Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Philippe Molac, Histoire d’un dynamisme apostolique. La Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice, Paris, Editions du Cerf, 2008, 337 p.

Bernard Hours

Texte intégral

1Ancien étudiant en histoire à Lyon où il a soutenu une maîtrise sur Les Sulpiciens à Lyon au XIXe siècle, l’auteur est désormais prêtre de Saint-Sulpice et doyen de la faculté de théologie de Toulouse. L’histoire qu’il donne ici, est donc vue de l’intérieur et empreinte d’une prudence qui explique notamment son terminus ad quem en 1980, « afin de ne pas gêner des témoins encore vivants ». Il n’a pas voulu faire œuvre scientifique, mais s’inscrire dans le travail de la Commission des sources et des traditions instituée dans la Compagnie au milieu des années 70, afin de la rapprocher de l’enseignement de son fondateur, M. Olier et de ses premiers disciples et successeurs. Le résultat constitue à la fois une synthèse précieuse parce que la première du genre, et un parcours qui peut laisser le lecteur avec des questions sans réponse. L’histoire de la Compagnie est évoquée en onze chapitres chronologiques, le premier s’attardant sur la fondation par Olier jusqu’à la mort de celui-ci en 1657. Le volume est clos par des annexes (deux cartes des séminaires pris en charge en France d’une part sous l’ancien régime, d’autre part entre 1801 et 1980 ; deux notes de G. Chaillot sur les intuitions fondatrices d’Olier et sur la place réservée à de dernier dans la tradition sulpicienne). On aurait pu y adjoindre au moins une liste des supérieurs généraux et quelques tableaux statistiques. La composition générale ne facilite pas toujours la lecture : chaque chapitre traite successivement des trois provinces (France, Canada, Etats-Unis), ce qui à la fois oblige à des retours en arrière et introduit des ruptures. Par ailleurs, la chronique l’emporte sur l’analyse historique : il s’agit souvent d’une succession de faits et d’un défilé de personnalités. Les références bibliographiques se limitent trop souvent aux ouvrages de vulgarisation (G. Minois pour Bossuet, J. Orieux pour Voltaire) ; quelques inexactitudes ou maladresses de présentation émaillent l’ouvrage : Bérulle apparaît comme la source unique du renouveau pour le clergé au début du XVIIe siècle ; il est question d’une insurrection royaliste le 18 fructidor ; la philosophie est présentée comme la « science ancillaire » de la théologie, etc... Les analyses sociales et géographiques du recrutement se réduisent à deux rapides survols impressionnistes. Plus généralement, si l’histoire interne de la Compagnie est désormais mieux connue, son poids effectif dans l’histoire du clergé et de la vie religieuse en France surtout, mais aussi en Amérique du Nord, demeure implicite. L’impact des grands débats qui ont touché le clergé est souvent évoqué à la hâte, en particulier la question de l’infaillibilité, la crise moderniste, la condamnation de l’Action française, le débat sur l’aggiornamento, etc...

2Au fil de la lecture, quelques lignes de force se dégagent. La première, et la principale au vu du titre, est la visée apostolique de la fondation de Saint-Sulpice : Jean-Jacques Olier voulait former un clergé paroissial de qualité en vue de rechristianiser la France. La même préoccupation apostolique sous-tend l’installation au Canada (les Sulpiciens y sont étroitement liés à la Société Notre-Dame de Montréal), puis aux Etats-Unis (même s’il s’agit aussi de trouver un refuge au moment de la Révolution française), et enfin, au XXe siècle au Vietnam, en Chine, au Japon, en Afrique, en Amérique latine. Néanmoins toute l’histoire de la Compagnie est marquée par la tension entre sa vocation originelle (la formation des prêtres) et d’autres tâches auxquelles les Sulpiciens ont pu être appelés en raison des circonstances locales ou par évêques locaux (éducation, ministère paroissial). Sans doute faut-il y voir en partie l’effet d’un détournement de l’intuition première du fondateur. Olier avait développé une conception mystique du sacerdoce et du rôle du prêtre : la qualité du clergé paroissial dépendait de celle de sa vie spirituelle, de telle sorte que le prêtre devait être avant tout un homme d’oraison. Par la suite, sous l’influence principalement de Tronson, cette conception s’infléchit dans un sens ascétique et moralisateur, et la spécificité de la vocation sulpicienne en a sans doute pâti. La deuxième ligne de force réside dans les principes du gouvernement de la Compagnie, maintenus pour l’essentiel au fil des modifications des constitutions. Certes l’assemblée générale de 1966 a révolutionné la désignation du supérieur général, désormais élu plus démocratiquement au suffrage indirect alors qu’il était coopté auparavant. Mais le principe de la collégialité de la prise de décision, fondamental dès les origines, n’en a pas été affaibli, au contraire. De même, la soumission à l’autorité diocésaine n’a jamais été remise en cause. Enfin, dernier principe, la fidélité au pontife romain explique très probablement les choix de la Compagnie qui s’est montrée successivement, antijanséniste, réservée à l’égard du catholicisme libéral, antimoderniste, ce qui ne signifie pas que plusieurs de ses membres n’aient pu prêter une oreille plus que favorable aux sirènes mais l’auteur ne s’y attarde pas. Le plus saisissant demeure finalement la proximité chronologique entre l’apogée de la Compagnie que l’auteur situe au mitan du XXe siècle et ce qui ressemble à un séisme sinon une déroute, dans les années 60/70. Mais sur cette crise, l’auteur demeure prudent et se contente de livrer des faits (effondrement des effectifs principalement en France, fermeture de séminaires) tout en montrant comment se mettent en place de nouvelles structures afin de renforcer la cohésion internationale et de favoriser une réappropriation de l’inspiration originelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Hours, « Philippe Molac, Histoire d’un dynamisme apostolique. La Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice, Paris, Editions du Cerf, 2008, 337 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2434

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org