Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Pierre Vallin, Le curé d’Ars en un temps de révolutions, Paris, Centre Sèvres, coll. Médiasèvres Théologie (n° 48), 2009, 90 p.

Paul Chopelin
p. 213-214

Texte intégral

1Saluons l’heureuse initiative du Centre Sèvres de rééditer cet ouvrage, initialement paru en 1988 dans la série des Cahiers Médiasèvres. Devenu introuvable, ce petit recueil d’articles de Pierre Vallin occupe pourtant une place essentielle dans la longue bibliographie « arsoise ». Il s’agit de trois articles parus dans différentes revues, auxquels a été ajouté un article inédit, qui ont tous pour objet d’inscrire Jean-Marie Vianney dans l’environnement ecclésiastique de son temps, en insistant sur sa pastorale et un contexte local marqué par le jansénisme convulsionnaire.

2Très classique, le premier article (« Jean-Marie Vianney témoin des évolutions de l’Église de France ») retrace les grandes étapes de la vie du curé d’Ars, de ses années de jeunesse à Dardilly et Écully, à son décès en odeur de sainteté en 1859. Chaque période de la vie du curé est mise en perspective avec les évolutions que connaissent à la même époque le diocèse de Belley et l’ensemble de l’Église de France.

3Dans « Le curé d’Ars écrivain », P. Vallin reprend de façon très minutieuse le dossier du seul ouvrage attribué à Jean-Marie Vianney : Un pasteur parlant à son peuple (Lyon, 1846). Sollicité par l’imprimeur lyonnais Guyot, le curé d’Ars l’aurait autorisé à imprimer certains de ses sermons, sous la seule condition que ceux-ci soient relus et corrigés par un ecclésiastique plus compétent. Ce fut l’œuvre de l’abbé Colomb de Gast. Après examen par l’Ordinaire, cet ouvrage fut finalement interdit à la vente, mais un exemplaire a été conservé par son censeur, le P. Deschamps, et se trouve aujourd’hui à la bibliothèque du Centre Sèvres. En étudiant ces textes, Pierre Vallin s’efforce de reconstituer la pensée originelle du curé d’Ars à travers le travail de réécriture de l’abbé Colomb, qu’il juge d’ailleurs plus important qu’on ne le pensait jusqu’ici. Comme dans les autres sermons qui ont été conservés, deux traits caractérisent la prédication de Jean-Marie Vianney : l’importance de la perspective christocentriste et le recours à une morale « large », en réaction au « rigorisme traditionnelle de l’ancienne école française ».

4Le troisième article (« Le curé d’Ars en son temps ») brosse à grands traits le portrait du milieu ecclésiastique dans lequel Jean-Marie Vianney a évolué, principalement au cours de son enfance et de ses années de formation : les missionnaires clandestins de Linsolas par l’intermédiaire des abbés Groboz et Chaillou, les génovéfains par le biais du curé concordataire d’Écully, Charles Balley, et enfin les jansénistes lyonnais avec François Jacquemond. Tous, par les modèles spirituels qu’ils diffusent auprès de leurs fidèles, contribuent à créer les conditions nécessaires à l’apparition du « phénomène d’Ars ».

5Le quatrième article (« Jean-Marie Vianney et les jansénistes lyonnais ») évoque pour sa part le parcours du dominicain convulsionnaire Pierre Fayolle, dont la famille, originaire d’Écully, a longtemps côtoyé les Vianney.

6Au final, cet ouvrage restitue une « ambiance », permettant de comprendre l’état d’esprit des fidèles qui commencèrent à se rendre en masse à Ars à partir de 1830. Mais, comme le reconnaît Pierre Vallin, il est très difficile, faute de sources, de mesurer nettement l’influence de ce milieu ecclésiastique sur la pastorale de Jean-Marie Vianney, telle qu’elle a été pensée et reçue par la population. Ces articles apportent en tout cas quelques compléments à la grande thèse de Philippe Boutry (Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, 1986). Il est seulement regrettable que la mise à jour bibliographique en fin de volume ne mentionne pas les travaux récents sur les jansénistes du Lyonnais, du Forez et du Beaujolais, auxquels Pierre Vallin consacre pourtant de longues pages. Les travaux de Jean-Pierre Chantin ont notamment profondément renouvelé nos connaissances sur le sujet, ne serait-ce qu’au travers de sa thèse Les amis de l’œuvre de la vérité. Jansénisme, miracles et fin du monde au XIXe siècle (PUL, 1998).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Chopelin, « Pierre Vallin, Le curé d’Ars en un temps de révolutions, Paris, Centre Sèvres, coll. Médiasèvres Théologie (n° 48), 2009, 90 p. », Chrétiens et sociétés, 16 | 2009, 213-214.

Référence électronique

Paul Chopelin, « Pierre Vallin, Le curé d’Ars en un temps de révolutions, Paris, Centre Sèvres, coll. Médiasèvres Théologie (n° 48), 2009, 90 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2442

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org