Navigation – Plan du site

Avant-propos

Yves Krumenacker

Texte intégral

1L’année 2009 a été marquée, en histoire religieuse, par la commémoration du 500e anniversaire de la naissance de Calvin. Notre équipe de recherches ne pouvait y être insensible : depuis plusieurs dizaines d’années maintenant, les travaux sur le protestantisme moderne et contemporain ont été nombreux à Lyon : ce numéro de Chrétiens et Sociétés propose une synthèse des mémoires de maîtrise, DEA et master soutenus à Lyon sur ce sujet, prouvant ainsi la vitalité de la recherche en ce domaine. Ce n’est donc pas un hasard si l’équipe RESEA a largement contribué à la réalisation de l’exposition Lyon 1562 capitale protestante, aux Archives municipales de Lyon (21 octobre 2009 – 27 février 2010), qui rencontre un grand succès en présentant de nombreux documents issus des fonds lyonnais, mais aussi d’autres bibliothèques ou dépôts d’archives de France ou de l’étranger : la domination des protestants à Lyon en 1562-1563 est ainsi le prétexte à présenter l’histoire religieuse, mais aussi culturelle, de la ville au XVIe siècle. Un très beau livre, sous le même titre (publié chez Olivetan), prolonge l’exposition en faisant, pour la première fois, une synthèse de l’histoire religieuse de Lyon au XVIe siècle : une œuvre collective, mais dont la moitié des auteurs appartiennent à RESEA.

2Il est donc assez naturel que ce numéro soit tout entier consacré à l’histoire du protestantisme – à l’exception des comptes rendus, publications et nouvelles diverses. Et, comme d’habitude, ce sont les jeunes chercheurs, ou des recherches récentes, qui sont mis en avant. Tous les articles proviennent en effet de thèses en cours ou qui viennent d’être soutenues. Germaine Lemétayer a ainsi travaillé pendant de longues années sur une petite communauté protestante de Bourgogne, Paray-Le-Monial, montrant comment un microcosme confessionnel a pu se maintenir face à une majorité catholique, en se renouvelant, en faisant preuve d’un dynamisme remarquable, en jouant sur différents réseaux. Elle nous donne les principaux résultats de son étude en publiant ici son exposé de soutenance, prononcé le 25 juin 2009 à l’Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand 2). Si les communautés bourguignonnes d’Ancien Régime étaient restées jusque là mal connues, il n’en est pas de même des protestants lyonnais. Cependant, ceux-ci ont toujours été considérés comme des calvinistes. Or, nous le révèle Alain Briand-Barralon, un certain nombre d’entre eux, pour la plupart étrangers, sont en fait luthériens. Si, à Lyon, ils fréquentent le culte réformé, ils animent également l’église luthérienne de Lyon qui se trouve en réalité à Genève. Il s’agit de quelques dizaines de personnes, généralement d’un niveau social élevé, dont toutes les caractéristiques sont données dans un article qui annonce en même temps la première partie d’une thèse en cours, portant sur la longue durée, du XVIIIe siècle à nos jours.

3Les deux articles suivants traitent du protestantisme à l’époque contemporaine. Julien Landel, qui travaille sur les réseaux du Réveil sous la Restauration, publie des extraits de la correspondance d’Auguste de Staël avec le pasteur Cellérier, ce qui permet de mieux comprendre son engagement dans les nombreuses sociétés protestantes qui caractérisent cette période du protestantisme français. Christelle Ortolland, qui vient de soutenir sa thèse sur les chrétiens français et l’apartheid en Afrique du Sud (1948-1990), nous présente les réactions des catholiques et des protestants face à l’apartheid et la manière dont ils ont soutenu les Églises sud-africaines qui luttaient contre ce système. Ce dossier se termine par la présentation, déjà évoquée, des mémoires soutenus à Lyon sur le protestantisme.

4Ce sont donc des aspects neufs de l’histoire du protestantisme qui apparaissent ici. Leur point commun est peut-être l’attention portée aux réseaux internationaux. Que ce soit les réformés de Paray-Le-Monial, liés au Queyras ou à l’Auvergne avant de partir en exil à Genève, les luthériens lyonnais vivant en partie à Genève et commerçant avec l’Allemagne et la Suisse, Auguste de Staël qui a des relations dans toute l’Europe, particulièrement en Suisse et en Angleterre, ou les Églises françaises qui portent leur regard sur l’Afrique du Sud, ces exemples montrent que l’histoire du protestantisme ne peut pas se faire dans un cadre strictement national.

5La couverture de ce numéro montre les espoirs de la Contre-Réforme catholique : l’intérieur du porche d’entrée du monastère cistercien de Stična, au centre de la Slovénie, présente de hauts-reliefs en stuc remarquables. Parmi eux, on voit des protestants, dont un pasteur (qui pourrait être un portrait de Calvin), engloutis par l’Enfer. La scène a été sculptée vers 1620. Le protestantisme, bien implanté dans le pays au milieu du XVIe siècle, a été pourchassé par l’archiduc Ferdinand à partir de 1564 et a à peu près disparu vers 1600. Les moines de Stična ont exprimé leur espoir d’un anéantissement définitif. La vigueur de la recherche actuelle sur le protestantisme les aurait sûrement consternés…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Avant-propos », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2444

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org