Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Olivier Christin, Confesser sa foi. Conflits confessionnels et identités religieuses dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIe siècles), Seyssel, Champ Vallon, 2009, 214 p.

Yves Krumenacker

Texte intégral

1Depuis déjà de nombreuses années, O. Christin s’est imposé comme un des meilleurs spécialistes des rapports entre les Réformes et l’image, particulièrement dans l’espace germanique. Ce nouveau livre permet de faire le point sur ses recherches. Il reprend des articles, quelquefois anciens, de l’auteur, mais ce n’est pas un recueil d’articles comme il en fleurit beaucoup de nos jours. Christin les a en effet profondément repris, réactualisés, mis en perspective, de telle sorte qu’il peut offrir aux lecteurs un ouvrage original.

2Le livre se compose de deux grandes parties. La première tourne autour de la parole. La Réforme pose en effet une question inédite : comment débattre avec des hérétiques dont on considère qu’ils blasphèment et ont perdu toute raison ? Au lieu de juger et de condamner, il faut discuter et pour cela inventer de nouvelles formes. Il en naît la dispute publique, avec des règles très différentes de la disputatio médiévale, afin de faire surgir la vérité, avec des protagonistes choisis en raison de leur compétence et non de leur statut ; une dispute que devrait pouvoir soutenir même « l’homme du commun », armé de la seule Écriture, comme le suggèrent des pamphlets luthériens. Cette forme très neuve de confrontation s’oppose au concile, dont les images, du XVIe au XVIIIe siècle, tentent de montrer qu’il représente l’Église idéale, ordonnée derrière le pape. C’est donc tout un dispositif de parole qui est en jeu. L’iconographie des péchés de la langue montre clairement que la fracture religieuse, l’irruption de nouveaux acteurs grâce à la diffusion de l’imprimé et la promotion des laïcs, l’essor des États territoriaux posent la question de la légitimité et des limites du discours, notamment dans le domaine religieux. Cela se fait en particulier au profit des pouvoirs séculiers. Les Réformes n’apparaissent donc pas, à l’issue de cette première partie, comme la mainmise d’une élite sur la culture populaire, ni comme l’imposition d’un nouvel ordre théologique et disciplinaire par le haut, mais comme une nouvelle distribution des savoirs, des pouvoirs, des places dans la société. Elles sont l’occasion d’enjeux politiques dont l’issue est la modernité.

3La deuxième partie est consacrée aux « signes et insignes identitaires ». La présence d’un pélican sur de nombreux portraits de monarques ou de princes révèle une symbolique du sacrifice de soi, mais aussi une identification croissante au Christ ; les images des rois peuvent alors être victimes, comme celles du Christ, d’iconoclasme, au moment même où la résistance au roi impie commence à être théorisée. D’autres portraits apparaissent à la même époque, ceux des réformateurs suisses et de Calvin, mais en petit nombre, car il ne faut pas en faire des idoles ni, s’ils sont encore vivants, les flatter. Mais l’image peut conserver le souvenir et, en montrant une continuité dans le processus de Réforme, légitimer le pouvoir ecclésial en place. Les livres de portraits de réformateurs se multiplient à la fin du XVIe siècle et ils veulent révéler comment Dieu se dévoile progressivement, quitte à gommer les divisions intra-protestantes. Alors que la symbolique royale du pélican rappelle le sacrifice nécessaire en période de guerre civile et de déchirure religieuse, les portraits de réformateurs illustres présentent une histoire providentielle et créent le protestantisme, une religion unifiée à partir de courants religieux très divers.

4Les deux derniers chapitres présentent une thématique un peu différente. Un portrait d’une famille d’Augsbourg en 1613 est l’occasion de montrer l’importance du port ostentatoire de médailles dans un contexte de division ou d’affrontement confessionnel, sans pour autant que les médailles masquent le statut social des dévots. La fracture confessionnelle transforme également des espaces intimes comme les chambres, avec une prolifération d’images pieuses et surtout une iconographie mariale jusque dans le décor des lits, chez les catholiques. La nuit est christianisée, le chrétien est appelé à faire sa prière, un geste pieux individuel dicté par sa conscience mais en même temps, un geste répété par des milliers de chrétiens, et donc un geste conformiste. L’intériorisation des identités religieuses, l’individualisation des croyances ne vont en effet pas sans l’imposition d’un modèle à toute la chrétienté.

5On le voit avec ce dernier exemple, c’est toute la force de ces chapitres que de rompre avec les lieux communs historiographiques et c’est ce qui fait de Christin un historien précieux. Il peut être utile, après avoir fini le livre, de relire l’introduction, un modèle de présentation méthodologique, et qui met au jour lumineusement les enjeux de l’ouvrage. Car, bien mieux que ce rapide résumé ne le montre, les études en apparence ponctuelles de Christin remettent en cause les schémas reçus. Comment parler de propagande par les arts visuels quand on voit la manière dont les acteurs s’approprient ou non les images et quand on se rend compte de la résistance des réformateurs (ce serait sans doute un peu différent avec les luthériens) à diffuser leurs portraits ? Peut-on parler de mobilisation de l’opinion publique à propos de la Réforme luthérienne alors que précisément les textes et les images espèrent constituer une opinion publique, et que très vite de nouvelles normes de légitimité des discours s’imposent ? Est-il encore pertinent d’invoquer une formation des identités culturelles « par le haut » ou « par le bas », d’utiliser les concepts de confessionnalisation ou de dressage culturel, quand on observe la manière subtile dont l’intériorisation de nouvelles normes religieuses et sociales se combine à la volonté des Églises et des États d’unifier les comportements et les croyances ?

6Je serai, pour ma part, plus mesuré que l’auteur et ne donnerai pas congé aussi facilement à ces concepts, car il me semble qu’ils gardent une valeur heuristique en obligeant à penser les transformations historiques. Mais il est clair, au vu des démonstrations de ce livre, qu’ils ne rendent pas compte, ou pas totalement, de ces transformations. C’est la grande leçon que nous donne Christin, grâce à ses analyses rigoureuses des images et des textes du temps des Réformes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Olivier Christin, Confesser sa foi. Conflits confessionnels et identités religieuses dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIe siècles), Seyssel, Champ Vallon, 2009, 214 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 09 avril 2010, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2405

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org