Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Pierre-Jean Souriac, Une Guerre civile. Affontements religieux et militaires dans le Midi toulousain (1562-1596), Seyssel, Champ Vallon, 2008, 446 p.

Yves Krumenacker

Notes de la rédaction

Le livre de Pierre-Jean Souriac a obtenu le Prix Georges Goyau 2009, prix annuel d'histoire créé en 1994 décerné par l'Académie française

Texte intégral

1Les guerres de religion ont été abondamment traitées depuis une vingtaine d’années. Mais ce livre, issu d’une thèse de doctorat de l’Université Paris IV, est profondément original. Il explore en effet les aspects les plus concrets de ces guerres, en les étudiant dans un espace restreint, mais parfaitement adapté à son objet, le Midi toulousain. Pour cela, il se fonde sur un nombre important d’imprimés, notamment des mémoires, mais surtout sur une masse considérable d’archives : délibérations d’assemblées provinciales, diocésaines ou municipales, archives militaires et surtout, et c’est sans doute ce qui en fait l’originalité, financières.

2Espace de contacts sans véritable cohérence territoriale, le Midi toulousain s’est divisé confessionnellement au tournant des années 1560 : le Pays de Foix, le Montalbanais, la région de Castres, profondément marqués par la Réforme protestante, s’opposent aux bastions catholiques de Toulouse, de Comminges et de l’Albigeois ; cela explique l’importance des guerres de religion : tumultes, prises d’armes en 1562-1563, opérations militaires plus importantes en 1568-1570, puis plus régionales, voire locales, dans les années 1570, affrontement entre le gouverneur, Montmorency, allié aux protestants, et Joyeuse, rallié à la Ligue, pendant la dernière guerre, jusqu’en 1596. Ce sont ces événements que l’auteur cherche à comprendre dans leurs modalités concrètes.

3Il faut d’abord voir qui décide de la guerre. Pour les catholiques, c’est d’abord le Parlement de Toulouse, qui incarne un catholicisme intransigeant : il désigne l’adversaire, mobilise des troupes, ordonne les dépenses militaires. C’est lui, bien plus que les lieutenants royaux, qui est à l’origine de la diffusion de la violence et de la militarisation de la société. Les gouverneurs prennent le relais lors des 2e et 3e guerres, et l’espace se polarise à partir des options confessionnelles différentes de deux grandes familles, les Navarre et les Montmorency-Damville ; en dessous d’eux s’affirment comme chefs de guerre les lieutenants généraux, tous d’origine régionale ; eux-mêmes envoient leurs amis commander des portions plus réduites de territoire, morcelant le Midi toulousains en une multitude de petits pays presque autonomes, ne correspondant pas aux structures préexistantes comme les diocèses civils ou les pays d’État avec qui il faut pourtant discuter, car ce sont elles qui administrent le territoire.

4Les États du Languedoc comme les diocèses civils statuent sur les impôts royaux ; mais ils ordonnent aussi des cotisations à la demande des autorités militaires provinciales. Mais, à partir des années 1567-1568, ces assemblées tendent à lever leurs propres compagnies et à installer des garnisons, organisant elles-mêmes leur propre défense, dans une rivalité plus ou moins prononcée avec les chefs de guerre. Il en est de même avec les villes, où un équilibre instable se trouve entre les pouvoirs municipaux et les chefs de guerre ; Souriac développe particulièrement le cas de Toulouse. De manière générale, la tendance est à une autonomie administrative accrue à la faveur des guerres. Dans le même temps se structurent un parti protestant et des associations, croisades, ligues catholiques ; tous cherchent à se fondre dans les institutions régionales existantes et à affirmer leur légalité, même quand ils s’opposent au pouvoir central. Après d’autres, Souriac amène ainsi à nuancer considérablement la notion de « Provinces-Unies du Midi ». C’est par ces mécanismes que la guerre devient vraiment une guerre civile, mobilisant toute la société pour sa mise en défense.

5Pour ce faire, l’argent est nécessaire. Ce qui frappe, c’est l’extraordinaire diversité des moyens dont pouvaient disposer les chefs de guerre : fiscalité ordinaire (les protestants, lorsqu’ils contrôlent un diocèse, respectant la procédure mais confisquant les deniers royaux), impositions extraordinaires auxquelles on s’oppose sous Henri III, impôts extraordinaires dont l’attribution se limite au Midi toulousain, recours conjoncturels au crédit, confiscations, création de nouveaux impôts. De cette étude minutieuse où, là encore, le cas de Toulouse est particulièrement mis en valeur, Souriac tire une importante conclusion qui rejoint ce qu’il dégage de ses autres analyses : d’une guerre traditionnelle, derrière le roi, on passe peu à peu à une prise en charge provinciale et locale de la guerre et à une autonomisation des pratiques des pays et des villes dans les années 1570, avant que l’échelon provincial ne devienne prépondérant dans la décennie suivante ; la logique de la guerre ne relève plus alors de l’État, mais de priorités locales.

