Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Jean-Marie Gueullette, « Ces femmes qui étaient mes sœurs… » Vie du père Lataste, apôtre des prisons (1832-1869), Paris, Éd. du Cerf, 2008, 333 p.

Christian Sorrel

Texte intégral

1L’ouvrage que Jean-Marie Gueullette, professeur à l’Université catholique de Lyon, consacre au dominicain Alcide (Jean-Joseph en religion) Lataste, fondateur des Dominicaines de Béthanie, mérite une double attention. Il s’impose d’abord par son objet d’étude, dont la trajectoire brisée – il meurt à trente-sept ans, six ans après son ordination sacerdotale – illustre la vitalité du catholicisme français du XIXe siècle et son aptitude à prendre en compte, en les unissant, les besoins sociaux et les attentes spirituelles les plus divers, en particulier par le moyen de l’inventivité congréganiste, observée naguère par Claude Langlois. Le nom du père Lataste, initié à la « question sociale » par la Société de Saint-Vincent-de-Paul, matrice du catholicisme d’œuvres contemporain, est associé en effet au destin tragique des détenues que le jeune dominicain découvre à l’occasion d’une prédication à Cadillac. Il se consacre dès lors à elles en prêchant dans les prisons et en créant, dans le diocèse de Besançon, non sans obstacles, l’Œuvre de Béthanie, destinée à appeler des prisonnières réhabilitées à la vie religieuse. « Et mon cœur s’emplissait de larmes encore en songeant à la rude et sanglante vie, au poids écrasant de honte et d’humiliation qui pesait encore et qui allait continuer de peser encore sur ces âmes qui m’étaient devenues si chères, et qui étaient mes sœurs après tout, mes sœurs en Adam, mes sœurs en Jésus-Christ », explique le père Lataste dans un sermon qui résume sa vocation et donne son titre au livre, jalon sur le chemin de la béatification du père Lataste.

2Celui-ci retrace avec minutie le parcours du jeune religieux de l’enfance à la mort, un parcours teinté de romantisme, dans lequel la mort des êtres aimés influence sa vocation et où les contradictions ne manquent pas. Le plan est ordonné en neuf chapitres chronologiques, que couronne une présentation de la vie spirituelle du père Lataste, selon un plan classique pour les ouvrages d’hagiographie. Mais le livre de Jean-Marie Gueullette – et c’est la deuxième raison qui l’impose à notre attention – s’en distingue par la nouveauté du ton. L’auteur, éditeur des textes de son confrère dominicain et vice-postulateur de sa cause de béatification, est d’abord historien. Il décrit, il cite, il analyse. Il s’efforce ainsi de restituer un itinéraire, qui est incompréhensible sans une tentative de saisie de la foi du personnage étudié, même si la construction du discours historien contourne inévitablement une part de l’expérience intime. Le travail de Jean-Marie Gueullette montre du moins que l’historien du catholicisme contemporain n’est pas réduit à être un historien de l’interface (religion et politique, religion et société), mais peut tenter d’aller « au cœur de la foi » selon la belle expression d’Étienne Fouilloux. Il montre aussi que l’histoire et l’hagiographie ne s’opposent pas nécessairement, même si des auteurs de comptes-rendus, habitués aux vieux schémas, ont cru discerner dans le livre « l’absence d’un souffle d’enthousiasme » là où il y a la rigueur d’une écriture historienne, entre mise à distance et sympathie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Sorrel, « Jean-Marie Gueullette, « Ces femmes qui étaient mes sœurs… » Vie du père Lataste, apôtre des prisons (1832-1869), Paris, Éd. du Cerf, 2008, 333 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2419

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org