Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Sylvène Edouard, Le corps d’une reine. Histoire singulière d’Elisabeth de Valois (1546-1568)

Rennes, PUR, 2009, 277 p.
Naïma Ghermani
p. 184-185
Référence(s) :

Sylvène Edouard, Le corps d’une reine. Histoire singulière d’Elisabeth de Valois (1546-1568), Rennes, PUR, 2009, 277 p.

Texte intégral

1En 1565, un ambassadeur vénitien dépêché à la cour d’Espagne livre une description minutieuse d’Elisabeth de Valois : « de sa personne ni grosse ni grande, pas trop belle de figure ; mais tout son corps est dans de telles proportions et il règne en elle la plus grande grâce ». Cette observation précise du visage, du corps et de l’allure d’une jeune reine est emblématique de l’importance décisive accordée au corps du souverain et de la souveraine à la cour au XVIe siècle : non seulement leur état de santé mais aussi leur tenue, leur dignité, leur gestuelle sont lus comme un ensemble de signes à décrypter et à commenter auprès des autres cours.

2C’est ce corps à la fois politique et privé qu’interroge le beau livre de Sylvène Edouard, une entreprise originale et neuve à plus d’un titre. De prime abord, cet ouvrage bien documenté et bien illustré apparaît comme une biographie, celle d’une princesse quelque peu méconnue à la vie et au règne brefs, épouse du roi Philippe II d’Espagne jusqu’à sa mort précoce en couche, en 1568. Dans la lignée de Denis Crouzet qui a largement contribué à renouveler ces dernières années le genre de la biographie, S. E. propose derrière ce sujet qui pourrait sembler modeste une biographie éclatée, une anthropologie politique du corps féminin et plus généralement une contribution à l’histoire des femmes et du corps. En effet, le resserrement autour de la personne d’Elisabeth, fille de Catherine de Médicis et d’Henri II, loin d’être anecdotique permet d’offrir non seulement un tableau précis de l’histoire de l’éducation des jeunes filles de la cour, mais surtout d’offrir une analyse très minutieuse du regard porté et des attentes affectées à la reine et à son corps dans les cours européennes.

3Car le corps de la reine, selon S. E. à la différence du corps du souverain n’obéit pas exactement à la même dualité, entre corps mystique et corps naturel, il n’est pas l’objet comme l’ont montré les travaux de Fanny Cosandey de la même construction juridique. Le corps de la reine qui porte un impératif de maternité où se cristallisent toutes les attentes du royaume, est « un paradigme vivant, animé par une ‘civilité en procès’ selon la formule de Norbert Elias » (p. 12). Le travail intensif exercé sur lui afin non seulement qu’il incarne la grâce, la majesté, la séduction, mais aussi qu’il enfante, est tendu vers une seule fonction politique. Celle-ci se traduit par un véritable travail d’objectivation dont l’auteur décortique les étapes : l’éducation à la cour des enfants (ce chapitre propose d’ailleurs un regard neuf sur cette question peu explorée), la « livraison » de la future reine à sa nouvelle famille, l’inculcation de nouvelles règles de comportement régies par l’étiquette. Incapable de jouer un rôle politique véritable, la jeune reine doit surtout garantir par son mariage la préservation d’une paix entre la France et l’Espagne et fournir au plus vite un héritier, soumise à cette fin, à un régime diététique particulier et à une pression constante de sa mère et de la cour espagnole qui consigne avec une précision toute médicale la régularité de ses cycles et épie les signes même les plus ténus d’une grossesse. Cette vocation échoue en partie avec les naissances difficiles de deux filles entrecoupées de nombreuses fausse-couches qui transforment le corps de la reine en un « corps souffrant » objet de la constante attention des médecins, s’acharnant sur lui jusqu’à son dernier souffle, par de constantes saignées.

4À la confluence entre l’histoire de l’éducation, l’histoire des femmes et l’histoire politique, le cas d’Elisabeth de Valois, ici exploité avec succès, est ainsi particulièrement illustratif du regard permanent porté sur le corps de la souveraine qui ne semble exister que dans une extrême visibilité quand un rôle politique, à l’instar des régentes, lui est refusé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Naïma Ghermani, « Sylvène Edouard, Le corps d’une reine. Histoire singulière d’Elisabeth de Valois (1546-1568) », Chrétiens et sociétés, 16 | 2009, 184-185.

Référence électronique

Naïma Ghermani, « Sylvène Edouard, Le corps d’une reine. Histoire singulière d’Elisabeth de Valois (1546-1568) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 16 août 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2410

Haut de page

Auteur

Naïma Ghermani

Grenoble II-CRHIPA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org