Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Jean-Yves Calvez, Traversées jésuites. Mémoires de France, de Rome, du monde, 1958-1988, Paris, Cerf, 2009, 140 p.

Étienne Fouilloux

Texte intégral

1On ne présente pas le père Calvez qui est, depuis un demi-siècle l’un des meilleurs représentants du discours social au sein du catholicisme : des générations de jeunes chrétiens, ou non chrétiens, ont appris La Pensée de Karl Marx dans son best-seller de 1956. En 2000 déjà, il livrait un lot de souvenirs, dans Compagnon de Jésus, un itinéraire (Desclée de Brouwer), qui retraçait sa formation et ses premiers pas chez les jésuites. Il poursuit aujourd’hui son anamnèse avec un livre petit par la taille, mais lourd de contenu, puisqu’il évoque ses responsabilités au sommet de la Compagnie, en France d’abord, puis dans le vaste monde. Jean-Yves Calvez fut en effet directeur de l’Action populaire, foyer de rayonnement du catholicisme social français (1965-1967), puis premier supérieur de l’assistance de France après la fusion progressive de ses quatre provinces d’origine, à partir de 1967. Présent au concile pour la rédaction de la constitution sur l’Église dans le monde de ce temps, il fut aussi membre de la 31e congrégation générale de son ordre, qui élit à la tête de celui-ci le père Pedro Arrupe en 1967. Quatre ans plus tard, Calvez fut appelé à Rome pour devenir l’un des adjoints, puis l’assistant général d’Arrupe. Il fut notamment l’un des principaux acteurs de la 32e congrégation générale, celle de 1974-1975, qui mit « la promotion de la justice » à égalité avec « le service de la foi » parmi les tâches prioritaires des jésuites. Jusqu’en 1983, date de la mort d’Arrupe et de son remplacement par le père Kolvenbach, il vécut à Rome, aux premières loges, les soubresauts qui agitèrent la Compagnie sous le choc de Vatican II et des mouvements du printemps 1968, en Europe occidentale et aux Amériques surtout : tentative avortée de scission espagnole conservatrice, sous le nom de « vera Societas » ; conflit à répétition avec la papauté, sous Paul VI, puis sous Jean Paul II, qui se termina en 1981 par l’imposition, en dehors des constitutions, d’un suppléant à Arrupe frappé par la maladie. L’évocation de ces moments de tension est sobre, trop peut-être aux yeux de l’historien, car le père Calvez est un homme de paix, plus porté à arrondir a posteriori les angles, qu’à les aiguiser. Son récit doit donc être confronté avec d’autres, moins iréniques, avant que ne s’ouvrent les archives : celui de son confrère Alvárez Bolado par exemple, sur le cas espagnol. On ne saurait néanmoins négliger le point de vue rétrospectif exprimé par l’éminent jésuite, car il a occupé un poste clé au cœur des débats pendant plus d’une décennie. Sa charge romaine l’a aussi conduit à voyager beaucoup, avec un œil toujours en éveil, ce qui nous vaut une série d’aperçus éclairants sur nombre de pays et de continents traversés. Après son retour en France en 1983, le père Calvez ne prit pas une retraite pourtant méritée : il continua d’être sollicité pour des cours, des conférences et des avis toujours bienvenus. Mais il n’était plus l’acteur, et donc le témoin majeur, qu’il fut entre 1971 et 1983. Aucun historien de l’Église contemporaine, en général, et de la Compagnie de Jésus, en particulier, ne peut désormais se passer de ses souvenirs en demi-teinte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Jean-Yves Calvez, Traversées jésuites. Mémoires de France, de Rome, du monde, 1958-1988, Paris, Cerf, 2009, 140 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 09 avril 2010, consulté le 28 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2403

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org