Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Sylvio Hermann De Franceschi, Raison d’État et raison d’Église. La France et l’Interdit vénitien (1606-1607) : aspects diplomatiques et doctrinaux, Paris, Honoré Champion, 2009, 576 p.

Bernard Hours

Texte intégral

On s’étonne, une fois achevée la lecture de cette belle étude, à la fois ample dans ses intuitions et très précise dans ses analyses, que l’épisode de l’Interdit vénitien n’ait jamais tenu qu’une place marginale dans l’historiographie française. Nul doute qu’il ne s’agisse pourtant d’une étape décisive du lent passage de la chrétienté à la modernité politique : l’importance de cette crise réside moins dans les causes effectives du conflit que dans les enjeux théoriques qu’il révèle et produit au grand jour. Peut-être était-il difficile, dans le contexte de cette historiographie depuis plus d’un siècle, de trouver l’écriture appropriée à une histoire assez singulière ? Cette crise politique et diplomatique est en effet avant tout une guerre de papier, faite de libelles et de censures. C’est pourquoi, pour l’analyser, S. de Franceschi revendique une « histoire doctrinale des événements », en s’inspirant du modèle du « ralenti » développé naguère par Andreas Suter. En croisant, de façon aussi habile qu’originale, les sources diplomatiques (principalement françaises, vénitiennes et romaines) avec les traités théoriques et les libelles polémiques, il montre comment le débat théologique imprègne le discours et oriente l’action des diplomates. En prenant le temps d’examiner à la loupe certains moments des négociations, au risque parfois de répétitions imposées par le plan chronologique, il cerne les évolutions et les glissements qui se produisent dans la compréhension de la querelle par les contemporains eux-mêmes. Car c’est bien cette compréhension qui détermine en retour l’action des diplomates et oriente les événements.

Si l’on s’en tient à ses causes immédiates, l’ampleur de la crise paraît disproportionnée : l’arrestation par les autorités de la République de deux prêtres délinquants et scandaleux, l’adoption par la Sérénissime de lois soumettant au contrôle de celle-ci le retour à l’Église de biens ecclésiastiques détenus de longue date en emphytéose par des laïcs, les legs immobiliers au clergé, et la construction de nouveaux bâtiments ecclésiastiques. Le ton monte très vite entre la République et le nouveau Pape Paul V Borghèse : celui-ci excommunie les dirigeants vénitiens et jette l’interdit sur tout le territoire vénitien, soit les deux censures majeures que Rome peut infliger (bulle Superioribus mensibus, 17 avril 1606). Venise ne plie pas, organise sa défense sur le plan théologico-politique en mobilisant les écrivains, en particulier Paolo Sarpi, et en recherchant des appuis diplomatiques, en particulier celui de la France d’Henri IV. Le rôle décisif dans le règlement de la crise revient effectivement aux diplomates français. Les censures sont suspendues au mois de mai 1607.

D’une part, la gravité de la crise réside dans le glissement très rapide d’une querelle de juridiction à une controverse théologique. D’autre part, l’attention prêtée par tous les souverains à la crise vénitienne ne s’expliquerait pas si elle n’avait été le révélateur et un moment fort de cristallisation, au seuil du premier âge baroque, des débats politiques fondamentaux relatifs au principe de souveraineté. Le contexte vénitien, à moyen et court terme, préparait l’éclatement du conflit. Depuis le XVe siècle, avait achevé de se forger le mythe vénitien : d’une part celui d’une république idéale où la liberté était garantie par la mixité d’un régime politique qui avait su associer monarchie, aristocratie et démocratie, et ainsi abolir le cycle des révolutions politiques ; d’autre part celui des origines troyennes de la cité qui fondait sa légitimité et son autonomie sur une histoire au moins aussi ancienne que celle de Rome. Ce mythe a une forte dimension religieuse : sensée avoir été évangélisée par saint Marc, Venise revendiquait l’apostolicité directe de son Église au même titre que Rome. De plus, depuis la paix de Cambrai et l’affirmation de l’hégémonie espagnole sur la péninsule, la Sérénissime apparaissait comme le dernier bastion de la liberté de l’Italie, tandis que Rome et la papauté étaient soupçonnés, souvent à juste titre, d’être sous tutelle de Madrid. S. de Franceschi montre ainsi que depuis le milieu du XVIe siècle, un climat de méfiance se développe dans les relations entre Rome et Venise, qui imprègne les instructions aux nonces aussi bien que les rapports des ambassadeurs vénitiens, en particulier ceux de Paolo Paruta (1592-1595). La puissance retrouvée par la papauté à la faveur du concile de Trente, explique aussi que, dans la lagune, on soit devenu très vigilant aux moindres signes de retour à la théocratie de la part de Rome. Ce climat éclaire aussi l’arrivée aux affaires du « parti » des Giovanni, prêts à en découdre avec Rome (même si cette politique n’a jamais fait l’unanimité au Sénat), et bien représentés par Leonardo Donà, acteur majeur de cet épisode en tant que Doge. Ainsi, les occasions de tensions se multiplient avant l’éclatement de la crise en 1606, notamment à propos de la réception de l’Index, ou de l’examen du nouveau patriarche. L’élection en 1605 de Paul V Borghèse, aveuglé par la puissance retrouvée du siège de saint Pierre depuis le concile de Trente, et particulièrement raide dans les négociations, suffit à expliquer que les événements se soient alors précipités.

