Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, Tourrettes-sur-Loup au XVIIIe siècle. Hérésie et scandale au village, Nice, Serre éditeur, 2009, 255 p.

Yves Krumenacker

Texte intégral

1Tourrettes-sur-Loup, petit village provençal situé près de Vence, aura-t-il la gloire du « village immobile », Sennely-en-Sologne ? En écrivant l’histoire de son village natal, Marie-Hélène Froeschlé-Chopard entend montrer qu’il n’a rien d’immobile et que, même s’il est semblable à quantité d’autres, si la majeure partie de la population est illettrée, s’il semble loin des centres intellectuels ou politiques du pays, si les mêmes problèmes de mauvaises récoltes, d’impôts, de pauvres, de maladies, d’élections des consuls reviennent chaque année dans les délibérations municipales, il n’est pas à l’écart des grandes crises de l’époque moderne.

2Après une étude précise de la situation géographique de Tourrettes, sur un rebord montagneux des Préalpes, et de l’évolution de l’habitat, M.-H. F-C. évoque les ravages démographiques classiques de la Peste Noire, puis, plus surprenant, la stagnation, voire le tassement de la population au XVIIIe siècle, après une belle reprise qui dure jusqu’à la fin du XVIIe. Mais c’est l’histoire religieuse de Tourrettes qui est au cœur du livre et l’on y retrouve à la fois l’enseignement du maître, Alphonse Dupront, et les précédents travaux de l’auteur sur la religion en Provence. Ce village provençal est marqué par une religion ancestrale, ancrée dans le terroir, avec des lieux sacrés, des chapelles, témoignant d’une première évangélisation sur laquelle s’ajoute, proche du village groupé, le substrat plus récent de saints protecteurs. La religion, elle non plus, n’est pas immobile, mais l’évolution se fait plutôt par ajout que par remplacement de couches successives, car les plus anciens lieux de culte, comme la « font sainte » qui permet de recouvrer la santé, continuent à être fréquentés à la fin du XIXe siècle. Tourrettes connaît aussi, aux XVIe et XVIIe siècles, la présence de protestants qui cohabitent tant bien que mal avec les catholiques, s’affrontent à eux quelquefois, ou contribuent à dessiner un entre-deux confessionnel illustré par ce prêtre, Étienne Isnard, qui, en 1654, favorise les protestants et se moque des œuvres de piété et des pénitents. La Réforme catholique se met lentement en place, avec l’apparition de nouvelles confréries, à partir du milieu du XVIIe siècle, qui introduisent des dévotions au Rosaire, au Saint-Sacrement, à Saint-Joseph, et recentrent la spiritualité sur la seule personne de Jésus-Christ. Ces dévotions, qui n’apparaissent guère dans les terroirs, se retrouvent dans l’église paroissiale, sans pour autant faire disparaître les cultes anciens, simplement relégués au bas de la nef.

3C’est cet équilibre fragile qui est rompu par le jansénisme. On en arrive à la deuxième partie du livre, l’analyse du rôle du prêtre janséniste Jean-Baptiste Deguigues, à Tourrettes de 1706 à 1709, et la publication, fort précieuse, des pièces de son procès. Le contexte est difficile pour le village, marqué par les destructions de la guerre de succession d’Espagne et les terribles difficultés climatiques de 1709. Ces événements sont vécus comme une punition de Dieu contre les nouveautés introduites dans la religion. Le bouc émissaire idéal est donc un jeune prêtre, qui lit des livres jansénistes (grande spécialiste de l’histoire des bibliothèques, M.-H. F.-C. analyse avec précision celle de Deguigues), qui prêche de manière sévère, mais orthodoxe. Ce qu’on lui reproche surtout, c’est la création de deux congrégations nouvelles, pour les hommes et pour les femmes, pratiquant les prières en provençal, l’oraison mentale et la lecture de livres de piété (et Deguigues prête et lit des livres suspects aux dévots). Deguigues se montre ainsi trop indépendant de son évêque et des autres prêtres, il bouleverse les habitudes du village, il prend un grand ascendant sur un petit groupe de dévotes (et les soupçons d’immoralité vont bon train !), au grand scandale de leurs maris qui se plaignent que les tâches domestiques sont délaissées ! Notons que les mêmes reproches sont faits, à la même époque, aux conventicules piétistes féminins en Suisse. Prêtre trop libre, voulant imposer une religion sévère avec une surenchère dans la dévotion, menaçant ainsi le pouvoir des notables sur le village, Deguigues ne pouvait que rencontrer un bon accueil chez des femmes pour qui la dévotion représente une véritable libération, mais un rejet de la plus grande partie des habitants. Le jansénisme, au village, n’est pas seulement une question de doctrine, mais aussi de rapport de force et de rupture de liens ancestraux avec le sacré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, Tourrettes-sur-Loup au XVIIIe siècle. Hérésie et scandale au village, Nice, Serre éditeur, 2009, 255 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 09 avril 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2415

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org