Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Étienne Fouilloux, Les chrétiens français entre guerre d’Algérie et mai 1968, Paris, éd. Parole et Silence, 2008, 360 p.

Oissila Saaidia

Texte intégral

1L’ouvrage d’Étienne Fouilloux, qui reprend certains de ses articles – revus et avec une bibliographie réactualisée est-il précisé (p. 347) – entend démonter deux postulats explicatifs du déclin des « grandes Églises chrétiennes en France », même si le livre traite, pour l’essentiel, des catholiques et non des « chrétiens ». En effet, il est convenu de considérer que « le déclin serait, chronologiquement, consécutif au concile Vatican II et lui serait grandement imputable ; et par voie de conséquence, il serait dû, pour l’essentiel à l’évolution des Églises en France dans ce contexte de mutation religieuse accélérée, jugée proche, parfois, de la rupture ou de la subversion. » (4e de couverture).

2À travers trois grandes parties, « Le détonateur algérien », « Des clivages politiques » et « Du politique au religieux », l’auteur étaye sa problématique principale : « le trouble né de l’application des réformes conciliaires se conjugue avec d’autres, présents dans la société civile avant et après l’évènement romain. » (p. 8). En d’autres termes, l’auteur entend faire une histoire religieuse connectée à l’histoire de la société car si les explications « religieuses » sont opératoires elles ne peuvent à elles seules expliquer la désaffection pour les institutions traditionnelles. Fouilloux met donc en évidence d’autres paramètres qu’il décrypte. De plus, à un autre niveau de lecture, quelques « évidences » sont nuancées comme c’est le cas pour les positions chrétiennes pendant la guerre d’Algérie dont les travaux de Raoul Girardet avaient déjà relevé la pluralité.

3Prolongeant cette piste, E. Fouilloux explore et analyse des situations bien plus complexes que ce que la mémoire a bien voulu reconstruire. Ainsi, l’auteur ne repère que deux intellectuels catholiques notoires signataires du Manifeste des 121 (p. 87) ; de même il rappelle que ni Maritain ni Gilson ne prennent publiquement position (p. 77). Si la torture fait l’objet d’une très forte réprobation, l’indépendance de l’Algérie ne fait pas l’unanimité comme l’atteste la multiplicité des positions entre les cas Davezies (pro-FLN) et Bastien-Thiry qui renvoient tous deux à des positions théologico-politiques extrêmes. Pourtant, si les activités des minorités agissantes sont assez bien documentées, l’auteur rappelle qu’il reste difficile de se faire une idée de l’opinion publique catholique faute de références religieuses suffisamment explicites dans les sondages.

4En définitive, la guerre d’Algérie apparaît à plus d’un titre comme un catalyseur de tensions internes et externes à l’Église qui se traduisent aussi par des clivages politiques importants (2e partie). C’est dans cette partie que l’auteur traite de la question de l’intégrisme (p. 109-122), puis nous conduit des catholiques mendésistes (p. 123-144 ) aux « cathos » de gauche : le document « Pour une pratique chrétienne de la politique » (Lourdes, 1972) rend, selon l’auteur, « désormais licite pour un chrétien de s’engager à gauche, sinon à l’extrême gauche » (p. 157). Quelques années auparavant, la crise de 1968 avait « plus affecté les Églises que le mouvement lui-même » (p. 203). Alors que le mouvement avait été bien accueilli par les autorités postconciliaires, ces dernières n’envisageaient aucune concession sur les revendications qui émanaient de l’intérieur (p. 202).

5C’est dans le quatrième chapitre de la troisième partie que le moment Vatican II est abordé. Le message d’E. Fouilloux est clair : sans nier l’importance du concile, l’auteur le restitue à son temps et l’inscrit dans une histoire qui commence dès le début du XXe siècle, s’accélère au lendemain de la seconde guerre mondiale – la crise de l’art sacré en est une illustration (p. 289-303) – et s’emballe avec la guerre d’Algérie. D’une certaine façon, les trois chapitres qui précèdent celui consacré à Vatican II en constituent et le prologue et l’épilogue. Les facteurs de la crise sont en place avant le concile, qu’ils soient internes ou externes à l’Église même si E. Fouilloux lance plus de pistes qu’il ne se propose de livrer des réponses définitives. Néanmoins, les exemples de l’Action populaire (p. 219-241), du Centre pastoral des missions à l’intérieur (p. 243-257) et la crise des mouvements confessionnels (p. 259-274) déplacent la focale que constitue depuis des décennies « Le choc de Vatican II » (p. 275-287) comme explication au déclin du catholicisme.

6Si les lecteurs assidus d’E. Fouilloux ne feront pas de découverte révolutionnaire à la lecture d’un livre qui reprend et des articles et des positions bien connues de l’auteur, les autres tireront profit de ce choix de les avoir rassemblés en un seul ouvrage et d’en avoir proposé un fil conducteur pertinent et stimulant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oissila Saaidia, « Étienne Fouilloux, Les chrétiens français entre guerre d’Algérie et mai 1968, Paris, éd. Parole et Silence, 2008, 360 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 09 avril 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2412

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org