Mais derrière eux, sont en jeu les fondements théoriques de l’absolutisme naissant et par là même, la question des rapports entre le temporel et le spirituel, donc du processus de sécularisation. Dès l’introduction, S. de Franceschi situe son étude dans cette perspective, en reconstituant la généalogie des débats historiographiques depuis les travaux de W.J. Bouwsma (Venice and the defense of republican liberty. Renaissance values in the age of the Counter-Reform, 1968) pour qui la Sérénissime avait assuré le sauvetage et la transmission, à l’époque incertaine de la Réforme catholique, du legs de l’humanisme civique de la Renaissance. Au terme du livre, s’impose bien le constat que la sécularisation demeure la notion heuristique adaptée à l’histoire de l’Interdit vénitien, dans la seule mesure où elle est strictement définie comme émancipation des sociétés par rapport au contrôle revendiqué par l’Église. En revanche, elle ne peut pas être présentée comme le legs de l’humanisme civique, car elle résulte plutôt du paradoxe sur lequel se fonde, dans des termes très proches, aussi bien la revendication de la liberté vénitienne en Italie, que celle de l’autonomie gallicane en France : d’une part l’affirmation d’une piété catholique conforme au modèle romain (ce qui est sans doute plus vrai à Venise qu’à Paris), d’autre part le rejet viscéral de la romanité ecclésiale. Paradoxe qui se résout, sur le plan politique, dans l’affirmation du droit divin de la souveraineté civile. L’analyse attentive des correspondances politiques à laquelle se livre S. de Franceschi, montre l’étroite imbrication entre l’événement et les traités théoriques qui aboutit très rapidement à la conscience, très claire pour les acteurs, de la radicalité du conflit qui oppose Paul V, raidement campé sur la ligne de défense de la raison d’Église, à Leonardo Donà, non moins obstiné dans la préservation de la raison d’État. Radicalité telle que Rome, faute de pouvoir admettre l’indépendance des deux sphères temporelle et spirituelle, ne peut éviter d’en venir à soupçonner Venise d’hérésie.

La proximité des positions vénitiennes avec celles des gallicans français (exprimées dans les dépêches de l’ambassadeur Canaye de Fresnes) permet de comprendre le rôle joué par la diplomatie française dans l’apaisement du conflit, d’autant plus que, d’un autre côté, Henri IV avait besoin de conforter son statut de Roi catholique et ses bonnes relations retrouvées avec Rome depuis son absolution. Les échos de la crise se sont prolongés durablement, entre Venise et Rome d’une part, en France également où elle a connu un réel retentissement, l’ambassadeur vénitien ayant réussi à mobiliser des plumes en faveur de la République. On comprend mieux, en particulier, comment, au cours de la période suivante, Richelieu put revendiquer l’autonomie politique du Très Chrétien dans la stricte fidélité confessionnelle. L’Interdit vénitien sonne également le glas du rêve tridentin de la papauté comme il bat en brèche aussi bien l’illusion d’une restauration de la théocratie médiévale que la théologie politique du pouvoir indirect mise à disposition de Paul V par Bellarmin. On doit savoir gré à S. de Franceschi de combler une lourde lacune de l’historiographie française : son livre constitue désormais une référence obligée pour qui s’intéresse à l’histoire de la raison politique au seuil de la modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Hours, « Sylvio Hermann De Franceschi, Raison d’État et raison d’Église. La France et l’Interdit vénitien (1606-1607) : aspects diplomatiques et doctrinaux, Paris, Honoré Champion, 2009, 576 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2413

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org