6Cette guerre civile de plus en plus régionalisée réclame des hommes, des civils en armes, malgré la législation qui prescrit le désarmement des civils. Les citadins ont des devoirs militaires, défendre les murs de la ville et, pour cela, posséder des armes. La noblesse est également mobilisée, par la convocation, peu efficace, du ban et de l’arrière-ban, et surtout par le volontariat. Pour faire des uns et des autres de vrais soldats, il faut les fondre dans le cadre militaire de l’armée royale : une armée équipée, aristocratique, organisée en compagnie en fonction de liens d’amitié ou de parenté ; quelques compagnies permanentes et beaucoup à l’utilisation conjoncturelle, surtout à partir de 1567 ; toute une petite noblesse provinciale peut ainsi peser davantage dans la société. Malgré la présence d’une cavalerie d’élite, la guerre est essentiellement l’affaire de gens de pied recrutés par un capitaine généralement noble qui recrute dans son réseau de relations des hommes ne servant souvent que pendant à peine un mois. Quant aux villes, elles constituent des compagnies urbaines chargées de les défendre et d’assurer l’ordre, permettant au petit peuple investi dans la carrière militaire municipale d’acquérir un poids social plus important.

7Mais cette guerre n’a rien des grandes campagnes militaires. Si toute la société est mobilisée, s’il y a des soldats partout, les combats sont plutôt rares. Souriac différencie trois grands types d’événements : des sièges de ville, longs et souvent infructueux comme Montauban en 1562-1563 ou Villemur en 1592 ; le périple d’une armée mobile afin de tenir un pays, comme avec Montmorency-Damville en 1569-1570 ; le contrôle d’un territoire pour protéger les récoltes contre les opérations ennemies, ce que fait Cornusson en 1577 dans la sénéchaussée de Toulouse. On retrouve l’aspect très régional de la guerre, avec le lien entre les chefs militaires locaux et les autorités politiques capables de les financer.

8Les grandes armées – qui ne dépassent jamais les 4000 hommes, renouvelés cependant à un rythme très rapide - ont finalement été assez peu présentes, avant 1570 et après 1585 seulement, et se sont généralement contentées de contrôler le pays plutôt que de se lancer dans des affrontements incertains. Elles ne diffèrent guère, de ce point de vue, des armées beaucoup plus petites levées par des commandants de pays dans les années 1570 mais qui évitent généralement les combats. Le but n’est pas d’écraser l’ennemi, mais de consolider des positions, de s’assurer des places fortes mineures, de protéger les travaux des champs. C’est pourquoi les soldats sont en réalité la plupart du temps en garnison dans des villes ou des villages (des garnisons quelquefois très réduites, de moins d’une dizaine d’hommes). Comme il s’agit d’une guerre civile, c’est toute la société qui se mobilise pour défendre son pays. Mais les levées d’hommes sont toujours insuffisantes pour influer sur le sort de la guerre et seuls des coups de main rapides peuvent être tentés.

9Se pose alors la question du coût de la guerre. Souriac montre que les choix budgétaires sont aussi des choix stratégiques et qu’étudier l’usage de l’argent révèleles politiques effectives des acteurs. Le modèle du paiement des troupes est fourni par l’armée royale, avec une distinction entre les trésoriers et payeurs d’une part, les ordonnateurs d’autre part, ces derniers supervisant les campagnes ou vérifiant l’état réel des compagnies. Ce modèle est suivi par les armées provinciales, aboutissant, surtout à partir de la décennie 1570, à une provincialisation du paiement de la guerre. Le niveau des soldes des soldats correspond au niveau moyen du royaume, bien supérieur à ce que touchent les gardes urbaines ; mais il ne permet guère d’acheter des armes neuves, ce qui jette le doute sur l’équipement réel des compagnies. Au niveau global, la plus grande partie du budget des trésoreries des guerres est consacrée aux soldats de pied, sans toutefois pouvoir payer plus de 4 à 5 mois de soldes par an, l’hébergement et le ravitaillement étant à la charge des trésoreries civiles locales. L’artillerie, les fortifications ne représentent que des postes secondaires, sauf dans une place comme Montauban. La guerre, financée localement, coûte donc surtout par le paiement des hommes, preuve supplémentaire, selon Souriac, que toute la société se militarise.

