Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Jean-Christophe de Nadaï, Jésus selon Pascal, Paris, Mame-Desclée (Jésus et Jésus-Christ 94), 2008, 382 p.

Yves Krumenacker

Texte intégral

1C’est un livre très exigeant que nous donne J.-C. de Nadaï, docteur ès Lettres et dominicain. Il s’agit d’une lecture littéraire et théologique de l’ensemble de l’œuvre de Pascal à travers le thème, central, de Jésus. On affirme généralement le christocentrisme de Pascal mais, curieusement, l’étude précise de la manière dont il parle de Jésus n’avait jamais été faite. Pour relever ce défi, l’auteur prend les écrits pascaliens dans l’ordre chronologique dressé par J. Mesnard, en débutant par la Lettre aux Périer de 1651 pour terminer par la Prière pour demander à Dieu le bon usage des maladies d’après l’automne 1660, et il peut ainsi montrer une véritable évolution.

2Dans un premier temps en effet, ce qui domine c’est la vision de l’homme comme créature dont la destinée est d’aller à Dieu, ce qu’a accompli Jésus-Christ par son sacrifice holocauste. L’offrande faite sur la croix de sa vie permet de diviniser toute l’histoire humaine, le salut des élus consistant en une éternelle adoration de la majesté divine où les créatures sont anéanties. On reconnaît une christologie inspirée des vues de Bérulle : le Christ, religieux de Dieu, dont la nature humaine est privée de « subsistence » propre, offre le salut à ceux qui « adhèrent » à ses états. Toute sa vie, Pascal sera marqué par cette conception du Verbe incarné, qu’il tient cependant davantage de Condren, avec son insistance sur le sacrifice, que de Bérulle même. Mais, dans un deuxième temps, le sacrifice est vu dans la perspective du péché : sacrifice accompli dans la chair, ce qui oblige Pascal à abandonner le « néantisme » de Condren pour donner une consistance véritable à l’humanité de Jésus et à s’intéresser davantage à l’agonie à Gethsémani qu’au Calvaire. Cette insistance sur le péché fait sans doute de Pascal un augustinien, mais l’importance prise par Gethsémani montre surtout l’influence du dominicain Chardon, auteur en 1647 de La Croix de Jésus. Pascal est désormais sensible aux souffrances de Jésus provoquées par la colère de Dieu, allant jusqu’à examiner les conséquences extrêmes d’un Jésus qui n’est même plus certain de son salut lors de son agonie. Jésus se rapproche ainsi des fidèles, ignorants du choix de Dieu sur eux ; et Pascal, marqué par Jansénius, fait de Jésus le premier des jansénistes. Mais, dans la Prière pour demander à Dieu le bon usage des maladies, écrite peu avant sa mort, Pascal revient à un point d’équilibre, où Jésus offre la vie des fidèles avec la sienne, les unissant à lui dans une communion permettant d’adoucir l’incertitude de l’élection divine.

3Il est difficile de résumer en peu de mots ce livre tout en nuances, écrit dans un français très correct mais quelquefois difficile. On peut cependant se demander si la lecture systématique des textes de Pascal à la lueur de la théologie de saint Thomas d’Aquin est toujours la plus appropriée pour en saisir le sens ultime. Mais il s’agit là d’un débat de spécialistes, dans lequel je préfère ne pas me hasarder.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Jean-Christophe de Nadaï, Jésus selon Pascal, Paris, Mame-Desclée (Jésus et Jésus-Christ 94), 2008, 382 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 17 septembre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2436

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org