Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Axelle Brodiez-Dolino, Emmaüs et l’abbé Pierre, Paris, Presses de Sciences-Po, 2008, 378 p.

Denis PELLETIER

Texte intégral

1Trop fréquemment réduite à son fondateur, la mouvance d’Emmaüs n’avait pas donné lieu jusqu’à présent à une étude historique. Ce livre comble une lacune, il est écrit par une historienne attentive aux pratiques sociales plus qu’aux modèles d’engagement, qui ne s’est laissée entraîner ni par la tentation biographique qu’aurait pu provoquer la forte personnalité de l’Abbé Pierre, ni par l’illusion rétrospective d’une cohérence militante dont il suffirait de laisser se déployer la logique pour rendre compte d’un itinéraire collectif. On savait que l’histoire de l’abbé Pierre, cet enfant de la grande bourgeoisie lyonnaise, résistant à la santé fragile, parlementaire improbable qui rompit avec le MRP en 1950, ne commençait pas avec l’appel de février 1954. On savait moins à quel point l’itinéraire personnel de l’Abbé Pierre et celui de la nébuleuse d’associations qui se sont réclamées de lui ont divergé pendant de nombreuses années, en sorte que l’histoire d’Emmaüs est en permanence travaillée par l’écart entre l’image du fondateur et les réalité du terrain.

2Pour retracer cette histoire, Axelle Brodiez a suivi un plan classiquement chronologique. Consacrée aux années 1950, la première partie montre un abbé Pierre oscillant, en 1954, « entre prophète des temps modernes et relais caritatif des prêtres-ouvriers fraîchement condamnés par le Vatican » (p. 55). Elle montre aussi comment le succès remporté par « l’insurrection de la bonté » échappe à son initiateur pour provoquer une floraison d’initiatives communautaires qui se placent sous sa bannière mais s’avèrent rapidement ingérables, en dépit de la présence dans l’équipe de direction de personnalités comme Robert Barrat ou le syndicaliste Maurice Bouladoux. Trois logiques fonctionnent alors. D’une part, la mouvance Emmaüs participe d’une utopie communautaire assez largement partagée dans le militantisme chrétien, mais dont la mise en œuvre concrète, sous la forme de communautés dont le lien à l’organisation est lâche, pose des problèmes insurmontables. D’autre part, le combat pour les sans-logis passe par la mise en œuvre d’une société HLM dont les compétences qu’elle mobilise ne sont pas traditionnellement celles des militants catholiques. Enfin, l’internationalisation de la mouvance est immédiate, elle permet à l’Abbé Pierre de « prendre le large » lorsque les tensions internes conduisent à la crise en 1957 et 1958.

3Une seconde période s’ouvre alors, qui couvre les années 1960 et 1970, et au cours de laquelle l’histoire d’Emmaüs se construit à distance de son fondateur. Elle est celle d’une société HLM que la politique des grands ensembles marginalise au regard du marché de la construction, mais qui n’en acquiert pas moins une véritable compétence en matière de gestion de logements sociaux. Elle est aussi, et peut-être surtout, celle de communautés d’hommes abîmés par la vie, dont Axelle Brodiez montre les fragilités psychologiques et affectives, l’absence d’attaches, le rapport difficile au quotidien. Il y a là des pages passionnantes sur une histoire contemporaine de l’exclusion sociale et sur les stratégies militantes de réinsertion, à partir d’exemples concrets et d’archives. Histoire dont la politique n’est au demeurant pas absente, comme en témoignent les pages consacrées au moment 1968 ou aux différentes manières de mettre en œuvre l’utopie communautaire, cette instance critique de la modernité libérale.

4La crise de l’état-Providence, le choix du gouvernement socialiste, en 1983-1984, de s’appuyer sur les réseaux de l’économie sociale et de la solidarité pour lutter contre la « nouvelle pauvreté », l’émergence d’une thématique de l’urgence sociale autour de la crise des sans-logis, constituent le background d’une dernière période au cours de laquelle la mouvance Emmaüs retrouve une centralité, et l’Abbé Pierre son aura médiatique, en dépit de la crise déclenchée en 1996 par « l’affaire Garaudy ». En 1985, la fondation d’Emmaüs-France dote la mouvance française d’une structure confédérale qui lui faisait défaut jusqu’alors, cependant qu’Emmaüs international s’engage dans la mouvance altermondialiste. L’essentiel est pourtant ailleurs, dans la professionnalisation des cadres et l’évolution des modalités d’intervention à un moment où le secteur de la récupération est devenu concurrentiel et où la médiatisation des grandes causes devient une clé de leur succès. Axelle Brodiez parvient à tenir de front les deux récits qui s’imposent alors : celui d’un Abbé Pierre devenu l’interlocuteur des médias et de grands leaders « porteurs de sens », le Coluche des Restos du Cœur par exemple ; celui d’une organisation qui tire partie du capital de compétence accumulé en matière de gestion de la pauvreté et de lutte contre l’exclusion pour contribuer au renouveau d’une pratique privée de la solidarité naguère discréditée ou du moins tenue en marge au nom de l’état-Providence. On le voit, cette histoire d’Emmaüs et de son fondateur fait jouer plusieurs ressorts. Elle illustre la dialectique weberienne entre charisme du fondateur et « routinisation » des pratiques, en soulignant combien cette routinisation est malgré tout porteuse d’innovation et d’efficacité en termes de pratiques sociales. Elle met en relief la pérennité de l’utopie communautaire tout au long du second vingtième siècle, et l’on est reconnaissant à Axelle Brodiez, sur ce terrain tout particulièrement, de ne pas s’en être tenue aux modèles et d’avoir su construire une véritable histoire des pratiques communautaires. Emmaüs est enfin un remarquable observatoire de l’évolution du champ de la grande pauvreté, des politiques d’accompagnement et d’insertion qui contribuent à le structurer, et de la dialectique qui s’y noue entre militantisme de terrain et décision politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis PELLETIER, « Axelle Brodiez-Dolino, Emmaüs et l’abbé Pierre, Paris, Presses de Sciences-Po, 2008, 378 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2398

Haut de page

Auteur

Denis PELLETIER

EPHE, Paris Villes et sociétés urbaines
CNRS – LARHRA, UMR 5190

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org