pure formalité. Joseph May, Geschichte der Generalversammlungen der Katholiken Deutschlands 1848-1903, Cologne, Bachem, 1904, pp. 364-367.

5 Les Löwenstein-Wertheim-Rosenberg étaient la branche catholique de la famille. La branche protestante portait le nom des Löwenstein-Wertheim-Freudenberg. Justus Perthes (dir.), Gothaischer Genealogischer Hofkalender 1914, Gotha, Perthes, 1915, pp. 164-167.

6 En 1859, Karl Heinrich zu Löwenstein avait épousé une amie d'enfance, la princesse Adelheid zu Isenburg und Büdingen in Birstein (1841-1861). Ils eurent une fille, Marie, entrée plus tard chez les bénédictines de l'abbaye de Solesmes. Alfred Friese, « Karl Fürst zu Löwenstein-Wertheim-Rosenberg », Sigmund von Pölnitz (dir.), Lebensläufe aus Franken, tome 6, Wurtzbourg, Schöningh, 1960, pp. 382-394, ici p. 385.

7 Harald Stockert, Adel im Übergang. Die Fürsten und Grafen von Löwenstein-Wertheim zwischen Landesherrschaft und Standesherrschaft 1780-1850, Stuttgart, Kohlhammer, 2000, pp. 188-300.

8 Erwin Gatz, « Schwarzenberg, Friedrich Fürst zu (1809-1885) », id. (dir.), Die Bischöfe der deutschsprachigen Länder 1785/1803 bis 1945. Ein biographisches Lexikon, Berlin, Duncker & Humblot, 1983, pp. 686-692.

9 Karl Heinrich zu Löwenstein avait une sœur, Adelheid. En 1850, elle épousa le roi du Portugal, Miguel Ier, duc de Bragance, qui vivait alors en exil. Alfred Friese, « Karl Fürst zu Löwenstein-Wertheim-Rosenberg », Sigmund von Pölnitz (dir.), Lebensläufe aus Franken, op. cit., pp. 383-384.

10 Paul Siebertz, Karl Fürst zu Löwenstein. Ein Bild seines Lebens und Wirkens nach Briefen, Akten und Dokumenten, Kempten, Kösel, 1924, pp. 7-27.

11 « Vous serez un petit apôtre pour l'Allemagne ». Ibid., pp. 125-126.

12 Au milieu du XIXe siècle, dans les pays germaniques, le libéralisme représentait les idées politiques d’une partie de la bourgeoisie. Inspirés par la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, les libéraux s'opposaient aux pouvoirs autocratiques et aux bureaucraties. Ils réclamaient l'instauration d'États de droit et de monarchies constitutionnelles. Sur le projet libéral, notamment au parlement de Francfort, voir Alfred Wahl, Les forces politiques en Allemagne XIXe-XXe siècle, Paris, Colin, 1999, pp. 25-37 et pp. 66-67.

13 Rudolf Morsey, « Streiflichter zur Geschichte der deutschen Katholikentage 1848-1932 », Jahrbuch für Christliche Sozialwissenschaften 26 (1985), pp. 9-24, ici p. 15. Heinz Hürten, Kurze Geschichte des deutschen Katholizismus 1800-1960, Mayence, Grünewald, 1986, pp. 133-146.

14 Heinz Hürten, « Karl Heinrich Fürst zu Löwenstein (1834-1921) », Jürgen Aretz, Rudolf Morsey et Anton Rauscher (dir.), Zeitgeschichte in Lebensbildern, tome 9, Münster, Aschendorff, 1999, pp. 51-62, ici pp. 53-54.

15 Paul Colonge et Rudolf Lill (dir.), Histoire religieuse de l'Allemagne, Paris, Cerf, 2000, p. 417.

16 David Blackbourn, « The problem of democratisation : German Catholics and the role of the Centre Party », Richard J. Evans (dir.), Society and politics in Wilhelmine Germany, Londres, Croom Helm, 21980 (1978), pp. 169-180.

17 Klemens von Oer, Der Verein katholischer Edelleute Deutschlands, Münster, Westfälische Vereinsdruckerei, 1919, pp. 41-44.

18 Wilfried Loth, Katholiken im Kaiserreich : der politische Katholizismus in der Krise des wilhelminischen Deutschlands, Düsseldorf, Droste, 1984, p. 40.

19 Les « Thèses de Haid » inspirèrent en partie l’« Union de Fribourg » dont certaines propositions se retrouvèrent dans l'encyclique Rerum novarum du 15 mai 1891. « Rerum novarum », Acta Sanctae Sedis 23 (1890-1891), pp. 641-670. Paul Siebertz, Karl Fürst zu Löwenstein, op. cit., pp. 210-232. Heinz Hürten, « Karl Heinrich Fürst zu Löwenstein (1834-1921) », Jürgen Aretz, Rudolf Morsey et Anton Rauscher (dir.), Zeitgeschichte in Lebensbildern, op. cit., pp. 56-57. À propos de l'« Union catholique d'études sociales et économiques à Fribourg », voir Jean-Dominique Durand, L'Europe de la démocratie chrétienne, Bruxelles, 1995, Complexe, pp. 43-45, et Emiel Lamberts, « L’Internationale noire. Une organisation secrète au service du Saint-Siège », id. (dir.), The Black International, 1870-1878 : The Holy See and militant Catholicism in Europe / L’Internationale noire, 1870-1878 : le Saint-Siège et le catholicisme romain en Europe, Leuven, Leuven University Press, 2002, pp. 15-102, ici pp. 95-96.

