Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Pèlerinages et sanctuaires mariaux au XVIIe siècle. Manuscrit du père Vincent Laudun dominicain, éd. et prés. par Bruno Maes et Vincent Laudun, Paris, Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2008, 446 p.

Bernard Hours

Texte intégral

1Le XVIIe siècle assiste à l’éclosion des topographies sacrées, ou atlas de sanctuaires de pèlerinages, et particulièrement de topographies mariales. La plus connue et la plus achevée de toutes est l’Atlas du jésuite Guillaume Gumppenberg, dont la publication définitive date de 1672. B. Maes a choisi d’en éditer un autre, demeuré manuscrit jusqu’à ce jour et conservé à Avignon. Son auteur est un dominicain peu connu, Vincent Laudun, né probablement vers 1610 à Saint-Rémy de Provence, profès à Avignon en 1631 et inhumé dans ce couvent en 1692. Le projet de son atlas des sanctuaires mariaux, dont la partie conservée a été rédigée entre 1665 et 1668, ne manquait pas d’ambition, puisqu’une autre partie, perdue à ce jour, était consacrée aux sanctuaires non français. Il diffère sensiblement de l’œuvre de Gumppenberg pour plusieurs raisons : une enquête moins méthodique et plus subjective, l’illustration par des dessins réalisés par Laudun lui-même, un attrait évident pour le merveilleux même s’il esquisse parfois une critique de ses informations. Il recense 310 sanctuaires mariaux. Pour beaucoup, la fiche de présentation demeure vierge. Pour les autres, Laudun a puisé son information dans des manuscrits, dans des livres de pèlerinages, dans ses entretiens avec des témoins lorsqu’il s’est rendu sur place ce qui est le cas de nombreux sanctuaires provençaux. Pour 284 d’entre eux, il a dessiné la chapelle, souvent seule, parfois dans son environnement, réalisant ainsi de charmantes représentations, reproduites ici avec un grand bonheur. Certains dessins sont faits d’après une description écrite, le résultat étant alors très loin de la réalité, d’autres sont visiblement croqués de visu. Dans ses notices qui sont de taille très variable, Laudun insiste particulièrement sur les récits plus ou moins légendaires de l’origine des sanctuaires et se complaît à raconter les miracles qui y sont survenus, comme autant d’attestations de la vérité de la religion catholique, menacée mais toujours triomphante de l’hérésie. Le sens de l’entreprise apparaît comme une exaltation du royaume des lys, élu par Dieu et placé sous la protection spéciale de la Vierge. Parfois, ses descriptions s’attardent plutôt sur les paysages, dont la beauté et la douceur exaltent la gloire de l’œuvre divine. B. Maes a assorti cette édition de plusieurs index qui en rendent l’utilisation très aisée : trois index des sanctuaires classés par commune, par département puis par titulatures ; un index thématique qui fait la part belle aux types de miracles et aux dévotions ; enfin, une table des illustrations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Hours, « Pèlerinages et sanctuaires mariaux au XVIIe siècle. Manuscrit du père Vincent Laudun dominicain, éd. et prés. par Bruno Maes et Vincent Laudun, Paris, Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2008, 446 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2431

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org