10Quel est, finalement, l’impact réel de la guerre sur la société ? L’avant-dernier chapitre cherche à dépasser les déplorations du temps pour mesurer de manière plus précise le poids des événements. Il rappelle l’obligation de loger les soldats, droit qui se mue en un véritable droit de réquisition. Pour y échapper, les communautés négocient pour que les troupes s’éloignent, font jouer les protections personnelles dont elles peuvent quelquefois jouir, ou cherchent à obtenir des dédommagements. L’examen de la conjoncture fiscale montre une accumulation des retards dans le paiement des impôts, surtout à partir de 1585, et surtout dans les zones de contact confessionnel, à cause de la pauvreté. 10% des villages sont même désertés par leurs habitants. Mais il est remarquable qu’en dehors de ces cas dramatiques mais minoritaires, le Midi a pu faire face à cet épisode difficile de son histoire, le seuil de l’intolérable n’étant atteint que lors de la dernière guerre.

11Il reste à se demander comment finir la guerre. Souriac le fait avec brio, en s’intéressant, comme toujours, aux questions les plus matérielles. Éviter la guerre, en 1561-1562, par l’envoi de chefs militaires pour faire respecter l’ordre et empêcher les assemblées illicites comme les violences a été un échec. Pourtant les différents édits de pacification ont eu recours aux mêmes outils. Ce sont les chefs de guerre qui sont chargés de régler les suspensions d’armes ; la question, pour eux, n’est pas d’organiser la coexistence confessionnelle, elle est d’assurer l’ordre public. La thèse récente de Jérémie Foa (cf Chrétiens et Sociétés n° 15, 2008, p. 195-199) permet désormais de compléter l’analyse. Le cas toulousain, longuement analysé, montre tout ce qu’il faut solder : les questions financières d’abord, décharger la ville des détournements opérés sur les caisses royales pour payer la guerre, permettre à la ville de rembourser ses dettes, restituer les biens confisqués à leurs propriétaires ; réintégrer ensuite l’élite protestante dans ses fonctions et dans ses biens ; supprimer la mémoire de la guerre (ce à quoi les Toulousains résistent). Le même processus est à l’œuvre, avec peu de succès, lors de tous les édits de pacification de 1568 à 1580, la seule nouveauté étant la concession de places fortes aux protestants. C’est la lassitude, observée à partir du milieu des années 1580, qui semble décisive pour expliquer le succès de la paix, établie pour le Midi à Folembray en janvier-février 1596. On note en effet de plus en plus de trêves destinées à épargner certains biens et certaines communautés, donc à éloigner les soldats des civils afin de permettre la survie économique du pays ; des associations de défense se forment également, pour repousser les soldats. Plus que la volonté d’une coexistence confessionnelle, c’est le rejet des malheurs de la guerre qui explique que la volonté royale de pacification a pu s’imposer.

12Ce livre apporte une importante contribution à l’étude des cultures de guerre, davantage étudiées à propos de l’Allemagne moderne (voir la thèse de D. Arlaud, Les fruits de la guerre : les blessures des soldats et le modèle sacrificiel de la guerre entre 1618 et 1763 dans le Saint-Empire, Paris 1, 2005) et surtout des guerres du XXe siècles, à la suite des travaux d’A. Becker. Il s’interroge en profondeur sur ce que peut être la militarisation de la société dans une guerre civile. Pour les spécialistes d’histoire religieuse, il représente un défi redoutable. En effet, sans récuser le moins du monde l’aspect religieux des guerres, il le met entre parenthèses pour en montrer le quotidien. Sont alors mis en avant les liens de solidarité, les impératifs de défense des communautés, les questions d’argent ; la guerre apparaît surtout comme une occupation de territoire, comme une « petite guerre » sans combat d’envergure ni massacre retentissant. On a du mal, dans ces conditions, à voir agir, pendant soixante ans, une société de « guerriers de Dieu » animés d’une fureur mystique. Ce n’est pas qu’ils n’aient pas existé, les multiples textes imprimés analysés depuis des années par D. Crouzet suffisent pour le montrer. Mais la plongée dans les archives réalisée par Souriac invite à penser qu’ils n’ont été qu’une minorité ou qu’ils n’ont agi que pendant de courts moments d’exaltation. Le sentiment religieux qui animait les acteurs de ces guerres civiles en pays toulousain semble se mêler à bien d’autres éléments beaucoup plus prosaïques, expliquant aussi bien la forme des combats que le processus de paix. C’est du moins ce qu’invite à penser ce beau livre, qui fera date.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Pierre-Jean Souriac, Une Guerre civile. Affontements religieux et militaires dans le Midi toulousain (1562-1596), Seyssel, Champ Vallon, 2008, 446 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 17 septembre 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2440

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org