Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Michel Jas, Incertitudes. Les cathares à Montpellier, Institut d’études occitanes, 2007, 163 p.

Yves Krumenacker

Texte intégral

1C’est un curieux petit livre qu’a écrit le pasteur Jas et dont on peut se demander en quoi il peut intéresser les lecteurs de Chrétiens et Sociétés. En fait, ce livre a trois objets : la question de la présence cathare à Montpellier, qui ne nous intéresse pas directement ; l’écriture de l’histoire ; la réappropriation protestante de l’histoire des cathares. Le premier thème est paradoxal, puisqu’il est généralement admis que Montpellier a été à peu près indemne de l’hérésie cathare. M. Jas accumule les éléments pour montrer que ce n’est pas aussi certain. Mais il faut bien avouer que ses arguments, pas toujours inédits (la béguine Catherine Sauve, brûlée en 1417, est bien connue), ne sont souvent pas très convaincants (la vénération de saint Denis comme signe d’un néoplatonisme annonçant le catharisme…) et les débats actuels sur la nature réelle du « catharisme » (un terme de moins en moins utilisé par les spécialistes) ne sont pas pris en compte.

2Sur la question de l’écriture de l’histoire, M. Jas pose la question de savoir comment faire quand les sources manquent. Il note avec raison que beaucoup de registres de l’Inquisition ont disparu, notamment ceux de la région de Montpellier et qu’une présence discrète qui sait rester secrète ne laisse pas de traces pour l’historien. Faut-il pour autant tomber dans l’extrême inverse ? M. Jas donne trop souvent l’impression que les indices incertains qu’il présente sont les preuves d’une présence cathare absente de toutes les sources positives.

3C’est le troisième thème qui donne la portée réelle de l’ouvrage. M. Jas étudie l’Histoire des Albigeois du pasteur de Montpellier Jean Chassanion (1595) pour montrer qu’en Languedoc, à la fin du XVIe siècle, on s’intéressait aux cathares considérés comme pré-calvinistes. Il semble regretter que, depuis le XIXe siècle, les protestants ont abandonné ce « rêve de filiation cathare ». M. Jas a tenté de démontrer, dans un livre précédent (Braises cathares, Loubatières, 1992), la réalité des liens entre eux, sans convaincre grand monde, il est vrai. Cela explique la nécessité de trouver des cathares en terre majoritairement protestante, comme Montpellier. Mais il s’agit alors d’idéologie, non d’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Michel Jas, Incertitudes. Les cathares à Montpellier, Institut d’études occitanes, 2007, 163 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 17 septembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2421

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org