Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Philippe Delisle (sous la direction de), L’Anticléricalisme dans les colonies françaises sous la Troisième République, Paris, Les Indes savantes, 2009, 244 p.

Claude Prudhomme

Texte intégral

1La lecture d’un ouvrage collectif gagne souvent à être entamée par celle de la… conclusion. Son rédacteur, Christian Sorrel, fournit en effet les clés qui permettent ensuite d’aborder avec une vision d’ensemble un ouvrage collectif mais fortement unifié grâce à l’architecture que lui a donnée Philippe Delisle. Au point de départ, la volonté d’interroger un cliché historiographique selon lequel « l’anticléricalisme n’est pas un article d’exportation ». Bien avant la commémoration du centenaire de la séparation, les travaux universitaires avaient montré au contraire que l’Empire colonial français n’avait pas fait exception, de l’AOF à l’Indochine, en passant par Madagascar et la Réunion. Mais l’exportation de l’anticléricalisme, comme celui du cléricalisme, ne peut se ramener à un transfert à l’identique parce qu’il s’opère sur un terrain bien différent de celui de la métropole. L’intérêt des neuf contributions rassemblées ici est de nous montrer à partir de dossiers fondés sur des archives, et non la répétition rituelle de quelques formules faussement définitives, comment se joue sur la scène coloniale la grande compétition idéologique qui domine la vie de la troisième République avant 1914.

2La première série de contributions est consacrée aux vieilles colonies. Philippe Delisle pour la Martinique, Jean-Pierre Sainton pour la Guadeloupe, Alexandre Bourquin et Prosper Eve pour La Réunion montrent comment l’anticléricalisme s’inscrit dans la nouvelle structure sociale née de l’abolition de l’esclavage. La reproduction de discours importés ne doit pas masquer la spécificité des enjeux locaux, notamment pour les catégories qui tentent de profiter de l’espace politique ouvert en 1848 pour s’imposer dans la vie publique. Cela implique en premier lieu de neutraliser la toute puissance prêtée au clergé accusé de soutenir les forces conservatrices et antirépublicaines. Mais cet anticléricalisme sait jusqu’où il peut aller. Dès lors que l’école laïque est établie, la nécessité du catholicisme comme ciment de la société coloniale et mode d’identification collective n’est pas remis en cause.

  • 1  Jean-Pierre Chantin et Daniel Moulinet (dir.), La Séparation de 1905. Les hommes et les lieux, Par (...)

3Les cinq études réunies autour des « colonies nouvelles » ne prétendent pas procéder à une enquête systématique, d’autant que deux colloques organisés précédemment à Lyon par l’équipe RESEA ont déjà alimenté le dossier1. L’originalité est ici d’avoir choisi des études de cas en apparence très éloignés les uns des autres, tant par la géographie que par la nature des expériences coloniales : l’Algérie (Oissila Saaidia), le Congo français (Paul Coulon), le Cameroun (Salvador Eyezo’o), la Polynésie (Claire Laux), l’Indochine (Patrice Morlat). Dans chaque situation l’exportation de la loi de 1905, ou de son esprit, s’avère problématique et aboutit finalement à des formes d’accommodement. En Algérie « la pression invisible exercée par les musulmans » oblige au compromis une population européenne minoritaire. Au Congo la lutte sans merci entre Mgr Augouard et les anticléricaux se déroule loin des populations africaines et ne saurait exclure les missions d’une œuvre coloniale qui a besoin de leur concours. Au Cameroun la volonté de ne pas abandonner le pouvoir sur le terrain aux missions catholiques et protestantes incite à encadrer et orienter leur action, pas à la combattre. En Océanie, les faibles moyens d’une colonisation périphérique ne permettent pas d’aller au-delà de la lutte contre les rêves théocratiques de certains missionnaires. En Indochine la puissance de la Franc-maçonnerie au sein de l’administration lui permet de mener une bataille scolaire et juridique qui embarrasse la puissante société des Missions Étrangères de Paris sans pour autant la mettre hors jeu.

4En définitive la guérilla ne se transforme nulle part en guerre car les deux forces qui s’affrontent ne peuvent se le permettre et finissent par accepter une forme de cohabitation, plus ou moins aisée, entre les « deux vocations » de la France selon la formule de Charles Péguy. Vocation ou plus prosaïquement intérêt bien compris, la coexistence se transforme avec la première guerre mondiale en collaboration patriotique. Mais les rappels insistants de Rome sous Benoît XV (1914-1922) pour que les missionnaires catholiques ne subordonnent pas leur action à l’intérêt national annoncent que le débat français sur l’anticléricalisme n’a plus de sens quand surgit celui autour des nationalismes indigènes, du terme de la colonisation et de la finalité de la mission.

Haut de page

Notes

1  Jean-Pierre Chantin et Daniel Moulinet (dir.), La Séparation de 1905. Les hommes et les lieux, Paris, éditions de l’Atelier, 2005, 272 p.
Patrick Cabanel et Jean-Dominique Durand (dir.), Le grand exil des congrégations religieuses françaises, 1901-1914, Paris, cerf, 2005, 489 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Philippe Delisle (sous la direction de), L’Anticléricalisme dans les colonies françaises sous la Troisième République, Paris, Les Indes savantes, 2009, 244 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 17 mai 2010, consulté le 24 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2409

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA – LARHRA, UMR 5190
Université Lumière - Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org