Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Philippe Delisle, Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial, des années 1930 aux années 1980, Paris, Karthala, 2008, 196p.

Oissila Saaidia

Texte intégral

1Tintin au Congo représente, encore aujourd’hui dans la bande dessinée francophone, la quintessence de l’imaginaire colonial. Pourtant Hergé est loin d’être le seul auteur de bande dessinée à avoir investi le terrain de la colonisation dans son œuvre, c’est ce que nous apprend, entre autres, l’ouvrage de Philippe Delisle qui analyse le discours colonial à travers la production de BD franco-belges des années 1930 aux années 1980.

2Le livre, bien structuré, se divise en quatre parties : « Espaces coloniaux et identités » (p. 13-50), « L’image des « indigènes » (p. 51-103), « La "civilisation" en marche » (p. 105-152) et « Les années 1980 : entre nostalgie et rupture ? » (p. 153-170).

3Dans sa première partie, l’auteur ne manque pas de rappeler toute l’importance que représente, pour des dessinateurs belges, le Congo belge. Toutefois, à un second niveau d’analyse, l’auteur démontre qu’on assiste progressivement au passage à un Congo « de moins en moins belge ». L’une des raisons avancées est la part non négligeable d’un lectorat non belge. Pourtant, à lire Ph. Delisle, ce qui est dessiné semble relever davantage d’un imaginaire collectif européen sur l’Afrique Noire que d’une reproduction de lieux réels. Face à une Afrique uniforme se dresse les « grands hommes » européens : à un seul visage de l’Afrique répond un prototype unique de l’Européen qui atteste, paradoxalement, d’une absence de nationalisme. Par ailleurs, le Maghreb français – l’Afrique du Nord – semble exercer toutes les fascinations, à tel point qu’Asie, Océanie et Moyen-Orient apparaissent comme les parents pauvres des empires. Ce constat se retrouve dans d’autres productions, académiques ou non.

4Cependant, la rareté de ces autres espaces coloniaux n’épargne pas pour autant les stéréotypes sur leurs populations : « Les peuples de couleurs apparaissent tantôt comme de « grands enfants » très craintifs, tantôt comme des êtres perfides et violents ». On aura sans peine reconnu les Noirs dans la catégorie des grands enfants enclins au cannibalisme, la perfidie et la cruauté des Asiatiques, l’Arabe fanatique et voleur… et bien d’autres choses encore. Néanmoins, l’auteur ne manque pas de nuancer son propos et rappelle qu’aucun discours ne peut être complètement uniforme.

5Une fois le portrait du colonisé dressé, « l’œuvre civilisatrice » se justifie d’elle-même. C’est ainsi que « le héros blanc » s’impose comme « un chef naturel » bardé de toutes les qualités de commandement et de justice. Parmi les figures du Blanc, si le missionnaire catholique est présent dans cette production, en partie financée par des fonds catholiques, il n’est pas pour autant central. De même, la figure du planteur est moins valorisée que celle du méhariste, il est vrai plus prompt à enflammer les imaginations d’enfants, principaux destinataires de ces albums. Ph. Delisle termine ce chapitre par un paragraphe intitulé « De rares signes de remise en cause… » qui nous sont, en effet, apparus bien rares à la lecture.

6Il faut attendre les années 1980 pour déceler le véritable tournant : « Certains auteurs utilisent l’ironie, le second degré, pour stigmatiser de manière générale une domination injuste ». (p. 166) ; « Mais d’autres auteurs abandonnent le ton humoristique pour dénoncer de manière plus argumentée les méfaits de la colonisation » (p. 167).

7Si ce champ de la recherche n’est pas nouveau, l’originalité du travail de Philippe Delisle est d’en avoir proposé une synthèse problématisée. Étudier la bande dessinée en relation avec l’imaginaire colonial c’est faire de l’histoire de la colonisation à partir de sources qui peuvent peut-être paraître secondaires, mais dont pourtant l’impact est considérable car ces albums étaient destinés à des enfants. La bande dessinée à thématique coloniale apparaît comme une variante du discours colonial le plus convenu dans cette période. En ce sens, les auteurs ont partagé les a priori de l’écrasante majorité de leurs compatriotes comme en témoigne toute l’historiographie sur le sujet (cf. O. Saaïdia et L. Zerbini, La construction du discours colonial. L’empire français aux XIXe et XXe siècles, Paris, Karthala, 2009).

8Alors que la dénonciation du système colonial devient majoritaire dans les années 1960, le tournant n’est décelable dans la bande dessinée qu’à partir des années 1980. Pourtant, force est de constater une certaine difficulté à se départir de certaines représentations même si le contenu du discours y afférent a changé. Il n’est que de penser à certains dessins de presse comme, par exemple, ceux du journal Le Monde : les Noirs ont des lèvres proéminentes, les Asiatiques sont croqués selon des normes qui n’ont rien à envier aux dessinateurs des années 1930-1950, sans pour autant qu’un message xénophobe ne se cache derrière, bien au contraire. Les codes de la figuration se maintiennent, même si leur sens a changé car le dessin publié continue à garder un poids considérable dans nos représentations de l’Autre.

9Je ne saurais que recommander la lecture de cet ouvrage qui propose une approche alternative de l’histoire du fait colonial, même si le lecteur aurait été curieux de savoir si des albums existaient en provenance des anciennes colonies et quels étaient leur contenu, mais il s’agit, il est vrai, d’un tout autre sujet...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oissila Saaidia, « Philippe Delisle, Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial, des années 1930 aux années 1980, Paris, Karthala, 2008, 196p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 17 mai 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2408

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org