20 Rolf Kiefer, Karl Bachem, 1858-1945 : Politiker und Historiker des Zentrums, Mayence, Grünewald, 1989, pp. 157-163.

21 Uwe Mazura, Zentrumspartei und Judenfrage 1870/71-1933 : Verfassungsstaat und Minderheitenschutz, Mayence, Grünewald, 1994, pp. 199-216. Olaf Blaschke, Katholizismus und Antisemitismus im Deutschen Kaiserreich, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 19992 (1997), pp. 246-248.

22 Otto Braunsberger SJ, « Karl Fürst zu Löwenstein », Stimmen der Zeit 110/5 (1926), pp. 321-329, ici p. 323.

23 Johannes B. Kißling, Geschichte der deutschen Katholikentage, tome 2, Münster, Aschendorff, 1923, p. 346.

24 Jonathan Sperber, Popular Catholicism in nineteenth-century Germany, Princeton, Princeton University Press, 1984, pp. 184-185.

25 Hans-Michael Körner, Staat und Kirche in Bayern 1886-1918, Mayence, Grünewald, 1977, pp. 36-37.

26 Karl Otmar von Aretin, Franckenstein. Eine politische Karriere zwischen Bismarck und Ludwig II., Stuttgart, Klett-Cotta, 2003, pp. 281-293.

27 Rudolf Morsey, « Ernst Lieber (1838-1902) », Jürgen Aretz, id. et Anton Rauscher (dir.), Zeitgeschichte in Lebensbildern, tome 4, Mayence, Grünewald, 1980, pp. 64-78.

28 Wilfried Loth, « Soziale Bewegungen im Katholizismus des Kaiserreichs », Geschichte und Gesellschaft 17 (1991), pp. 279-310.

29 Karl Buchheim, Ultramontanismus und Demokratie : der Weg der deutschen Katholiken im 19. Jahrhundert, Munich, Kösel, 1963, pp. 494-515 et pp. 523-530. Ursula Mittmann, Fraktion und Partei : ein Vergleich von Zentrum und Sozialdemokratie im Kaiserreich, Düsseldorf, Droste, 1976, pp. 120-122.

30 Archiv des Deutschen Caritasverbandes, 590. 2 .055 Fasz. 1, Zentralkomitee der deutschen Katholiken Bad-Godesberg – Vollversammlungen – Protokolle : Heinrich Otto (dir.), Protokoll über die 1. Verhandlung des Centralkomités [sic] der Generalversammlung der Katholiken Deutschlands, Frankfurt am Main den 17. November 1898.

31 Ainsi, le nombre de « présidents des Katholikentage » – une personnalité élue chaque année pour diriger les assemblées pendant les trois ou quatre jours que duraient les Congrès – issus d'un milieu bourgeois passa de 24 % entre 1870 et 1890 à 65 % entre 1890 et 1915. Josef Mooser, « Volk, Arbeiter und Bürger in der katholischen Öffentlichkeit des Kaiserreichs. Zur Sozial- und Funktionsgeschichte der deutschen Katholikentage 1871-1913 », Hans-Jürgen Puhle (dir.), Bürger in der Gesellschaft der Neuzeit. Wirtschaft – Politik – Kultur, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1991, pp. 259-273, ici pp. 263-264.

32 Paul Siebertz, Karl Fürst zu Löwenstein, op. cit., pp. 497-512. Ute Frevert, « Mœurs bourgeoises et sens de l'honneur », Jürgen Kocka (dir.), Les bourgeoisies européennes au XIXe siècle, Paris, Belin, 1996, pp. 203-246.

33 Marie-Emmanuelle Reytier, « Les Katholikentage dans l'entre-deux-guerres », 14-18. Aujourd'hui – Today – Heute 1/1 (février 1998), pp. 71-85. Id., « Alois Fürst zu Löwenstein (1871-1952) », Jürgen Aretz, Rudolf Morsey et Anton Rauscher (dir.), Zeitgeschichte in Lebensbildern, tome 10, Münster, Aschendorff, 2001, pp. 115-128, ici pp. 122-125.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : Lokal-Komitee zu Krefeld (dir.), Verhandlungen der 45. General-Versammlung der Katholiken Deutschlands zu Krefeld vom 21. bis 25. August 1898, Krefeld, Klein’schen Buchdruckerei, 1898, p. 17.
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Emmanuelle Reytier, « Karl Heinrich zu Löwenstein (1834-1921) : un prince ultramontain au service de l’Église », Chrétiens et sociétés, 11 | 2004, 49-60.

Référence électronique

Marie-Emmanuelle Reytier, « Karl Heinrich zu Löwenstein (1834-1921) : un prince ultramontain au service de l’Église », Chrétiens et sociétés [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2523 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.2523

Haut de page

Auteur

Marie-Emmanuelle Reytier

RESEA - UMR 5190, LARHRA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org